Oeil rouge (approche clinique)

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Oeil rouge
Approche clinique
Anterior-uveitis.jpg
Uvéite antérieure
Caractéristiques
Étiologies Sclérite, Conjonctivite, Zona ophtalmique, Kératite, Conjonctivite allergique, Glaucome à angle fermé aigu, Kératite à herpès simplex, Conjonctivite irritative, Blépharite, Uvéite antérieure, Kératoconjonctivite sèche, Hémorragie sous-conjonctivale, Chalazion, Endophtalmie, Ulcère cornéen, Épisclérite, Orgelet, Abrasion cornéenne
Drapeaux rouges Douleur et vomissements soudains et intenses, Éruption de zona, Cratère cornéen, Diminution de l'acuité visuelle, Lésion cornéenne dendritique, Pression oculaire élevée, Ne pas blanchir avec un collyre à la phényléphrine
Informations
Terme anglais Red eye
Spécialité Ophtalmologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]

L'œil rouge est un problème courant qui peut toucher un œil ou les deux. La rougeur associée aux yeux rouges provient des vaisseaux sanguins à la surface de l'œil qui sont dilatés en raison d'une certaine forme d'irritation ou d'infection.[1][2]

Objectif du CMC
Rougeur oculaire (30)

1 Étiologies[modifier | w]

Les causes les plus fréquentes des yeux rouges comprennent :

  • Conjonctivite infectieuse
  • Conjonctivite allergique

Les abrasions cornéennes et les corps étrangers sont également des causes courantes. Bien que l'œil soit rouge, les patients présentent généralement une plainte de blessure, de douleur oculaire ou les deux. Cependant, chez les jeunes enfants et les nourrissons, ces informations peuvent ne pas être disponibles.

Étiologies par système[2][1]
Pathologie Facteurs discriminants
Paupière
Blépharite Inflammation du rebord des paupières avec présence de croûtes au niveau des cils, télangiectasies et congestion des glandes de Meibomius
Chalazion / Orgelet Inflammation à l’origine d’un enkystement d’une glande de la paupière
Entropion La paupière (généralement la paupière inférieure) se replie vers l'intérieur. Les cils frottent continuellement contre la cornée.
Conjonctive
Conjonctivite Sensation de grattage, photosensibilité. Parfois écoulement mucopurulent (si bactérien), œdème des paupières ou papilles sur la conjonctive tarsienne
Conjonctivite gonoccocique Infection grave causée par Neisseria gonorrhoeae. Hyperpurulence, ganglion préauriculaire sensible, œdème des paupières, peut perforer rapidement la cornée. Peut se produire chez le nouveau-né (ophtalmie néonatale)
Conjonctivite allergique Démangeaisons bilatérales proéminentes, éventuellement bombement conjonctival (chémosis). Allergies connues ou autres caractéristiques des allergies (par exemple, récurrences saisonnières, rhinorrhée)
Conjonctivite irritative Exposition à des irritants potentiels (par exemple, poussière, fumée, ammoniac, chlore, phosgène)
Hémorragie sous-conjonctivale Zone rouge focal, unilatéral asymptomatique ou rougeur confluente. Peut-être un traumatisme antérieur ou une manœuvre de Valsalva (par exemple, effort de vomissement). Souvent antécédents d'utilisation d'anticoagulants ou de médicaments antiplaquettaires (par exemple, aspirine, AINS, warfarine)
Épisclère
Épisclérite Rougeur focale unilatérale, légère irritation, larmoiement minimal
Sclère
Sclérite Douleur intense, souvent décrite comme ennuyeuse. Photophobie, larmoiement. Taches rouges ou violacées sous la conjonctive bulbaire. Oedème scléral, tendresse du globe palpé. Souvent antécédents de troubles auto-immunes
Cornée
Kératite Port prolongé de lentilles de contact (facteur de risque), larmoiement, œdème cornéen
Kératite à herpès simplex Apparition après une conjonctivite. Lésion cornéenne dendritique classique sur coloration à la fluorescéine. Unilatéral. ATCD d'herpès labial
Kératoconjonctivite sèche Motif ponctué (SPK) sur la coloration à la fluorescéine. Soulagement des symptômes avec l'utilisation de larmes artificielles.
Ulcère cornéen Opacité souvent grisâtre sur la cornée, suivie d'un cratère visible. Peut-être une histoire de sommeil avec des lentilles de contact (important facteur de risque)
Abrasion cornéenne / Corps étranger Apparition après une blessure (mais cette histoire peut être inapparente chez les nourrissons et les jeunes enfants). Sensation de corps étranger. Lésion sur coloration à la fluorescéine
Zona ophtalmique Vésicules et croûtes unilatérales sur une base érythémateuse dans une distribution V1, affectant parfois le bout du nez (signe de Hutchinson), oedème des paupières, yeux rouges, peut être associée à une uvéite, douleur éventuellement intense
Autre
Glaucome à angle fermé aigu Douleur oculaire sévère, maux de tête, nausées, vomissements, halos autour des lumières. Cornée trouble (causée par l'œdème), érythème conjonctival marqué. Diminution de l'acuité visuelle. Pression intraoculaire généralement > 40 mm Hg
Uvéite antérieure Douleur oculaire, photophobie. "Flush" ciliaire (injection circumcornéenne). Souvent un facteur de risque (par exemple, trouble autoimmune, traumatisme contondant au cours des derniers jours). Diminution de l'acuité visuelle ou du pus dans la chambre antérieure (hypopyon). Cellules et "flare" dans la chambre antérieur à l'examen à la lampe à fente.
Endophtalmie Inflammation purulente des fluides intraoculaires (vitrés et aqueux) qui survient après une intervention chirurgicale . Diminution soudaine de la vision avec douleur. Hypopion, fibrine, réaction sévère de la chambre antérieure, cellules vitreuses et brume, diminution du réflexe rouge.

2 Physiopathologie[modifier | w]

La dilatation des vaisseaux oculaires superficiels peut résulter de :

  • Infection
  • Allergie
  • Inflammation (non infectieuse)
  • Pression intraoculaire élevée (moins courante)

Plusieurs composants oculaires peuvent être impliqués, le plus souvent la conjonctive, mais également le tractus uvéal, l'épisclère et la sclère.[2]

3 Présentation clinique[modifier | w]

3.1 Questionnaire[modifier | w]

  • Antécédents
    • Antécédents de blessure ou maladies autoimmunes connues
    • Allergie
    • Épisodes antérieurs de douleur ou de rougeur oculaire et leurs schémas temporels
    • Utilisation récente de médicaments ophtalmiques topiques (y compris les médicaments en vente libre), qui pourraient être sensibilisants
  • Début et durée de la rougeur
  • Présence de tout changement de vision, de démangeaisons, de sensation de corps étranger, de douleur ou d'écoulement
    • Déterminer la nature et la gravité de la douleur, y compris si la douleur est aggravée par la lumière (photophobie)
    • Déterminer si l'écoulement est aqueux ou purulent
  • Présence d'halos autour des lumières (suggestif d'un glaucome à angle fermé aigu)
  • Exposition à des irritants ou l'utilisation de lentilles de contact (par exemple, une surutilisation possible, comme le port de celles-ci pendant le sommeil)
  • Traumatisme ou opération récente de yeux (orienter le patient vers le chirurgien qui a opéré)
  • Infection des voies respiratoires supérieures récente
  • Présence d'autres membres de la famille ayant eu un œil rouge récemment

Revue des systèmes

  • Maux de tête
  • Nausées, des vomissements
  • Écoulement nasal et éternuements (allergies, infection des voies respiratoires supérieures)
  • Toux, mal de gorge et malaise (infection des voies respiratoires supérieures)[2]
Antécédents
Trouvaille Penser à ...
Personnels
Maladie autoimmune
  • Sclérite
  • Uvéite
Allergie
  • Conjonctivite allergique
Sécheresse oculaire
  • Kératoconjonctivite sèche
Herpès labial
  • Kératite à herpès simplex
Ophtalmologie
Angle étroit dans la chambre antérieur
  • Glaucome à angle fermé aigu
Port de verre de contact
  • Kératite
  • Ulcère cornéen
Symptômes
Trouvaille Penser à ...
Photophobie
  • Abrasion cornéen
  • Ulcère cornéen
  • Glaucome à angle fermé aigu

Photophobie consensuelle:

  • Uvéite
Halo
  • Glaucome à angle fermé aigu
Écoulement séreux
  • Conjonctivite virale
  • Kératoconjonctivite sèche (écoulement paradoxal)
Écoulement purulent
  • Conjonctivite bactérienne
Effort de valsalva ou de vomissement
  • Hémorragie sous-conjonctivale
Inflammation de la paupière
  • Orgelet/Chalazion
  • Blépharite
  • Lésions (carcinome basocellulaire, carcinome cellulaire squameux)

3.2 Examen clinique[modifier | w]

L'examen général doit comprendre :

  • Examen de la tête et du cou (adénopathie) afin de détecter des signes de troubles associés (par exemple, infection des voies respiratoires supérieures, rhinite allergique, éruption cutanée à zona).
  • Examen oculaire
    • Mesure de l'acuité visuelle
      • La meilleure acuité visuelle corrigée est mesurée
    • La taille pupillaire et la réactivité à la lumière sont évaluées
      • Une véritable photophobie (parfois appelée photophobie consensuelle) est présente si la lumière projetée dans un œil non affecté provoque une douleur dans l'œil affecté lorsque l'œil affecté est fermé. La photophobie consensuelle est une caractéristique de l'uvéite.
    • Décider par inspection si une rougeur est présente et si elle est due à une hémorragie sous-conjonctivale, une hyperémie conjonctivale, une "flush" ciliaire (injection circumcornéenne) ou une combinaison de ces éléments
    • Détecter la présence d'un écoulement (aqueux ou purulent, profuse ou peu abondante)
    • Les mouvements extraoculaires sont évalués
    • Les tissus périorbitaires sont inspectés pour les lésions et l'enflure
    • Coloration de la cornée à la fluorescéine à la recherche d'une abrasion, d'un ulcère, d'une dendrite, etc.
      • Si une abrasion cornéenne est détectée (particulièrement si verticale), la paupière est retournée et examinée à la recherche de corps étrangers cachés dans le cul-de-sac conjonctivale.
    • La pression oculaire est mesurée à l'aide de la tonométrie ou par applanation si la cornéen est régulière.

Il est préférable d'inspecter les structures oculaires et la cornée à l'aide d'une lampe à fente. Une lampe à fente est également utilisée pour examiner la chambre antérieure pour les cellules, les reflets et le pus (hypopyon). [2]

Test Trouvaille Penser à...
Examen du cou Adénopathie
  • Conjonctivite virale
Fluorescéine Coloration
  • Abrasion cornéen
  • Ulcère cornéen
  • Kératite (dendrite)
  • Corps étranger
Pression intraoculaire Élevé (> 20 mm Hg)
  • Glaucome à angle fermé aigu
Faible
  • Uvéite
Illumination Rougeur circumcornéenne
  • Uvéite
Zone rouge focale
  • Hémorragie sous-conjonctivale
Chambre antérieure Cellules et/ou "flare"
  • Uvéite
Conjonctive palpébrale Papille
  • Conjonctivite allergique
  • Conjonctivite bactérienne
Follicule
  • Conjonctivite virale
  • Réaction à un médicament

4 Drapeaux rouges[modifier | w]

Drapeaux rouges[2] Causes sérieuses possibles Causes bénignes confondantes possibles
Douleur et vomissements soudains et intenses
  • Glaucome à angle fermé aigu
Éruption de zona
  • Zona ophtalmique
Cratère cornéen
  • Ulcère cornéen
Diminution de l'acuité visuelle
  • Glaucome à angle fermé
  • Ulcère cornéen central
  • Zona ophtalmique
Lésion cornéenne dendritique
  • Kératite à herpès
Pression oculaire élevée
  • Glaucome à angle fermé aigu
Ne pas blanchir avec un collyre à la phényléphrine
  • Sclérite

5 Investigation[modifier | w]

Les tests sont généralement inutiles sauf dans certaines situations précises :

  • les cultures virales peuvent aider si l'herpès simplex ou l'herpès zoster est suspecté et que le diagnostic n'est pas clair cliniquement
  • les ulcères cornéens sont cultivés par un ophtalmologiste
  • la gonioscopie est réalisée chez les patients atteints de glaucome
  • le dépistage des troubles auto-immunes peut être utile chez les patients atteints d'uvéite récidivante et sans cause évidente (par exemple, un traumatisme)
  • les patients atteints de sclérite subissent des tests supplémentaires selon les directives d'un ophtalmologiste[2]

6 Prise en charge[modifier | w]

Une fois la cause de l'oeil rouge traité, l'œil rouge lui-même ne nécessite pas de traitement. Les vasoconstricteurs topiques ne sont pas recommandés car les patients peuvent développer une rougeur de rebond.[2]

Il est nécessaire de référer en ophtalmologie dans les cas suivant :

  • Sclérite
  • Épisclérite
  • Zona ophtalmique
  • Ulcère cornéen
  • Uvéite
  • Kératite à herpès
  • Glaucome à angle fermé aigu
  • Conjonctivite gonoccocique
  • Endophthalmite

7 Références[modifier | w]

  1. 1,0 et 1,1 (en) « Red eye », sur Mayo Clinic (consulté le 17 avril 2020)
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 et 2,7 (en) « Red Eye - Eye Disorders », sur Merck Manuals Professional Edition (consulté le 17 avril 2020)