Otoscopie

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Otoscopie
Examen clinique
Informations
Spécialité ORL

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v1) ]

Les cliniciens effectuent un examen otoscopique pour évaluer l'état du canal auditif externe (CAE), de la membrane tympanique et de l'oreille moyenne. Les étapes de l'examen de l'otoscope comprennent l'inspection du CAE et du tympan avec ses repères d'identification. Un accessoire pneumatique est disponible pour appliquer une pression afin d'évaluer la mobilité (c'est-à-dire la compliance) de la membrane tympanique. La maîtrise de l'examen otoscopique conduit à des diagnostics précis, permettant un traitement ciblé et la prévention des complications.

Les premiers stades des maladies otologiques peuvent être présents en l'absence de plaintes telles que douleur à l'oreille, plénitude de l'oreille et perte auditive; par conséquent, l'otoscope devrait faire partie de tous les examens de routine effectués par les cliniciens de soins primaires et pas seulement les oto-rhino-laryngologistes.[1]

1 Structure[modifier | w]

1.1 Séquence[modifier | w]

  1. Inspection de l'oreille et des repères anatomiques avoisinants
  2. Observer le canal auditif externe (CAE)
  3. Observer le tympan et l'oreille moyenne
  4. Effectuer l'examen pneumatique (si jugé pertinent)

1.1.1 Inspection avant d'utiliser l'otoscope[modifier | w]

Avant d'introduire l'otoscope dans le canal auditif, il peut être pertinent de regarder les différentes structures de l'oreilles ainsi que l'anatomie en périphérie de cette dernière.

1.1.2 Technique[modifier | w]

Pour inspecter l'oreille droite, l'examinateur tient l'otoscope avec sa main droite et l'oreille avec sa gauche. L'otoscope est tenu avec trois doigts, comme un stylo, entre le pouce, les premier et deuxième doigts. Le cinquième doigt repose sur la tête du patient pour stabiliser l'otoscope. Le CAE voyage de façon «sigmoïdale»; par conséquent, la recommandation est de manipuler le pavillon pour permettre une visualisation correcte de la membrane tympanique.

Pour les adultes et les enfants plus âgés, le pavillon est tiré vers le haut et vers l'arrière. Pour les nouveau-nés, l'examinateur tire le pavillon vers le bas et vers l'arrière.

Il est essentiel d'utiliser un otoscope complètement chargé, car une faible lumière peut produire une teinte jaune sur le TM, qui est sujette à une interprétation erronée comme un épanchement de l'oreille moyenne.[1]

1.1.2.1 Canal auditif externe[modifier | w]

Les examinateurs inspectent le CAE pour détecter l'impaction du cérumen, les corps étrangers, l'œdème canalaire, l'érythème et l'otorrhée.[1]

Tympan droit normal
Repères anatomiques sur et autour du tympan
1.1.2.2 Tympan et oreille moyenne[modifier | w]

Le tympan sépare l'oreille externe de l'oreille moyenne. Lors de l'inspection du tympan, l'examinateur prend note de la couleur, du renflement, de la perforation et de la présence ou de l'absence de repères normaux. Le cône de lumière, l'anse de malleus, l'ombo, la pars tensa et la pars flaccida constituent les repères normaux. Le tympan est normalement de couleur grise et sa translucidité permet de visualiser les deux premiers osselets.[1]

1.1.2.3 Otoscopie pneumatique[modifier | w]

L'otoscopie pneumatique permet de déterminer la mobilité de la membrane tympanique. Avec un joint adéquat, l'air pénètre dans le CAE et augmente la pression. Un tympan normal répondra en concavant dans la cavité de l'oreille moyenne. La cause la plus fréquente de diminution de la mobilité de la membrane tympanique est l'épanchement de l'oreille moyenne. Par conséquent, l'otoscopie pneumatique facilite le diagnostic de l'otite moyenne aiguë (OMA) et de l'otite moyenne avec épanchement (OME). De récentes lignes directrices de pratique clinique indiquent que l'OMA ne devrait pas recevoir de diagnostic sans preuve d'épanchement de l'oreille moyenne montrée par otoscopie pneumatique. La tympanosclérose, la rétraction de la membrane tympanique et la perforation de la membrane tympanique sont d'autres causes de diminution de la mobilité des tympans.[1]

2 Interprétation[modifier | w]

2.1 Bouchon (impactation de cérumen)[modifier | w]

L'impaction du cérumen fait référence à une accumulation de cérumen qui provoque des symptômes tels que la perte d'audition, l'oreille, des démangeaisons, une otalgie, des acouphènes, une toux ou rarement un déséquilibre. En présence de l'un de ces symptômes, l'élimination est indiquée. Le diagnostic de l'impaction du cérumen peut être fait par visualisation directe à l'aide d'un otoscope. L'élimination du cérumen doit se produire si l'examinateur ne peut pas visualiser l'intégralité de la membrane tympanique. Il existe trois options d'intervention: irrigation, agents cérumenolytiques, élimination manuelle. Si plusieurs tentatives d'éloignement échouent, une orientation vers un oto-rhino-laryngologiste est justifiée.[1]

2.2 Otite moyenne aigüe[modifier | w]

L'otite moyenne aigüe (OMA) est définie comme une infection de liquide accumulé dans l'oreille moyenne. Il s'agit principalement d'un diagnostic pédiatrique puisque la plupart des cas surviennent chez des patients âgés de 6 à 24 mois. Le symptôme le plus fiable observé chez les patients atteints d'OMA est l'otalgie et jusqu'à deux tiers des patients présentent de la fièvre. Cependant, les patients, en particulier les enfants, peuvent présenter des symptômes non spécifiques tels que tiraillement sur l'oreille affectée, irritabilité, maux de tête, mauvais sommeil, mauvaise alimentation, vomissements et diarrhée. L'examen otoscopique est indiqué chez tous les enfants présentant des symptômes d'infection des voies respiratoires supérieures.[1]

Dans le contexte des symptômes ci-dessus, les résultats otoscopiques aident à diagnostiquer l'OMA. Si nécessaire, le cérumen doit être retiré pour visualiser pleinement le tympan. L'examinateur évalue la position, la translucidité, la couleur et la mobilité du tympan. L'OMA est associée à une membrane tympanique bombée, opaque, érythémateuse et immobile. Le tympan bombé et érythémateux est la découverte otoscopique essentielle utilisée pour distinguer l'OMA de l'otite moyenne avec épanchement (OME).[1]

2.3 Otite moyenne avec épanchement[modifier | w]

L'otite moyenne avec épanchement (OME) est défini comme un liquide accumulé dans l'espace de l'oreille moyenne sans signe d'inflammation ou d'infection. L'OME est une présentation pédiatrique courante, avec une incidence de 20% chez les enfants. La combinaison des signes cliniques et des résultats de l'examen de l'otoscope donne le diagnostic. Les symptômes de présentation les plus courants sont la satiété de l'oreille et la perte auditive conductrice. À l'examen de l'otoscope, le tympan sera opacifié avec une perte d'un réflexe lumineux. La rétraction de la membrane tympanique et une mobilité réduite sont également des résultats communs. Contrairement à l'OMA, le gonflement de la membrane tympanique n'est pas typique. La plupart des cas d'OME se limitent d'eux-mêmes. Les antibiotiques, les décongestionnants oraux ou les corticostéroïdes intranasaux ne sont pas des options de traitement efficaces.[1]

2.4 Otite externe et otite externe maligne[modifier | w]

L'OE est défini comme une infection ou une inflammation du conduit auditif. Il a une prévalence à vie de 10%, 90% des cas sont unilatéraux et la majorité des cas concernent des adultes. Il existe une forte association avec une humidité élevée, une température plus élevée, la natation, un traumatisme local du conduit auditif, l'utilisation d'appareils auditifs et des antécédents de diabète sucré. Le symptôme caractéristique est l'otalgie, principalement associée à la manipulation du pavillon. Le prurit est un symptôme précurseur courant. Les patients se plaignent également de satiété auriculaire et de perte auditive secondaire à un œdème canalaire et à une accumulation de débris. Les résultats de l'otoscope comprennent un œdème du conduit auditif et un érythème avec une otorrhée séropurulente épaisse, qui peut être malodorante. Les tests audiologiques peuvent aider à exclure une atteinte de l'oreille moyenne.[1]

La plupart des cas d'otite externe sont d'origine bactérienne; cependant, environ 10% des cas sont dus à des agents pathogènes fongiques. Dans ces cas, des goujons blanchâtres (Candida spp.) ou de petites "boules fongiques" noires (Aspergillus spp.) sont présentes. [1]

L'OEM, séquelles graves d'OE, est une infection invasive du canal auditif externe et de la base du crâne. Un diagnostic précoce est essentiel; par conséquent, l'OEM devrait être envisagée avec tout patient souffrant d'OE réfractaire, de fièvre supérieure à 39 ° C, de diabète sucré ou d'immunosuppression. À l'examen de l'otoscope, le tissu de granulation est visible le long du plancher du canal auditif externe à la jonction osseuse-cartilagineuse (c'est-à-dire l'isthme). Les examens des nerfs crâniens sont à effectuer lors de l'évaluation de l'OEM. La propagation au foramen stylomastoïdien peut présenter une paralysie du nerf facial. La propagation au foramen jugulaire peut présenter des paralysies du glossopharynx, du vage ou des nerfs accessoires. L'IRM et la TDM (sans contraste) sont utiles pour le diagnostic, la TDM étant plus sensible à l'érosion osseuse. [1]

2.5 Cholestéatome[modifier | w]

Les cholestéatomes sont définis comme une collection anormale d'épithélium pavimenteux kératinisé, impliquant généralement l'oreille moyenne et la mastoïde. Les cholestéatomes peuvent être acquis ou congénitaux. Ils progressent lentement et la présentation clinique est généralement insidieuse. Les premiers signes les plus courants sont une perte auditive conductrice et une otorrhée indolore. Le tissu de granulation ou les polypes observés dans le conduit auditif sont préoccupants pour un cholestéatome jusqu'à preuve du contraire. Les cholestéatomes sont traités chirurgicalement, et une détection précoce dépend d'un examen otoscopique précis et peut conduire à une réparation chirurgicale moins invasive et à la préservation de l'audition. En plus des symptômes cliniques et de l'examen otoscopique, la tomodensitométrie haute résolution et l'IRM de diffusion aident au diagnostic. La fusion de ces modalités d'imagerie fournit une localisation précise du cholestéatome, ce qui facilite la planification chirurgicale.[1]

Cholestéatomes acquis présentant une otorrhée récurrente indolore et malodorante. Une poche de rétraction dans le quadrant postéro-supérieur de la MT est le signe distinctif. Les cholestéatomes congénitaux se présentent plus souvent asymptomatiquement que les cholestéatomes acquis. En grandissant, ils peuvent diminuer l'audition par l'érosion de la chaîne osseuse de l'oreille moyenne ou par effet de masse. En raison de la transparence d'une membrane tympanique normale, les cholestéatomes congénitaux sont visibles lors d'un examen otoscopique.[1]

2.6 Perforation de la membrane tympanique[modifier | w]

Un traumatisme direct, une infection, des changements de pression ou une tumeur provoquent une perforation du tympan. Les patients présentent généralement une otalgie, une otorrhée (peut être sanglante), des acouphènes ou une perte auditive. Les perforations peuvent être facilement visibles à l'aide d'un otoscope. Un signe suggestif de perforation est la buée de l'otoscope. Après avoir identifié une perforation sur un examen d'otoscope, il est essentiel de déterminer si une consultation urgente en oto-rhino-laryngologie est justifiée. C'est le cas lors de vertige, de la perte auditive neurosensorielle, des acouphènes sévères, des saignements actifs et sévères ou de la paralysie faciale. Une perforation super-postérieure doit inciter à une évaluation du cholestéatome.[1]

La plupart des cas de perforation de la membrane tympanique disparaissent spontanément. Les médecins doivent s'assurer que la douleur est correctement contrôlée et conseiller au patient de garder l'oreille affectée sèche. Les gouttes otiques doivent être évitées sauf en cas d'infection concomitante. Une intervention chirurgicale, par tympanoplastie, doit être envisagée dans les cas graves où une guérison spontanée est peu probable.[1]== Signes associés à cet examen == Aucun signe n'a été associé à cet examen.

3 Références[modifier | w]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 1,11 1,12 1,13 1,14 et 1,15 Nicholas Mankowski et Blake Raggio, « Otoscope Exam », StatPearls,‎ (lire en ligne)

Signes associés à cet examen

Aucun signe n'a été associé à cet examen.