Otalgie (approche clinique)

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Otalgie
Approche clinique
Otite moyenne aiguë.jpg
Tympan congestif bombé avec perte des repères et disparition du cône lumineux chez un patient avec OMA
Caractéristiques
Étiologies Apicite pétreux, Douleur post-amygdalectomie, Coup de soleil, Granulomatose de Wegener, Névralgie du trijumeau, Cellulite bactérienne, Hématome de Pinna, Carcinome épidermoïde de la langue, Pertes visuelles aiguës (approche clinique), Névralgie, Otite moyenne aiguë ou chronique, Syndrome d'Eagle, Abcès péri-amygdalien, Cancer ORL, Artérite temporale, Pharyngite, Furonculose, Carcinome squameux, Thyroïdite, Perte de poids (approche clinique) (voir toutes les étiologies)
Drapeaux rouges Dysphagie (situation clinique), odynophagie, dysphonie, Hémoptysies (situation clinique), Dysphagie, hémoptysies
Complications Cécité, Apicite pétreuse, Mastoïdite, Otite externe maligne
Informations
Wikidata ID Q1596398
Spécialités ORL, Pédiatrie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v4) ]

Objectif du CMC
Douleur de l'oreille (28)

L'otalgie désigne une douleur située au niveau de l'oreille. Elle se divise en deux grandes catégories: l'otalgie primaire et secondaire ou référée. L'otalgie primaire est une douleur à l'oreille qui découle directement d'une pathologie à l'intérieur de l'oreille interne, moyenne ou externe. L'otalgie secondaire ou référée est une douleur à l'oreille qui survient d'une pathologie située à l'extérieur de l'oreille.[1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Les plaintes d'oreille sont une plainte relativement commune dans les soins primaires.[1][2] Dans une étude menée auprès de patients aux urgences aux États-Unis présentant une otalgie, il a été constaté que les affections les plus fréquemment diagnostiquées étaient l'otite moyenne (60,6%), l'otite externe infectée (11,8%). Les données ont été tirées d'un total de 8 611 282 visites à l'urgence pour des problèmes otalgiques entre 2009 et 2011. Dans une étude coréenne portant sur 294 patients atteints d'otalgie, la prévalence de l'otalgie primaire s'est avérée plus élevée chez les enfants que chez les adultes et chez les hommes plus que chez les femmes, tandis que l'otalgie référée était plus susceptible de survenir chez les adultes en général et chez les femmes en particulier. L'étude, réalisée par Kim et al, a également révélé que la névralgie se produisait plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes souffrant d'otalgie référée. [3]

La pathologie dentaire a tendance à être citée comme la cause la plus fréquente d'otalgie secondaire. plus de 65 ans sont plus susceptibles de souffrir d'une otalgie due à une maladie du rachis cervical.[4] Les femmes de 20 à 40 ans sont plus susceptibles de souffrir d'une maladie articulaire temporo-mandibulaire.[5] les pathologies gastro-intestinales ou pulmonaires sont rares. D'autres étiologies secondaires, telles que l'apicitis pétreux, l'otite externe maligne et le syndrome d'Eagle, sont également peu courantes.[6]

2 Physiopathologie[modifier | w]

L'otalgie résulte de causes otologiques (impliquant l'oreille moyenne ou oreille externe) ou de causes non otologiques en relation avec des processus pathologiques voisins. L'otalgie primaire se classe en causes infectieuses, mécaniques, néoplasiques et inflammatoires. L'otalgie secondaire est mieux classée en fonction des systèmes d'organes. Un réseau neuronal complexe innerve l'oreille à la suite d'un développement embryologique complexe. L'oreille partage ce réseau de neurones avec d'autres organes, ce qui conduit à de nombreuses causes potentielles de douleur auriculaire référée.[7][6] La douleur projetée peut provenir de pathologies situées dans des régions innervées par les nerfs crâniens sensitifs de l'oreille externe et moyenne (les 5e, 7e, 9e et 10e nerfs crâniens). Les régions qui peuvent être concernées sont le nez, les sinus paranasaux, le nasopharynx, les dents, les gencives, l'articulation temporomandibulaire, la colonne cervicale, la mandibule, les glandes parotides, la langue, les amygdales palatines, le pharynx, le larynx, la trachée et l'œsophage. Les lésions dans ces régions peuvent parfois obstruer la trompe d'Eustache, causant une douleur due à un gradient de pression dans l'oreille moyenne. [7][6]

3 Étiologies[modifier | w]

Anatomie de l'oreille

En cas de douleur aiguë, les causes les plus fréquentes sont les suivantes :[8]

  • L'infection de l'oreille moyenne
  • L'infection de l'oreille externe

En cas de douleur chronique (> 2 à 3 semaines), les causes habituelles sont les suivantes :[8]

  • Un trouble de l'articulation temporomandibulaire
  • Un dysfonctionnement chronique de la trompe d'Eustache
  • Une otite externe chronique
  • Une tumeur doit également être évoquée, en particulier chez les patients âgés et si la douleur est associée à une otorrhée. Les sujets diabétiques ou immunodéprimés pour d'autres causes peuvent développer une forme particulièrement sévère d'otite externe dénommée otite externe maligne ou nécrosante. Dans cette situation, si des tissus mous sont retrouvés à l'otoscopie dans le conduit auditif, des biopsies doivent être pratiquées pour éliminer la possibilité d'un cancer.

En cas d'oreille saine : Le dysfonctionnement de l'articulation temporomandibulaire est une cause fréquente d'otalgie.

Chez l'adulte, l'otite moyenne chronique est la maladie primaire la plus courante. Sa physiopathologie est la même que l'AOM et peut résulter d'infections des voies respiratoires supérieures ou d'une rhinite allergique. Les infections peuvent également affecter directement le pavillon ou le conduit auditif dont la périchondrite ou l'otite externe, respectivement. Si l'infection se propage à l'os adjacent, elle peut provoquer une apicite pétreuse, une mastoïdite ou une otite externe maligne.[8]

- L'otalgie secondaire ou référée se produit en raison du réseau nerveux crânien complexe qui innerve l'oreille. Ces nerfs crâniens ont une connexion partagée entre l'oreille et les organes extérieurs à l'oreille. L'un des mécanismes théoriques de l'otalgie référée est la théorie de la convergence-projection, qui stipule que ces nerfs convergent vers une voie neurale partagée. Étant donné l'étendue des différents organes qui partagent les voies d'innervation avec l'oreille, l'otalgie secondaire peut provenir de nombreux organes différents.[8]

3.1 Otalgie primaire[modifier | w]

Les causes d'otalgie primaire[6][9]:

3.2 Otalgie secondaire[modifier | w]

Les causes d'otalgie secondaire[6][9]:

4 Approche clinique[modifier | w]

Le diagnostic différentiel est étendu, ainsi, une approche globale et systématique avec un examen physique de l'otalgie sont essentiels. Le clinicien doit considérer les causes primaires et secondaires.

4.1 Questionnaire[modifier | w]

L'anamnèse de la maladie actuelle doit évaluer :[10]

  • Le début de l'otalgie,
  • La localisation,
  • La durée et la sévérité de la douleur et son caractère constant ou intermittent.
    • Si elle est intermittente, il faut déterminer si elle est aléatoire ou si elle survient principalement lors de la déglutition ou des mouvements de la mâchoire.
  • Il est très important de chercher les symptômes associés comme une otorrhée, une altération auditive, les acouphènes, sensation de plénitude de l'oreille, et les vertiges.
  • Il est toujours très important de demander s'il ya un facteur déclencheur possible comme toute tentative de nettoyage du conduit auditif (p. ex., avec un coton-tige) ou d'autres manœuvres instrumentales récentes, tout antécédent de corps étrangers, de voyage en avion récent ou de plongée sous-marine, et de baignades ou autre exposition récurrente à l'eau.
  • La revue des systèmes doit rechercher à l'interrogatoire des symptômes B
  • La recherche des antécédents médicaux doit porter sur un diabète connu ou d'autres états d'immunodépression, des antécédents de maladie de l'oreille (en particulier des infections) et évaluer l'importance du tabagisme et de l'alcoolisme.

Voici les éléments à ne pas passer à coté dans le questionnaire :

Les facteurs de risque pour un diagnostic grave, comme une tumeur maligne: [2][1][6]

Les principales caractéristiques de l'historique incluent:

  • Des délais plus courts suggèrent des causes plus bénignes. Des délais plus longs suggèrent une cause secondaire.[1]
  • Une douleur à l'oreille d'une durée supérieure à quatre semaines est plus suspecte pour une tumeur maligne, surtout si elle est en présence de facteurs de risque et d'une otoscopie normale.[11][7]
  • La Plénitude de l'oreille plutôt que la douleur à l'oreille peut être davantage associée aux cholestéatomes.
  • Une douleur aiguë et lancinante indique davantage une névralgie ou une neuropathie.
  • La tumeur maligne a tendance à provoquer des symptômes unilatéraux.[11]
  • La douleur à l'oreille exacerbée par la déglutition évoque une névralgie glossopharyngée.[7]
  • À noter, 1 série de cas a noté «le point d'otalgie», situé à l'apex de la région jugulodigastrique. La série de cas comprenait 32 patients qui ont indiqué cet emplacement, qui ont également eu des examens physiques normaux, un tympanogramme et des audiogrammes adaptés à l'âge. Ce point a été corrélé davantage avec le soulagement des symptômes après une myringotomie ou une utilisation de stéroïdes nasaux.[10][6]

Les symptômes associés suivants pourraient indiquer les origines référencées suivantes: [6]

  • Congestion des sinus - rhinosinusite chronique
  • Maux de dents - pathologie dentaire
  • Enrouement - pathologie lié aux cordes vocales
  • Brûlures d'estomac - reflux gastro-œsophagien
  • Douleur thoracique - maladie coronarienne
  • Essoufflement - maladie pulmonaire
  • Douleur dans le haut du dos - maladie du disque cervical ou douleur myofasciale
  • Maux de tête, diplopie, malaise, claudication de la mâchoire, diplopie - artérite temporale

Il est également possible que les patients éprouvent une otalgie pendant la phase postopératoire précoce des amygdalectomies.

4.2 Examen clinique[modifier | w]

L'examen physique doit comprendre les éléments suivants: [6]

  • La fièvre doit être recherchée chez tout patient se présentant avec une otalgie.
  • L'examen du cou est essentiel. Il doit être palpé à la recherche d'adénopathies. L'examen du pharynx et du larynx en nasofibroscopie en consultation doit être envisagé, en particulier si aucune cause de la douleur n'est identifiée lors d'un examen de routine et s'il existe des symptômes non otologiques tels qu'un enrouement, des difficultés à la déglutition ou une obstruction nasale. Il est également essentiel pour éliminer une lymphadénopathie ou une pathologie de la glande thyroïde. Il peut révéler une thyroïdite ou des tumeurs malignes des ganglions lymphatiques.
  • L'examen nasalva permettre d'identifier si la muqueuse nasale est enflammée ou s'il y'a des polypes nasaux. Elle peut révéler une rhinosinusite chronique.
  • L'examen de la facepermet d'identifier les pathologies parotidiennes ou d'autres glandes salivaires. Elle peut révéler des tumeurs des glandes salivaires ou une sialadénite. Une sensibilité le long de l'artère temporale peut révéler une artérite temporale.

D'autres examens peuvent aider dans les diagnostics différentiels:

  • Examen du rachis cervical pour identifier le rachis cervical et la pathologie associée à l'examen musculo-squelettique. Elle peut révéler une douleur myofasciale ou une discopathie dégénérative cervicale.
  • Examen complet des nerfs crâniens pour identifier les neuropathies du nerf crânien. Il peut révéler une atteinte du nerf trijumeau, glossopharynx, sphénopalatine.
  • Examens physiques cardiaque, pulmonaire ou abdominal pour identifier la douleur référée des systèmes d'organes distants de l'oreille.

5 Drapeaux rouges[modifier | w]

Les drapeaux rouges associés à l'otalgie peuvent être : Dysphagie, odynophagie, dysphonie ou hémoptysie, perte de vision aiguë ou taches noires, perte de poids involontaire.

Les drapeaux rouges associés à l'otalgie peuvent être : [1][6]

Les facteurs de risque pour un diagnostic grave, comme une tumeur maligne: [2][1][6]

6 Investigation[modifier | w]

La première étape de l'évaluation de l'otalgie comprend une anamnèse et un examen physique complets.

  • Une première étape devrait inclure une évaluation de l'otalgie primaire. Une évaluation au-delà d'une histoire complète et d'un examen physique est rarement nécessaire pour une otalgie primaire. L'otite moyenne aiguë est la cause la plus fréquente d'otalgie primaire.
    • La pneumo-otoscopie révélera l'opacification, le gonflement et l'immobilité de la membrane tympanique. La dysfonction de la trompe d'Eustache est une autre cause fréquente d'otalgie.
    • Une tympanométrie révélera des anomalies telles qu'une pression négative dans l'oreille moyenne.
    • Le questionnaire sur la dysfonction de la trompe d'Eustache (EDTQ-7) peut également être une option dans le cadre des soins primaires.
    • L'Audiométrie [13] peut être envisagée si une perte auditive est également présente.
  • L'évaluation doit exclure les signes d'alarme et les facteurs de risque pour éliminer un diagnostic dangereux. S'ils sont découverts, ces examens peuvent être demandés :
  • La douleur thoracique et les facteurs de risque cardiaque devraient inciter à un bilan cardiaque complet.
  • Les signes cliniques d'artérite temporale devraient déclencher une vitesse de sédimentation. Une VS supérieure à 50 mm par heure indique la nécessité d'une référence urgente en ophtalmologie et oto-rhino-laryngologie.[2][6]
  • Si l'examen de l'oreille est normal et sans cause évidente d'otalgie, l'étape suivante consiste à effectuer une évaluation complète des causes secondaires.
    • L'articulation dentaire et temporo-mandibulaire sont des sources courantes d'otalgie secondaire ou référée. L'orthopantogramme peut fournir un moyen rapide et facile de donner une vue panoramique de la mâchoire inférieure et des dents. Des études d'imagerie ne sont pas systématiquement nécessaires pour évaluer le trouble articulaire temporo-mandibulaire.
    • L'imagerie CT de l'os temporal peut être utilisée pour évaluer l'apicitis pétreux.
    • L'imagerie CT et IRM peut également évaluer l'otite externe maligne.
    • L'IRM des nerfs crâniens peut être commandée pour évaluer la neuropathie crânienne.
    • Une formule sanguine complète (FSC) peut aider à dépister les infections. [6]

Si le patient n'a pas de signes d'alerte, pas de facteurs de risque pour un diagnostic grave comme une tumeur maligne, pas de signes cliniques d'otalgie référée, il est alors raisonnable d'essayer des analgésiques non stéroïdiens tels que l'ibuprofène ou l'acétaminophène. Si les symptômes persistent pendant plus de quatre semaines, une orientation vers une spécialité et toutes les études ci-dessus peuvent être réexaminées.[7][6]

7 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Résumé des causes fréquentes d'otalgie [14][9]
Causes otologiques Présentation
Oreille externe Infectieuse
Otite externe (aiguë ou chronique) Une douleur accompagne la traction du pavillon ou une pression sur le tragus

Odeur nauséabonde

Otite externe maligne Douleur auditive plus intense et plus profonde, des signes systémiques de toxicité ou de fièvre et éventuellement une sensibilité de l'os temporal ou une paralysie du nerf facial
Herpes Zoster (Sd de Ramsay Hunt) Vésicule au niveau du conduit auditif externe (CAE)
Cellulite Rougeur généralement étendu au lobe de l'oreille
Furonculose Furoncle ou abcès dans le CAE
Périchondrite Rougeur et une tuméfaction douloureuse
Traumatique/Mécanique
Traumatisme de l'oreille externe Ecchymoses, abrasions, contusions ou hématome
Bouchon de cérumen Douleur et hypoacousie conductive possible et bouchon de cérumen à l'examen otoscopique
Corps étranger enclavés Douleur et hypoacousie possible et corps étrangers visualisé à l'examen otoscopique
Brûlure thermique Douleur ++
Inflammatoire/Allergique
Myringite Inflammation et bulles a/n tympan. La douleur est généralement d'apparition brutale
Angioedème allergique Oedème et pruprit, induration et sensibilité qui résultent de réactions allergiques locales aux piqûres d'insectes ou d'une dermatite de contact (comme avec l'herbe à puce)
Photodermatose printanière juvénile Bulles avec rougeur et prurit et parfois des douleurs sur la face supérieure du pavillon des oreilles qui est symétrique et bilatérale.
Environnemental (Gélure, coup de soleil) Douleur, rougeur et oedème bilatéral
Tumorale
Tumeurs du CAE Otalgie et possibilité d'otorrhée sérosanguine
Oreille moyenne

/interne

Infectieuse
Otite moyenne (aiguë ou chronique) Inflammation et diminution de la mobilité du tympan
Mastoïdite Fièvre, affaissement de la peau de la paroi du conduit auditif, sensibilité au niveau de la région de la mastoïde
Traumatique/Mécanique
Obstruction aiguë de la trompe d'Eustache Rétraction et diminution de la mobilité de la membrane tympanique. Une sensation de pression associée à la mastication, le bâillement ou la déglutition, ou des acouphènes.
Otite moyenne avec effusion (séreuse) Généralement asymptomatique mais une otalgie, sensation de plénitude et hypoacousie peuvent être présentes. Absence de mobilité de la membrane tympanique à l'examen otoscopique
Barotraumatisme Membrane tympanique érythémateuse et rétractée, épanchement de l'oreille moyenne
Perforation de la membrane tympanique Membrane tympanique perforée
Tumorale
Cholestéatome Otalgie ou une sensation de plénitude de l'oreille. L'examen physique révélera la présence d'une masse rouge ou jaune impliquant typiquement la face postérieure de la MT
Causes non otologiques Présentation
Cancer ORL (nasopharynx, amygdales, base de langue, larynx) Douleur. Possibilité d'odynophagie, dysphagie, dysphonie. Symptômes constitutionnels possible
Infection oropharyngée ( Abcès dentaire, amygdalite, abcès périamygdalien, etc..) Possibilité d'odynophagie, dysphagie, dysphonie, hypersalivation, trismus, fièvre
Sinusite Otalgie référé par les voies sensorielles du V NC (nerf trijumeau). Les caractéristiques cliniques cardinales sont les symptômes nasaux (écoulement nasal antérieur ou postérieur, obstruction et / ou congestion), la toux ou les deux
Parotidite Oedème et sensibilité de la région inférieure à l'oreille. Parfois une rougeur peut être également présente
Lymphadénopathie auriculaire ou lymphadénite Masse a/n pré ou post auriculaire
Troubles de l'articulation temporomandibulaire Douleur a la palpation de l'articulation temporomandibilaire
Traumatisme de la colonne cervicale Un traumatisme de la colonne cervicale avec atteinte osseuse ou des tissus mous peut irradier ou, rarement, être référé à l'oreille.
Névralgie (du nerf trijumeau, sphénopalatin, glossopharyngien ou du ganglion géniculé) Douleur dans le territoire atteint. Possibilité de visualiser une masse ou une compression à l'imagerie
Paralysie du nerf facial Otalgie par atteinte du nerf intermédiaire responsable de la sensibilité cutanée au niveau de la peau de pavillon de l'oreille
Migraine Douleur pulsatile
Psychogénique Anxiété, dépression, etc..

8 Prise en charge[modifier | w]

Le traitement de l'otalgie dépend du diagnostic.

  • Une otalgie primaire est le plus souvent due à une infection, qui peut être systématiquement traitée dans le cabinet de soins primaires. Une référence est rarement nécessaire, mais un pharmacien peut être impliqué dans un traitement antibiotique, vérifier les interactions et vérifier les doses. Si l'AOM est associée à une conjonctivite purulente, utilisez de l'amoxicilline avec de l'acide clavulanique.[15]
  • Une otalgie secondaire nécessitera souvent une équipe de soins interdisciplinaires. La maladie articulaire temporo-mandibulaire peut nécessiter une référence au médecin ORL. La pathologie dentaire devra être référée chez un dentiste. Les affections musculo-squelettiques chroniques, telles que la dégénérescence du disque cervical ou les points de déclenchement, nécessiteront une coordination des soins avec la physiothérapie et la gestion de la douleur. La malignité nécessitera une consultation avec un ORL oncologue. [6]
  • Les causes mécaniques reçoivent généralement un traitement avec des décongestionnants, des stéroïdes nasaux ou une myringotomie.
  • Les causes secondaires incluent une grande variété de diagnostics. Un point de prise en charge notable est la nécessité d'une référence urgente et d'un traitement aux stéroïdes pour l'artérite temporale, une cause rare d'otalgie secondaire.

Les patients qui ont une évaluation clinique anodine et aucun signe d'alerte ou facteur de risque de maladie grave peuvent être traités de façon conservatrice avec des analgésiques et réévalués en quelques semaines. [6]

Résumé de traitement par étiologie d'otalgie [14][9]
Causes otologiques Traitement
Oreille externe Infectieuse
Otite externe (aiguë ou chronique) ATB topique
Otite externe maligne ATB systémique (Antipseudomonas)
Herpes Zoster (Sd de Ramsay Hunt) Acyclovir systémique
Cellulite ATB systémique
Furonculose Drainage si abcès +/- ATB systémique
Périchondrite ATB systémique +/- incision et drainage si abcès
Traumatique/Mécanique
Traumatisme de l'oreille externe Traitement conservateur vs exploration chirurgical
Bouchon de cérumen Lavage de l'oreille atteinte et retrait du bouchon de cérumen
Corps étranger enclavés Retirer le corps étrangers
Brûlure thermique Traitement conservateur vs exploration chirurgical
Inflammatoire/Allergique
Myringite Antalgiques
Angioedème allergique Antihistamines et corticostéroides
Photodermatose printanière juvénile Corticothérapie
Environnemental (Gélure, coup de soleil) Traitement étiologique
Tumorale
Tumeurs du CAE Traitement étiologique
Otite moyenne

/interne

Infectieuse
Otite moyenne (aiguë ou chronique) ATB systémique
Mastoïdite Antibiotique systémique, mastoïdectomie
Traumatique/Mécanique
Obstruction aiguë de la trompe d'Eustache Traitement étiologique + symptomatique
Otite moyenne avec effusion (séreuse) Traitement conservateur vs insertion de tube de tympanostomie
Barotraumatisme Traitement conservateur
Perforation de la membrane tympanique Traitement conservateur
Tumorale
Cholestéatome Traitement chirurgical
Causes non otologiques
Cancer ORL (nasopharynx, amygdales, base de langue, larynx) Traitement étiologique
Infection oropharyngée ( Abcès dentaire, amygdalite, abcès périamygdalien, etc..) ATB systémique. +/- Incision et drainage
Sinusite Traitement symptomatique +/- ATB
Parotidite Selon la cause
Lymphadénopathie auriculaire ou lymphadénite Traitement étiologique
Troubles de l'articulation temporomandibulaire Antalgiques. Injection du Botox
Traumatisme de la colonne cervicale Traitement étiologique
Névralgie (du nerf trijumeau, sphénopalatin, glossopharyngien ou du ganglion géniculé) Traitement étiologique
Paralysie du nerf facial Soins oculaires

Corticothérapie +/- valacyclovir

Migraine Traitement de migraine
Psychogénique Traitement étiologique

9 Complications[modifier | w]

Les complications de l'otalgie dépendent également du diagnostic précoce et du traitement de la cause sous-jacente. [16]

  • Les infections, si elles ne sont pas traitées, peuvent se propager à l'os adjacent. Cette invasion peut entraîner des infections plus graves telles que :
    • L'apicite pétreuse
    • La mastoïdite
    • L'otite externe maligne
    • Le syndrome de Ramsay Hunt est une réactivation du virus varicelle zona au niveau des cellules ganglionnaires sensitives du nerf facial chez des patients ayant présenté une primo-infection de varicelle. Il s'accompagne d'une paralysie du nerf facial et une hypoacousie qui pourrions devenir permanentes.
  • L'artérite temporale est une vascularite auto-immune, qui peut conduire à une cécité si elle n'est pas traitée rapidement.

Le pronostic dépendra de la rapidité avec laquelle le diagnostic de l'otalgie est posé et, par conséquent, repose sur une évaluation complète et systématique. [16]

10 Particularités[modifier | w]

10.1 Pédiatrie[modifier | w]

L'otalgie primaire survient le plus souvent à la suite d'une infection. L'otite moyenne aiguë (MOA) est la première cause d'otalgie primaire chez les enfants âgés de six mois à 24 mois, culminant entre 9 et 15 mois. La maladie est généralement associée à une infection des voies respiratoires supérieures qui provoque une congestion et un gonflement de la trompe d'Eustache. Entre l'oreille moyenne et la trompe d'Eustache, il y a un rétrécissement de la trompe d'Eustache appelée jonction cartilagineuse osseuse ou isthme. Le gonflement de la trompe d'Eustache à cet endroit peut empêcher le drainage de l'oreille moyenne. Cette collection de sécrétions de l'oreille moyenne peut initialement générer un épanchement, entraînant une obstruction et une croissance bactérienne potentielle.[17] Une attente vigilante de 24 à 72 heures est raisonnable chez les enfants non toxiques. L'American Academy of Pediatrics a d'excellentes lignes directrices sur le traitement immédiat et le traitement différé [15].

Les nourrissons allaités au sein au cours de leurs six premiers mois de vie ont des taux plus faibles d'otite moyenne aiguë. Cette situation peut être due à la position du nourrisson et aux différences de pression pendant l'alimentation. [15]

Les autres causes primaires et secondaires sont également possible à trouver chez la population pédiatrique.[15]

11 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Elizabeth Harrison et Matthew Cronin, « Otalgia », Australian Family Physician, vol. 45, no 7,‎ , p. 493–497 (ISSN 0300-8495, PMID 27610432, lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 John Scott Earwood, Tyler Sherrod Rogers et Nicholas Alan Rathjen, « Ear Pain: Diagnosing Common and Uncommon Causes », American Family Physician, vol. 97, no 1,‎ 01 01, 2018, p. 20–27 (ISSN 1532-0650, PMID 29365233, lire en ligne)
  3. « Otalgia Differential Diagnoses »
  4. James J. Jaber, John P. Leonetti, Amy E. Lawrason et Paul J. Feustel, « Cervical spine causes for referred otalgia », Otolaryngology--Head and Neck Surgery: Official Journal of American Academy of Otolaryngology-Head and Neck Surgery, vol. 138, no 4,‎ , p. 479–485 (ISSN 0194-5998, PMID 18359358, DOI 10.1016/j.otohns.2007.12.043, lire en ligne)
  5. Frederick Liu et Andrew Steinkeler, « Epidemiology, diagnosis, and treatment of temporomandibular disorders », Dental Clinics of North America, vol. 57, no 3,‎ , p. 465–479 (ISSN 1558-0512, PMID 23809304, DOI 10.1016/j.cden.2013.04.006, lire en ligne)
  6. 6,00 6,01 6,02 6,03 6,04 6,05 6,06 6,07 6,08 6,09 6,10 6,11 6,12 6,13 6,14 6,15 et 6,16 Jessica Coulter et Edward Kwon, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 31751020, lire en ligne)
  7. 7,0 7,1 7,2 7,3 et 7,4 V. Visvanathan et G. Kelly, « 12 minute consultation: an evidence-based management of referred otalgia », Clinical otolaryngology: official journal of ENT-UK ; official journal of Netherlands Society for Oto-Rhino-Laryngology & Cervico-Facial Surgery, vol. 35, no 5,‎ , p. 409–414 (ISSN 1749-4486, PMID 21108752, DOI 10.1111/j.1749-4486.2010.02197.x, lire en ligne)
  8. 8,0 8,1 8,2 8,3 et 8,4 R. C. Chen, A. S. Khorsandi, D. R. Shatzkes et R. A. Holliday, « The radiology of referred otalgia », AJNR. American journal of neuroradiology, vol. 30, no 10,‎ , p. 1817–1823 (ISSN 1936-959X, PMID 19797791, PMCID 7051282, DOI 10.3174/ajnr.A1605, lire en ligne)
  9. 9,0 9,1 9,2 et 9,3 « UpToDate », sur www.uptodate.com (consulté le 30 novembre 2020)
  10. 10,0 et 10,1 Elliot Lieberman et Miriam I. Redleaf, « The Otalgia Point: A Novel Clinical Gesture in Otolaryngology », The Annals of Otology, Rhinology, and Laryngology, vol. 124, no 12,‎ , p. 953–956 (ISSN 0003-4894, PMID 26139645, DOI 10.1177/0003489415593555, lire en ligne)
  11. 11,0 et 11,1 Samuel Finnikin et Alistair Mitchell-Innes, « Recurrent otalgia in adults », BMJ (Clinical research ed.), vol. 354,‎ , i3917 (ISSN 1756-1833, PMID 27634545, DOI 10.1136/bmj.i3917, lire en ligne)
  12. Maria R. Bokhari, Charles Graham et Michael Mohseni, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 28613540, lire en ligne)
  13. Meron Teklu, Marta Kulich, Alan G. Micco et Kristin Brindisi, « Measuring the health utility of chronic eustachian tube dysfunction », The Laryngoscope, vol. 130, no 2,‎ , E39–E44 (ISSN 1531-4995, PMID 30900252, DOI 10.1002/lary.27934, lire en ligne)
  14. 14,0 et 14,1 A. K. Leung, J. H. Fong et A. G. Leong, « Otalgia in children. », Journal of the National Medical Association, vol. 92, no 5,‎ , p. 254–260 (ISSN 0027-9684, PMID 10881475, PMCID 2640572, lire en ligne)
  15. 15,0 15,1 15,2 et 15,3 Jose Rosa-Olivares, Amanda Porro, Marielys Rodriguez-Varela et Gloria Riefkohl, « Otitis Media: To Treat, To Refer, To Do Nothing: A Review for the Practitioner », Pediatrics in Review, vol. 36, no 11,‎ , p. 480–486; quiz 487–488 (ISSN 1526-3347, PMID 26527627, DOI 10.1542/pir.36-11-480, lire en ligne)
  16. 16,0 et 16,1 (en) « Ramsay Hunt syndrome - Symptoms and causes », sur Mayo Clinic (consulté le 30 novembre 2020)
  17. Kalyanakrishnan Ramakrishnan, Rhonda A. Sparks et Wayne E. Berryhill, « Diagnosis and treatment of otitis media », American Family Physician, vol. 76, no 11,‎ , p. 1650–1658 (ISSN 0002-838X, PMID 18092706, lire en ligne)