Papules et plaques urticariennes de la grossesse

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Papules et plaques urticariennes de la grossesse (PUPPP)
Maladie
PUPPP 2007-05-06 left.jpg
Caractéristiques
Signes
Symptômes
Prurit cutané
Diagnostic différentiel
Dermatite atopique, Pemphigoïde gestationis, Cholestase intrahépatique de la grossesse, Éruptions médicamenteuses, Exanthème viraux, Ilias El Khadraoui/Brouillons/Urticaire
Informations
Terme anglais Pruritic Urticarial Papules And Plaques Of Pregnancy (PUPPP)
Autres noms Éruption polymorphe de la grossesse
Wikidata ID Q1140452
Spécialités Obstétrique, dermatologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Les papules et plaques urticariennes prurigineuses de grossesse (PUPPP) est la dermatose gestationnelle la plus courante et est constitué de papules et plaques urticariennes, se développant dans les striae distensae[1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

  • L'incidence rapportée dans la littérature est de 0,5% dans les grossesses simples, de 2,9 à 16% dans les grossesses gémellaires et de 14 à 17% dans les grossesses triplées.[2]
  • Le PUPPP touche surtout les primigeste et il y a peu de rechutes lors de grossesses ultérieures. [2]

2 Étiologies[modifier | w]

La cause des papules et plaques urticariennes prurigineuses de la grossesse est encore inconnue, bien que diverses théories étiologiques aient été proposées, y compris:[3]

  • la distension abdominale
  • les changements hormonaux
  • les facteurs placentaires
  • le rôle de l'ADN fœtal dans les lésions cutanées des patients atteints de PUPPP.

3 Physiopathologie[modifier | w]

La physiopathologie est mal connue:[2]

  • On pense que l'éruption se développpe, à la suite de lésions du tissu conjonctif dans les stries.[4] Par conséquent, il a été suggéré qu'un étirement rapide et tardif de la peau abdominale, survenant avec une fréquence élevée lors de grossesses multiples, peut conduire à des lésions du tissu conjonctif et que l'exposition d'antigènes dans le collagène pourrait déclencher une réaction de type allergique, entraînant l'apparition initiale de l'éruption dans les stries.
  • De plus, certains suggèrent que le chimérisme périphérique (dépôt d'ADN fœtal), qui survient en particulier au cours du troisième trimestre, et favorise la peau avec une vascularisation accrue et un collagène endommagé, pourrait par la suite être la cible de la réactivité immunitaire.[5]
  • Le mécanisme par lequel les lésions se généralisent est également peu clair. On pense qu'une réaction inflammatoire est favorisée par une réactivité croisée au collagène dans une peau par ailleurs normale.
  • Un mécanisme de tolérance immunitaire pendant les grossesses ultérieures pourrait empêcher la récidive.[3] Des niveaux élevés de progestérone, en particulier si des gestations multiples et une immunoréactivité accrue des récepteurs de la progestérone ont été démontrées chez des patientes atteintes de PUPPP [6].
  • Une autre hypothèse porte sur la prolifération des fibroblastes dans la peau maternelle, induite par une substance de type hormonal placentaire. [7]

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Facteurs de risques[modifier | w]

  • Habituellement, il n'y a pas d'antécédents familiaux de ce type d'éruption et aucune étude n'a été révélée, ni une diathèse auto-immune ni une association de type HLA spécifique.[2]
  • Un rapport hommes / femmes de 2 pour 1 a été rapporté.[2]
  • Il existe un lien entre la prise de poids excessive de la mère et l'augmentation du poids de naissance du nouveau-né en association avec le PUPPP.[2]

4.2 Questionnaire[modifier | w]

  • Troisième trimestre (dernier mois de grossesse) le plus souvent. Rare en post-partum.[2]
  • prurit intense[8]
  • L'éruption se propage sur quelques jours, au tronc et aux extrémités, mais inclue rarement le visage, les paumes ou la plante des pieds.[9] Presque tous les patientes développent des caractéristiques plus polymorphes à mesure que la maladie évolue, y compris un érythème répandu, des lésions cibloïdes, minuscules vésicules et plaques eczémateuses. [2]

4.3 Examen clinique[modifier | w]

  • Éruption se composant de petites papules et plaques érythémateuses et œdémateuses qui démangent commencent généralement dans les vergetures, généralement avec un épargnement péri-ombilical. [2]
  • Les lésions peuvent fusionner pour former de plus grandes plaques abdominales urticariennes souvent entourées de halos blanchis.[2]
  • L'atteinte muqueuse n'est généralement pas observée. [2]

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Les tests paracliniques ne sont pas requis dans le PUPPP.[2]

6 Diagnostic différentiel[modifier | w]

  • Pemphigoïde gestationis
    • Comme les caractéristiques cliniques peuvent se chevaucher, des études histologiques et immunologiques sont nécessaires pour faire la distinction entre ces deux troubles[3].
    • Dans le pemphigoïde gestationis, les lésions apparaissent généralement plus tôt pendant la gestation et impliquent souvent l'ombilic, ainsi qu'une immunofluorescence positive de la peau périlésionnelle.[3]
  • Eczéma: les patientes ont généralement des antécédents personnels ou familiaux d'atopie et l'éruption est caractérisée par des lésions érythémateuses prurigineuses sur les zones de flexion. [2]
  • Éruptions médicamenteuses
  • Urticaire
  • Exanthème viraux
  • Cholestase intrahépatique de la grossesse: causera du prurit, mais pas de lésions dermatologiques autres que des excoriations

7 Traitement[modifier | w]

  • La majorité des femmes atteintes atteignent un contrôle satisfaisant avec des corticostéroïdes topiques et des antihistaminiques oraux.[2]
  • Cholestyramine[8]
  • Prednisone 40mg DIE si intolérable et sommeil perturbé.[8]
  • Des mesures générales, telles que des bains frais et apaisants, l'application fréquente d'émollients et de vêtements en coton léger, offrent un soulagement symptomatique supplémentaire.[3]

8 Complications[modifier | w]

Il n'y a pas de complications associées au PUPPP.[2]

9 Évolution[modifier | w]

  • Hormis l'inconfort le pronostic foetal et maternel n'est pas affecté.[2]
  • Lorsque le PUPPP disparaît, généralement sur une moyenne de 4 semaines spontanément ou après l'accouchement, il n'y a pas de changement de pigmentation post-inflammatoire ni de cicatrisation de la peau. [2]
  • L'accouchement précoce est rarement utilisé pour soulager le prurit intraitable.[10]
  • La récurrence de l'éruption dans les grossesses ultérieures est inhabituelle, sauf pour les grossesses à gestation multiple. Dans ce cas, le PUPPP a tendance à être moins sévère que le premier épisode.[2]

10 Références[modifier | w]

  1. T. J. Lawley, K. C. Hertz, T. R. Wade et A. B. Ackerman, « Pruritic urticarial papules and plaques of pregnancy », JAMA, vol. 241, no 16,‎ , p. 1696–1699 (ISSN 0098-7484, PMID 430731, lire en ligne)
  2. 2,00 2,01 2,02 2,03 2,04 2,05 2,06 2,07 2,08 2,09 2,10 2,11 2,12 2,13 2,14 2,15 2,16 et 2,17 (en) Chouk C et Litaiem N, « Pruritic Urticarial Papules And Plaques Of Pregnancy (PUPPP) », sur PubMed, 2020 jan (PMID 30969522, consulté le 9 juillet 2020)
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 et 3,4 Sharareh Ahmadi et Frank C. Powell, « Pruritic urticarial papules and plaques of pregnancy: current status », The Australasian Journal of Dermatology, vol. 46, no 2,‎ , p. 53–58; quiz 59 (ISSN 0004-8380, PMID 15842394, DOI 10.1111/j.1440-0960.2005.00160.x, lire en ligne)
  4. R. Charles-Holmes, « Polymorphic eruption of pregnancy », Seminars in Dermatology, vol. 8, no 1,‎ , p. 18–22 (ISSN 0278-145X, PMID 2701704, lire en ligne)
  5. S. Aractingi, N. Berkane, P. Bertheau et C. Le Goué, « Fetal DNA in skin of polymorphic eruptions of pregnancy », Lancet (London, England), vol. 352, no 9144,‎ , p. 1898–1901 (ISSN 0140-6736, PMID 9863788, DOI 10.1016/S0140-6736(98)05121-6, lire en ligne)
  6. D. M. Campbell, « Maternal adaptation in twin pregnancy », Seminars in Perinatology, vol. 10, no 1,‎ , p. 14–18 (ISSN 0146-0005, PMID 3532339, lire en ligne)
  7. A. Ingber, J. Alcalay et M. Sandbank, « Multiple dermal fibroblasts in patients with pruritic urticarial papules and plaques of pregnancy. A clue to the etiology? », Medical Hypotheses, vol. 26, no 1,‎ , p. 11–12 (ISSN 0306-9877, PMID 3398786, DOI 10.1016/0306-9877(88)90105-3, lire en ligne)
  8. 8,0 8,1 et 8,2 Leclerc, Céline, 1958-, Rheault, Christian, 1958- et Université Laval. Département de médecine familiale et de médecine d'urgence,, Mémo-périnatalité : guide pratique : période prénatale, travail et accouchement, période post-partum, nouveau-né (ISBN 978-2-9810350-1-1 et 2-9810350-1-0, OCLC 859405634, lire en ligne)
  9. Stephanie Lehrhoff et Miriam Keltz Pomeranz, « Specific dermatoses of pregnancy and their treatment », Dermatologic Therapy, vol. 26, no 4,‎ , p. 274–284 (ISSN 1529-8019, PMID 23914884, DOI 10.1111/dth.12078, lire en ligne)
  10. V. P. Beltrani et V. S. Beltrani, « Pruritic urticarial papules and plaques of pregnancy: a severe case requiring early delivery for relief of symptoms », Journal of the American Academy of Dermatology, vol. 26, no 2 Pt 1,‎ , p. 266–267 (ISSN 0190-9622, PMID 1552069, DOI 10.1016/s0190-9622(08)80308-8, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.