Répaglinide

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Répaglinide
Médicament
Repaglinide ball-and-stick.png
Caractéristiques
Classes Hypoglycémiants orauxantihyperglycémiantsglinidessécrétagogues
Noms commerciaux GluconormMDPrandinMD
Voies d'administration PO
Formes posologiques 0.5mg1 mg2 mg
Catégorie en grossesse C
Informations
Terme anglais Repaglinide
Autres noms méglitinides
Wikidata ID Q2195995
Spécialité Endocrinologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v1) ]

Le répaglinide est un médicament antidiabétique dans la classe des médicaments appelés méglitinides, et a été inventé en 1983. Le répaglinide est un médicament oral utilisé en complément du régime alimentaire et de l'exercice pour la glycémie. contrôle du diabète sucré de type 2.[1] Le mécanisme d'action du repaglinide consiste à favoriser la libération d'insuline par les cellules des îlots β du pancréas; comme les autres médicaments antidiabétiques, l'hypoglycémie est une préoccupation majeure[1]. Il est vendu sous le nom de Prandin aux États-Unis, GlucoNorm au Canada, Surepost au Japon, Repaglinide en Egypte et NovoNorm ailleurs.

1 Indications[modifier | w]

Le répaglinide est un médicament oral utilisé en complément du régime alimentaire et de l'exercice pour contrôler la glycémie dans le diabète sucré de type 2. [1]

1.1 Posologie chez l'adulte[modifier | w]

1.1.1 Diabète sucré de type 2[modifier | w]

  • Dose de départ[2] :
    • 0,5 mg à chaque repas si non traité ou HbA1c est <8%
    • 1 ou 2 mg à chaque repas si traités par des hypoglycémiants et HbA1c est ≥ 8%
  • Ajustement de dose: jusqu'à 4 mg à chaque repas BID, TID ou QID
  • attendre 1 semaine avant modifications
  • dose quotidienne maximale recommandée est de 16 mg
  • en cas relais d'un autre hypoglycémiant, commencer le lendemain de l'arrêt. SI demi-vie longue , surveiller les hypoglycémies.

1.2 Posologie chez l'enfant[modifier | w]

Il existe des informations limitées concernant l'utilisation du répaglinide étiqueté par la FDA chez les patients pédiatriques.[2]

1.3 Considérations posologiques[modifier | w]

1.3.1 Femmes enceintes[modifier | w]

Catégorie de grossesse C: l'innocuité n'a pas été établie chez la femme enceinte.[1]

1.3.2 Insuffisance rénale[modifier | w]

Des précautions doivent être prises chez les personnes ayant une fonction rénale diminuée lors de l'utilisation de ce médicament.[1]

1.3.3 Insuffisance hépatique[modifier | w]

Des précautions doivent être prises chez les personnes atteintes d'une maladie du foie lors de l'utilisation de ce médicament.[1]

2 Contre-indications[modifier | w]

Le répaglinide est contre-indiqué chez les personnes atteintes de:

  • Acidocétose diabétique, avec ou sans coma
  • Diabète de type 1
  • Co-administration avec le gemfibrozil
  • Hypersensibilité connue au médicament ou à des ingrédients inactifs [1]

3 Mises en garde et précautions[modifier | w]

3.1 Général:[modifier | w]

Le répaglinide n'est pas indiqué pour une utilisation en association avec l'insuline NPH.[2]

3.2 Résultats macrovasculaires:[modifier | w]

Il n'y a eu aucune étude clinique établissant des preuves concluantes de réduction du risque macrovasculaire avec le répaglinide ou tout autre médicament antidiabétique.[2]

3.3 Hypoglycémie[modifier | w]

Tous les médicaments hypoglycémiants oraux, y compris le répaglinide, sont capables de provoquer une hypoglycémie. Une sélection, une posologie et des instructions appropriées aux patients sont importantes pour éviter les épisodes hypoglycémiques. L'insuffisance hépatique peut entraîner une élévation des taux sanguins de repaglinide et une diminution de la capacité gluconéogène, les deux augmentant le risque d'hypoglycémie grave. Les patients âgés, affaiblis ou mal nourris et ceux souffrant d'insuffisance rénale, hypophysaire, hépatique ou sévère peuvent être particulièrement sensibles à l'action hypoglycémique des hypoglycémiants.[2]

L'hypoglycémie peut être difficile à reconnaître chez les personnes âgées et chez les personnes prenant des médicaments bloquant les bêta-adrénergiques. L'hypoglycémie est plus susceptible de se produire lorsque l'apport calorique est déficient, après un exercice intense ou prolongé, lorsque l'alcool est ingéré ou lorsque plusieurs médicaments hypoglycémiants sont utilisés.

La fréquence de l'hypoglycémie est plus élevée chez les patients atteints de diabète de type 2 qui n'ont pas été précédemment traités par des hypoglycémiants oraux (naïfs) ou dont l'HbA1c est inférieure à 8%. Le répaglinide doit être administré avec les repas pour réduire le risque d'hypoglycémie.

Perte de contrôle de la glycémie: lorsqu'un patient stabilisé sous un régime diabétique est exposé à un stress tel que fièvre, traumatisme, infection ou chirurgie, une perte de contrôle glycémique peut survenir. À ces moments, il peut être nécessaire d'arrêter le répaglinide et d'administrer de l'insuline. L'efficacité de tout médicament hypoglycémiant pour abaisser la glycémie au niveau souhaité diminue chez de nombreux patients sur une période de temps, ce qui peut être dû à la progression de la gravité du diabète ou à une diminution de la réactivité au médicament. Ce phénomène est connu sous le nom d'échec secondaire, pour le distinguer de l'échec primaire dans lequel le médicament est inefficace chez un patient individuel lors de la première administration du médicament. Un ajustement adéquat de la dose et le respect du régime alimentaire doivent être évalués avant de classer un patient comme échec secondaire.

4 Effets indésirables[modifier | w]

Les événements indésirables courants comprennent: [1]

Métabolique

  • Hypoglycémie (31%)

Respiratoire

  • Infection des voies respiratoires supérieures (16%)
  • Sinusite (6%)
  • Rhinite (3%)

Gastro-intestinale

  • Nausées (5%)
  • Diarrhée (5%)
  • Constipation (3%)
  • Vomissements (3%)

Appareil locomoteur

  • Arthralgie (6%)
  • Maux de dos (5%)

Autre

  • Maux de tête (11%)
  • Paresthésie (3%)

Les événements indésirables graves comprennent: [1]

  • Ischémie cardiaque (2%)
  • Angine de poitrine (1,8%)
  • Décès dus à des événements cardiovasculaires (0,5%)

5 Interactions[modifier | w]

Le répaglinide est un substrat majeur de CYP3A4 et ne doit pas être administré en concomitance avec gemfibrozil, clarithromycine ou azole antifongiques tels que itraconazole ou kétoconazole. [1] L'administration de répaglinide et d'un ou de plusieurs de ces médicaments entraîne une augmentation de la concentration plasmatique de répaglinide et peut conduire à hypoglycémie. La co-administration de répaglinide et de clopidogrel (un inhibiteur du CYP2C8) peut entraîner une baisse significative de la glycémie en raison d'une interaction médicamenteuse.[3] En fait, l'utilisation de ces médicaments ensemble pendant une seule journée peut entraîner une augmentation des niveaux de répaglinide au-delà de 5 -plier ... et peut entraîner une hypoglycémie importante.

Le répaglinide ne doit pas être associé à sulfonylurée, car ils ont le même mécanisme d'action. [1]

6 Surdosage[modifier | w]

6.1 Surdosage aigu[modifier | w]

6.1.1 Signes et symptômes[modifier | w]

Dans un essai clinique, les patients ont reçu des doses croissantes de répaglinide jusqu'à 80 mg par jour pendant 14 jours. Il y a eu peu d'effets indésirables autres que ceux associés à l'effet escompté d'abaisser la glycémie. Aucune hypoglycémie ne s'est produite lorsque les repas ont été administrés avec ces doses élevées.[2]

6.1.2 La gestion[modifier | w]

Les symptômes d'hypoglycémie sans perte de conscience ou signes neurologiques doivent être traités de manière agressive avec du glucose par voie orale et des ajustements de la posologie du médicament et / ou des schémas de repas. Une surveillance étroite peut se poursuivre jusqu'à ce que le médecin soit assuré que le patient est hors de danger. Les patients doivent être étroitement surveillés pendant au moins 24 à 48 heures, car l'hypoglycémie peut réapparaître après une guérison clinique apparente. Rien n'indique que le repaglinide soit dialysable par hémodialyse.[2]

Les réactions hypoglycémiques sévères avec coma, convulsions ou autres troubles neurologiques se produisent rarement, mais constituent des urgences médicales nécessitant une hospitalisation immédiate. Si un coma hypoglycémique est diagnostiqué ou suspecté, le patient doit recevoir une injection intraveineuse rapide de solution de glucose concentrée (50%). Ceci devrait être suivi d'une perfusion continue de solution de glucose plus diluée (10%) à un taux qui maintiendra la glycémie à un niveau supérieur à 100 mg / dL.

6.2 Surdosage chronique[modifier | w]

Il y a peu d'informations concernant le surdosage chronique de répaglinide dans l'étiquette du médicament.[2]

7 Pharmacologie clinique[modifier | w]

7.1 Mode d'action[modifier | w]

Le répaglinide abaisse la glycémie en stimulant la libération de insuline des cellules des îlots bêta du pancréas. Il y parvient en fermant ATP - dépendant des canaux potassiques dans la membrane des cellules bêta. Cela dépolarise les cellules bêta, ouvrant les canaux calciques des cellules, et l'afflux de calcium qui en résulte induit la sécrétion d'insuline.[1]

7.2 Pharmacocinétique[modifier | w]

Absorption: le répaglinide a une biodisponibilité de 56% lorsqu'il est absorbé par le tractus gastro-intestinal. La biodisponibilité est réduite lorsqu'il est pris avec de la nourriture; la concentration maximale diminue de 20%.

Distribution: La liaison des protéines du repalglinide à l'albumine est supérieure à 98%.

Métabolisme: le répaglinide est principalement métabolisé par le foie - spécifiquement les CYP450 2C8 et 3A4 - et dans une moindre mesure par glucuronidation. Les métabolites du repaglinide sont inactifs et ne présentent pas d'effets hypoglycémiants.

Excrétion: le répaglinide est excrété à 90% dans les fèces et à 8% dans les urines. 0,1% est éliminé inchangé dans l'urine. Moins de 2% est inchangé dans les matières fécales.[1]

8 Administration[modifier | w]

8.1 Gestion des patients[modifier | w]

En cas d'hypoglycémie chez les patients prenant une combinaison de répaglinide et d'une thiazolidinedione ou de répaglinide et de metformine, la dose de répaglinide doit être réduite.[2]

8.2 Thérapie combinée[modifier | w]

Si la monothérapie répaglinide n'entraîne pas un contrôle glycémique adéquat, de la metformine ou une thiazolidinedione peuvent être ajoutées. Si la metformine ou la thiazolidinedione en monothérapie n'apporte pas un contrôle adéquat, le répaglinide peut être ajouté. La dose initiale et les ajustements posologiques pour la polythérapie répaglinide sont les mêmes que pour la monothérapie répaglinide. La dose de chaque médicament doit être soigneusement ajustée pour déterminer la dose minimale requise pour obtenir l'effet pharmacologique souhaité. Ne pas le faire pourrait entraîner une augmentation de l'incidence des épisodes hypoglycémiques. Une surveillance appropriée des mesures de FPG et d'HbA1c doit être utilisée pour garantir que le patient n'est pas soumis à une exposition excessive au médicament ou à une probabilité accrue d'échec secondaire du médicament.[2]

8.3 Forme posologique[modifier | w]

Les comprimés PRANDIN (répaglinide) sont fournis sous forme de comprimés biconvexes non marqués disponibles en dosages de 0,5 mg (blanc), 1 mg (jaune) et 2 mg (pêche). Les comprimés sont gravés du symbole du taureau Novo Nordisk (Apis) et colorés pour indiquer la force.



9 Références[modifier | w]