Retard staturo-pondéral

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Retard staturo-pondéral
Maladie
Growth Curve Girl (WHO).jpg
Une courbe de croissance normale pour une fille
Caractéristiques
Signes Splénomégalie, Chéilite, Koïlonichie, Hépatomégalie, Hypotonie, Hypertonie, Cassure de la courbe de croissance, Retard dans la courbe de croissance, Mauvaise hygiène corporelle, Rash, Hématomes, Cicatrices, Tête de petite taille, Fermeture prématurée des fontanelles, Dysmorphie de la tête, Dysmorphie oculaire, Hématome péri-orbitaire, Choriorétinite, Leucocorrhée, Otite externe, Oreille implantée basses, Otite moyenne, Palais ogival, Fente palatine, Caries dentaires, Glossite, Muqueuse buccale sèche, Halitose, Candidiase orale, Cou palmé, Adénopathies cervicales, Crépitants, Stridor, Wheezing, Souffle cardiaque, Déplacement du choc apexien, Pouls irrégulier, Protubérance abdominale, Masse abdominale, Omphalite, Augmentation du péristaltisme, Diminution du péristaltisme, Mauvaise hygiène génitale, Trauma à la vulve, Leucorrhée, Ambiguïté génitale, Hyporéflexie, Persistance des réflexes primitifs, Latéralisation, Évitement du regard, Arcage, Indifférence, Mouvements anormaux, OMI, Atrophie musculaire, Gonflement articulaire, Brûlure, Michaël St-Gelais/Brouillons/Fente labiale, Maber660/Brouillons/Alopécie, Arthralgie , Goître, maladie thyroïdienne (approche clinique)
Symptômes Ronflement, Dysphagie, Vomissements, Perte de poids, Régression développementale, Diarrhée , Catherine Baillargeon-Audet/Brouillons/Apnée, hypopnée du sommeil (syndrome)
Diagnostic différentiel Malnutrition, Kwashiokor, Marasme, Petite taille constitutionnelle
Informations
Autres noms Retard de croissance
Wikidata ID Q1497481
Spécialité Pédiatrie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v2) ]
Objectif du CMC
Retard staturo-pondéral (31-2)

Le retard staturo-pondéral (RSP) indique un gain de poids ou de taille insuffisant ou une perte de poids inappropriée chez les enfants ou les nourissons [1]

Le RSP est suggéré par une chute d'un ou plusieurs espaces centiles sur une courbe de croissance en fonction du poids à la naissance ou lorsque le poids est inférieur au 2e centile de poids pour l'âge, quel que soit le poids à la naissance. [2][3] Chez les enfants dont le poids à la naissance se situait entre le 9e et le 91e centile, le RSP est évoqué par une chute sur 2 espaces centiles ou plus.

1 Épidémiologie[modifier | w]

  • Le retard de croissance est très répandu aux États-Unis, représentant 5 à 10% des enfants. [4]
  • Le retard de croissance est plus fréquent chez les enfants de statut socio-économique inférieur et [4] Le retard de croissance représente 3 à 5% de toutes les admissions à l'hôpital pour les enfants de moins de deux ans.[5][6]
  • Des études rétrospectives suggèrent que les hommes sont légèrement plus susceptibles que les femmes d'être admis à l'hôpital pour RSP (53,2% contre 46,7%). [6]

2 Facteurs de risque[modifier | w]

3 Étiologies[modifier | w]

Les étiologies du RSP se divisent 3 catégories:[10]

  1. Apport calorique insuffisant
  2. Malabsorption / défaut de rétention calorique
  3. Augmentation de la demande métabolique

Il est aussi commun de diviser les étiologies en organiques et inorganiques. Les causes inorganiques sont largement plus fréquentes (90%) que les causes organiques.[11][12]

3.1 Apport calorique insuffisant[modifier | w]

3.2 Malabsorption / défaut de rétention calorique[modifier | w]

3.3 Augmentation de la demande métabolique[modifier | w]

4 Physiopathologie[modifier | w]

Les étiologies du RSP sont multiples, mais le déficit calorique net est est à la base de ce dernier.[11]

5 Présentation clinique[modifier | w]

  • L'évaluation clinique du RSP est recommandée pour les bébés qui perdent plus de 10% de leur poids de naissance ou qui ne reviennent pas à leur poids de naissance après trois semaines.[2]
  • Le retard de croissance se manifeste généralement avant deux ans, lorsque les taux de croissance sont les plus élevés. [14]

5.1 Questionnaire[modifier | w]

Un questionnaire détaillé de la mère, la grossesse et l'enfant doit être effectué:[18]

  • Mère
    • âge, niveau socio-économique et emploir
    • grossesses antérieures, accouchements
    • habitudes de vies (particulièrement alimentaires)
    • antécédents médicaux et psychiatriques
  • Grossesse: prise de poids, tabagisme et consommation de substances, médicaments, complications, travail et accouchement
  • Histoire néonatale:
  • Enfant
    • histoire nutritionnelle
      • particulièrement la prise de poids ou la perte de poids
        • la perte de poids après la naissance est normale et la plupart des bébés retrouvent leur poids à la naissance à l'âge de trois semaines.[2]
        • le schéma caractéristique observé chez les enfants dont l'apport nutritionnel est insuffisant est une décélération initiale de la prise de poids, suivie plusieurs semaines à plusieurs mois plus tard par une décélération de la stature, et enfin une décélération de la circonférence de la tête[19]
      • comportements lors de l'alimentation
      • connaissance de la mère quant aux besoins nutritionnels de l'enfant
    • antécédents médicaux (infections respiratoires récurrentes ou autres infections), statut vaccinal, allergies et intolérances, médicaments
    • histoire développementale et particulièrement la régression développementale
    • symptômes particuliers: vomissements, diarrhée, dysphagie, ronflement, apnée du sommeil, dysphagie
  • Conditions socio-sanitaires et familiales
    • accès à la nourriture
    • milieux de vie, structure familiale
    • présence de négligence ou maltraitance
    • état de santé et histoire des autres enfants de la famille

5.2 Examen clinique[modifier | w]

L'examen clinique sera orienté sur l'objectivation du retard staturo-pondéral, mais aussi sur la trouvaille de son étiologie:[18]

6 Examens[modifier | w]

Certains examens peuvent être tentés afin d'éliminer une cause organique, mas ces derniers sont rarement utiles.[7][11]

L'imagerie n'est pas indiquée de routine, mais peut aider à mettre en lumière une étiologie anatomique:[11]

7 Approche clinique[modifier | w]

  • Si la circonférence de la tête est affectée initialement en plus du poids ou de la longueur, d'autres facteurs sont des causes plus probables qu'un apport insuffisant.
  • Une diminution de la longueur avec une perte de poids proportionnelle peut être liée à des facteurs nutritionnels de longue date ainsi qu'à des causes génétiques ou endocriniennes.[19]

8 Diagnostic différentiel[modifier | w]

9 Traitement[modifier | w]

La prise en charge est la suivante:[11]

  • La priorité du traitement est de trouver et prendre en charge l'étiologie.
  • Admission hospitalière: afin d'effectuer les investigations, d'observer la réalimentation et la prise de poids;
  • Nutrition entérale: doit être privilégiée
  • TNG: si nutrition entérale non tolérée (court-terme)
  • Gastrostomie: si nutrition entérale non tolérée (court-terme)
  • Nutrition parentérale: dernier recours
  • Nutrition clinique: consultation en nutrition clinique afin de s'assurer que l'apport calorique est suffisant
  • Il est important d'établir une routine de repas.

Certaines autres pathologies auront des traitements spécifiques au niveau nutritionnel (ex: enzymes pancréatiques pour la FK).

10 Suivi[modifier | w]

  • Le RSP demandera un suivi rapproché afin de s'assurer que la situation se corrige.[11]
  • Étant donné la prévalence des facteurs psychosociaux dans l'étiologie du RSP, un suivi de ces causes sera également nécessaire.[11]

11 Évolution[modifier | w]

  • L'évolution dépend de la cause.
  • Dans la plupart des cas, la récupération sera lente et progressive.
  • Il y a possibilité de séquelles au niveau neuro-psychiatrique.[20][21]

12 Complications[modifier | w]


13 Notes[modifier | w]

  1. toxoplasmose, autre (syphilis, varicelle-zona, parvovirus B19), rubéole, cytomégalovirus, herpès
  2. Certaines conditions demandent des courbes de croissance spécifiques, comme la trisomie 21, l'achondroplasie, le syndrome de Turner, etc.

14 Références[modifier | w]

  1. « Weight faltering and failure to thrive in infancy and early childhood », BMJ, vol. 345, no sep25 1,‎ , e5931 (PMID 23014901, DOI 10.1136/bmj.e5931, lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 et 2,2 National Guideline Alliance (UK), Faltering Growth – recognition and management, London, National Institute for Health and Care Excellence (UK), coll. « National Institute for Health and Care Excellence: Clinical Guidelines », (ISBN 978-1-4731-2693-0, PMID 28991420, lire en ligne)
  3. « Weight-for-age Child growth standards », sur World Health Organization
  4. 4,0 4,1 et 4,2 Larson-Nath C, Biank VF, « Clinical Review of Failure to Thrive in Pediatric Patients », Pediatric Annals, vol. 45, no 2,‎ , e46-9 (PMID 26878182, DOI 10.3928/00904481-20160114-01)
  5. Goh LH, How CH, Ng KH, « Failure to thrive in babies and toddlers », Singapore Medical Journal, vol. 57, no 6,‎ , p. 287–291 (PMID 27353148, PMCID 4971446, DOI 10.11622/smedj.2016102)
  6. 6,0 et 6,1 Thompson RT, Bennett WE, Finnell SM, Downs SM, Carroll AE, « Increased length of stay and costs associated with weekend admissions for failure to thrive », Pediatrics, vol. 131, no 3,‎ , e805-10 (PMID 23439903, DOI 10.1542/peds.2012-2015, lire en ligne)
  7. 7,00 7,01 7,02 7,03 7,04 7,05 7,06 7,07 7,08 7,09 7,10 7,11 7,12 7,13 et 7,14 Ingo Scholler et S. Nittur, « Understanding failure to thrive », Paediatrics and Child Health, vol. 22, no 10,‎ , p. 438–442 (DOI 10.1016/j.paed.2012.02.007)
  8. 8,0 8,1 8,2 8,3 8,4 8,5 8,6 et 8,7 Robert Kliegman, Patricia S Lye, Brett J Bordini, Heather Toth et Donald Basel, Nelson pediatric symptom-based diagnosis, Philadelphia, Pennsylvania, (ISBN 978-0-323-39956-2, OCLC 986243536)
  9. « Postnatal depression and infant growth and development in low income countries: a cohort study from Goa, India », Archives of Disease in Childhood, vol. 88, no 1,‎ , p. 34–37 (PMID 12495957, PMCID 1719257, DOI 10.1136/adc.88.1.34)
  10. « Failure to Thrive: A Practical Guide », American Family Physician, vol. 94, no 4,‎ , p. 295–9 (PMID 27548594)
  11. 11,0 11,1 11,2 11,3 11,4 11,5 et 11,6 Ashley E. Smith et Madhu Badireddy, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29083644, lire en ligne)
  12. « Failure to thrive: current clinical concepts », Pediatrics in Review, vol. 32, no 3,‎ , p. 100–7; quiz 108 (PMID 21364013, DOI 10.1542/pir.32-3-100, lire en ligne)
  13. Ingo Scholler et S. Nittur, « Understanding failure to thrive », Paediatrics and Child Health, vol. 22, no 10,‎ , p. 438–442 (ISSN 1751-7222, DOI 10.1016/j.paed.2012.02.007)
  14. 14,0 14,1 14,2 14,3 et 14,4 Basil J Zitelli, Sara C McIntire et Andrew J Nowalk, Zitelli and Davis' atlas of pediatric physical diagnosis, Philadelphia, Pennsylvania, Sixth, (ISBN 978-0-323-07932-7, OCLC 793494374)
  15. Hye Ran Yang, « How to approach feeding difficulties in young children », Korean Journal of Pediatrics, vol. 60, no 12,‎ , p. 379–384 (ISSN 1738-1061, PMID 29302261, PMCID 5752637, DOI 10.3345/kjp.2017.60.12.379)
  16. Arne Høst, « Frequency of cow's milk allergy in childhood », Annals of Allergy, Asthma & Immunology, vol. 89, no 6,‎ , p. 33–37 (ISSN 1081-1206, DOI 10.1016/S1081-1206(10)62120-5)
  17. « Short bowel syndrome: epidemiology and etiology », Seminars in Pediatric Surgery, vol. 19, no 1,‎ , p. 3–9 (PMID 20123268, DOI 10.1053/j.sempedsurg.2009.11.001)
  18. 18,0 et 18,1 (en) Andrew P Sirotnak, MD, « Failure to Thrive », sur emedicine.medscape.com (consulté le 25 mars 2020)
  19. 19,0 et 19,1 « {{{1}}} »
  20. Adil J. Malek, Mary M. Mrdutt, Marinda G. Scrushy et Lea H. Mallet, « Long-term growth outcomes in neonates diagnosed with necrotizing enterocolitis: a 20-year analysis », Journal of Pediatric Surgery, vol. 54, no 5,‎ , p. 949–954 (ISSN 1531-5037, PMID 30782443, DOI 10.1016/j.jpedsurg.2019.01.028, lire en ligne)
  21. Meera Viswanathan, Jenifer Goldman Fraser, Huiling Pan et Marcia Morgenlander, « Primary Care Interventions to Prevent Child Maltreatment: Updated Evidence Report and Systematic Review for the US Preventive Services Task Force », JAMA, vol. 320, no 20,‎ 11 27, 2018, p. 2129–2140 (ISSN 1538-3598, PMID 30480734, DOI 10.1001/jama.2018.17647, lire en ligne)
  22. « Minerva », BMJ, vol. 336, no 7639,‎ , p. 336.2–336 (ISSN 0959-8138, PMCID 2234541, DOI 10.1136/bmj.39479.508819.80)