Violence entre adultes ou partenaires intimes (approche clinique)

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Violence entre adultes ou partenaires intimes
Approche clinique
Caractéristiques
Informations
Autres noms Violence domestique
Wikidata ID Q156537

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v4) ]
Objectif du CMC
Violence entre adultes ou partenaires intimes (114-3)

La violence entre adultes ou entre partenaires intimes consistent en tous actes d'harcèlement criminel, de violence sexuelle et physique, de négligence ou d'agression psychologique. Elle peut inclure des partenaires intimes anciens ou actuels. Il ne connaît aucune limitation culturelle, socio-économique, éducative, religieuse ou géographique. Elle touche toutes les races, tous les âges et tous les sexes. Elle peut également survenir chez des personnes ayant des orientations sexuelles différentes. [1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

La majorité des victimes de violence sont des femmes. Bien qu'en nombres plus faibles, les hommes peuvent tout autant être victimes. Pour la majorité des hommes comme des femmes, la majorité des actes de violence sont perpertrés par des partenaires intimes ou des personnes connues. Les statistiques du tableau suivant permettent de cerner l'ampleur du problème de violence entre adultes en Amérique du Nord.[1]

Statistiques hommes/femmes sur la violence entre adultes en Amérique du Nord
Femmes Hommes
Ayant subi de la violence physique sévère par un partenaire intime durant leur vie 25% 14%
Ayant subi du harcèlement durant leur vie 16% 5%
Ayant subi de la violence sexuelle durant leur vie 33% 16%
Ayant subi un viol ou une tentative de viol durant leur vie 20% 1-2%
Victimes de viol par un partenaire intimes par années aux États-Unis 1 500 000 800 000

Le coût annuel national des services de soins médicaux et de santé mentale liés à la violence entre partenaires intimes aiguë est estimé à plus de 8 milliards de dollars.[1] En effet, les victimes de violence domestique subissent généralement des blessures physiques graves nécessitant des soins dans un hôpital ou une clinique. Si la blessure entraîne un problème de santé chronique ou de longue durée, le coût est considérablement plus élevé.[1]

On pense que la violence entre partenaires intimes est sous-déclarée. En réalit, il s'agit d'un phénomène difficile à identifier et de nombreux cas ne sont pas signalés aux professionnels de la santé ou aux autorités judiciaires. En raison de la prévalence dans notre société, tous les professionnels de la santé, y compris les psychologues, les infirmières, les pharmaciens, les dentistes, les adjoints au médecin, les infirmières praticiennes et les médecins évalueront et traiteront éventuellement une victime ou un auteur de violence entre partenaires intimes. Les professionnels de la santé sont d'ailleurs généralement les premiers à avoir la possibilité d'identifier la violence domestique. Ainsi, les professionnels de la santé qui travaillent dans les soins aigus doivent maintenir un indice élevé de suspicion de violence conjugale, car les membres de la famille qui les soutiennent peuvent en fait être des agresseurs.[1] En effet, 40% des personnes tuées par leur agresseur ont demandé de l'aide dans les 2 ans précédant leur décès.

La violence entre partenaires intimes affecte la victime, les familles, les collègues et la communauté. Elle entraîne une diminution de la santé psychologique et physique, une diminution de la qualité de vie et une diminution de la productivité.[1]

Heureusement, le taux national de violence entre adultes non mortelle est en baisse. On pense que cela est dû à une baisse du taux de nuptialité, un meilleur accès aux refuges pour violence domestique, des améliorations du statut économique des femmes et une augmentation de l'âge moyen de la population. L'incidence de la violence entre partenaires intimes a diminué de plus de 60%, passant d'une dizaine de victimisations pour 1000 personnes âgées de 12 ans ou plus à environ 4 pour 1000.[1]

2 Étiologies[modifier | w]

La violence entre partenaire intime se décompose en cinq catégories, elles-mêmes pouvant prendre différentes formes.

  1. Violence physique
    • Coups
    • Pincements
    • Brûlures
    • Toutes autres formes de douleurs physiques
  2. Violence sexuelle
    • Viol
    • Attouchements
  3. Violence psychologique ou morale
    • Menaces
    • Harcèlement
    • Intimidation
    • Dénigrement
    • Insultes
  4. Violence morale
    • Chantage
  5. Exploitation financière ou matérielle
    • Extorsion
    • Logement
    • Vol des revenus
  6. Isolement social
    • Menaces d'abandon
    • Restriction de contacts

2.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Les facteurs de risque de violence domestique et familiale comprennent les problèmes individuels, relationnels, communautaires et sociétaux. Il existe une relation inverse entre l'éducation et la violence domestique. Des niveaux d'éducation plus faibles sont corrélés à une violence domestique plus probable. La maltraitance des enfants est généralement associée au fait de devenir un auteur de violence domestique à l'âge adulte. Les auteurs de violence domestique répètent fréquemment des actes de violence avec de nouveaux partenaires. L'abus de drogues et d'alcool augmente considérablement l'incidence de la violence domestique. [1]

Les enfants qui sont victimes ou témoins de violence domestique et familiale peuvent croire que la violence est un moyen raisonnable de résoudre un conflit. Les hommes qui apprennent que les femmes ne sont pas également respectées sont plus susceptibles d'abuser des femmes à l'âge adulte. Les femmes qui sont témoins de violence domestique lorsqu'elles sont enfants sont plus susceptibles d'être victimisées par leur conjoint. Alors que les femmes sont souvent victimes de violence domestique, les rôles de genre peuvent être inversés.[1]

La domination peut inclure des abus émotionnels, physiques ou sexuels qui peuvent être causés par une interaction de facteurs situationnels et individuels. Cela signifie que l'agresseur apprend un comportement violent de sa famille, de sa communauté ou de sa culture. Ils voient la violence et sont victimes de violence. [1]

Les difficultés financières et le chômage contribuent à la violence domestique. Un ralentissement économique est associé à une augmentation des appels aux lignes d'assistance nationales de lutte contre la violence domestique.[1]

Facteurs de risque de violence entre partenaires intimes
Facteurs de risques liés à la victime Facteurs de risques liés à l'agresseur
Facteurs individuels
  • Sexe féminin
  • Origine autochtone ou immigrante
  • Handicap
  • Âge (15-24 ans)
  • Grossesse
  • Dépendance émotionnelle
  • Problème de gestion de colère
  • Jalousie pathologique
  • Faible estime de soi
  • Sentiment d'infériorité
  • Trouble de personnalité
  • Consommation d’alcool ou de drogues
  • Dépendance émotionnelle
Facteurs relationnels
  • Relation < 3 ans, famille reconstituée ou conjoint de fait
  • Histoire de violence domestique durant l’enfance
  • ATCD de violence conjugale
  • Démarches de séparation/divorce
  • ATCD de crimes violents
  • Histoire de violence domestique durant l'enfance
Facteurs communautaires/sociétaux
  • Croyances culturelles de soumission du partenaire
  • Faible éducation
  • Faible revenu
  • Chômage

3 Physiopathologie[modifier | w]

Il peut y avoir des découvertes pathologiques chez les victimes et les auteurs de violence domestique. Certaines conditions médicales et certains modes de vie rendent la violence familiale et domestique plus probable. [1][2]

3.1 Femmes et grossesse[modifier | w]

L'American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) recommande que toutes les femmes soient évaluées pour les signes et symptômes de violence entre partenaires intimes, lors de visites régulières et prénatales. Les prestataires doivent offrir une assistance et des informations de référence[1]:

  • La violence entre partenaires intimes touche environ 325 000 femmes enceintes chaque année aux États-Unis.
  • La prévalence moyenne déclarée pendant la grossesse est d'environ 30% de violence psychologique, 15% de violence physique et 8% de violence sexuelle.
  • Les abus pendant la grossesse peuvent causer jusqu'à 10% des hospitalisations enceintes.
  • La violence entre partenaires intimes est plus courante chez les femmes enceintes que la pré-éclampsie et le diabète gestationnel.
  • Des abus reproductifs peuvent survenir et comprennent l'imprégnation contre la volonté d'un partenaire en empêchant un partenaire d'utiliser des méthodes contraceptives.
  • Étant donné que la plupart des femmes enceintes reçoivent des soins prénatals, il s'agit d'un excellent moment pour évaluer la violence domestique.

Le danger de violence entre partenaires intimes est particulièrement important car la mère et le fœtus sont tous les deux à risque. Les professionnels de la santé doivent être conscients des conséquences psychologiques de la violence conjugale pendant la grossesse. Il y a plus de stress, de dépression et de dépendance à l'alcool chez les femmes enceintes maltraitées. Ces conditions peuvent nuire au fœtus.[1]

3.2 Communauté LGBT[modifier | w]

La violence domestique se produit dans les couples gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres, et peut être difficile à identifier.

  • Plus de 35% des femmes hétérosexuelles, 40% des lesbiennes, 60% des femmes bisexuelles sont victimes de violence domestique.
  • Il y a plus de cas de violence domestique chez les hommes vivant avec des partenaires masculins que chez les hommes vivant avec des partenaires féminines.
  • Les femmes vivant avec des partenaires féminins subissent moins de violence domestique que les femmes vivant avec des hommes.
  • Les personnes transgenres ont un risque plus élevé de violence domestique. Les victimes transgenres sont environ deux fois plus susceptibles de subir des violences physiques.[1]

Les victimes gays, lesbiennes, bisexuelles et transgenres peuvent être réticentes à signaler la violence domestique. Ce phénomène peut être expliqué par le manque de services de soutien tels que les refuges, les groupes de soutien et les lignes d'assistance pour cette communauté. L'agresseur pourrait également menacer la victime de rendre publique sa préférence sexuelle. Finalement, la victime pourrait être réticente à signaler sa situation parce qu'elle partage les mêmes amis ou le même groupe de soutien que l'agresseur.

3.3 Hommes[modifier | w]

La violence domestique est généralement perpétrée par des hommes contre des femmes, cependant, les femmes peuvent manifester un comportement violent contre leur partenaire masculin.[1]

  • Les hommes représentent jusqu'à 15% de tous les cas de violence conjugale.
  • Trois femmes sur 10 sont à un moment de leur vie harcelées, agressées physiquement ou violées par un partenaire intime, contre 1 homme sur 10.
  • Le viol est principalement perpétré par d'autres hommes, tandis que les femmes se livrent à d'autres formes de violence contre les hommes.[1]

Bien que les femmes soient les victimes les plus courantes de violence domestique, les professionnels de la santé doivent se rappeler que les hommes peuvent également être victimes et doivent être évalués s'il y a des indications. De plus, les hommes victimes sont également moins susceptibles de demander des soins médicaux, de sorte que l'incidence peut être sous-déclarée.

4 Approche clinique[modifier | w]

Établir que les blessures sont liées à la violence conjugale est une tâche difficile. Les blessures mettant la vie et l'intégrité physique en danger sont la priorité. Il est important que les professionnels de la santé s'occupent d'abord du problème sous-jacent qui a amené la victime au service des urgences.[3][1]

  • L'évaluation doit commencer par une anamnèse détaillée et un examen physique. Les cliniciens doivent dépister toutes les femmes pour la violence domestique et référer les femmes qui ont un dépistage positif. Cela inclut les femmes qui ne présentent ni signes ni symptômes de maltraitance. Tous les établissements de santé devraient avoir un plan en place qui prévoit l'évaluation, le dépistage et l'orientation des patients pour violence conjugale. Les protocoles devraient inclure la référence, la documentation et le suivi.
  • Les professionnels de la santé et les administrateurs doivent être conscients des défis tels que les obstacles au dépistage de la violence domestique: le manque de formation, les contraintes de temps, la nature sensible des problèmes et le manque d'intimité pour résoudre les problèmes.
  • Bien que la sensibilisation des professionnels et du public se soit accrue, de nombreux patients et prestataires hésitent encore à discuter des abus.

4.1 Questionnaire[modifier | w]

En supposant que le patient est stable et ne souffre pas, une évaluation détaillée des victimes devrait avoir lieu après la divulgation de l'abus. L'évaluation de la sécurité est la priorité. Une liste de questions standard préparées peut aider à atténuer l'incertitude dans l'évaluation du patient. S'il y a des signes de danger immédiat, adressez-vous à un avocat de soutien, à un abri, à une hotline pour les victimes ou aux autorités judiciaires. [1]

  • S'il n'y a pas de danger immédiat, l'évaluation doit se concentrer sur la santé mentale et physique et établir les antécédents de maltraitance actuelle ou passée. Ces réponses déterminent l'intervention appropriée.
  • Lors de l’évaluation initiale, le praticien doit être sensible aux croyances culturelles du patient. L'intégration d'une évaluation de sensibilité culturelle avec des antécédents de victimes de violence domestique peut permettre un traitement plus efficace.
  • Les patients qui ont subi des violences domestiques peuvent souhaiter ou non être référés. Beaucoup ont peur de leur vie et de leur bien-être financier et peuvent donc peser le compromis en laissant l'agresseur menant à la perte de soutien et peut-être à la responsabilité de s'occuper des enfants seuls. Le fournisseur de soins de santé doit assurer le patient que la décision est volontaire et que le fournisseur aidera quelle que soit la décision. L'objectif est de rendre les ressources accessibles, sûres et d'améliorer le soutien.
  • Si le patient choisit de quitter sa situation actuelle, les coordonnées d'un centre local de lutte contre la violence domestique doivent être fournies.
  • S'il y a un risque pour la vie ou l'intégrité physique, ou des preuves de blessure, le patient doit être référé aux autorités locales chargées de l'application des lois.
  • Les conseillers comprennent souvent des travailleurs sociaux, des psychiatres et des psychologues qui se spécialisent dans ce genre de situation[1]

Si de la violence entre adultes est suspectée, il est recommandé de porter une attention particulière aux éléments suivants lors de l'anamnèse:

  • État du couple
  • Différends, discussions, résolution
  • Colère
  • Peur du conjoint
  • Menaces
  • Violence physique, sexuelle ou psychologique

Le clinicien doit faire tout son possible pour examiner le patient en privé, en expliquant la confidentialité au patient. Il devrait poser des questions bienveillantes et empathiques et écoutez poliment sans interrompre les réponses.

Certaines plaintes peuvent également accompagnées une situation de violence domestique. Celles-ci peuvent inclure des maux de dos, des maux d'estomac, des maux de tête, de la fatigue, de l'agitation, une perte d'appétit et de l'insomnie. Les femmes vivant de la violende sont plus susceptibles de souffrir d'asthme, de syndrome du côlon irritable et de diabète. [1]

4.2 Examen clinique[modifier | w]

Les sites de blessures les plus courants sont la tête, le cou et le visage. Les blessures accidentelles quant à elle impliquent le plus souvent les extrémités du corps. Les victimes d'abus ont tendance à avoir de multiples blessures à divers stades de guérison, de aiguë à chronique. De plus, les victimes de violence peuvent présenter des blessures de défense classiquement aux avant-bras. Il faut également prendre note que des vêtements peuvent couvrir les blessures au corps, aux seins, aux organes génitaux, au rectum et aux fesses.

Si de la violence entre adultes est suspectée, il est recommandé de porter une attention particulière aux éléments suivants lors de l'examen physique:

  • Lésions aux organes génitaux ou symptômes gynécologiques fréquents
  • Ecchymoses
  • Signes de défense aux avant-bras
  • Morsures
  • Coupures
  • Fractures
  • Commotions cérébrales
  • Brûlures

4.3 Dossier médical[modifier | w]

Le dossier médical est souvent utilisé pour condamner un agresseur. Un tableau mal documenté peut amener un agresseur à se libérer et à commettre des actes de violence à nouveau.[1]

Le dossier médical doit inclure une documentation détaillée de l'évaluation, du traitement et des références.[1]

  • Décrivez l'événement abusif et les plaintes actuelles en utilisant les propres mots du patient.
  • Incluez le comportement du patient dans le dossier.
  • Incluez les problèmes de santé liés à l'abus.
  • Incluez le nom, la relation et l'adresse de l'auteur présumé.
  • L'examen physique doit inclure une description des blessures du patient, y compris l'emplacement, la couleur, la taille, la quantité et le degré d'âge des ecchymoses et contusions.
  • Documentez les blessures avec des schémas anatomiques et des photographies.
  • Incluez le nom du patient, le numéro du dossier médical, la date et l'heure de la photographie et les témoins au dos de chaque photo.
  • Les vêtements déchirés et endommagés doivent également être photographiés.
  • Documentez les blessures qui ne sont pas clairement illustrées par des photographies avec des dessins au trait.
  • En cas d'agression sexuelle, suivez les protocoles d'examen physique et de collecte de preuves. [1]

5 Drapeaux rouges[modifier | w]

Certains éléments suspects peuvent alerter le clinicien:

  • Retard de consultation
  • Histoire changeante/ incohérente avec la lésion
  • Consultations fréquentes à l’urgence
  • Abus d’alcool ou de drogues
  • Idées suicidaires
  • Blessures cachées et d'âge différents
  • Symptômes vagues, somatisation
    • Maux de têtes
    • Palpitations
    • Douleurs thoraciques
    • Rapports sexuels douloureux
    • Douleurs chroniques
  • Symptômes psychologiques
    • Anxiété
    • Dépression
    • Fatigue

6 Investigation[modifier | w]

Après stabilisation et évaluation physique, différentes investigations peuvent être indiquées.

  • Formule sanguine complète
    • Déshydratation
    • Anomalies électrolytiques
    • Infection
    • Toxicomanie
    • Intoxication médicamenteuse
    • Malnutrition
  • Radiographies des parties du corps meurtries pour détecter les fractures
  • TDM de la tête pour évaluer les saignements intracrâniens à la suite d'un abus ou des causes d'un état mental altéré [1]
  • Examen pelvien avec collecte de preuves en cas d'agression sexuelle [1]
  • Photographies des blessures avant les traitements

6.1 Collecte de preuves[modifier | w]

La violence domestique et familiale entraîne généralement des poursuites judiciaires contre l'auteur. De préférence, une équipe spécialisée dans la violence domestique est appelée pour aider à la collecte de preuves.[1]

Chaque établissement de santé doit avoir une procédure écrite sur la manière d'emballer et d'étiqueter les échantillons et de maintenir une chaîne de possession. Le personnel chargé de l'application de la loi aidera souvent à la collecte de preuves et fournira des kits spécifiques.[1]

Il est important d'éviter de détruire des preuves. Les preuves comprennent des échantillons de tissus, de sang, d'urine, de salive et des échantillons vaginaux et rectaux. La salive des piqûres peut être collectée; la marque de morsure est tamponnée avec un coton-tige imbibé d'eau.[1]

Les vêtements tachés de sang, de salive, de sperme et de vomi doivent être conservés pour une analyse médico-légale.[1]

7 Prise en charge[modifier | w]

En supposant que le patient est stable et ne souffre pas, une évaluation détaillée des victimes devrait avoir lieu après la divulgation de l'abus. L'évaluation de la sécurité est la priorité. Une liste de questions standard préparées peut aider à atténuer l'incertitude dans l'évaluation du patient. S'il y a des signes de danger immédiat, adressez-vous à un avocat de soutien, à un organisme, à une ligne téléphonique pour les victimes ou aux autorités judiciaires. [1]

7.1 Évaluation initiale[modifier | w]

  • Évaluer la menace et le danger pour le ou la patiente (les femmes ont généralement des blessures plus graves).
  • Si la menace est imminente ou la violence est à risque d’aboutir à un danger grave, établir un plan avec la victime (appel, promesse de se rendre dans un poste de police, enfants chez un autre membre de la famille).
  • S'il n'y a pas de danger immédiat, l'évaluation doit se concentrer sur la santé mentale et physique et établir les antécédents de maltraitance actuelle ou passée. Ces réponses déterminent l'intervention appropriée.
  • Si la condition médicale le nécessite ou si il y a un doute important sur la sécurité à domicile, hospitaliser la victime. L'hospitalisation est une occasion d'en apprendre davantage sur la situation de la victime.
  • Ne pas renvoyer le patient tant qu'un refuge sûr n'a pas été mis en place.[1]

7.2 Conseils et support[modifier | w]

  • Assurer la victime qu'elle n’est pas responsable de ce qui lui arrive.
  • Réassurer la victime qu'elle ne mérite pas de tels sévices.
  • Assurer de la confidentialité

7.3 Dossier médical[modifier | w]

  • Si la violence domestique est admise, la documentation doit inclure les antécédents, les résultats de l'examen physique, les découvertes de laboratoire et radiographiques, toutes les interventions et les renvois effectués.
  • Si des résultats significatifs peuvent être enregistrés, des images doivent être incluses.
  • Les professionnels de la santé, y compris l'infirmière, doivent documenter toutes les constatations et recommandations dans le dossier médical, y compris les déclarations de refus d'abus.
  • Lors de l’évaluation initiale, le praticien doit être sensible aux croyances culturelles du patient. L'intégration d'une évaluation de sensibilité culturelle avec des antécédents de victimes de violence domestique peut permettre un traitement plus efficace.
  • Le dossier médical peut devenir un document judiciaire; soyez objectif et précis.

7.4 Références et suivi[modifier | w]

  • Les professionnels de la santé doivent prévoir un rendez-vous de suivi. Si le suivi est en externe, aborder régulièrement la question et réévaluer le risque.
  • Il est essentiel de s'assurer qu'une assistance supplémentaire est disponible à tout moment pour protéger le patient contre les préjudices et briser le cycle des abus.
  • Les conseillers comprennent souvent des travailleurs sociaux, des psychiatres et des psychologues qui se spécialisent dans ce genre de situation[1].
  • Vérifier avec la victime ses intentions et lui présenter les options (séparation, plainte légale, etc.)
  • Les patients qui ont subi des violences domestiques peuvent souhaiter ou non être référés. Beaucoup ont peur de leur vie et de leur bien-être financier et peuvent donc peser le compromis en laissant l'agresseur menant à la perte de soutien et peut-être à la responsabilité de s'occuper des enfants seuls. Le fournisseur de soins de santé doit assurer le patient que la décision est volontaire et que le fournisseur aidera quelle que soit la décision. L'objectif est de rendre les ressources accessibles, sûres et d'améliorer le soutien.
  • Si le patient choisit de quitter sa situation actuelle, les coordonnées d'un centre local de lutte contre la violence domestique doivent être fournies.
  • S'il y a un risque pour la vie ou l'intégrité physique, ou des preuves de blessure, le patient doit être référé aux autorités locales chargées de l'application des lois.

La violence domestique peut être difficile à découvrir lorsque la victime a peur, en particulier lorsqu'elle se présente à l'urgence ou au cabinet d'un professionnel de la santé. L’essentiel est d’établir un protocole d’évaluation et de maintenir une conscience de la possibilité que la violence domestique et familiale soit la cause des signes et symptômes du patient.[1]

Plus de 80% des victimes de violence domestique et familiale recherchent des soins dans un hôpital; d'autres peuvent demander des soins dans des cabinets de professionnels de la santé, notamment des dentistes, des thérapeutes et d'autres cabinets médicaux. Le dépistage systématique doit être effectué par tous les professionnels de la santé, y compris les infirmières, les médecins, les adjoints au médecin, les dentistes, les infirmières praticiennes et les pharmaciens. La coordination interprofessionnelle du dépistage est un élément essentiel de la protection des victimes et de la réduction des effets négatifs sur la santé. Les interventions des équipes de professionnels de la santé réduisent l'incidence de la morbidité et de la mortalité associées à la violence domestique. La documentation est vitale et une obligation légale.[1]

7.5 Ressources[modifier | w]

Ressources contre la violence entre partenaires intimes disponibles gratuitement au Québec[4]
Ressources pour les victimes Ressources pour les personnes violentes
SOS – Violence conjugale

Ligne sans frais: 1-800-363-9010

www.sosviolenceconjugale.ca

Groupe d’Aide aux Personnes Impulsives, ayant des comportements violents

Québec: 418-529-3446

www.legapi.com

Regroupement des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale

Ligne sans frais: 1-800-363-9010

www.maisons-femmes.qc.ca

Service d’aide aux conjoints (SAC) – Aide aux hommes en difficulté conjugale

Montréal : 514-384-6296

www.serviceaideconjoints.org

Fédération des maisons d’hébergement pour femmes

Montréal: 514-878-9757

www.fede.qc.ca

Action sur la Violence et Intervention Familiale (AVIF)

Montréal : 450-692-7313 – volet Adulte

Montréal : 450-692-8746 – volet Jeunesse

www.avif.ca

Violence conjugale – Service de police de la Ville de Montréal

Urgence : 9-1-1

De l’extérieur de Montréal : 514-280-2121

Info-Crime : 514-393-1133

www.spvm.qc.ca

Centre d’intervention et de recherche en violence conjugale et familiale

Montréal : 514-270-8462

www.pro-gam.ca

Tel-jeunes

Montréal: 514-288-2266

Ligne sans frais: 1-800-263-2266

www.tel-jeunes.com

8 Traitement[modifier | w]

La priorité est l'ABC et le traitement approprié des plaintes présentées. Cependant, une fois que le patient est stabilisé, le personnel des services médicaux d'urgence peut identifier les problèmes associés à la violence.[1] Sans un service social et une intervention de santé mentale appropriés, toutes les formes de violence peuvent être des problèmes récurrents et croissants, et le pronostic de rétablissement est mauvais. Sans traitement, la violence domestique et familiale se reproduit généralement et s'intensifie à la fois en fréquence et en gravité.[1][5]

  • 40% des victimes de violence domestique ne contactent jamais la police.
  • Parmi les femmes victimes d'homicide domestique, 44% s'étaient rendues à l'urgence d'un hôpital dans les 2 ans suivant leur meurtre.
  • Parmi les personnes blessées par la violence domestique, plus de 75% continuent d'être victimes de maltraitance.[1]
  • Plus de la moitié des femmes battues qui tentent de se suicider essaieront à nouveau; souvent, elles réussissent lors d'une deuxième tentative.[1]

8.1 Service des urgences et soins de bureau[modifier | w]

Les interventions à envisager incluent: [1]

  • Assurez-vous qu'un environnement sûr est fourni.
  • Diagnostiquer les blessures physiques et autres problèmes médicaux ou chirurgicaux.
  • Traitez les blessures physiques aiguës ou potentiellement mortelles.
  • Identifier les sources possibles de violence domestique.
  • Établir la violence domestique comme diagnostic.
  • Rassurez le patient qu'il n'est pas en faute.
  • Évaluez l'état émotionnel et traitez.
  • Documentez l'histoire, le physique et les interventions.
  • Déterminer les risques pour la victime et évaluer les options de sécurité.
  • Informez le patient que la violence peut s'intensifier.
  • Déterminez si une intervention juridique est nécessaire et signalez les abus lorsque cela est approprié ou obligatoire.
  • Élaborer un plan de suivi.
  • Offrir des options d'hébergement, des services juridiques et autres ressources de soutien pertinentes[1]

8.2 Congé[modifier | w]

Si le patient ne veut pas aller dans un refuge, fournissez les numéros de téléphone pour la violence domestique ou les lignes d'assistance d'urgence et les services de soutien pour une utilisation ultérieure éventuelle. Fournissez des instructions au patient, mais gardez à l'esprit que les documents écrits peuvent présenter un danger une fois que le patient est rentré à la maison.[1]

  • Un renvoi doit être effectué vers les soins primaires ou vers une autre ressource appropriée.
  • Conseillez au patient d'avoir un plan de sécurité et donnez des exemples. [1]

9 Complications[modifier | w]

Il existe de nombreux effets négatifs connus et soupçonnés sur la santé de la violence domestique. Les fractures osseuses, les traumatismes crâniens et les blessures internes ont des conséquences à long terme.[1]

Les patients peuvent également développer de multiples comorbidités telles que: [1]

  • Asthme
  • Insomnie
  • Fibromyalgie
  • Maux de tête
  • Hypertension artérielle
  • La douleur chronique
  • Problèmes gastro-intestinaux
  • Troubles gynécologiques
  • Dépression
  • Crises de panique
  • TSPT[1]

Il est également important de garder en tête les conditions organiques et les médicaments qui imitent l'abus.

10 Références[modifier | w]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 1,11 1,12 1,13 1,14 1,15 1,16 1,17 1,18 1,19 1,20 1,21 1,22 1,23 1,24 1,25 1,26 1,27 1,28 1,29 1,30 1,31 1,32 1,33 1,34 1,35 1,36 1,37 1,38 1,39 1,40 1,41 1,42 1,43 1,44 et 1,45 Martin R. Huecker et William Smock, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29763066, lire en ligne)
  2. Yongwen Jiang, Deborah DeBare, Ian Colomer et John Wesley, « Characteristics of Victims and Suspects in Domestic Violence-Related Homicide - Rhode Island Violent Death Reporting System, 2004-2015 », Rhode Island Medical Journal (2013), vol. 101, no 10,‎ , p. 58–61 (ISSN 2327-2228, PMID 30509011, lire en ligne)
  3. Sara Skott, « Disaggregating Violence: Understanding the Decline », Journal of Interpersonal Violence,‎ , p. 886260519838496 (ISSN 1552-6518, PMID 30896326, DOI 10.1177/0886260519838496, lire en ligne)
  4. « Violence conjugale - Tel-Aide », sur Tel-Aide (consulté le 18 décembre 2020)
  5. Kathleen S. Jordan, Sara H. Steelman, Marlea Leary et Lina Varela-Gonzalez, « Pediatric Sexual Abuse: An Interprofessional Approach to Optimizing Emergency Care », Journal of Forensic Nursing, vol. 15, no 1,‎ 2019 jan/mar, p. 18–25 (ISSN 1939-3938, PMID 30789466, DOI 10.1097/JFN.0000000000000232, lire en ligne)