Manoeuvre de Dix-Hallpike (signe clinique)

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Manoeuvre de Dix-Hallpike
Signe clinique
Vidéo
Données
Système Vestibulaire
Modalité
Examen ORL
Informations
Autres noms Test de positionnel de Dix-Hallpike
Wikidata ID Q1783631
Spécialités ORL, neurologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

La manoeuvre de Dix-Hallpike est une manœuvre diagnostique utilisée pour identifier vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB)[1].

1 Examen[modifier | w]

Lors de l'exécution du test Dix-Hallpike, les patients sont abaissés rapidement en décubitus dorsal avec le cou étendu à 300 sous l'horizontale par le clinicien effectuant la manœuvre.

  • Position du patient :
    • Assis sur la table d’examen
    • Le patient doit garder les yeux ouverts
    • Doit rapporter tout malaise/étourdissement
  • Position de l’examinateur :
    • Supporte la tête du patient pendant que le patient se couche sur le dos avec la tête tournée sur le côté, de façon à ce qu’une oreille soit vers le bas et que la tête soit hors de la table d’examen
    • La tête du patient doit pendre dans le vide (les épaules sur le bout de la civière[note 1])
    • L’examinateur cherche un nystagmus ou un vertige rapporté par le patient
  • Cette manœuvre doit être effectuée rapidement, mais pas brusquement
    • Ce changement de position cause une stimulation maximale du canal semi-circulaire postérieur de l’oreille qui est orientée vers le bas
    • Cette manœuvre doit être répétée pour l’autre oreille aussi
  • A - effectuez d'abord avec l'oreille droite vers le bas
  • B - exécuter ensuite avec l'oreille gauche vers le bas

1.1 Interprétation:[modifier | w]

  • Avec une lésion périphérique affectant l’oreille interne:
    • Délai de 2-5 (parfois jusqu'à 20) secondes avant le début du nystagmus et du vertige
    • L'oreille affectée est celle vers le bas
    • Nystagmus horizontal ou rotatoire
      • Ne change pas de direction pendant que le patient reste dans la même position
        • Le nystagmus et le vertige disparaissent après 30 secondes
        • Si on refait la manœuvre plusieurs fois du même côté, il y a souvent une fatiguabilité
        • Lorsque le patient est remis en position verticale, un nystagmus transitoire peut se produire dans la direction opposée.
  • Avec une lésion centrale affectant le tronc cérébral ou le cervelet :
    • Nystagmus et vertiges commencent immédiatement et il n’y a pas d’adaptation
    • Les nystagmus peuvent aussi être rotatoires ou horizontaux
    • Toutefois, les éléments suivant peuvent seulement être vus avec une lésion centrale :
      • Nystagmus vertical
      • Nystagmus qui change de direction quand le patient garde la même position
      • Nystagmus sévère en l’absence de vertige

2 Physiopathologie[modifier | w]

Page principale: Système vestibulaire

La manoeuvre cause le déplacement des otolithes dans le système vestibulaire et déclenche un vertige.

3 Signification clinique[modifier | w]

La VPN de ce test n'est pas de 100%. Certains patients ayant des antécédents de VPPB n'auront pas de résultat de test positif. La sensibilité estimée est de 79%, avec une spécificité estimée de 75%.

Le test peut devoir être effectué plus d'une fois car il n'est pas toujours facile de mettre en évidence un nystagmus observable typique du VPPB. Les résultats du test peuvent également être affectés par la vitesse à laquelle la manœuvre est effectuée et le plan dans lequel se trouve l'occiput.[2]

Les patients peuvent être trop tendus, de peur de produire des symptômes vertiges, ce qui peut empêcher les mouvements passifs rapides nécessaires pour le test. Un sujet doit avoir une colonne cervicale amplitude de mouvement adéquate pour permettre l'extension du cou, ainsi qu'une amplitude de mouvement du tronc et de la hanche pour se coucher. A partir du point précédent, l'utilisation de cette manœuvre peut être limitée par des problèmes musculo-squelettiques et d'obésité chez un sujet.[3]

4 Précautions et contre-indications[modifier | w]

Dans de rares cas, un patient peut ne pas pouvoir ou ne pas vouloir participer au test de Dix-Hallpike en raison de limitations physiques. Dans ces circonstances, le test couché sur le côté ou d'autres tests alternatifs peuvent être utilisés.[4]

4.1 Précautions[modifier | w]

  • La manœuvre de Dix-Hallpike impose un certain degré de stress sur le bas du dos du patient, par conséquent, une approche prudente doit être adoptée avec les patients souffrant de maux de dos.[5]
  • Des problèmes respiratoires ou cardiaques graves peuvent ne pas permettre à un patient de tolérer la manœuvre. Par exemple, un patient souffrant de orthopnée peut ne pas être en mesure de participer à la procédure car le patient peut avoir des difficultés respiratoires lorsqu'il s'allonge.[5]

4.2 Contre-indications absolues[modifier | w]

Les contre-indications du test sont[5]:

  1. Chirurgie du cou
  2. Polyarthrite rhumatoïde sévère
  3. Instabilité occipitoatlantale
  4. Aplasie du processus odontoïde
  5. Myélopathie cervicale
  6. Radiculopathie cervicale

5 Notes[modifier | w]

  1. Si l'espace manque, un oreiller peut être placé sous les épaules du patient pour relever sa tête.

6 Références[modifier | w]

  1. Dix MR, Hallpike CS, « The pathology symptomatology and diagnosis of certain common disorders of the vestibular system », Proc. R. Soc. Med., vol. 45, no 6,‎ , p. 341–54 (PMID 14941845, Central PMCID 1987487)
  2. Bhattari H, « Benign Paroxysmal Positional Vertigo: Present Perspective », Nepalese Journal of ENT Head and Neck Surgery, vol. 1, no 2,‎ , p. 28–32 (DOI 10.3126/njenthns.v1i2.4764)
  3. H.S. Cohen, « Side-Lying as an Alternative to the Dix-Hallpike Test of the Posterior Canal », Otology & Neurotology, vol. 25, no 2,‎ , p. 130–134 (PMID 15021771, DOI 10.1097/00129492-200403000-00008)
  4. Halker B, Barrs D, Wellik K, Wingerchuk D, Demaerschalk B, « Establishing a Diagnosis of Benign Paroxysmal Positional Vertigo Through the Dix-Hallpike and Side-Lying Maneuvers: A Critically Appraised Topic. », The Neurologist, vol. 14, no 3,‎ , p. 201–204 (PMID 18469678, DOI 10.1097/NRL.0b013e31816f2820)
  5. 5,0 5,1 et 5,2 Rachel Humphriss, Baguley D, Sparks V, Peerman S et Mofat D, « Contraindications to the Dix-Hallpike manoeuvre : a multidisciplinary review », International Journal of Audiology, vol. 42, no 3,‎ , p. 166–173 (PMID 12705782, DOI 10.3109/14992020309090426)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.

Maladies avec cette présentation