Utilisateur:Michaël St-Gelais/Brouillons/Pneumothorax sous tension

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Pneumothorax sous tension
Maladie
Caractéristiques
Signes Signe clinique
Symptômes
Symptôme
Diagnostic différentiel
Diagnostic différentiel
Informations
Terme anglais Pneumothorax de tension

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

La section obligatoire Définition ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section contient la définition du concept et devrait se résumer à quelques phrases au maximum : il ne s'agit pas d'une introduction. S'il existe des pages alternatives ou des nuances qui seraient susceptibles d'intéresser le lecteur, elles seront mentionnées dans cette section avec des liens. Le format attendu est le texte.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Une erreur fréquente est de mettre des signes, des symptômes et le traitement dans l'introduction. Dans un soucis de concision, et considérant que votre page sera consultée autant sur ordinateur que sur les téléphones intelligents, la définition sert à définir à la manière d'un dictionnaire.
Exemple:
 
L'appendicite est l'inflammation et l'infection de l'appendice.

Le pneumothorax est l'effondrement du poumon lorsque l'air s'accumule entre la plèvre pariétale et viscérale à l'intérieur de la poitrine. L'air est à l'extérieur du poumon mais à l'intérieur de la cavité thoracique. Cela exerce une pression sur le poumon et peut entraîner son effondrement et un déplacement des structures environnantes. Les pneumothoraces peuvent être traumatiques ou atraumatiques. Les pneumothoraces traumatiques sont secondaires à un traumatisme pénétrant ou contondant ou iatrogène. Le pneumothorax iatrogène est un pneumothorax traumatique qui résulte d'une lésion de la plèvre, avec de l'air introduit dans la cavité pleurale suite à une intervention médicale diagnostique ou thérapeutique. Les pneumothoraces atraumatiques sont ensuite divisés en primaire (étiologie inconnue) et secondaire (patient avec une maladie pulmonaire sous-jacente) .[1]

Les pneumothoraces sont classés comme simples (pas de déplacement des structures médiastinales), sous tension (déplacement des structures médiastinales présentes) ou ouverts (air passant à travers une plaie thoracique ouverte). Un pneumothorax sous tension est une affection grave qui se produit lorsque l'air est emprisonné dans l'espace pleural sous pression positive, déplaçant les structures médiastinales et compromettant la fonction cardio-pulmonaire. La reconnaissance précoce de cette condition est vitale à la fois en dehors de l'hôpital et dans les USI modernes. La connaissance des procédures de décompression thoracique d'urgence nécessaires est essentielle pour tous les professionnels de la santé. Les pneumothoraces traumatiques et de tension mettent la vie en danger et nécessitent un traitement immédiat.[2][1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

La section facultative Épidémiologie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section contient les données épidémiologiques sur la maladie (ex. incidence, prévalence, coûts en hospitalisation, proportion d'hommes-femmes, régions où la prévalence est plus élevée, etc.). Chaque donnée épidémiologique doit être appuyée par une référence. Idéalement, des statistiques canadiennes et québécoises sont mentionnées lorsque disponibles.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Les facteurs de risque ne sont pas présentés ici, mais bien dans la sous-section Facteurs de risque (Présentation clinique). Le pronostic et l'évolution naturelle de la maladie sont décrits dans la section Évolution.
Exemple:
 
La FRP est une maladie relativement rare qui affecte le plus souvent les patients âgés de 40 à 60 ans. Une prédominance masculine est observée avec un ratio H : F estimé à environ 2:1 ou 3:1. L'incidence de la FRP est inconnue, mais est estimée à 1 pour 200 000 à 500 000 par an.

Les pneumothoraces traumatiques et de tension sont plus fréquents que les pneumothoraces spontanés. L'aspiration à l'aiguille transthoracique et les cathéters veineux centraux sont généralement les causes les plus courantes de pneumothorax iatrogène. Le taux de pneumothoraces iatrogènes augmente dans les hôpitaux américains car les modalités de soins intensifs dépendent de plus en plus de la ventilation à pression positive et des cathéters veineux centraux. Le cathétérisme veineux central augmente le risque de pneumothoraces lorsqu'il est placé dans la jugulaire interne ou sous-clavière. L'incidence est d'environ 1 à 13% mais augmente à 40% si plusieurs tentatives sont faites. Ces chiffres sont inférieurs si les procédures sont effectuées sous échographie. Le pneumothorax iatrogène entraîne généralement une morbidité importante mais rarement la mort. L'incidence est de 5 à 7 pour 10000 admissions à l'hôpital.[1]

Les pneumothoraces de tension peuvent se développer dans 1 à 2% des cas présentant initialement des pneumothoraces spontanés idiopathiques. Il est difficile de déterminer l'incidence réelle du pneumothorax sous tension car au moment où les patients traumatisés sont transportés vers les centres de traumatologie, ils ont déjà reçu des thoracotomies à l'aiguille de décompression. Les patients traumatisés ont tendance à avoir un pneumothorax associé ou un pneumothorax sous tension 20% du temps. En cas de traumatisme thoracique sévère, un pneumothorax est associé 50% du temps. L'incidence du pneumothorax traumatique dépend de la taille et du mécanisme de la blessure. Un examen des décès militaires dus à un traumatisme thoracique suggère que jusqu'à 5% des blessés au combat avec traumatisme thoracique souffrent d'un pneumothorax sous tension au moment du décès.

2 Étiologies[modifier | w]

La section facultative Étiologies ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section décrit les étiologies de la maladie, c'est-à-dire ce qui cause la maladie (ex. le diabète de type 2 cause la néphropathie diabétique). Les étiologies doivent être identifiées avec le modèle Étiologies.
Formats:Texte, Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Étiologie
Commentaires:
 
  • Attention ! Les facteurs de risque et les étiologies d'une maladie ne sont pas synonymes. Les étiologies sont ce qui causent la maladie, alors que les facteurs de risque prédisposent. Prenons l'exemple de l'infarctus du myocarde. Parmi les étiologies de l'infarctus du myocarde, on retrouve la thrombose coronarienne, la dissection coronarienne et le vasospasme. Parmi les facteurs de risque de l'infarctus du myocarde, on retrouve le diabète, l'hypertension artérielle, la sédentarité, l'obésité, le tabagisme, etc.
  • Le format attendu est le texte, la liste à puce ou le tableau. S'il y a quelques étiologies, le format texte est à privilégier. S'il y a de multiples étiologies, la liste à puce est à privilégier, précédée par une courte phrase introductive suivie d'un deux-points. S'il y a des catégories d'étiologies avec de multiples étiologies, le tableau est à privilégier. Bref, si vous considérez que la structure est trop complexe, souvent le tableau est l'idéal. Sinon, privilégiez les formats simples, car l'affichage est meilleur pour les téléphones intelligents en format texte et liste à puce.
  • Si disponible, il est intéressant d'ajouter la fraction étiologique à l'intérieur du modèle Facteur de risque.
Exemple:
 
Parmi les étiologies les plus courantes d'occlusion de l'intestin grêle, on retrouve :
  • les adhérences post-chirurgicales [Étiologie] (la plus fréquente)
  • les néoplasies abdominales [Étiologie]
  • les hernies incarcérées [Étiologie]
  • les maladies inflammatoires de l'intestin [Étiologie] (Crohn)
  • l'impaction fécale [Étiologie]
  • les corps étrangers [Étiologie]
  • les abcès intra-péritonéaux [Étiologie]
  • le volvulus [Étiologie].
Les étiologies de l'infarctus du myocarde comprennent la thrombose coronarienne [Étiologie], la dissection coronarienne [Étiologie] et le vasospasme coronarien [Étiologie].

Causes du pneumothorax traumatique: [3][4][5][1]

Iatrogène: (induit par une procédure médicale) [1]


  • Cathétérisme veineux central dans la veine jugulaire sous-clavière ou interne
  • Biopsie pulmonaire
  • Barotraumatisme dû à la ventilation à pression positive
  • Trachéotomie percutanée
  • Thoracentèse
  • Insertion d'un stimulateur cardiaque
  • Bronchoscopie
  • Réanimation cardiopulmonaire
  • Bloc nerveux intercostal [1]

Non iatrogène: (En raison d'un traumatisme externe) [1]


  • Traumatisme pénétrant ou contondant
  • Fracture des côtes
  • Plongée ou vol [1]

Causes du pneumothorax sous tension: [1]

Toutes les causes ci-dessus peuvent en outre provoquer un pneumothorax sous tension ainsi que: [1]


  • Pneumothorax spontané idiopathique
  • Pneumothorax ouvert
  • Conversion du pneumothorax spontané en tension [1]

3 Physiopathologie[modifier | w]

La section facultative Physiopathologie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: La physiopathologie traite des mécanismes biologiques qui conduisent à l'apparition d'une maladie.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
L'histopathologie doit figurer dans la section Examen paraclinique, et non dans la section physiopathologie.
Exemple:
 
Le VIP est une neurohormone composée de 28 acides aminés et appartenant à la famille des sécrétines-glucagon. Il est produit dans le système nerveux central ainsi que dans les neurones des voies gastro-intestinales, respiratoires et urogénitales. Il agit, via l'expression d'adénylate cyclase cellulaire (AMPc), à titre de vasodilatateur et de régulateur de l'activité des muscles lisses, de stimulateur de la sécrétion d'eau et d'électrolytes par le tractus intestinal, d'inhibiteur de la sécrétion d'acide gastrique et de promoteur du flux sanguin principalement dans le tractus gastro-intestinal. L'ensemble de ces éléments peuvent entraîner une hypokaliémie, une hyperglycémie, une hypomagnésémie et une hypercalcémie qui sont habituellement responsables de la présentation clinique.

Avant de comprendre la physiopathologie des pneumothoraces de tension et traumatiques, il est essentiel de comprendre la physiologie pulmonaire normale. La pression de la cavité pleurale (ou intrapleurale) est négative par rapport à la pression pulmonaire et à la pression atmosphérique. Le poumon a tendance à reculer vers l'intérieur et la paroi thoracique à reculer vers l'extérieur. Ce gradient de pression entre le poumon et l'espace pleural empêche le poumon de s'effondrer. Au cours d'un pneumothorax, une communication se développe entre l'espace pleural et le poumon, entraînant un mouvement d'air du poumon vers l'espace pleural. Cela supprime le gradient de pression qui est habituellement présent et provoque une augmentation progressive de la pression intrapleurale. Cette augmentation de pression comprime davantage le poumon et diminue son volume. Le poumon ipsilatéral est incapable de fonctionner à sa capacité normale, et la ventilation est alors réduite, entraînant une hypoxémie.[3][6][1]

Le pneumothorax sous tension est fréquent chez les patients ventilés en USI. Le pneumothorax sous tension se produit lorsque l'air entre dans l'espace pleural mais ne peut pas sortir complètement, comme un mécanisme de valve unidirectionnelle à travers la plèvre ou l'arbre trachéobronchique perturbé. Pendant l'inspiration, une importante collection d'air à haute pression s'accumule dans l'espace intrapleural et ne peut pas complètement sortir pendant l'expiration. Cela entraînera un affaissement du poumon du côté ipsilatéral. Au fur et à mesure que la pression augmente, le médiastin se déplace vers le côté controlatéral, contribuant davantage à l'hypoxémie. Dans les cas graves, l'augmentation de la pression peut également comprimer le cœur, le poumon controlatéral et le système vasculaire, entraînant une instabilité hémodynamique. Cela est dû à un remplissage cardiaque altéré et à un retour veineux réduit. L'hypoxémie déclenche également une vasoconstriction pulmonaire et augmente la résistance vasculaire pulmonaire. Par conséquent, l'hypoxémie, l'acidose et la diminution du débit cardiaque peuvent entraîner un arrêt cardiaque et, en fin de compte, la mort si le pneumothorax de tension n'est pas géré en temps opportun.

Le pneumothorax traumatique survient suite à un traumatisme thoracique pénétrant (p. Ex., Blessures par balle, coups de couteau) ou contondant. En fonction de la profondeur d'une plaie thoracique pénétrante, l'air s'écoulera dans l'espace pleural soit à travers la paroi thoracique, soit à partir de la plèvre viscérale de l'arbre trachéobronchique. Avec un traumatisme contondant, un pneumothorax peut survenir si une fracture ou une luxation des côtes lacère la plèvre viscérale. Un autre mécanisme est le traumatisme thoracique contondant, où l'augmentation de la pression alvéolaire peut provoquer la rupture des alvéoles, ce qui entraîne l'entrée d'air dans la cavité pleurale.

4 Présentation clinique[modifier | w]

La section obligatoire Présentation clinique ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section contient la sous-section optionnelle Facteurs de risque et les sous-sections obligatoires Questionnaire et Examen clinique.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • La section Présentation clinique ne sert qu'à accueillir ces trois sous-sections : aucune information ne doit se retrouver entre le titre de section Présentation clinique et les autres sous-titres. Ce sont les sous-sections qui doivent être détaillées.
  • Une erreur fréquente est de laisser les facteurs de risque, le questionnaire et l'examen physique en un ou des paragraphes dans la section Présentation clinique, mais de ne pas détailler les sous-sections Facteurs de risque, Questionnaire et Examen clinique.
Exemple:
 
  • Présentation clinique

(Aucun texte)

  • Facteurs de risque

(Texte)

  • Questionnaire

(Texte)

  • Examen clinique

(Texte)

Les patients atteints de pneumothoraces peuvent être asymptomatiques ou symptomatiques. Dans un petit pneumothorax, de nombreux patients peuvent se présenter sans symptômes.[1]

Les patients symptomatiques présenteront une douleur pleurétique aiguë qui peut irradier vers le dos ou l'épaule homolatérale. Les patients sévèrement symptomatiques présenteront un essoufflement. Lors de la prise des antécédents, il est essentiel de noter si le patient a déjà eu un pneumothorax car une récidive est observée dans plus de 15% des cas soit du côté ipsilatéral soit du côté controlatéral.[1]

À l'examen, il est essentiel d'évaluer les signes de détresse respiratoire, y compris l'augmentation de la fréquence respiratoire, la dyspnée et les rétractions. Lors de l'auscultation pulmonaire, des bruits respiratoires diminués ou absents du côté ipsilatéral, un frémitus tactile réduit, des sons de percussion hyper-résonants et une éventuelle expansion pulmonaire asymétrique suggèrent un pneumothorax. Les symptômes du pneumothorax sous tension sont plus graves. Avec le pneumothorax sous tension, les patients présenteront des signes d'instabilité hémodynamique avec hypotension et tachycardie. Une cyanose et une distension veineuse jugulaire peuvent également être présentes. Dans les cas graves ou si le diagnostic n'a pas été diagnostiqué, les patients peuvent développer une insuffisance respiratoire aiguë et éventuellement un arrêt cardiaque. Dans certains cas, un emphysème sous-cutané peut également être observé. Le diagnostic de pneumothorax sous tension doit être posé immédiatement par une évaluation clinique car l'attente d'imagerie, si elle n'est pas facilement disponible, peut retarder la prise en charge et augmenter la mortalité.

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

La section facultative Facteurs de risque ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section contient les facteurs de risque de la maladie. Ces facteurs de risque peuvent être des maladies, des anomalies génétiques, des caractéristiques individuelles (l'âge, le sexe, l'origine ethnique, un certain type d'alimentation), etc.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Facteur de risque
Commentaires:
 
  • Il est obligatoire d'utiliser des propriétés sémantiques de type Facteur de risque pour les énumérer.
  • Attention de ne pas confondre les étiologies avec les facteurs de risque. Les étiologies sont ce qui cause la maladie, alors que les facteurs de risque prédisposent.
  • Le format attendu est la liste à puce simple, qui doit toujours être précédée d'une phrase introductive et d'un deux-point.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur du modèle Facteur de risque (prévalence, RR, rapport de cote, risque attribuable, etc.).
  • Privilégiez la liste à puce aux tableaux. Les deux formes sont acceptées.
Exemple:
 
Les facteurs de risque de l'infarctus du myocarde sont :
  • l'obésité [Facteur de risque]
  • l'hypertension artérielle [Facteur de risque]
  • le tabagisme [Facteur de risque]
  • le diabète [Facteur de risque].

4.2 Questionnaire[modifier | w]

La section obligatoire Questionnaire ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section traite des symptômes à rechercher à l'anamnèse (questionnaire). Les symptômes sont ressentis et exprimés par les patients.
Formats:Liste à puces
Balises sémantiques: Symptôme, Élément d'histoire
Commentaires:
 
  • Cette section doit faire l'usage des propriétés sémantiques de type Élément d'histoire et Symptôme lors de l'énumération de ces éléments.
  • Attention de ne pas confondre les signes et les symptômes. Les signes sont objectivées à l'examen physique alors que les symptômes sont relatées par le patient.
    • La dyspnée est un symptôme, alors que la tachypnée est un signe.
    • La tachycardie est un signe, alors que la palpitation est un symptôme.
    • Rarement, certains éléments peuvent être à la fois des signes ET des symptômes. Par exemple, la fièvre peut être mesurée par le patient et figurer au questionnaire.
  • Les symptômes des complications potentielles peuvent être évoqués dans cette section, mais ils ne doivent pas être spécifiés avec des balises sémantiques.
  • Dans les modèles sémantiques, insérez un symptôme par modèle (ne pas regrouper). Par exemple, la nausée et les vomissements doivent être mis dans deux modèles distincts.
  • N'utilisez pas de tableau pour cette section : utilisez plutôt un texte ou une liste à puce. Il faut garder les tableaux pour les sections qui en nécessitent le plus dans le but de ne pas surcharger la page.
  • Les facteurs de risque sont déjà présents dans la section du même nom. Il est inutile de le mentionner de nouveau dans la section Questionnaire.
  • Si vous désirez discuter de la manière de distinguer certains diagnostics différentiels au questionnaire, il est préférable d'utiliser la section Approche clinique ou de créer/améliorer une page de type Approche clinique.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur des modèles Symptôme et Élément d'histoire (prévalence, sensibilité, spécificité, etc.).
Exemple:
 
Les symptômes de l'infarctus du myocarde sont :
  • une douleur thoracique [Symptôme] de type serrement irradiant dans le bras gauche ou dans la mâchoire
  • des nausées [Symptôme]
  • des sueurs [Symptôme]
  • de la dyspnée [Symptôme].

D'autres éléments à rechercher au questionnaire de l'infarctus sont :

  • la prise récente d'inhibiteur de la PDE [ne pas mettre de modèle Symptôme]
  • la prise récente de cocaïne [Élément d'histoire]
  • des palpitations (pourrait signaler des arythmies malignes) [ne pas mettre de modèle Symptôme].

Il est parfois pertinent de mentionner des symptômes qui sont absents, comme dans la pharyngite à streptocoque. Les symptômes de la pharyngite à streptocoque sont :

  • l'odynophagie [Symptôme]
  • la fièvre [Symptôme]
  • l'absence de rhinorrhée [Symptôme]
  • l'absence de changement de la voix [Symptôme]
  • l'absence de toux [Symptôme].

4.3 Examen clinique[modifier | w]

La section obligatoire Examen clinique ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section traite des signes à rechercher lors de l'examen clinique.
Formats:Liste à puces
Balises sémantiques: Examen clinique, Signe clinique
Commentaires:
 
  • Cette section doit faire l'usage de propriétés sémantiques de type Signe clinique lors de l'énumération de ces éléments ainsi que des propriétés de type Examen clinique.
  • Dans certains cas, les signes peuvent être d'autres maladies (voir la section Exemple).
  • Ne pas mettre de symptôme dans l'examen clinique. Les signes cliniques sont objectivés à l'examen physique par le clinicien.
    • La dyspnée est un symptôme, alors que la tachypnée est un signe.
    • La tachycardie est un signe, alors que la palpitation est un symptôme.
    • Rarement, certains éléments peuvent être à la fois des signes ET des symptômes. Par exemple, la fièvre peut être mesurée par le patient et figurer au questionnaire.
  • Les signes des complications potentielles peuvent être évoqués dans cette section, mais ils ne doivent pas être spécifiés avec des balises sémantiques.
  • La liste à puce est le format à privilégier : rarement, un tableau peut être employé, mais cela est à réserver aux cas où la complexité de l'information l'exige.
  • Si vous désirez discuter de la manière de distinguer certains diagnostics différentiels à l'examen clinique, il est préférable d'utiliser la section Approche clinique ou de créer/améliorer une page de type Approche clinique.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur des modèles Examen clinique et Signe clinique (sensibilité, spécificité, VPP, VPN, etc.)
Exemple:
 
L'examen physique de l'appendicite démontrera les éléments suivants :
  • aux signes vitaux [examen clinique] :
    • de la fièvre [signe clinique]
    • des signes de choc septique [signe clinique] si appendicite compliquée (tachycardie, hypotension, tachypnée)
  • à l'examen abdominal [examen clinique]:
    • une sensibilité diffuse à la palpation (phase précoce) [signe clinique]
    • un signe de McBurney positif (généralement un peu plus tard dans la présentation) [signe clinique]
    • un signe de Rovsing positif [signe clinique]
    • un ressaut positif [signe clinique]
    • un signe du Psoas positif [signe clinique]
    • un signe de l'obturateur positif [signe clinique]
  • un examen gynécologique [examen clinique] normal [signe clinique].

5 Examens paracliniques[modifier | w]

La section obligatoire Examens paracliniques ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section concerne les tests à demander lorsque la maladie est suspectée et les résultats attendus en présence de la maladie.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Examen paraclinique, Signe paraclinique
Commentaires:
 
  • Chaque examen paraclinique doit être spécifiée à l'aide du modèle Examen paraclinique et ses résultats attendus à l'aide du modèle Signe paraclinique.
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points. Parfois, présenter les examens paracliniques/signes paracliniques sous la forme d'un tableau peut-être optimal, mais cela est à réserver aux cas où la complexité de l'information l'exige.
  • Il est important d'être précis. Par exemple, « radiographie du genou » est préférable à « radiographie », « TDM abdominal avec contraste » > « TDM abdominal », etc.
  • Il est possible de mettre des examens paracliniques qui sont indiqués pour une maladie, mais qui sont normaux. Par exemple, la radiographie thoracique dans l'infarctus du myocarde, qui sert essentiellement à dépister d'autres maladies (dissection aortique, oedème pulmonaire aigu).
  • Un signe paraclinique peut être normal. Par exemple, un trou anionique normal (signe paraclinique) peut être utile dans le contexte d'une acidose métabolique.
  • Il est utile de séparer les laboratoires et les imageries en deux sous-sections distinctes.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur des modèles Examen paraclinique et Signe paraclinique (sensibilité, spécificité, VPP, VPN, etc.).
Exemple:
 
Les examens suivants sont utiles dans la démarche d'investigation du VIPome :
  • les électrolytes fécaux [examen paraclinique] : le trou osmolaire fécal est habituellement inférieur à 50 mOsm/kg [signe paraclinique]
  • le taux de VIP sérique [examen paraclinique] : habituellement supérieur à 500 pg/mL [signe paraclinique]
  • le taux de catécholamines sériques [examen paraclinique]
  • le taux de polypeptides pancréatiques sériques : les polypeptides pancréatiques sériques sont habituellement augmentés [signe paraclinique]
  • les électrolytes sériques [examen paraclinique] : l'hypokaliémie [signe paraclinique], l'hyperchlorémie [signe paraclinique] et l'hypercalcémie [signe paraclinique] sont typiques
  • la glycémie [examen paraclinique]: l'hyperglycémie [signe paraclinique] est fréquente
  • le gaz artériel [examen paraclinique]/ gaz veineux [examen paraclinique] : le gaz artériel ou veineux peuvent détecter une acidose métabolique [signe paraclinique] à trou anionique normal [signe paraclinique]
  • l'ECG [examen paraclinique], si hypokaliémie ou hypercalcémie.

Une évaluation initiale pour déterminer si le patient est stable ou instable dicte une évaluation plus approfondie. Si le patient est instable sur le plan hémodynamique et en insuffisance respiratoire aiguë, une échographie au chevet du patient doit être réalisée pour confirmer le diagnostic si elle est disponible pour une utilisation immédiate. Parallèlement, les patients doivent être stabilisés et une évaluation complète des voies respiratoires, de la respiration et de la circulation doit être effectuée. Une décompression à l'aiguille émergente ou une thoracotomie avec sonde thoracique doit être effectuée immédiatement si le diagnostic est fortement suspecté.[1]

Lorsqu'un patient est hémodynamiquement stable, une évaluation radiographique est recommandée. L'évaluation initiale se fait par une radiographie thoracique (CXR) pour confirmer le diagnostic.[1]

CXR peut démontrer un ou plusieurs des éléments suivants: [1]


  • Une fine ligne représentant le bord de la plèvre viscérale
  • Effacement des marques pulmonaires distalement par rapport à cette ligne
  • Collapsus pulmonaire ipsilatéral complet
  • Le médiastin s'éloigne du pneumothorax dans le pneumothorax sous tension
  • Emphysème sous-cutané
  • Déviation trachéale du côté controlatéral du pneumothorax sous tension
  • Aplatissement de l'hémidiaphragme du côté ipsilatéral (pneumothorax sous tension) [1]

Si le diagnostic n'est pas clair sur la radiographie, une tomodensitométrie thoracique peut être effectuée. Il s'agit de l'étude d'imagerie la plus fiable pour le diagnostic du pneumothorax, mais elle n'est pas recommandée pour une utilisation de routine.[1]

L'échographie est sensible à environ 94% et 100% spécifique avec un opérateur qualifié. Cela peut être utilisé comme technique de chevet pour détecter un pneumothorax, ce qui peut être utile chez les patients instables. Les résultats de l'échographie incluent l'absence de glissement du poumon et la présence d'un point pulmonaire.

6 Approche clinique[modifier | w]

La section facultative Approche clinique ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Alors que les sections Questionnaire, Examen clinique et Examens paracliniques servent à énumérer, cette section sert à intégrer tous ces éléments pour discuter du raisonnement du clinicien. C'est en quelque sorte la manière dont les cliniciens réfléchissent lorsque confrontés à cette maladie : c'est la section par excellence pour l'enseignement.
Formats:Texte, Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • C'est la seule section dans laquelle on peut répéter des informations qui ont déjà été mentionnées auparavant.
  • L'utilisation du modèle Flowchart (diagramme) est encouragée. Voir Aide:Diagramme.
  • Le format attendu est libre (texte, liste, tableau, diagramme).
Exemple:
 

7 Diagnostic[modifier | w]

La section facultative Diagnostic ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite de la manière dont on peut diagnostiquer une maladie en tenant compte de l'histoire, de l'examen clinique et des investigations. C'est dans cette section que se retrouveront les critères permettant d'infirmer ou de confirmer la présence de la maladie (lorsqu'ils existent).
Formats:Texte, Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Si des critères diagnostiques précis et officiels existent, cette section sert à les répertorier.
  • Si la forme des critères diagnostiques est complexe, il est possible de présenter l'information sous forme de tableau. La liste à puce est néanmoins à privilégier.
Exemple:
 
L'asystolie est un diagnostic électrocardiographique. L'absence d'activité électrique chez un patient inconscient sans pouls permet de confirmer le diagnostic, tout en s'assurant qu'il n'y a pas de cable débranché et que la calibration du moniteur est adéquate.

Selon le Fourth Universal Definition of Myocardial Infarction, l'infarctus aigu du myocarde est diagnostiqué lorsqu'il y a :

  • une blessure myocardique aiguë
  • des évidences cliniques d'ischémie aiguë du myocarde
  • avec une élévation et/ou baisse des troponines sériques (avec au moins une valeur au-dessus du 99e percentile) et au moins un des éléments suivants :
    • des symptômes compatibles avec l'ischémie myocardique
    • un changement ischémique de novo à l'ECG
    • une apparition d'ondes Q pathologiques
    • une évidence à l'imagerie de nouvelles pertes de myocardes viables
    • une évidence à l'imagerie de nouvelles pertes de mobilité régionale de la contractilité
    • une identification d'un thrombus coronarien par angiographie ou autopsie.

8 Diagnostic différentiel[modifier | w]

La section obligatoire Diagnostic différentiel ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section traite du diagnostic différentiel de la maladie, c'est-à-dire aux autres diagnostics à évoquer lorsque confronté à ce diagnostic.
Formats:Liste à puces
Balises sémantiques: Diagnostic différentiel
Commentaires:
 
  • Chaque diagnostic doit être spécifié à l'aide d'une propriété sémantique de type Diagnostic différentiel.
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points. Évitez les tableaux dans cette section. Gardons-les pour d'autres sections pour garder l'efficacité de l'article.
  • Vous pouvez ajouter quelques éléments discriminants après chaque diagnostic différentiel. Si c'est un ou deux éléments, vous pouvez mettre ces éléments discriminants entre parenthèse après le modèle Diagnostic différentiel. S'il s'agit de quelques phrases, insérez une note de bas de page après le modèle Diagnostic différentiel. Pour élaborer plus longuement sur la manière de distinguer la maladie et ses diagnostics différentiels, servez-vous de la section Approche clinique.
  • Si vous désirez écrire un paragraphe sur les différentes manières de distinguer le diagnostic A du diagnostic B, vous pouvez écrire un paragraphe dans la section Approche clinique qui mentionnent tous les éléments qui permettent de distinguer ces diagnostics entre eux au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques.
  • Attention de ne pas confondre le diagnostic différentiel avec les étiologies et les complications. Le diagnostic différentiel, ce sont les autres maladies qui peuvent avoir une présentation clinique similaire. Les étiologies sont les entités qui causent la maladie. Les complications sont les entités qui découlent directement de la maladie.
Exemple:
 
Le diagnostic différentiel de l'appendicite comprend :
  • l'abcès tubo-ovarien [diagnostic différentiel]
  • l'atteinte inflammatoire pelvienne [diagnostic différentiel]
  • la grossesse ectopique [diagnostic différentiel] Pour différencier la grossesse ectopique de l'appendicite, il faut d'abord questionner les facteurs de risques XYZ du patient... (voir la section Commentaires de la présente bannière pour des instructions plus détaillées si vous désirez souligner des éléments discriminants.)
  • la cystite [diagnostic différentiel].

Les diagnostics différentiels de pneumothorax comprennent: [1]


  • Embolie pulmonaire
  • Syndrome coronarien aigu
  • Dissection aortique aiguë
  • Infarctus du myocarde
  • Pneumonie
  • Péricardite aiguë
  • Fracture des côtes
  • Blessures diaphragmatiques
  • Spasme œsophagien
  • Costochondrite [1]

9 Traitement[modifier | w]

La section obligatoire Traitement ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section décrit le traitement de la maladie.
Formats:Liste à puces, Tableau, Texte
Balises sémantiques: Traitement, Traitement pharmacologique
Commentaires:
 
  • Chaque traitement (et son indication) doit être spécifié à l'aide d'une propriété sémantique de type Traitement.
  • La liste à puce et le tableau sont les formats à privilégier.
  • La liste à puce doit toujours être précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
  • Il faut garder en tête lorsqu'on écrit cette section que le clinicien qui consulte cette page doit être en mesure de retrouver l'information dont il a besoin rapidement. La division de l'information doit tenir compte de cette contrainte.
  • Chaque traitement (et son indication) doit être spécifié à l'aide d'une propriété sémantique de type Traitement. Si disponible, ajoutez les données épidémiologiques dans le modèle sémantique du traitement par rapport à l'efficacité du traitement (RRA, RRR, NNT, NNH, etc.).
  • Indiquez la posologie des médicaments ainsi que la durée du traitement. Les posologies de médicaments doivent être systématiquement référencées. Un médicament mentionné sans la posologie a une utilité limitée pour le clinicien qui visite la page.
  • Si un traitement approprié de la maladie est une procédure, ne décrivez pas cette procédure dans la section traitement.
    • Ne décrivez pas comment on installe un drain thoracique dans le pneumothorax. La technique d'installation du drain thoracique sera détaillée sur une page de type Procédure. Tenez-vous en à l'indication de la procédure pour la présente maladie. Par exemple, le drain thoracique est indiqué en présence d'un pneumothorax de > 3 cm.
    • Ne détaillez pas l'onyxectomie dans la page sur l'ongle incarné. Dites plutôt que l'onyxectomie est appropriée dans l'ongle incarné dans les situations XYZ.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur du modèle Traitement (NNH, NNT, RRR, RRA, etc.).
Exemple:
 

Les pneumothoraces de tension et traumatiques sont généralement pris en charge au service des urgences ou à l'unité de soins intensifs. Les stratégies de prise en charge dépendent de la stabilité hémodynamique du patient. Chez tout patient présentant un traumatisme thoracique, les voies respiratoires, la respiration et la circulation doivent être évalués. Les plaies thoraciques pénétrantes doivent être recouvertes d'un bandage occlusif hermétique et d'une feuille de plastique propre. L'administration d'oxygène supplémentaire à 100% peut aider à réduire la taille du pneumothorax en diminuant la pression partielle d'azote alvéolaire. Cela crée un gradient de diffusion pour l'azote, accélérant ainsi la résolution du pneumothorax. Sans oxygène, seulement 1,25% de l'air est absorbé en 24 heures. La ventilation à pression positive doit être évitée dans un premier temps, car elle contribuera à augmenter la taille du pneumothorax sous tension. Les patients peuvent être placés sous ventilation à pression positive après la mise en place d'un drain thoracique. [3][7][8][1]

Si le patient est instable sur le plan hémodynamique et que la suspicion clinique de pneumothorax est élevée, une décompression immédiate à l'aiguille doit être effectuée sans délai. La décompression de l'aiguille est effectuée au niveau du deuxième espace intercostal dans la ligne médio-claviculaire au-dessus de la côte avec un angio-cathéter. Il en résulte une ré-expansion du poumon effondré. Cependant, le risque de ré-expansion pulmonaire augmente rapidement le risque d'œdème pulmonaire. Après la décompression de l'aiguille, un drain thoracique est généralement placé, et un CXR immédiat est effectué pour évaluer la résolution du pneumothorax.[1]

L'évaluation de la résolution du pneumothorax est généralement effectuée avec des radiographies thoraciques en série. Lorsque le patient s'est amélioré, que le poumon s'est complètement dilaté et qu'aucune fuite d'air n'est visible, la sonde thoracique est prête à être retirée.[1]

Les tubes thoraciques sont généralement gérés par des infirmières expérimentées, des inhalothérapeutes, des chirurgiens et des médecins de soins intensifs. Dans 90% des cas, un drain thoracique est suffisant; Cependant, il existe certains cas où des interventions chirurgicales sont nécessaires, et qui peuvent être soit une chirurgie thoracoscopique vidéo-assistée (VATS), soit une thoracotomie.

Les patients qui nécessitent une intervention chirurgicale sont généralement des patients atteints de pneumothoraces bilatéraux, de pneumothoraces ipsilatéraux récurrents, de première présentation chez des patients ayant des professions à haut risque comme les pilotes et les conducteurs, et les patients qui ont une fuite d'air persistante (pendant plus de sept jours). Lors de la chirurgie thoracique vidéo-assistée (VATS), le pneumothorax est traité par pleurodèse. Il existe deux types de pleurodèse: mécanique ou chimique. Avec la pleurodèse mécanique, il y a moins de 5% de chance de récidive du pneumothorax. Certaines options sont un tampon à gratter abrasif, une gaze sèche ou un décapage de la plèvre pariétale. Les options de pleurodèse chimique comprennent le talc, la minocycline, la doxycycline ou la tétracycline. La pleurodèse chimique est une alternative si le patient ne peut tolérer la pleurodèse mécanique. Des études récentes ont montré que la pleurodèse peut diminuer le taux de récidive.[9][10][11][1]

10 Suivi[modifier | w]

La section facultative Suivi ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite du suivi de la maladie.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Est-ce que la patient aura besoin d'être revu dans X semaines ?
  • Quels doivent être les consignes données au patient ?
  • Cette section peut également traiter du suivi intrahospitalier.
  • Quels sont les éléments cliniques (signes/symptômes) et paracliniques (imagerie et laboratoire) à répéter ? À quelle fréquence ? Pour quelle raison ?
Exemple:
 

11 Complications[modifier | w]

La section obligatoire Complications ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section traite des complications possibles de la maladie.
Formats:Liste à puces, Texte
Balises sémantiques: Complication
Commentaires:
 
  • Chaque complication doit être spécifiée à l'aide du modèle Complication.
  • Si possible, veuillez ajouter la fréquence des complications.
  • Ne pas mentionner les complications de la procédure ou du traitement sur la page de la maladie.
    • Sur une page de tendinite, ne pas mettre dans les complications que l'ulcère d'estomac est une complication de la prise d'anti-inflammatoire. Cette complication figure seulement sur la page de type Médicament dans les effets indésirables.
    • Sur la page de l'appendicite, on ne nomme pas les complications de l'appendicectomie, mais seulement celles de l'appendicite. Les complications de l'appendicectomie sont décrites sur une page de type Procédure d'appendicectomie.
  • Ne pas confondre les facteurs de risque, les étiologies, les complications et le diagnostic différentiel. Les complications, ce sont les autres maladies qui se développent si on ne traite pas la maladie.
  • Le format attendu est la liste à puce, précédé d'une courte phrase introductive et d'un deux-points.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur du modèle Complication (risque relatif, etc.).
Exemple:
 
Les complications de l'infarctus du myocarde sont :
  • la rupture d'un pilier mitral [Complication]
  • l'oedème aiguë du poumon [Complication]
  • la tachycardie ventriculaire [Complication]
  • le bloc AV de haut grade [Complication].

Le pneumothorax, en particulier le pneumothorax sous tension, est mortel, les complications pouvant survenir en raison d'un pneumothorax et d'une thoracostomie tubulaire sont les suivantes: [1]


  • Insuffisance ou arrêt respiratoire
  • Arrêt cardiaque
  • Pneumopéricarde
  • Pneumopéritoine
  • Hémothorax
  • Fistule bronchopulmonaire
  • Dommages au faisceau neurovasculaire lors d'une thoracostomie tubulaire
  • Douleur et infection cutanée au site de thoracotomie par tube
  • Empyème
  • Pyopneumothorax[1]

12 Évolution[modifier | w]

La section facultative Évolution ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section contient le pronostic et évolution naturelle de la maladie. Le pronostic est lié à la survie du patient atteint de la maladie. L'évolution naturelle est la manière dont évoluera la maladie du patient dans le temps.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple:
 
La dissection aortique est associée une mortalité très élevée. Au moins 30% des patients décèdent après leur arrivée à l'urgence, et ce, même après une intervention chirurgicale. Pour ceux qui survivent à la chirurgie, la morbidité est également très élevée et la qualité de vie est mauvaise. La mortalité la plus élevée d'une dissection aortique aiguë est dans les 10 premiers jours. Les patients qui ont une dissection chronique ont tendance à avoir un meilleur pronostic, mais leur espérance de vie est raccourcie par rapport à la population générale.[1] Sans traitement, la mortalité est de 1 à 3% par heure au cours des 24 premières heures, 30% à une semaine, 80% à deux semaines et 90% à un an.

Les pneumothoraces de tension et traumatiques doivent être traités immédiatement pour éviter la morbidité et la mortalité associées. Un retard dans le diagnostic et la prise en charge est associé à un mauvais pronostic. Le pneumothorax sous tension provient de nombreuses causes et évolue rapidement vers une insuffisance respiratoire, un collapsus cardiovasculaire et finalement la mort s'il n'est pas reconnu et traité. Dans les pneumothoraces non compliqués, la récidive peut survenir dans un délai de six mois à trois ans. Les récidives sont plus fréquentes chez les fumeurs, les patients atteints de MPOC et les patients atteints du SIDA.[12][13][1]

13 Prévention[modifier | w]

La section facultative Prévention ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite des mesures préventives et du dépistage précoce de la maladie (lorsque pertinent).
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple:
 
La prévention primaire consiste à la prise en charge des facteurs de risque :
  • l'arrêt tabagique
  • l'activité physique régulière
  • la perte de poids si obésité
  • le bon contrôle du diabète, de l'hypertension et de l'hypercholestérolémie
  • éviter toute consommation de cocaïne.

Suite à un pneumothorax, les patients doivent être éduqués pour éviter les voyages en avion jusqu'à la résolution complète ou pendant au moins deux semaines après une intervention chirurgicale. Les plongeurs et les pilotes doivent être avisés de ne pas plonger ou voler jusqu'à la résolution complète du pneumothorax par pleurodèse ou thoracotomie. [13] L'arrêt du tabac est conseillé à tous les patients.

14 Concepts clés[modifier | w]

Si un patient est instable sur le plan hémodynamique avec une forte suspicion clinique de pneumothorax, une sonde de décompression à l'aiguille ou de thoracotomie doit être placée immédiatement. [1]

Si le patient est stable, une imagerie diagnostique (c'est-à-dire CXR) peut être effectuée avant le traitement.[1]

La tamponnade cardiaque peut imiter cliniquement le pneumothorax de tension. [1]

Les patients ayant une pression inspiratoire de pointe élevée sont plus à risque de pneumothorax sous tension.

Si les patients deviennent instables sur le plan hémodynamique ou subissent un arrêt cardiaque, il existe une forte suspicion de pneumothorax sous tension.[1]

Si une sonde thoracique est mal positionnée ou bouchée, elle peut cesser de fonctionner et le pneumothorax peut se reproduire.[1]

Chez les patients stables, une anesthésie locale ou une analgésie / sédation adéquate doit être administrée.[1]

15 Consultations[modifier | w]

Le diagnostic et la prise en charge des pneumothoraces traumatiques et iatrogènes nécessitent une coordination multidisciplinaire et un travail d'équipe. Les spécialités suivantes doivent être à bord lors de la prise en charge de ces patients [1]


  • Chirurgien thoracique
  • Pneumologue
  • Radiologue interventionnel
  • Intensivist[1]

16 Références[modifier | w]

!
Cette page a besoin de vous !