Utilisateur:Charles-Éric Noël Laflamme/Brouillons/Maltraitance envers les aînés

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche

1 Introduction[modifier | w]

La maltraitance des personnes âgées est un problème courant avec des considérations psychosociales et médicales complexes. En général, la maltraitance des personnes âgées est considérée comme une action directe, une inaction ou une négligence envers une personne âgée qui lui fait du mal ou la met en danger, soit par une personne en position de confiance présumée, soit par une personne extérieure ciblant la victime en fonction de son âge ou handicap.[1][2][3] La maltraitance des personnes âgées se décompose en cinq catégories. Ces catégories comprennent la violence physique, la violence psychologique ou émotionnelle, la violence sexuelle, l'exploitation financière et la négligence. [4][5][6] Alors que la violence envers les aînés est décrite dans des catégories, les victimes souffrent souvent de plusieurs formes de violence simultanément.

La maltraitance physique des personnes âgées consiste en une force physique intentionnelle pour infliger de la douleur, causer une déficience ou blesser la victime. Les exemples incluent: frapper, retenir une personne de manière inappropriée, tirer les cheveux, nourrir de force une personne, pincer, pousser et tout autre mécanisme utilisé intentionnellement pour causer des dommages physiques.[5][4][7]

La violence psychologique ou émotionnelle englobe les menaces verbales de préjudice, le harcèlement, l'intimidation, les cris, l'isolement d'une personne ou le traitement d'une personne âgée comme un enfant. Cet abus peut conduire la personne âgée à être déprimée, anxieuse, à se retirer des interactions sociales, à vivre dans un état constant de peur et peut la laisser se sentir désespérée.[5][4][7]

L'abus sexuel des personnes âgées est considéré comme un acte sexuel non consensuel lorsque la victime est soit forcée à l'acte contre sa volonté, soit incapable de comprendre ou de consentir à l'acte sexuel. [5][4] Les exemples d'abus sexuels incluent le viol, la nudité forcée, la photographie explicite, de manière inappropriée s'exposer à la victime et avoir des contacts non désirés.[5][4] En cas de suspicion d'abus sexuel non identifié et sous-signalé plus fréquemment que d'autres formes d'abus. Cet écart est vraisemblablement multifactoriel, y compris les fausses perceptions de la société sur la sexualité chez les personnes âgées et les obstacles à la victime qui dénonce les violences.[8][7]

La négligence est unique en ce qu'elle peut être intentionnelle ou involontaire.[9] En général, il s'agit d'un manquement de l'aidant à ses obligations envers la personne âgée. Les formes de négligence comprennent le refus de fournir de la nourriture, de l'eau, des vêtements appropriés, le fait de ne pas donner ou de renouveler les médicaments et le fait de ne pas fournir leurs appareils fonctionnels tels que des prothèses auditives, des lunettes ou des marcheurs. [5][4] La négligence se manifeste souvent par une insuffisance pondérale, une déshydratation hygiène personnelle, vêtements sales, ongles longs ou longs, et peuvent entraîner des complications dues à des conditions médicales mal contrôlées.[4][7]

L’exploitation financière englobe la rétention ou l’utilisation abusive des ressources de la personne âgée, y compris l’argent, les biens et d’autres biens au détriment de la victime ou au profit de l’auteur. Cette forme d'abus peut inclure le vol direct d'actifs, la falsification de la signature de la victime sur des documents ou des chèques, une modification inappropriée d'un testament, un paiement excessif pour des biens ou des services, l'utilisation des actifs de la victime à son insu ou les forcer à apporter des changements financiers qui ne le sont pas. dans leur meilleur intérêt.[5][4][9][7]

La maltraitance des personnes âgées a des effets dévastateurs et coûteux sur la victime et la société dans son ensemble, mais elle est souvent non identifiée ou non signalée.[10][1] Les professionnels de la santé sont dans une position unique pour identifier et intervenir dans la maltraitance des personnes âgées, car ils peuvent être le seul contact d'une personne âgée. À l'extérieur de leur domicile [5][6] Par conséquent, tous les membres de l'équipe de soins de santé doivent être conscients des facteurs de risque et des signes de maltraitance des personnes âgées ainsi que des systèmes en place pour aider les victimes et les familles. [7]


2 Étiologie[modifier | w]

La maltraitance des personnes âgées est un phénomène complexe comportant de nombreux facteurs de risque et facteurs sociétaux à prendre en compte. Celles-ci incluent les caractéristiques des victimes et des agresseurs, les perceptions de la société et les facteurs environnementaux. [4][5][7]

Les caractéristiques des victimes fortement associées à la maltraitance des personnes âgées comprennent une dépendance accrue à l'égard d'un soignant en raison d'une dépendance physique, émotionnelle, psychologique ou financière.[5] Une croyance répandue est que la dépendance accrue à l'égard d'un soignant entraîne un fardeau élevé pour les soignants, qui peut se manifester par de la maltraitance des personnes âgées. [4][5] Les victimes sont aussi parfois résistantes ou incapables de signaler les abus. Cette hésitation peut être secondaire à une incapacité physique ou cognitive, à la peur des représailles ou à l'institutionnalisation, à la gêne, à l'acceptation de la maltraitance comme normale, à la culpabilité personnelle ou au fait de ne pas savoir que de l'aide est disponible.[6][7]

Les caractéristiques de l'agresseur associées à la maltraitance des personnes âgées comprennent la toxicomanie, la normalisation de la violence à travers des expériences de vie antérieures, la dépendance financière à l'égard de la victime, la maladie mentale, les troubles de la personnalité et des antécédents de relation prémorbide tendue avec la personne âgée. il est plus difficile de faire face au fardeau accru des soignants, ce qui peut entraîner des abus. [4][7]

Les facteurs sociétaux et environnementaux incluent des taux de criminalité élevés, qui peuvent normaliser la violence, le manque de ressources communautaires entraînant une pression accrue sur les soignants et les victimes, et la conviction que les personnes âgées ne seront probablement pas victimes de maltraitance.[8] La formation des professionnels de la santé est également insuffisante. sur la façon d'identifier et de gérer les victimes de mauvais traitements envers les aînés de manière appropriée.[10][5] De plus, les soignants, y compris ceux qui travaillent dans les établissements de soins infirmiers, peuvent ne pas avoir une formation adéquate sur la façon de gérer les patients agressifs, comme les résidents atteints de démence. Cette situation peut conduire à des environnements et à des réponses envers les résidents qui perpétuent les abus.[9][7]

3 Épidémiologie[modifier | w]

La maltraitance des personnes âgées est un problème mondial répandu avec une prévalence estimée de 5 à 10% dans la population générale des personnes âgées aux États-Unis. [1][3][4] L'agresseur est souvent quelqu'un que la victime connaît, tel qu'un membre de la famille, un ami, un voisin, un soignant ou personnel des établissements de soins de longue durée ou de soins de santé.[1][6] Parmi les catégories de maltraitance, la négligence, la maltraitance psychologique et l'exploitation financière sont les plus courantes, les violences physiques et sexuelles étant les moins fréquentes. [5] Les personnes âgées atteintes de démence ou d'autres troubles cognitifs sont les plus à risque, avec près de cinq fois le taux de maltraitance des personnes âgées par rapport aux personnes âgées sans démence.[4][5][7]

Les autres groupes dont les niveaux d'abus sont disproportionnellement élevés sont les femmes, les personnes âgées de plus de 80 ans, les minorités, les résidents des établissements de soins de longue durée et les personnes souffrant de comorbidités multiples. En raison de données limitées et contradictoires, il est difficile de déterminer si des facteurs tels que la race, l'appartenance ethnique et le sexe sont des facteurs de risque indépendants de maltraitance une fois corrigés des facteurs de confusion tels que le statut socio-économique et les comorbidités.

Les données démographiques varient selon le type d'abus, les femmes étant beaucoup plus souvent victimes d'abus sexuels que les hommes. [8] La prévalence exacte de la maltraitance des personnes âgées est difficile à déterminer, car on estime que seulement 5% des cas de maltraitance sont signalés. [10][2][9][7]

4 Histoire et physique[modifier | w]

Les antécédents appropriés du patient se concentrent sur l'identification des facteurs de risque de développement de la violence ainsi que sur l'identification des modèles qui peuvent être préoccupants pour la violence active. Une seule question de sélection comme «vous sentez-vous en sécurité à la maison» est beaucoup moins susceptible d'identifier la maltraitance que des outils de questionnement ou de dépistage plus étendus.[4][5][7]

Les signaux d'alarme pour les abus possibles incluent les blessures inexpliquées ou fréquentes, le retard des soins après l'apparition d'une maladie ou d'une blessure, le non-respect du régime médical et l'absence de rendez-vous de suivi. Lorsqu'un sujet de préoccupation est identifié, il est essentiel de poser des questions ciblées en fonction du type d'abus soupçonné. [5] Dans certains cas, il peut être approprié d'obtenir des informations du patient, des membres de la famille, du soignant, des services médicaux d'urgence, des forces de l'ordre. , les services de soins de santé à domicile, la gestion de cas ou le médecin de soins primaires du patient pour identifier les sujets de préoccupation ou les incohérences dans le récit. [5][6][7]

Le soignant doit quitter la pièce pour obtenir des antécédents liés à la maltraitance.[6] La prise d'antécédents doit inclure des facteurs médicaux et psychosociaux spécifiques pour aider à identifier les domaines nécessitant plus de soutien pour prévenir les abus.[4] Les questions doivent être présentées de manière non critique tout en donnant du temps au patient de répondre car ils seront plus susceptibles de se confier à l'enquêteur s'ils se sentent à l'aise.[6][7]

Dans le cas d'une visite aiguë, il est essentiel d'obtenir un historique détaillé du mécanisme de la blessure ou des événements qui ont conduit à leur visite, car l'historique nécessite une comparaison avec les résultats de l'examen pour la congruence. Les membres de la famille et les soignants ne doivent pas être utilisés comme traducteurs en cas de suspicion de maltraitance. [5] L'anamnèse et l'examen doivent être détaillés et objectifs, car ils peuvent ultérieurement faire partie d'une enquête.[7]

Lorsqu'il y a un problème d'abus potentiel, un examen physique complet de la tête aux pieds est nécessaire.[5] L'examen doit inclure l'observation de l'interaction patient-soignant et des maniérismes du patient tels qu'un mauvais contact visuel ou des signes d'anxiété.[6][7]

Les résultats des examens concernant la violence physique sont des ecchymoses à motifs, des marques de morsure, des ecchymoses à différents stades de la guérison, des hémorragies sous-conjonctivales, des blessures intra-orales et des ecchymoses dans des régions suspectes comme les poignets, l'aspect ulnaire des avant-bras, le visage, le cou, les oreilles, le dos, abdomen et autres proéminences non osseuses. [5][6][7]

Les signes physiques de négligence comprennent les patients qui semblent malnutris ou déshydratés, qui portent des vêtements sales, qui ont de longs ongles d'orteils ou de main et la présence d'escarres de pression.[5][6] Des examens génitaux et rectaux détaillés doivent avoir lieu en cas de risque d'abus sexuel. Les résultats des examens qui peuvent causer des abus sexuels comprennent des ecchymoses, des lacérations ou des déchirures, des rougeurs, un gonflement, de l'incontinence et des signes de maladies sexuellement transmissibles telles que drainage, lésions ou odeur nauséabonde.[5][8][7]

5 Évaluation[modifier | w]

L'évaluation doit être dirigée par une anamnèse détaillée et un examen physique, en se concentrant sur le type d'abus suspecté et les blessures constatées. Il est essentiel de prendre en compte les antécédents médicaux du patient, sa capacité fonctionnelle, le mécanisme de la blessure, les résultats de l’examen, les résultats de laboratoire et les résultats d’imagerie pour déterminer si la blessure est suspecte d’abus.[10][11][7]

Contrairement à la maltraitance des enfants, il existe des données limitées pour identifier des schémas radiologiques spécifiques pathognomoniques pour la maltraitance des personnes âgées. Certains résultats radiologiques suggérés comme signes potentiels d'abus comprennent les fractures des côtes postérieures, les fractures de chronicité variable, les fractures de diaphyse ulnaire distale, les fractures du crâne, les hématomes sous-duraux, les hématomes de l'intestin grêle et les fractures à haute énergie dans le cadre d'un mécanisme à faible énergie. les travaux peuvent inclure l'évaluation de la déshydratation, de la malnutrition, de l'infection, des étiologies endocrinologiques, de l'anémie, des coagulopathies et de la rhabdomyolyse. Il serait également pertinent d'obtenir les niveaux de médicaments, lorsque cela est possible, pour voir si le patient a reçu ses médicaments. Un dépistage urinaire des médicaments doit être pris en considération pour identifier la présence de médicaments ou de substances évocateurs d'une intoxication.[5][7]

Si une imagerie est obtenue, il est important de communiquer avec le radiologue. Les choses qui peuvent être utiles pour le radiologue comprennent la connaissance de la capacité fonctionnelle du patient, les antécédents médicaux pertinents et le mécanisme de la blessure pour l'aider à déterminer si la blessure est cohérente avec le mécanisme décrit.[10][7]

Un autre aspect de l’évaluation consiste à déterminer la capacité de l’individu à prendre ses propres décisions. Si une personne a la capacité de prendre ses propres décisions, même dans le cadre de la violence, elle peut rester dans son environnement abusif si elle le souhaite.[5] Les outils de dépistage tels que le mini-examen d'état mental ou l'évaluation rapide de l'orientation ne sont généralement pas suffisants pour déterminer capacité.[4] D'autres outils de dépistage, tels que le test d'évaluation des compétences de Hopkins, doivent être pris en compte car ils sont plus fréquemment corrélés à la détermination de la capacité par un psychiatre.[12][7]

Des outils de dépistage tels que l'indice de suspicion de mauvais traitements envers les aînés ou l'indice de vulnérabilité aux mauvais traitements envers les aînés peuvent également être utiles. Ces outils aident à identifier les personnes âgées actuellement maltraitées ainsi que celles qui risquent de l'être, ce qui peut guider l'utilisation de l'éducation et des ressources. [4][5][3][7]

6 Traitement / Gestion[modifier | w]

Le traitement doit initialement se concentrer sur la correction du problème ou de la blessure aiguë. Cependant, il est essentiel de s'attaquer également aux composantes sociales et psychologiques de la maltraitance des personnes âgées. Les interventions sociales peuvent inclure la coordination des services de santé à domicile, la livraison des repas, le transport pour les rendez-vous, l'aide à la mise en place d'une assurance ou la mise en relation de la personne âgée avec une garderie pour adultes ou un centre pour personnes âgées. [5][7]

Si le patient est en danger immédiat, il est vital de le protéger. Cette action pourrait nécessiter l'implication des forces de l'ordre ou de la sécurité hospitalière, du travail social, de l'équipe juridique de l'hôpital et éventuellement une demande de tutelle d'urgence.[5] Une étape essentielle dans la gestion de la maltraitance des personnes âgées est de signaler l'abus, même s'il n'est que suspecté et pas encore prouvé, car cela déclenche l'implication des agences appropriées, telles que les services de protection des adultes, pour enquêter plus avant sur l'abus et peut amener l'individu à obtenir l'aide dont il a besoin.[7]

La plupart des professionnels de la santé sont qualifiés de déclarants obligatoires de la maltraitance présumée des personnes âgées, bien que les détails varient selon les États. Cependant, de nombreux cas de maltraitance possible envers les aînés ne sont pas signalés. Certaines raisons pour ne pas signaler les abus comprennent la perte de contrôle du médecin, la perte de confiance du patient, les conséquences négatives involontaires, la subtilité des résultats et les représailles des auteurs contre la victime. [13][4][5][7]

7 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Compte tenu de la possibilité de conséquences importantes associées au diagnostic de mauvais traitements envers les aînés, il est important d'envisager des diagnostics alternatifs. Celles-ci incluraient tout ce qui pourrait amener le patient à présenter des comportements indicatifs d'abus ou qui les rendraient plus susceptibles de développer des résultats d'examen ou d'imagerie à partir d'une étiologie non abusive. Par exemple, un patient atteint de malignité, de dépression, de troubles métaboliques, d'infection, de maladie endocrinologique, de toxicomanie, de démence ou de problèmes dentaires peut montrer des signes de négligence tels qu'une déshydratation ou une perte de poids, être retiré, déprimé ou anxieux apparaissant.[14] De plus, l'utilisation d'anticoagulants, les tumeurs malignes, l'alitement prolongé, l'amincissement de la peau et l'ostéopénie peuvent entraîner des fractures et des ecchymoses, qui pourraient être faussement attribuées à des abus physiques.[15][11][5][7]

8 Pronostic[modifier | w]

La maltraitance des personnes âgées est importante pour identifier et intervenir rapidement non seulement pour atténuer les effets physiques et psychosociaux persistants, mais pour prévenir les effets à long terme. La maltraitance des personnes âgées est associée à une augmentation significative de la morbidité et de la mortalité.

9 Complications[modifier | w]

La maltraitance des personnes âgées a des complications pour les victimes, les soignants et la société dans son ensemble. Pour la victime, il a été démontré qu'il entraînait des problèmes de santé physique et mentale, le SSPT, une maladie chronique mal contrôlée, des factures médicales élevées, une diminution de la qualité de vie, une rupture de confiance ou de la qualité des relations, et même un décès prématuré.

Les soignants peuvent souffrir du lourd fardeau des soins, de la perte de productivité, de la perte de la capacité de travailler et des contraintes financières lorsqu'ils s'occupent de la personne âgée.[1] Il existe également des complications importantes pour la société, y compris le coût direct de la prestation de soins, la charge pesant sur les établissements de soins infirmiers et l'utilisation des ressources communautaires, juridiques et d'application de la loi. [1][5][7]

10 Dissuasion et éducation des patients[modifier | w]

Un aspect difficile du contrôle de la maltraitance des aînés est qu'elle est souvent non identifiée et sous-déclarée. Les campagnes visant à réduire la maltraitance des personnes âgées devraient se concentrer sur l'éducation des travailleurs de la santé, des soignants, des patients et de la communauté sur la prévalence, les facteurs de risque et les signes de maltraitance des personnes âgées ainsi que sur les ressources disponibles pour aider. L'amélioration des ressources communautaires est également nécessaire pour mieux soutenir les victimes et les familles. [4][7]

Identifier et minimiser les facteurs de risque ainsi que fournir un soutien aux familles pourraient aider à réduire la prévalence de la maltraitance et, par la suite, à réduire le fardeau des services médicaux d'urgence, des hôpitaux, des frais de soins médicaux et du besoin de placement dans un établissement de soins de longue durée. [4][7]

Les établissements de soins de longue durée peuvent minimiser le risque de maltraitance en évitant le manque de personnel, en créant un environnement calme, en faisant se sentir apprécié le personnel et en éduquant davantage le personnel sur la façon de gérer les résidents difficiles ou agressifs.[9][7]

11 Amélioration des résultats de l'équipe de soins[modifier | w]

Bien que la maltraitance des personnes âgées soit répandue et ait de graves conséquences, elle est rarement détectée. Il est important de détecter et d'intervenir rapidement, car les retards peuvent entraîner une augmentation de la morbidité et de la mortalité.[2][7]

Lorsqu'un membre soupçonne des mauvais traitements infligés à un aîné par l'équipe de soins, il faut agir et en faire rapport pour mobiliser des ressources pour la victime. Cette action n'est pas seulement une obligation morale, mais la plupart des États considèrent les médecins, les psychologues, le personnel d'application de la loi et les infirmières comme tous les signaleurs obligatoires de maltraitance présumée envers les aînés.

Il doit y avoir une collaboration et une communication claire entre les premiers intervenants, les forces de l'ordre, les infirmières, les médecins, le travail social, la gestion de cas, l'administration de l'hôpital et l'équipe juridique de l'hôpital. Les infirmières jouent également un rôle crucial dans l'identification des abus car elles sont susceptibles de passer le plus de temps avec le patient et sa famille. Les patients pouvaient confier à l'infirmière quelque chose qu'ils ne voulaient pas dire au médecin. L'infirmière peut également prendre note des interactions tendues entre le patient et le soignant ou des résultats d'examens supplémentaires tout en aidant à prendre un bain, à aller aux toilettes ou à effectuer des procédures telles que la pose d'un cathéter urinaire.

Les travailleurs sociaux et la gestion de cas font également partie intégrante de l'équipe. Ils peuvent identifier des facteurs de risque non médicaux d'abus qui n'ont pas été initialement appréciés et peuvent aider à organiser les ressources et le soutien pour le patient et sa famille. -up et surveillance après le retour du patient à la maison. [6][4][9][7]

Une approche globale et interprofessionnelle est nécessaire pour identifier et gérer efficacement les complexités médicales, psychosociales et sociétales de la maltraitance des personnes âgées. En augmentant la sensibilisation et en travaillant en équipe interdisciplinaire, nous espérons commencer à courber la prévalence de la maltraitance des personnes âgées et à fournir de meilleurs soins aux patients plus âgés.

12 Questions[modifier | w]

Pour accéder à des questions à choix multiples gratuites sur ce sujet, cliquez ici.[7]

!
Cette page a besoin de vous !