Maladie de Paget mammaire

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Maladie de Paget mammaire
Maladie
Paget Disese of the Nipple.jpg
Maladie de Paget mammaire
Caractéristiques
Signes Masse mammaire, Saignement, Plaque, Vésicules, Écoulement mammaire , Rétraction du mamelon, Érythème mammaire, Ulcération cutanée , Lésion cutanée eczémateuse
Symptômes
Érythème, Mastalgie, Brûlure, Écoulement mammaire , Desquamation, Prurit cutané , Saignement mammaire
Diagnostic différentiel
Dermatite de contact, Carcinome basocellulaire, Dermatite atopique, Éruptions médicamenteuses, Mélanome malin, Carcinome spinocellulaire, Dermatite factice, Pathologies cutanées précancéreuses, Adénomatose érosive du mamelon, Adénome du canal du mamelon, Hyperplasie bénigne des cellules de Toker
Informations
Terme anglais Mammary Paget's disease
Wikidata ID Q1572384
Spécialités Chirurgie générale, Oncologie, Dermatologie

OOjs UI icon check-constructive.svg

La maladie de Paget mammaire est un type de cancer du sein caractérisé par la présence de cellules néoplasiques dans l'épiderme du complexe aréolo-mamelonnaire (CAM), qui suggèrent un carcinome canalaire sous-jacent.[1][2] La maladie de Paget extramammaire partage les mêmes caractéristiques histologiques, mais la pathogenèse est différente et les lésions sont plutôt retrouvées sur les organes génitaux externes.[3] Ces pathologies se distinguent également de la maladie de Paget osseuse.[4]

1 Épidémiologie[modifier | w]

La maladie de Paget mammaire est la façon dont se présente une tumeur maligne du sein dans 1 à 4 % des cas, ce qui est en fait une présentation peu commune comparativement à d'autres modes de présentation comme une masse palpable ou une découverte sur une mammographie. Par ailleurs, jusqu'à 5% des mastectomies, une maladie de Paget mammaire subclinique est décelée histologiquement. Cette pathologie peut apparaître entre 26 et 88 ans, mais l'incidence est maximale chez les femmes ménopausées de plus de 60 ans.[1]

L'incidence est également plus élevée chez les femmes nullipares. Moins de 1 % des cancers du sein apparaissent chez les hommes, ce qui rend la maladie de Paget mammaire extrêmement rare chez ces derniers.[5] En effet, la maladie de Paget mammaire représente 1,45% des cancers du sein chez les hommes, alors que chez les femmes, cette maladie représente 0,68 % des cancers du sein. L'âge moyen de l'apparition de la maladie se situe à 62,8 ans chez les femmes et à 68,1 ans chez les hommes.[6]

Selon la base de données de surveillance, d'épidémiologie et de résultats finaux (SEER) de l'Institut national du cancer américain, l'incidence globale de la maladie a augmenté entre 1988 et 2002, mais a diminué de 45% par la suite pour des raisons inconnues.[7]

La maladie de Paget mammaire se présente habituellement (90-100% des cas) en association avec un carcinome canalaire in situ ou invasif, mais elle peut se présenter de façon isolée dans 1,4 à 13% des cas selon les études. L'association se fait dans un tiers des cas avec un carcinome canalaire in situ.[8]

Chez les hommes, la maladie de Paget mammaire est associée dans 86% des cas avec une néoplasie, soit un carcinome canalaire in situ (12%) ou invasif (74%), et se présente de façon isolée dans 14% des cas.[6]

2 Étiologies[modifier | w]

La maladie de Paget mammaire est généralement associée à un carcinome canalaire in situ ou un carcinome canalaire invasif. Par conséquent, cette pathologie peut aussi être associée à des anomalies génétiques trouvées dans des cancers du sein, comme une mutation des gènes BRCA1/2, mais la maladie de Paget mammaire est plus souvent trouvée chez les femmes ménopausées et donc moins susceptible d'être d'origine génétique[1]. On retrouve également une amplification du gène codant pour la protéine HER2 chez certains Paget mammaire comme pour les cancers du sein invasifs.[9]

3 Physiopathologie[modifier | w]

vignette|Diagramme des théories étiopathogéniques de la maladie de Paget mammaire : a) Théorie épidermotrope 2) Théorie de la transformation Deux théories ont été proposées pour expliquer la pathogenèse de la maladie de Paget mammaire.[1]

  1. La théorie la plus largement acceptée est la théorie épidermotrope. Selon cette théorie, la maladie de Paget origine des cellules épithéliales venant d'un carcinome canalaire mammaire qui migrent à travers les canaux galactophores jusqu'à atteindre l'épiderme du mamelon. Une analyse immunohistochimique a démontré que les cellules de Paget expriment un phénotype kératinique se rapprochant de celui des cellules épithéliales canalaires, et qui était absent des cellules de l'épiderme mamelonnaire normal.[10] La présence d'une surexpression ou d'une amplification du gène de HER2 dans des cellules de Paget renforce cette hypothèse. La migration des cellules néoplasiques serait médiée par un facteur de motilité qui interagirait avec le récepteur HER2.[11][1]
  2. Selon la théorie de la transformation, la maladie de Paget origine de kératinocytes de l'épiderme qui se transforment en cellules néoplasiques à la suite d'un endommagement de l'épithélium à cause des sécrétions mammaires, formant un carcinome épidermique in situ. Cette théorie se base sur les cas rapportés d'une maladie de Paget qui se présentait de façon isolée, sans carcinome canalaire sous-jacent. Celle théorie est moins largement acceptée et a été réfutée par l'observation de l'implication de canaux galactophores sous-jacents dans la pathogenèse de la maladie.[1]

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Aspect clinique de la maladie de Paget mammaire sur la paroi thoracique, à l'emplacement d'une mastectomie simple effectuée quelques années auparavant. Des antécédents de cancer du sein constituent un facteur de risque de cette pathologie.

Les facteurs de risques de la maladie de Paget mammaire sont communs aux autres cancers du sein. Ces facteurs de risque sont[1]:

4.2 Questionnaire[modifier | w]

Les manifestations cliniques de la maladie de Paget mammaire à rechercher lors du questionnaires, en investiguant la durée et l'évolution des lésions, sont les suivantes[1]:

L'utilisation de crème ou d'onguent (corticostéroïdes, antifungiques) est à questionner.vignette|a) Photographie du sein gauche chez une patiente de 56 ans atteinte de la maladie de Paget mammaire, montrant des changements aréolo-mamelonnaires: formation de plaques érythémato-squameuses épaissies et d'ulcérations b) Mammographie du sein gauche montrant les microcalcifications (flèches).

4.3 Examen clinique[modifier | w]

L'examen clinique, qui doit être fait bilatéralement, permet d'objectiver les signes suivants[1][12][13]:

5 Examens paracliniques[modifier | w]

5.1 Imagerie[modifier | w]

vignette|Mammographie du sein gauche chez une femme de 60 ans présentant une ulcération et une inversion du mamelon. a) La flèche pointe un épaississement de la région aréolo-mamelonnaire. b) Des lésions hypoéchogènes sont visibles dans le sein gauche c) La patiente a reçu une mastectomie. Les méthodes d'imagerie suivantes permettent de localiser la tumeur et préciser son étendue.[1]

Imagerie lors d'un Paget mammaire
Modalité Commentaires
Mammographie diagnostique
IRM mammaire
  • Sensible pour le cancer du sein invasif.
  • À utiliser avec une attention particulière, car cette méthode génère beaucoup de faux positifs qui peuvent mener à une surutilisation des mastectomies.[14]
  • On l'utilise chez une jeune patiente avec des seins denses.
Échographie mammaire
  • Peut être faite pour une évaluation plus approfondie ou pour servir de guide pour la biopsie au trocart, mais n'augmente pas la sensibilité de la détection comparativement à la mammographie.

5.2 Histopathologie[modifier | w]

Si l'examen physique suggère une maladie de Paget mammaire, une biopsie de la lésion mammaire, incluant la peau de la région atteinte du CAM sur toute sa profondeur, doit être pratiquée chez toutes les patientes.

Généralement, une biopsie à l'emporte-pièce (punch 4 mm) de la lésion est pratiquée sur toute sa profondeur. Afin de faciliter le diagnostic, il est important de biopsier non seulement la lésion superficielle, mais également les anomalies sous-jacentes détectées à l'examen physique ou à l'imagerie. En effet, une biopsie de type wedge peut permettre de visualiser les canaux galactophores et ainsi identifier, par exemple, un carcinome canalaire in situ, ce qui permet de préciser l'étiologie de la maladie de Paget mammaire. La cytologie de grattage peut également diagnostiquer avec précision la maladie de Paget mammaire et présente l'avantage d'être non invasive. Un écoulement du mamelon peut aussi être prélevé pour détecter la présence de cellules de Paget.[1][15]

Lors de l'analyse histologique d'une biopsie, la présence de cellules de Paget est caractéristique de la maladie de Paget mammaire. Il s'agit de grandes cellules claires et de forme arrondie, présentant des vacuoles de mucine et des gros nucléoles. La mucine peut être mise en évidence par une coloration spéciale à la mucicarmine, ce qui permet de différencier les cellules de Paget des cellules de mélanome. Les cellules de Paget sont des cellules tumorales malignes, mais elles ressemblent aux cellules de Toker, qui sont quant à elles bénignes et retrouvées dans 10% des mamelons normaux.[16][17] Les cellules de Paget peuvent être regroupées ou non en de petites agrégats dans l'épiderme du mamelon.

Micrographie de la maladie de Paget mammaire sur une coupe de peau colorée à l'hématoxyline-éosine. Des cellules de Paget sont visibles dans l'épiderme.

Une analyse immunohistochimique des biopsies de mamelon permet de confirmer le diagnostic en éliminant des pathologies similaires. Les cytokératines de bas poids moléculaire CK7 et CK20 sont caractéristiques de la maladie de Paget mammaire, ce qui permet de la distinguer du carcinome épidermoïde de l'épiderme qui contient des cytokines de haut poids moléculaire. Les cellules de Paget sont généralement positives pour l'antigène carcinoembryonnaire (CEA) et négative pour la protéine S-100, ce qui permet de différencier la maladie de Paget mammaire du mélanome. Cependant, dans certains cas, les cellules de Paget peuvent exprimer la S-100. [1][18] MART1 et HMB peuvent se révéler plus utiles que S-100 pour confirmer le mélanome malin. 50% des cas de maladie de Paget mammaire sont positifs pour les récepteurs aux œstrogènes ou à la progestérone, ce qui en fait des marqueurs peu efficaces. Toutefois, plus de 80% des maladies de Paget mammaire présentent une surexpression ou une amplification des récepteurs HER2, qui sont généralement associés à un mauvais pronostic.[1][19]

6 Approche clinique[modifier | w]

La maladie de Paget mammaire peut être suspectée lorsqu'il y a un eczéma, une ulcération, des saignements ou du prurit dans la région aréolo-mammelonnaire. Lors de l'investigation, il faut chercher à éliminer des pathologies qui pourraient imiter cette dernière. Entre autres, dans le questionnaire, il est important d'évaluer la durée et l'évolution des symptômes. Un eczéma persistant pendant plus de trois semaines laisse suspecter la maladie de Paget mammaire. L'examen physique permet d'objectiver les signes associés à la pathologie et de chercher une masse palpable. Un examen bilatéral des seins doit être effectué. La dermatite eczémateuse des mamelons est généralement bilatérale, sans induration et répond rapidement aux glucocorticoïdes topiques, alors qu'elle est habituellement unilatérale et épaissie dans la maladie de Paget mammaire. Une amélioration de la maladie de Paget spontanée ou après application de crème de cortisone est possible, donc elle n'élimine pas le diagnostic.

7 Diagnostic[modifier | w]

La maladie de Paget du sein peut être classée avec le système de gradation et de stadification TNM de la même manière que les autres tumeurs malignes du sein. En d'autres termes, la présence de la maladie de Paget du sein ne modifie pas le stade du cancer du sein sous-jacent.[1] Cependant, un cas particulier advient lorsque l'association avec une néoplasie sous-jacente n'est pas identifiée : la maladie de Paget est alors classée comme Tis (Paget), afin de la distinguer d'un carcinome canalaire in situ. L'étendue et les caractéristiques de la tumeur sous-jacente, précisés par le TNM, influencent le plan de traitement.

8 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Il est très important d'identifier et de différencier la maladie de Paget du sein d'autres pathologies semblables comme les dermatoses inflammatoires, les affections cutanées précancéreuses et les autres néoplasies mammaires. Une liste de diagnostics différentiels doit être gardée à l'esprit pour effectuer des investigations et un traitement appropriés. Voici la liste du diagnostic différentiel pour la maladie de Paget du sein: [1]

9 Traitement[modifier | w]

Le traitement dépend du stade de l'affection, de la présence ou de l'absence d'une tumeur sous-jacente, de l'atteinte des ganglions lymphatiques, du statut des récepteurs hormonaux et des récepteurs HER2 et de l'état général général du patient.

Traitement recommandé en fonction des résultats des examens paracliniques
Résultats Intervention proposée
  • Biopsie cutanée négative
  • Absence de masse mammaire
  • Proposer un suivi
  • Pratiquer une nouvelle biopsie si la lésion ne guérit pas ou si le clinicien en considère la pertinence.
  • Biopsie cutanée = maladie de Paget mammaire
  • Présence d'une masse mammaire sous-jacente
  • L'approche dépend de la distance de la masse néoplasique par rapport au CAM.
    • La masse est éloignée du CAM.
      • La mastectomie totale est de mise.
      • Si les ganglions axillaires sont palpables et suspects, une aspiration à l'aiguille fine guidée par échographie ou une biopsie au trocart de ces derniers doit être faite.
        • En présence d'une anomalie histologique, on orientera la patiente vers un traitement néoadjuvant suivi de l'intervention chirurgicale et de la radiothérapie.
        • Si la biopsie ganglionnaire est négative, une biopsie des ganglions sentinelles doit plutôt être réalisée uniquement s'il y a une maladie invasive prouvée au préalable.[1][20][21]
    • Si la masse est proche du CAM, le traitement de choix est une mastectomie partielle centrale et une biopsie du ganglion sentinelle, suivies d'une radiothérapie du sein.
  • Biopsie cutanée = maladie de Paget mammaire
  • Absence de masse mammaire
  • Le traitement est essentiellement le même qu'en présence d'une masse, mais la biopsie du ganglion sentinelle peut être écartée. Un IRM ou la prise de nouvelles biopsies peut aider à guider le choix de traitement.[2]
  • Une résection complète du CAM avec tumorectomie centrale peut consister une alternative à la mastectomie et présente l'avantage de donner un bon résultat d'un point de vue esthétique.[1][22][23]

Le traitement de la maladie de Paget mammaire vise essentiellement le traitement du carcinome canalaire sous-jacent. Le traitement de choix consiste en un traitement conservateur du sein avec résection du CAM, suivi d'une radiothérapie du sein entier - comme on le ferait pour un carcinome canalaire in situ régulier. La mastectomie totale était auparavant le traitement standard mais tend à être remplacée depuis par un traitement conservateur du sein. Une mastectomie totale avec évidemment axillaire (par recherche du ganglion sentinelle) peut cependant être indiquée si le cancer est multicentrique ou présente des calcifications diffuses. Il n'existe aucune ligne directrice pour les tumeurs malignes invasives du sein.[1][24][25][26] 

9.1 Traitements non approuvés[modifier | w]

Il n'y a pas d'évidence que l'hormonothérapie réduise le risque de récidive de la maladie de Paget mammaire lorsqu'il y a absence de carcinome in situ ou invasif sous-jacent qui sont traités par un traitement conservateur du sein. L'hormonothérapie ou la chimiothérapie doit cibler le carcinome in situ ou invasif associé à la maladie de Paget.

La thérapie photodynamique est une procédure récemment développée où un médicament photosensibilisateur est injecté et permet de détruire les cellules tumorales par l'activation par une lumière de longue d'onde spécifique. La thérapie photodynamique constitue une alternative sûre et efficace à la chirurgie pour le traitement de la maladie de Paget mammaire et extramammaire, bien que cette procédure soit encore en train d'être étudiée et peu répandue.[1][27][28]

10 Suivi[modifier | w]

La suivi de la maladie de Paget mammaire après son traitement est la même que pour d'autres types de cancers du sein. Les récidives doivent être surveillées par une mammographie annuelle. Un auto-examen mensuel des seins est par ailleurs recommandé. Une consultatif en soins de première ligne avec anamnèse et examen physique permet de s'assurer de l'absence de récidive et de traiter les symptômes résiduels. En effet, il est important de traiter les effets à long terme dus au cancer ou à son traitement tels que la douleur, la fatigue ou la détresse. La promotion de bonnes habitudes de vie est également essentielle. [29]

11 Complications[modifier | w]

Les complications du traitement de la maladie de Paget mammaire sont les mêmes que pour le traitement de tout cancer du sein:[1]

12 Évolution[modifier | w]

Le pronostic de la maladie de Paget mammaire dépend de la présentation initiale de la maladie et de la présence d'un carcinome canalaire invasif sous-jacent ou de métastases ganglionnaires axillaires. Lorsque la maladie de Paget mammaire est associée à une masse palpable ou à une anomalie mammographique définie, le cancer du sein associé a tendance à être à un stade plus avancé. Lorsque la masse mammaire n'est pas palpable, le pronostic est meilleur: 92 % des patientes survivent cinq ans après l'excision et 82 % survivent dix ans. Lorsque la masse mammaire est palpable, 38 % survivent cinq ans et 22% survivent dix ans. Le pronostic est pire en cas d'adénopathie.[1][10][24][30]

13 Prévention[modifier | w]

Il est possible de prévenir l'apparition de la maladie de Paget mammaire en faisant la promotion de bonnes habitudes de vie comme la pratique régulière d'activité physique, une bonne alimentation et la cessation tabagique. L'auto-examen régulier des seins est également recommandé.[29]

14 Notes[modifier | w]

  1. L'irradiation peut notamment mener à des mutations des gènes BRCA1 et BRCA2.

15 Références[modifier | w]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 1,11 1,12 1,13 1,14 1,15 1,16 1,17 1,18 1,19 et 1,20 Muhammad Yasir, Myra Khan et Saran Lotfollahzadeh, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 33085375, lire en ligne)
  2. 2,0 et 2,1 National Comprehensive Cancer Network, « Breast Cancer (Version 2.2022) », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎
  3. Brianna McDaniel, Falon Brown et Jonathan S. Crane, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29630276, lire en ligne)
  4. (en) Philip Bouchette et Sameh W. Boktor, Paget Disease, StatPearls Publishing, (PMID 28613556, lire en ligne)
  5. Vanesa Rodríguez-Fernández, Lucía Cameselle-Cortizo, María José Lamas González et Gonzalo José De Castro Parga, « Paget´s disease of the male breast: An unusual case in a young man and literature review », Current Problems in Cancer: Case Reports, vol. 1,‎ , p. 100019 (ISSN 2666-6219, DOI 10.1016/j.cpccr.2020.100019, lire en ligne)
  6. 6,0 et 6,1 Scott J. Adams et Rani Kanthan, « Paget's disease of the male breast in the 21st century: A systematic review », The Breast, vol. 29,‎ , p. 14–23 (ISSN 0960-9776, DOI 10.1016/j.breast.2016.06.015, lire en ligne)
  7. J. W. Berg et R. V. Hutter, « Breast cancer », Cancer, vol. 75, no 1 Suppl,‎ , p. 257–269 (ISSN 0008-543X, PMID 8001000, DOI 10.1002/1097-0142(19950101)75:1+<257::aid-cncr2820751311>3.0.co;2-y, lire en ligne)
  8. S. Dubar, M. Boukrid, Jean Bouquet de Joliniere et L. Guillou, « Paget's Breast Disease: A Case Report and Review of the Literature », Frontiers in Surgery, vol. 4,‎ , p. 51 (ISSN 2296-875X, PMID 29109950, Central PMCID 5660109, DOI 10.3389/fsurg.2017.00051, lire en ligne)
  9. Michelle K. Bianco et Mohammad A. Vasef, « HER-2 gene amplification in Paget disease of the nipple and extramammary site: a chromogenic in situ hybridization study », Diagnostic Molecular Pathology: The American Journal of Surgical Pathology, Part B, vol. 15, no 3,‎ , p. 131–135 (ISSN 1052-9551, PMID 16932067, DOI 10.1097/01.pdm.0000213456.30151.5b, lire en ligne)
  10. 10,0 et 10,1 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2434164
  11. W. Fu, C. A. Lobocki, B. K. Silberberg et M. Chelladurai, « Molecular markers in Paget disease of the breast », Journal of Surgical Oncology, vol. 77, no 3,‎ , p. 171–178 (ISSN 0022-4790, PMID 11455553, DOI 10.1002/jso.1090, lire en ligne)
  12. F. C. Nance, D. H. DeLoach, R. A. Welsh et W. F. Becker, « Paget's disease of the breast », Annals of Surgery, vol. 171, no 6,‎ , p. 864–874 (ISSN 0003-4932, PMID 4316089, Central PMCID 1396879, DOI 10.1097/00000658-197006010-00007, lire en ligne)
  13. R. Ashikari, K. Park, A. G. Huvos et J. A. Urban, « Paget's disease of the breast », Cancer, vol. 26, no 3,‎ , p. 680–685 (ISSN 0008-543X, PMID 4318756, DOI 10.1002/1097-0142(197009)26:3<680::aid-cncr2820260329>3.0.co;2-p, lire en ligne)
  14. Giampiero Capobianco, Bernardino Spaliviero, Salvatore Dessole et Pier Luigi Cherchi, « Paget's disease of the nipple diagnosed by MRI », Archives of Gynecology and Obstetrics, vol. 274, no 5,‎ , p. 316–318 (ISSN 0932-0067, PMID 16622685, DOI 10.1007/s00404-006-0160-0, lire en ligne)
  15. M. E. Lucarotti, J. M. Dunn et A. J. Webb, « Scrape cytology in the diagnosis of Paget's disease of the breast », Cytopathology: Official Journal of the British Society for Clinical Cytology, vol. 5, no 5,‎ , p. 301–305 (ISSN 0956-5507, PMID 7529588, DOI 10.1111/j.1365-2303.1994.tb00434.x, lire en ligne)
  16. S. C. van der Putte, J. Toonstra et A. Hennipman, « Mammary Paget's disease confined to the areola and associated with multifocal Toker cell hyperplasia », The American Journal of Dermatopathology, vol. 17, no 5,‎ , p. 487–493 (ISSN 0193-1091, PMID 8599455, DOI 10.1097/00000372-199510000-00010, lire en ligne)
  17. M. Decaussin, M. Laville, P. Mathevet et L. Frappart, « Paget's disease versus Toker cell hyperplasia in a supernumerary nipple », Virchows Archiv: An International Journal of Pathology, vol. 432, no 3,‎ , p. 289–291 (ISSN 0945-6317, PMID 9532009, DOI 10.1007/s004280050167, lire en ligne)
  18. C. E. Gillett, L. G. Bobrow et R. R. Millis, « S100 protein in human mammary tissue--immunoreactivity in breast carcinoma, including Paget's disease of the nipple, and value as a marker of myoepithelial cells », The Journal of Pathology, vol. 160, no 1,‎ , p. 19–24 (ISSN 0022-3417, PMID 2156036, DOI 10.1002/path.1711600106, lire en ligne)
  19. Ashutosh S. Kothari, Nicolas Beechey-Newman, Hisham Hamed et Ian S. Fentiman, « Paget disease of the nipple: a multifocal manifestation of higher-risk disease », Cancer, vol. 95, no 1,‎ , p. 1–7 (ISSN 0008-543X, PMID 12115309, DOI 10.1002/cncr.10638, lire en ligne)
  20. P. Sukumvanich, D. J. Bentrem, H. S. Cody et E. Brogi, « The role of sentinel lymph node biopsy in Paget's disease of the breast », Annals of Surgical Oncology, vol. 14, no 3,‎ , p. 1020–1023 (ISSN 1068-9265, PMID 17195914, DOI 10.1245/s10434-006-9056-2, lire en ligne)
  21. Christine Laronga, Danielle Hasson, Susan Hoover et John Cox, « Paget's disease in the era of sentinel lymph node biopsy », American Journal of Surgery, vol. 192, no 4,‎ , p. 481–483 (ISSN 0002-9610, PMID 16978954, DOI 10.1016/j.amjsurg.2006.06.023, lire en ligne)
  22. Jennifer K. Marshall, Kent A. Griffith, Bruce G. Haffty et Lawrence J. Solin, « Conservative management of Paget disease of the breast with radiotherapy: 10- and 15-year results », Cancer, vol. 97, no 9,‎ , p. 2142–2149 (ISSN 0008-543X, PMID 12712465, DOI 10.1002/cncr.11337, lire en ligne)
  23. N. Bijker, E. J. Rutgers, L. Duchateau et J. L. Peterse, « Breast-conserving therapy for Paget disease of the nipple: a prospective European Organization for Research and Treatment of Cancer study of 61 patients », Cancer, vol. 91, no 3,‎ , p. 472–477 (ISSN 0008-543X, PMID 11169928, DOI 10.1002/1097-0142(20010201)91:3<472::aid-cncr1024>3.0.co;2-q, lire en ligne)
  24. 24,0 et 24,1 D. R. Kollmorgen, J. S. Varanasi, S. B. Edge et W. E. Carson, « Paget's disease of the breast: a 33-year experience », Journal of the American College of Surgeons, vol. 187, no 2,‎ , p. 171–177 (ISSN 1072-7515, PMID 9704964, DOI 10.1016/s1072-7515(98)00143-4, lire en ligne)
  25. Shaheen Zakaria, Gouri Pantvaidya, Karthik Ghosh et Amy C. Degnim, « Paget's disease of the breast: accuracy of preoperative assessment », Breast Cancer Research and Treatment, vol. 102, no 2,‎ , p. 137–142 (ISSN 0167-6806, PMID 17028984, DOI 10.1007/s10549-006-9329-2, lire en ligne)
  26. J. H. Yim, M. R. Wick, G. W. Philpott et J. A. Norton, « Underlying pathology in mammary Paget's disease », Annals of Surgical Oncology, vol. 4, no 4,‎ , p. 287–292 (ISSN 1068-9265, PMID 9181226, DOI 10.1007/BF02303576, lire en ligne)
  27. Igor Snast, Eran Sharon, Ran Kaftory et Yehonatan Noyman, « Nonsurgical Treatments for Extramammary Paget Disease: A Systematic Review and Meta-Analysis », Dermatology (Basel, Switzerland), vol. 236, no 6,‎ , p. 493–499 (ISSN 1421-9832, PMID 32289785, DOI 10.1159/000506832, lire en ligne)
  28. Fabienne Lecomte, Elise Thecua, Laurine Ziane et Pascal Deleporte, « Photodynamic Therapy Using a New Painless Light-Emitting Fabrics Device in the Treatment of Extramammary Paget Disease of the Vulva (the PAGETEX Study): Protocol for an Interventional Efficacy and Safety Trial », JMIR research protocols, vol. 8, no 12,‎ , e15026 (ISSN 1929-0748, PMID 31793891, Central PMCID 6918208, DOI 10.2196/15026, lire en ligne)
  29. 29,0 et 29,1 (en) Jeffrey Sisler, Geneviève Chaput, Jonathan Sussman et Emmanuel Ozokwelu, « Suivi après le traitement du cancer du sein: Guide pratique des soins aux survivantes à l’intention des médecins de famille », Canadian Family Physician, vol. 62, no 10,‎ , e578–e585 (ISSN 0008-350X et 1715-5258, PMID 27737992, lire en ligne)
  30. J. F. Paone et R. R. Baker, « Pathogenesis and treatment of Paget's disease of the breast », Cancer, vol. 48, no 3,‎ , p. 825–829 (ISSN 0008-543X, PMID 6265059, DOI 10.1002/1097-0142(19810801)48:3<825::aid-cncr2820480326>3.0.co;2-#, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.