Noyade et quasi-noyade

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Noyade et quasi-noyade
Maladie
Caractéristiques
Signes Bradycardie, Wheezing, Tachycardie , Tachypnée , Michaël St-Gelais/Brouillons/Hypothermie, Bradypnée, Rythme cardiaque irrégulier, Râles crépitants
Symptômes Vomissements, Dyspnée , Diarrhée , Anxiété , Toux
Informations
Wikidata ID Q506616
Spécialité Traumatologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]
Objectif du CMC
Noyade et quasi noyade (109-6)

La noyade est une insuffisance respiratoire résultant de la submersion ou de l’immersion en milieu liquide.[1] Cette définition englobe tous les cas de noyade, qu’ils soient mortels ou non. Ainsi, les issues de la noyade sont classées de la manière suivante : décès, séquelles et absence de séquelle.[1] Les termes noyade humide, noyade sèche et quasi-noyade ne sont plus acceptés, bien qu'ils soient encore utilisés lors de discussions sur la noyade.[2][3][4][5]

La quasi-noyade se définit comme étant une survie de plus de 24 heures à un accident de submersion.[6]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Dans le monde entier, la noyade est responsable d'environ 360 000 décès par an.[5] Elle fait partie des 10 principales causes de décès d'enfants et de jeunes dans toutes les régions du monde, les enfants de moins de 5 ans étant plus à risque et les hommes deux fois plus susceptibles de se noyer que les femmes.[7]

Au Canada, la noyade constituait la cinquième cause de décès par traumatisme non intentionnel en 2015 après les chutes, les intoxications, les décès reliés au transport et les problèmes respiratoires.[8]

2 Physiopathologie[modifier | w]

  • Les principaux facteurs de la morbidité et de la mortalité par noyade sont l'hypoxémie et l'acidose| et leurs effets sur plusieurs organes. Des lésions du système nerveux central (SNC) peuvent survenir en raison d'une hypoxémie subie pendant l'épisode de noyade (lésion primaire) ou peuvent résulter d'une arythmie, d'une lésion pulmonaire en cours, d'une lésion de reperfusion ou d'un dysfonctionnement de plusieurs organes (lésion secondaire), en particulier en cas d'hypoxie tissulaire prolongée.[9]
  • Le liquide aspiré lors d'une submersion ou d'une immersion peut entraîner un lavage et un dysfonctionnement du surfactant, une augmentation de la perméabilité de la membrane alvéolaire-capillaire, une diminution de la compliance pulmonaire et une inadéquation du rapport ventilation / perfusion. Cela peut aboutir dans les cas moins graves à des plaintes respiratoires mineures ou inexistantes; et dans les cas plus graves à un œdème pulmonaire fulminant non cardiogénique et à un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) .[5]
  • Au moins 20% des victimes développent un laryngospasme serré qui dure même après un arrêt cardiaque. Ces victimes n'aspirent que rarement de liquide et seraient noyées à sec.[5]
  • La détermination de la toxicité de l'eau dans laquelle la victime a été immergée (p. Ex. Eau salée ou eau douce) est désormais de peu d'importance en cas de noyade non mortelle, les changements de volume ou de sérum (électrolyte) ne se produisant que lorsqu'un volume important de liquide est aspiré.[10] [11] Il est toutefois important de noter si le liquide était manifestement contaminé (eaux usées). Ces patients étant sujets aux infections pulmonaires, une antibiothérapie prophylactique pourrait être justifiée lors de la présentation.[5]

3 Présentation clinique[modifier | w]

Les accidents par submersion ou immersion peuvent être associés à de lourdes conséquences voire à la mort. L'évaluation clinique doit être exhaustive, l'anamnèse doit déterminer tous les aspects de l'épisode de noyade, y compris les circonstances entourant la submersion.

3.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Divers facteurs augmentent le risque de noyade. Ces facteurs peuvent être d'ordre environnementaux (ex le type de plan d'eau), ou d'ordre personnels. Voici listés quelques uns de ces facteurs de risque:[12]

3.2 Questionnaire[modifier | w]

Les noyades ne sont pas toujours accidentelles. Les circonstances de l'incident doivent être précisées rigoureusement.
  • Les décès intentionnels chez les nouveau-nés ne sont pas rares et les facteurs de risque suivants doivent être recherchés: [5]

3.3 Examen clinique[modifier | w]

  • L'examen clinique d'une victime d'accident par submersion doit évaluer dans un premier temps la stabilité de la victime selon la séquence de l'ATLS.
  • Il faudra évaluer la possibilité d'un traumatisme, y compris une lésion de la moelle épinière, et mettre en œuvre les mesures de précaution appropriées.
  • L'évaluation des signes vitaux pourrait retrouver une hypothermie, une tachycardie ou une bradycardie, une tachypnée ou une bradypnée.
  • L'examen portera ensuite sur la recherche de signes d'hypoxie cellulaire sur différents organes cibles:[12]
    • Pulmonaire: L'aspiration de liquide entraîne divers degrés d'hypoxémie. L'insuffisance pulmonaire peut se développer insidieusement ou rapidement; les signes, râles crépitants et wheezing.
    • Neurologique: L'hypoxémie et l'ischémie provoquent des lésions neuronales, qui peuvent produire un œdème cérébral et une élévation de la pression intracrânienne.
    • Cardiovasculaire: Des arythmies secondaires à une hypothermie et une hypoxémie sont souvent observées en cas de noyade non mortelle. Il peut s'agir de tachycardie sinusale, de bradycardie sinusale, ou de fibrillation auriculaire.
    • Une acidose métabolique et/ou respiratoire est souvent observée.

4 Investigation[modifier | w]

Les études de laboratoire et / ou d'imagerie ne sont pas toujours justifiées chez les patients asymptomatiques. S'il est obtenu, le bilan doit être orienté vers les antécédents et l'examen du patient.

Examens paracliniques en cas de noyade non fatale[5]
Examen paraclinique Commentaire
Mesure de la température centrale
  • Indiquée chez tous les patients présentant des symptômes ou ayant des antécédents d'immersion prolongée.
Gaz du sang
  • Ils doivent être mesurés chez toute victime d'accident par submersion.[14]
  • L'analyse des gaz du sang constitue probablement le paramètre clinique le plus fiable chez les patients asymptomatiques ou légèrement symptomatiques.[14]
  • L'anomalie la plus souvent constatée est une acidose métabolique secondaire à une acidose lactique.
Radiographie du thorax
  • Elle doit être réalisée en cas d'hypoxie continue ou d'aggravation des symptômes respiratoires.
  • Elle pourrait montrer des signes d'aspiration, d'œdème pulmonaire ou d'atélectasie segmentaire suggérant la présence de corps étrangers. [14]
  • Chez les patients asymptomatiques, une radiographie du thorax doit être réalisée près de la fin de la période de surveillance.[15]
Bilan à la recherche d'un facteur prédisposant[14][16]
Scanner cérébral
  • Indiqué en cas d'altération de l'état de conscience[16]

5 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Les causes secondaires de noyade doivent toujours être prises en compte. Il est primordial d'envisager la maltraitance chez les jeunes enfants victimes de blessures par submersion dans des baignoires, des seaux ou d'autres récipients d'eau peu profonds. Il faut par ailleurs rechercher d'autres causes d'hypothermie comme une intoxication.[5]

6 Traitement[modifier | w]

La prise en charge des victimes de noyade peut être abordée en trois phases: les soins préhospitaliers, les soins aux urgences et les soins en hospitalisation. Les patients présentant des symptômes légers ou nuls peuvent être observés au service des urgences pendant quatre à huit heures, et s'ils continuent à bien se porter, ils peuvent être renvoyés chez eux avec des précautions de retour. Les patients symptomatiques peuvent justifier une observation plus approfondie avec une hospitalisation dans la zone appropriée (étage vs soins intensifs selon la gravité de leurs symptômes).

Prise en charge des victimes de noyade[14][15]
Modalité Description
Prise en charge préhospitalière Appeler à l'aide
  • Des soins préhospitaliers optimaux sont un déterminant important des résultats de la prise en charge des victimes d'immersion.[17][18]
  • Les témoins doivent appeler le 911 immédiatement lorsque ce service, ou un service similaire, est disponible.
Réanimation cardio-pulmonaire (RCP)
  • La nécessité d'une RCP est déterminée dès que possible sans compromettre la sécurité du secouriste ni retarder le retrait de la victime de l'eau.[19]
  • La ventilation est généralement considérée comme le traitement initial le plus important pour les victimes de blessures par submersion. La respiration artificielle doit commencer le plus tôt possible, avec le menton et les voies respiratoires du patient étendus lorsque cela est sécuritaire.[5]
  • Les victimes de noyade ont très probablement subi un arrêt cardiaque par asphyxie; par conséquent, la respiration artificielle ainsi que les compressions thoraciques sont indiquées par opposition à la réanimation par compression uniquement en cas d'arrêt cardiaque.[20]
  • La manœuvre de Heimlich ou d'autres techniques de drainage postural pour éliminer l'eau des poumons n'ont pas de valeur démontrée et ne doivent pas retarder la respiration artificielle.[5]
  • Notons que les efforts de réanimation ne doivent pas être cessés tant que la température centrale du patient est inférieure à 35°C.
Mesures préventives
  • Le patient doit être retiré de l'eau en faisant attention à la colonne cervicale. Si possible, l'individu doit être soulevé en position couchée[21]
  • Selon les directives de l'American Heart Association (AHA) pour l'ACLS, l'immobilisation de routine de la colonne cervicale peut interférer avec la gestion essentielle des voies respiratoires et n'est pas recommandée. Elle est à considérée en cas d'accident de bateau, de plongée de hauteur ou en cas de suspicion clinique de trauma à la colonne cervicale.
Troubles du rythme cardiaque
  • Les patients noyés peuvent présenter des arythmies potentiellement mortelles, et celles-ci sont traitées selon les protocoles de l'ACLS.
  • Le pouls peut être très faible et difficile à palper chez le patient en hypothermie présentant une bradycardie sinusale ou une fibrillation auriculaire; une recherche minutieuse du pouls doit être effectuée pendant au moins une minute avant de commencer les compressions thoraciques chez le patient en hypothermie car ces arythmies ne nécessitent aucun traitement immédiat.
Prise en charge aux urgences Poursuite des soins préhospitaliers
  • Les efforts de réanimation préhospitalière doivent être poursuivis et les voies respiratoires sécurisées selon l'indication. Chez le patient symptomatique, les indications d'intubation sont les suivantes:
    • Altération de l'état de conscience et incapacité à protéger les voies respiratoires ou à gérer les sécrétions
    • Incapacité de maintenir une PaO2 supérieure à 60-70 mmHg (>80mmHg chez l'enfant) ou une saturation en oxygène (SpO2) supérieure à 90% malgré l'utilisation d'un système de distribution d'oxygène à haut débit ou d'une ventilation non invasive.
Surveillance
  • La surveillance est capitale et passe par une réévaluation clinique fréquente avec la mesure des signes vitaux, la mesure continue de la saturation en oxygène, la surveillance du CO2 de fin d'expiration, et la télémétrie cardiaque.
Evaluations complémentaires
  • La recherche d'un traumatisme est de mise et les examens d'imagerie doivent être réalisés lorsque indiqués.
  • Des troubles majeurs de concentration des électrolytes ne sont généralement pas retrouvés. Cependant, des cas d'hyponatrémie et d'hypernatrémie ont été rapportés suite à l'ingestion de grandes quantités d'eau douce ou salée.[5]
  • La plupart des acidoses sont améliorées après une meilleure oxygénation et une correction de la déplétion volémique. Une hypothermie peut être présente et exacerber l'hypoxémie, l'acidose et la bradycardie.
Hypothermie
  • Les patients souffrant d'hypothermie sévère peuvent sembler morts en raison d'une bradycardie profonde et d'une vasoconstriction.
  • La réanimation doit se poursuivre pendant que des tentatives agressives sont faites jusqu'à ce que la température corporelle centrale de la victime se rétablisse à une valeur comprise entre 32 °C et 35 °C.
  • Des méthodes de réchauffement passives et actives doivent être utilisées pour rétablir la température centrale des patients. De plus, des options de réchauffement endovasculaire et extracorporel sont disponibles dans certains centres.[5]
Patients asymptomatiques
  • Les patients asymptomatiques doivent être étroitement surveillés pendant 4-6 heures après le sauvetage et la réanimation, et admis en cas de détérioration.
  • Lorsque le patient a subi une noyade ou quasi-noyade cliniquement significative, une observation de 72h est indiquée, en raison des risques d'œdème pulmonaire retardé.
Prise en charge en hospitalisation
  • Les patients symptomatiques doivent être hospitalisés pour des soins de support et le traitement de complications spécifiques d'organes.
Troubles neurologiques
  • L'état neurologique initial du patient et la durée de la perte de connaissance constituent les principaux déterminants de l'issue sur le plan neurologique.
  • Le but de la prise en charge hospitalière est de prévenir les lésions neurologiques secondaires dues à une ischémie continue, un œdème cérébral, une hypoxémie, des déséquilibres hydro-électrolytiques, une acidose et une activité épileptique.
Infection ou insuffisance respiratoires
  • Un bronchospasme peut survenir en cas de noyade non fatale, la prise en charge est similaire à celle de l'asthme aigu.
  • L'utilisation systématique de glucocorticoïdes ou d'antibiotiques prophylactiques n'est pas recommandée.
  • Les antibiotiques ne doivent être utilisés qu'en cas d'infection pulmonaire clinique ou si la victime a été immergée dans une eau fortement contaminée; les germes le plus souvent en cause sont alors de genre Aeromonas, Pseudomonas, et Proteus.

7 Complications[modifier | w]

  • Le principal déterminant de la survie est la durée de l'immersion. Les éléments de mauvais pronostic pour la récupération comprennent l'absence de témoin, une réanimation retardée, la nécessité d'une RCP sur les lieux, le besoin de continuer la RCP à l'urgence, et un coma prolongé.[22] Le pronostic est lié principalement à l'importance des lésions cérébrales hypoxiques. Au moins 10 à 30% des enfants atteints de lésions cérébrales nécessitent une rééducation à long terme. L'hypothermie peut protéger le cerveau de certains enfants. [22]
  • En cas de noyade non fatale, les complications peuvent être secondaire à l'hypothermie (Arythmie) ou à l'hypoxie:[23]

8 Prévention[modifier | w]

Bien que la noyade soit une cause majeure de décès dans le monde, la prévention est possible dans la plupart des cas.[7] Le respect de certaines mesures de sécurité permettrait d'éviter le risque de noyade: [24]

  • Limiter l’accès aux piscines en aménageant les lieux de façon sécuritaire,
  • Surveiller les enfants en tout temps,
  • Veiller à une utilisation appropriée des vêtements de flottaison individuels,
  • Eviction de l'alcool et des drogues illicites en nageant ou en bateau...

9 Références[modifier | w]

  1. 1,0 et 1,1 (en) E. F. van Beeck, C. M. Branche, D. Szpilman et J. H. Modell, « A new definition of drowning : towards documentation and prevention of a global public health problem », Bulletin of the World Health Organization : the International Journal of Public Health 2005 ; 83(11) : 853-856,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Ahamed H. Idris, Joost J.L.M. Bierens, Gavin D. Perkins et Volker Wenzel, « 2015 Revised Utstein-Style Recommended Guidelines for Uniform Reporting of Data From Drowning-Related Resuscitation: An ILCOR Advisory Statement », Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes, vol. 10, no 7,‎ (ISSN 1941-7713 et 1941-7705, PMID 28716971, PMCID PMC6168199, DOI 10.1161/HCQ.0000000000000024, lire en ligne)
  3. Mark G. Coulthard, Vanil Varghese, Lauren P. Harvey et Tona C. Gillen, « A review of children with severe trauma admitted to pediatric intensive care in Queensland, Australia », PloS One, vol. 14, no 2,‎ , e0211530 (ISSN 1932-6203, PMID 30730910, PMCID 6366734, DOI 10.1371/journal.pone.0211530, lire en ligne)
  4. Andrew Nathanson, « Sailing Injuries: A Review of the Literature », Rhode Island Medical Journal (2013), vol. 102, no 1,‎ , p. 23–27 (ISSN 2327-2228, PMID 30709070, lire en ligne)
  5. 5,00 5,01 5,02 5,03 5,04 5,05 5,06 5,07 5,08 5,09 5,10 5,11 et 5,12 Janelle D. McCall et Britni T. Sternard, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 28613583, lire en ligne)
  6. « StackPath », sur mcc.ca (consulté le 9 janvier 2021)
  7. 7,0 et 7,1 WORLD HEALTH ORGANIZATION., RAPPORT MONDIAL SUR LA NOYADE : comment prevenir une cause majeure de deces., WORLD HEALTH ORGANIZATION, (ISBN 92-4-256478-8 et 978-92-4-256478-5, OCLC 968758503, lire en ligne)
  8. Xiaoquan Yao, Robin Skinner, Steven McFaull et Wendy Thompson, « Aperçu - Décès attribuables à des blessures au Canada en 2015 », Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada, vol. 39, no 6/7,‎ , p. 248–254 (ISSN 2368-7398, DOI 10.24095/hpcdp.39.6/7.03f, lire en ligne)
  9. « Drowning: Background, Etiology, Epidemiology », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  10. James P. Orlowski et David Szpilman, « DROWNING », Pediatric Clinics of North America, vol. 48, no 3,‎ , p. 627–646 (ISSN 0031-3955, DOI 10.1016/s0031-3955(05)70331-x, lire en ligne)
  11. M. Harries, « Near drowning », BMJ, vol. 327, no 7427,‎ , p. 1336–1338 (ISSN 0959-8138 et 1468-5833, DOI 10.1136/bmj.327.7427.1336, lire en ligne)
  12. 12,0 et 12,1 « UpToDate », sur www.uptodate.com (consulté le 8 janvier 2021)
  13. « Drowning Clinical Presentation: History, Physical Examination », sur emedicine.medscape.com (consulté le 9 janvier 2021)
  14. 14,0 14,1 14,2 14,3 et 14,4 « Drowning Treatment & Management: Approach Considerations, Prehospital Care, Emergency Department Care - Transition to the ICU », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  15. 15,0 et 15,1 « UpToDate », sur www.uptodate.com (consulté le 8 janvier 2021)
  16. 16,0 et 16,1 « Noyade - Blessures; empoisonnement », sur Édition professionnelle du Manuel MSD (consulté le 10 janvier 2021)
  17. (en) Chun Song Youn, Seung Pill Choi, Hyeon Woo Yim et Kyu Nam Park, « Out-of-hospital cardiac arrest due to drowning: An Utstein Style report of 10 years of experience from St. Mary's Hospital », Resuscitation, vol. 80, no 7,‎ , p. 778–783 (DOI 10.1016/j.resuscitation.2009.04.007, lire en ligne)
  18. Allart M. Venema, Johan W. Groothoff et Joost J.L.M. Bierens, « The role of bystanders during rescue and resuscitation of drowning victims », Resuscitation, vol. 81, no 4,‎ , p. 434–439 (ISSN 0300-9572, DOI 10.1016/j.resuscitation.2010.01.005, lire en ligne)
  19. Joshua M. Tobin, William D. Ramos, Yongjia Pu et Peter G. Wernicki, « Bystander CPR is associated with improved neurologically favourable survival in cardiac arrest following drowning », Resuscitation, vol. 115,‎ , p. 39–43 (ISSN 0300-9572, DOI 10.1016/j.resuscitation.2017.04.004, lire en ligne)
  20. Alexis A. Topjian, Robert A. Berg, Joost J. L. M. Bierens et Christine M. Branche, « Brain Resuscitation in the Drowning Victim », Neurocritical Care, vol. 17, no 3,‎ , p. 441–467 (ISSN 1541-6933 et 1556-0961, DOI 10.1007/s12028-012-9747-4, lire en ligne)
  21. Eric J. Lavonas, Ian R. Drennan, Andrea Gabrielli et Alan C. Heffner, « Part 10: Special Circumstances of Resuscitation », Circulation, vol. 132, no 18 suppl 2,‎ , S501–S518 (ISSN 0009-7322 et 1524-4539, DOI 10.1161/cir.0000000000000264, lire en ligne)
  22. 22,0 et 22,1 « Drowning Treatment & Management: Approach Considerations, Prehospital Care, Emergency Department Care - Transition to the ICU », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  23. 23,0 et 23,1 Netgen, « La noyade », sur Revue Médicale Suisse (consulté le 9 janvier 2021)
  24. « Prévenir la noyade », sur www.quebec.ca (consulté le 9 janvier 2021)