Intubation endotrachéale

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Intubation endotrachéale (IET)
Procédure
Not-Intubation.jpg
Procédure
Système respiratoire
Informations
Spécialités anesthésiologie, médecine d'urgence

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial


L'intubation endotrachéale est un geste médical technique qui consiste à introduire un tube dans la trachée. Cette installation assure une sécurité au niveau des voies respiratoires. Aussi, il est possible d'administrer des médicaments par la voie pulmonaire.

Cette technique peut s'effectuer dans différent contexte. Par exemple, la manoeuvre doit être réalisée lors d'une anesthésie générale (lors de d'une chirurgie entre autres); lors d'une urgence comme une situation d'asphyxie, une obstruction des voies aériennes, un inhalation de corps étranges (notamment en traumatologie et en réanimation).[1]

1 Indications[modifier | w]

Les indications de l'intubation endotrachéale sont:

  • Maintenir la liberté et la perméabilité des voies aériennes
  • Protection des voies aériennes
  • Suppléance d'une mécanique respiratoire insuffisante (échec à la ventilation)
  • Suppléance d'une fonction pulmonaire insuffisante (échec à l'oxygénation)
  • Anesthésie générale[1][2][3]

2 Contre-indications[modifier | w]

En cas de nécessité vitale, il n'y a pas de contre-indications à l'intubation endotrachéale. [1]Seulement deux exceptions peuvent s'appliquer:

2.1 Absolues[modifier | w]

  • Obstruction totale des voies respiratoires supérieures qui requiert une voie respiratoire chirurgicale[2]
  • Perte totale des repères anatomiques faciaux/oropharyngés, ce qui nécessite une voie aérienne chirurgicale [3]

2.2 Relatives[modifier | w]

L'intubation est une technique qui n'est pas sans risque. Donc, s'il s'agit d'une intubation qui est anticipée comme étant possiblement difficile ou pouvant ne pas réussir, il est important de considérer d'autres options d'abord (masque facial ou laryngé par exemple).[1][3]

3 Évaluation[modifier | w]

3.1 Prédire des voies aériennes difficiles[4][modifier | w]

3.1.1 Ventilation par masque difficile[modifier | w]

Truc mnémotechnique
MOANS (Ventilation difficile)
  • Mask seal (Étanchéité du masque): barbe, sang, trauma ORL
  • Obésité / Obstruction: obésité, anigoedème, épiglottite, abcès, angine de Ludwig
  • Âge: > 55
  • No teeth (absence de dents)
  • Sleep apnea / Stiff lungs (MPOC, asthme, ARDS, etc.)[2]
  • Étanchéité du masque
  • Obésité
  • Âge > 55
  • Absence de dents
  • Rigidité des poumons (résistance à la ventilation)[2]
  • 3.1.2 Intubation difficile[modifier | w]

    Truc mnémotechnique
    LEMON (Intubation difficile)
    • Look externally
    • Evaluate 3-3-2 rule
    • Mallampati
    • Obstruction
    • Neck mobility[2]
  • Jugement du patient (intuition clinique)
  • Évaluer la règle du 3-3-2 (ouverture de la bouche, largeur de la mandibule, hauteur de la glotte à la mandibule [en doigts])
  • Mallampati
  • Obstruction
  • Mobilité du cou[2]
  • 4 Préparation de l'équipement nécessaire[modifier | w]

    • Médicaments: agents d'induction et paralytique
    • Source d'oxygène et l'appareil pour l'administrer (insufflateur, masques faciaux de différente taille, raccords et filtres antibactérien adéquats)
    • Source d'aspiration opérationnelle (succion)
    • Laryngoscope (lames courbe et/ou droite)
    • Sondes d'intubation (tube endotrachéale)
    • Seringue de 10 ml
    • Stéthoscope
    • Canules oropharyngées
    • Capnographe
    • Pince de Magill[1][2][3]

    5 Technique[modifier | w]

    5.1 Préparation[modifier | w]

    Tube endotrachéal
    Laryngoscope

    Anticiper si l'intubation peut être particulièrement difficile (voir LEMON dans la section contre-indications ci-haut)

    Confirmer que l'équipement est fonctionnel

    Mise en place des accès veineux

    Monitoring (ECG, TA, FC, Saturation en O2, mesure de CO2...)Anesthésie

    • Médicaments d'induction et paralytique
    • Préoxygénation simultanée

    Positionnement du patient

    • Fléchir le cou et étirer

    [1][3][5]

    5.2 Séquence d'intubation par laryngoscopie[modifier | w]

    1. Épiglotte
      Insérer le laryngoscope avec votre main gauche du côté droit de la bouche.
    2. Déplacer la langue vers la gauche à l'aide du laryngoscope.
    3. Avec votre main droite, écarter les lèvres supérieure et inférieure pour ne pas les blesser.
    4. Avancer l'extrémité du laryngoscope (en prenant soin de ne pas le faire pivoter sur les dents de votre patient) jusqu'à ce que vous visualisiez l'épiglotte. Observer également les cordes vocales (arythénoïdes).[6]
    5. Vue laryngoscopique de l'orifice glottique
      Insérer le tube endotrachéal entre les cordes vocales. Un tube bien positionné doit se retrouver à au moins 2 cm au-dessus de la carène (ce qui correspond à une distance d'environ 23 cm à partir des incisives chez l'homme et d'environ 21 cm chez la femme)
    6. Gonfler le ballon avec 5-7 ml d'air. Vérfier la pression du brassard pour éviter les blessures trachéales dues à la pression (cible 25-40 cm H2O).
    7. Confirmer le positionnement en écoutant les bruits respiratoires bilatéraux et l'absence de sons épigastriques. De plus, confirmer le placement avec une capnogrpahie ou un détecteur colorimétrique de dioxyde de carbone. Une autre façon de vérifier le succès de l'installation, est de s'assurer que le thorax se soulève de symétrique tandis que l'abdomen demeure immobile. La radiogrpahie, réalisée en cas de doute, peut être utile pour confirmer le positionnement également.[1]
    8. Sécuriser l'installation en utilisant un porte-tube commercial, du ruban adhésif ou du ruban ombilical.[7][8]

    6 Complications[modifier | w]

    6.1 Complications mécaniques[modifier | w]

    • Intubation bronchique sélective (le plus souvent dans la bronche souche droite). Il peut s'en suivre une diminution de l'efficacité de la ventilation, une atélectasie du côté de la bronche non ventilée, un traumatisme du côté ventilé.
    • Intubation œsophagienne, En l'absence de ventilation spontanée, elle évolue vers une détresse respiratoire. Elle peut également entrainer une rupture gastrique ou œsophagienne dramatique.
    • Induction iatrogène d'une voie respiratoire obstructive. L'obstruction secondaire des sondes par coudure, déplacement, morsure, accumulation de sécrétions demeure possible.[3]
    • Pneumothorax. [3]
    • Lésions traumatiques: laryngoscope qui prend appuie sur les lèvre, les dents; la sonde d'intubation qui blesse les cordes vocales, les cartilages aryténoïes, la trachée ou autres structures buccale ou pharyngée entrainant des saignements importants (hémorragie).
    • La mobilisation du cou chez un polytraumatisé peut entrainer le déplacement secondaire d'une fracture du rachis cervical, jusque-là inaperçue.[1]

    6.2 Complications générales[modifier | w]

    • Augmentation de la fréquence cardiaque et une augmentation de la tension artérielle. Peut être mal supportées chez les personnes âgées et/ou fragiles
    • Inhalation du contenu de l'estomac ou syndrome de Mendelson (peut se produire avant ou au moment de la mise en place du tube)
    • Pneumonie post-intubation[3]
    • Hypotension[3]
    • Douleurs pharyngées et laryngées. Rapportées dans 15-30% des cas. Disparaissent en 3-4 jours.
    • Laryngospasme lors de la mise en place ou lors du retrait du tube. Fermeture étanche des cordes vocales empêche la possibilité d'assister la respiration au masque facial.[1]

    6.3 Complications tardives[modifier | w]

    • Lésions des cordes vocales. Plus à risque si intubation prolongée. Exemple: paralysie des cordes vocales par atteinte nerveuse.
    • Sténose trachéale secondaire à un ballon trop gonflé. [1]

    7 Références[modifier | w]

    1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 1,8 et 1,9 « Intubation trachéale », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
    2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 et 2,6 « Intubation - WikEM », sur www.wikem.org (consulté le 3 avril 2020)
    3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 3,6 3,7 et 3,8 (en) « Intubation - wikidoc », sur www.wikidoc.org (consulté le 3 avril 2020)
    4. (en) « Predicting the difficult airway - WikEM », sur www.wikem.org (consulté le 3 avril 2020)
    5. Salhi BA, Taylor TA, Ander DS. Intubation and Airway Support. In: McKean SC, Ross JJ, Dressler DD, Scheurer DB. eds. 'Principles and Practice of Hospital Medicine, 2e' New York, NY: McGraw-Hill; . http://accessmedicine.mhmedical.com.acces.bibl.ulaval.ca/content.aspx?bookid=1872&sectionid=146978963. Accessed April 06, 2020.
    6. Hanson C, III, Thaler ER. Intubation and Upper Airway Management. In: Grippi MA, Elias JA, Fishman JA, Kotloff RM, Pack AI, Senior RM, Siegel MD. eds. 'Fishman's Pulmonary Diseases and Disorders, Fifth Edition' New York, NY: McGraw-Hill; 2015. http://accessmedicine.mhmedical.com.acces.bibl.ulaval.ca/content.aspx?bookid=1344&sectionid=81209946. Accessed April 06, 2020.
    7. Wang HE, Carlson JN. Tracheal Intubation. In: Tintinalli JE, Ma O, Yealy DM, Meckler GD, Stapczynski J, Cline DM, Thomas SH. eds. 'Tintinalli's Emergency Medicine: A Comprehensive Study Guide, 9e' New York, NY: McGraw-Hill; . http://accessmedicine.mhmedical.com.acces.bibl.ulaval.ca/content.aspx?bookid=2353&sectionid=218688380. Accessed April 06, 2020.
    8. Morris CA, Nelson E. Clinical Procedure Tutorial: Endotracheal Intubation. In: Jameson J, Fauci AS, Kasper DL, Hauser SL, Longo DL, Loscalzo J. eds. 'Harrison's Principles of Internal Medicine, 20e' New York, NY: McGraw-Hill; . http://accessmedicine.mhmedical.com.acces.bibl.ulaval.ca/content.aspx?bookid=2129&sectionid=193349892. Accessed April 06, 2020.

    Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.