Utilisateur:Mélissa megalli/Brouillons/Accident vasculaire cérébral et ischémie cérébrale transitoire

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Accident vasculaire cérébral et ischémie cérébrale transitoire
Approche clinique
Caractéristiques
Drapeaux rouges Hypertension intracrânienne, Céphalée en coup de tonnerre, Symptômes neurologiques focaux, Anévrysme de l'artère communicante postérieure

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

L'accident vasculaire cérébral (AVC) correspond à un déficit neurologique focal irréversible qui survient soudainement. Il est engendré par une atteinte du parenchyme cérébral, causée par un problème au niveau de la circulation cérébrale.

Objectif du CMC
Accident vasculaire cérébral et ischémie cérébrale transitoire (41)
La section facultative Introduction ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description:
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple:
 

1 Épidémiologie[modifier | w]

La section facultative Épidémiologie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section contient les données épidémiologiques sur le sujet de la page (ex. incidence, prévalence, coûts en hospitalisation, proportion homme:femme, régions où la prévalence est la plus élevée, etc.). Chaque donnée épidémiologique doit être appuyée par une référence. Idéalement, des statistiques canadiennes et québécoises sont mentionnées lorsque disponibles.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Les facteurs de risque ne sont pas présentés ici, mais bien dans la sous-section Facteurs de risque.
  • Le pronostic est présenté dans cette section, le cas échéant (contrairement aux pages de maladie).
Exemple:
 
Les saignements digestifs bas représentent 20% à 30% de tous les patients présentant des saignements GI majeurs. L'HDB est moins fréquente que les hémorragies digestives hautes (HDH) avec une prévalence de 20 à 27 cas par 100 000 vs 50 à 150 cas par 100 000.

Les AVC sont plus fréquents chez les hommes que chez les hommes. La prévalence des AVC est également plus élevée chez les individus de race noire que chez les Caucasiens. Par ailleurs, l'âge avancé favorise l'apparition de l'AVC. En effet, le risque double à chaque 10 ans après l'âge de 55 ans.

Au Québec, environ 20 000 personnes font un AVC par année. De plus, environ 130 000 individus victimes d'un AVC vivront avec des dommages physiques et psychologiques. Au Canada, l'AVC représente la 3e cause de mortalité.

2 Étiologies[modifier | w]

La section obligatoire Étiologies ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description:
  • Cette section décrit les étiologies de l'approche clinique, c'est-à-dire ce qui cause la situation couverte dans la page d'approche clinique (ex. polype intestinal pour l'hémorragie digestive basse).
  • Les étiologies doivent être identifiées avec le modèle Étiologie.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Étiologie
Commentaires:
 
  • Attention ! Ne pas ajouter de section Diagnostic différentiel à la page de type Approche clinique. La présente section couvre déjà les maladies qui provoquent l'approche clinique dont il est question sur cette page. Par définition, une page d'approche clinique ne contient pas de diagnostic différentiel, mais bien des étiologies.
  • Le format attendu est le texte, la liste à puce ou le tableau, selon ce qui vous apparait le plus efficace. S'il y a une ou deux étiologies, le format texte est à privilégier. S'il y a de multiples étiologies, la liste à puce est à privilégier. S'il y a des catégories d'étiologies avec de multiples étiologies, le tableau est à privilégier. Bref, si vous considérez que la structure est trop complexe, souvent le tableau est l'idéal. Sinon, privilégiez les format plus simple (l'affichage est meilleur pour les téléphones intelligents en format texte et liste à puce).
  • Si la liste à puce est utilisée, elle est toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
Exemple:
 
Les étiologies de l'hémorragie digestive basse sont :
  • la diverticulose [Étiologie]
  • la colite ischémique [Étiologie]
  • le cancer colorectal [Étiologie]
  • le polype intestinal [Étiologie].
  • Causes modifiables
    • hTA
    • Diabète
    • Résistance à l'insuline
    • Hypercoagulabilité
    • Dyslipidémie
    • Tabagisme
    • Obésité
    • Sédentarité
    • Maladies cardiaques : fibrillation auriculaire, endocardite, infarctus du myocarde, foramen ovale perméable, basse fraction d'éjection, anormalités valvulaires
    • Corticostéroïdes : surtout si femme fumeuse > 55 ans
    • Alcoolisme
    • Mauvaise alimentation (graisses saturées, graisses trans, etc)
    • Stress psychosocial (Ex. dépression)
    • Prise de cocaïnes, amphétamines
  • Causes non modifiables
    • Âge : après l'âge de 55 ans, le risque double à chaque 10 ans
    • Sexe : plus fréquent chez les hommes que chez les femmes
    • Race : plus fréquent chez les Noirs que les Caucasiens
    • Antécédents familiaux d'AVC
    • Antécédents d'AVC ou d'ICT

On classifie les AVC selon 2 catégories, soient les AVC hémorragiques et ischémiques :

  • Hémorragiques
    • Intraparenchymateux
  • Lobaire : angiopathie congophile
  • Alobaire : hémorragie hypertensive
    • Extracérébral
      • Hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA)
      • Hématome sous-dural/hématome épidural
  • Ischémiques
    • Embolique
    • Thrombotique
  • AVC massif : troncs artériels principaux
  • Infarctus lacunaires : petites artères perforantes
    • Hypoperfusion
    • Veineux

3 Physiopathologie[modifier | w]

La section facultative Physiopathologie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: La physiopathologie traite des mécanismes biologiques qui conduisent à l'apparition de l'approche clinique.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Attention de ne pas traiter de la physiopathologie de l'ensemble des étiologies couvertes dans la section Étiologies, mais de seulement discuter de la physiopathologie générale de la sémiologie couverte par le sujet de la page.
Exemple:
 
Différentes voies physiologiques peuvent entraîner une dyspnée, notamment via les chimiorécepteurs ASIC, les mécanorécepteurs et les récepteurs pulmonaires. On pense que trois composantes principales contribuent à la dyspnée : les signaux afférents, les signaux efférents et le traitement central de l'information. [...]

Les AVC surviennent en raison d'une mauvaise circulation artérielle au niveau cérébral, ce qui mène à une ischémie cérébrale. L'oedème, l'infarctus avec nécrose cellulaire, l'apoptose et la thrombose microvasculaire sont généralement les mécanismes à travers lesquels cette ischémie se développe. Normalement, les artères collatérales permettent de compenser le faible apport sanguin. Des atteintes aux vaisseaux collatéraux, des altérations dans la circulation cérébrale (polygone de Willis) ou de l'athérosclérose entraînent habituellement la formation d'une obstruction des artères du cerveau, favorisant ainsi l'installation de l'ischémie du cerveau.

Le manque de perfusion entraîne ensuite la mort de neurones cérébraux à un rythme qui dépendra de la sévérité de l'ischémie. Par exemple, une ischémie qui dure plus de 15 à 30 minutes affecte tous les tissus cérébraux, menant ainsi à un infarctus cérébral.

Tel que mentionné dans la section précédente, les AVC sont d'origine hémorragique ou ischémique. Les AVC hémorragiques résultent d'un bris des vaisseaux sanguins cérébraux, souvent causé par l'HTA. Les AVC ischémiques sont dus à un blocage du flux sanguin qui circule vers le cerveau, menant donc à une mort cellulaire par un mécanisme de nécrose de liquéfaction. Par ailleurs, un AVC ischémique peut dans certains cas conduire à un AVC hémorragique.

4 Approche clinique[modifier | w]

La section facultative Approche clinique ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description:
  • Alors que les sections Évaluation et Examens paracliniques servent à énumérer, cette section sert à intégrer tous ces éléments pour discuter du raisonnement du clinicien. C'est en quelque sorte la manière dont les cliniciens réfléchissent lorsque confrontés à cette maladie. C'est la section par excellence pour l'enseignement.
  • En lisant cette section, le lecteur doit être en mesure de comprendre la stratégie à adopter au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques pour naviguer les étiologies de l'approche clinique.
Formats:Liste à puces, Tableau, Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • C'est la seule section dans laquelle on peut répéter des informations qui ont déjà été mentionnées auparavant.
  • L'utilisation du diagramme est encouragée (voir Aide:Diagramme).
  • Le format attendu est libre (texte, liste, tableau, diagramme).
  • La section Approche clinique permet d'expliquer les caractéristiques distinctives et discriminantes pour les différents diagnostics au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques. C'est une section où les trucs du métier, les stratégies pour le diagnostic et le raisonnement clinique sont expliqués : c'est la section idéale pour l'enseignement.
Exemple:
 

4.1 Questionnaire[modifier | w]

La section facultative Questionnaire ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description:
  • Cette section liste des symptômes discriminants au questionnaire.
  • Cette section doit faire l'usage de propriétés sémantiques de type Questionnaire, Symptôme discriminant et Élément d'histoire discriminant.
  • Ces éléments servent à discriminer une étiologie par rapport à une autre ou une complication potentielle.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Questionnaire, Symptôme discriminant, Élément d'histoire discriminant
Commentaires:
 
  • Alors que la section Approche clinique sert à intégrer les facteurs de risque, les signes, les symptômes et les examens paracliniques, cette section sert uniquement à lister les symptômes discriminants.
  • Attention d'utiliser le bon modèle sémantique. Le modèle Symptôme discriminant est le bon modèle dans les pages de type Approche clinique. Le modèle Symptôme est utilisé exclusivement sur les pages de Maladie et de Classe de maladie.
  • Les éléments d'histoire discriminants se distinguent des symptômes. Par exemple, la chute dans une page d'approche clinique de la céphalée aiguë est un élément d'histoire discriminant (modèle Élément d'histoire discriminant), et non un symptôme.
  • Le modèle Élément d'histoire discriminants est utilisé exclusivement sur les pages de type Approche clinique. Le modèle Élément d'histoire est utilisé sur les pages de type Maladie et Classe de maladie.
  • Cette section ne détaille pas l'histoire d'une étiologie particulière : ceci est laissé aux pages de maladies. La section Approche clinique permet d'expliquer les caractéristiques distinctives et discriminantes pour les différents diagnostics au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques.
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
Exemple:
 
Chez les patients atteints de dyspnée aiguë, les symptômes à rechercher sont :
  • au questionnaire cardiaque [Questionnaire] :
    • l'oedème des membres inférieurs [Symptôme discriminant], qui évoque une insuffisance cardiaque décompensée
    • une douleur thoracique [Symptôme discriminant] qui évoque un syndrome coronarien aigu, une insuffisance cardiaque décompensée ou une embolie pulmonaire
    • la lipothymie [Symptôme discriminant] et la la syncope [Symptôme discriminant], qui pourront être présents lors du syndrome coronarien aigu, de l'arrythmie et de l'embolie pulmonaire
    • etc.
  • au questionnaire pulmonaire [Questionnaire]
    • la toux [Symptôme discriminant], présente dans la pneumonie et l'EAMPOC et parfois dans l'embolie pulmonaire et l'insuffisance cardiaque
    • les crachats [Symptôme discriminant], présents dans la pneumonie et l'EAMPOC
    • les hémoptysies [Symptôme discriminant] sont un symptôme grave qui indique une potentielle embolie pulmonaire
    • un traumatisme récent [Élément d'histoire discriminant] évoque une fracture de côte ou une costo-chondrite
  • etc.

Durant l'entrevue médicale, il est pertinent de questionner les éléments suivants :

  • Antécédents médicaux : HTA, diabète, signes d'athérosclérose (ex. amaurose fugace, claudication intermittente, ICT), dyslipidémie
  • Prise de tabac
  • Prise d'alcool
  • Prise de drogues ex. cocaïnes, amphétamines
  • Antécédents familiaux : HTA, AVC, ICT
  • Médicaments : Questionner les changements récents et l'observance de la médication, prise de corticostéroïdes
  • Contexte psychosocial : Questionner âge, milieu de vie, partenaire, enfants, niveau socio-économique, éducation pour prise en charge
  • Activité physique : Sédentarité souvent associée
  • Alimentation : riche en graisses saturées, graisses trans, etc.
  • Stress psychosocial ex. dépression
  • Provoqué : Si provoqué par l'effort physique : cela indique origine cardiovasculaire, si présence d'hypertension intracrânienne (HTIC) ; symptômes peuvent être aggravés en position couchée
  • Pallié : Rechercher la présence potentielle d'éléments permettant de soulager les symptômes ressentis
  • Qualité : Questionner l'allure des symptômes éprouvés
  • Quantité : Questionner l'intensité des symptômes du patient
  • Région : Symptômes neurologiques localisés, une atteinte diffuse correspond moins à l'AVC
  • Irradiation : Questionner la migration des symptômes ressentis
  • Symptômes : Si AVC hémorragique : symptômes d'hypertension intracrânienne (ex. céphalée, vomissements), si lésion en territoire carotidien : amaurose fugace, hémiparésie contolatérale, hémianesthésie controlatérale, aphasie et parfois présence de souffle carotidien, si lésion en territoire vertébro-basilaire : ataxie, incoordination, dommages aux nerfs crâniens, hémiplégie controlatérale et symptômes associés au syndrome vertébro-basilaire
  • Temps : Symptômes d'apparition subite (secondes, minutes, heures), il y aura généralement une phase stationnaire qui sera suivie d'une amélioration ou d'une détérioration qui peut parfois mener à un décès dans des situations plus critiques, si ICT : épisode unique ou qui survient plusieurs fois/jour

Un AVC ischémique est parfois précédé d'un épisode d'ischémie cérébrale transitoire. Il survient habituellement au cours de la nuit ou lorsque le patient est inactif.

Un AVC hémorragique est souvent accompagné d'HTA et n'est pas précédé d'une ischémique cérébrale transitoire. Il survient normalement durant le jour ou lorsque le patient est réveillé.

4.2 Examen clinique[modifier | w]

La section facultative Examen clinique ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description:
  • Cette section traite des signes à rechercher à l'examen clinique qui permettent de différencier les étiologies entre elles.
  • Cette section doit faire l'usage du modèle Examen clinique et du modèle Signe clinique discriminant.
  • Ces éléments servent à discriminer une étiologie par rapport à une autre ou une complication potentielle.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Examen clinique, Signe clinique discriminant
Commentaires:
 
  • Alors que la section Approche clinique sert à intégrer les facteurs de risque, les signes, les symptômes et les examens paracliniques, cette section sert uniquement à lister les examens cliniques et les signes cliniques discriminants.
  • Attention d'utiliser le bon modèle sémantique. Le modèle Facteur de risque discriminant est le bon modèle dans les pages de type Approche clinique. Le modèle Facteur de risque est utilisé exclusivement sur les pages de maladie et de classe de maladie.
  • Cette section ne détaille pas l'examen clinique et les signes cliniques d'une étiologie particulière : ceci est laissé aux pages de maladies. La section Approche clinique permet d'expliquer les caractéristiques distinctives et discriminantes pour les différents diagnostics au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques.
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
Exemple:
 
Chez les patients atteints d'une dyspnée aiguë, les éléments suivants sont à rechercher à l'examen clinique :
  • à l'examen cardiaque [Examen clinique] :
    • un souffle systolique [Signe clinique discriminant] indique une sténose aortique critique
    • de l'oedème des membres inférieurs [Signe clinique discriminant] indique une insuffisance cardiaque décompensée
    • la TVC augmentée [Signe clinique discriminant] évoque une insuffisance cardiaque décompensée ou sera présent dans 13% des embolies pulmonaires
  • à l'examen pulmonaire [Examen clinique] :
    • des crépitants [Signe clinique discriminant] en présence d'une pneumonie ou d'une surcharge secondaire à une insuffisance cardiaque décompensée.
    • des sibilances [Signe clinique discriminant] en cas d'asthme, d'EAMPOC et parfois d'insuffisance cardiaque.

L'examen physique peut être orienté selon la localisation de l'AVC.

  • Artère cérébrale antérieure
    • Faiblesse et perte de sensibilité controlatérale du membre inférieur
    • Atteinte du langage
    • Incontinence urinaire
    • Atteinte au niveau frontal (ex. euphorie, aboulie)
  • Artère cérébrale moyenne
    • Hémianopsie ou quadranopsie homonyme controlatérale
    • Paralysie et perte de sensibilité controlatérale à prédominance brachio-faciale
    • Héminégligence : si atteinte du côté non dominant (normalement côté droit)
    • Aphasie de Broca (au niveau frontal postéro-inférieur) ou aphasie de Wernicke (au niveau temporal postéro-supérieur) : si atteinte du côté dominant (normalement côté gauche)
    • Cécité corticale et anosognosie : si syndrome d'Anton, qui implique une atteinte bilatérale
  • Artère cérébrale postérieure
    • Hémianopsie homonyme controlatérale (pas d'atteinte à l'acuité visuelle)
    • Paralysie du regard vertical, atteinte du 3e nerf crânien, ophtalmoplégie internucléaire : si atteinte du mésencéphale
    • Anomie, agnosie visuelle, alexie sans agraphie : si atteinte de l'occiput
  • Tronc cérébral
    • Dysarthrie, diplopie, vertige, ataxie, dysphagie : atteinte du tronc cérébral confirmée en présence de 2 des éléments précédents
    • Hémianesthésie, nausée, vertige, ataxie, dysphagie, syndrome de Claude Bernard-Horner : si syndrome de Wallenberg/syndrome alterne ipsilatéral
    • Hémianesthésie sans atteinte au niveau du visage : si syndrome de Wallenberg/syndrome alterne controlatéral
    • Syncope subite accompagné du signe de Babinski bilatéral : si thrombose de l'artère basilaire
  • Artères centrales
    • Hémianesthésie pure : si atteinte du thalamus
    • Hémiparésie pure : si atteinte de la capsule interne ou protubérance
    • Hémiparésie, hémianesthésie : si atteinte capsulo-thalamique
    • Ataxie, hémiparésie : si atteinte de la capsule interne ou protubérance
    • Dysarthrie, main maladroite : si atteinte de la protubérance

5 Drapeaux rouges[modifier | w]

La section obligatoire Drapeaux rouges ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description:
  • Les drapeaux rouges sont des signes, des symptômes, des facteurs de risque ou des signes paracliniques qui, lorsqu'ils sont présents, peuvent orienter vers un diagnostic grave ou demandant une prise en charge immédiate.
  • Chaque drapeau rouge devrait être défini à l'aide d'une propriété sémantique de type Drapeau rouge.
Formats:Liste à puces
Balises sémantiques: Drapeau rouge
Commentaires:
 
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
  • Cette section doit rester simple et courte.
Exemple:
 
Les drapeaux rouges des patients qui se présentent en céphalée aiguë sont :
  • une altération de l'état de conscience [Drapeau rouge] indique une possible méningite, encéphalite, un AVC hémorragie ou une HIP
  • une faiblesse [Drapeau rouge] évoque un AVC
  • de la diplopie [Drapeau rouge] évoque également un AVC du tronc ou une lésion occupant de l'espace
  • une immunosuppression [Drapeau rouge] pourrait évoquer une méningite, encéphalite ou un abcès cérébral ou spinal
  • etc.

6 Investigation[modifier | w]

La section facultative Investigation ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description:
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple:
 

AVC ischémiques :

  • Imagerie de l'AVC
    • TDM cérébrale sans contraste : favorisé par rapport à l'IRM en phase aiguë, plus rapide que l'IRM, permet d'éliminer AVC hémorragique, AVC massif ou autre diagnostic (ex. tumeur cérébrale)
    • IRM cérébrale : meilleure évaluation de la partie postérieure du cerveau, permet de repérer les AVC lacunaires
  • Déterminer la cause de l'AVC
    • Doppler carotidien : si AVC de la circulation antérieure
    • Angio-TDM : au niveau des vaisseaux de la tête et du cou
    • Angio-IRM : au niveau des vaisseaux de la tête et du cou
    • Angiographie conventionnelle au besoin
    • Échographie cardiaque : rechercher endocardite, coeur hypokinétique, anomalie valvulaire, foramen ovale perméable
    • Échographie transoesophagienne
    • ECG-Holter et télémétrie : vérifier la fréquence cardiaque à la recherche d'arythmies cardiaques Ex. fibrillation auriculaire
    • Télémétrie
  • Rechercher les facteurs de risque possiblement en cause
    • Prise de la pression artérielle
    • Glycémie à jeun, HbA1c
    • FSC, créatinine, INR, TCA, temps de saignement
    • Ionogramme sanguin
    • Bilan lipidique
    • Bilan de thrombophilie : si patient < 50 ans ou ayant des antécédents de troubles d'origine thrombo-embolique
    • Bilan de vasculite au besoin

AVC hémorragiques :

Hémorragie intraparenchymateuse :

  • Imagerie de l'AVC
    • TDM cérébrale : favorisé par rapport à l'IRM en phase aiguë
    • IRM cérébrale : permet d'éliminer tumeur cérébrale ou malformation vasculaire

Hémorragie sous-arachnoïdienne :

  • TDM cérébrale sans contraste : présence de sang hyperdense dans l'espace sous-arachnoïdien
  • Ponction lombaire : présence de sang ou xanthochromie, si TDM négatif et suspicion clinique
  • Angio-tomodensitométrie cérébrale ou angiographie cérébrale par cathéter : rechercher anévrisme

7 Prise en charge[modifier | w]

La section facultative Prise en charge ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description:
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple:
 
  • Traitement de l'ICT et de l'AVC ischémique
    • Aspirine 160-325 mg : 1ère étape, à donner en < 48h, permet de dissoudre le caillot, prévient récidive
    • Thrombolyse IV : permet de détruire le caillot, limite ou renverse les répercussions du manque de perfusion cérébrale, à donner < 4,5h suivant l'apparition des symptômes, vérifier les contre-indications
    • Thrombectomie mécanique : à administrie < 6h suivant le début des symptômes, présente moins de contre-indications que la thrombolyse IV
    • Traitement de l'HTA : seulement si TAS > 220 et/ou TAD > 120, car l'augmentation de la TA en phase aiguë est habituellement protectrice
    • Traitement de la glycémie : hyperglycémie entraîne acidose tissulaire qui forme des radicaux libres et augmente perméabilité de la barrière hémato-encéphalique, hypoglycémie aggrave les atteintes cérébrales
    • Corriger la position de la tête : place la tête du lit entre 0 et 15° pour maintenir la perfusion cérébrale, sauf si contre-indications (ex. HTIC, oedème pulmonaire)
    • Traitement des complications : restriction hydrique, furosémide, drain, mannitol, hyperventilation, tête du lit à 30° si oedème cérébral
    • Prévention des récidives : contrôler le diabète, maintenir de bonnes habitudes de vie, bonne alimentation, perte de poids, activité physique, cesser tabac, anticoagulation ou antiplaquettaire (ASA ou clopidogrel), anti-hypertenseurs (IECA ou ARA), hypolipémiants (statine) revascularisation carotidienne (endartériectomie carotidienne ou angioplastie par tuteur) au besoin
    • Réadaptation : si présence de séquelles neurologiques, selon la localisation de l'AVC
  • Traitement de l'AVC hémorragique
    • Hémorragie intraprenchymateuse
      • Admission aux soins intensifs
      • Renverser l'anticoagulation : vitamine K, plasma frais congelés, concentrés de complexes prothrombiniques, protamine
      • Contrôler la pression artérielle : maintenir un TAS < 140 mmHg, utiliser labétalol IV en 1ère ligne
      • Chirurgie évacuatrice de l'hématome : dernier recours, si risque de décès
      • Traitement des complications : élever tête du lit, dé-serrer collier cervical, hypertensilation, analgésiques, traitement des convulsions, mannitol (thérapie hyperosmolaire) si HTIC, drainage ventriculaire si hydrocéphalie
    • Hémorragie sous-arachnoïdienne
      • Chirurgie intracrânienne : clip métallique ou embolisation, à faire en < 3 jours
      • Traitement des complications : dérivation ventriculaire externe si hydrocéphalie, surveiller la natrémie si hyponatrémie, hypertension (maintenir TA > 170-180/100 mmHg), hémodilution et hypervolémie si vasospasme

8 Suivi[modifier | w]

La section facultative Suivi ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite du suivi de l'approche clinique
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Est-ce que la patient aura besoin d'être revu dans X semaines ?
  • Quels doivent être les consignes données au patient ?
  • Y a-t-il des examens paracliniques à répéter ?
  • Cette section peut également traiter du suivi intrahospitalier.
Exemple:
 
  • Observation durant 24h aux soins intermédiaires : si traitement de thrombolyse I.V

9 Complications[modifier | w]

La section facultative Complications ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite des complications possibles de l'approche clinique classées en ordre de probabilité (si possible).
Formats:Liste à puces, Texte
Balises sémantiques: Complication
Commentaires:
 
  • Chaque complication doit être spécifiée à l'aide du modèle Complication. Si possible, veuillez ajouter la fréquence des complications.
  • Attention ! Les complications sont celles de l'approche clinique elle-même et non de son traitement. Par exemple, l'anémie est une complication de l'hémorragie digestive basse, mais la perforation intestinale en raison d'une colonoscopie doit plutôt être décrit sur la page de la procédure Colonoscopie.
Exemple:
 

10 Particularités[modifier | w]

La section facultative Particularités ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite des particularités concernant la gestion de l'approche clinique pour certaines clientèles.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple:
 

10.1 Gériatrie[modifier | w]

La section facultative Gériatrie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section mentionne les particularités concernant la gestion de l'approche clinique chez une clientèle gériatrique.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Le format texte est à privilégier.
  • Il est possible que l'approche clinique en gériatrie nécessite une approche clinique complètement différente. Dans ce cas, il est préférable de faire un page d'approche clinique séparée. (ex. Ictère chez le nouveau-né est trop différente de l'Ictère chez la personne âgée).
Exemple:
 

10.2 Pédiatrie[modifier | w]

La section facultative Pédiatrie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section mentionne les particularités concernant la gestion de l'approche clinique chez une clientèle pédiatrique.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Le format texte est à privilégier.
  • Il est possible que l'approche clinique en pédiatrie nécessite une approche clinique complètement différente. Dans ce cas, il est préférable de faire un page d'approche clinique séparée. (ex. Ictère chez le nouveau-né est trop différente de l'Ictère chez la personne âgée)
Exemple:
 

11 Notes[modifier | w]

La section facultative Notes ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Dans la section notes se trouve toutes les notes de bas de page (références du groupe "note" [ou autres]).
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Pour ajouter des notes, passez par la fonction d'ajout de notes. Il est aussi possible d'ajouter des notes d'autres groupes, comme "pharmaco", "pédiatrie", "indications", etc. Classez ces autres groupes de notes dans des sous-sections. N'ajoutez pas de notes manuellement.
Exemple:
 
TRAITEMENTS

Les traitements:

  • médicament 1, 100-200 mg PO DIE[pédiatrie]
  • traitement 2 BID x 1 sem[gériatrie]

NOTES


Gériatrie

  1. Poursuivre le traitement 2 semaines de plus.

Pédiatrie

  1. 10mg/kg die


12 Références[modifier | w]

La section obligatoire Références ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Dans la section références se trouve toutes les références (références sans groupe). Pour ajouter des références, passez par la fonction d'ajout de références. N'ajoutez pas de références manuellement.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple: