Dysfonction leucocytaire (approche clinique)

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dysfonction leucocytaire
Approche clinique
Reed-Sternberg lymphocyte nci-vol-7172-300.jpg
Lymphocyte normal et cellule de Reed-Sternberg
Caractéristiques
Informations
Spécialité Hématologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v4) ]
Objectif du CMC
Anomalies leucocytaires (120)

La dysfonction leucocytaire signifie qu'il y a une pathologie induisant un fonctionnement anormal des leucocytes, sans nécessairement avoir d'impact sur le nombre de cellules. Se référer aux pages leucocytose et leucopénie pour les étiologies altérant le nombre de leucocytes.

1 Étiologies[modifier | w]

Voici un tableau avec les étiologies de dysfonction leucocytaire.

Étiologies par système
Pathologie Cellules atteintes
Lymphocytes
VIH Lymphocytes CD4+ défectueux
Mononucléose, malaria (infections) Lymphocytes atypiques
DiGeorge Lymphocytes T anormaux
Maladies autoimmunes ex: PAR, DB1, SEP Auto-immunité lymphocytaire
Lymphome de Hodgkin Lymphocytes B anormaux
Macrophages
Maladie granulomateuse chronique Fonction microbicide défectueuse des macrophages
Lignée myéloïde
Syndromes myélodysplasiques Précurseurs myéloïdes anormaux

1.1 Rappel des lignées cellulaires leucocytaires[1][modifier | w]

  • Lymphocytes → B, T, NK
    • T : immunité cellulaire → sous-types CD4+ et CD8+
    • B: immunité humorale
  • Monocytes → macrophages
  • Polynucléaires (éosinophile, neutrophile, basophile)

2 Physiopathologie[modifier | w]

  • Cycle de réplication du VIH
    VIH[2] : Virus se fixe et pénètre dans les lymphocytes T de l'hôte, principalement les CD4+ → ARN du virus libérée dans la cellule hôte → réplication virale → libération de virions → vont intégrer d'autres cellules → cause immunosuppression des lymphocytes T CD4+ & activation immunitaire (ce qui contribue à encore plus diminuer les CD4+)
  • Maladie granulomateuse chronique[3]: Fonction phagocytaire microbicide défectueuse des macrophages. Les bactéries et champignons ne sont donc pas tuées malgré la phagocytose.
  • Maladies auto-immunes[4]: réaction des lymphocytes aux antigènes de nos propres tissus, formant ainsi des anticorps dirigés contre soi. induit une inflammation systémique et des lésions aux organes cibles.
  • Di George[5]: délétions géniques et mutations chromosomiques. Se manifeste en bas âge. Ils présentent également une hypoplasie thymique et parathyroïdienne ou une aplasie, entraînant un déficit lymphocytaire T et une hypoparathyroïdie.
  • Syndromes myélodysplasiques[6]: mutations des cellules souches hématopoïétiques, résultant en une hématopoïèse inefficace et dysplasique.

3 Approche clinique[modifier | w]

3.1 Questionnaire[modifier | w]

Questionnaire
Trouvaille Penser à ...
ATCD Personnels
Abcès récidivants Mx granulomateuse chronique
Infections opportunistes, récidivantes Déficits immunitaires en général
Retard de développement DiGeorge
Trouble cardiaque congénital DiGeorge
Exposition à des toxines (ex benzène), chimiothérapie, radiothérapie Syndrome myélodysplasique
Chirurgicaux
Transplantation d'organes VIH
Habitus
Drogues (UDIV) VIH
Pratiques sexuelles à risque, non protégées, HARSAH VIH
Grossesse/Allaitement VIH
Voyages récents, piqûres d'insectes Malaria
PQRST
Fatigue, fièvre, perte de poids VIH, lymphome, maladie auto-immune
Fièvre, arthralgies, fatigue, mal de gorge VIH primo infection
Douleurs, déformations articulaires, faiblesse, ictère, démangeaisons, difficulté respiratoire, accumulation de liquide (œdème), délire Manifestations variées des mx auto-immunes

3.2 Examen clinique[modifier | w]

Manifestation
Maladie granulomateuse chronique (lésions granulomateuses dans les organes)[3] Lymphadénite suppurée
Hépatomégalie
Ostéomyélite
Abcès
Mucosites
Abcès récidivants
VIH[2] Adénopathies
Gorge (pharyngite, ulcères)
Perte de poids
DiGeorge[5] Oreilles bas implantées
Fentes médianes de la face
Rétrognatisme
Hypertélorisme
Raccourcissement du sillon sous-nasal
Maladies auto-immunes[4] Manifestations variées

4 Drapeaux rouges[modifier | w]

Drapeaux rouges Causes sérieuses possibles
Numération de lymphocytes T CD4+ <0.2x 109/L
  • SIDA
Infections opportunistes répétées ou sévères
  • VIH / SIDA
  • Tout autre déficit immunitaire sévère
Insuffisance d'un organe vital (pneumopathie, insuffisance rénale, insuffisance hépatique, etc)
  • Maladie granulomateuse chronique

5 Investigation[modifier | w]

Test Quand l'utilisation de ce test est-elle justifiée
FSC Cytopénies : VIH, myélodysplasie
Frottis Blastes: syndrome myélodysplasique

Cellules de Reed-Sternberg: lymphome de Hodgkin

Lymphocytes atypiques : mononucléose, malaria

Aspiration/biopsie de moelle Si cytopénies VIH, syndrome myélodysplasique
PL, TDM/IRM tête Si sx neuro VIH pour ddx
Cytométrie de flux Mx granulomateuse chronique : production d'espèces réactives de l'O2
Sérologies VIH, CMV, EBV, Malaria, etc.
Immunoglobulines Tests immunitaires
Ac du VIH + amplification des acides nucléiques pour doser l'ARN du VIH (PCR) Dx de VIH
FISH pour délétion chromosomique 22q11 Suspicion clinique DiGeorge

6 Prise en charge[modifier | w]

6.1 Maladie granulomateuse[3][modifier | w]

  • ATB prophylactiques + antifongiques en tout temps
  • Interferon gamma
  • Transfusion de granulocytes si infection grave
  • Considérer transplantation de cellules-souches hématopoïétiques (chimiotx pré greffe, puis transplantation de fratrie = idéal)

6.2 VIH[2][7][modifier | w]

  • Antirétroviraux
    • But du tx antirétroviral: réduire le taux d'ARN du VIH plasmatique à indétectable (C-à-d < 20 à 50 copies/mL), rétablir le taux de CD4 à un taux normal (restauration ou reconstitution immunitaire)
    • Protocoles d'associations de 2 à 4 classes d'antirétroviraux par un spécialiste (infectiologue ou hématologue)
  • Chimioprophylaxie si infections opportunistes chez patients à haut risque
  • Vaccination pour infections opportunistes

6.3 DiGeorge[5][modifier | w]

  • Syndrome partiel: supplémentation en Ca et en vit D
  • Syndrome entier: transplantation du tissu thymique cultivé ou de cellules souches hématopoïétiques

6.4 Maladies auto-immunes[4][modifier | w]

  • Médicaments qui inhibent le système immunitaire (corticostéroïdes, immunosuppresseurs)
  • Pour certains troubles auto-immuns, plasmaphérèse et immunoglobulines par voie intraveineuse

6.5 Syndrome myélodysplasique [6][modifier | w]

  • Traitement symptomatique et de support
  • Chimiothérapie
  • Greffe de cellules-souches

7 Suivi[modifier | w]

  • VIH: numération des CD4, niveau d'ARN du VIH plasmatique
  • Le suivi est fait par l'hématologue et/ou d'autres spécialistes selon la cause de dysfonction leucocytaire.

8 Complications[modifier | w]

  • VIH[2]
    • SIDA diagnostic (1/3) :
      • Maladies définissant le SIDA: infections opportunistes sévères, cancers auxquels un déficit immunitaire à médiation cellulaire prédispose (sarcome de Kaposi, lymphome non-Hodgkinien), dysfonctionnement neurologique
      • Numération de lymphocytes T CD4+ < 0.2 x 109/L
      • Pourcentage ≤ 14% de cellules CD4+
    • Infections opportunistes: cause numéro 1 de décès du VIH. Peut aussi se manifester chez tout patient avec déficience immunitaire quelconque.
  • Maladie granulomateuse chronique
    • Atteintes granulomateuses des organes
  • Syndromes myélodysplasiques
    • Risque de transformation en leucémie myéloïde aigue (suivi par hématologue)

9 Références[modifier | w]

  1. Notes de cours Système hématopoïétique. Doctorat en médecine, Université Laval. Hiver 2019.
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 « Infection par le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) », sur www.merckmanuals.com (consulté le 23 avril 2020)
  3. 3,0 3,1 et 3,2 « Granulomatose chronique », sur www.merckmanuals.com (consulté le 23 avril 2020)
  4. 4,0 4,1 et 4,2 « Maladies auto-immunes », sur www.merckmanuals.com (consulté le 25 avril 2020)
  5. 5,0 5,1 et 5,2 « Syndrome de DiGeorge », sur www.merckmanuals.com (consulté le 26 avril 2020)
  6. 6,0 et 6,1 « Syndromes myélodysplasiques », sur www.merckmanuals.com (consulté le 27 avril 2020)
  7. « Traitement médicamenteux de l'infection par le VIH », sur www.merckmanuals.com (consulté le 26 avril 2020)