Ostéomyélite vertébrale

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ostéomyélite vertébrale
Maladie
Discitis.jpg
Spondylodiscite chez un enfant de 2 ans
Caractéristiques
Signes Douleur à la palpation vertébrale, Déficit sensoriel, Déficit moteur, Radiculopathie, Aucun signe clinique
Symptômes
Lombalgie, Dorsalgie, Fièvre , Asymptomatique , Cervicalgie
Diagnostic différentiel
Hernie discale, Métastases, Arthrite septique, Spondylose, Néoplasie, Maladie de Pott, Affaissement d'une vertèbre
Informations
Autres noms Spondylodiscite
Wikidata ID Q7578955
Spécialités Infectiologie, orthopédie, neurochirurgie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

L'ostéomyélite vertébrale (également appelée spondylodiscite) est une infection atteignant 1 ou plus d'une composante extra-durale de la colonne vertébrale. En générale, elle se présente comme la combinaison d'une ostéomyélite d'une vertèbre et/ou une atteinte du disque adjacent (discite).[1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

L'ostéomyélite vertébrale ) représente environ 3 à 5% de tous les cas d'ostéomyélite annuellement. L'incidence de l'ostéomyélite vertébrale diffère selon la région et la population étudiées. L'incidence estimée de l'ostéomyélite vertébrale aux États-Unis est de 4,8 cas pour 100 000 et a augmenté au cours des dernières décennies. Dans le monde, l'incidence dans divers pays varie de 1 pour 100 000 à 7 pour 100 000. L'incidence de la maladie augmente avec l'âge, et il y a une légère augmentation chez les hommes par rapport aux femmes. À l'instar de l'incidence de la maladie, la mortalité liée à l'ostéomyélite vertébrale varie également en fonction du pays d'intérêt, de l'organisme causal et des populations de patients à haut risque ou à faible risque. La mortalité à un an peut atteindre 11% . À l'ère pré-antibiotique, les estimations de mortalité étaient supérieures à 25% [2][3][4].

2 Étiologies[modifier | w]

Les pathogènes en cause sont souvent:[4]

3 Physiopathologie[modifier | w]

La dissémination hématogène est la principale voie de propagation de l'ostéomyélite vertébrale. Cela diffère de l'infection des extrémités où l'inoculation directe par des ulcères cutanés adjacents est la forme la plus courante de dissémination des agents pathogènes. L'ostéomyélite vertébrale peut également provenir d'une infection iatrogène consécutive à une chirurgie de la colonne vertébrale et à des procédures rachidiennes, y compris des injections facettaires ou épidurales pour la gestion de la douleur. Une fois que les agents pathogènes infectieux ont accès à la colonne vertébrale, l'infection peut se propager aux tissus paraspinaux adjacents, aux racines nerveuses, à l'espace épidural et même à l'espace intradural. [5][2]

La majorité des infections concernent le corps vertébral et seulement 5% des cas impliquent les structures postérieures de la colonne vertébrale. Cette disparité est principalement due à l'excellent apport sanguin des corps vertébraux. Outre la voie artérielle de propagation, l'ensemencement rétrograde de sang veineux via le plexus de Batson peut également propager l'infection à la moelle épinière. Dans de rares cas, l'infection peut se propager de manière continue de l'espace rétropharyngien au corps vertébral.[2]

4 Présentation clinique[modifier | w]

Le site le plus fréquent est la colonne lombaire (58%), suivie de la colonne thoracique (30%) et de la colonne cervicale (11%). [5]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Les facteurs de risque d'ostéomyélite vertébrale comprennent: [2]

  • Âge avancé
  • État d'immunosuppression
  • Diabète
  • Utilisation de corticostéroïdes à long terme
  • Malignité
  • Malnutrition
  • Usage de drogues IV
  • encocardite ou bactériémie (spécialement à S. aureus)
  • Chirurgie de la colonne vertébrale

4.2 Questionnaire[modifier | w]

L'évaluation clinique initiale d'un patient atteint d'ostéomyélite vertébrale donne souvent des résultats non spécifiques et non focaux, en particulier au début du processus de la maladie:[2]

  • Parfois asymptomatique
  • cervicalgie, dorsalgie, lombalgie (symptôme le plus courant)
  • Devrait être suspecté en cas de douleur ne répondant pas au traitement ou allant en s'empirant[4]
  • fièvre (35 à 60% des cas)[5]
  • Au fur et à mesure que la maladie progresse, la douleur se localise souvent au niveau vertébral affecté

4.3 Examen clinique[modifier | w]

À moins de déficits neurologiques, l'examen clinique sera peu conclusif:[2]

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Les examens paracliniques de laboratoire et leurs résultats attendus sont:[2][4]

L'imagerie jour un rôle important:[4]

  • Vue à la radiographie, notez l'amincissement de l'espace intervertébral
    Radiographie de la colonne cervicale / dorsale/ lombaire: non diagnostic mais servent à éliminer d'autres étiologies[5]
  • Vue à l'IRM en T1
    IRM[7] (modalité de choix): Classiquement, les infections des disques intervertébraux se propagent rapidement aux deux plateaux osseux adjacents du corps vertébral. [8] Les plateaux vertébraux auront un signal pondéré T1 diminué et un signal pondéré T2 accru avec une amélioration correspondante sur l'imagerie post-contraste. [8] L'espace discal infecté aura diminué. Signal pondéré T1 et signal T2 augmenté avec amélioration du contraste (d'un modèle variable pour inclure inégale, diffuse et linéaire). Les espaces discaux et les plateaux peuvent s'effondrer lors d'une infection chronique. Dans la plupart des cas, il y aura également un œdème des tissus mous et / ou un abcès dans l'espace para-rachidien antérieur ou dans l'espace péridural antérieur qui peut s'étendre crânialement ou caudalement à de multiples niveaux.[9][2]
    • Si l'IRM est contre-indiqué La tomographie par émission de photons uniques au gallium-67 (SPECT-CT) s'est avérée être une excellente alternative à l'IRM avec une sensibilité comparable à l'IRM.[7] La scintigraphie osseuse au technetium 99 ou gallium s'est avérée être des études de médecine nucléaire moins sensibles.
    • La TEP est également une alternative acceptable pour le bilan de l'ostéomyélite vertébrale.
  • Atteinte extensive d'un disque au TDM
    Le TDM a une utilité relativement limitée dans l'évaluation de l'ostéomyélite vertébrale, car elle peut se situer dans la plage de référence au début du processus de la maladie et sous-estimer l'étendue des tissus mous et des os dans les cas avancés.

La biopsie par aspiration percutanée pour culture de pus profond et analyse pathologique est indiquée si les hémocultures sont négatives malgré une imagerie compatible.[4]

6 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le diagnostic différentiel est:[4]

7 Traitement[modifier | w]

L'antibiothérapie est le pilier du traitement de l'ostéomyélite vertébrale:[4]

  • ATB IV pour 6 semaines basé sur la sensibilité du pathogène ou 3 mois pour Brucella
  • S'il n'y a pas de déficit neurologique ou de compromis hémodynamique, attendre la confirmation d'une étiologie microbienne avant de débuter l'antibiothérapie empirique
  • En cas de compromis neurologique, instabilité de la colonne ou de récurrence, le débridement chirurgical est indiqué

8 Suivi[modifier | w]

Pour le suivi, il est suffisant de suivre les aspects suivants:[4]

  • Symptomatologie
  • CRP
  • VS

Le suivi par imagerie devrait être réservé aux patients ne montrant pas d'amélioration clinique ou de leurs laboratoires.[4]

9 Complications[modifier | w]

Les complications sont en lien avec l'atteinte vertébrale:[4][2]

10 Notes[modifier | w]

  1. 1,0 et 1,1 Ce marqueur servira également pour le suivi de la réponse au traitement.

11 Références[modifier | w]

  1. (en) « Imaging in Spondylodiskitis: Overview, Radiography, Computed Tomography », Medscape,‎ (lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7 2,8 et 2,9 Adam Graeber et Nathan D. Cecava, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 30335289, lire en ligne)
  3. Kimona Issa, Bassel G. Diebo, Michael Faloon et Qais Naziri, « The Epidemiology of Vertebral Osteomyelitis in the United States From 1998 to 2013 », Clinical Spine Surgery, vol. 31, no 2,‎ , E102–E108 (ISSN 2380-0194, PMID 29135608, DOI 10.1097/BSD.0000000000000597, lire en ligne)
  4. 4,00 4,01 4,02 4,03 4,04 4,05 4,06 4,07 4,08 4,09 et 4,10 Elie F. Berbari, Souha S. Kanj, Todd J. Kowalski et Rabih O. Darouiche, « 2015 Infectious Diseases Society of America (IDSA) Clinical Practice Guidelines for the Diagnosis and Treatment of Native Vertebral Osteomyelitis in Adults », Clinical Infectious Diseases: An Official Publication of the Infectious Diseases Society of America, vol. 61, no 6,‎ , e26–46 (ISSN 1537-6591, PMID 26229122, DOI 10.1093/cid/civ482, lire en ligne)
  5. 5,0 5,1 5,2 5,3 et 5,4 Werner Zimmerli, « Clinical practice. Vertebral osteomyelitis », The New England Journal of Medicine, vol. 362, no 11,‎ , p. 1022–1029 (ISSN 1533-4406, PMID 20237348, DOI 10.1056/NEJMcp0910753, lire en ligne)
  6. David H. Priest et James E. Peacock, « Hematogenous vertebral osteomyelitis due to Staphylococcus aureus in the adult: clinical features and therapeutic outcomes », Southern Medical Journal, vol. 98, no 9,‎ , p. 854–862 (ISSN 0038-4348, PMID 16217976, DOI 10.1097/01.smj.0000168666.98129.33, lire en ligne)
  7. 7,0 et 7,1 C. Love, M. Patel, B. S. Lonner et M. B. Tomas, « Diagnosing spinal osteomyelitis: a comparison of bone and Ga-67 scintigraphy and magnetic resonance imaging », Clinical Nuclear Medicine, vol. 25, no 12,‎ , p. 963–977 (ISSN 0363-9762, PMID 11129162, DOI 10.1097/00003072-200012000-00002, lire en ligne)
  8. 8,0 et 8,1 Hans Peter Ledermann, Mark E. Schweitzer, William B. Morrison et John A. Carrino, « MR imaging findings in spinal infections: rules or myths? », Radiology, vol. 228, no 2,‎ , p. 506–514 (ISSN 0033-8419, PMID 12802004, DOI 10.1148/radiol.2282020752, lire en ligne)
  9. A. Dagirmanjian, J. Schils, M. McHenry et M. T. Modic, « MR imaging of vertebral osteomyelitis revisited », AJR. American journal of roentgenology, vol. 167, no 6,‎ , p. 1539–1543 (ISSN 0361-803X, PMID 8956593, DOI 10.2214/ajr.167.6.8956593, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.