Cathétérisme vésical

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cathétérisme vésical
Procédure
Foley catheter inflated and deflated numbered.svg
Procédure
Système Urinaire
Informations
Autres noms Cathétérisme urinaire
Spécialités Urologie, Chirurgie générale, Gynécologie, Urgence

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial


Le cathéterisme vésical, consiste en l'insertion d'un tube de plastique (couvent une sonde Foley) dans les voies urinaires d'un patient jusqu'à la vessie afin de recueillir les urines pour un prélèvement, soulager une obstruction ou permettre la gestion des urines pour un patient dont la mobilité ne permet pas la miction. Un ballon est habituellement gonflé dans les voies urinaires pour éviter que la sonde de tombe.

La sonde peut être urétral ou sus-pubien. [1]Ici, nous aborderons la pose d'une sonde urinaire vésicale par l'urètre.

1 Indications[modifier | w]

Une sonde vésicale est nécessaire pour:

  • Drainage diagnostic ou thérapeutique de la vessie
  • Pour effectuer une cystographie rétrograde[2]
  • Obtenir des urines pour un examen
  • Mesurer le volume urinaire résiduel
  • Soulager une rétention d'urine ou une incontinence urinaire
  • Délivrer des produits de contraste radio-opaques ou des médicaments directement dans la vessie
  • Irriguer la vessie[1]

2 Contre-indications[modifier | w]

Contre-indications relatives:

3 Évaluation[modifier | w]

3.1 Rappel anatomique[modifier | w]

Le méat urinaire correspond au chiffre 10 sur l'image.

3.1.1 Femmes[modifier | w]

L'urètre féminin est court et, comme il n'y a pas de glande prostatique, le passage d'un cathéter est relativement facile. La seule difficulté est de localiser le méat urétral, qui se trouve dans le fornix supérieur de la vulve, au-dessus de l'ouverture vaginale et en dessous du clitoris. Il apparaît comme une petite fossette ou fente sur la ligne médiane.[2]

Le méat urinaire masculin correspond au chiffre 7. L'urètre correspond au trajet qui relie le méat (7) à la vessie (1).

3.2 Hommes[modifier | w]

L'urètre quitte la vessie au niveau du trigone, traverse la prostate, puis parcourt la longueur du pénis pour sortir au niveau du méat à l'extrémité du gland.[2]

4 Préparation[modifier | w]

4.1 Équipement nécessaire[modifier | w]

  • Cathéther Foley de la taille, du matériau et du contour appropriés
  • Sac de deainage urinaire et tube de raccordement
  • Lubrifiant stérile
  • Solution antiseptique et boules de coton stériles pour stériliser le méat urétral masculin et le périnée féminin
  • Seringue stérile, 5 à 10 ml, remplie d'assez d'eau stérile pour gonfler le ballon sur le cathéter. La taille du ballon est généralement imprimée sur le cathéter (généralement 5 ml)
  • Gants et champs stériles[2]

4.2 Choisir un cathéter[modifier | w]

Les cathéters varient au niveau du calibre, de la configuration de l'extrémité, du nombre d'entrées, de la taille du ballonnet, du type de matériel et de la longueur.

Le calibre est standardisé en unités French (F), également connues comme unités Charrière (Ch). Chaque unité est de 0,33 mm, ainsi un cathéter 14-F a un diamètre de 4,6 mm. Les tailles vont de 12 à 24 F pour les adultes et 8 à 12 F pour l'enfant. Les petits cathéters sont généralement suffisants pour le drainage urinaire non compliqué et utiles dans les sténoses urétrales et l'obstruction du col vésical; les cathéters plus gros sont indiqués pour l'irrigation vésicale et dans certains cas d'hémorragie (p. ex., en post-opératoire ou en cas de cystite hémorragique) et de pyurie car les caillots pourraient obstruer les cathéters de plus petit calibre.

L'extrémité de la sonde est dans la plupart des cas droite (p. ex., Robinson, extrémité en sifflet) et est utilisée pour un sondage urétral intermittent (c'est-à-dire, le cathéter est retiré immédiatement après le drainage vésical). Les sondes de Foley ont une extrémité droite et un ballonnet gonflable pour rester en place et traiter la rétention d'urine (sonde urinaire à demeure). D'autres sondes peuvent avoir une extrémité élargie de la forme d'un champignon (cathéter de Pezzer) ou d'un champignon perforé à 4 côtés (cathéter de Malecot); elles sont utilisées pour le sondage sus-pubien ou la néphrostomie. Les sondes béquillées (coudées), qui ont des ballonnets, ont une extrémité recourbée afin de favoriser le sondage à travers les sténoses ou les obstructions (p. ex., obstruction prostatique).

Les entrées sont présentes dans toutes les sondes utilisées pour le drainage urinaire continu. Toutes les sondes ont des entrées pour le ballonnet gonflable et/ou pour l'irrigation (p. ex., Foley à 3 voies).

Les ballonnets des sondes à demeure ont des volumes différents, de 2,5 à 5 mL chez l'enfant et de 10 à 30 mL chez l'adulte. Les ballonnets et les sondes de plus grand calibre sont généralement utilisés pour gérer les hémorragies; la traction sur la sonde permet au ballonnet de se plaquer contre la base de la vessie et exerce une pression sur les vaisseaux, diminuer les saignements, mais ceci pourrait causer une ischémie. Il est recommandé que le ballon soit rempli d'eau ordinaire seulement.

Les mandrins sont des guides métalliques flexibles insérés dans le cathéter pour le rendre plus rigide et favoriser son insertion à travers des sténoses ou des obstructions, et ne doivent être utilisés que par des médecins connaissant très bien la technique.

Le type de matériau de la sonde choisie dépend de l'usage prévu. Les cathéters en plastique, latex ou chlorure de polyvinyle sont destinés à une utilisation intermittente. Les cathéters en latex de silicone, d'hydrogel, ou en polymère recouvert d'un alliage en argent (pour diminuer la colonisation bactérienne) sont destinés à une utilisation continue. Les sondes en silicone sont utilisées en cas d'allergie au latex.[1]

Le cathéter de Foley est utilisé dans presque tous les cas lorsqu'un cathéter urinaire à demeure est nécessaire. Il se compose d'un tube en caoutchouc à double lumière avec un ballon de retenue terminal. Le plus grand canal sert au drainage de l'urine et le plus petit au gonflage du ballon. Certains cathéters à demeure ont une troisième lumière, pour une irrigation vésicale constante. Les cathéters de Foley sont de longueur standard (46 cm [18 po]) mais sont disponibles en différents diamètres qui sont classés numériquement (système français), le plus grand nombre indiquant un plus grand diamètre. Deux tailles de ballons sont couramment disponibles: des ballons de 5 ml pour les cathétérismes de routine et des ballons de 30 ml pour les situations spéciales. La plupart des cathéters Foley sont en caoutchouc. (À l'exception du cathéter Coudé, les formes et contours spécialisés sont insérés par un urologue.)

Pour un cathétérisme de routine à court terme chez les hommes ou les femmes, un cathéter en caoutchouc 14F ou 18F avec un ballon de 5 ml est satisfaisant. Des tailles plus petites sont requises pour les enfants.

Les hommes atteints d'hypertrophie prostatique peuvent avoir besoin de cathéters plus grands (p. Ex. 20–22F)[2]

4.3 Positionnement du patient[modifier | w]

4.3.1 Femmes[modifier | w]

Position de lithotomie.

Si la patiente est dans le coma ou sous anesthésie, fléchissez les genoux et les hanches et laissez les jambes tombées en abduction de chaque côté. Si la plante des pied est pressée ensemble, cette position peut facilement être maintenue par le patient sans assistance.[2]

4.3.2 Hommes[modifier | w]

Le patient doit être en décubitus dorsal.[2]

5 Technique[modifier | w]

5.1 Pour une femme[modifier | w]

  1. Assemblez tout l'équipement nécessaire.
  2. Ouvrez le plateau de cathéter et le cathéter sélectionné et placez-les sur un champ stérile placé sur une table de chevet ou un support afin que tous les matériaux nécessaires soient facilement accessibles.
  3. Placer une quantité généreuse de lubrifiant sur le champ stérile.
  4. Mettez des gants stériles et drapez la zone périnéale.
  5. Assurez-vous que le cathéter est ouvert et que la gelée lubrifiante est accessible.
  6. Ouvrez le sachet antiseptique et humidifiez les cotons-tiges fournis avec un antiseptique.
  7. Assurez-vous que la seringue est remplie d'assez d'eau stérile pour gonfler le ballon utilisé.
  8. À l'aide de la main gauche (debout sur le côté droit du patient), écartez les lèvres et identifiez le fornix supérieur avec le clitoris à l'apex. Nettoyez soigneusement toute la zone avec 4 à 5 tampons imbibés d'antiseptique. Nettoyez les lèvres avec des mouvements d'avant en arrière avec deux tampons successifs; puis nettoyez le méat urétral avec deux autres tampons successifs.
  9. La main gauche continue de maintenir les lèvres écartées du reste de la procédure.
  10. Faites une boucle dans le cathéter Foley pour une manipulation plus facile. Saisissez le cathéter avec la main droite, enduisez l'extrémité et la partie proximale de gelée lubrifiante et insérez le cathéter dans le méat urétral, qui se trouve juste en dessous du clitoris. Faites avancer le cathéter jusqu'au retour de l'urine. Avancez-le ensuite de 4 à 5 cm (1⅝ à 2 pouces) plus loin pour vous assurer que le ballon se trouve bien dans la vessie.
  11. Gonflez le ballon avec la quantité appropriée d'eau stérile (généralement 5 ml; le volume du ballon est généralement imprimé sur le cathéter) et retirez doucement le cathéter jusqu'à ce que le ballon soit bien ajusté contre le trigone.
  12. Recueillir une petite quantité d'urine dans un récipient stérile pour les études appropriées (l'analyse d'urine doit être obtenue systématiquement), puis connecter le cathéter à la poche de drainage urinaire.
  13. Collez le cathéter de Foley et le tube de drainage urinaire à la partie supérieure de la cuisse, en laissant suffisamment de mou pour que l'enlèvement des jambes ne mette pas le cathéter sous tension.

Remarque: L'erreur la plus courante dans le cathétérisme de la vessie est de manquer le méat urétral et de glisser par inadvertance le cathéter dans le vagin. Aucune urine ne reviendra. Laissez le cathéter en place dans le vagin comme marqueur. Procurez-vous un nouveau cathéter stérile et réessayez. Retirez l'autre cathéter.[2]

5.2 Pour un homme[modifier | w]

  1. Assemblez tout l'équipement nécessaire.
  2. Ouvrez le plateau de cathéter et le cathéter sélectionné et placez-les sur un champ stérile placé sur une table de chevet ou un support afin que tous les matériaux nécessaires soient facilement accessibles.
  3. Placer une quantité généreuse de lubrifiant sur le champ stérile.
  4. Mettez des gants stériles et drapez la zone périnéale.
  5. Assurez-vous que le cathéter est ouvert et que la gelée lubrifiante est accessible.
  6. Ouvrez le sachet antiseptique et humidifiez les cotons-tiges fournis avec un antiseptique.
  7. Assurez-vous que la seringue est remplie d'assez d'eau stérile pour gonfler le ballon utilisé.
  8. À l'aide de la main gauche (debout sur le côté droit du patient), saisissez le pénis de sorte que la tige repose dans la paume et que le gland du pénis soit libéré mais sécurisé. Le pénis doit être maintenu à angle droit par rapport à l'abdomen. La main gauche doit rester dans cette position pour le reste de la procédure; il n'est plus stérile. Pour les patients non circoncis, rétracter le prépuce sur le gland.
  9. Stérilisez le gland et le méat urétral avec 3 à 4 écouvillons trempés dans un antiseptique.
  10. Mettez une seule boucle dans le cathéter Foley pour une manipulation plus facile, saisissez le cathéter dans la main droite et enduisez l'extrémité du cathéter de gelée lubrifiante. Il est souvent utile d'en placer également sur le méat.
  11. Insérez le cathéter dans le méat urétral et faites-le descendre dans l'urètre pénien jusqu'à la base du pénis avec des mouvements successifs et réguliers.
  12. Faire avancer le cathéter à travers l'urètre membraneux et prostatique dans la vessie.
  13. Faire avancer le cathéter jusqu'à la poignée (habituellement la jonction en «Y») (même si l'urine est prélevée plus tôt) pour s'assurer que le ballonnet n'est pas gonflé dans l'urètre. Dès que le cathéter a été avancé jusqu'à la poignée, relâchez le pénis pour libérer les deux mains pour gonfler le ballon.
  14. Gonflez le ballon avec la quantité appropriée d'eau stérile pour sa taille (généralement 5 ml) et retirez le cathéter jusqu'à ce que le ballon soit bien ajusté contre le trigone.
  15. Obtenir un échantillon pour les tests appropriés (au minimum, une analyse d'urine de routine doit être effectuée). Connectez le sac du système de drainage urinaire au cathéter et collez le cathéter sur le haut de la cuisse, en laissant suffisamment de mou pour que le mouvement de la jambe ne tire pas sur le cathéter. Si le patient n'est pas circoncis, n'oubliez pas de rétracter le prépuce sur le gland.[2]

5.3 Cas particuliers[modifier | w]

5.3.1 Hommes avec hypertrophie de la prostate ou faux passage urétral[modifier | w]

La technique conventionnelle échoue généralement chez les patients présentant une hypertrophie prostatique importante ou un faux passage urétral. Voici quelques techniques qui se sont avérées efficaces pour cathétériser ces patients. Attention: une persistance raisonnable dans la tentative de cathétérisme est acceptable; cependant, il arrive un moment où de nouvelles manipulations peuvent rompre l'urètre ou créer de nouveaux faux passages. Si les tentatives d'utilisation des directives décrites ci-dessous échouent toujours, consultez un urologue ou insérez plutôt un cathéter sus-pubien (voir ci-dessous).

1. AUGMENTER LA TAILLE DU CATHÉTER

Les grands cathéters sont plus rigides et fournissent une dilatation plus puissante de l'urètre prostatique. La pointe plus large et émoussée a tendance à suivre le vrai urètre plutôt qu'à suivre de plus petits faux passages.

2. LUBRIFIEZ L'URÈTRE

Remplissez une seringue stérile à bout de cathéter de 30 à 50 ml avec la gelée lubrifiante et injectez la gelée dans l'urètre en exerçant une légère pression jusqu'à ce que plus rien ne puisse être injecté. Insérez ensuite le cathéter.

3. INJECTEZ DE LA GELÉE LUBRIFIANTE PENDANT QUE LE CATHÉTER EST EN COURS DE PASSAGE

Remplissez la seringue comme indiqué ci-dessus, insérez l'embout dans le cathéter et remplissez le cathéter de gelée. Pendant le passage du cathéter, injectez lentement plus de lubrifiant pour vous assurer que toute la longueur du cathéter est lubrifiée et pour aider à dilater l'urètre juste en avant de l'extrémité du cathéter.

4. UTILISEZ UN CATHÉTER COUDÉ

Un cathéter de Coudé a une pointe déviée vers le haut, qui peut naviguer dans un urètre prostatique rétréci avec plus de succès qu'un cathéter de Foley standard. La pointe du cathéter doit être dirigée vers l'avant pour faciliter le passage à travers l'urètre prostatique.[2]

5.3.2 Patients traumatisés[modifier | w]

La plupart des patients souffrant d'un traumatisme majeur ont un cathéter de Foley inséré lors de la réanimation. Un examen rectal doit être effectué avant l'insertion d'un cathéter chez un patient masculin présentant un traumatisme contondant majeur. Ressentez la prostate et assurez-vous qu'elle est fermement attachée aux tissus environnants. Une prostate flottante ou du sang grossier s'échappant de l'urètre signifie une rupture de l'urètre jusqu'à preuve du contraire. Un urétrogramme rétrograde peut aider à déterminer l'intégrité de l'urètre.[2]

6 Complications[modifier | w]

Les complications du sondage vésical comprennent tous les éléments suivants:

  • Traumatisme urétral ou vésical avec saignement ou hématurie microscopique (fréquente)
  • Infection urinaire (fréquente)
  • Création d'un faux chenal
  • Cicatrices et sténoses
  • Perforation vésicale (rare)

Les infections urinaires associées à un cathéter ont tendance à augmenter la morbidité, la mortalité, les coûts des soins et la longueur du séjour hospitalier. Les recommandations sur la façon de minimiser la survenue de ces infections urinaires comprennent les suivantes:

  • Restriction de la pose de cathéters urétraux aux indications qui sont clairement médicalement nécessaires (p. ex., par seulement afin de réduire le nombre de visites nocturnes pour vider les urinoirs)
  • Retirer les cathéters dès que possible
  • En utilisant une technique strictement aseptique lors de l'insertion du cathéter
  • Maintien de la stérilité et fermeture du système de drainage[1]

7 Suivi[modifier | w]

7.1 Entretien[modifier | w]

  • Maintenir un système de drainage stérile et continuellement fermé
  • En cas de rupture dans la technique aseptique, ou en cas de déconnexion ou de fuite, remplacer le cathéter et le système de collecte à l'aide de techniques stériles
  • Envisager des systèmes de cathéter avec des jonctions de cathéter-tube scellées et préconnectées
  • Maintenir l'écoulement d'urine sans obstruction en gardant le cathéter et le tube exempts de vrillage, en plaçant le sac sous le niveau de la vessie à tout moment mais pas au sol et en vidant le sac régulièrement
  • Utiliser les précautions standard lors de toute manipulation du cathéter ou du système de collecte
  • L'utilisation systématique de systèmes complexes de drainage urinaire n'est pas nécessaire
  • Remplacement des cathéters et des sacs de drainage suggéré si l'indication clinique comprend une infection, une obstruction ou lorsque le système fermé est compromis
  • N'utilisez pas d'antimicrobiens systémiques pour prévenir l'infection chez les patients ayant un cathétérisme à court ou à long terme, sauf indication clinique, comme chez les patients atteints de bactériurie lors du retrait du cathéter après une chirurgie urologique
  • L'hygiène de routine, comme le nettoyage de la surface de la viande pendant le bain quotidien, suggérée au lieu d'utiliser des antiseptiques
  • L'irrigation de la vessie n'est pas recommandée sauf si une obstruction est prévue, auquel cas une irrigation continue fermée est suggérée
  • Irrigation systématique de la vessie avec des antimicrobiens et installation systématique de solutions antiseptiques ou antimicrobiennes dans des poches de drainage urinaire non suggérées
  • Serrage des cathéters à demeure non nécessaire[3]

7.2 Retrait de la sonde urinaire[modifier | w]

Retirer les cathéters à demeure dès que le besoin clinique de cathétérisme est passé et conseiller aux patients de prendre une douche et de retirer tout débris ou décharge restante de la zone.

Les complications de l'ablation du cathéter peuvent inclure:

  • incapacité à dégonfler le ballon de rétention
  • retrait accidentel du cathéter avec le ballonnet de cathéter toujours gonflé
  • délai de retrait du cathéter après les interventions chirurgicales[3]


8 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 « Sondage vésical - Troubles génito-urinaires », sur Édition professionnelle du Manuel MSD (consulté le 7 avril 2020)
  2. 2,00 2,01 2,02 2,03 2,04 2,05 2,06 2,07 2,08 2,09 2,10 et 2,11 M. A. Bohrn, « Current Emergency Diagnosis and Treatment. 5th ed: Editors: C. Keith Stone, Roger L. Humphries. New York: Lange Medical Books/McGraw-Hill, 2004, 1,168 pages, $59.95 (softcover) », Academic Emergency Medicine, vol. 12, no 2,‎ , p. 182–182 (ISSN 1069-6563, DOI 10.1197/j.aem.2004.09.003, lire en ligne)
  3. 3,0 et 3,1 DynaMed [Internet]. Ipswich (MA): EBSCO Information Services. 1995 - . Record No. T921376, Placement and Management of Urinary Bladder Catheters in Adults; [updated 2018 Nov 30, cited April 8th 2020]. Available from https://www-dynamed-com.acces.bibl.ulaval.ca/topics/dmp~AN~T921376. Registration and login required.

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.