Mastite lactationnelle

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Mastite lactationnelle
Maladie
Mastitis in breast.jpg
Mastite lactationnelle
Caractéristiques
Signes Sepsis, Fièvre , Érythème mammaire, Mastalgie à la palpation, Fermeté mammaire, Oedème cutané mammaire, Chaleur cutanée mammaire
Symptômes
Frissons, Myalgies, Mastalgie, Malaise, Fièvre , Érythème mammaire, Tuméfaction mammaire, Diminution de la sécrétion de lait, Induration mammaire
Diagnostic différentiel
Abcès mammaire, Cellulite bactérienne, Galactocèle, Fibroadénome du sein, Engorgement des seins, Conduit bouché, Carcinome inflammatoire du sein, Fibroadénome lactationnel, Kyste mammaire, Infection à levures, Mastite péricanalaire, Mastite granulomateuse idiopathique, Mastite tuberculeuse
Informations
Terme anglais Acute mastitis
Autres noms Mastite puerpérale
Wikidata ID Q835061
Spécialités Chirurgie générale, Pédiatrie, Médecine familiale, Médecine d'urgence

OOjs UI icon check-constructive.svg

La mastite lactationnelle, connue aussi sous le nom de mastite puerpérale, est une inflammation du tissu mammaire qui survient dans un contexte d'allaitement.

1 Épidémiologie[modifier | w]

La mastite lactationnelle est la forme la plus courante de mastite et elle affecte le plus souvent les mères qui allaitent dans les 6 à 12 premières semaines.

Dans le monde, la mastite lactationnelle survient chez 2 à 10 % des femmes qui allaitent.[1][2] Aux États-Unis, l'incidence signalée se situe entre 7 % et 10 %.[3][4] L'incidence est la plus élevée au cours des trois premières semaines du post-partum, mais peut survenir à tout moment pendant l'allaitement (la plupart des cas surviennent dans les 3 premiers mois).[5][6][7][6]

2 Étiologies[modifier | w]

La mastite lactationnelle résulte de la combinaison de l'engorgement du sein, d'un drainage inadéquat, d'un blocage des canaux galactophores et d'une bactérie.[8][9]

La prolifération de micro-organismes dans le lait stagnant résulte alors en une mastite infectieuse.[10] La plupart des épisodes de mastite sont causés par des bactéries qui colonisent la peau [3][9][6]:

3 Physiopathologie[modifier | w]

La mastite lactationnelle survient en raison d'une combinaison d'un drainage inadéquat du lait et de l'introduction de bactéries. Le lait insuffisamment drainé stagne et les microorganismes s'y développent, entraînant une infection. On pense que les bactéries (généralement provenant de la bouche du nourrisson ou de la peau de la mère) pénètrent dans le lait via des fissures autour du mamelon.[3][6]

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Les facteurs de risque de mastite lactationnelle comprennent :

4.2 Questionnaire[modifier | w]

La symptomatologie de la mastite lactationnelle infectieuse peut comprendre :

Typiquement, la mastite lactationnelle se développe après un engorgement mammaire. Si les symptômes d'engorgement persistent au-delà de 12-24 heures, la mastite lactationnelle infectieuse se développe.

4.3 Examen clinique[modifier | w]

La mastite lactationnelle est caractérisée par les signes suivants[6]:

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Les examens paracliniques pertinents peuvent inclure :

6 Diagnostic[modifier | w]

Le diagnostic de la mastite est clinique. La patiente qui allaite et qui se présente avec des douleurs au sein, une rougeur, un oedème, une sensation de masse ou de fermeté et qui présente de la fièvre souffre probablement d'une mastite lactationnelle. Il faut cependant prendre le temps d'examiner la patiente afin d'éliminer les autres diagnostics potentiels pouvant être plus sévères.

7 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le diagnostic différentiel de la mastite lactationnelle est[6] :

8 Traitement[modifier | w]

8.1 Engorgement mammaire sans mastite[modifier | w]

Le traitement de l'engorgement mammaire est symptomatique.[13] Les AINS et les compresses froides sont recommandés pour diminuer l'enflure et la douleur pendant les 12 à 24 premières heures. Il est essentiel que les patientes continuent d'allaiter, de tirer ou d'exprimer leur lait à la main afin de diminuer la durée des symptômes. [14]

Les ultrasons (ondes sonores de basses fréquences) en physiothérapie peuvent également aider dans le traitement de cette condition. En effet, combinées à des massages de la zone indurée, le traitement par ondes d'ultrasons de basses fréquences peut réduire le risque de complications de la mastite en diminuant l'oedème, et facilitant le drainage. [15]

Il est également utile d'optimiser la technique d'allaitement avec l'aide d'un centre de consultation en allaitement. La consommation de lait inadéquate par le nourrisson est le plus souvent liée ou aggravée par une technique d'allaitement inefficace. La cause la plus fréquente de douleur et de blessure au mamelon est une prise du sein inefficace. Dans certains cas, des facteurs spécifiques maternels et/ou pour le nourrisson contribuent au problème (forme et taille du mamelon, frein de la langue du nourrisson trop court). Il est donc important de favoriser une bonne prise au sein et aussi de varier les positions d'allaitement afin d'effectuer une stimulation homogène des canaux galactophores. L'utilisation des positions inclinées, en position football, en double football, la madone, la madone inversée, la louve, en position assise, à califourchon ou en position couchée sur le côté peuvent aider à couvrir tous les canaux et favoriser ainsi le drainage de ceux-ci par le menton du bébé. [16][17]

8.2 Traitement de la mastite[modifier | w]

Si les symptômes ne s'améliorent pas 12-24h de traitement conservateur ou que la patiente est fiévreuse, il est fort probable qu'un processus infectieux soit en cours et on voudra alors administrer une antibiothérapie avec une activité contre S. aureus afin de prévenir la formation d'un abcès.[18]

Traitement de la mastite lactationnelle[2][4][19][7]
Choix du traitement Traitement
Empirique Dicloxacilline 500 mg PO QID X 10-14 jours
Céphalexine 500 mg PO QID X 10-14 jours
Si allergie à la pénicilline ou Bêta-lactame Érythromycine 500 mg PO BID X 10-14 jours
Facteurs de risque d'infection à SARM [note 3] TMP-SMX 1 CO DS PO BID X 10-14 jours[note 4]
Clindamycine 450 mg PO TID X 10-14 jours
Si la patiente nécessite une hospitalisation Traitement empirique par vancomycine ad cultures négatives

Dans le cas de la mastite lactationnelle infectieuse, il est important de mentionner qu'il n'y a aucune contre-indication à ce que le nourrisson boive le lait : l'allaitement est encouragé pendant le traitement. La mastite est souvent une cause d'arrêt d'allaitement en raison des fortes douleurs et du découragement de la mère. Les AINS peuvent être utilisés pour contrôler la douleur. La chaleur appliquée sur le sein juste avant la vidange peut aider à augmenter la montée laiteuse et faciliter la vidange.[13] Les compresses froides appliquées une fois la vidange effectuée peuvent aussi aider à réduire l'oedème et la douleur.

8.3 Traitement de l'abcès mammaire[modifier | w]

Les abcès du sein sont très rares. Ils sont fréquemment associés au Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline. Si les symptômes de la mastite lactationnelle ne s'améliorent pas dans les 24 à 28 heures, il faut envisager la possibilité d'un abcès mammaire et prescrire une échographie.

En présence d'abcès lactationnel, on doit éviter le drainage chirurgical afin de diminuer les risques de fistule laiteuse. On favorisera en effet la ponction/aspiration sous échographie. S'il y a un échec avec une récidive d'abcès, on pourra alors aller drainer et mettre une mèche.

9 Suivi[modifier | w]

Un suivi clinique est suggéré pour s'assurer que la mastite ne devienne pas un abcès et aussi soutenir la mère dans son allaitement difficile.

10 Complications[modifier | w]

vignette|À Gauche: gangrène du sein après application de pâte de belladone.  À Droite: image du sein après le débridement et la greffe Les complications de la mastite lactationnelle sont :

Puisque la présentation de la mastite peut ressembler à un carcinome inflammatoire du sein, il faut considérer ce diagnostic quand la présentation est atypique ou que la réponse au traitement n'est pas celle prévue.

11 Évolution[modifier | w]

La majorité des patientes atteintes de mastite se rétabliront avec un traitement approprié. Le taux de récidive de la mastite lactationnelle est de à 8-30%. [21][22][6]

12 Prévention[modifier | w]

La mastite lactationnelle se développe généralement après une période de drainage incomplet et de stase du lait. Il est important d'éduquer les patientes sur les moyens de limiter cette stase pour prévenir la mastite. Les points à discuter peuvent inclure la fréquence appropriée d'allaitement et la bonne technique de mise au sein du nourrisson. La douleur au mamelon est une plainte fréquente chez les femmes qui allaitent et peut conduire à des tétées moins fréquentes. Cela augmente la stase du lait, augmentant ainsi leur risque de développer une mastite. Il est important de conseiller les patientes sur les moyens de gérer et de diminuer leur douleur. Les patientes atteintes de mastite lactationnelle peuvent être tentées d'arrêter d'allaiter pendant l'épisode de mastite, en raison d'une combinaison d'inconfort et de douleur, ou par crainte de transmettre l'infection à leur nourrisson. Il est important de rassurer la patiente que l'allaitement avec une mastite est sans danger et qu'elle doit continuer à le faire si elle le souhaite. Si la patiente souhaite cesser l'allaitement, elle devrait être informée de l'importance de continuer de drainer le sein avec l'aide d'une expression manuelle ou avec un tire-lait. [6]

Pour la femme enceinte avec antécédent de mastite, l'administration d'un probiotique de Lactobacillus en fin de grossesse peu réduire l'incidence d'infection.[23]

La lécithine de soya est un complément alimentaire qui semble aider certaines mères à prévenir le blocage des canaux galactophores. Elle pourrait agir en diminuant la viscosité du lait, en augmentant le pourcentage d’acides gras polyinsaturés dans le lait. Elle est sûre, peu coûteuse, et semble fonctionner dans certains cas. La dose est de 1 200 mg, quatre fois par jour. Il n’y a pas d’autre traitement préventif contre les canaux bloqués que la lécithine.[24][25]

13 Notes[modifier | w]

  1. Le SARM est de plus en plus fréquent. Il faut prendre en compte les facteurs de risque de SARM dans le choix du traitement et au questionnaire.
  2. L'infection à levure doit être suspectée quand la douleur, souvent décrite comme un étirement du mamelon, à travers le sein jusqu'à la paroi thoracique, est disproportionnée par rapport à la clinique. Cette infection est souvent associée au muguet buccal ou la dermatite du siège du nourrisson. Le traitement de la mère et du nourrisson est essentiel avec un agent topique comme le nystatin (Mycostatin).
  3. Facteurs de risque d'infection SARM
    • Risques associés aux services de santé (hospitalisation récente, résidence dans un centre de longue durée, chirurgie récente, hémodialyse)
    • Risques additionnels (infection au VIH, utilisation de drogues intraveineuse, utilisation antérieure d'antibiotique)
    • Risques associés à une épidémie de SARM (service militaire, incarcération, partage d'équipement sportif, partage d'aiguilles, de rasoirs ou autres objets tranchants)
  4. Traitement à éviter si la patiente allaite un nourrisson de moins d'un mois, prématuré ou atteint de jaunisse
  5. L'abcès peut être confirmé par échographie et devrait être traité par aspiration à l'aiguille ou drainage chirurgical. Le liquide retiré de l'abcès devrait être envoyé en culture, et l'administration d'antibiotique approprié devrait être amorcée.

14 Références[modifier | w]

  1. Committee on Health Care for Underserved Women, American College of Obstetricians and Gynecologists, « ACOG Committee Opinion No. 361: Breastfeeding: maternal and infant aspects », Obstetrics and Gynecology, vol. 109, no 2 Pt 1,‎ , p. 479–480 (ISSN 0029-7844, PMID 17267864, DOI 10.1097/00006250-200702000-00064, lire en ligne)
  2. 2,0 et 2,1 Elizabeth M. Schoenfeld et Mary Pat McKay, « Mastitis and methicillin-resistant Staphylococcus aureus (MRSA): the calm before the storm? », The Journal of Emergency Medicine, vol. 38, no 4,‎ , e31–34 (ISSN 0736-4679, PMID 19232875, DOI 10.1016/j.jemermed.2008.11.021, lire en ligne)
  3. 3,0 3,1 et 3,2 B. Foxman, « Lactation Mastitis: Occurrence and Medical Management among 946 Breastfeeding Women in the United States », American Journal of Epidemiology, vol. 155, no 2,‎ , p. 103–114 (DOI 10.1093/aje/155.2.103, lire en ligne)
  4. 4,0 et 4,1 Jeanne P. Spencer, « Management of mastitis in breastfeeding women », American Family Physician, vol. 78, no 6,‎ , p. 727–731 (ISSN 0002-838X, PMID 18819238, lire en ligne)
  5. Fatih Altintoprak, Taner Kivilcim et Orhan Veli Ozkan, « Aetiology of idiopathic granulomatous mastitis », World Journal of Clinical Cases, vol. 2, no 12,‎ , p. 852–858 (ISSN 2307-8960, PMID 25516860, Central PMCID 4266833, DOI 10.12998/wjcc.v2.i12.852, lire en ligne)
  6. 6,0 6,1 6,2 6,3 6,4 6,5 6,6 6,7 et 6,8 Melodie M. Blackmon, Hao Nguyen et Pinaki Mukherji, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 32491714, lire en ligne)
  7. 7,0 et 7,1 Eve Boakes, Amy Woods, Natalie Johnson et Naim Kadoglou, « Breast Infection: A Review of Diagnosis and Management Practices », European Journal of Breast Health, vol. 14, no 3,‎ , p. 136–143 (ISSN 2587-0831, PMID 30123878, Central PMCID 6092150, DOI 10.5152/ejbh.2018.3871, lire en ligne)
  8. Betsy Foxman, Hannah D'Arcy, Brenda Gillespie et Janet Kay Bobo, « Lactation mastitis: occurrence and medical management among 946 breastfeeding women in the United States », American Journal of Epidemiology, vol. 155, no 2,‎ , p. 103–114 (ISSN 0002-9262, PMID 11790672, DOI 10.1093/aje/155.2.103, lire en ligne)
  9. 9,0 et 9,1 C. Fetherston, « Risk factors for lactation mastitis », Journal of Human Lactation: Official Journal of International Lactation Consultant Association, vol. 14, no 2,‎ , p. 101–109 (ISSN 0890-3344, PMID 9775842, DOI 10.1177/089033449801400209, lire en ligne)
  10. Linda J. Kvist, Bodil Wilde Larsson, Marie Louise Hall-Lord et Anita Steen, « The role of bacteria in lactational mastitis and some considerations of the use of antibiotic treatment », International Breastfeeding Journal, vol. 3,‎ , p. 6 (ISSN 1746-4358, PMID 18394188, Central PMCID 2322959, DOI 10.1186/1746-4358-3-6, lire en ligne)
  11. Elizabeth M. Schoenfeld et Mary Pat McKay, « Mastitis and methicillin-resistant Staphylococcus aureus (MRSA): the calm before the storm? », The Journal of Emergency Medicine, vol. 38, no 4,‎ , e31–34 (ISSN 0736-4679, PMID 19232875, DOI 10.1016/j.jemermed.2008.11.021, lire en ligne)
  12. Committee on Health Care for Underserved Women, American College of Obstetricians and Gynecologists, « ACOG Committee Opinion No. 361: Breastfeeding: maternal and infant aspects », Obstetrics and Gynecology, vol. 109, no 2 Pt 1,‎ , p. 479–480 (ISSN 0029-7844, PMID 17267864, DOI 10.1097/00006250-200702000-00064, lire en ligne)
  13. 13,0 et 13,1 Michael Abou-Dakn, Anna Richardt, Ute Schaefer-Graf et Achim Wöckel, « Inflammatory Breast Diseases during Lactation: Milk Stasis, Puerperal Mastitis, Abscesses of the Breast, and Malignant Tumors - Current and Evidence-Based Strategies for Diagnosis and Therapy », Breast Care (Basel, Switzerland), vol. 5, no 1,‎ , p. 33–37 (ISSN 1661-3791, PMID 22619640, Central PMCID 3357165, DOI 10.1159/000272223, lire en ligne)
  14. A. C. Thomsen, T. Espersen et S. Maigaard, « Course and treatment of milk stasis, noninfectious inflammation of the breast, and infectious mastitis in nursing women », American Journal of Obstetrics and Gynecology, vol. 149, no 5,‎ , p. 492–495 (ISSN 0002-9378, PMID 6742017, DOI 10.1016/0002-9378(84)90022-x, lire en ligne)
  15. (en) Maree A Crepinsek, Emily A Taylor, Keryl Michener et Fiona Stewart, « Interventions for preventing mastitis after childbirth », Cochrane Database of Systematic Reviews,‎ (PMID 32987448, Central PMCID PMC8094918, DOI 10.1002/14651858.CD007239.pub4, lire en ligne)
  16. « Positions d’allaitement à essayer », sur Fondation OLO (consulté le 9 janvier 2022)
  17. « 11 positions d'allaitement », sur Medela (consulté le 9 janvier 2022)
  18. 18,0 et 18,1 Catherine E. Pesce et Katharine Yao, « Abscess/infections/periareolar mastitis », Annals of Breast Surgery, vol. 5,‎ , p. 25–25 (DOI 10.21037/abs-21-49, lire en ligne)
  19. Shayesteh Jahanfar, Chirk Jenn Ng et Cheong Lieng Teng, « Antibiotics for mastitis in breastfeeding women », The Cochrane Database of Systematic Reviews, no 2,‎ , CD005458 (ISSN 1469-493X, PMID 23450563, DOI 10.1002/14651858.CD005458.pub3, lire en ligne)
  20. JEANNE P. SPENCER, MD, « Management of mastitis in breastfeeding women », Am Fam Physician, 78(6),‎ 2008 sep 15, p. 727-731 (lire en ligne)
  21. A. Vogel, B. L. Hutchison et E. A. Mitchell, « Mastitis in the first year postpartum », Birth (Berkeley, Calif.), vol. 26, no 4,‎ , p. 218–225 (ISSN 0730-7659, PMID 10655826, DOI 10.1046/j.1523-536x.1999.00218.x, lire en ligne)
  22. Jane A. Scott, Michele Robertson, Julie Fitzpatrick et Christopher Knight, « Occurrence of lactational mastitis and medical management: a prospective cohort study in Glasgow », International Breastfeeding Journal, vol. 3,‎ , p. 21 (ISSN 1746-4358, PMID 18721487, Central PMCID 2542350, DOI 10.1186/1746-4358-3-21, lire en ligne)
  23. Leónides Fernández, Nivia Cárdenas, Rebeca Arroyo et Susana Manzano, « Prevention of Infectious Mastitis by Oral Administration of Lactobacillus salivarius PS2 During Late Pregnancy », Clinical Infectious Diseases: An Official Publication of the Infectious Diseases Society of America, vol. 62, no 5,‎ , p. 568–573 (ISSN 1537-6591, PMID 26611780, DOI 10.1093/cid/civ974, lire en ligne)
  24. « Canaux lactifères bouchés et mastites », sur Feuillets du Dr Jack Newman, ligue La Lèche (consulté le 9 janvier 2022)
  25. « Canaux lactifères bloqués et mastites », sur Fondation canadienne de l’allaitement maternel (consulté le 9 janvier 2022)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.