Utilisateur:JonathanLandry/Brouillons/Traitement de l'arthrose en kinésiologie

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche

La pratique d'activité physique peut entraîner plusieurs bénéfices chez les personnes atteintes d'arthrose. Cette page aborde les différents éléments à prendre en considération lors de l'entraînement chez cette population.

Traitement de l'arthrose en kinésiologie
Programme d'exercice
Programme d'exercices
Indications Personne avec un diagnostic d'arthrose, Personne avec un diagnostic d'arthrose désirant perdre du poids
Contre-indications absolues
Fatigue (symptôme), Épisode de douleur intense accompagné d'enflure articulaire, Perte de mobilité spontanée ou grande instabilité d'une articulation, Instabilité articulaire, Manque d'équilibre, Problèmes cardiovasculaires (angine instable, insuffisance cardiaque décompensée, sténose aortique sévère, péricardite/myocardite aiguë, arythmies auriculaires/ventriculaires non contrôlées, etc.)
Contre-indications relatives
Épisode de douleur aiguë, Blessure articulaire récente, Enflure articulaire
Complications
Augmentation de la douleur à l'articulation touchée par l'arthrose, Apparition d'une nouvelle douleur articulaire (dos, hanche, genou), Chute et/ou fracture

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

1 Contexte[modifier | w]

L'arthrose est la forme la plus répandue d'arthrite et est caractérisée par la détérioration du cartilage d'une ou de plusieurs articulations. Les pieds, les genoux, les hanches, la colonne vertébrale et les mains sont les régions les plus affectées par l'arthrose.[1] Les principaux symptômes sont la douleur, la raideur, l'enflure et une perte de la fonction normale de l'articulation.[2] En 2016-2017, un peu moins de 15% de la population canadienne âgée de 20 ans et plus devait composer avec un diagnostic d'arthrose.[3] On prévoit au courant des prochaines années qu'un plus grand nombre de personnes seront touchées par cette maladie en raison du vieillissement de la population et de l'augmentation de la prévalence de l'obésité.[4] Le traitement optimal de l'arthrose est basé sur une approche multidisciplinaire qui inclut un traitement médicamenteux, l'éducation au patient sur l'autogestion de sa maladie, la physiothérapie, l'ergothérapie et la pratique d'activité physique. Bien que la présence de douleurs et de limitations fonctionnelles peut représenter un obstacle à la pratique d'activité physique chez les individus atteints d'arthrose, celle-ci est essentielle dans la gestion de la maladie.[5] Plusieurs éléments sont à prendre en considération afin que ces individus en retirent un maximum de bénéfices, tout en ayant une pratique sécuritaire.

2 Indications[modifier | w]

La pratique d'activité physique est recommandée à toutes les personnes qui sont atteintes d'arthrose. Toutefois, il y a davantage d'évidences scientifiques qui appuient la pratique d'activité physique chez les personnes ayant de l'arthrose à l'articulation de la hanche ou du genou, comparativement à celle de la main.[6] D'ailleurs, une plus grande variété d'exercices peut être offerte lorsque ces deux articulations du membre inférieur sont affectées. De plus, la pratique d'exercice est indiquée chez les personnes obèses atteintes d'arthrose qui souhaitent perdre du poids.[6]

  1. Personne avec un diagnostic d'arthrose
  2. Personne avec un diagnostic d'arthrose désirant perdre du poids

3 Contre-indications[modifier | w]

Il y a très peu de contre-indications à l'exercice chez les personnes atteintes d'arthrose.[7] Chez celles qui sont atteintes d'arthrose de la hanche ou du genou, il n'y a pas de contre-indications absolues officielles à prescrire de l'exercice bien que les comorbidités doivent être prises en compte.[8] Cependant, le professionnel de la santé qui oeuvre avec une clientèle atteinte d'arthrose sévère doit faire usage de son jugement et empêcher la pratique d'activité physique s'il remarque un changement drastique de la condition du patient comme un épisode de douleur très intense, une grande perte de mobilité ou une grande instabilité articulaire. À ce moment, il serait plus prudent d'avoir une évaluation médicale avant de reprendre la pratique d'activité physique. Certaines conditions cardiovasculaires pourraient représenter des contre-indications absolues à participer à un programme de réadaptation cardiaque, autant chez les personnes atteintes d'arthrose que celles qui ne le sont pas.[5][9] Il reste tout de même que peu importe le degré d'arthrose, il est toujours possible d'ajuster la prescription d'activité physique et de tout de même faire bouger la personne.[10]

3.1 Absolues[modifier | w]

  1. Épisode de douleur intense accompagné d'enflure articulaire
  2. Perte de mobilité spontanée ou grande instabilité d'une articulation
  3. Problèmes cardiovasculaires (angine instable, insuffisance cardiaque décompensée, sténose aortique sévère, péricardite/myocardite aiguë, arythmies auriculaires/ventriculaires non contrôlées, etc.)

3.2 Relatives[modifier | w]

  1. Épisode de douleur aiguë
  2. Blessure articulaire récente
  3. Enflure articulaire
  4. Instabilité articulaire
  5. Fatigue
  6. Manque d'équilibre

4 Prescription recommandée[modifier | w]

Lorsqu'une personne sédentaire ayant un diagnostic d'arthrose souhaite commencer à faire de l'exercice, il est important que le principe de progression soit respecté. La clé est de choisir des activités qui susciteront du plaisir et qui permettront à la personne de demeurer active au fil du temps.[11] Plusieurs types d'activité physique peuvent être effectués pour que la personne en retire un maximum de bénéfices. Un programme d'entraînement optimal pour les gens atteints d'arthrose contient de l'entraînement aérobie et musculaire, ainsi que de la flexibilité et de l'équilibre.[7] La prescription ci-dessous contient des recommandations en termes de fréquence, intensité et durée des différents entraînements.

4.1 Entraînement aérobie[modifier | w]

Il est recommandé de faire de l'entraînement aérobie (entraînement cardiovasculaire) 3 à 5 fois par semaine à une intensité modérée (40 à 60% de la fréquence cardiaque de réserve[note 1]) ou élevée (> 60% fréquence cardiaque de réserve). Au courant d'une semaine, les gens atteints d'arthrose devraient accumuler 150 minutes d'activité physique modérée ou 75 minutes à intensité élevée par tranche d'une durée minimale de 10 minutes. Une combinaison des deux intensités est aussi possible. Les activités à faible impact sur les articulations sont à privilégier tels que la marche, le vélo, la natation ou toute autre activité aquatique. [5] Il serait recommandé chez les personnes atteintes d'obésité et/ou d'arthrose sévère de débuter la pratique d'exercice par des activités aquatiques pour réduire la charge sur les articulations du membre inférieur.[12] Bien qu'elles aient démontré de moins grandes améliorations dans la condition cardiovasculaire, les activités aquatiques demeurent une bonne option pour les personnes ayant de la douleur, de l'instabilité ou des pertes d'équilibre lors d'une mise en charge sur l'articulation.[13] Par la suite, si la personne voit une réduction de ses douleurs, elle peut progresser à des activités impliquant le poids du corps.[12] Le mode d'exercice sélectionné devrait donc être celui qui est le moins douloureux.[5]

4.2 Entraînement musculaire[modifier | w]

Pour l'entraînement musculaire, il est recommandé d'effectuer ce type d'entraînement 2 à 3 fois par semaine. Les personnes peuvent utiliser des charges variant de 50 à 80% d'une répétition maximale et effectuer 1 à 3 séries de 8 à 12 répétitions d'exercices ciblant les grands groupes musculaires. Tout type d'équipement peut être utilisé, comme les poids libres, machines et bandes élastiques. Les exercices utilisant le poids corporel sont aussi appropriés pour la plupart des individus ayant de l'arthrose.[5]

4.3 Flexibilité et exercices d'amplitude de mouvement[modifier | w]

En ce qui a trait à la flexibilité et aux exercices d'amplitude de mouvement, ceux-ci peuvent être exécutés tous les jours. Ces exercices ont pour objectif de diminuer la raideur musculaire et de bouger les articulations dans toute leur amplitude de mouvement. Pour les mouvements dynamiques (exercices d'amplitude de mouvement), une dizaine de répétitions est recommandée alors que pour les exercices statiques (exercices de flexibilité), ils peuvent être maintenues de10 à 30 secondes. Le tout peut être répété de 2 à 4 fois.[5] Le yoga et le tai-chi sont des exemples d'activités davantage structurées qui permettent de travailler la flexibilité, l'amplitude de mouvement et même l'équilibre,[7] qui sera abordé dans la prochaine section.

4.4 Équilibre et exercices de proprioception[modifier | w]

Comme l'arthrose peut apporter de la faiblesse musculaire et une diminution de la proprioception[2], des exercices d'équilibre peuvent être prescrits afin de remédier à la situation. Ces exercices peuvent être effectués 2 à 3 fois par semaine.[7] Encore une fois, le yoga et le tai-chi sont des exemples d'activités qui travaillent les composantes d'équilibre et de proprioception.

5 Exécution[modifier | w]

Les gens atteints d'arthrose devraient s'entraîner au moment de la journée où ils ont le moins de douleurs ou lorsque les médicaments sont à leur pic d'action.[5] Par exemple, l'entraînement tôt le matin serait déconseillé en raison de la raideur matinale qui peut persister jusqu'à 30 minutes après le réveil.[14] Il est recommandé de débuter les entraînements par un échauffement dynamique de 5 à 10 min afin de préparer les articulations à faire un effort et de minimiser les possibles douleurs qui pourraient survenir lors des activités. L'échauffement devrait inclure le mouvement des articulations dans de grandes amplitudes en plus d'une activité aérobie de faible intensité.[5] Cet échauffement aérobie devrait être effectué à une intensité de 0 à 2 sur l'échelle de Borg modifiée (0 à 10). Il est aussi recommandé de terminer l'entraînement aérobie par retour au calme de 5 à 10 min à la même intensité que lors de l'échauffement.[5]

Initialement, de longues périodes continues d'une activité aérobie peuvent être difficiles à effectuer pour les personnes déconditionnées ou celles ayant de la douleur et une perte de mobilité articulaire. Il est donc recommandé pour celles-ci de seulement briser la sédentarité à différents moments de la journée et de commencer avec de courtes périodes d'effort de 5 minutes ou de ce qui peut être toléré.[5]

Pour les personnes avec de l'arthrose sévère, il serait recommandé d'éviter les activités entraînant beaucoup d'impacts comme celles qui nécessitent des changements de direction brusques ou la course à pied.[5]

Lors des exercices musculaires, il est recommandé d'éviter de bloquer la respiration (manoeuvre de Valsalva) qui pourrait entraîner des changements brusques de la tension artérielle. Cela pourrait entraîner des pertes de conscience ou des arythmies, entre autres chez les personnes ayant une tension artérielle élevée.[11]

Une bonne exécution des exercices de flexibilité ainsi que ceux d'amplitude de mouvement est primordiale afin d'éviter les blessures et d'obtenir les bénéfices escomptés. Les exercices de flexibilité ont pour objectif d'étirer les masses musculaires qui sont tendues et ne devraient pas être étirées de façon excessive, surtout s'il y a présence d'instabilité à l'articulation où le muscle est attaché.[7] Quant aux exercices d'amplitude de mouvement, il est recommandé de bouger l'articulation dans toute son amplitude, même lorsque l'articulation est rigide. Ceux-ci ne requièrent pas le maintien d'une position en particulier, mais bien un mouvement constant durant l'exécution.[7]

Certaines conditions peuvent être propices à l'exécution adéquate des exercices et le confort de la personne. Lors de la marche, le port de chaussures permettant une bonne stabilité et absorption des chocs est recommandé en fonction de la biomécanique de la personne. De plus, pour les exercices en piscine, une température de l'eau variant de 28° à 31°C (83° à 88°F) serait recommandée pour permettre aux muscles de se détendre et de réduire la douleur.[5]

6 Complications[modifier | w]

En respectant la prescription d'activité physique, peu de complications surviennent chez les patients atteints d'arthrose. Un exercice dans de trop grandes amplitudes de mouvement ou une progression non respectée peuvent être à l'origine d'une douleur à l'articulation déjà affectée par l'arthrose. Les complications sérieuses comme les chutes ou fractures sont encore moins fréquentes et ont été très peu rapportées dans les études.[15] Une nouvelle douleur articulaire pourrait apparaître en lien avec des mouvements et/ou des postures compensatoires si la personne s'entraîne dans une certaine douleur.

  1. Augmentation de la douleur à l'articulation touchée par l'arthrose
  2. Apparition d'une nouvelle douleur articulaire (dos, hanche, genou)
  3. Chute et/ou fracture

7 Suivi[modifier | w]

Il est important de questionner régulièrement la personne atteinte d'arthrose qui participe à un programme d'exercice. Le kinésiologue doit s'informer sur de possibles douleurs articulaires qui pourraient apparaître afin d'assurer la sécurité de la personne et que celle-ci retire tout de même les nombreux bénéfices de l'exercice.[7] En ce sens, il se peut que la personne ressente un inconfort après la pratique d'activité, mais elle ne devrait pas ressentir de la douleur. Il est tout de même important de lui mentionner qu'un inconfort dans les muscles ou les articulations pendant ou immédiatement après l'exécution d'exercices non familiers ne signifie pas que les articulations sont davantage endommagées.[5] Il est aussi intéressant de lui mentionner que des courbatures musculaires peuvent apparaître dans les 48 à 72 heures après un entraînement, que celles-ci sont normales et qu'elles diminueront au fil des entraînement.[5] Cependant, si la douleur articulaire est plus intense 2 heures après l'activité physique, il est recommandé de réduire la durée et l'intensité lors du prochain entraînement.[11] Bien que l'application de glace sur l'articulation endolorie peut sembler intéressante, elle n'entraîne toutefois pas de réduction de la douleur. [16]

Le maintien de la pratique d'activité physique à long terme peut être difficile pour les personnes atteintes d'arthrose.[12] L'adhésion des patients au programme d'activité physique est améliorée lorsqu'ils reçoivent le support d'un kinésiologue ou d'autres professionnels de la santé comparativement à ceux qui effectuent un programme d'entraînement à domicile.[17] L'adhésion est aussi améliorée lorsque les personnes croient en leur capacité (sentiment d'efficacité personnelle) et à l'efficacité de l'activité physique pour améliorer leur condition. De plus, la compréhension de la physiopathologie de l'arthrose permet une meilleure adhésion à l'activité physique.[12] Ainsi, plusieurs stratégies peuvent être utilisées pour permettre une pratique durable d'activité physique chez cette population. L'enseignement des bénéfices de l'exercice pour cette maladie ainsi que le suivi à long terme par un kinésiologue représentent des stratégies efficaces.[12]

8 Bénéfice anticipé[modifier | w]

L'activité physique est un traitement primordial dans la gestion de l'arthrose[18] en raison des nombreux bénéfices qu'elle peut apporter aux personnes qui sont affectées par cette maladie. Des revues systématiques ont entre autres démontré que l'activité physique entraînait une diminution de la douleur ainsi qu'une amélioration de la capacité fonctionnelle autant pour les personnes qui sont atteintes de gonarthrose que celles atteintes de coxarthrose.[15][19] Cette section mettra en lumière ces bénéfices ainsi que les nombreux autres que peut procurer l'exercice dans le traitement de l'arthrose.

L'obésité entraîne un stress mécanique sur les articulations du membre inférieur et est associée avec un profil pro-inflammatoire, résultant en un facteur de risque de l'arthrose.[20] L'exercice en combinaison avec une intervention nutritionnelle peut entraîner une perte de poids pour les personnes souffrant d'arthrose en raison de leur obésité.[2] Ainsi, une perte de poids de 10% a démontré une diminution de la douleur causée par l'arthrose.[21] Avec le temps, il peut y avoir des changements quant à l'alignement des articulations du membre inférieur chez la personne obèse. Par exemple, une personne pourrait développer un genou varum en raison du poids corporel qu'elle doit supporter. Cela entraînerait ainsi une augmentation de la force exercée sur le compartiment médial du genou.[20] Une perte de poids permettrait alors de réduire les forces exercées au niveau des différentes articulations du membre inférieur et permettrait aussi de réduire la progression de l'arthrose.

En plus de la dégradation du cartilage, l'arthrose est associée avec une augmentation de certains marqueurs inflammatoires comme l'interleukine-6 (IL-6), le facteur de nécrose tumorale (TNF-α) et la protéine C-réactive (CRP).[22] Une importante présence de ces marqueurs est associée à un plus haut degré de sévérité d'arthrose ainsi qu'à une plus grande progression de la maladie. Cela signifie alors que la personne y ressent davantage de douleur et a une plus grande perte de sa capacité fonctionnelle.[23] On peut aussi remarquer une plus grande présence de ces marqueurs inflammatoires chez les obèses.[20] Un programme d'entraînement de 12 semaines chez des femmes obèses avec de l'arthrose aux genoux a démontré une diminution de l'IL-6 et de la TNF-α. La diminution de ces cytokines inflammatoires était associée à une amélioration de la force des muscles extenseurs du genou.[23] Cela suggère donc que l'activité physique a un impact positif en réduisant l'inflammation systémique causée par la dégénérescence articulaire.

L'entraînement musculaire est reconnu pour entraîner une diminution de la douleur chez la population atteinte d'arthrose. Un programme musculaire de faible résistance de 8 semaines chez des personnes avec de l'arthrose légère à modérée du genou a démontré plusieurs bénéfices.[24] La force musculaire des muscles fléchisseurs et extenseurs du genou était améliorée, ce qui augmentait la stabilité générale de celui-ci. La douleur qui étaient rapportées par des questionnaires étaient aussi cliniquement réduites chez les participants et et la capacité fonctionnelle améliorée. La vitesse de marche testée sur différentes surfaces, qui augmentaient la demande en équilibre et en proprioception était aussi améliorée. L'entraînement en résistance de plus haute intensité accentuerait encore plus les effets bénéfiques déjà observés par l'entraînement en résistance de basse intensité chez cette population.[24]

Les activités aquatiques représentent une bonne option pour les gens avec de l'arthrose sévère. Elles sont intéressantes pour ceux qui ressentent de la douleur lors d'activités effectuées comme la marche, qui nécessite de transporter son propre poids de corps.[7] En piscine, l'eau permet de réduire les forces appliquées sur les articulations et permet à la personne d'être en mouvement pour une plus longue période. La personne peut alors travailler davantage sur son équilibre et faire bouger les différentes articulations dans toutes leurs amplitudes de mouvement. Bien qu'elle entraîne de moins grands bénéfices à la condition cardiovasculaire de la personne, les activités aquatiques permettent tout de même de réduire la douleur et d'améliorer la capacité fonctionnelle.[25]

Les exercices de flexibilité et d'amplitude de mouvement visant les articulations touchées par l'arthrose et les muscles qui y sont rattachées permettent de réduire la douleur articulaire et d'améliorer l'amplitude de mouvement de ces articulations.[5]

En entraînant des périodes d'instabilité, les exercices d'équilibre et de proprioception permettent d'améliorer le contrôle postural et de réduire le risque de chutes chez les personnes atteintes d'arthrose du genou.[26] Une faiblesse musculaire ainsi que des dommages aux tendons, ligaments et à la capsule articulaire entraînent une diminution de la proprioception. Des exercices d'équilibre à une jambe ou d'agilité sous différentes contraintes stimulent la transmission de messages des muscles et articulations vers le cerveau, ce qui a comme impact d'améliorer la stabilité et de réduire la douleur.[7] Ces exercices permettent d'améliorer la force des extenseurs du genou[26] et la santé articulaire, tout en réduisant la progression de l'arthrose.[27]

Il est alors important de retenir que pour obtenir ces bénéfices, la pratique d'activité physique régulière est importante. Cependant, il est tout de même possible d'avoir une diminution de la douleur reliée à l'arthrose après seulement une séance d'activité physique modérée.[28]

9 Notes[modifier | w]

  1. La fréquence cardiaque de réserve correspond à la fréquence cardiaque maximale à laquelle il faut soustraire la fréquence cardiaque de repos. Ainsi, la formule pour calculer la fréquence cardiaque cible est: FC cible = %(FC maximale - FC repos) + FC repos.

10 Références[modifier | w]

  1. Agence de la santé publique du Canada. (2010). Vivre avec l'arthrite au Canada: Un défi de santé personnel et de  santé publique. [PDF] : https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/migration/phac-aspc/cd-mc/arthritis-arthrite/lwaic-vaaac-10/pdf/arthritis-2010-fra.pdf
  2. 2,0 2,1 et 2,2 (en) Sharon L. Kolasinski, Tuhina Neogi, Marc C. Hochberg et Carol Oatis, « 2019 American College of Rheumatology/Arthritis Foundation Guideline for the Management of Osteoarthritis of the Hand, Hip, and Knee », Arthritis Care & Research, vol. 72, no 2,‎ , p. 149–162 (ISSN 2151-464X et 2151-4658, DOI 10.1002/acr.24131, lire en ligne)
  3. Agence de la santé publique du Canada. (2020). L'arthrose au Canada. [PDF]: https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/documents/services/publications/diseases-conditions/osteoarthritis/arthrose-fiche-renseignements.pdf
  4. (en) R. Birtwhistle, R. Morkem, G. Peat et T. Williamson, « Prevalence and management of osteoarthritis in primary care: an epidemiologic cohort study from the Canadian Primary Care Sentinel Surveillance Network », CMAJ Open, vol. 3, no 3,‎ , E270–E275 (ISSN 2291-0026, PMID 26442224, Central PMCID PMC4593417, DOI 10.9778/cmajo.20150018, lire en ligne)
  5. 5,00 5,01 5,02 5,03 5,04 5,05 5,06 5,07 5,08 5,09 5,10 5,11 5,12 5,13 et 5,14 American College of Sports Medicine. (2020). ACSM's guidelines for exercise testing and prescription. Lippincott Williams & Wilkins.
  6. 6,0 et 6,1 (en) Sharon L. Kolasinski, Tuhina Neogi, Marc C. Hochberg et Carol Oatis, « 2019 American College of Rheumatology/Arthritis Foundation Guideline for the Management of Osteoarthritis of the Hand, Hip, and Knee », Arthritis Care & Research, vol. 72, no 2,‎ , p. 149–162 (ISSN 2151-464X et 2151-4658, DOI 10.1002/acr.24131, lire en ligne)
  7. 7,0 7,1 7,2 7,3 7,4 7,5 7,6 7,7 et 7,8 American College of Sports Medicine. (2019). ACSM's Clinical exercise physiology. Lippincott Williams & Wilkins.
  8. Tammy C. Hoffmann, Chris G. Maher, Tom Briffa et Catherine Sherrington, « Prescribing exercise interventions for patients with chronic conditions », Canadian Medical Association Journal, vol. 188, no 7,‎ , p. 510–518 (ISSN 0820-3946 et 1488-2329, DOI 10.1503/cmaj.150684, lire en ligne)
  9. (en) E. Roddy, « Evidence-based recommendations for the role of exercise in the management of osteoarthritis of the hip or knee--the MOVE consensus », Rheumatology, vol. 44, no 1,‎ , p. 67–73 (ISSN 1460-2172, DOI 10.1093/rheumatology/keh399, lire en ligne)
  10. Amber M. H. Gaught et Kevin A. Carneiro, « Evidence for Determining the Exercise Prescription in Patients With Osteoarthritis », The Physician and Sportsmedicine, vol. 41, no 1,‎ , p. 58–65 (ISSN 0091-3847, PMID 23445861, DOI 10.3810/psm.2013.02.2000, lire en ligne)
  11. 11,0 11,1 et 11,2 « Exercising with Osteoarthritis », sur exerciseismedecine.org, (consulté le 16 février 2022)
  12. 12,0 12,1 12,2 12,3 et 12,4 (en) Kim L. Bennell et Rana S. Hinman, « A review of the clinical evidence for exercise in osteoarthritis of the hip and knee », Journal of Science and Medicine in Sport, vol. 14, no 1,‎ , p. 4–9 (DOI 10.1016/j.jsams.2010.08.002, lire en ligne)
  13. (en) T Cochrane, R Davey et S Matthes Edwards, « Randomised controlled trial of the cost-effectiveness of water-based therapy for lower limb osteoarthritis », Health Technology Assessment, vol. 9, no 31,‎ (ISSN 1366-5278 et 2046-4924, DOI 10.3310/hta9310, lire en ligne)
  14. R. Altman, E. Asch, D. Bloch et G. Bole, « Development of criteria for the classification and reporting of osteoarthritis: Classification of osteoarthritis of the knee », Arthritis & Rheumatism, vol. 29, no 8,‎ , p. 1039–1049 (ISSN 0004-3591 et 1529-0131, DOI 10.1002/art.1780290816, lire en ligne)
  15. 15,0 et 15,1 Marlene Fransen, Sara McConnell, Alison R Harmer et Martin Van der Esch, « Exercise for osteoarthritis of the knee », Cochrane Database of Systematic Reviews,‎ (ISSN 1465-1858, DOI 10.1002/14651858.cd004376.pub3, lire en ligne)
  16. (en) Lucie Brosseau, Ka Yonge, Vivian Welch et S Marchand, « Thermotherapy for treatment of osteoarthritis », Cochrane Database of Systematic Reviews,‎ (PMID 14584019, Central PMCID PMC6669258, DOI 10.1002/14651858.CD004522, lire en ligne)
  17. C McCarthy, P Mills, R Pullen et G Richardson, « Supplementation of a home-based exercise programme with a class-based programme for people with osteoarthritis of the knees: a randomised controlled trial and health economic analysis », Health Technology Assessment, vol. 8, no 46,‎ (ISSN 1366-5278 et 2046-4924, DOI 10.3310/hta8460, lire en ligne)
  18. (en) Siew-Li Goh, Monica S. M. Persson, Joanne Stocks et Yunfei Hou, « Relative Efficacy of Different Exercises for Pain, Function, Performance and Quality of Life in Knee and Hip Osteoarthritis: Systematic Review and Network Meta-Analysis », Sports Medicine, vol. 49, no 5,‎ , p. 743–761 (ISSN 1179-2035, PMID 30830561, Central PMCID PMC6459784, DOI 10.1007/s40279-019-01082-0, lire en ligne)
  19. (en) Marlene Fransen, Sara McConnell, Gabriela Hernandez-Molina et Stephan Reichenbach, « Exercise for osteoarthritis of the hip », Cochrane Database of Systematic Reviews,‎ (DOI 10.1002/14651858.CD007912.pub2, lire en ligne)
  20. 20,0 20,1 et 20,2 Timothy M. Griffin et Farshid Guilak, « The Role of Mechanical Loading in the Onset and Progression of Osteoarthritis », Exercise and Sport Sciences Reviews, vol. 33, no 4,‎ , p. 195–200 (ISSN 0091-6331, DOI 10.1097/00003677-200510000-00008, lire en ligne)
  21. Stephen P. Messier, David J. Gutekunst, Cralen Davis et Paul DeVita, « Weight loss reduces knee-joint loads in overweight and obese older adults with knee osteoarthritis », Arthritis & Rheumatism, vol. 52, no 7,‎ , p. 2026–2032 (ISSN 0004-3591 et 1529-0131, DOI 10.1002/art.21139, lire en ligne)
  22. A.D. Pearle, C.R. Scanzello, S. George et L.A. Mandl, « Elevated high-sensitivity C-reactive protein levels are associated with local inflammatory findings in patients with osteoarthritis », Osteoarthritis and Cartilage, vol. 15, no 5,‎ , p. 516–523 (ISSN 1063-4584, DOI 10.1016/j.joca.2006.10.010, lire en ligne)
  23. 23,0 et 23,1 Kendal Marriott, Jaclyn Chopp-Hurley, Dessi Loukov et Sarah Karampatos, « Muscle strength gains after strengthening exercise explained by reductions in serum inflammation in women with knee osteoarthritis », Clinical Biomechanics, vol. 86,‎ , p. 105381 (ISSN 0268-0033, DOI 10.1016/j.clinbiomech.2021.105381, lire en ligne)
  24. 24,0 et 24,1 Mei-Hwa Jan, Jiu-Jeng Lin, Jiann-Jong Liau et Yeong-Fwu Lin, « Investigation of Clinical Effects of High- and Low-Resistance Training for Patients With Knee Osteoarthritis: A Randomized Controlled Trial », Physical Therapy, vol. 88, no 4,‎ , p. 427–436 (ISSN 0031-9023 et 1538-6724, DOI 10.2522/ptj.20060300, lire en ligne)
  25. (en) T Cochrane, R Davey et S Matthes Edwards, « Randomised controlled trial of the cost-effectiveness of water-based therapy for lower limb osteoarthritis », Health Technology Assessment, vol. 9, no 31,‎ (ISSN 1366-5278 et 2046-4924, DOI 10.3310/hta9310, lire en ligne)
  26. 26,0 et 26,1 Chu-Yang Zeng, Zhen-Rong Zhang, Zhi-Ming Tang et Fu-Zhou Hua, « Benefits and Mechanisms of Exercise Training for Knee Osteoarthritis », Frontiers in Physiology, vol. 12,‎ (ISSN 1664-042X, DOI 10.3389/fphys.2021.794062, lire en ligne)
  27. « Editorial Board », International Journal of Surgery Protocols, vol. 24,‎ , i–ii (ISSN 2468-3574, DOI 10.1016/s2468-3574(20)30037-1, lire en ligne)
  28. Lucie Brosseau, Lucie Pelland, George Wells et Lynn Macleay, « Efficacy of Aerobic Exercises For Osteoarthritis (part II): A Meta-analysis », Physical Therapy Reviews, vol. 9, no 3,‎ , p. 125–145 (ISSN 1083-3196 et 1743-288X, DOI 10.1179/108331904225005061, lire en ligne)