Utilisateur:Alexandre Beaulac/Brouillons/Zona

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Zona
Maladie
Caractéristiques
Signes Signe clinique, Signe clinique 1, Signe clinique 2
Symptômes
Symptôme, Élément d'histoire 1
Diagnostic différentiel
Diagnostic différentiel
Informations
Wikidata ID Q182155

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

La section obligatoire Définition ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section contient la définition du concept et devrait se résumer à quelques phrases au maximum : il ne s'agit pas d'une introduction. S'il existe des pages alternatives ou des nuances qui seraient susceptibles d'intéresser le lecteur, elles seront mentionnées dans cette section avec des liens. Le format attendu est le texte.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Une erreur fréquente est de mettre des signes, des symptômes et le traitement dans l'introduction. Dans un soucis de concision, et considérant que votre page sera consultée autant sur ordinateur que sur les téléphones intelligents, la définition sert à définir à la manière d'un dictionnaire.
Exemple:
 
L'appendicite est l'inflammation et l'infection de l'appendice.

Le zona est communément appelé zona. Il s'agit d'une maladie virale causée par la réactivation du virus varicelle-zona qui reste dormant dans les ganglions sensoriels du nerf crânien ou les ganglions de la racine dorsale après une infection varicelleuse antérieure. La varicelle est communément appelée varicelle; il survient chez les enfants tandis que le zona survient chez les adultes ou les personnes âgées.[1][2][3][4]

On pense que le zona est dû à l'échec du système de défense immunitaire à contrôler la réplication latente du virus. L'incidence du zona est fortement corrélée au statut immunitaire. Les personnes qui maintiennent un haut niveau d'immunité développent rarement un zona. L'infection n'est pas bénigne et peut se présenter de plusieurs façons. Même après la disparition de l'herpès zoster, de nombreux patients continuent de souffrir de douleurs modérées à sévères appelées névralgies post-zostériennes.[4]

1 Épidémiologie[modifier | w]

La section facultative Épidémiologie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section contient les données épidémiologiques sur la maladie (ex. incidence, prévalence, coûts en hospitalisation, proportion d'hommes-femmes, régions où la prévalence est plus élevée, etc.). Chaque donnée épidémiologique doit être appuyée par une référence. Idéalement, des statistiques canadiennes et québécoises sont mentionnées lorsque disponibles.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Les facteurs de risque ne sont pas présentés ici, mais bien dans la sous-section Facteurs de risque (Présentation clinique). Le pronostic et l'évolution naturelle de la maladie sont décrits dans la section Évolution.
Exemple:
 
La FRP est une maladie relativement rare qui affecte le plus souvent les patients âgés de 40 à 60 ans. Une prédominance masculine est observée avec un ratio H : F estimé à environ 2:1 ou 3:1. L'incidence de la FRP est inconnue, mais est estimée à 1 pour 200 000 à 500 000 par an.

L'incidence du zona varie de 1,2 à 3,4 pour 1000 personnes par an chez les jeunes individus en bonne santé, tandis que l'incidence est de 3,9 à 11,8 pour 1000 personnes par an chez les patients de plus de 65 ans. Il n'y a pas de variation saisonnière observée avec l'herpès zoster.[4]

Les récidives sont plus fréquentes chez les patients immunodéprimés.[4]

2 Étiologies[modifier | w]

La section facultative Étiologies ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section décrit les étiologies de la maladie, c'est-à-dire ce qui cause la maladie (ex. le diabète de type 2 cause la néphropathie diabétique). Les étiologies doivent être identifiées avec le modèle Étiologies.
Formats:Texte, Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Étiologie
Commentaires:
 
  • Attention ! Les facteurs de risque et les étiologies d'une maladie ne sont pas synonymes. Les étiologies sont ce qui causent la maladie, alors que les facteurs de risque prédisposent. Prenons l'exemple de l'infarctus du myocarde. Parmi les étiologies de l'infarctus du myocarde, on retrouve la thrombose coronarienne, la dissection coronarienne et le vasospasme. Parmi les facteurs de risque de l'infarctus du myocarde, on retrouve le diabète, l'hypertension artérielle, la sédentarité, l'obésité, le tabagisme, etc.
  • Le format attendu est le texte, la liste à puce ou le tableau. S'il y a quelques étiologies, le format texte est à privilégier. S'il y a de multiples étiologies, la liste à puce est à privilégier, précédée par une courte phrase introductive suivie d'un deux-points. S'il y a des catégories d'étiologies avec de multiples étiologies, le tableau est à privilégier. Bref, si vous considérez que la structure est trop complexe, souvent le tableau est l'idéal. Sinon, privilégiez les formats simples, car l'affichage est meilleur pour les téléphones intelligents en format texte et liste à puce.
  • Si disponible, il est intéressant d'ajouter la fraction étiologique à l'intérieur du modèle Facteur de risque.
Exemple:
 
Parmi les étiologies les plus courantes d'occlusion de l'intestin grêle, on retrouve :
  • les adhérences post-chirurgicales [Étiologie] (la plus fréquente)
  • les néoplasies abdominales [Étiologie]
  • les hernies incarcérées [Étiologie]
  • les maladies inflammatoires de l'intestin [Étiologie] (Crohn)
  • l'impaction fécale [Étiologie]
  • les corps étrangers [Étiologie]
  • les abcès intra-péritonéaux [Étiologie]
  • le volvulus [Étiologie].
Les étiologies de l'infarctus du myocarde comprennent la thrombose coronarienne [Étiologie], la dissection coronarienne [Étiologie] et le vasospasme coronarien [Étiologie].

Les étiologies sont :

Lors de la réactivation, le virus se réplique dans les corps cellulaires neuronaux et les virions se détachent des cellules qui sont transportées par le nerf jusqu'à la zone de peau innervée par ce ganglion. Dans la peau, le virus provoque une inflammation locale et des cloques. La douleur causée par le zona est due à une inflammation des nerfs touchés par le virus.[5][6][7][4]

Les déclencheurs du zona incluent[4]


  • Stress émotionnel
  • Utilisation de médicaments (immunosuppresseurs)
  • Maladie aiguë ou chronique
  • Exposition au virus
  • Présence d'une tumeur maligne[4]

3 Physiopathologie[modifier | w]

La section facultative Physiopathologie ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: La physiopathologie traite des mécanismes biologiques qui conduisent à l'apparition d'une maladie.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
L'histopathologie doit figurer dans la section Examen paraclinique, et non dans la section physiopathologie.
Exemple:
 
Le VIP est une neurohormone composée de 28 acides aminés et appartenant à la famille des sécrétines-glucagon. Il est produit dans le système nerveux central ainsi que dans les neurones des voies gastro-intestinales, respiratoires et urogénitales. Il agit, via l'expression d'adénylate cyclase cellulaire (AMPc), à titre de vasodilatateur et de régulateur de l'activité des muscles lisses, de stimulateur de la sécrétion d'eau et d'électrolytes par le tractus intestinal, d'inhibiteur de la sécrétion d'acide gastrique et de promoteur du flux sanguin principalement dans le tractus gastro-intestinal. L'ensemble de ces éléments peuvent entraîner une hypokaliémie, une hyperglycémie, une hypomagnésémie et une hypercalcémie qui sont habituellement responsables de la présentation clinique.

Les lésions cutanées du zona produisent une prolifération de cellules T spécifiques du virus varicelle-zona, tandis que la production d'interféron alfa conduit à la résolution du zona. Chez les patients immunocompétents, des anticorps spécifiques (IgG, IgM et IgA) apparaissent plus rapidement et atteignent des titres plus élevés lors de la réactivation (herpès zoster) que lors de la primo-infection, provoquant une immunité à médiation cellulaire renforcée et durable contre le virus varicelle-zona. UNIQréf0000000F-QINU`"'?

L'atteinte dermatologique est centripète et fait suite à un dermatome. Dans la plupart des cas, ce sont les racines lombaires et cervicales qui sont atteintes alors que l'atteinte motrice est rare. L'infection est contagieuse pour les personnes qui n'ont pas d'immunité antérieure contre la varicelle-zona, cependant, les taux de transmission sont faibles. Le virus peut être transmis soit par contact direct avec la peau, soit par inhalation de gouttelettes infectées.[4]

Il est important de savoir que les infections herpétiques peuvent également survenir en même temps. L'herpès simplex, le CMV, l'EBV et les virus de l'herpès humain ont tous été trouvés chez des patients atteints de zona.[4]

4 Présentation clinique[modifier | w]

La section obligatoire Présentation clinique ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section contient la sous-section optionnelle Facteurs de risque et les sous-sections obligatoires Questionnaire et Examen clinique.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • La section Présentation clinique ne sert qu'à accueillir ces trois sous-sections : aucune information ne doit se retrouver entre le titre de section Présentation clinique et les autres sous-titres. Ce sont les sous-sections qui doivent être détaillées.
  • Une erreur fréquente est de laisser les facteurs de risque, le questionnaire et l'examen physique en un ou des paragraphes dans la section Présentation clinique, mais de ne pas détailler les sous-sections Facteurs de risque, Questionnaire et Examen clinique.
Exemple:
 
  • Présentation clinique

(Aucun texte)

  • Facteurs de risque

(Texte)

  • Questionnaire

(Texte)

  • Examen clinique

(Texte)

Le zona se présente de manière caractéristique avec un prodrome de fièvre, de malaise et de douleur brûlante atroce suivi de l'apparition de vésicules qui apparaissent dans une à trois cultures sur trois à cinq jours. Les lésions sont réparties unilatéralement au sein d'un même dermatome.[4]

Cliniquement, les lésions commencent par des papules érythémateuses étroitement groupées qui deviennent rapidement des vésicules sur une base érythémateuse et œdémateuse et peuvent apparaître unilatéralement en bandes continues ou interrompues dans un, deux ou plusieurs dermatomes contigus. Les dermatomes couramment impliqués sont thoraciques (53 %), cervicaux (20 %) et trigéminaux (15 %) y compris ophtalmiques et lombo-sacrés (11 %).[4]

Les trois phases de l'infection comprennent : [4]


  • Le stade prééruptif se présente avec des sensations cutanées anormales ou des douleurs dans le dermatome affecté. cette phase apparaît au moins 48 heures avant toute lésion évidente. En même temps, l'individu peut ressentir des maux de tête, un malaise général et une photophobie.
  • La phase éruptive aiguë est marquée par les vésicules et les symptômes observés dans la phase pré-éruptive. Les lésions commencent initialement par des macules et se transforment rapidement en vésicules douloureuses. Les vésicules se rompent souvent, s'ulcèrent et finissent par se couvrir de croûtes. Les patients sont les plus contagieux à ce stade jusqu'à ce que la lésion se dessèche. La douleur est intense pendant cette phase et ne répond souvent pas aux analgésiques traditionnels. La phase peut durer de 2 à 4 semaines, mais la douleur peut persister.
  • L'infection chronique se caractérise par des douleurs récurrentes qui durent plus de 4 semaines. Outre la douleur, les patients ressentent des paresthésies, des sensations de choc et des dysesthésies. La douleur est invalidante et peut durer 12 mois ou plus.[4]

Le zona oticus est également connu sous le nom de syndrome de Ramsay Hunt de type II. Elle est due à la propagation du virus du nerf facial au nerf vestibulocochléaire qui implique l'oreille et provoque une perte auditive et des vertiges (étourdissements rotationnels).[4]

Le zona peut survenir dans la bouche si la division maxillaire ou mandibulaire du nerf trijumeau est affectée. Cliniquement, il se présente avec des vésicules ou des érosions survenant sur la membrane muqueuse de la mâchoire supérieure (palais, gencives des dents supérieures) ou de la mâchoire inférieure (langue ou gencives des dents inférieures). L'atteinte buccale peut survenir seule ou en association avec les lésions cutanées sur la distribution cutanée de la même branche trijumeau.[4]

En raison de la relation étroite entre les vaisseaux sanguins et les nerfs, le virus peut se propager et impliquer les vaisseaux sanguins, compromettant l'approvisionnement en sang et provoquant une nécrose ischémique. Des complications telles que l'ostéonécrose, la perte de dents, la parodontite, la calcification pulpaire, la nécrose pulpaire, les lésions périapicales et les anomalies du développement dentaire peuvent en résulter.[4]

La division ophtalmique du nerf trijumeau est la branche la plus souvent impliquée qui cause le zona ophtalmique. La peau du front, de la paupière supérieure et de l'orbite de l'œil peut être touchée. On le voit dans environ 10 % à 25 % des cas présentant des caractéristiques de kératite, d'uvéite et de paralysie du nerf optique. Des complications sous forme d'inflammation oculaire chronique, de perte de vision et de douleur débilitante peuvent survenir.[4]

L'implication du SNC n'est pas rare. puisque le virus réside dans les ganglions sensoriels de la racine, il peut affecter n'importe quelle partie du cerveau provoquant des paralysies des nerfs crâniens, une faiblesse musculaire, une paralysie diaphragmatique, une vessie neurogène, le syndrome de Guillain Barre et une myélite. Dans les cas graves, les patients peuvent développer une encéphalite.[4]

Les complications du zona comprennent une infection bactérienne secondaire, une névralgie post-zostérienne, des cicatrices, une paralysie nerveuse et une encéphalite en cas de zona disséminé.[4]


  • Le zona disséminé est défini comme plus de vingt lésions cutanées se développant en dehors de la zone principalement touchée ou des dermatomes directement adjacents. Outre la peau, d'autres organes peuvent également être touchés, provoquant une hépatite ou une encéphalite rendant cette affection potentiellement mortelle.
  • La névralgie post-zostérienne est la persistance de la douleur après un mois d'apparition du zona. Il s'agit de l'effet indésirable le plus fréquemment observé chez les patients âgés présentant une atteinte de la branche ophtalmique du nerf trijumeau.
  • Des complications telles que des neuropathies crâniennes, une polynévrite, une myélite, une méningite aseptique ou une paralysie faciale partielle surviennent en raison de l'implication du système nerveux.[4]

Pendant la grossesse, la varicelle peut entraîner une infection chez le fœtus et des complications chez le nouveau-né, mais une infection chronique ou une réactivation, en d'autres termes, le zona, n'est pas associée à une infection fœtale.[4]

Zoster sine herpete est une entité avec une douleur dans le dermatome impliqué sans aucune lésion cutanée.[4]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

La section facultative Facteurs de risque ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section contient les facteurs de risque de la maladie. Ces facteurs de risque peuvent être des maladies, des anomalies génétiques, des caractéristiques individuelles (l'âge, le sexe, l'origine ethnique, un certain type d'alimentation), etc.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Facteur de risque
Commentaires:
 
  • Il est obligatoire d'utiliser des propriétés sémantiques de type Facteur de risque pour les énumérer.
  • Attention de ne pas confondre les étiologies avec les facteurs de risque. Les étiologies sont ce qui cause la maladie, alors que les facteurs de risque prédisposent.
  • Le format attendu est la liste à puce simple, qui doit toujours être précédée d'une phrase introductive et d'un deux-point.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur du modèle Facteur de risque (prévalence, RR, rapport de cote, risque attribuable, etc.).
  • Privilégiez la liste à puce aux tableaux. Les deux formes sont acceptées.
Exemple:
 
Les facteurs de risque de l'infarctus du myocarde sont :
  • l'obésité [Facteur de risque]
  • l'hypertension artérielle [Facteur de risque]
  • le tabagisme [Facteur de risque]
  • le diabète [Facteur de risque].

Les facteurs de risque sont :

4.2 Questionnaire[modifier | w]

La section obligatoire Questionnaire ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section traite des symptômes à rechercher à l'anamnèse (questionnaire). Les symptômes sont ressentis et exprimés par les patients.
Formats:Liste à puces
Balises sémantiques: Symptôme, Élément d'histoire
Commentaires:
 
  • Cette section doit faire l'usage des propriétés sémantiques de type Élément d'histoire et Symptôme lors de l'énumération de ces éléments.
  • Attention de ne pas confondre les signes et les symptômes. Les signes sont objectivées à l'examen physique alors que les symptômes sont relatées par le patient.
    • La dyspnée est un symptôme, alors que la tachypnée est un signe.
    • La tachycardie est un signe, alors que la palpitation est un symptôme.
    • Rarement, certains éléments peuvent être à la fois des signes ET des symptômes. Par exemple, la fièvre peut être mesurée par le patient et figurer au questionnaire.
  • Les symptômes des complications potentielles peuvent être évoqués dans cette section, mais ils ne doivent pas être spécifiés avec des balises sémantiques.
  • Dans les modèles sémantiques, insérez un symptôme par modèle (ne pas regrouper). Par exemple, la nausée et les vomissements doivent être mis dans deux modèles distincts.
  • N'utilisez pas de tableau pour cette section : utilisez plutôt un texte ou une liste à puce. Il faut garder les tableaux pour les sections qui en nécessitent le plus dans le but de ne pas surcharger la page.
  • Les facteurs de risque sont déjà présents dans la section du même nom. Il est inutile de le mentionner de nouveau dans la section Questionnaire.
  • Si vous désirez discuter de la manière de distinguer certains diagnostics différentiels au questionnaire, il est préférable d'utiliser la section Approche clinique ou de créer/améliorer une page de type Approche clinique.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur des modèles Symptôme et Élément d'histoire (prévalence, sensibilité, spécificité, etc.).
Exemple:
 
Les symptômes de l'infarctus du myocarde sont :
  • une douleur thoracique [Symptôme] de type serrement irradiant dans le bras gauche ou dans la mâchoire
  • des nausées [Symptôme]
  • des sueurs [Symptôme]
  • de la dyspnée [Symptôme].

D'autres éléments à rechercher au questionnaire de l'infarctus sont :

  • la prise récente d'inhibiteur de la PDE [ne pas mettre de modèle Symptôme]
  • la prise récente de cocaïne [Élément d'histoire]
  • des palpitations (pourrait signaler des arythmies malignes) [ne pas mettre de modèle Symptôme].

Il est parfois pertinent de mentionner des symptômes qui sont absents, comme dans la pharyngite à streptocoque. Les symptômes de la pharyngite à streptocoque sont :

  • l'odynophagie [Symptôme]
  • la fièvre [Symptôme]
  • l'absence de rhinorrhée [Symptôme]
  • l'absence de changement de la voix [Symptôme]
  • l'absence de toux [Symptôme].

Les symptômes de cette maladie sont :

4.3 Examen clinique[modifier | w]

La section obligatoire Examen clinique ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section traite des signes à rechercher lors de l'examen clinique.
Formats:Liste à puces
Balises sémantiques: Examen clinique, Signe clinique
Commentaires:
 
  • Cette section doit faire l'usage de propriétés sémantiques de type Signe clinique lors de l'énumération de ces éléments ainsi que des propriétés de type Examen clinique.
  • Dans certains cas, les signes peuvent être d'autres maladies (voir la section Exemple).
  • Ne pas mettre de symptôme dans l'examen clinique. Les signes cliniques sont objectivés à l'examen physique par le clinicien.
    • La dyspnée est un symptôme, alors que la tachypnée est un signe.
    • La tachycardie est un signe, alors que la palpitation est un symptôme.
    • Rarement, certains éléments peuvent être à la fois des signes ET des symptômes. Par exemple, la fièvre peut être mesurée par le patient et figurer au questionnaire.
  • Les signes des complications potentielles peuvent être évoqués dans cette section, mais ils ne doivent pas être spécifiés avec des balises sémantiques.
  • La liste à puce est le format à privilégier : rarement, un tableau peut être employé, mais cela est à réserver aux cas où la complexité de l'information l'exige.
  • Si vous désirez discuter de la manière de distinguer certains diagnostics différentiels à l'examen clinique, il est préférable d'utiliser la section Approche clinique ou de créer/améliorer une page de type Approche clinique.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur des modèles Examen clinique et Signe clinique (sensibilité, spécificité, VPP, VPN, etc.)
Exemple:
 
L'examen physique de l'appendicite démontrera les éléments suivants :
  • aux signes vitaux [examen clinique] :
    • de la fièvre [signe clinique]
    • des signes de choc septique [signe clinique] si appendicite compliquée (tachycardie, hypotension, tachypnée)
  • à l'examen abdominal [examen clinique]:
    • une sensibilité diffuse à la palpation (phase précoce) [signe clinique]
    • un signe de McBurney positif (généralement un peu plus tard dans la présentation) [signe clinique]
    • un signe de Rovsing positif [signe clinique]
    • un ressaut positif [signe clinique]
    • un signe du Psoas positif [signe clinique]
    • un signe de l'obturateur positif [signe clinique]
  • un examen gynécologique [examen clinique] normal [signe clinique].

L'examen clinique permet d'objectiver les signes suivants :

5 Examens paracliniques[modifier | w]

La section obligatoire Examens paracliniques ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section concerne les tests à demander lorsque la maladie est suspectée et les résultats attendus en présence de la maladie.
Formats:Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques: Examen paraclinique, Signe paraclinique
Commentaires:
 
  • Chaque examen paraclinique doit être spécifiée à l'aide du modèle Examen paraclinique et ses résultats attendus à l'aide du modèle Signe paraclinique.
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points. Parfois, présenter les examens paracliniques/signes paracliniques sous la forme d'un tableau peut-être optimal, mais cela est à réserver aux cas où la complexité de l'information l'exige.
  • Il est important d'être précis. Par exemple, « radiographie du genou » est préférable à « radiographie », « TDM abdominal avec contraste » > « TDM abdominal », etc.
  • Il est possible de mettre des examens paracliniques qui sont indiqués pour une maladie, mais qui sont normaux. Par exemple, la radiographie thoracique dans l'infarctus du myocarde, qui sert essentiellement à dépister d'autres maladies (dissection aortique, oedème pulmonaire aigu).
  • Un signe paraclinique peut être normal. Par exemple, un trou anionique normal (signe paraclinique) peut être utile dans le contexte d'une acidose métabolique.
  • Il est utile de séparer les laboratoires et les imageries en deux sous-sections distinctes.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur des modèles Examen paraclinique et Signe paraclinique (sensibilité, spécificité, VPP, VPN, etc.).
Exemple:
 
Les examens suivants sont utiles dans la démarche d'investigation du VIPome :
  • les électrolytes fécaux [examen paraclinique] : le trou osmolaire fécal est habituellement inférieur à 50 mOsm/kg [signe paraclinique]
  • le taux de VIP sérique [examen paraclinique] : habituellement supérieur à 500 pg/mL [signe paraclinique]
  • le taux de catécholamines sériques [examen paraclinique]
  • le taux de polypeptides pancréatiques sériques : les polypeptides pancréatiques sériques sont habituellement augmentés [signe paraclinique]
  • les électrolytes sériques [examen paraclinique] : l'hypokaliémie [signe paraclinique], l'hyperchlorémie [signe paraclinique] et l'hypercalcémie [signe paraclinique] sont typiques
  • la glycémie [examen paraclinique]: l'hyperglycémie [signe paraclinique] est fréquente
  • le gaz artériel [examen paraclinique]/ gaz veineux [examen paraclinique] : le gaz artériel ou veineux peuvent détecter une acidose métabolique [signe paraclinique] à trou anionique normal [signe paraclinique]
  • l'ECG [examen paraclinique], si hypokaliémie ou hypercalcémie.

Les examens paracliniques pertinents sont :

Le zona est cliniquement diagnostiqué avec une douleur brûlante, une morphologie caractéristique et une distribution typique. Le virus de l'herpès simplex peut parfois produire une éruption cutanée selon un schéma appelé herpès simplex zotériforme.

Les tests de détection du virus varicelle-zona incluent les éléments suivants :[4]


  • Le frottis Tzanck de liquide vésiculaire montre des cellules géantes multinucléées. Il a une sensibilité et une spécificité inférieures à celles des anticorps fluorescents directs (DFA) ou de la réaction en chaîne par polymérase (PCR).
  • Les anticorps IgM spécifiques du virus varicelle-zona dans le sang sont détectés pendant l'infection active de la varicelle ou du zona, mais pas lorsque le virus est dormant
  • Un test d'anticorps fluorescent direct du liquide vésiculaire ou du liquide cornéen peut être effectué en cas d'atteinte oculaire.
  • Test PCR de liquide vésiculaire, d'une lésion cornéenne ou de sang dans un cas d'atteinte oculaire ou d'infection disséminée.[4]

Les tests de biologie moléculaire basés sur l'amplification in vitro des acides nucléiques (tests PCR) sont actuellement considérés comme les plus fiables. Le test PCR niché a une sensibilité élevée, mais est sensible à la contamination conduisant à des résultats faussement positifs. Les derniers tests PCR en temps réel sont rapides, faciles à réaliser, aussi sensibles que la PCR nichée, présentent un risque de contamination moindre et ont également une sensibilité supérieure à celle des cultures virales.[4]

Diagnostic différentiel[4]

Les lésions cutanées du zona doivent être différenciées de l'herpès simplex, de la dermatite herpétiforme, de l'impétigo, de la dermatite de contact, de la candidose, des réactions médicamenteuses et des piqûres d'insectes. La douleur précédente sans développement de lésions cutanées dans le zona est différente de la cholécystite et des coliques biliaires, des coliques néphrétiques, de la névralgie du trijumeau ou de toute infection dentaire.[4]

L'herpès zoster a tendance à n'impliquer qu'un seul côté de la cavité buccale, ce qui le distingue des autres conditions de cloques buccales. Dans la bouche, il se présente initialement sous forme de vésicules qui se décomposent rapidement pour laisser des ulcères qui guérissent en 10 à 14 jours. La douleur prodromique précédant l'éruption cutanée peut être confondue avec un mal de dents qui entraîne des soins dentaires inutiles.[4]

6 Approche clinique[modifier | w]

La section facultative Approche clinique ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Alors que les sections Questionnaire, Examen clinique et Examens paracliniques servent à énumérer, cette section sert à intégrer tous ces éléments pour discuter du raisonnement du clinicien. C'est en quelque sorte la manière dont les cliniciens réfléchissent lorsque confrontés à cette maladie : c'est la section par excellence pour l'enseignement.
Formats:Texte, Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • C'est la seule section dans laquelle on peut répéter des informations qui ont déjà été mentionnées auparavant.
  • L'utilisation du modèle Flowchart (diagramme) est encouragée. Voir Aide:Diagramme.
  • Le format attendu est libre (texte, liste, tableau, diagramme).
Exemple:
 

7 Diagnostic[modifier | w]

La section facultative Diagnostic ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite de la manière dont on peut diagnostiquer une maladie en tenant compte de l'histoire, de l'examen clinique et des investigations. C'est dans cette section que se retrouveront les critères permettant d'infirmer ou de confirmer la présence de la maladie (lorsqu'ils existent).
Formats:Texte, Liste à puces, Tableau
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Si des critères diagnostiques précis et officiels existent, cette section sert à les répertorier.
  • Si la forme des critères diagnostiques est complexe, il est possible de présenter l'information sous forme de tableau. La liste à puce est néanmoins à privilégier.
Exemple:
 
L'asystolie est un diagnostic électrocardiographique. L'absence d'activité électrique chez un patient inconscient sans pouls permet de confirmer le diagnostic, tout en s'assurant qu'il n'y a pas de cable débranché et que la calibration du moniteur est adéquate.

Selon le Fourth Universal Definition of Myocardial Infarction, l'infarctus aigu du myocarde est diagnostiqué lorsqu'il y a :

  • une blessure myocardique aiguë
  • des évidences cliniques d'ischémie aiguë du myocarde
  • avec une élévation et/ou baisse des troponines sériques (avec au moins une valeur au-dessus du 99e percentile) et au moins un des éléments suivants :
    • des symptômes compatibles avec l'ischémie myocardique
    • un changement ischémique de novo à l'ECG
    • une apparition d'ondes Q pathologiques
    • une évidence à l'imagerie de nouvelles pertes de myocardes viables
    • une évidence à l'imagerie de nouvelles pertes de mobilité régionale de la contractilité
    • une identification d'un thrombus coronarien par angiographie ou autopsie.

8 Diagnostic différentiel[modifier | w]

La section obligatoire Diagnostic différentiel ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section traite du diagnostic différentiel de la maladie, c'est-à-dire aux autres diagnostics à évoquer lorsque confronté à ce diagnostic.
Formats:Liste à puces
Balises sémantiques: Diagnostic différentiel
Commentaires:
 
  • Chaque diagnostic doit être spécifié à l'aide d'une propriété sémantique de type Diagnostic différentiel.
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points. Évitez les tableaux dans cette section. Gardons-les pour d'autres sections pour garder l'efficacité de l'article.
  • Vous pouvez ajouter quelques éléments discriminants après chaque diagnostic différentiel. Si c'est un ou deux éléments, vous pouvez mettre ces éléments discriminants entre parenthèse après le modèle Diagnostic différentiel. S'il s'agit de quelques phrases, insérez une note de bas de page après le modèle Diagnostic différentiel. Pour élaborer plus longuement sur la manière de distinguer la maladie et ses diagnostics différentiels, servez-vous de la section Approche clinique.
  • Si vous désirez écrire un paragraphe sur les différentes manières de distinguer le diagnostic A du diagnostic B, vous pouvez écrire un paragraphe dans la section Approche clinique qui mentionnent tous les éléments qui permettent de distinguer ces diagnostics entre eux au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques.
  • Attention de ne pas confondre le diagnostic différentiel avec les étiologies et les complications. Le diagnostic différentiel, ce sont les autres maladies qui peuvent avoir une présentation clinique similaire. Les étiologies sont les entités qui causent la maladie. Les complications sont les entités qui découlent directement de la maladie.
Exemple:
 
Le diagnostic différentiel de l'appendicite comprend :
  • l'abcès tubo-ovarien [diagnostic différentiel]
  • l'atteinte inflammatoire pelvienne [diagnostic différentiel]
  • la grossesse ectopique [diagnostic différentiel] Pour différencier la grossesse ectopique de l'appendicite, il faut d'abord questionner les facteurs de risques XYZ du patient... (voir la section Commentaires de la présente bannière pour des instructions plus détaillées si vous désirez souligner des éléments discriminants.)
  • la cystite [diagnostic différentiel].

Le diagnostic différentiel de la maladie est :



  • Envenimation cnidaire[4]


  • Stomatite de contact[4]


  • Manifestations dermatologiques de l'herpès simplex[4]




  • Érysipéloïde[4]



  • Infections à cowpox humain[4]


  • Dermite de contact irritante[4]


  • Piqûres d'insectes[4]


  • Lichen striatus[4]


  • Candidose muqueuse[4]

9 Traitement[modifier | w]

La section obligatoire Traitement ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section décrit le traitement de la maladie.
Formats:Liste à puces, Tableau, Texte
Balises sémantiques: Traitement, Traitement pharmacologique
Commentaires:
 
  • Chaque traitement (et son indication) doit être spécifié à l'aide d'une propriété sémantique de type Traitement.
  • La liste à puce et le tableau sont les formats à privilégier.
  • La liste à puce doit toujours être précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points.
  • Il faut garder en tête lorsqu'on écrit cette section que le clinicien qui consulte cette page doit être en mesure de retrouver l'information dont il a besoin rapidement. La division de l'information doit tenir compte de cette contrainte.
  • Chaque traitement (et son indication) doit être spécifié à l'aide d'une propriété sémantique de type Traitement. Si disponible, ajoutez les données épidémiologiques dans le modèle sémantique du traitement par rapport à l'efficacité du traitement (RRA, RRR, NNT, NNH, etc.).
  • Indiquez la posologie des médicaments ainsi que la durée du traitement. Les posologies de médicaments doivent être systématiquement référencées. Un médicament mentionné sans la posologie a une utilité limitée pour le clinicien qui visite la page.
  • Si un traitement approprié de la maladie est une procédure, ne décrivez pas cette procédure dans la section traitement.
    • Ne décrivez pas comment on installe un drain thoracique dans le pneumothorax. La technique d'installation du drain thoracique sera détaillée sur une page de type Procédure. Tenez-vous en à l'indication de la procédure pour la présente maladie. Par exemple, le drain thoracique est indiqué en présence d'un pneumothorax de > 3 cm.
    • Ne détaillez pas l'onyxectomie dans la page sur l'ongle incarné. Dites plutôt que l'onyxectomie est appropriée dans l'ongle incarné dans les situations XYZ.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur du modèle Traitement (NNH, NNT, RRR, RRA, etc.).
Exemple:
 

Les traitements proposés sont les suivants :

La thérapie antivirale accélère la résolution des lésions, diminue la douleur aiguë et aide à prévenir les névralgies post-zostériennes, en particulier chez les patients âgés. L'acyclovir 800 mg, cinq fois par jour pendant cinq jours, le valacyclovir 1 g trois fois par jour pendant cinq jours et le famciclovir 500 mg trois fois par jour pendant sept jours sont les médicaments antiviraux utilisés pour traiter le zona. Les crèmes antibiotiques topiques comme la mupirocine ou la soframycine aident à prévenir une infection bactérienne secondaire. Les analgésiques aident à soulager la douleur. Parfois, une douleur intense peut nécessiter un médicament opioïde. La lidocaïne topique et les blocs nerveux peuvent également réduire la douleur.[8][9][10][4]

La névralgie post-herpétique survient fréquemment chez les patients âgés, et une fois que les lésions se sont croûteuses, ils peuvent utiliser de la capsaïcine topique et de la crème Emla.[4]

10 Suivi[modifier | w]

La section facultative Suivi ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite du suivi de la maladie.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
  • Est-ce que la patient aura besoin d'être revu dans X semaines ?
  • Quels doivent être les consignes données au patient ?
  • Cette section peut également traiter du suivi intrahospitalier.
  • Quels sont les éléments cliniques (signes/symptômes) et paracliniques (imagerie et laboratoire) à répéter ? À quelle fréquence ? Pour quelle raison ?
Exemple:
 

11 Complications[modifier | w]

La section obligatoire Complications ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section traite des complications possibles de la maladie.
Formats:Liste à puces, Texte
Balises sémantiques: Complication
Commentaires:
 
  • Chaque complication doit être spécifiée à l'aide du modèle Complication.
  • Si possible, veuillez ajouter la fréquence des complications.
  • Ne pas mentionner les complications de la procédure ou du traitement sur la page de la maladie.
    • Sur une page de tendinite, ne pas mettre dans les complications que l'ulcère d'estomac est une complication de la prise d'anti-inflammatoire. Cette complication figure seulement sur la page de type Médicament dans les effets indésirables.
    • Sur la page de l'appendicite, on ne nomme pas les complications de l'appendicectomie, mais seulement celles de l'appendicite. Les complications de l'appendicectomie sont décrites sur une page de type Procédure d'appendicectomie.
  • Ne pas confondre les facteurs de risque, les étiologies, les complications et le diagnostic différentiel. Les complications, ce sont les autres maladies qui se développent si on ne traite pas la maladie.
  • Le format attendu est la liste à puce, précédé d'une courte phrase introductive et d'un deux-points.
  • Si disponible, il est pertinent d'ajouter les données épidémiologiques à l'intérieur du modèle Complication (risque relatif, etc.).
Exemple:
 
Les complications de l'infarctus du myocarde sont :
  • la rupture d'un pilier mitral [Complication]
  • l'oedème aiguë du poumon [Complication]
  • la tachycardie ventriculaire [Complication]
  • le bloc AV de haut grade [Complication].

Les complications de cette maladie sont :

12 Évolution[modifier | w]

La section facultative Évolution ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section contient le pronostic et évolution naturelle de la maladie. Le pronostic est lié à la survie du patient atteint de la maladie. L'évolution naturelle est la manière dont évoluera la maladie du patient dans le temps.
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple:
 
La dissection aortique est associée une mortalité très élevée. Au moins 30% des patients décèdent après leur arrivée à l'urgence, et ce, même après une intervention chirurgicale. Pour ceux qui survivent à la chirurgie, la morbidité est également très élevée et la qualité de vie est mauvaise. La mortalité la plus élevée d'une dissection aortique aiguë est dans les 10 premiers jours. Les patients qui ont une dissection chronique ont tendance à avoir un meilleur pronostic, mais leur espérance de vie est raccourcie par rapport à la population générale.[1] Sans traitement, la mortalité est de 1 à 3% par heure au cours des 24 premières heures, 30% à une semaine, 80% à deux semaines et 90% à un an.

13 Prévention[modifier | w]

La section facultative Prévention ne contient pour le moment aucune information.
Si la section est n'est pas jugée nécessaire, elle peut être supprimée.

Description: Cette section traite des mesures préventives et du dépistage précoce de la maladie (lorsque pertinent).
Formats:Texte
Balises sémantiques:
Commentaires:
 
Exemple:
 
La prévention primaire consiste à la prise en charge des facteurs de risque :
  • l'arrêt tabagique
  • l'activité physique régulière
  • la perte de poids si obésité
  • le bon contrôle du diabète, de l'hypertension et de l'hypercholestérolémie
  • éviter toute consommation de cocaïne.

14 Références[modifier | w]

!
Cette page a besoin de vous !