Tinea versicolor

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Tinea versicolor
Maladie
Tinea versicolor1.jpg
Caractéristiques
Signes Plaques, Macules
Symptômes
Asymptomatique , Prurit cutané
Diagnostic différentiel
Vitiligo, Hyperpigmentation, Hypopigmentation, Pityriasis rosea, Tinea corporis, Pityriasis alba, Papillomatose réticulée confluente de Gougerot et Carteaud, Psoriasis en gouttes, Eczéma nummulaire, Syphilis secondaire, Mycosis fongoïde, Dermatite séborrhéique
Informations
Autres noms pityriasis versicolor
Wikidata ID Q926462
Spécialité Dermatologie

OOjs UI icon check-constructive.svg

Le Tinea versicolor, également connu sous le nom de Pityriasis versicolor, est une infection fongique fréquente, bénigne et superficielle de la peau causée par un champignon de la famille Malassezia.[1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Le Tinea versicolor a été signalé dans le monde entier, mais il est plus fréquent dans des conditions chaudes et humides. Sa prévalence est donc plus élevée dans les pays tropicaux, où l'on recense 50 % des cas, alors que dans les pays au climat plus froid comme la Suède, on compte seulement 1,1 % des cas. Le T. versicolor survient plus fréquemment chez les adolescents et les jeunes adultes probablement en raison de l'augmentation de la production de sébum par les glandes sébacées qui permettent un environnement plus riche en lipides dans lequel le Malassezia peut se développer. Le T. versicolor affecte les hommes et les femmes de la même manière et aucune prédominance ethnique spécifique n'a été notée.[2][3]

2 Étiologies[modifier | w]

Le Tinea versicolor est causé par le Malassezia, un champignon lipophile dimorphe, également connu sous le nom de Pityrosporum. C'est un composant de la flore cutanée normale. À ce jour, 14 espèces de Malassezia ont été identifiées. Les principales espèces isolées dans le Tinea versicolor sont[4]:

3 Physiopathologie[modifier | w]

Le Malassezia est un champignon commensal de la peau saine et il est plus fréquent dans les zones grasses telles que le visage, le cuir chevelu et le dos. Cependant, le Malassezia peut provoquer le Tinea versicolor lorsqu'il aborde sa forme filamenteuse pathogène. Les facteurs qui conduisent à cette conversion pathogène comprennent une prédisposition génétique, des conditions environnementales telles que la chaleur et l'humidité, l'immunodéficience, la grossesse, la peau grasse et l'application de lotions et de crèmes grasses[1].

Le blanchiment de la peau infectée est causé par la production d'acide azélaïque par le champignon.[5]

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Les facteurs de risques[1]:

4.2 Questionnaire[modifier | w]

Les symptômes[1]:

4.3 Examen clinique[modifier | w]

À l'examen dermatologiqueon observe[1]:

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Le diagnostic du Tinea versicolor est généralement facile à poser sur la base de sa présentation clinique caractéristique. Parfois, les examens paracliniques suivants peuvent être entrepris:[1]

Apparence du tinea versicolor à la lampe de Wood
Préparation au KOH, noter la présence de levures et de courtes hyphes
  • une préparation au KOH pour déceler les levures et les hyphes[note 2] (les espèces de Malassezia sont connues pour être difficiles à cultiver en laboratoire car elles nécessitent des conditions de culture exigeantes)
  • une biopsie cutanée: une biopsie cutanée n'est pas nécessaire pour confirmer un diagnostic, mais si elle est réalisée, les résultats histologiques comprennent une hyperkératose, une acanthose et un léger infiltrat périvasculaire superficiel dans le derme. Les éléments fongiques sont localisés presque exclusivement dans la couche cornée et peuvent souvent être visualisés même dans des coupes colorées à l'hématoxyline-éosine. Les spores et les hyphes de Malassezia sont présents et sont souvent comparés aux spaghettis et aux boulettes de viande. La coloration à l'acide périodique de Schiff peut améliorer la reconnaissance du champignon.

6 Diagnostic[modifier | w]

Le diagnostic du Tinea versicolor est principalement clinique.

7 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le Tinea versicolor peut être confondu avec diverses conditions: [1]

8 Traitement[modifier | w]

Le Tinea versicolor peut être traité efficacement avec des agents topiques et systémiques[1]:

  • 1ère ligne: agents topiques
    • shampoings antifongiques DIE x 7 à 14 jours: appliquer 10 à15 min sur les zones atteintes puis rincer, ou selon la posologie du fabricant
    • Agents antifongiques topiques : crème DIE à BID x 7 à 14 jours, ou selon la posologie du fabricant
  • 2e ligne: agents systémiques pour les cas généralisés, sévères, récalcitrants ou récurrents
    • itraconazole 200 mg PO DIE x 7 jours
    • fluconazole 300 mg PO q 1 semaine x 2 semaines
    • terbinafine par voie orale n'est pas un traitement efficace

9 Complications[modifier | w]

aucune complication n'est associée au Tinea versicolor.

10 Évolution[modifier | w]

Le Tinea versicolor est bénin et non contagieux car le pathogène fongique responsable est commensal de la peau normale. Les agents antifongiques oraux et topiques sont efficaces; cependant, la récidive de la maladie est courante et peut avoir un impact sur la qualité de vie d'un patient. Par conséquent, des mesures préventives doivent être prises. De plus, il faut rappeler aux patients que les changements pigmentaires peuvent prendre des semaines, voire des mois, à disparaître, même si le champignon est éradiqué.[1]

11 Prévention[modifier | w]

L'agent causal du Tinea versicolor étant un champignon commensal de la flore cutanée normale, la maladie n'est donc pas considérée comme contagieuse.[1]

En cas de récidive du Tinea versicolor, un traitement d'entretien peut être nécessaire, soit des shampoings antifongiques 1 à 2 fois par mois qui doivent être appliquer 10 à 15 minutes sur les zones atteintes puis rincer, ou selon la posologie du fabricant:

12 Notes[modifier | w]

  1. Les squames sont parfois peu apparentes sur les lésions, mais elles deviennent facilement visibles lorsque la peau affectée est étirée ou grattée.
  2. Étant donné que le support standard à l'hydroxyde de potassium n'a pas de contraste de couleur, on peut y ajouter un colorant bleu de méthylène, un colorant bleu d'encre ou un colorant Swartz-Medrik pour mieux visualiser.

13 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 1,8 et 1,9 Mehdi Karray et William P. McKinney, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29494106, lire en ligne)
  2. Zulma Alvarado et Claudia Pereira, « Fungal diseases in children and adolescents in a referral centre in Bogota, Colombia », Mycoses, vol. 61, no 8,‎ , p. 543–548 (ISSN 1439-0507, PMID 29601109, DOI 10.1111/myc.12774, lire en ligne)
  3. David A. De Luca, Ziv Maianski et Michael Averbukh, « A study of skin disease spectrum occurring in Angola phototype V-VI population in Luanda », International Journal of Dermatology, vol. 57, no 7,‎ , p. 849–855 (ISSN 1365-4632, PMID 29573271, DOI 10.1111/ijd.13958, lire en ligne)
  4. K. Diongue, O. Kébé, M. D. Faye et D. Samb, « MALDI-TOF MS identification of Malassezia species isolated from patients with pityriasis versicolor at the seafarers' medical service in Dakar, Senegal », Journal De Mycologie Medicale, vol. 28, no 4,‎ , p. 590–593 (ISSN 1773-0449, PMID 30340859, DOI 10.1016/j.mycmed.2018.09.007, lire en ligne)
  5. Jay C. Vary, « Selected Disorders of Skin Appendages--Acne, Alopecia, Hyperhidrosis », The Medical Clinics of North America, vol. 99, no 6,‎ , p. 1195–1211 (ISSN 1557-9859, PMID 26476248, DOI 10.1016/j.mcna.2015.07.003, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.