Oeil et maladies systémiques (approche clinique)

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Oeil et maladies systémiques
Approche clinique
Herps zoster ophthalmicus.jpg
Zona ophtalmique
Caractéristiques
Drapeaux rouges Perte d'acuité visuelle rapide, Zona de la branche V1, Proptose, Céphalée matinale
Informations
Terme anglais Systemic Diseases and the Eye
Spécialité Ophtalmologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Un nombre important de maladies systémiques présentent une atteinte oculaire, telle que les maladies vasculaires, le diabète, les maladies du système nerveux ou les maladies rhumatoïdes. Parfois, l'atteinte oculaire est présente comme symptôme principal. Dans d'autres cas, il s'agit plutôt de symptômes secondaires associés aux maladies systémiques (par exemple, l'angiopathie rétinienne liée à l'hypertension). La connaissance de ces associations facilite le diagnostic précoce et peut aider à anticiper ou à éviter les complications. [1][2]

1 Étiologies[modifier | w]

Étiologies
Étiologies Facteurs discriminants
artérite temporale Neuropathie optique ischémique (baisse de vision total et permanente non douloureuse avec déficit pupillaire afférent) accompagnée d'un tableau de céphalée, asthénie, fièvre, myalgies multiples, douleur au cuir chevelu et/ou claudication de la mâchoire
arthrite rhumatoïde juvénile L'atteinte oculaire peut être insidieuse, sans corrélation avec la sévérité de l'arthrite. Manifestations oculaires : Uvéite (la plus fréquente et souvent asymptomatique), cataractes, kératite en bande et glaucome.
cataracte congénitale De multiples maladies infectieuses (toxoplasmose, rubéole, syphilis) sont associés à la cataracte congénitale
diabète Développement d'une rétinopathie diabétique : présence de micro-anévrismes, hémorragie (intra-rétinienne, ponctiforme, rondes ou en flammèche), exsudats durs, oedème maculaire.
herpès zoster Zona ophtalmique : Les complications ophtalmiques sont très variées : conjonctivite, kératite pseudo-dendritique, ulcère neuroparalytique, uvéite, glaucome, sclérite, nécrose rétinienne et névrite optique entre autres.
hypertension artérielle (HTA) Rétinopathie hypertensive : Constriction artériolaire, exsudats durs, exsudats mous, hémorragies en flamme, oedème rétinien, parfois oedème papillaire (HTA maligne). Présence d'un épaississent et une sclérose de la paroi des artérioles en cas d'HTA prolongée
hypertension intracrânienne Oedème papillaire bilatéral. Rebord du nerf optique sont flous et surélevées avec engorgement et tortuosité des veines et des capillaires, parfois accompagné d'hémorragies.
maladie de Graves Proptose uni ou bilatérale, atteinte de la motilité oculaire (diplopie, strabisme restrictif, rétraction palpébrale), retard de la paupière supérieure au regard en bas ("Lid lag"), augmentation du volume de l'orbite. Possiblement associée à une exposition cornéenne avec kératite sèche.
migraines Scotomes scintillants (souvent en périphérie qui progresse vers la vision centrale en 15-20 minutes). Possible de souffrir d'amaurose fugace et/ou d'hémianopsie homonyme transitoire. Symptômes visuels sont suivis d'une céphalée pulsatile intense.
néoplasie maligne De multiples cancers peuvent causer des métastases choroïdiennes et il y a également des phénomènes paranéoplasiques qui peuvent toucher la rétine. Les métastases sont les tumeurs oculaires les plus fréquentes (particulièrement le cancer du poumon et du sein)
neurofibromatose Présence de nodules de Lisch ou d'un gliome du nerf optique
polyarthrite rhumatoïde Fortement associée à une insuffisance lacrymale. Kératoconjonctivite sèche, épisclérite, sclérite, scléromalacie perforante et ulcération cornéen périphérique.
sarcoïdose Risque accru de développement d'uvéite antérieure et/ou postérieur ainsi que des sclérite
spondylite ankylosante 25% des patients atteinte de spondylite ankylosantes font des uvéites. Pathologie la plus associée à l'uvéite antérieure.
syndrome de Charles Bonnet Hallucinations visuelles non menaçantes qui impliquent souvent des enfants, des fleurs, des visages et des petits animaux. Affecte habituellement les patients présentant un handicap visuel important (manque de stimulation visuelle) tel qu'une dégénérescence maculaire sévère lié à l'âge bilatérale.
syndrome de Horner Ptose légère, myosis et anhidrose
syndrome d’immuno-déficience acquise (SIDA) Exsudat mou ("Cotton-wool spots"), rétinite à cytomégalovirus, sarcome de Kaposi au niveau de la conjonctive et des paupières
syndrome de Sjögren Bouche sèche (xérostomie) et sécheresse oculaire.
trisomie 21 Épicanthus, tâches de Brushfield sur l'iris, myopie, strabisme, kératocone, cataracte.

2 Approche clinique[modifier | w]

2.1 Questionnaire[modifier | w]

Tout d'abord, il est crucial de faire un bon questionnaire des antécédents de santé du patient et familiaux à la fois générales et ophtalmiques. Il est important de questionner :

  • Maladie(s) diagnostiquée(s)
    • La date du diagnostic
    • Les traitements utilisées
    • Le niveau de contrôle (par exemple, antécédent d'HbA1c) actuel et antérieur
    • Le suivi et avec quels professionnels
    • Les examens et prises de sang réalisées (par exemple, HbA1c, prise de signes vitaux, angiographie à la fluorescéine)
    • Antécédents de complications
Antécédents
Trouvailles Penser à ...
Diabète
  • Rétinopathie diabétique
Hypertension artérielle
  • Rétinopathie hypertensive
Spondylite ankylosante
  • Uvéite antérieure
Syndrome d'immuno-déficience acquise
  • Rétinite à cytomégalovirus
  • Sarcome de Kaposi
Sarcoïdose
  • Uvéite antérieure et/ou postérieure
Néoplasie maligne
  • Métastase oculaire
Neurofibromatose
  • Gliome du nerf optique
  • Progression ou apparition de nouveaux symptômes
Symptômes
Trouvailles Penser à ...
Perte d'acuité visuelle rapide
  • Artérite temporale
  • Oedème maculaire diabétique
Arthrite en jeune âge
  • Uvéite secondaire à une arthrite juvénile idiopathique
Mauvais contrôle diabétique
  • Rétinopathie diabétique
Hypertension artérielle chronique
  • Rétinopathie hypertensive
Zona avec atteinte de la branche nasociliaire du V1
  • Zona ophtalmique
Céphalée matinale
  • Hypertension intracrânienne
Symptômes d'hyperthyroïdie ou exophtalmie
  • Maladie de Graves
Sécheresse oculaire
  • Polyarthrite rhumatoïde
  • Syndrome de Sjögren
Hallucination visuelle
  • Syndrome de Charles Bonnet
Ptose légère, myosis
  • Syndrome de Horner

2.2 Examen clinique[modifier | w]

La prise des signes vitaux et examen physique ciblé en fonction des plaintes doit être effectué.

De même qu'un examen ophtalmologique complet (idéalement réalisé à l'aide d'une lampe à fente) :

  • Tests de l'acuité visuelle (chaque oeil individuellement)
  • Amplitude des mouvements oculaires (à la recherche de douleur, limitation d'amplitude, etc.)
  • Champs visuels des deux yeux pour comparaison
  • Aspect et réponse pupillaires (présence ou absence d'un déficit pupillaire afférent relatif)
  • Évaluation des paupières, de la cornée, de la chambre antérieure, de l'iris, du cristallin et du vitrée antérieur.
  • Examen du fond d'oeil (vitrée, rétine, etc.)

3 Drapeaux rouges[modifier | w]

Drapeaux rouges Causes sérieuses possibles
Perte d'acuité visuelle rapide
  • Artérite temporale
  • Oedème maculaire diabétique
Zona de la branche V1
  • Zona ophtalmique
Proptose
  • Maladie de Graves
Céphalée matinale
  • Hypertension intracrânienne

4 Investigation[modifier | w]

L'investigation va déprendre de l'étiologie suspectée. Il est possible qu'une investigation ne soit pas nécessaire (par exemple, cataracte).

Néanmoins, dans certains cas (par exemple, oedème maculaire diabétique, hypertension intracrânienne), l'obtention d'un ou plusieurs de ces tests permettra de confirmer le diagnostic :

  • Photographie couleur du fond d'œil
  • Angiographie à la fluorescéine
  • Tomographie par cohérence optique (OCT)[3]
  • Test du champ visuel automatisé
  • Imagerie par résonance magnétique (IRM) (par exemple, hypertension intracrânienne pour éliminer une masse)[4]
  • Dosage des hormones thyroïdiennes (par exemple, Maladie de Graves)[5]
  • Dosage de la vitesse de sédimentation, la dosage de la protéine C-réactive et une mesure du nombre de plaquettes afin d'exclure l'artérite temporale lorsque suspecté.[6]

5 Prise en charge[modifier | w]

Traitement de la cause

Le trouble provoquant la perte de vision doit être traité le plus rapidement possible, bien que le traitement ne puisse pas toujours sauver ou restaurer la vision. Cependant, un traitement rapide peut réduire le risque que le même processus se produise dans l'autre œil.

6 Références[modifier | w]

  1. (en) Anna K. Nowinska et Anna Machalińska, « Ocular Manifestations of Systemic Diseases », sur Journal of Ophthalmology, (consulté le 18 avril 2020)
  2. (en) « Eye in Systemic Disease. Systemic Eye Problems Information », sur patient.info (consulté le 18 avril 2020)
  3. « Rétinopathie diabétique - Troubles oculaires », sur Édition professionnelle du Manuel MSD (consulté le 18 avril 2020)
  4. « Hypertension intracrânienne idiopathique - Troubles neurologiques », sur Édition professionnelle du Manuel MSD (consulté le 18 avril 2020)
  5. « Hyperthyroïdie - Troubles endocriniens et métaboliques », sur Édition professionnelle du Manuel MSD (consulté le 18 avril 2020)
  6. « Artérite à cellules géantes - Troubles musculosquelettiques et du tissu conjonctif », sur Édition professionnelle du Manuel MSD (consulté le 18 avril 2020)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.