Signe de Kussmaul (signe clinique)

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Signe de Kussmaul
Signe clinique
Données
Système Cardiovasculaire
Modalité
Examen cardiaquePression veineuse jugulaire
Informations
Terme anglais Kussmaul's sign
Wikidata ID Q1445812
Spécialité Cardiologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Le signe de Kussmaul est l'augmentation paradoxale de la pression veineuse jugulaire (PVJ) observé à l'inspiration[1][note 1][2].

1 Examen physique[modifier | w]

Pour mieux visualiser le signe de Kussmaul, placer la tête du patient alité à 45°[1].

Pour estimer la PVJ[note 2], il suffit de[1]:

  1. Localiser le ménisque, soit le point le plus élevé de la pulsation de la veine jugulaire visible qui peut être soit la veine jugulaire interne ou, le cas échéant, la veine jugulaire externe.
  2. Localiser l'angle sternal qui sera considérée ici comme étant le point zéro de PVJ.
  3. Placer deux règles à un angle de 90° de manière à ce que la première règle soit horizontale et, donc, parallèle au ménisque et de manière à ce que la seconde règle soit perpendiculaire à la première et soit en contact avec l'angle sternal.
  4. La hauteur mesurée en centimètre entre l'angle sternal et le ménisque correspond à la PVJ.

Une augmentation paradoxale de la PVJ lors de l'inspiration est un signe de Kussmaul positif.

2 Physiopathologie[modifier | w]

Normalement, la PVJ diminue pendant l'inspiration puisque, à ce moment-là, la pression intrathoracique chute et exerce un effet de succion sur le retour veineux[1]. Le signe de Kussmaul suggère, donc, un processus pathologique qui interfère soit avec le retour veineux du sang vers le coeur, soit avec le remplissage du ventricule droit[1].

3 Interprétation[modifier | w]

Un remplissage restreint du ventricule droit peut être dû à un syndrome compressif du péricarde (ex. une tamponnade, une péricardite constrictive, une péricardite avec épanchement, etc.) ou bien à une rigidité pathologique du ventricule droit qui serait, à son tour, secondaire à un infarctus, à une hypertrophie ou à une cardiomyopathie[3].

4 Notes[modifier | w]

  1. Le signe de Kussmaul ne doit pas être confondu avec la respiration de Kussmaul qui est une respiration profonde et rapide observée en cas d'acidose métabolique.
  2. Pour estimer la pression veineuse centrale (PVC), il suffit d'ajouter 5 cm à la valeur de la PVJ sachant que le point zéro de la PVC se trouve au centre de l'oreillette droite.

5 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 (en) Salvatore Mangione, Cardiology Secrets (Fifth Edition), Elsevier, (ISBN 978-0-323-47870-0, DOI 10.1016/b978-0-323-47870-0.00001-5, lire en ligne), p. 3–10
  2. (en) U. G. Lalloo, Encyclopedia of Respiratory Medicine, Academic Press, (ISBN 978-0-12-370879-3, DOI 10.1016/b0-12-370879-6/00518-4, lire en ligne), p. 182–189
  3. (en) Stuart J. Hutchison, Gail Rudakewich, Myra Rudakewich et Stuart J. Hutchison, Pericardial Diseases, W.B. Saunders, (ISBN 978-1-4160-5274-6, DOI 10.1016/b978-1-4160-5274-6.50008-3, lire en ligne), p. 17–22

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.

Maladies avec cette présentation