Troubles de la personnalité

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Troubles de la personnalité (TP)
Classe de maladie
Caractéristiques
Signes Impulsivité, Anxiété , Méfiant, Impitoyable, Préoccupé, Pré morbide, Impulsif, Instabilité de l'humeur, Paranoïa, Automutilation, Colère inappropriée, Sentiment de vide, Peur de se faire honte, Inhibé, Evite les activités, Embarras, Pensée magique, Perceptions inhabituelles, Idées paranoïdes, Apparence excentrique, Affect restreint, Pensée inhabituelle, Idées de référence, Grandiosité, Admiration excessive, Arrogant, Spécial, Exploitation interpersonnelle, Manque d'empathie, Vide chronique, Envieux, Têtu, Obsédé, Rigide, Avare, Perfectionniste, Réticence à déléguer, Irresponsable, Mépris, Sans remords, Sournois, Irritable, Agressif, Réassurance requise, Difficulté à initier des projets, Impuissant, Efforts excessifs, Peurs exagérées, Attirer l'attention, Théâtral, Influencé, Séduisant, Expression superficielle, Discours impressionniste
Symptômes
Relations interpersonnelles, Difficultés scolaires, Performances professionnelles médiocres
Étiologies
Traumatisme infantile, Sérotonine, Dopamine, Norépinéphrine, Facteurs culturels, Imprégnation génétique, Environnementale, Gènes
Informations
Wikidata ID Q270673
Spécialité Psychiatrie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Les patients atteints de troubles de la personnalité souffrent de perceptions déformées de la réalité et d'un comportement affectif anormal, se manifestant par des mécanismes d'adaptation inadaptés et par de la détresse.[1][2] Ces troubles entraînent une souffrance importante et/ou qui nuit considérablement à la capacité de fonctionnement de la personne atteinte.[3] Un trouble de la personnalité est diagnostiqué lorsque les traits de personnalité sont si inflexibles et inadaptés dans un large éventail de situations qu'ils causent une détresse importante, une altération du fonctionnement social et professionnel. Pour être qualifiées de trouble de la personnalité, la pensée, les manifestations émotionnelles, l'impulsivité et le comportement de l'individu doivent nettement dévier des attentes culturelles de l'individu[4]. De plus, les personnes atteintes de troubles de la personnalité de modifieront pas leur schéma de pensée même s'il s'avèrerait inefficace, voire inadapté. À ce jour, il existe 10 types de troubles de la personnalité d’après le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), 5e édition (DSM-5), publié par l’Association américaine de psychiatrie. Les troubles de la personnalité commencent à se manifester en général vers l'adolescence, mais il est possible qu'ils apparaissent durant l'enfance[3].

1 Classification[modifier | w]

2 Épidémiologie[modifier | w]

L'Organisation mondiale de la santé a estimé la prévalence des troubles de la personnalité à 6,1%. La prévalence des trois groupes distincts (A, B et C) est de 3,6%, 1,5% et 2,7%, respectivement.[1] Au sein de la population psychiatrique, la prévalence des troubles de la personnalité augmente à 30% et augmente encore plus au sein de la population incarcérée. Une enquête plus approfondie révèle que les personnes souffrant de troubles de la personnalité sont plus susceptibles d'être plus jeunes, célibataires, de sexe masculin, appartenant à un statut socio-économique inférieur et à un niveau d'éducation inférieur. Les troubles de la personnalité de type dépendantes sont plus souvent des femmes.[2]

En 2011-2012, au Québec, la prévalence annuelle (nombre de cas sur un an) diagnostiquée se situe autour de 3,6 pour mille habitants. Cette prévalence diffère selon l’âge et le sexe. La prévalence annuelle est respectivement de 3,0 et 4,3 pour mille habitants chez les hommes et les femmes. De plus, en 2011-2012, les groupes d’âge ayant la plus forte prévalence annuelle sont celles des 18-24 ans et des 25-39 ans. Chez les femmes, le groupe d’âge 18-24 ans a connu une forte progression passant de près de 4/1000 en 2000-2001 à plus de 6/1000 en 2011-2012.[5]

3 Étiologies[modifier | w]

L'étiologie précise des troubles de la personnalité continue à échapper aux scientifiques, donnant lieu à des hypothèses très diverses. Les psychanalystes suggèrent que ces troubles résultent d'une incapacité à progresser dans le développement psychosexuel approprié. Différentes écoles de pensée psychanalytique (théorie de la pulsion, psychologie du moi et relations d'objet) ont offert des points de vue sur l'âge et la durée du temps pour le développement des problèmes de personnalité. Par exemple, la théorie classique de la pulsion freudienne postule que la fixation à différents stades se manifeste comme des troubles séparés, à savoir, les troubles de la personnalité dépendante, obsessionnelle-compulsive et histrionique sont des conséquences de la fixation aux stades oral, anal et phallique, respectivement[1]

Le traumatisme infantile est une autre hypothèse étiologique. Les personnes atteintes de troubles borderline et antisociaux souffrent de déficits d'intimité et de confiance, qui peuvent tous deux être liés à la maltraitance et aux traumatismes pendant l'enfance. Plus récemment, des chercheurs ont trouvé des corrélations génétiques, en particulier dans le trouble schizotypique, le trouble de la personnalité limite (TPL) et antisociales[2][6].

Les gènes en question, sont ceux qui régulent la neurotransmission qui participent indirectement à la régulation de l'affect[1]:

Les facteurs culturels peuvent également jouer un rôle central dans le développement des troubles de la personnalité, comme démontré par la prévalence variable des troubles de la personnalité entre les différents pays. Ce phénomène est mis en évidence par la prévalence remarquablement faible des troubles de la personnalité antisociale dans des pays tels que Taiwan, la Chine et le Japon, ainsi que par une incidence significativement plus élevée de troubles de la personnalité du groupe C.[2]

D'autres études ont identifié des découvertes physiologiques intéressantes dans des troubles tels que les antisociaux, y compris un pouls au repos faible et une faible conductance cutanée[2].

Selon le DSM-5, les troubles de la personnalité sont principalement des problèmes au niveau de[7]:

  1. L'identité de soi: se manifeste par une instabilité de l'image de soi ou une incohérence dans les valeurs, les objectifs et l'apparence.
  2. Du fonctionnement interpersonnel se présentent par une incapacité à développer ou maintenir des relations étroites avec les autres, ceci peut être du à l'insensibilité aux autres (incapable de faire preuve d'empathie).

Au total, de nos jours, la théorie la plus probante est que les troubles de la personnalité sont le résultat d’une imprégnation génétique et aussi environnementale. De cette façon, cette imprégnation est soit éteinte, soit renforcée par des facteurs environnementaux[8].

4 Critères diagnostiques généraux[modifier | w]

Selon le DSM-5, les critères diagnostiques des troubles de la personnalité en général, sont[9]:

A. Modalité durable de l’expérience vécue et des conduites qui dévie notablement de ce qui est attendu dans la culture de l’individu. Cette déviation est manifeste dans au moins deux des domaines suivants :

  1. La cognition (c.-à-d. la perception et la vision de soi-même, d’autrui et des événements).
  2. L’affect (c.-à-d. la diversité, l’intensité, la labilité et l’adéquation de la réponse émotionnelle).
  3. Le fonctionnement interpersonnel.
  4. Le contrôle des impulsions.

B. Ces modalités durables sont rigides et envahissent des situations personnelles et sociales très diverses.

C. Ce mode durable entraîne une souffrance cliniquement significative ou une altération du fonctionnement social, professionnel ou dans d’autres domaines importants.

D. Ce mode est stable et prolongé et ses premières manifestations sont décelables au plus tard à l’adolescence ou au début de l’âge adulte.

E. Ce tableau n’est pas mieux expliqué par les manifestations ou les conséquences d’un autre trouble mental.

F. Ce mode durable n’est pas imputable aux effets physiologiques d’une substance (p. ex. drogue donnant lieu à abus ou médicament) ou d’une autre affection médicale (p. ex. un traumatisme crânien).

5 Présentation clinique[modifier | w]

La plupart des patients souffrant de troubles de la personnalité ont souvent peu ou pas de compréhension de leur comportement. Ils mettent rarement en avant leurs troubles de personnalité comme première plainte. Le plus souvent, le patient présentera en second lieu des séquelles psychiatriques de troubles de la personnalité. Ces séquelles comprennent la dépression, les difficultés des relations interpersonnelles, les difficultés scolaires et les performances professionnelles médiocres.[10][2]

Une histoire personnelle et sociale approfondie accompagnée d'informations collatérales conduira le clinicien vers un diagnostic et un traitement précis. Les informations collatérales sont primordiales dans la déduction d'un diagnostic précis, car les personnes les plus proches du patient auront un aperçu significatif des modèles de comportement de la personne atteinte. Les familles d'individus souffrant de troubles de la personnalité sont souvent les premiers à les pousser vers une consultation médicale. [2]

Différents groupes présentent des qualités uniques et différents troubles au sein des groupes peuvent être différenciés encore plus en fonction de la présentation.

5.1 Facteurs de risque[modifier | w]

On ignore encore les causes des troubles de la personnalité, mais les chercheurs ont commencé à explorer certains facteurs :

5.2 Caractéristiques cliniques[modifier | w]

Critères diagnostiques [11][12]
Groupe A

Personnalité excentrique

Groupe B[2][10]

Personnalité dramatique

Groupe C.[13]

Personnalité anxieuse

Paranoïde: Méfiance généralisée et méfiance envers les autres, interpréter les gestes d'autrui comme malveillants, blâme les autres et semble en colère et hostile

Le diagnostic nécessite 4+ de ces critères:

  1. Méfiant que les autres l'exploitent ou le trompent
  2. Impitoyable (rancunier)
  3. Infidélité conjugale soupçonnée sans justification
  4. Perçoit les attaques même s'il n'y en a pas, contre-attaque rapidement
  5. Préoccupé par la fiabilité de son entourage
  6. Craint de se confier aux autres
  7. Sentiment de menace face à des remarques anodines
  8. Si les critères sont remplis avant le début de la schizophrénie, ajouter «pré morbide», c'est-à-dire «trouble de la personnalité paranoïde (pré morbide)».
Borderline[14]: Instabilité de l'humeur, des relations intenses instables, une colère incontrôlable, des troubles d'identité, des craintes d'abandon, d'automutilation et d'idées suicidaires chroniques. Ont des périodes d'espacement appelées «dissociation» pendant les périodes de stress accru. L'histoire de tentatives de suicide répétées, comportements d'automutilation. Les patients hospitalisés rapportent souvent des antécédents d'abus. A tendance à s'éteindre à mesure que les patients vieillissent.

** Taux de suicide de 10% **

Le diagnostic nécessite 5 + des éléments suivants:

  1. Impulsif (min. 2 moyens d'autodestruction, par exemple sexe / drogues / dépenses)
  2. Instabilité de l'humeur / de l'affect
  3. Paranoïa ou dissociation sous stress
  4. Image de soi instable
  5. Relations intenses et labiles
  6. Gestes suicidaires / automutilation
  7. Colère inappropriée
  8. Évite l'abandon (réel ou imaginaire, efforts frénétiques pour)
  9. Sentiment de vide
Evitante: Faible estime de soi, une sensibilité manifeste à la critique et des sentiments d'inadéquation sociale en raison desquels ces individus hésitent à avoir des relations sociales. Timide, il a peur de la critique. Préfère rester en retrait et socialement inhibé.

Le diagnostic nécessite 4+ :

  1. La critique ou le rejet préoccupe les pensées dans des situations sociales
  2. Retenue dans les relations par peur de se faire honte
  3. Inhibé dans les nouvelles relations en raison de la peur
  4. Doit être sûr d'être aimé avant de s'engager socialement
  5. Evite les activités professionnelles nécessitant des contacts interpersonnels
  6. L'embarras empêche une nouvelle activité ou la prise de risques
  7. Se considère comme peu attrayant ou inférieur
Schizotypique: Traits chevauchant la schizophrénie, y compris un comportement / discours / contenu de pensée bizarre, un affect inapproprié, des croyances magiques et des expériences visuelles anormales.

Le diagnostic nécessite 5+ de ces critères:

  1. Pensée magique
  2. Expérimente des perceptions inhabituelles (y compris des illusions corporelles)
  3. Idées paranoïdes
  4. Comportement ou apparence excentrique
  5. Affect restreint ou inapproprié
  6. Pensée inhabituelle / discours (p. ex. vague, stéréotypé)
  7. Manque d'amis proches
  8. Idées de référence
  9. Anxiété dans les situations sociales (Remarque: il faut écarter les troubles psychotiques / envahissants du développement - cela ne fait pas partie des critères)
  10. Si les critères sont remplis avant l'apparition de la schizophrénie, ajoutez «pré morbide», c'est-à-dire «trouble de la personnalité schizoïde (pré morbide)».
Narcissique[14]:Sentiment de supériorité, nécessite une admiration constante, manque d'empathie, mais avec un sens fragile de soi. Se considère comme «spécial» et exploite les autres à des fins personnelles

Le diagnostic nécessite 5+ entre:

  1. Grandiosité
  2. Nécessite une admiration excessive
  3. Arrogant
  4. Doit être spécial
  5. Rêves de succès, de puissance, de beauté, d'amour
  6. Exploitation interpersonnelle
  7. Manque d'empathie, incapable de reconnaître les sentiments des autres
  8. Sentiment de vide chronique
  9. Envieux(ou croit que les autres sont envieux)
Obsessive-compulsive: Préoccupation par l'ordre, le perfectionnisme et le contrôle. Est

inflexible et fermé.

Le diagnostic nécessite 4+ de:

  1. Têtu
  2. Ne jette rien, même les objets sans valeur
  3. Obsédé par les règles / détails
  4. Rigide en matière de moralité, d'éthique et de valeurs
  5. Avare
  6. Perfectionniste
  7. Exclut les loisirs dus à la dévotion au travail
  8. Réticence à déléguer des tâches aux autres.
Schizoïde: Solitude anormale, éprouvent des difficultés à nouer des relations personnelles, montrent une libido minimale, sont indifférents aux éloges ou aux critiques et affichent un affect émoussé. Ne désire pas et n'aime pas les relations étroites, y compris faire partie d'une famille. Vu comme excentrique et reclus avec un affect restreint.

Le diagnostic nécessite 4 de ces critères:

  1. Affect détaché / plat, émotionnellement froid
  2. Indifférent aux éloges ou aux critiques
  3. Peu d'expériences sexuelles
  4. Solitaire
  5. Absence d'amis proches (autres que les parents au premier degré)
  6. Absence relations étroites (y compris la famille)
  7. Prend peu de plaisir dans quelques activités (voire aucune)
Anti-social[2][10]: Antécédents de comportement anormal dans l'enfance, y compris des altercations physiques avec des pairs et des adultes, des incendies criminels, de la cruauté envers les animaux, entraînant le diagnostic de trouble des conduites. Ils sont imprudents, agressifs, peuvent passer par des pseudonymes et ont tendance à être des menteurs pathologiques. Se caractérise par le non-respect des normes juridiques et sociales, la manipulation et la violation des droits d'autrui. Manque de remords pour les actions, manipulatrices et trompeuses. Peut apparaître charmant dès la première impression. Le mépris des autres et la violation des droits d’autrui doivent être présent avant 15 ans. Cependant, pour le diagnostic des patients l'âge doit être d'au moins 18. Forte association avec un trouble des conduites, antécédents de traumatisme / abus fréquents (voir pédopsychiatrie)

Le diagnostic nécessite 3+ des éléments suivants:

  1. Ne peut pas se conformer à la loi
  2. Irresponsable
  3. Un mépris téméraire pour l'autorité
  4. Sans remords
  5. Sournois (trompeur)
  6. Planification insuffisante (impulsivité)
  7. Humeur (irritable et agressif)
Dépendante[13] : Besoin omniprésent et excessif d'être pris en charge, peur excessive de la séparation, comportements de soumission. Difficulté à prendre des décisions quotidiennes.

Le diagnostic nécessite 5 sur:

  1. Réassurance requisepour les décisions quotidiennes
  2. Difficulté à exprimer son désaccord
  3. Responsabilités de la vie assumées par les autres
  4. Difficulté à initier des projets
  5. Se sent impuissant et mal à l'aise lorsqu'il est seul
  6. S'efforce de faire des efforts excessifs pour obtenir le soutien et le soutien des autres, au point de se porter volontaire pour faire des choses qui sont désagréables.
  7. Cherche de toute urgence une autre relation comme source de soins et de soutien lorsqu'une relation intime prend fin
  8. Peurs exagérées d'être laissé à soi-même
Histrionique: Recherche l'attention et est excessivement émotionnel. Ils sont dramatiques et extraverti. Impossible de former des relations significatives. Présentent souvent des comportements sexuellement inappropriés.

Le diagnostic nécessite plus de 5 + des éléments suivants:

  1. Apparence utilisée pour attirer l'attention
  2. Doit être le centre d'attention, sinon se sent inconfortable
  3. Théâtral
  4. Relations sont considérées comme plus intimes qu'elles ne le sont
  5. Facilement influencé
  6. Comportement séduisant
  7. Expression superficielle des émotions (qui changent rapidement)
  8. Discours impressionniste et vague

6 Approche clinique[modifier | w]

L'étape essentielle du diagnostic des troubles de la personnalité est de commencer de manière non intrusive. Posez des questions générales générales qui ne créeront pas un environnement défensif ou hostile. Posez des questions qui éclaireront l'histoire passée des relations interpersonnelles, les antécédents professionnels, les tests de réalité, la nature affective et le contrôle des impulsions. La collecte de garanties est d'une importance capitale. En raison du manque d'auto-critique du patient, les prestataires auront besoin du témoignage de l'entourage du patient. Il est préférable de collecter les garanties auprès de la famille, des policiers et / ou des agents de libération conditionnelle. De nombreux troubles de la personnalité ont des critères de diagnostic qui se chevauchent, il est donc important de collecter autant de données que possible. Une fois ces données collectées, le clinicien utilisera les critères de diagnostic définis par le DSM-5 pour identifier le trouble qui lui convient le mieux.[2] Certaines cultures et religions croient aux mondes magiques et spirituels; cela n'équivaut pas à des «délires bizarres et magiques». Enfin, divers troubles de la personnalité partagent certaines caractéristiques, entraînant ainsi des diagnostics inexacts potentiels.

Il existe également des instruments validés spécialement conçus pour diagnostiquer uniquement le trouble borderline. Des exemples sont[15][16] :

7 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Les troubles de la personnalité peuvent ressembler ou coexister avec d'autres maladies psychiatriques. Le plus souvent confondu est la distinction entre le trouble de la personnalité limite et le trouble bipolaire. Le plus souvent, en raison de la nature inadaptée du trouble, les patients présenteront très probablement une dépression et une anxiété concomitantes. Les troubles de la personnalité sont inflexibles, pénibles et inadaptés, tandis que le caractère individuel se situe quelque part dans le spectre du «comportement normal». Il est important de noter que les origines culturelles peuvent ressembler aux états pathologiques mentionnés ci-dessous.

Trouble de personnalité Diagnostic différentiel
Groupe A Paranoide[18]
Schizotypique[19]
  • Trouble de la personnalité paranoïaque
  • Trouble de la personnalité schizoïde
Schizoide[20]
Groupe B Borderline[21] [22]
Narcissique[23]
  • Trouble de la personnalité antisociale
  • Trouble de la personnalité histrionique
  • Trouble bipolaire
Anti-social[24]
Histrionique[25] Trouble de la personnalité narcissique

Trouble de la personnalité limite

Trouble de la personnalité dépendante

Groupe C Évitante[26]
  • Trouble d'anxiété sociale ou phobie sociale
  • Trouble de la personnalité schizoïde
Obsessif-compulsif[27]
  • Trouble obsessionnel compulsif
  • Trouble de la personnalité évitante
  • Trouble de la personnalité schizoïde
Dépendante[28]
  • Trouble de la personnalité limite
  • Trouble de la personnalité évitante
  • Trouble de la personnalité histrionnique

8 Traitement[modifier | w]

Les troubles de la personnalité font partie des troubles les plus difficiles à traiter en psychiatrie. Le patient ne verra pas son comportement comme inadapté. Croyant ainsi, le patient aura du mal à accepter le traitement. Même si un patient accepte le traitement, la médecine moderne manque encore de modalités de traitement disponibles, car il n'y a pas de médicaments actuellement approuvés pour traiter un trouble de la personnalité.[29] La meilleure stratégie à mettre en œuvre par un clinicien est d'aider le à patient développer un nouveau comportement face à l'adversité. Pour chaque trouble, le clinicien doit mettre l'accent sur différentes méthodes. Ce plan de traitement pour le trouble de la personnalité peut inclure une thérapie individuelle et de groupe, des médicaments, l'auto-éducation, un traitement spécialisé des troubles liés à l'usage de substances, une hospitalisation partielle ou encore une brève hospitalisation en période de crise. Les médicaments ne sont généralement utilisés qu'en complément de la psychothérapie chez les patients souffrant de troubles de la personnalité[12].

En général, le traitement des troubles de la personnalité vise à [7]:

  • Réduire la souffrance
  • Permettre aux patients de comprendre que leurs problèmes sont liés à eux
  • Diminuer significativement les comportements inadaptés et socialement indésirables
  • Modifier des traits de personnalité problématiques
Traitement des troubles de la personnalité[2]
Trouble de personnalité Traitement pharmacologique Autres thérapies
Groupe A Antipsychotiques de deuxième génération pour les types schizoïdes et schizotypiques.

TP schizotypique: Antipsychotiques atypiques (2e génération) et antidépresseurs

  • La thérapie de groupe peut ne pas être la plus sage car ils ont tendance à être méfiants et méfiants; au lieu de cela, la formation individuelle en compétences sociales peut être la plus bénéfique.
  • TP paranoïde[18]: Aucun traitement ne s'est avéré efficace pour traiter le trouble de la personnalité paranoïaque. Le niveau élevé de suspicion complexifie la création d'alliance thérapeutique. Si le soignant valide les soupçons du patient ceci peut faciliter l'alliance. Ce qui peut lui permettre de participer à une TCC ou accepter de prendre des médicaments (antidépresseurs, des antipsychotiques atypiques) prescrits pour traiter des symptômes spécifiques. Les antipsychotiques atypiques (de seconde génération) peuvent réduire l'anxiété.
  • TP schizotypique[19]: Thérapie cognitive et comportementale (TCC).
  • TP schizoïde[20]: Entraînement aux relations/compétences sociales. Les approches cognitivo-comportementales qui mettent l'accent sur l'acquisition de compétences sociales peuvent également aider les patients à changer.
Groupe B Antisociaux[30]: il faut réduire l'agressivité par des agents pharmacologiques tels que le lithium, l'acide valproïque, les Inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine et les antipsychotiques.
  • TP anti-sociale: Thérapie cognitivo- comportementale (TCC)[24].
  • TP Histrionique: Psychothérapie psychodynamique[25] ou la thérapie cognitivo- comportementale (TCC), en se concentrant sur leur besoin d'attention.
  • TP narcissique : Difficile car ils contesteront toutes les critiques et suggestions. Idéalement, eux aussi bénéficieraient d'une psychothérapie psychodynamique intensive qui met l'accent sur les conflits sous-jacents, peut être efficace. Le traitement basé sur la mentalisation et la psychothérapie focalisée sur le transfert sont aussi une manière de traiter ce trouble[23].
  • TP limite: Thérapie comportementale dialectique (TCD) est efficace.
Groupe C TP évitante[26]: ISRS et IMAO, les anxiolytiques pour baisser l'anxiété et pour permettre aux patients de s'exposer à de nouvelles situations sociales).

TP Obsessionnelle-compulsive: ISRS

TP dépendante: IMAO

  • TP évitant : La psychothérapie de soutien, l'affirmation de soi et la formation aux compétences sociales, et la psychothérapie psychodynamique se sont toutes révélées utile
  • TP obsessionnelle-compulsive[27]: Psychothérapie psychanalytique ou thérapie cognitive et comportementale. (le traitement est compliqué par la rigidité, l'obstination et le besoin de contrôle du patient)
  • TP dépendante[28]: La psychothérapie psychodynamique et la TCC mettent l'accent sur l'analyse de la peur de l'indépendance et des difficultés à s'affirmer, elle permet d'aider les patients présentant un trouble de la personnalité dépendante.

Il est à noter que le traitement pharmacologique n'est en général pas d'usage en première intention. La psychothérapie est le principal traitement et on a recours aux médicaments en cas de besoin ou d'appoint[12].

9 Suivi[modifier | w]

Les patients atteints de trouble de personnalité, devraient être suivis en général. Cependant, le trouble de personnalité limite nécessite une surveillance accrue de part le risque suicidaire et de passage à l'acte. Pour les patients présentant un trouble de la personnalité limite ce suivi devrait être systématique et tout au long de leur traitement, avec une évaluation en série de leurs symptômes, de leur fonctionnement, de leur sécurité, de l'observance des médicaments et des effets secondaires. L'échelle d'évaluation de Zanarini pour le trouble de la personnalité limite, qui évalue la gravité des symptômes du trouble de la personnalité limite sur la base des critères du DSM-IV, peut être utilisée pour une évaluation quantitative standardisée. Des changements dans l'état clinique du patient peuvent nécessiter des changements dans son plan de traitement[31].

10 Complications[modifier | w]

Les troubles de la personnalité peuvent entraîner des conflits interpersonnels et de mauvaises relations sociales. L'individu souffrant de troubles de la personnalité connaîtra :

La société est également affectée par le fardeau des soins de santé. Les personnes atteintes de troubles de la personnalité sont plus susceptibles de se rendre aux urgences, de subir des accidents traumatiques et de subir des décès prématurés par suicide. Compte tenu du manque de diagnostic précis, la gestion des médicaments pour leurs problèmes psychologiques ne conduit pas à de bons résultats.[2]

11 Évolution[modifier | w]

Les troubles de la personnalité sont non seulement pénibles pour l'individu, mais aussi un fardeau pour la société. Des études ont révélé que les troubles de la personnalité ont de fortes corrélations avec les prestations d'invalidité.[32] Parce qu'ils manquent d'auto-critique et ne chercheront pas de soins médicaux appropriés, le pronostic global est sombre. La symptomatologie a tendance à augmenter et à diminuer avec le temps. Heureusement, certains troubles subissent un «épuisement» à mesure que l'individu vieillit. Les symptômes deviennent moins sévères et débilitants avec l'âge.[2]

12 Histoire[modifier | w]

Le tempérament a commencé à être étudié depuis la Grèce antique[33][34]. Une évolution franche a commencé à avoir lieu, notamment les sept perturbations de la personnalité répertoriées par le DSM-1, en 1952. Le DSM II ultérieur (1968), qui a été fortement influencé par la psychanalyse, a élaboré davantage pour séparer distinctement la personnalité perturbations des névroses du même nom. La conceptualisation psychiatrique est passée du modèle psychanalytique précédemment accepté à une approche catégorique. Ce nouveau modèle était représenté par les onze troubles de la personnalité reconnus dans le DSM III (1980). Plus condensé, dans le DSM IV (1994), le chiffre est passé à dix.[35] Lors de la production du DSM 5 (2013), les éditeurs ont envisagé de combiner le nouveau modèle de comportement dimensionnel à cinq facteurs avec des modèles typologiques psychanalytiques de la personnalité. Cependant, le catalogue est finalement resté inchangé.[33] Les dix troubles qui en résultent sont classés en trois groupes (A,B et C). Ces troubles sont actuellement décrits comme des schémas de comportement, de pensée et de sentiments envahissants, inadaptés et chroniques, conduisant finalement à la détresse et au dysfonctionnement.[35][36]

13 Prévention[modifier | w]

En raison du manque de perspicacité, la famille et les amis doivent rester vigilants et persuader le patient de se faire soigner. Les personnes les plus proches du patient sont encouragées à se renseigner sur la nature du trouble particulier existant. Comprendre la maladie bénéficiera non seulement au patient, mais aussi à ceux qui sont à proximité.[37] Des études indiquent que le mariage, l'emploi et l'enseignement supérieur sont des facteurs de protection du handicap. Les patients non mariés, sans emploi et moins scolarisés sont plus susceptibles de souffrir de séquelles importantes de leurs troubles respectifs.[32] Ces facteurs de protection sont supposés empêcher les troubles de la personnalité d'évoluer vers leur psychopathologie plus sévère.

14 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Guorong Ma, Hongying Fan, Chanchan Shen et Wei Wang, « Genetic and Neuroimaging Features of Personality Disorders: State of the Art », Neuroscience Bulletin, vol. 32, no 3,‎ , p. 286–306 (ISSN 1995-8218, PMID 27037690, Central PMCID 5563771, DOI 10.1007/s12264-016-0027-8, lire en ligne)
  2. 2,00 2,01 2,02 2,03 2,04 2,05 2,06 2,07 2,08 2,09 2,10 2,11 et 2,12 Kamron Fariba, Vikas Gupta et Ethan Kass, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 32310518, lire en ligne)
  3. 3,0 et 3,1 « Présentation des troubles de la personnalité », sur Manuel merck,
  4. (en) « Overview of personality disorders », sur uptodate, (consulté le 18 janvier 2021)
  5. « Surveillance des troubles de la personnalité au Québec : prévalence, mortalité et profil d’utilisation des services », sur inspq (consulté le 6 janvier 2021)
  6. « Le trouble de la personnalité limite (borderline)serait fortement lié aux traumatismes de l’enfance »,
  7. 7,0 et 7,1 « Revue générale des troubles de la personnalité », sur Manuel Merck, (consulté le 6 janvier 2021)
  8. « Présentation des troubles de la personnalité », sur manuel merck, (consulté le 29 décembre 2020)
  9. Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, American Psychiatric Association, coll. « DSM Library », (ISBN 978-0-89042-555-8, DOI 10.1176/appi.books.9780890425596.dsm05, lire en ligne)
  10. 10,0 10,1 et 10,2 Andrea Ritzl, Gábor Csukly, Katalin Balázs et Anikó Égerházi, « Facial emotion recognition deficits and alexithymia in borderline, narcissistic, and histrionic personality disorders », Psychiatry Research, vol. 270,‎ , p. 154–159 (ISSN 1872-7123, PMID 30248486, DOI 10.1016/j.psychres.2018.09.017, lire en ligne)
  11. (en) Tina Binesh Marvasti; Sydney McQueen, Toronto notes, Canada, Toronto, Ontario : Toronto Notes for Medical Students., , 1390 p.
  12. 12,0 12,1 et 12,2 (en) « Overview of personality disorders », sur uptodate, (consulté le 29 décembre 2020)
  13. 13,0 et 13,1 Krystle L. Disney, « Dependent personality disorder: a critical review », Clinical Psychology Review, vol. 33, no 8,‎ , p. 1184–1196 (ISSN 1873-7811, PMID 24185092, DOI 10.1016/j.cpr.2013.10.001, lire en ligne)
  14. 14,0 et 14,1 Paweł A. Atroszko, Zsolt Demetrovics et Mark D. Griffiths, « Work Addiction, Obsessive-Compulsive Personality Disorder, Burn-Out, and Global Burden of Disease: Implications from the ICD-11 », International Journal of Environmental Research and Public Health, vol. 17, no 2,‎ 01 20, 2020 (ISSN 1660-4601, PMID 31968540, Central PMCID 7014139, DOI 10.3390/ijerph17020660, lire en ligne)
  15. (en) Martin Bohus, Nikolaus Kleindienst, Matthias F. Limberger et Rolf-Dieter Stieglitz, « The Short Version of the Borderline Symptom List (BSL-23): Development and Initial Data on Psychometric Properties », Psychopathology, vol. 42, no 1,‎ , p. 32–39 (ISSN 0254-4962 et 1423-033X, DOI 10.1159/000173701, lire en ligne)
  16. (en) Elizabeth C. Rojas, Brian M. Hicks, Stephen Stark et Christopher J. Hopwood, « Elaborating on the construct validity of the Minnesota Borderline Personality Disorder Scale (MBPD): A multi-sample, longitudinal examination. », Psychological Assessment, vol. 27, no 1,‎ , p. 332–339 (ISSN 1939-134X et 1040-3590, DOI 10.1037/pas0000061, lire en ligne)
  17. (en) « Antisocial personality disorder: Epidemiology, clinical manifestations, course and diagnosis », sur uptodate, (consulté le 6 janvier 2021)
  18. 18,0 et 18,1 « Trouble de la personnalité paranoïde », sur Manuel Merck, (consulté le 6 janvier 2021)
  19. 19,0 et 19,1 « Trouble de la personnalité schizotypique », sur Manuel Merck, (consulté le 6 janvier 2021)
  20. 20,0 et 20,1 « Trouble de la personnalité schizoïde », sur Merck manual, (consulté le 6 janvier 2021)
  21. Joel Paris et Donald W. Black, « Borderline personality disorder and bipolar disorder: what is the difference and why does it matter? », The Journal of Nervous and Mental Disease, vol. 203, no 1,‎ , p. 3–7 (ISSN 1539-736X, PMID 25536097, DOI 10.1097/NMD.0000000000000225, lire en ligne)
  22. (en) « Borderline personality disorder: Epidemiology, pathogenesis, clinical features, course, assessment, and diagnosis », sur uptodate, (consulté le 6 janvier 2021)
  23. 23,0 et 23,1 « Trouble de la personnalité narcissique », sur manuel merck, (consulté le 6 janvier 2021)
  24. 24,0 et 24,1 (en) « Trouble de la personnalité antisociale: épidémiologie, manifestations cliniques, évolution et diagnostic », sur uptodate, (consulté le 6 janvier 2021)
  25. 25,0 et 25,1 « Trouble de la personnalité histrionique », sur manuel merck, (consulté le 6 janvier 2021)
  26. 26,0 et 26,1 « Trouble de la personnalité évitante », sur manuel merck, (consulté le 6 janvier 2021)
  27. 27,0 et 27,1 « Trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive », sur Manuel Merck, (consulté le 6 janvier 2021)
  28. 28,0 et 28,1 « Trouble de la personnalité dépendante », sur manuel merck, (consulté le 6 janvier 2021)
  29. U. C. Nzeako, Z. D. Goodman et K. G. Ishak, « Hepatocellular carcinoma and nodular regenerative hyperplasia: possible pathogenetic relationship », The American Journal of Gastroenterology, vol. 91, no 5,‎ , p. 879–884 (ISSN 0002-9270, PMID 8633575, lire en ligne)
  30. « Trouble de la personnalité antisociale », sur Manuel Merck, (consulté le 6 janvier 2021)
  31. (en) « Approche pour traiter les patients atteints de trouble de la personnalité limite », sur uptodate, (consulté le 6 janvier 2021)
  32. 32,0 et 32,1 Ting-Ting Zhang, Yue-Qin Huang, Zhao-Rui Liu et Hong-Guang Chen, « Distribution and Risk Factors of Disability Attributed to Personality Disorders: A National Cross-sectional Survey in China », Chinese Medical Journal, vol. 129, no 15,‎ , p. 1765–1771 (ISSN 2542-5641, PMID 27453222, Central PMCID 4976561, DOI 10.4103/0366-6999.186649, lire en ligne)
  33. 33,0 et 33,1 Marc-Antoine Crocq, « Milestones in the history of personality disorders », Dialogues in Clinical Neuroscience, vol. 15, no 2,‎ , p. 147–153 (ISSN 1958-5969, PMID 24174889, Central PMCID 3811086, lire en ligne)
  34. Darryl Bassett, « Personality disorders: A Retrospective », The Australian and New Zealand Journal of Psychiatry, vol. 51, no 7,‎ , p. 658–659 (ISSN 1440-1614, PMID 28633575, DOI 10.1177/0004867417716782, lire en ligne)
  35. 35,0 et 35,1 Sylia Wilson, Catherine B. Stroud et C. Emily Durbin, « Interpersonal dysfunction in personality disorders: A meta-analytic review », Psychological Bulletin, vol. 143, no 7,‎ , p. 677–734 (ISSN 1939-1455, PMID 28447827, Central PMCID 5507693, DOI 10.1037/bul0000101, lire en ligne)
  36. Timothy J. Trull et Thomas A. Widiger, « Dimensional models of personality: the five-factor model and the DSM-5 », Dialogues in Clinical Neuroscience, vol. 15, no 2,‎ , p. 135–146 (ISSN 1958-5969, PMID 24174888, Central PMCID 3811085, lire en ligne)
  37. Jeremy Coid, Min Yang, Peter Tyrer et Amanda Roberts, « Prevalence and correlates of personality disorder in Great Britain », The British Journal of Psychiatry: The Journal of Mental Science, vol. 188,‎ , p. 423–431 (ISSN 0007-1250, PMID 16648528, DOI 10.1192/bjp.188.5.423, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.