Utilisateur:Antoine Mercier-Linteau/Brouillons/Bronchite aiguë

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Bronchite aiguë
Maladie
Caractéristiques
Signes Subfébrile, Aucun signe clinique , Sibilances , Rhonchie
Symptômes
Malaise, Dyspnée , Expectorations, Fièvre , Douleur thoracique , Toux , Inconfort thoracique, Prodrome
Diagnostic différentiel
Embolie pulmonaire, Insuffisance cardiaque, Maladie pulmonaire obstructive chronique, Asthme, Bronchiolite, Coqueluche, Infection des voies respiratoires supérieures, COVID-19, Pneumonie acquise en communauté, Influenza, Reflux gastro-œsophagien, Exacerbation de l'asthme, Exacerbation aiguë de la maladie pulmonaire obstructive chronique
Informations
Terme anglais Acute bronchitis
Spécialités Pneumologie, médecine familiale

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial


La bronchite aiguë est une maladie caractérisée par une inflammation aiguë des bronches et des bronchioles.[1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Aux États-Unis, on estime que chaque année, 5 % de la population générale signale un épisode de bronchite aiguë, ce qui représente plus de 10 millions de visites par an.[2]

Comme la plupart des maladies virales des voies respiratoires, la bronchite aiguë est fréquente pendant la saison grippale, soit en automne et en hiver.[3]

2 Étiologies[modifier | w]

Étiologies[4]
Catégorie Pathogène
Virale (> 90 %)
Bactérienne (< 10 %)
Autre[3]

3 Physiopathologie[modifier | w]

La bronchite aiguë est le résultat d'une inflammation aiguë des bronches secondaire à divers déclencheurs, le plus souvent une infection virale. L'inflammation de la paroi bronchique entraîne un épaississement de la muqueuse, une desquamation des cellules épithéliales et une dénudation de la membrane basale[5].

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Les facteurs de risque sont[3]:

4.2 Questionnaire[modifier | w]

Les symptômes de la bronchite aiguë sont[4] :

Envisager une infection à B. pertussis (coqueluche) si plus d’un de ces facteurs sont présents[4] :

  • une toux coqueluchoïde (aboyante, chant de coq)
  • une toux durant > 3 semaines
  • des vomissements (causés par la toux)
  • une exposition à la coqueluche
  • un patient non vacciné contre la coqueluche.

4.3 Examen clinique[modifier | w]

L'examen clinique permet d'objectiver les signes suivants[4][6]:

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Aucun examen paraclinique n'est généralement recommandée pour diagnostiquer la bronchite aiguë[4]:

6 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le diagnostic différentiel de la maladie est[6] :

7 Traitement[modifier | w]

7.1 Traitement symptomatique[modifier | w]

Traitement[4]
Médicament Description
Analgésique / antipyrétique
  • L'acétaminophène et les AINS sont recommandés pour le traitement de la fièvre et des douleurs en lien avec la bronchite.
Antitussifs Dextrométhorphane (DM)
  • Adultes: 30 mg PO q6-8h PRN
  • Effet bénéfique modeste sur la fréquence de la toux (diminution de 19 à 36%)[2].
Chlophédianol
  • Adultes: 25 mg PO tid - qid PRN
  • Efficacité modeste (mais peu établie).
Codéine, morphine, norméthadone, hydrocodone
  • Non recommandé en raison d’un manque de preuve d'efficacité ou d’un manque de données scientifiques de bonne qualité, ainsi que d’un risque élevé d’effets indésirables
  • Pourraient être proposés aux patients avec une toux sévère affectant leur état fonctionnel ou leur sommeil.
    • Limiter à DIE ou HS pour une durée restreinte.
Expectorant
  • L’absence de données scientifiques de bonne qualité ne permet pas de recommander l’usage d’expectorant (guaifenesin) de routine.
  • Peut être utile chez les patients présentant une toux avec expectorations (efficacité de nulle à modeste).
Bronchodilatateur
  • Généralement non recommandé.
  • Une réduction de la durée de la toux semble être notée chez les patients présentant des limitations dans leur fonction respiratoire (p. ex. sibilances) ou une MPOC / asthme sous-jacente.
Corticostéroïdes (inhalés ou oraux)
  • Le manque de données scientifiques de bonne qualité ne permet pas de recommander l’usage des corticostéroïdes en absence d’asthme.

7.2 Antibiothérapie[modifier | w]

Le traitement antibiotique n’est généralement pas recommandé pour un individu en santé atteint de bronchite aiguë.

L’efficacité des antibiotiques est très modeste. Lorsque le traitement antibiotique est comparé au traitement placebo, il est observé [4]:

  • une diminution moyenne de :
    • 0,5 jour de la durée de la toux
    • 0,5 jour d’activité perdu
  • une augmentation de 20 % des effets indésirables.

En présence de:

  • comorbidités majeures
  • persistance de la toux (> 3 semaines)
  • âge ≥ 75 ans

Un antibiotique pourrait être suggéré selon le jugement clinique et en considérant les risques d’effets indésirables et d’interactions médicamenteuses[4].

Antibiotique Posologie
Clarithromycine 500 mg PO BID x 5 jours
Clarithromycine XL 1000 mg PO DIE x 5 jours
Azithromycine[note 5][8] 500 mg PO DIE le 1er jour puis 250 mg PO DIE du 2e au 5e jour
Doxycycline 100 mg PO BID x 7 jours

7.3 Consultation en pneumologie[modifier | w]

Diriger le patient vers le pneumologue s’il y a [4]:

  • persistance de la toux au-delà de 6 semaines et après l'essai d'au moins une thérapie
  • plus de 3 bronchites aiguës dans l’année.

8 Complications[modifier | w]

Les complications potentielles sont :

9 Suivi[modifier | w]

Réévaluer s'il y a persistance de la toux après 3 semaines ou aggravation[4].

10 Évolution[modifier | w]

La bronchite aiguë guérit généralement en moins de 4 semaines[4]. La durée médiane des symptômes est de 18 jours.[6]

11 Prévention[modifier | w]

La prévention se fait comme suit[4] :

  • hygiène régulière des mains et étiquette respiratoire
  • vaccination annuelle contre l’influenza.

12 Notes[modifier | w]

  1. Une toux répétitive peut occasionner des douleurs thoraciques.
  2. Leur présence chez des individus atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique pourrait nécessiter un traitement pour une EAMPOC.
  3. La présentation des pneumonies peut être plus frustre dans cette population.
  4. 33% des patients avec une exacerbation d'asthme vont avoir comme diagnostic un bronchite aiguë
  5. Un risque significativement plus bas d’émergences de résistance aux macrolides lors de l’usage de la clarithromycine en comparaison avec l’azithromycine.

13 Références[modifier | w]

  1. « Bronchite aiguë », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  2. 2,0 et 2,1 Sidney S. Braman, « Chronic cough due to acute bronchitis: ACCP evidence-based clinical practice guidelines », Chest, vol. 129, no 1 Suppl,‎ , p. 95S–103S (ISSN 0012-3692, PMID 16428698, Central PMCID 7094612, DOI 10.1378/chest.129.1_suppl.95S, lire en ligne)
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 3,6 3,7 et 3,8 Anumeha Singh, Akshay Avula et Elise Zahn, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 28846312, lire en ligne)
  4. 4,00 4,01 4,02 4,03 4,04 4,05 4,06 4,07 4,08 4,09 4,10 4,11 et 4,12 « Bronchite aiguë », sur INESSS, (consulté le 6 juin 2022)
  5. Richard P. Wenzel et Alpha A. Fowler, « Clinical practice. Acute bronchitis », The New England Journal of Medicine, vol. 355, no 20,‎ , p. 2125–2130 (ISSN 1533-4406, PMID 17108344, DOI 10.1056/NEJMcp061493, lire en ligne)
  6. 6,0 6,1 6,2 6,3 et 6,4 (en-US) Scott Kinkade et Natalie A. Long, « Acute Bronchitis », American Family Physician, vol. 94, no 7,‎ , p. 560–565 (lire en ligne)
  7. Sidney S. Braman, « Chronic cough due to acute bronchitis: ACCP evidence-based clinical practice guidelines », Chest, vol. 129, no 1 Suppl,‎ , p. 95S–103S (ISSN 0012-3692, PMID 16428698, Central PMCID 7094612, DOI 10.1378/chest.129.1_suppl.95S, lire en ligne)
  8. Otto G. Vanderkooi, Donald E. Low, Karen Green et Jeff E. Powis, « Predicting antimicrobial resistance in invasive pneumococcal infections », Clinical Infectious Diseases: An Official Publication of the Infectious Diseases Society of America, vol. 40, no 9,‎ , p. 1288–1297 (ISSN 1537-6591, PMID 15825031, DOI 10.1086/429242, lire en ligne)
  9. Opinion d'expert (Utilisateur:Antoine Mercier-Linteau) [2022-12-26] Basé sur mon expérience clinique
  10. Parita Soni, Anand Rai, Nidhi Aggarwal et Stephan Kamholz, « Enterovirus-Human Rhinovirus: A Rare Cause of Acute Respiratory Distress Syndrome », Journal of Investigative Medicine High Impact Case Reports, vol. 5, no 3,‎ , p. 2324709617728526 (ISSN 2324-7096, PMID 28904980, Central PMCID 5588805, DOI 10.1177/2324709617728526, lire en ligne)