Signe de Kernig (signe clinique)

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Signe de Kernig
Signe clinique
Kernig's sign cerebrospinal meningitis.jpg
Données
Système Nerveux central
Modalité
Examen neurologiquesignes méningés
Informations
Wikidata ID Q631556
Spécialités Neurologie, neurochirurgie, infectiologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Le signe de Kernig est l'un des signes cliniques éponymes de méningite. Ce test est généralement effectué chez les patients en décubitus dorsal et est décrit comme une résistance ou une douleur avec extension passive des genoux. On pense que cette résistance est due à une inflammation méningée dans le cadre d'une méningite ou d'autres entités cliniques susceptibles d'irriter les méninges. Depuis sa conception au 19e siècle, la valeur clinique du signe de Kernig a été explorée plus en profondeur. Elle reste une manœuvre courante en cas de suspicion de méningite.[1][2][3][4][5]?

1 Examen[modifier | w]

Pour obtenir le signe de Kernig, les cliniciens effectuent généralement l'examen avec le patient allongé sur le dos et les genoux fléchis. La manœuvre doit être réalisée avec le patient avec les hanches fléchies à 90 degrés par rapport au tronc. L'examinateur étend alors passivement les jambes.

Les nourrissons dont le tonus musculaire est tendu ou élevé ne sont pas de bons candidats pour le test de Kernig. Le test n'est pas non plus fiable pour les patients très léthargiques, paraplégiques ou comateux, car ces personnes peuvent ne pas présenter de signes méningés évidents.

L'élicitation du signe de Kernig est souvent réalisée en conjonction avec d'autres techniques d'examen pour détecter la méningite chez les patients symptomatiques, en particulier le signe de Brudzinski.

2 Physiopathologie[modifier | w]

Le cerveau est recouvert de trois couches méningées, la dure-mère, la pie-mère et l'arachnoïde. La méningite est une inflammation de ces couches méningées, en particulier de la pie et de l'arachnoïde.[6] Dans la méningite, il existe une hypertonie des membres inférieurs et une sensibilité accrue des nerfs des membres inférieurs. Selon une hypothèse, le signe de Kernig serait une réponse protectrice pour prévenir les spasmes et les douleurs des membres inférieurs pouvant être déclenchés par la manœuvre effectuée pour le signe de Kernig. La manœuvre provoque un étirement des racines nerveuses hypersensibles et enflammées.[7] 

3 Interprétation[modifier | w]

Kernig a décrit un signe positif comme l'incapacité d'étendre les genoux à plus de 135 degrés. Dans les cas graves, les patients ne pouvaient pas étendre leurs genoux au-delà de 90 degrés. La présence d'une contracture ou d'un spasme des extenseurs au niveau du genou était considérée comme un résultat positif.[5][8][9][10]

4 Signification clinique[modifier | w]

Les signes cliniques associés à la méningite, notamment Kernig et Brudzinski, sont en corrélation avec d'autres maladies[5] :

Plusieurs études ont évalué l'utilité et la précision de ces résultats d'examens au chevet du patient pour diagnostiquer la méningite. Le signe de Kernig et le signe de Brudzinski ont tous deux un rôle limité dans l'élimination de la méningite en leur absence, avec des sensibilités faibles de 5 %. Cependant, les signes ont des spécificités de 95 % et sont considérés comme hautement prédictifs de méningite bactérienne lorsqu'ils sont présents dans le cadre clinique approprié.[5][11]

5 Références[modifier | w]

  1. Karen J. Vigil, Lucrecia Salazar et Rodrigo Hasbun, « Community-Acquired Meningitis in HIV-Infected Patients in the United States », AIDS patient care and STDs, vol. 32, no 2,‎ , p. 42–47 (ISSN 1557-7449, PMID 29432047, Central PMCID 5808382, DOI 10.1089/apc.2017.0286, lire en ligne)
  2. Hillary R. Mount et Sean D. Boyle, « Aseptic and Bacterial Meningitis: Evaluation, Treatment, and Prevention », American Family Physician, vol. 96, no 5,‎ , p. 314–322 (ISSN 1532-0650, PMID 28925647, lire en ligne)
  3. Sarah E. Forgie, « The History and Current Relevance of the Eponymous Signs of Meningitis », The Pediatric Infectious Disease Journal, vol. 35, no 7,‎ , p. 749–751 (ISSN 1532-0987, PMID 27031257, DOI 10.1097/INF.0000000000001152, lire en ligne)
  4. Jolene H. Nakao, Farrukh N. Jafri, Kaushal Shah et David H. Newman, « Jolt accentuation of headache and other clinical signs: poor predictors of meningitis in adults », The American Journal of Emergency Medicine, vol. 32, no 1,‎ , p. 24–28 (ISSN 1532-8171, PMID 24139448, DOI 10.1016/j.ajem.2013.09.012, lire en ligne)
  5. 5,0 5,1 5,2 et 5,3 Alyssa Karl, Muhammad Ashar Ali et Dov Brandis, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29262005, lire en ligne)
  6. Olaf Hoffman et R. Joerg Weber, « Pathophysiology and treatment of bacterial meningitis », Therapeutic Advances in Neurological Disorders, vol. 2, no 6,‎ , p. 1–7 (ISSN 1756-2864, PMID 21180625, Central PMCID 3002609, DOI 10.1177/1756285609337975, lire en ligne)
  7. Manmohan Mehndiratta, Rajeev Nayak, Hitesh Garg et Munish Kumar, « Appraisal of Kernig's and Brudzinski's sign in meningitis », Annals of Indian Academy of Neurology, vol. 15, no 4,‎ , p. 287–288 (ISSN 0972-2327, PMID 23349594, Central PMCID 3548367, DOI 10.4103/0972-2327.104337, lire en ligne)
  8. Hidetaka Tamune, Hiroaki Takeya, Wakako Suzuki et Yasuaki Tagashira, « Absence of jolt accentuation of headache cannot accurately rule out meningitis in adults », The American Journal of Emergency Medicine, vol. 31, no 11,‎ , p. 1601–1604 (ISSN 1532-8171, PMID 24070978, DOI 10.1016/j.ajem.2013.08.028, lire en ligne)
  9. Sarah Curtis, Kent Stobart, Ben Vandermeer et David L. Simel, « Clinical features suggestive of meningitis in children: a systematic review of prospective data », Pediatrics, vol. 126, no 5,‎ , p. 952–960 (ISSN 1098-4275, PMID 20974781, DOI 10.1542/peds.2010-0277, lire en ligne)
  10. J. Attia, R. Hatala, D. J. Cook et J. G. Wong, « The rational clinical examination. Does this adult patient have acute meningitis? », JAMA, vol. 282, no 2,‎ , p. 175–181 (ISSN 0098-7484, PMID 10411200, DOI 10.1001/jama.282.2.175, lire en ligne)
  11. Shirin Afhami, Seyed Ali Dehghan Manshadi et Omid Rezahosseini, « Jolt accentuation of headache: can this maneuver rule out acute meningitis? », BMC research notes, vol. 10, no 1,‎ , p. 540 (ISSN 1756-0500, PMID 29084605, Central PMCID 5663092, DOI 10.1186/s13104-017-2877-1, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.

Maladies avec cette présentation