Système olfactif

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Système olfactif
Concept
Olfactory system.svg
Informations
Autres noms Olfaction
Wikidata ID Q1054094
Spécialités ORL, neurologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Le système olfactif permet la perception des odeurs. Il est composé des récepteurs olfactifs, d'un système de transduction, du bulbe olfactif puis du cortex olfactif. La perception du goût lui est intimement liée car la nourriture est également sentie lorsque son odeur se répand dans le pharynx et atteint les récepteurs dans l'espace rétro-nasal.

1 Étapes de l'olfaction[modifier | w]

Étapes et anatomie de l'olfaction

1.1 Récepteurs olfactifs[modifier | w]

Le neuroépithélium olfactif, situé dans le toit des cavités nasales, comprend cellules réceptrices bipolaires, les cellules de soutien, les cellules basales et les brosses. [1] Il y a environ 6 millions de neurones récepteurs bipolaires sensoriels dont les corps cellulaires et dendrites sont dans l'épithélium. Les axones de ces cellules s'agrègent en 30-40 fascicules, appelés fila olfactif, qui se projettent à travers la plaque criblée. Ces axones constituent collectivement le nerf olfactif (CN I) et servent à la médiation du sens de l'odorat.[2]

1.2 Transduction olfactive[modifier | w]

La transduction olfactive commence par le mouvement des odorants de la phase aérienne à la phase aqueuse dans le mucus olfactif. Les odorants sont transportés par des protéines de liaison odorantes ou diffusent à travers le mucus et atteignent les cils aux extrémités dendritiques des neurones récepteurs bipolaires. La stimulation provoque le déclenchement de potentiel d'action et les signaux sont envoyés au cerveau via la fila olfactive. [3][1]

1.3 Le bulbe olfactif[modifier | w]

Les axones des neurones récepteurs olfactifs se projettent à travers la plaque cribriforme vers le bulbe olfactif. Le bulbe olfactif est une structure à la base du lobe frontal. Il comprend des neurones, des fibres nerveuses, interneurones, microglia, astrocytes et vaisseaux sanguins. Il est composé de 6 couches: couche nerveuse olfactive, couche glomérulaire, couche plexiforme externe, couche cellulaire mitrale, couche plexiforme interne et couche granuleuse. Les terminales des axones récepteurs synapse avec les dendrites des cellules mitrales et touffes dans le glomérule du bulbe olfactif. Les axones des cellules mitrales et des touffes envoient des signaux au cortex olfactif.[3][1]

1.4 Cortex olfactif[modifier | w]

Le cortex olfactif primaire comprend le noyau olfactif antérieur, le cortex piriforme, le noyau cortical antérieur de l'amygdale, le complexe périamygdaloïde et le cortex entorhinal rostral. Une caractéristique unique de l'olfaction est son indépendance vis-à-vis du thalamus. Les signaux d'odeur sont envoyés directement du neurone récepteur sensoriel au cortex primaire. Cependant, la communication entre le cortex olfactif primaire et secondaire nécessite des connexions avec le thalamus.[3][1]

2 Perception des odeurs[modifier | w]

L'identité, la qualité et la familiarité des odeurs sont principalement déchiffrées par le cortex piriforme. La conscience de l'odorat est obtenue par des projections du cortex piriforme vers le noyau dorsal médial du thalamus et vers le cortex orbitofrontal, dont fait partie le cortex olfactif secondaire.[1]

Il existe environ 1 000 récepteurs olfactifs codés dans le génome humain [4] Moins de 500 récepteurs sont fonctionnels dans l'épithélium nasal. Chaque neurone récepteur est un seul type de récepteur olfactif et n'est spécifique à aucun odorant.[3] Un odorant est reconnu par plusieurs types de récepteurs et les odorants sont donc reconnus par une combinaison de récepteurs. Le système olfactif repose sur différents modèles d'excitation pour obtenir différents codes pour différents odorants. Ce codage explique pourquoi nous pouvons détecter plus d'odeurs qu'il n'y a de récepteurs dans l'épithélium nasal.[1]

3 Olfaction et saveur[modifier | w]

La saveur est perçue par la combinaison du sens du goût, de l'odorat et du nerf trijumeau (CN V). Le système gustatif est responsable de la différenciation entre le sucré, l'aigre, le salé, l'amer et le umami [4] Le système olfactif reconnaît les odorants lorsqu'ils passent dans l'épithélium olfactif par la voie rétronasale. [1] Cela explique pourquoi nous pouvons identifier une variété de saveurs bien qu'il n'y ait que cinq types de récepteurs gustatifs. Le nerf trijumeau détecte la texture, la douleur et la température des aliments.[4]

4 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 L Kalogjera et D Dzepina, « Management of smell dysfunction », Curr Allergy Asthma Rep, vol. 12, no 2,‎ , p. 154–62 (PMID 22297924, DOI 10.1007/s11882-012-0248-5)
  2. R Doty, « Olfaction », Annu. Rev. Psychol., vol. 52,‎ , p. 423–452 (PMID 11148312, DOI 10.1146/annurev.psych.52.1.423)
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 R Doty, « The olfactory system and its disorders », Seminars in Neurology, vol. 29, no 1,‎ , p. 74–81 (PMID 19214935, DOI 10.1055/s-0028-1124025)
  4. 4,0 4,1 et 4,2 T Hummel, B Landis et K-B Huttenbrink, « Smell and taste disorders », GMS Current Topics in Otorhinolaryngology Head and Neck Surgery, vol. 10,‎ , Doc04 (PMID 22558054, Central PMCID 3341581, DOI 10.3205/cto000077)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.