Utilisateur:Roxanne Arsenault/Brouillons/Syndrome de Horner

De Wikimedica
< Utilisateur:Roxanne Arsenault
Révision datée du 2 mai 2021 à 14:28 par Michaël St-Gelais (discussion | contributions) (Corrections multiples des modèles)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Syndrome de Horner
Maladie
Miosis.jpg
Ptose et miosis à gauche dans le syndrome de Horner
Caractéristiques
Signes Dysphagie, Ataxie , Myosis, Nystagmus , Dysarthrie, Michaël St-Gelais/Brouillons/Ptose, Hétérochromie, Perturbation des mouvements oculaires, Atteinte motrice ou sensitive, Atteinte motrice ou sensitive au niveau du membre supérieur, Atteinte de nerfs crâniens, Anhidrose faciale, Dysautonomie
Symptômes Michaël St-Gelais/Brouillons/Ptose, Diplopie , Miosis, Anhidrose faciale
Diagnostic différentiel Myasthénie grave, Pupilles d'Argyll-Robertson, Uvéite antérieure chronique, Ptose congénitale, Paralysie du 3e nerf crânien, Anisocorie physiologique, Pupille d'Adie, Corectopie, Atrophie irienne, Ptose évolutive sénile, Ptose mécanique
Informations
Terme anglais Horner's syndrome, Oculosympathetic paresis, Horner syndrome
Autres noms Syndrome de Claude-Bernard Horner
Spécialités Neurologie, Médecine d'urgence, Ophtalmologie, Optométrie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]

Le syndrome de Horner résulte d'une lésion au niveau du trajet des fibres sympathiques innervant la région du cou et de la tête. [1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Le syndrome de Horner est rare, avec une fréquence d'environ 1 pour 6 000. Cela peut se produire à tout âge ou avec n'importe quel groupe ethnique. [2]

2 Anatomie[modifier | w]

Le parcours des fibres nerveuses sympathiques oculaires est constitué de trois neurones différents, débutant à l'hypothalamus postéro-latéral et se terminant par le nerf naso-ciliaire et les nerfs ciliaires longs. [3][4]

  1. Les neurones centraux de premier ordre proviennent de l'hypothalamus postérieur, descendent, non croisés, à travers le mésencéphale, et se terminent aux niveaux C8-T2 de la moelle épinière, au centre ciliospinal de Budge. [3][4]
  2. Les neurones pré-ganglionnaires de second ordre entrent dans la chaîne sympathique cervicale, passant près de l'apex pulmonaire, et font synapse au niveau du ganglion cervical supérieur.[3][4]
  3. Les fibres post-ganglionnaires de troisième ordre sortent du ganglion cervical supérieur. Les fibres vasomotrices impliquées au niveau de la sudation du visage suivent l'artère carotide externe. Les autres fibres suivent l'artère carotide interne et pénètrent dans le sinus caverneux. Les fibres sortent ensuite du sinus caverneux pour entrer dans l'orbite via la fissure orbitaire supérieure avec la branche ophtalmique (V1) du nerf trijumeau.
    • Les fibres sympathiques du nerf naso-ciliaire forment les nerfs ciliaires longs et innervent le muscle dilatateur de l'iris et le muscle de Müller au niveau de la paupière supérieure. [3][4]
Innervation sympathique et parasympathique de la pupille, sites de lésions pouvant être en cause : 1 : émergence des fibres sympathiques de l'hypothalamus ; 2 : ganglion stellaire (ganglion cervicothoracique du tronc sympathique) ; 3 : synapse du ganglion cervical supérieur ; 4 : plexus sympathique autour de l'artère carotide interne ; 5 : fibres du nerf oculomoteur (3e paire crânienne) au ganglion ciliaire (en bleu) ; 6 : courts nerfs ciliaires, transmettant la voie parasympathique du ganglion ciliaire au sphincter pupillaire (en vert) ; 7 : relais des fibres trigéminées (5e paire crânienne) dans le ganglion ciliaire transmettant le message sympathique ; 8 : longues voies ciliaires (de la branche ophtalmique du nerf trijumeau, ou « nerf ophtalmique de Willis ») transmettant le message sympathique au muscle dilatateur de la pupille ; 9 : sphincter de la pupille (fibres circulaires) et muscle dilatateur de la pupille (fibres radiées).[5]

3 Étiologies[modifier | w]

Le syndrome de Horner est principalement une maladie acquise, mais peut être congénitale. Les fibres sympathiques ont un parcours étendu et peuvent être endommagées au sein de leur parcours intra- et extra-crânien ou intra-orbitaire. [6][7][8][9][10]

Les causes du syndrome de Horner peuvent être divisées en fonction de l'emplacement anatomique de l'atteinte des fibres sympathiques. [11][12][13][14]

Les neurones de premier ordre sont principalement affectés par des conditions intra-crâniennes et comprennent les éléments suivants: [14][15]

Les neurones de second ordre traversent la région thoracique et sont affectés par les éléments suivants: [14][15]

Les neurones du troisième ordre sont à proximité de l'artère carotide interne et du sinus caverneux et sont affectés par les éléments suivants: [14][15]

4 Présentation clinique[modifier | w]

Syndrome de Horner isolé: Le patient se présente avec une légère ptose et une anisocorie.

Syndrome de Horner non isolé: Le patient se présente avec une légère ptose et une anisocorie, et d'autres déficits neurologiques ou systémiques.

4.1 Questionnaire[modifier | w]

Le patient qui se présente avec un syndrome de Horner peut donc se plaindre de:

La localisation de la lésion dans le syndrome de Horner est cruciale pour une prise en charge adéquate. Les éléments suivants devront être explorer [17]:

  • la prise d'agents mydriatique ou myotique
  • des problèmes d'équilibre, d'audition ou de déglutition (atteinte du neurone central de premier ordre)
  • les traumatismes ou interventions chirurgicales au niveau du visage, du crâne, du cou, des épaules ou du dos (atteinte du neurone pré-ganglionnaire de deuxième ordre)
  • la présence perte de poids, de fatigue, de fièvre ou de lymphadénopathie (tumeur maligne sous-jacente)
  • une anamnèse détaillée des céphalées
  • l'historique de lésions cutanées ou d'infection à herpès zoster
  • la présence de douleur et sa sévérité doit également être notée.

4.2 Examen clinique[modifier | w]

Le syndrome de Horner est une triade dont tous les éléments sont constatés à l'examen physique :

  1. une ptose partielle unilatérale
  2. un myosis
  3. une anhidrose faciale.

Les étiologies du syndrome de Horner sont variés et l''examen physique doit donc contenir les éléments suivants[18] :

  • il est également important d'effectuer un examen systémique détaillé, en accordant une attention particulière aux systèmes neurologique, pulmonaire et cardiovasculaire et en tenant compte des différentes causes d'atteinte des fibres sympathiques décrites précédemment :
  • à l'examen cutané :

Le syndrome de Horner est généralement unilatéral.

5 Examens paracliniques[modifier | w]

5.1 Laboratoire[modifier | w]

5.2 Imagerie[modifier | w]

5.3 Tests pharmacologiques[modifier | w]

L'apraclonidine et la cocaïne sont utilisés principalement pour confirmer le diagnostic du syndrome de Horner, tandis que l'hydroxyamphétamine permet d'identifier le site de la lésion (pré-ganglionnaire ou post-ganglionnaire). [23]

Test pharmacologique Technique

Test topique de cocaïne [17]

La cocaïne agit comme un sympathomimétique indirect inhibant la recapture de la noradrénaline au niveau la fente synaptique. Une pupille de Horner, en absence d'innervation sympathique, ne réagit pas à la noradrénaline circulante. [24]
  • Une solution de cocaïne 4% [23] est instillée dans les deux yeux. Les deux yeux sont évalués après au moins 30 minutes. La pupille atteinte ne dilatera pas, tandis que la pupille non atteinte dilatera sous l'effet de la cocaïne.
  • Une anisocorie de 0,8 mm ou plus est considérée comme diagnostique. Le test n'aide pas à identifier le niveau de la lésion.[17][23]
Test topique d'apraclonidine[17] L'apraclonidine agit comme un agoniste alpha1 faible et un agoniste alpha2 fort. Une réponse exagérée du dilatateur de l'iris (par hypersensibilité à la dénervation) à un agent agoniste comme l'apraclonidine sera objectivée dans le syndrome de Horner. [17][24]
  • Une solution à 0,5 - 1% est instillée dans les deux yeux. Les deux yeux sont évalués après au moins 30 minutes. [23] L'œil atteint sera en mydriase, tandis que l'œil normal sera principalement insensible. L'instillation de la solution entraîne ainsi une inversion évidente de l'anisocorie dans le syndrome de Horner unilatéral (la pupille affectée se dilate et la pupille normale se contracte).
  • L'apraclonidine doit être utilisée avec prudence chez les patients pédiatriques, principalement chez les enfants âgés de moins d'un an, car le médicament traverse la barrière hémato-encéphalique. [23]
Test topique d'hydroxyamphétamine [17] L'hydroxyamphétamine stimule la libération de noradrénaline stockée au niveau des terminaisons post-synaptiques. Les lésions post-ganglionnaires (neurones de troisième ordre) peuvent ainsi être différenciées des lésions pré-ganglionnaires (neurones de premier et deuxième ordre). [17]
  • Deux gouttes de solution d'hydroxyamphétamine 1% sont instillées dans les deux yeux. L'œil atteint (lésion de troisième ordre) ne se dilate pas aussi bien que l'œil normal.
  • Par contre, si les fibres post-ganglionnaires sont intactes (lésions de premier et de second ordre), la pupille atteinte se dilate de façon égale ou supérieure à la pupille non atteinte.[17][24]

6 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Plusieurs affections oculaires doivent être considérées en présence d'une anisocorie ou d'une ptose. Les diagnostics différentiels du syndrome de Horner comprennent:

7 Traitement[modifier | w]

Les options de traitement sont basées sur le diagnostic et la prise en charge de la cause sous-jacente. Le diagnostic en temps opportun et la référence au médecin spécialiste approprié sont d'une haute importance.

8 Suivi[modifier | w]

Le suivi dépend de la cause sous-jacente identifiée.

9 Complications[modifier | w]

Les complications liées au syndrome de Horner dépendent de la cause sous-jacente.

10 Notes[modifier | w]

  1. Deux muscles permettent de soulever la paupière supérieure, soit le muscle de Müller (innervation sympathique) et le releveur de la paupière (innervation par le 3e nerf crânien). La dénervation du muscle de Müller provoque une ptose plus légère que lors d'une atteinte du 3e nerf crânien (oculomoteur).
  2. Une anhidrose faciale ipsilatérale peut se présenter s'il y a une lésion au niveau des fibres précédant généralement le ganglion cervical supérieur. Des lésions au niveau des neurones post-ganglionnaires de troisième ordre, survenant ainsi après la ramification des fibres sudomotrices, perturbent que très peu la sudation.

11 Références[modifier | w]

  1. (en) Khan Z et Bollu Pc, « Horner Syndrome », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29763176, consulté le 11 août 2020)
  2. Valeria Guglielmi, Jeldican Visser, Marcel Arnold et Hakan Sarikaya, « Triple and quadruple cervical artery dissections: a systematic review of individual patient data », Journal of Neurology, vol. 266, no 6,‎ , p. 1383–1388 (ISSN 1432-1459, PMID 30904955, PMCID 6517349, DOI 10.1007/s00415-019-09269-1, lire en ligne)
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 (en) Khan Z et Bollu Pc, « Horner Syndrome », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29763176, consulté le 11 août 2020)
  4. 4,0 4,1 4,2 et 4,3 Kanski, J. J. and B. Bowling (2016). Kanski’s Clinical Ophthalmology, Elsevier.
  5. « Syndrome de Claude Bernard-Horner », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  6. V. Biousse, P. J. Touboul, J. D'Anglejan-Chatillon et C. Lévy, « Ophthalmologic manifestations of internal carotid artery dissection », American Journal of Ophthalmology, vol. 126, no 4,‎ , p. 565–577 (ISSN 0002-9394, PMID 9780102, DOI 10.1016/s0002-9394(98)00136-6, lire en ligne)
  7. Deborah L. Reede, Ernst Garcon, Wendy R. K. Smoker et Randy Kardon, « Horner's syndrome: clinical and radiographic evaluation », Neuroimaging Clinics of North America, vol. 18, no 2,‎ , p. 369–385, xi (ISSN 1052-5149, PMID 18466837, DOI 10.1016/j.nic.2007.11.003, lire en ligne)
  8. Philippe A. Lyrer, Tobias Brandt, Tiina M. Metso et Antti J. Metso, « Clinical import of Horner syndrome in internal carotid and vertebral artery dissection », Neurology, vol. 82, no 18,‎ , p. 1653–1659 (ISSN 1526-632X, PMID 24727317, DOI 10.1212/WNL.0000000000000381, lire en ligne)
  9. Ashok Jadon, « Horner's syndrome and weakness of upper limb after epidural anaesthesia for caesarean section », Indian Journal of Anaesthesia, vol. 58, no 4,‎ , p. 464–466 (ISSN 0019-5049, PMID 25197119, PMCID 4155296, DOI 10.4103/0019-5049.139012, lire en ligne)
  10. Xin Ying, Guan Dandan et Chen Bin, « Postoperative Horner's syndrome after video-assisted thyroidectomy: a report of two cases », World Journal of Surgical Oncology, vol. 11,‎ , p. 315 (ISSN 1477-7819, PMID 24378178, PMCID 4029459, DOI 10.1186/1477-7819-11-315, lire en ligne)
  11. Jon Foss-Skiftesvik, Majken G. Hougaard, Vibeke A. Larsen et Klaus Hansen, « Clinical Reasoning: Partial Horner syndrome and upper right limb symptoms following chiropractic manipulation », Neurology, vol. 84, no 21,‎ , e175–180 (ISSN 1526-632X, PMID 26009566, DOI 10.1212/WNL.0000000000001616, lire en ligne)
  12. Mark Anthony Santiago Sandoval et Arsenio Claro Cabungcal, « Horner syndrome after radical neck surgery for anaplastic thyroid carcinoma », BMJ case reports, vol. 2015,‎ (ISSN 1757-790X, PMID 25858945, PMCID 4401968, DOI 10.1136/bcr-2015-209324, lire en ligne)
  13. Stephen J. Smith, Nancy Diehl, Jacqueline A. Leavitt et Brian G. Mohney, « Incidence of pediatric Horner syndrome and the risk of neuroblastoma: a population-based study », Archives of Ophthalmology (Chicago, Ill.: 1960), vol. 128, no 3,‎ , p. 324–329 (ISSN 1538-3601, PMID 20212203, PMCID 3743544, DOI 10.1001/archophthalmol.2010.6, lire en ligne)
  14. 14,0 14,1 14,2 14,3 14,4 14,5 et 14,6 (en) Khan Z et Bollu Pc, « Horner Syndrome », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29763176, consulté le 11 août 2020)
  15. 15,0 15,1 15,2 15,3 15,4 15,5 et 15,6 Kanski, J. J. and B. Bowling (2016). Kanski’s Clinical Ophthalmology, Elsevier.
  16. Kolar Vishwanath Vinod, Vanjiappan Sivabal et Mysore Venkatakrishna Vidya, « Iatrogenic Horner's syndrome: A cause for diagnostic confusion in the emergency department », World Journal of Emergency Medicine, vol. 8, no 3,‎ , p. 235–236 (ISSN 1920-8642, PMID 28680524, PMCID 5496835, DOI 10.5847/wjem.j.1920-8642.2017.03.014, lire en ligne)
  17. 17,0 17,1 17,2 17,3 17,4 17,5 17,6 et 17,7 (en) Khan Z et Bollu Pc, « Horner Syndrome », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29763176, consulté le 11 août 2020)
  18. 18,0 et 18,1 (en) Khan Z et Bollu Pc, « Horner Syndrome », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29763176, consulté le 11 août 2020)
  19. 19,0 19,1 et 19,2 Kanski, J. J. and B. Bowling (2016). Kanski’s Clinical Ophthalmology, Elsevier.
  20. Deborah L. Reede, Ernst Garcon, Wendy R. K. Smoker et Randy Kardon, « Horner's syndrome: clinical and radiographic evaluation », Neuroimaging Clinics of North America, vol. 18, no 2,‎ , p. 369–385, xi (ISSN 1052-5149, PMID 18466837, DOI 10.1016/j.nic.2007.11.003, lire en ligne)
  21. Vipin D. Villgran, Rebanta K. Chakraborty et Sujith V. Cherian, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29489146, lire en ligne)
  22. Imtiaz A. Chaudhry, Sahar M. Elkhamry, Waleed Al-Rashed et Thomas M. Bosley, « Carotid cavernous fistula: ophthalmological implications », Middle East African Journal of Ophthalmology, vol. 16, no 2,‎ , p. 57–63 (ISSN 0975-1599, PMID 20142962, PMCID 2813585, DOI 10.4103/0974-9233.53862, lire en ligne)
  23. 23,0 23,1 23,2 23,3 et 23,4 Kanski, J. J. and B. Bowling (2016). Kanski’s Clinical Ophthalmology, Elsevier.
  24. 24,0 24,1 et 24,2 Sivashakthi Kanagalingam et Neil R. Miller, « Horner syndrome: clinical perspectives », Eye and Brain, vol. 7,‎ , p. 35–46 (ISSN 1179-2744, PMID 28539793, PMCID 5398733, DOI 10.2147/EB.S63633, lire en ligne)