Utilisateur:Brenda Deschesnes/Brouillons/Traumatisme de l'appareil urinaire (approche clinique)

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Traumatisme de l'appareil urinaire
Approche clinique
Abdotrauma.PNG
Contusion rénale et sang autour du rein
Caractéristiques
Examens paracliniques CT scan, Évaluation ciblée avec échographie en traumatologie, Les radiographies pelviennes, Cystographie, Échelle de Glasgow
Drapeaux rouges
drapeau rouge 2
Informations
Terme anglais genitourinary injuries
Spécialités Urologie, gynécologie, traumatologie, chirurgie générale

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Objectif du CMC
Blessure de l'appareil urinaire (109-14)

Les blessures du système génito-urinaire surviennent le plus souvent lors des traumatismes sévères. Les lésions peuvent être contondantes ou pénétrantes. Une évaluation complète et systématique des patients polytraumatisées est essentielle pour un diagnostic précoce[1].

1 Épidémiologie[modifier | w]

La section facultative Épidémiologie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section contient les données épidémiologiques sur le sujet de la page (ex. incidence, prévalence, coûts en hospitalisation, proportion homme:femme, régions où la prévalence est la plus élevée, etc.). Chaque donnée épidémiologique doit être appuyée par une référence. Idéalement, des statistiques canadiennes et québécoises sont mentionnées lorsque disponibles.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Les facteurs de risque ne sont pas présentés ici, mais bien dans la sous-section Facteurs de risque.
  • Le pronostic est présenté dans cette section, le cas échéant (contrairement aux pages de maladie).
Exemple:
 
Les saignements digestifs bas représentent 20% à 30% de tous les patients présentant des saignements GI majeurs. L'HDB est moins fréquente que les hémorragies digestives hautes (HDH) avec une prévalence de 20 à 27 cas par 100 000 vs 50 à 150 cas par 100 000.
  • Un traumatisme urogénital est présent dans environ 10% à 20% des traumatismes abdominaux
  • 3 H : 1 F [2]
  • Une force de haute énergie est nécessaire pour blesser la vessie; par conséquent, les fractures pelviennes sont associées à 60 à 90% des blessures de la vessie chez les adultes.[3]
  • En raison de la force élevée nécessaire pour provoquer un traumatisme génito-urinaire, il existe fréquemment d'autres blessures associées. Les structures les plus fréquemment lésées sont intra-abdominales, le foie, la rate et les reins.
  • Les patients présentant une hématurie macroscopique sont susceptibles d'avoir des lésions intra-abdominales associées dans 24% des cas.[4][5]

2 Étiologies[modifier | w]

La section obligatoire Étiologies ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description:
  • Cette section décrit les étiologies de l'approche clinique, c'est-à-dire ce qui cause la situation couverte dans la page d'approche clinique (ex. polype intestinal pour l'hémorragie digestive basse).
  • Les étiologies doivent être identifiées avec le modèle Étiologie.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Étiologie
Commentaires:
 
  • Attention ! Ne pas ajouter de section Diagnostic différentiel à la page de type Approche clinique. La présente section couvre déjà les maladies qui provoquent l'approche clinique dont il est question sur cette page. Par définition, une page d'approche clinique ne contient pas de diagnostic différentiel, mais bien des étiologies.
  • Le format attendu est le texte, la liste à puce ou le tableau, selon ce qui vous apparait le plus efficace. S'il y a une ou deux étiologies, le format texte est à privilégier. S'il y a de multiples étiologies, la liste à puce est à privilégier. S'il y a des catégories d'étiologies avec de multiples étiologies, le tableau est à privilégier. Bref, si vous considérez que la structure est trop complexe, souvent le tableau est l'idéal. Sinon, privilégiez les format plus simple (l'affichage est meilleur pour les téléphones intelligents en format texte et liste à puce).
  • Si la liste à puce est utilisée, elle est toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
Exemple:
 
Les étiologies de l'hémorragie digestive basse sont :
  • la diverticulose [Étiologie]
  • la colite ischémique [Étiologie]
  • le cancer colorectal [Étiologie]
  • le polype intestinal [Étiologie].

Les traumas urinaires sont constitués du[6] :

3 Physiopathologie[modifier | w]

La section facultative Physiopathologie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: La physiopathologie traite des mécanismes biologiques qui conduisent à l'apparition de l'approche clinique.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Attention de ne pas traiter de la physiopathologie de l'ensemble des étiologies couvertes dans la section Étiologies, mais de seulement discuter de la physiopathologie générale de la sémiologie couverte par le sujet de la page.
Exemple:
 
Différentes voies physiologiques peuvent entraîner une dyspnée, notamment via les chimiorécepteurs ASIC, les mécanorécepteurs et les récepteurs pulmonaires. On pense que trois composantes principales contribuent à la dyspnée : les signaux afférents, les signaux efférents et le traitement central de l'information. [...]

Vessie

1. Appareil urinaire 2. rein 3. pelvis rénale 4. urethère 5. vessie 6. urètre 7. glande surrénale 8. artère et veine rénales 9. veine cave inférieure 10. aorte abdominale 11. artère et veine iliaques communes 12. foie 13. colon 14. pelvis

Les blessures de la vessie surviennent plus fréquemment dans les traumatismes contondants. En effet, une blessure vésicale survient dans 2% des blessures contondantes abdominales [7]. Les mécanismes les plus courants sont les collisions de véhicules à moteur, les chutes, les blessures par écrasement et les coups au bas de l'abdomen. De plus, 80% des blessures de la vessie sont associées à des fractures du pelvis. [7]

Les lésions de la vessie sont divisées en 2 catégories: les lésions intrapéritonéales et les lésions extra-péritonéales.

Les blessures de la vessie extra-péritonéal:

  • 2/3 des blessures de la vessie
  • plus susceptibles d'être associées aux fractures pelviennes.

Les ruptures de la vessie intrapéritonéale:

  • moins associées aux fractures pelviennes (25%) .[8]
  • généralement lorsqu'une pression directe ou un coup est appliqué sur le bas de l'abdomen lorsque la vessie est distendue (provoque une élévation de la pression intraluminale de la vessie et une rupture au niveau du dôme de la vessie)[3][5]

Échelle de blessure de la vessie AAST[5]

  • I: contusion, hématome intramural; lacération d'épaisseur partielle
  • II: Lacération de la paroi de la vessie extra-péritonéale <2 cm
  • III: Lacération de la paroi de la vessie extra-péritonéale> 2 cm; lacération de la paroi de la vessie intrapéritonéale <2 cm
  • IV: Lacération de la paroi de la vessie intrapéritonéale> 2 cm
  • V: Lacération de la vessie intrapéritonéale ou extra-péritonéale s'étendant dans le col de la vessie ou dans l'orifice urétéral (trigone) [5]

Urètre

Les lésions urétrales sont rares et sont plus susceptibles de survenir chez les hommes. Elles sont principalement causées par des traumas contondants majeures et reliées aux fractures pelviennes. [7]

Plus précisément, les fractures pelviennes au niveau de la branche pelvienne inféromédiale et la diastase pubienne augmentent le risque de lésions urétrales. Les blessures par étirement, également appelées blessures à cheval, sont une autre cause fréquente de blessures urétrales. Cela se produit à partir d'un coup direct sur le périnée. Le provoque une compression de l'urètre entre la force externe et la partie inférieure sur l'os pubien. La lésion survient généralement au niveau de l'urètre bulbeux.[9] Les lésions urétrales sont divisées en deux catégories: les lésions urétrales antérieures et postérieures. Les lésions antérieures sont des lésions de l'urètre bulbaire et pénien, tandis que les lésions postérieures impliquent l'urètre prostatique et membraneux.[3] L'urètre antérieur et postérieur sont également affectés en cas de traumatisme pénétrant, tandis que l'urètre postérieur est plus vulnérable aux traumatismes contondants. L'urètre bulbaire est plus fixé en place, ce qui le rend plus vulnérable aux blessures par écrasement.[10] Les blessures combinées de la vessie et de l'urètre sont retrouvées dans jusqu'à 20% des cas.[11][5]

Échelle de lésion urétrale AAST [5]

  • I: contusion de sang au méat urétral et urétrographie normale
  • II: Blessure par étirement avec allongement de l'urètre mais sans extravasation du contraste urétrographique
  • III: Perturbation partielle avec extravasation du contraste urétrographique au site de la lésion avec visualisation du contraste dans la vessie
  • IV: perturbation complète avec <2 cm de séparation urétrale et extravasation du contraste urétrographique au site de la lésion sans visualisation de la vessie
  • V: Transection complète avec séparation urétrale> 2 cm ou extravasation dans le vagin ou la prostate [5]

Vagin, utérus, trompes de fallopes et ovaires

Un traumatisme contondant peut entraîner des lésions périnéales et vaginales; il est rare de causer des blessures au col de l'utérus ou à l'utérus non gravide. Les ovaires, l'utérus gravide et les trompes de Fallope sont plus souvent blessés lors d'un traumatisme pénétrant. Des lésions génitales féminines sont signalées chez jusqu'à 50% des victimes d'agression sexuelle.[12] Ces patientes présentent un degré élevé de morbidité en raison de la détresse psychologique et émotionnelle associée à leurs blessures. Le viol représente 5% à 10% des crimes violents et touche 2,8 pour 1 000 personnes aux États-Unis. Il est important de noter que jusqu'à 30% des patientes présentant des lésions génitales féminines ont des lésions urologiques concomitantes.[13][5]

Échelle de blessure du vagin AAST[5]

  • I: contusion ou hématome
  • II: Lacération superficielle (muqueuse uniquement)
  • III: Lacération profonde (dans la graisse ou le muscle)
  • IV: lacération complexe (dans le col de l'utérus ou le péritoine
  • V: Lésion des organes adjacents (rectum, anus, urètre, vessie) [5]

Échelle de blessure de la vulve AAST[5]

  • I: contusion ou hématome
  • II: Lacération superficielle (peau uniquement)
  • III: Lacération profonde (dans la graisse ou le muscle)
  • IV: Avulsion (peau, graisse ou muscle)
  • V: Lésion des organes adjacents (rectum, anus, urètre, vessie) [5]

Échelle de lésion utérine non gravide AAST [5]

  • I: contusion ou hématome
  • II: Lacération superficielle (<1 cm)
  • III: Lacération profonde (> 1 cm)
  • IV: Lacération impliquant l'artère utérine
  • V: Avulsion ou dévascularisation [5]

Échelle de lésion utérine gravide AAST[5]

I: contusion ou hématome sans décollement placentaire

  • II: Lacération superficielle (<1 cm) ou décollement placentaire partiel (<25%)
  • III: Lacération profonde (> 1 cm) au deuxième trimestre ou décollement placentaire> 25% mais <50%; lacération profonde au troisième trimestre
  • IV: Lacération impliquant l'artère utérine; lacération profonde (> 1 cm) avec> 50% de décollement placentaire
  • V: rupture utérine au deuxième ou troisième trimestre; décollement placentaire complet[5]

Échelle de blessure des trompes de Fallope AAST[5]

  • I: contusion ou hématome
  • II: Lacération <50% de la circonférence
  • III: Lacération> 50%
  • IV: Transection
  • V: Lésion vasculaire ou segment dévascularisé [5]

Échelle AAST pour lésions ovariennes [5]

  • I: contusion ou hématome
  • II: Lacération superficielle (profondeur <0,5 cm)
  • III: Lacération profonde (profondeur> 0,5 cm)
  • IV: interruption partielle de l'approvisionnement en sang
  • V: Avulsion ou destruction parenchymateuse complète [5]

Pénis

  • Les traumatismes du pénis sont rares, principalement en raison de sa mobilité.
  • Les blessures à un pénis flasque sont particulièrement rares et sont généralement dues à des accidents de machinerie ou à un traumatisme pénétrant.[14]
  • Les fractures du pénis surviennent presque exclusivement avec le coït.
    • plus fréquentes avec la «levrette» (41%) et «l'homme au sommet» (25,5%).
    • Ces positions étaient également plus susceptibles d'avoir des fractures bilatérales du corps caverneux et des lésions urétrales.[15]
    • Les fractures se produisent généralement en distal du ligament suspenseur; cependant, ils peuvent survenir n'importe où le long de la tige du pénis.
    • Les blessures associées aux rapports sexuels surviennent le plus souvent latérales ou ventrales en raison de la mince tunique albuginée dans ces endroits.[16]
  • Les blessures urétrales accompagnent fréquemment les fractures du pénis.[17][5]

Échelle de blessure du pénis AAST[5]

  • I: Lacération ou contusion cutanée
  • II: Lacération du fascia de Buck sans perte de tissu
  • III: Avulsion cutanée, lacération du gland ou du méat, ou défaut caverneux ou urétral <2 cm
  • IV: Pénectomie partielle ou anomalie caverneuse ou urétrale> 2 cm
  • V: Pénectomie totale [5]

Scrotum et testicules

  • Les traumatismes testiculaires sont rares en raison de la position et de la mobilité des testicules.
  • Les fibres musculaires crémastériques, la mobilité et la tunique albuginée contribuent à la solidité des testicules.
  • La rupture testiculaire est caractérisée par l'extrusion des tubules séminifères à travers les ruptures de la tunique albuginée.
  • Les blessures aux testicules surviennent le plus souvent:
    • lors d'événements sportifs.
    • les accidents de moto lorsque les testicules sont écrasés entre le bassin osseux et le réservoir de carburant du véhicule.
  • Les traumatismes testiculaires bilatéraux sont rares et ne représentent que 1,5% des lésions testiculaires.
  • Le testicule droit est plus fréquemment blessé.
  • Environ 80% des traumatismes testiculaires sont associés à des lésions des structures voisines, y compris la cuisse, le pénis, l'urètre, la vessie, le périnée et les vaisseaux fémoraux.

Échelle de lésion du scrotum AAST [5]

  • I: contusion
  • II: Lacération <25% de diamètre scrotal
  • III: Lacération> 25% de diamètre scrotal
  • IV: Avulsion <50%
  • V: Avulsion> 50% [5]

Échelle de lésion testiculaire AAST[5]

  • I: contusion ou hématome
  • II: Lacération subclinique de la tunique albuginée
  • III: Lacération de la tunique albuginée avec <50% de perte parenchymateuse
  • IV: Lacération majeure de la tunique albuginée avec> 50% de perte parenchymateuse
  • V: Destruction ou avulsion testiculaire totale [5]

3.1 Évaluation clinique[modifier | w]

La section obligatoire Évaluation clinique ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section contient les sous-sections Facteurs de risque, Questionnaire et Examen clinique. Elle détaille les différents items qu'un clinicien doit rechercher lorsqu'il évalue le patient.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Une erreur fréquente est de laisser les facteurs de risque, le questionnaire et l'examen clinique en un ou des paragraphes dans la section Évaluation clinique, mais de ne pas détailler les sous-sections Facteurs de risque, Questionnaire et Examen clinique.
Exemple:
 
  • Évaluation clinique
    • (Aucun texte)
    • Facteurs de risque
      • (Texte)
    • Questionnaire
      • (Texte)
    • Examen clinique
      • (Texte)

L'approche initiale de tout patient traumatisé est décrite dans le Advanced Trauma Life Support (ATLS); c'est une approche structurée et standardisée. L'approche vise d'abord à reconnaître et à stabiliser les blessures potentiellement mortelles. Il est important de noter qu'un historique détaillé initial n'est pas essentiel pour commencer à évaluer un patient souffrant de blessures aiguës. Le personnel des services médicaux d'urgence amenant le patient à la salle de traumatologie fournira un bref historique de la maladie actuelle.

Après l'évaluation initiale et la stabilisation du patient, une histoire détaillée peut être obtenue. Certaines informations utiles comprennent le mécanisme de la blessure, qu'elle soit ambulatoire sur les lieux, l'incontinence intestinale ou vésicale et tout engourdissement ou faiblesse. Une hématurie macroscopique ou du sang au niveau du méat urétral peut être le signe d'une lésion génito-urinaire.[18][5]

Les patients présentant des lésions urétrales présentent souvent du sang au niveau du méat urétral, une lacération ou une ecchymose périnéale, un hématome scrotal, une rétention urinaire, une prostate déplacée vers le haut à l'examen rectal, ou une incapacité à passer le cathéter de foley.

3.1.1 Facteurs de risque[modifier | w]

La section facultative Facteurs de risque ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section contient les principaux facteurs de risque discriminants à l'histoire. Ces facteurs de risques servent à discriminer une étiologie par rapport à une autre ou une complication potentielle.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Facteur de risque discriminant
Commentaires:
 
  • Alors que la section Approche clinique sert à intégrer les facteurs de risque, les signes, les symptômes et les examens paracliniques, cette section sert uniquement à lister les facteurs de risque discriminants.
  • Attention d'utiliser le bon modèle sémantique. Le modèle Facteur de risque discriminant est le bon modèle dans les pages de type Approche clinique. Le modèle Facteur de risque est utilisé exclusivement sur les pages de maladie et de classe de maladie.
  • Cette section ne détaille pas les facteurs de risque d'une étiologie particulière : ceci est laissé aux pages de maladies.
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
Exemple:
 
Les facteurs de risque à rechercher chez les patients qui se présentent avec céphalée sont :
  • des antécédents personnels de migraine [Facteur de risque discriminant] qui pourront indiquer cette pathologie
  • des antécédents personnels de cancer [Facteur de risque discriminant], un drapeau rouge qui évoque des métastases cérébrales
  • l'utilisation chronique de médicaments pour les céphalées [Facteur de risque discriminant] qui pourrait entraîner une céphalée de surconsommation médicamenteuse
  • le tabagisme [Facteur de risque discriminant], pouvant indiquer des métastases cérébrales.

Les facteurs de risque à rechercher sont :

3.1.2 Questionnaire[modifier | w]

La section facultative Questionnaire ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description:
  • Cette section liste des symptômes discriminants au questionnaire.
  • Cette section doit faire l'usage de propriétés sémantiques de type Questionnaire, Symptôme discriminant et Élément d'histoire discriminant.
  • Ces éléments servent à discriminer une étiologie par rapport à une autre ou une complication potentielle.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Questionnaire, Symptôme discriminant, Élément d'histoire discriminant
Commentaires:
 
  • Alors que la section Approche clinique sert à intégrer les facteurs de risque, les signes, les symptômes et les examens paracliniques, cette section sert uniquement à lister les symptômes discriminants.
  • Attention d'utiliser le bon modèle sémantique. Le modèle Symptôme discriminant est le bon modèle dans les pages de type Approche clinique. Le modèle Symptôme est utilisé exclusivement sur les pages de Maladie et de Classe de maladie.
  • Les éléments d'histoire discriminants se distinguent des symptômes. Par exemple, la chute dans une page d'approche clinique de la céphalée aiguë est un élément d'histoire discriminant (modèle Élément d'histoire discriminant), et non un symptôme.
  • Le modèle Élément d'histoire discriminants est utilisé exclusivement sur les pages de type Approche clinique. Le modèle Élément d'histoire est utilisé sur les pages de type Maladie et Classe de maladie.
  • Cette section ne détaille pas l'histoire d'une étiologie particulière : ceci est laissé aux pages de maladies. La section Approche clinique permet d'expliquer les caractéristiques distinctives et discriminantes pour les différents diagnostics au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques.
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
Exemple:
 
Chez les patients atteints de dyspnée aiguë, les symptômes à rechercher sont :
  • au questionnaire cardiaque [Questionnaire] :
    • l'oedème des membres inférieurs [Symptôme discriminant], qui évoque une insuffisance cardiaque décompensée
    • une douleur thoracique [Symptôme discriminant] qui évoque un syndrome coronarien aigu, une insuffisance cardiaque décompensée ou une embolie pulmonaire
    • la lipothymie [Symptôme discriminant] et la la syncope [Symptôme discriminant], qui pourront être présents lors du syndrome coronarien aigu, de l'arrythmie et de l'embolie pulmonaire
    • etc.
  • au questionnaire pulmonaire [Questionnaire]
    • la toux [Symptôme discriminant], présente dans la pneumonie et l'EAMPOC et parfois dans l'embolie pulmonaire et l'insuffisance cardiaque
    • les crachats [Symptôme discriminant], présents dans la pneumonie et l'EAMPOC
    • les hémoptysies [Symptôme discriminant] sont un symptôme grave qui indique une potentielle embolie pulmonaire
    • un traumatisme récent [Élément d'histoire discriminant] évoque une fracture de côte ou une costo-chondrite
  • etc.

À l'histoire, la présence des symptômes suivants évoquent un traumatisme des voies urinaires:

  • nausées / vomissements
  • distension abdominale
  • hématurie macroscopique
  • incapacité à uriner
  • douleur au flanc

Il est important de connaître le risque de saignement du patient, cela inclut les antécédents personnels et familiaux de saignement. [19]

3.1.3 Examen clinique[modifier | w]

L'évaluation initiale du patient traumatisé est l'enquête principale. Le mnémonique ABCDE est un moyen utile de se souvenir de l'ordre de l'évaluation.[5]

  • A: Protection des voies respiratoires et de la colonne cervicale. Une façon simple d'évaluer les voies respiratoires est de faire parler le patient. Demandez-leur leur nom.
  • B: Respiration. Écoutez les bruits respiratoires bilatéraux et observez le mouvement de la paroi thoracique pendant le cycle respiratoire.
  • C: Circulation. Cela permet de déterminer si le patient est en état de choc.
  • D: invalidité. Calcul de l'échelle de Glasgow (score)
  • E: Contrôle de l'exposition et de l'environnement. Déshabillez le patient et couvrez-le avec une couverture chaude.[5]

L'évaluation secondaire est l'examen complet de la tête au pied. [20] Pour cette partie nous nous concentrerons sur le pelvis et les OGE.

  • Observation et palpation de l'abdomen et des côtes
  • Urètre: présence de sang au niveau du méat urétral ou dans les sous-vêtements
  • Toucher rectal: présence de sang, position de la prostate, tonus sphincter anale
  • Le bassin est évalué par compression antéropostérieure.
    • L'hématome périnéal devrait soulever la suspicion de lésions du contenu pelvien, y compris le système génito-urinaire.
    • Toute instabilité indique une fracture pelvienne.
    • Toute force de compression provoquant un mouvement du bassin peut perturber une hémostase en cours, cette force est donc généralement limitée à une seule tentative.[20][21][5]
  • Scrotum: ecchymoses, lacérations, hématomes
  • Vulve et vagin: ecchymoses, lacérations, hématomes
  • Examen bimanuel / speculum:
    • à la recherche de lacérations ou de blessures d'empalement résultant de fractures de l'os pelvien.[5]

En somme, les signes suivants font suspecter un traumatisme du bas appareil urinaire :

  • Hématurie micro ou macroscopique: forte suspicion de blessures génito-urinaire.
  • Difficulté à uriner: peut être associé à blessure urétrale, de la vessie ou associé à une blessure concomitante de la moelle épinière
  • Contusion ou hématome des flancs, fractures des côtes inférieurs et/ou blessure pénétrante a/n des flancs suggèrent une blessure rénale sous-jacente
  • Blessure de la vessie extra-péritonéale: instabilité pelvienne, douleur abdominale basse, ecchymose, évidence d'une fracture pelvienne
  • Blessure de la vessie intra-péritonéale: abdomen aigu
  • Saignement vaginal, prostate haute, hématome périnéal et/ou saignement de l'urètre peuvent suggérer une blessure de l'urètre

3.2 Examens paracliniques[modifier | w]

Les analyses de laboratoires à débuter dans la situation d'un possible traumatisme des voies urinaires sont:

  • FSC, électrolytes, créat
  • l'analyse d'urine

Plusieurs modalités d'imagerie peuvent être utiles pour évaluer un traumatisme pelvien.

  • Les radiographies pelviennes chez un patient hémodynamiquement instable peuvent aider à identifier les causes de blessure potentiellement mortelles. Une radiographie rapide peut diriger les soins chez un patient instable. Il est toujours important de se rappeler qu'il y a probablement des blessures supplémentaires, de sorte qu'une fracture pelvienne peut ne pas être la seule cause d'instabilité. Une radiographie pelvienne est également utile pour évaluer une pathologie de la hanche, telle qu'une fracture ou une luxation qui nécessite une réduction rapide.[24][5]
  • Un CT scan fournit plus de détails sur les blessures. La possibilité d'ajouter du contraste augmente la capacité de détecter les blessures. Un scanner triphasé amélioré par contraste consiste en une phase artérielle, une phase porte et une phase retardée.[25][26] Un blush sur la phase artérielle indique des saignements artériels actifs; Cela peut être vu comme une hyperdensité dans un hématome. Une phase retardée montrera des lésions des structures urologiques. [5]
  • Une hématurie macroscopique dans le cadre d'une fracture pelvienne, d'un traumatisme contondant ou d'un liquide libre de faible densité dans le bassin est des indications absolues pour une évaluation urogénitale inférieure.
  • La cystographie est l'étude d'imagerie de choix pour les lésions de la vessie. Pour un cystogramme CT, la vessie est remplie de 40 ml d'eau et 350 ml d'agent de contraste. Des images sont ensuite prises lorsque la vessie est complètement remplie et à nouveau lorsqu'elle est vidangée. L'identification du contraste à l'extérieur de la vessie confirme le diagnostic. Le contraste restera dans le bassin en cas de rupture de la vessie extra-péritonéale. Les lésions intrapéritonéales présentent un contraste tapissant les anses intestinales et diffusant à travers les plis mésentériques. [3] [5]

Les lésions urétrales se présentent généralement avec du sang au niveau du méat urétral, une rétention urinaire ou une plénitude sus-pubienne. Les blessures de chevauchement peuvent se présenter sous forme d'ecchymose périnéale ou d'hématome.[9] Un indice de suspicion élevé est nécessaire pour éviter une blessure manquée. Un urétrogramme rétrograde doit être réalisé dans toutes les lésions urétrales suspectées. Comme les lésions urétrales seules ne mettent pas la vie en danger, toute lésion vasculaire ou viscérale doit être prise en charge avant de subir un urétrogramme. Dans le cadre d'un traumatisme, un urétrogramme doit être effectué dans une salle de radioscopie par un radiologue qualifié. Dans une étude ascendante, un cathéter de 6 à 8 French Foley est inséré dans la fosse naviculaire, qui est juste au-delà du méat. Le ballon foley est rempli de 2 à 3 ml d'eau. Un bras en C est placé sur le lit et est tourné vers la gauche ou la droite de 30 degrés vers une position oblique antérieure. Le patient élève alors son côté gauche au même degré. 30 mL de produit de contraste iodé sont lentement injectés dans le cathéter de Foley jusqu'à ce que le contraste soit visualisé dans la vessie. Une étude descendante remplit la vessie avec 400 mL de contraste. Le patient est ensuite invité à mictionner dans une bouteille en position oblique debout. Une blessure est visualisée comme une extravasation de contraste. Une transection urétrale complète nécessite généralement un urétrogramme ascendant et descendant pour estimer la longueur de la transection.

Le traumatisme génital féminin, comme mentionné ci-dessus, peut avoir des facteurs de stress psychologiques pour le patient s'il est causé par un abus ou une agression sexuelle. Si des antécédents abusifs sont signalés, les services de police et de soutien appropriés doivent être avisés. L'évaluation comprend un historique détaillé et un examen physique approfondi. Si nécessaire, un «kit de viol» devrait être disponible pour la collecte de preuves. L'examen commence par examiner les organes génitaux externes, à la recherche d'ecchymoses, d'œdèmes ou de lacérations. Un examen au spéculum interne doit ensuite être effectué à la recherche de lacérations ou de blessures d'empalage résultant de fractures de l'os pelvien.[5]

La fracture du pénis est généralement un diagnostic simple basé sur les antécédents et l'examen physique. Il n'est pas rare que ces patients se présentent de manière retardée en raison de l'embarras du patient face à la situation. Les patients décriront généralement une flexion aiguë du pénis, suivie d'un claquement ou d'un pop, d'une douleur aiguë et d'une détumescence immédiate. Le fascia de Buck limite généralement le gonflement du pénis, créant la «déformation de l'aubergine». Cependant, le gonflement peut se propager au périnée et au scrotum si le fascia de Buck est perturbé. Le pénis est souvent gonflé et ecchymotique. Il a tendance à dévier du côté opposé à la déchirure de la tunique en raison de l'hématome au site de fracture. Si les antécédents et l'état physique sont compatibles avec une fracture du pénis, aucune imagerie n'est nécessaire. L'échographie est la modalité d'imagerie de choix pour les fractures du pénis si l'imagerie est nécessaire. Il peut également aider à identifier l'emplacement de la déchirure. [27] Si les résultats sont équivoques, alors une IRM doit être effectuée.[28][5]

Un testicule rompu doit être envisagé dans tout traumatisme scrotal contondant. Le symptôme le plus courant est une douleur extrême, un gonflement rapide et des nausées. L'ecchymose peut être variable et la taille de l'hématome n'est pas corrélée au degré de blessure. La douleur et l'hématocèle scrotale (sang et liquide dans le compartiment de la tunique vaginale) limitent souvent l'examen physique. Le premier outil d'imagerie de choix est une échographie testiculaire. L'échographie a une spécificité rapportée de 93,5% et une sensibilité de 100% pour la rupture testiculaire.[29] L'objectif principal de l'échographie est de déterminer le débit sanguin et l'intégrité testiculaire. Les saignements aigus sont identifiés comme une zone hyperéchogène, et le sang ancien est généralement hypoéchogène.[30] Les signes de rupture testiculaire à l'échographie comprennent un schéma hétérogène du parenchyme testiculaire et une perturbation de l'albuginée. Les lignes de fracture à travers le testicule diminuent le flux sanguin et l'hématocèle peut également être identifiée par échographie. Les capacités doppler de l'échographie sont inestimables, car une perturbation de l'approvisionnement en sang peut déterminer le traitement. [29] Si une échographie est équivoque, une IRM peut être utile si le patient est par ailleurs stable.[31][5]

3.3 Drapeaux rouges[modifier | w]

La section obligatoire Drapeaux rouges ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description:
  • Les drapeaux rouges sont des signes, des symptômes, des facteurs de risque ou des signes paracliniques qui, lorsqu'ils sont présents, peuvent orienter vers un diagnostic grave ou demandant une prise en charge immédiate.
  • Chaque drapeau rouge devrait être défini à l'aide d'une propriété sémantique de type Drapeau rouge.
Formats:Liste à puces
Balises sémantiques: Drapeau rouge
Commentaires:
 
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
  • Cette section doit rester simple et courte.
Exemple:
 
Les drapeaux rouges des patients qui se présentent en céphalée aiguë sont :
  • une altération de l'état de conscience [Drapeau rouge] indique une possible méningite, encéphalite, un AVC hémorragie ou une HIP
  • une faiblesse [Drapeau rouge] évoque un AVC
  • de la diplopie [Drapeau rouge] évoque également un AVC du tronc ou une lésion occupant de l'espace
  • une immunosuppression [Drapeau rouge] pourrait évoquer une méningite, encéphalite ou un abcès cérébral ou spinal
  • etc.

Les drapeaux rouges à surveiller chez les patients qui présentent cette situation clinique sont :

3.4 Approche clinique[modifier | w]

La section facultative Approche clinique ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description:
  • Alors que les sections Évaluation et Examens paracliniques servent à énumérer, cette section sert à intégrer tous ces éléments pour discuter du raisonnement du clinicien. C'est en quelque sorte la manière dont les cliniciens réfléchissent lorsque confrontés à cette maladie. C'est la section par excellence pour l'enseignement.
  • En lisant cette section, le lecteur doit être en mesure de comprendre la stratégie à adopter au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques pour naviguer les étiologies de l'approche clinique.
Formats:Liste à puces, Tableau, Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • C'est la seule section dans laquelle on peut répéter des informations qui ont déjà été mentionnées auparavant.
  • L'utilisation du diagramme est encouragée (voir Aide:Diagramme).
  • Le format attendu est libre (texte, liste, tableau, diagramme).
  • La section Approche clinique permet d'expliquer les caractéristiques distinctives et discriminantes pour les différents diagnostics au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques. C'est une section où les trucs du métier, les stratégies pour le diagnostic et le raisonnement clinique sont expliqués : c'est la section idéale pour l'enseignement.
Exemple:
 

3.5 Traitement[modifier | w]

La section obligatoire Traitement ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: La section contient la prise en charge générale qui s'applique à l'ensemble des étiologies. Que doit-on faire avant que la cause n'ait été clairement établie ? Des traitements généraux doivent-ils être amorcés avant l'identification de la cause ? Comment traite-t-on la symptomatologie du patient ? Quelles sont les indications d'hospitalisation ? Quand doit-on demander une consultation ? Un résumé de la prise en charge de certaines étiologie clés peut aussi être résumée avec un lien vers la page dédiée à la maladie.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Traitement, Traitement pharmacologique
Commentaires:
 
  • Le traitement spécifique associé à chaque étiologie est spécifié sur sa page de maladie (ne pas la décrire sur la page d'approche clinique). Le traitement général en lien avec l'approche clinique est décrit (par exemple, le soulagement du symptôme).
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points. Le tableau peut être adéquat en fonction du contexte.
  • Des algorithmes de traitement peuvent être présentés avec le modèle Flowchart (voir Aide:Diagramme).
Exemple:
 

La prise en charge des lésions génito-urinaires traumatiques nécessite une approche d'équipe interprofessionnelle. Le service des urgences et les équipes de chirurgie traumatologique doivent reconnaître les facteurs de risque de blessures génito-urinaires et impliquer les équipes d'urologie et de gynécologie dès que les blessures sont identifiées. La physiothérapie et l'ergothérapie devraient être impliquées dès le début des soins. Les patients souffrant de lésions génito-urinaires ont vraiment besoin d'une équipe interprofessionnelle pour obtenir les meilleurs résultats.[5]

3.5.1 Reins[modifier | w]

La majorité des lésions rénales se traitent avec une approche conservatrice.

Les indications pour une opération sont:

  • saignement provenant du rein qui compromet la survie
  • hématome qui grossit, qui est pulsatile ou non contenu (ce qui pourrait être signe d'une avulsion rénale)
  • avulsion rénale
  • extravasation provenant d'une blessure de l'urètre [23]

3.5.2 Vessie[modifier | w]

3.5.2.1 Lésions vésicales extra-péritonéales simples[modifier | w]

Elles sont traitées de manière conservatrice avec un drainage par cathéter pendant 10 à 14 jours. Un foley de gros calibre est préféré car il assure une meilleure perméabilité (>18Fr). Avant le retrait du cathéter, une tomodensitométrie ou une cystographie en film simple est effectuée pour évaluer la guérison.

  • Si l'imagerie ne montre pas d'extravasation de contraste, le cathéter peut être retiré à moins que cela ne soit nécessaire pour d'autres raisons.
  • Si l'extravasation persiste, le cathéter est laissé en place et l'imagerie est réalisée à intervalles de 7 jours.

Les indications de l'approche chirurgicale comprennent:

  • persistance d'une extravasation d'un traitement conservateur ( >4 semaines)
  • une fracture pelvienne nécessitant une fixation interne
  • des fragments osseux dans la vessie
  • laparotomie exploratrice pour d'autres blessures
  • des lésions rectales ou vaginales associées
    • Une lésion vaginale ou rectale peut entraîner un hématome infecté, un urome ou une fistule vésico-vaginale.[32][5]

L'approche antérieure est préférable et il faut s'aviser de ne pas pénétrer un possible hématome rétropubien. Elle peut aussi être réparée par voie intravésicale avec une suture résorbable.

  • Un cathéter de foley de grand diamètre est utilisé pour drainer la vessie, et une cystographie est effectuée 7 jours après la réparation pour s'assurer que la vessie guérit bien.
  • Une antibiothérapie est nécessaire pour 7 jours[32][5]

3.5.2.2 Lésions intra-péritonéales[modifier | w]

Elles nécessitent une réparation chirurgicale.[32] [33] Le dôme de la vessie peut être réparé par une laparotomie médiane ou par laparoscopie. Une fois la blessure à la vessie localisée, l'intérieur de la vessie doit être exploré.

  • Il est important d'examiner les orifices urétraux et le col de la vessie pour détecter toute blessure et de s'assurer de l'écoulement des deux orifices. Toute blessure impliquant l'orifice nécessite une réparation primaire du défaut et une réimplantation de l'uretère sur un stent.
  • Peuvent nécessiter un débridement du bord de la plaie pour nettoyer les tissus dévascularisés. La blessure est ensuite réparée en 2 plans à l'aide d'une suture résorbable. .

La vessie est décomprimée par cathéterisme de grand diamètre pour 7 à 10 jours. Une cystographie doit être réalisée avant le retrait du cathéter. Une antibiothérapie doit être poursuivie pour 3 jours.[32][34][5]

3.5.3 Urètre [5][modifier | w]

Les lésions urétrales de grade 1 ne nécessitent pas de traitement.

Les grades 2 et 3 sont généralement traités par cathétérisme.[5] Par contre, un cathéter pourrait perforer une lésion partielle postérieure donc un uréthrogramme sera nécessaire avant d'insérer un cathéter. [23]

Les lésions urétrales associées aux fractures pelviennes sont mieux traitées par une cystotomie suprapubienne ou un réalignement urétral primaire.

  • Cystotomie suprapubienne: traditionnellement, elle était l'approche standard. Elle peut être effectuée par voie percutané assez facilement si la vessie est déjà distendue. Il faut effectuer un suivi de 3 à 6 mois, pendant que la lésion se stabilise et que l'hématome pelvien disparaît. Des urétrogrammes antérograde et rétrograde répétés sont obtenus et une reconstruction définitive est réalisée au besoin. Les cathéters suprapubiens n'augmentent pas le risque d'infection de la fixation interne d'une fracture pelvienne. En variante, le cathéter peut être placé par une approche ouverte en même temps qu'une laparotomie.
  • Réalignement urétral primaire: est une option si le patient est hémodynamiquement stable et qu'un urologue expérimenté est disponible. Cette procédure implique de faire passer les instruments de manière antérograde et rétrograde à travers l'urètre afin de faire passer un fil du méat à la vessie. Un cathéter vésical à pointe Conseil est ensuite guidé par le fil. Le réalignement primaire diminue considérablement le taux de sténose. [10][32][5]

La reconstruction chirurgicale est recommandée pour les blessures pénétrantes de l'urètre antérieur et pour les lésions urétrales associées à une fracture du pénis. Si le patient ne peut pas subir de réparation immédiate en raison d'autres blessures, une dérivation urinaire avec un cathéter sus-pubien est indiquée. Une lésion urétrale étendue associée à une perte tissulaire peut nécessiter une réparation par étapes. [32][35][5]

  • Un traumatisme contondant provoquant une division urétrale antérieure complète est réparée par dérivation suprapubienne avec réparation retardée 3 à 6 mois plus tard. Cela permet la guérison des hématomes et de procéder à une urétroplastie.
  • Les blessures urétrales féminines dans l'urètre proximal ou moyen doivent être réparées. La réparation par cathéter est le traitement de choix. Si une lésion vaginale coexiste, elle doit être réparée en même temps pour aider à prévenir les fistules uréthrovaginales. Les cathéters suprapubiens sont généralement réservés aux patientes hémodynamiquement instables.[5]

3.5.4 Organes féminins[modifier | w]

  • Les lacérations périnéales peuvent être traitées aux urgences s'il n'y a pas de lésion urinaire ou rectale associée.
  • Les lacérations de la vulve doivent être irriguées et débridées. Elles peuvent ensuite être réparées par point de suture avec fil résorbant. Les grands hématomes périnéaux peuvent nécessiter une incision et un drainage avec ligature du vaisseau hémorragique. [33][5]
  • Les lacérations vaginales et cervicales peuvent entraîner des saignements importants des vaisseaux pudendaux.
    • Si le saignement est minime, un examen au spéculum avec réparation de lacération peut être effectué sous anesthésie locale au service des urgences.
    • pour les hématomes volumineux ou les saignements importants, l'examen sous anesthésie est indiqué pour un examen approfondi.
    • Les lacérations simples peuvent être réparées avec une suture résorbant. D'ailleurs, tous les lacérations vaginales sont réparées avec fil résorbant.
    • Les lacérations vaginales ou cervicales associées aux fractures pelviennes sont plus complexes et sont réparées en salle d'opération.
    • Le système urinaire et le rectum doivent être examinés en cas de lacération vaginale
    • Les victimes d'agression sexuelle ont besoin d'un soutien psychologique étendu, d'antibiotiques prophylactiques et, si désiré, d'options contraceptives d'urgence. [5]

Les blessures à un utérus non gravide sont extrêmement rares. La plupart surviennent en raison d'un traumatisme pénétrant et nécessitent donc généralement une laparotomie pour d'autres blessures. Un traumatisme contondant peut provoquer des lésions utérines.

  • L'utérus doit être réparé avec une fermeture à deux couches avec fil résorbant.
  • Une blessure par explosion de l'utérus peut nécessiter une hystérectomie.
  • Les lésions de l'artère utérine peuvent être traitées avec de l'ocytocine ou nécessiter une hystérectomie.
  • Les lacérations de la trompe de Fallope ou des ovaires sont principalement réparées avec fil résorbant. Si les dommages sont trop étendus, une salpingo-ovariectomie doit être effectuée.[36][5]

3.5.5 Organes masculins[5][modifier | w]

3.5.5.1 Le traumatisme pénien[modifier | w]

Les contusions sont traitées de façon conservatrices avec des compresses froides, du repos et de l'analgésie. [23]

Les blessures contondantes du pénis sont généralement accessibles par une incision pénoscrotale ventrale ou sous-coronale circonférentielle.[37]

  • La tunique albuginée est fermée avec une fil résorbant. Un débridement n'est généralement pas nécessaire avant la réparation. La peau est ensuite fermée avec des sutures chromiques interrompues car cela permet le drainage de la plaie et permet un meilleur effet esthétique.

Si une fracture du pénis est associée à une lésion urétrale, un drainage par cathéter est nécessaire. Les relations sexuelles sont contre-indiquées pendant 1 mois après la réparation d'une fracture du pénis.

Les lacérations de la peau seulement peuvent être refermées directement. Les lacérations profondes ou les trauma pénétrants doivent être explorés et réparés. [23] Les blessures pénétrantes sont plus susceptibles de blesser les faisceaux neuromusculaires; par conséquent, une réparation microchirurgicale de ces structures doit être effectuée lorsque cela est possible. [5]

L'amputation peut être réparée par microchirurgie selon la viabilité du segment amputé.[23]

3.5.5.2 Le traumatisme testiculaire[modifier | w]

En cas de rupture du testicule, l'exploration précoce et la réparation sont nécessaires des testicules[23].

  • Elles associées à des taux de récupération plus élevés. Les caillots sont éliminés et tous les tubules séminifères extrudés sont débridés pour permettre à l'albuginée de se fermer. La tunique albuginée, même de petits défauts, doit être fermée avec une suture à absorption lente. S'il n'est pas fermé, tout gonflement au fil du temps entraînera une extrusion supplémentaire des tubules séminifères [32]

Les hématomes sont traités au cas par cas. [23]

  • Les grands hématomes testiculaires doivent être explorés et drainés pour éviter la nécrose. Une hématocèle importante doit également être explorée chirurgicalement. Jusqu'à 80% sont causés par une rupture testiculaire même si l'imagerie est négative.[38]

Les lésions testiculaires pénétrantes doivent également être explorées chirurgicalement.[5][23][39] La reconstitution retardée peut être une option selon le patient.

  • Les lésions du canal vas deferens surviennent dans jusqu'à 10% des traumatismes pénétrants et doivent être traitées par ligature.
  • En fonction de la trajectoire du traumatisme pénétrant, le testicule controlatéral doit également être exploré.[39][5]

Les lacérations scrotales doivent être explorées pour s'assurer que le testicule n'est pas blessé. En l'absence de lésion testiculaire, la plaie peut généralement être fermée.

3.6 Suivi[modifier | w]

La section facultative Suivi ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite du suivi de l'approche clinique
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Est-ce que la patient aura besoin d'être revu dans X semaines ?
  • Quels doivent être les consignes données au patient ?
  • Y a-t-il des examens paracliniques à répéter ?
  • Cette section peut également traiter du suivi intrahospitalier.
Exemple:
 

3.7 Complications[modifier | w]

La section facultative Complications ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite des complications possibles de l'approche clinique classées en ordre de probabilité (si possible).
Formats:Liste à puces, Texte
Balises sémantiques: Complication
Commentaires:
 
  • Chaque complication doit être spécifiée à l'aide du modèle Complication. Si possible, veuillez ajouter la fréquence des complications.
  • Attention ! Les complications sont celles de l'approche clinique elle-même et non de son traitement. Par exemple, l'anémie est une complication de l'hémorragie digestive basse, mais la perforation intestinale en raison d'une colonoscopie doit plutôt être décrit sur la page de la procédure Colonoscopie.
Exemple:
 

La reconnaissance et la prise en charge des complications urogénitales sont essentielles car ne pas le faire entraîne une morbidité importante et une mortalité potentielle. Les complications peuvent être divisées en complications précoces et tardives.

Les complications précoces :

  • saignement
  • infection
  • signes de blessure manquée (ex: azotémie, péritonite, ascite urinaire ou iléus)

Complications tardives:

Des sténoses urétrales sont signalées dans 69% des transections urétrales complètes. Si la dilatation échoue, une urétroplastie postérieure peut être nécessaire. L'urétroplastie a un taux de réussite de plus de 90% .[40] [5]

L'incontinence urinaire et la rétention sont également traitées de manière conservatrice dans un premier temps. Les exercices de renforcement du plancher pelvien et le biofeedback peuvent être très efficaces. La duloxétine peut être utilisée en association avec la physiothérapie et a été efficace chez plusieurs patients.[41] Un stimulateur du nerf sacré peut être placé dans le tissu sous-cutané de la fesse supérieure et a été utilisé pour traiter l'incontinence urinaire et fécale.[42] Si d'autres méthodes échouent, un sphincter urinaire artificiel peut être implanté. [43][5]

Un dysfonctionnement sexuel et reproductif est possible avec un traumatisme génital. La réparation microvasculaire du faisceau neurovasculaire du pénis entraîne une reprise de la sensation pénienne dans plus de 80% des cas. La peau du pénis natif peut devenir nécrotique, même après une réparation microvasculaire. En effet, les structures superficielles alimentent la peau. Si cela se produit, des greffes de peau peuvent être appliquées après plusieurs semaines de débridements en série. L'oxygénothérapie hyperbare peut également être utilisée pour favoriser la guérison.[44] Le dysfonctionnement sexuel peut être traité avec des médicaments, des pompes à pénis ou des dispositifs implantés chirurgicalement.[5]

Les lésions vaginales qui s'étendent jusqu'au rectum peuvent provoquer une incontinence fécale. De même, l'incontinence fécale commence par une prise en charge non opératoire. Les changements alimentaires et les suppléments de fibres peuvent optimiser la consistance des selles et limiter l'urgence. Des médicaments peuvent être utilisés pour ralentir le péristaltisme intestinale (ex: lopéramide antidiarrhéique et l'atropine / diphénoxylate, la cholestyramine, l'amitriptyline). La physiothérapie et le biofeedback ont été utilisés avec succès pour renforcer le plancher pelvien. Si les traitements conservateurs échouent, une sphinctéroplastie peut être réalisée. D'autres options incluent l'implantation de sphincters anaux artificiels ou de sphincters anaux magnétiques. Les stimulateurs du nerf sacré peuvent également être efficaces.[45] [5]

Les fistules rectovaginales sont une autre complication potentielle. Elles ont une morbidité élevée, car elles affectent négativement la qualité de vie sociale et sexuelle. Plusieurs options chirurgicales existent pour les fistules rectovaginales. Les lambeaux d'avancement endorectal sont généralement utilisés pour les fistules rectovaginales basses et ont un taux de réussite allant jusqu'à 71%. D'autres options incluent la ligature de la fistule intersphinctérique (LIFT), les lambeaux d'interposition, la réparation du maillage ou l'utilisation de colle de fibrine.

Les complications psychologiques sont une considération importante. Elles peuvent être engendrées par les cicatrices résiduelles, l'embarras du dysfonctionnement sexuel ou des abus sexuels. Des psychologues doivent être employés dès le début de la prise en charge chez ces patients.

3.8 Particularités[modifier | w]

La section facultative Particularités ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite des particularités concernant la gestion de l'approche clinique pour certaines clientèles.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple:
 

3.8.1 Gériatrie[modifier | w]

La section facultative Gériatrie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section mentionne les particularités concernant la gestion de l'approche clinique chez une clientèle gériatrique.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Le format texte est à privilégier.
  • Il est possible que l'approche clinique en gériatrie nécessite une approche clinique complètement différente. Dans ce cas, il est préférable de faire un page d'approche clinique séparée. (ex. Ictère chez le nouveau-né est trop différente de l'Ictère chez la personne âgée).
Exemple:
 

3.8.2 Pédiatrie[modifier | w]

La section facultative Pédiatrie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section mentionne les particularités concernant la gestion de l'approche clinique chez une clientèle pédiatrique.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Le format texte est à privilégier.
  • Il est possible que l'approche clinique en pédiatrie nécessite une approche clinique complètement différente. Dans ce cas, il est préférable de faire un page d'approche clinique séparée. (ex. Ictère chez le nouveau-né est trop différente de l'Ictère chez la personne âgée)
Exemple:
 

3.9 Références[modifier | w]

  1. Netgen, « Prise en charge des traumatismes urogénitaux », sur Revue Médicale Suisse (consulté le 6 avril 2021)
  2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31827593
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19457813
  4. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1443373
  5. 5,00 5,01 5,02 5,03 5,04 5,05 5,06 5,07 5,08 5,09 5,10 5,11 5,12 5,13 5,14 5,15 5,16 5,17 5,18 5,19 5,20 5,21 5,22 5,23 5,24 5,25 5,26 5,27 5,28 5,29 5,30 5,31 5,32 5,33 5,34 5,35 5,36 5,37 5,38 5,39 5,40 5,41 5,42 5,43 5,44 5,45 5,46 5,47 5,48 5,49 5,50 5,51 5,52 5,53 5,54 5,55 5,56 et 5,57 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/32491459
  6. « StackPath », sur mcc.ca (consulté le 19 janvier 2023)
  7. 7,0 7,1 et 7,2 (en) R.K. Cydulka, D. M. Cline, O. J. Ma, TINTINALLI'S emergency medicine manual, Mc Graw Hill Education, , 1089 p.
  8. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9542018
  9. 9,0 et 9,1 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20122789
  10. 10,0 et 10,1 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26623247
  11. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17060089
  12. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14749638
  13. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9474191
  14. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19193421
  15. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28659630
  16. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17922859
  17. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26142603
  18. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27261786
  19. Sheehan H. Chowdhury et Jeeshan Chowdhury, Essentials for the Canadian medical licensing exam : review and prep for MCCQE, part I, (ISBN 978-1-4511-8688-8 et 1-4511-8688-6, OCLC 932066339, lire en ligne)
  20. 20,0 et 20,1 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30385990
  21. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17300738
  22. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17622875
  23. 23,0 23,1 23,2 23,3 23,4 23,5 23,6 23,7 et 23,8 Judith E. Tintinalli, J. Stephan Stapczynski, O. John Ma et Donald M. Yealy, Tintinalli's emergency medicine : a comprehensive study guide, (ISBN 978-0-07-179476-3 et 0-07-179476-X, OCLC 915775025, lire en ligne)
  24. Oscar D. Guillamondegui, John P. Pryor, Vincente H. Gracias et Rajan Gupta, « Pelvic radiography in blunt trauma resuscitation: a diminishing role », The Journal of Trauma, vol. 53, no 6,‎ , p. 1043–1047 (ISSN 0022-5282, PMID 12478025, DOI 10.1097/00005373-200212000-00002, lire en ligne)
  25. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28115984
  26. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27133737
  27. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21440289
  28. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20350760
  29. 29,0 et 29,1 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29081016
  30. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31934468
  31. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19131833
  32. 32,0 32,1 32,2 32,3 32,4 32,5 et 32,6 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24857651
  33. 33,0 et 33,1 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27741194
  34. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15959610
  35. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14634403
  36. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/14225331
  37. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19239439
  38. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16406902
  39. 39,0 et 39,1 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21991927
  40. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30211049
  41. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18963418
  42. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31016179
  43. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29310634
  44. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28002849
  45. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28104977