Discopathie cervicale

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Discopathie cervicale
Classe de maladie
Caractéristiques
Signes
Symptômes
Informations
Spécialités Neurochirurgie, chirurgie orthopédique, physiothérapie, physiatrie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

La colonne cervicale est composée de 7 vertèbres cervicales. Un disque cervical sépare chaque vertèbre cervicale. Les disques sont constitués d'un noyau pulpeux interne composé d'un gel de mucoprotéine, d'un anneau fibreux externe et de plaques cartilagineuses vertébrales. Cette composition permet la flexibilité et la mobilité de la colonne cervicale. Il y a un risque accru de blessure dans la colonne cervicale par rapport à la colonne thoracique plus fixe.[1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Aux États-Unis, les cervicalgies touchent jusqu'à 15% de la population souffrant de discopathie cervicale. En d'autres termes, 84 personnes sur 100 000 ont des douleurs au cou. Les lésions du disque cervical (discopathie) reliées à une hernie discale cervicale surviennent généralement chez les personnes au début de la trentaine et la quarantaine, et la maladie discale dégénérative affecte surtout les personnes âgées de plus de 50 ans.

2 Étiologies[modifier | w]

Les discopathies dégénératives et les hernies discales aiguës sont les lésions discales cervicales les plus fréquentes. La dégénérescence du disque se produit à partir d'une perte de contenu en eau du noyaux pulpeux et elle conduit à une diminution de l'amplitude des mouvements de la tête et du cou. Ceci entraîne une diminution de la hauteur des disques, provoquant alors un rapprochement des vertèbres, ce qui augmente alors la possibilité de dégénérescence des articulations facettaires de la colonne cervicale. [2][3][4] Les lésions traumatiques, généralement causées par les sports de contact et les accidents d'automobile augmentent le risque d'hernie discale. [1]

3 Physiopathologie[modifier | w]

Le rapprochement des vertèbres de la colonne cervicale a tendance à comprimer les racines nerveuses à leur sortie du foramen vertébral et provoque ainsi de la douleur et possibilité de signes neurologiques. La perte du contenu en eau du disque fait également en sorte que celui-ci n'absorbe plus aussi efficacement les chocs, principalement lors des sauts, de la course et de la marche. Une mauvaise posture ou des faux mouvements peuvent aussi augmenter la dégénérescence des disques et causer des discopathies.

4 Présentation clinique[modifier | w]

La principale plainte des patients atteints d'une lésion du disque cervical est une douleur au cou avec ou sans irradiation au bras et aux doigts. Les clinicens devraient obtenir un historique complet de la douleur incluant l'intensité, le début, la durée et les caractéristiques de la douleur. D'autres informations importantes incluent les éléments soulageant, aggravant ainsi que les facteurs associés. D'autres symptômes peuvent inclurent des spasmes musculaires, une diminution de la mobilité globale ainsi que des engourdissements ou douleurs radiculaires associés.

Un examen physique détaillé incluant un bilan neurologique sensitif, moteur ainsi que l'évaluation des réflexes doit être effectué. Le médecin doit évaluer l'amplitude des mouvements (ROM) de la colonne cervicale. La sévérité de la douleur, les spasmes ainsi que la dégénérescence affectent la flexion, l'extension, la rotation droite et gauche et la flexion latérale de la colonne cervicale.[1]

5 Examens paracliniques[modifier | w]

5.1 Rayons X[modifier | w]

La radiographie simple [1]est une méthode initiale et peu coûteuse d'évaluation du rachis cervical pour une lésion osseuse. Dans la dégénérescence chronique du disque, une diminution de la hauteur du disque ainsi que des ostéophytes peuvent être observés. Il y a une incidence plus élevée de lésions de la moelle cervicale démontrée avec l'utilisation de radiographies simples dans l'évaluation de la sténose du rachis cervical. Le rapport Torg est le rapport canal sagittal / corps vertébral mesuré sur les radiographies latérales de la colonne cervicale. La valeur normale est 1,0. Un rapport de 0,8 et moins a été considéré comme révélateur d'une sténose de la colonne vertébrale cervicale.[1]

5.2 IRM[modifier | w]

L'imagerie par résonance magnétique est la meilleure modalité pour évaluer la compression de la moelle et l'hernie discale[1]. Les vues pondérées T2 sont préférées. Les résultats comprennent une diminution de la hauteur du disque, une intensité du signal réduite et des ostéophytes spondylotiques. [1]

5.3 Autres études[modifier | w]

Les patients avec des études équivoques [1]peuvent opter pour une discographie lorsque les mesures conservatrices échouent. Des études électrophysiologiques peuvent être réalisées pour évaluer et élucider les racines nerveuses affectées par un disque cervical lésé. [5][6][1]

6 Traitement[modifier | w]

Dans la phase aiguë, la prise en charge consiste à soulager la douleur, référer en physiothérapie ou vers la chirurgie. [6][7][8][1]

6.1 Non chirurgical[modifier | w]

Le soulagement de la douleur est utilisé pour diminuer le niveau d'inflammation, permettant une thérapie physique[1] qui comprend la mobilisation segmentaire en physiothérapie. Les objectifs de la thérapie sont de diminuer la douleur, d'améliorer l'amplitude des mouvements, de renforcer les muscles et d'améliorer la biomécanique rachidienne. Les premiers modes de soulagement de la douleur sont les agents anti-inflammatoires oraux ainsi que les injections péridurales. En fonction de la gravité de la douleur et de l'étendue de la pathologie, des blocs de branche ou des rhizotomies du faisceau médial peuvent être pratiqués.[1]

6.2 Chirurgical[modifier | w]

Lorsque la gestion conservatrice échoue, la chirurgie[1] est indiquée pour une hernie discale aiguë qui provoque le syndrome de compression de la moelle. Plusieurs techniques ont été décrites sur la base de la pathologie. La discectomie antérieure avec fusion est la procédure recommandée pour une hernie discale antérolatérale ou centrale, tandis qu'une laminoplastie ou laminectomie postérieure peut être envisagée lorsque des limites techniques d'accès antérieur existent ou lorsque le patient a subi une intervention chirurgicale antérieure au même niveau.

L'intervention chirurgicale est indiquée pour les patients qui ont eu de six semaines à trois mois de prise en charge conservatrice d'une hernie discale ou d'une discopathie dégénérative. L'aggravation de la myélopathie ou de la neuropraxie sont également des indications pour la chirurgie.[1]

Plusieurs interventions chirurgicales peuvent être effectuées. Ces procédures sont le remplacement total du disque, la discectomie et la fusion cervicales antérieures (ACDF), la laminectomie ou la laminoplastie. Les indications de la chirurgie de remplacement total du disque comprennent une hernie du noyau cervical symptomatique, spontanée / dégénérative ou traumatique avec ou sans radiculopathie, et une discopathie dégénérative cervicale sans instabilité de la colonne postérieure. Les indications de la discectomie cervicale antérieure et de la chirurgie de fusion incluaient la spondylose cervicale, les hernies discales sténosées, la discopathie dégénérative avec instabilité et arthrite facettaire, tropisme ou douleur facétogène.

6.2.1 Techniques chirurgicales brèves[modifier | w]

Remplacement total du disque (TDR) et discectomie et fusion cervicales antérieures (ACDF) [1]

L'exposition chirurgicale du niveau vertébral souhaité est obtenue par une incision cervicale antérieure. La dissection sous-cutanée est réalisée pour permettre une mobilisation adéquate à l'incision des tissus. La discectomie est réalisée avec des rongeurs hypophysaires, une curette et une fraise pour enlever le disque affecté. Le ligament longitudinal postérieur peut être laissé in situ en fonction de la gravité de la hernie. Le centre du disque est identifié. Une quille est réalisée à l'aide de la bavure, après quoi le disque est retiré et le remplacement du disque effectué. Une méthode chirurgicale similaire est utilisée pour la discectomie cervicale antérieure et la fusion, la différence est le type d'implant, qui peut être une cage intersomatique avec une plaque cervicale antérieure ou une cage autonome. Bien que les complications soient rares, les patients souffrent de dysphagie, d'enrouement et de maux de gorge transitoires. Une maladie du segment adjacent ou une pseudoarthrose peut survenir en fonction de la gravité et du nombre de niveaux opérés. La majorité des patients obtiennent un soulagement des symptômes et peuvent reprendre leur pleine activité après six mois.

6.2.2 Laminectomie[modifier | w]

La laminectomie[1] cervicale enlève la lame d'un côté ou des deux pour augmenter l'espace axial disponible pour la moelle épinière. Cliniquement indiqué pour la sténose vertébrale ou la discopathie impliquant plus de trois niveaux de dégénérescence discale avec compression antérieure de la moelle épinière. La hernie discale cervicale à un seul niveau est généralement prise en charge par l'approche antérieure. Les complications de l'approche postérieure comprennent une instabilité entraînant une cyphose, des douleurs myofasciales récalcitrantes et des maux de tête occipitaux. [1]

6.2.3 Laminoplastie[modifier | w]

La déformation kyphotique est une complication bien connue de la laminectomie. Pour préserver la paroi postérieure du canal rachidien lors de la décompression du canal rachidien, une technique de plastie Z pour la lame a été développée. La variante de la procédure utilise une porte battante pour la lame. La laminoplastie[1] est couramment indiquée pour la myélopathie spondylotique à plusieurs niveaux. Une lésion des racines nerveuses est observée dans environ 11% des chirurgies. Cette complication est unique à la laminoplastie, et l'étiologie suggérée est la traction sur la racine nerveuse avec la migration postérieure de la moelle épinière.[1]

7 Références[modifier | w]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 1,11 1,12 1,13 1,14 1,15 1,16 1,17 et 1,18 (en) Pencle Fj et Mesfin Fb, « Cervical Disc Injuries », sur PubMed, 2020 jan (PMID 28723000, consulté le 3 août 2020)
  2. (en) Hassan Kz et Sherman Al, « Epidural Steroids », sur PubMed, 2020 jan (PMID 30726005, consulté le 3 août 2020)
  3. Kaunda Ibebuike, Mark Roussot, James Watt et Robert Dunn, « Management challenges of traumatic spondylolisthesis of the Axis with an unusual C2-C3 posterior subluxation in a paediatric patient: case report and literature review », African Health Sciences, vol. 18, no 2,‎ , p. 458–467 (ISSN 1729-0503, PMID 30602973, Central PMCID 6306986, DOI 10.4314/ahs.v18i2.31, lire en ligne)
  4. Jonathan T. Yamaguchi et Wellington K. Hsu, « Intervertebral disc herniation in elite athletes », International Orthopaedics, vol. 43, no 4,‎ , p. 833–840 (ISSN 1432-5195, PMID 30506461, DOI 10.1007/s00264-018-4261-8, lire en ligne)
  5. Laura Hill, David Aboud, James Elliott et John Magnussen, « Do findings identified on magnetic resonance imaging predict future neck pain? A systematic review », The Spine Journal: Official Journal of the North American Spine Society, vol. 18, no 5,‎ , p. 880–891 (ISSN 1878-1632, PMID 29412188, DOI 10.1016/j.spinee.2018.01.025, lire en ligne)
  6. 6,0 et 6,1 Qing Guan, Fei Xing, Ye Long et Zhou Xiang, « Cervical intradural disc herniation: A systematic review », Journal of Clinical Neuroscience: Official Journal of the Neurosurgical Society of Australasia, vol. 48,‎ , p. 1–6 (ISSN 1532-2653, PMID 29162303, DOI 10.1016/j.jocn.2017.10.024, lire en ligne)
  7. Navid Khezri, Tamir Ailon et Brian K. Kwon, « Treatment of Facet Injuries in the Cervical Spine », Neurosurgery Clinics of North America, vol. 28, no 1,‎ , p. 125–137 (ISSN 1558-1349, PMID 27886874, DOI 10.1016/j.nec.2016.07.005, lire en ligne)
  8. Kevin J. DiSilvestro, Adam J. Santoro, Fotios P. Tjoumakaris et Eric A. Levicoff, « When Can I Drive After Orthopaedic Surgery? A Systematic Review », Clinical Orthopaedics and Related Research, vol. 474, no 12,‎ , p. 2557–2570 (ISSN 1528-1132, PMID 27492688, Central PMCID 5085934, DOI 10.1007/s11999-016-5007-9, lire en ligne)
!
Cette page a besoin de vous !
  1. Cet article ne respecte pas la ligne éditoriale.
  2. Cet article ne respecte pas les conventions d'écriture.
  3. Cet article ne respecte pas la structure ontologique établie pour ce type d'article.
  4. Cet article ne contient pas suffisamment de données sémantiques.
  5. Cet article manque de liens à l'intérieur du wiki.
  6. Cet article est une ébauche.
  7. Cet article n'est pas du niveau technique requis.


Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.