Troubles du sommeil (approche clinique)

De Wikimedica
Trouble du sommeil
Approche clinique
Caractéristiques
Examens paracliniques Polysomnographie
Informations
Terme anglais Sleep disorder
Autres noms Insomnie
Spécialités Psychiatrie, pneumologie, neurologie

Page non révisée

__NOVEDELETE__
Objectif du CMC
Troubles du rythme veille-sommeil (98)

Un trouble du sommeil (ou insomine) est évoqué quand une personne n'est pas en mesure d'obtenir une quantité de sommeil suffisante pour fonctionner durant son éveil.

Étiologies

  • insomnie primaire
    • Peut concerner une difficulté d’endormissement, de maintien du sommeil ou un réveil matinal précoce avec incapacité de se rendormir.
    • La problématique survient au moins 3 nuits par semaine sur au moins 3 mois et ce, malgré de bonnes conditions de sommeil (du moins en apparence).
    • Le patient est dysfonctionnel sur un ou plusieurs plans en raison de son insomnie.
  • hypersomnolence: somnolence excessive malgré > 7h de sommeil
  • narcolepsie
  • cauchemars
    • Rêves prolongés extrêmement dysphoriques concernant la sécurité ou des menaces à sa survie.
    • Orienté bien réveillé au moment de l’éveil
    • Entraîne un dysfonctionnement ou une détresse marquée.
  • trouble de l’alternance veille-sommeil lié au cycle circadien
    • Histoire de perturbation du cycle circadien (heures de sommeils variables, décalage horaire, quart de travail de nuit)
    • Somnolence excessive / Insomnie
    • Sommeil fragmenté de façon récurrente
    • Entraîne un dysfonctionnement ou une détresse marquée.
  • syndrome des jambes sans repos:
    • Besoin impératif de bouger accompagnant une sensation désagréable qui débute ou s’amplifie au repos et qui disparait partiellement ou complètement au mouvement. Pire la nuit ou le soir.
    • Mouvements nocturnes (mouvements périodiques des membres durant le sommeil)
  • syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS ou SAHS) et apnées centrales du sommeil
    • Somnolence diurne / sommeil non-réparateur
    • Ronflements (rapportés par le conjoint)
    • Céphalées matinales
    • Angine nocturne
    • Changements de personnalité et des cognitions
    • Apnée ≥ 10 s
  • trouble du sommeil induit par une substance
    • Perturbation grave du sommeil
    • Survenue pendant ou après la consommation d’une substance, une intoxication ou un sevrage.
    • Autre cause exclue
    • Exemples de substance: cannabis, opiacés, sédatifs, cocaïne, amphétamines, alcool, caféine, tabac...
  • trouble dépressif caractérisé

Histoire

L’évaluation des troubles du sommeil est avant tout clinique. Il faudra, entre autres, faire un questionnaire et un examen comprenant :[1]

  • Questionner la consommation d’alcool, de substances
  • La recherche de symptômes d’apnée/hypopnée, incluant l’histoire du conjoint
  • Rechercher des hallucinations hypnagogiques ou un inconfort aux membres inférieurs
  • Vérifier l’hygiène de sommeil du patient
  • S’assurer de diagnostiquer et traiter d’autres affections ayant un impact sur le sommeil (ex : dépression)
  • Évaluer le risque de somnolence diurne pendant la conduite de machinerie

La SAOS, très prévalente se présentera souvent avec les symptômes suivants

  • Ronflement
  • Apnées observées (par le conjoint)
  • Étouffements nocturnes
  • Hypersomnie diurne
  • Hypertension artérielle – elle-même un facteur de risque
  • ATCD familiaux de SAOS

Examen clinique

L'utilité de l'examen clinique concerne surtout l'évaluation de la SAOS et ses facteurs de risque:

Drapeaux rouges

Il n'y a pas de drapeaux rouges associés à cette condition.

Investigation

Prise en charge

  • Les conseils sur l'hygiène du sommeil valent pour tous
  • Les conseils sur les habitudes de vie sont importants, notamment quant à la prise de stimulants, d'alcool ou de substances avant le sommeil
  • Traiter toute condition psychiatrique sous-jacente
  • Pharmacologie[1]
    • À réévaluer fréquemment et à ne pas prescrire pour une longue durée dû au risque de dépendance (particulièrement avec la benzodiazépines)
    • Benzodiazépines à courte action
      • Lorazépam, oxazépam, témazepam (LOT)
      • Utiliser la plus petite dose nécessaire
      • Utiliser en PRN, Ø sur une base régulière et Ø ≥ 7 jours consécutifs
    • Zopiclone, zolpidem, mélatonine
  • Narcolepsie
  • Apnée du sommeil
    • perte de poids et éviter le sommeil sur le dos
    • utilisation du CPAP
    • pourra demander une référence en pneumologie et/ou en ORL pour les cas sévères

Complications


Références

  1. 1,0 et 1,1 Maxime Ouellet, Préparation à l’examen du Conseil Médical Canadien (CMC) : Résumé des objectifs et situations cliniques essentielles du CMC, , 325 p. (lire en ligne)
Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.