Paires crâniennes (examen)

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Examen des paires crâniennes
Examen clinique
1320 The Cranial Nerves.jpg
Systèmes Nerveux périphérique, nerveux central
Modalités Examen neurologique
Informations
Autres noms Examen des nerfs crâniens
Spécialités Neurologie, neurochirurgie, ORL, ophtalmologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v1) ]

L'examen des paires crâniennes est indiqué lors de l'examen neurologique complet et lors de toutes plaintes neurologiques dans la région du visage et du cou.

1 Structure[modifier | w]

Examen des paires crâniennes[1]
I Olfactif Avec les yeux fermés, faire sentir une substance différente dans chaque narine
II Optique
  1. acuité visuelle (carte de Snellen)
  2. champs visuels par confrontation
  3. fond d'oeil
III Occulomoteur
  1. alignement occulaire
  2. mouvements en H et convergence
  3. réflexe photomoteur et DPAR
IV Trochléaire
VI Abducens
V Trijumeau
  1. fonction sensitive
    1. V1: front
    2. V2: joue (et réflexe cornéen)
    3. V3: menton
  2. fonction motrice
    1. muscles temporaux
    2. muscles masséters
    3. muscles ptérygoïdiens
VII Facial
  1. forcer la fermeture des yeux
  2. sourire
  3. gonfler les joues
  4. gustation sur les deux tiers antérieurs de la langue
VIII Vestibulo-cochléaire Comparer l'ouïe dans chaque oreille en murmurant des mots
IX Glossopharyngien
  1. évaluer la symétrie du voile du palais
  2. évaluer la voix
  3. tester le gag reflex
X Vague
XI Spinal accessoire Tester la force et l'atrophie des muscles:
  1. trapèze
  2. sterno-cléido-mastoïdiens
XII Hypoglosse
  1. vérifier la langue pour de l'atrophie, une asymétrie ou des fasciculations
  2. tester la force de la langue

2 Interprétation[modifier | w]

Les douze nerfs crâniens (NC) sont testés dans le cadre de l'évaluation neurologique. [1]

2.1 Nerf olfactif (NC #1)[modifier | w]

L'examen du NC #1 est interprété comme suit : [2]

  • Les causes les plus courantes de l'anosmie, hyposmie ou dysosmie, sont les suivantes : infections, allergies ou polypes nasaux.
  • Les autres causes comprennent un traumatisme (fracture de la plaque criblée), la maladie de Parkinson, des lésions à la base du crâne (méningiome) ou des maladies génétiques rares.

2.2 Nerf optique (NC # 2)[modifier | w]

L'examen du NC #2 est interprété comme suit : [3][4]

  • L'acuité visuelle peut être évaluée à l'aide d'une charte de Snellen.
    • La plupart des problèmes d'acuité visuelle sont d'origine ophtalmologique; cependant, des dommages à ce nerf, comme la névrite pseudobulbaire ou la pression d'une tumeur hypophysaire, peuvent se présenter avec une cécité monoculaire et des coupures du champ visuel.
  • Le champ visuel doit être évalué pour déterminer les angles morts ou les scotomes. Il est important de tester les deux yeux séparément pour les défauts du champ visuel.
  • Le réflexe pupillaire normal démontre le fonctionnement normal du nerf optique et du nerf oculomoteur (NC # 3)
    • Il peut être testé en projetant une lumière directement dans l'œil. Le membre afférent de ce réflexe se trouve sur le nerf optique, l'entrée sensorielle, alors que la réponse efférente provient du NC #3.
    • La réponse normale se traduit par une constriction des deux pupilles lorsqu'une lumière est projetée devant un œil.
    • L'absence de constriction des pupilles (DPAR) pourrait indiquer soit une lésion du NC #2, une lésion du NC #3, ou toute lésion le long de la voie.
      • Une pupille dilatée aréactive peut indiquer une lésion sur le membre efférent de la voie
      • Une pupille rétrécie peut indiquer une lésion sur la chaîne sympathique cervicale.
  • Un examen fundoscopique est également effectué pour visualiser le disque optique.
    • Des anomalies comme un œdème papillaire ou des hémorragies rétiniennes sont des signaux d'alarme qui peuvent indiquer des conditions potentiellement mortelles comme une augmentation de la pression intracrânienne et une hémorragie sous-arachnoïdienne.

2.3 Nerf oculomoteur (NC # 3), nerf trochléaire (NC # 4) et nerf abducens (NC # 6)[modifier | w]

L'examen du NC #3, #4 et #6 est interprété comme suit : [5]

  • Il est important d'examiner attentivement chacun des yeux séparément et de rechercher tout mouvement faible ou anormal pendant cette partie de l'examen.
    • Les mêmes étapes peuvent être répétées avec les deux yeux ouverts pour évaluer les fonctions conjuguées du regard (lorsque les yeux bougent dans la même direction).
  • L'évaluation consiste à dessiner un «H» invisible devant le patient et à demander au patient de le suivre des yeux.
    • Tout nystagmus (mouvements oculaires répétitifs incontrôlés), un regard dysconjugué (incapacité des yeux à bouger dans la même direction) ou une déviation fixe des yeux dans une direction particulière au repos doivent être notés.
  • Pour les patients comateux, les fonctions NC #3, NC #4 et NC #6 peuvent être évaluées en provoquant le réflexe oculocéphalique.
    • Le réflexe est normal si les yeux bougent dans la direction opposée du mouvement de la tête.
  • L'atteinte du NC #3 par compression (anévrisme de l'artère communicante postérieure) conduit à une dilatation de la pupille, une ptose et des yeux tournés vers l'extérieur et vers le bas.
  • La paralysie du rectus latéral est due à l'atteinte du NC #6.
    • Il peut s'agir d'un faux signe localisant d'augmentation de la pression intracrânienne (paralysie bilatérale du droit latéral).
    • L'implication des voies dans le tronc cérébral (par exemple, infarctus lacunaire, sclérose en plaques) peut conduire à une ophtalmoplégie internucléaire. Cette condition se produit lorsque le fascicule longitudinal médian, une voie fortement myélinisée qui permet un regard horizontal coordonné, est endommagé.

2.4 Nerf trijumeau (NC #5)[modifier | w]

L'évaluation du NC #5 est interprétée comme suit [5]:

  • La fonction du NC #5 innervant trois territoires sensitifs (ophtalmique, maxillaire et mandibulaire) peut être testé à l'aide d'une aiguille.
  • Le réflexe cornéen peut être évalué en touchant doucement chaque cornée avec une mèche de coton qui devrait provoquer un réflexe bilatéral de clignement des yeux.
    • Une absence chez un patient éveillé peut indiquer une lésion localisée affectant soit le nerf trijumeau, soit le nerf facial ou les deux.
  • La fonction motrice du NC #5 peut être testé en évaluant le tonus des muscles de la mastication.
    • L'évaluation de ce nerf consiste à demander au patient de serrer la mâchoire et de tester la sensation des branches ophtalmiques, maxillaires et mandibulaires. Par conséquent, une faiblesse du muscle de mastication ou un déficit sensoriel du côté ipsilatéral suggère son implication.

2.5 Nerf facial (NC # 7)[modifier | w]

L'évaluation du NC #7 est interprétée comme suit : [6]

  • L'évaluation du NC #7 consiste à demander au patient de bouger ses muscles faciaux en lui demandant de hausser les sourcils, de fermer les yeux fermement, de sourire et de se faire sauter les joues.
  • La localisation de la faiblesse des muscles faciaux peut faire la différence entre une atteinte périphérique ou centrale.
    • Une faiblesse avec le mouvement de tout le côté droit du visage indique soit une lésion périphérique, soit une lésion du noyau facial du côté ipsilatéral, comme dans la paralysie de Bell ou un infarctus pontin.
    • Une faiblesse de la moitié inférieure du visage avec ménagement du front évoque une lésion au-dessus et controlatéral du NC #7 (accident vasculaire cérébral impliquant le cortex moteur). C'est parce que le front a une innervation des côtés gauche et droit du cortex moteur.
  • Les dommages au NC #7 peuvent également présenter une hyperacousie et une perte de goût aux 2/3 antérieurs de la langue.

2.6 Nerf vestibulocochléaire (NC # 8)[modifier | w]

L'évaluation du NC #8 est interprétée comme suit : [7]

  • Le NC #8 aura été partiellement évalué par conversation, mais une évaluation grossière de la fonction peut être effectuée en chuchotant des mots derrière le patient ou en frottant les doigts ou les cheveux ensemble près de l'oreille et en demandant si le patient peut entendre.
  • Si un déficit auditif est établi, faire un test de Weber et Rinne peut différencier un neurosensoriel d'une perte auditive conductrice.
    • Un examen Rinne normal montrera une conduction aérienne supérieure à la conduction osseuse.
    • Une perte auditive conductrice montrera une conduction osseuse supérieure à la conduction aérienne.
    • Chez les patients présentant une perte auditive neurosensorielle, la conduction aérienne sera supérieure à la conduction osseuse, mais pour une durée plus courte par rapport à un sujet normal.
    • Un test Weber normal montre que le son ou la vibration est audible de manière égale dans les deux oreilles.
    • Une perte auditive conductrice latéralisera le son vers l'oreille anormale tandis qu'une perte auditive neurosensorielle se latéralisera vers l'oreille normale.

2.7 Nerf glossopharyngien (NC # 9) et nerf vague (NC # 10)[modifier | w]

L'examen des NC #9 et #10 est interprété comme suit : [8]

  • L'évaluation de ces nerfs comprend l'écoute pendant que le patient parle, la surveillance de l'enrouement ou de la parole nasale. Le patient peut également être invité à avaler de l'eau afin d'évaluer la présence de toux ou gargouillis, ce qui peut indiquer une faiblesse du muscle de déglutition.
  • En demandant au patient d'ouvrir la bouche et de dire «ahhh», il faut observer l'arcade palatine pour une asymétrie.
    • La déviation de la luette d'un côté indique une lésion du nerf vagal du côté opposé.
  • Chez un patient comateux ou réactif, le réflexe nauséeux, qui peut être déclenché en touchant le pharynx postérieur ou la base de la langue avec un coton-tige, permet d'évaluer simultanément ces deux nerfs.

2.8 Nerf accessoire (NC # 11)[modifier | w]

Le NC #11 peut être évalué en demandant au patient de hausser les épaules contre la résistance du praticien, puis en lui demandant de faire pivoter la tête dans les deux directions latérales contre la résistance.

2.9 Nerf hypoglosse (CN # 12)[modifier | w]

Le NC #12 est évalué en demandant au patient de tirer la langue tout droit, de déplacer la langue d'un côté à l'autre et de la pousser avec force contre l'intérieur de chaque joue[9].

3 Références[modifier | w]

  1. 1,0 et 1,1 Mahsa Shahrokhi et Ria Monica D. Asuncion, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 32491521, lire en ligne)
  2. Sanne Boesveldt, Elbrich M Postma, Duncan Boak et Antje Welge-Luessen, « Anosmia—A Clinical Review », Chemical Senses, vol. 42, no 7,‎ , p. 513–523 (ISSN 0379-864X, PMID 28531300, PMCID 5863566, DOI 10.1093/chemse/bjx025, lire en ligne)
  3. (en) C Kniestedt et R Stamper, « Visual acuity and its measurement », Ophthalmology Clinics of North America, vol. 16, no 2,‎ , p. 155–170 (DOI 10.1016/S0896-1549(03)00013-0, lire en ligne)
  4. Rupak Dhoot et Edward Margolin, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 30855879, lire en ligne)
  5. 5,0 et 5,1 H. Kenneth Walker, Clinical Methods: The History, Physical, and Laboratory Examinations, Butterworths, (ISBN 978-0-409-90077-4, PMID 21250225, lire en ligne)
  6. James Sonne et Wilfredo Lopez-Ojeda, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29261885, lire en ligne)
  7. Erwin L. Kong et James B. Fowler, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 28613725, lire en ligne)
  8. (en) Audrey Erman, Alexandra Kejner, Norman Hogikyan et Eva Feldman, « Disorders of Cranial Nerves IX and X », Seminars in Neurology, vol. 29, no 01,‎ , p. 085–092 (ISSN 0271-8235 et 1098-9021, PMID 19214937, PMCID PMC4239699, DOI 10.1055/s-0028-1124027, lire en ligne)
  9. (en) Josef Finsterer et Wolfgang Grisold, « Disorders of the lower cranial nerves », Journal of Neurosciences in Rural Practice, vol. 6, no 03,‎ , p. 377–391 (ISSN 0976-3147 et 0976-3155, PMID 26167022, PMCID PMC4481793, DOI 10.4103/0976-3147.158768, lire en ligne)