Muscle trapèze

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Muscle trapèze
Muscle
300px
Muscle trapèze (vue postérieure)
Informations
Terme anglais Anatomie, Dos, Trapèze
Spécialités Orthopédie, Médecine du sport, Physiatrie, Anatomie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Le muscle trapèze est un gros muscle dorsal superficiel.

1 Description[modifier | w]

1.1 Forme[modifier | w]

Ce muscle ressemble à un trapèze ou à un quadrilatère en forme de losange. Il est composé de trois faisceau : supérieur, moyen et inférieur.[1]

1.2 Axes et plans[modifier | w]

  • Le faisceau supérieur est oblique vers le bas et vers l'extérieure.
  • Le faisceau moyen est horizontale.
  • Le faisceau inférieure est oblique vers le haut et vers l'extérieure[2].

1.3 Composition[modifier | w]

Le trapèze est un muscle composé de fibres musculaires particulièrement longues qui s'étendent sur une grande largeur du haut du dos. Le trapèze a trois groupes de fibres : supérieur, moyen et inférieur.[3]Sur le plan fonctionnel, cela permet au trapèze d'aider principalement dans les attributs posturaux, permettant et soutenant la colonne vertébrale pour que la personne puisse rester debout.

1.4 Innervation[modifier | w]

La sensation des muscles trapèzes, y compris la douleur et la proprioception, se produit via les branches ventrales des troisième (C3) et quatrième (C4) nerfs cervicaux. [3]

L'innervation motrice des actions du trapèze provient du nerf accessoire. L'élévation des épaules (« hausser les épaules ») est une manœuvre d'examen physique courante pour tester CN XI.[4][3]

1.5 Vascularisation[modifier | w]

L'apport sanguin provient de l'artère cervicale transversale. Il y a aussi une variante, moins courante, qui prend sont apport sanguin majoritairement de l'artère scapulaire dorsale. Le faisceau supérieur à également un apport de l'artère scapulaire dorsale. De plus, le faisceau moyen et inférieure à également un apport des branches artérielles intercostales postérieures. [5][3]

1.6 Origine et insertion[modifier | w]

Points d'attache du trapèze

Le muscle origine à l'apophyse épineuse de C7-T12 de la colonne vertébrale, au ligament nuchae, à la protubérance externe de l'os occipital et sur le tiers médial de la ligne nucale supérieure. Ce muscles s'insère sur le tiers latéral de la clavicule, l'acromion et l'épine de l'omoplate (scapula).[6]

1.7 Mouvement et action[modifier | w]

Le muscle trapèze est principalement postural, mais est également utilisé pour des mouvements actifs, tels que la flexion latérale et la rotation de la tête, l'élévation et l'abaissement des épaules et la rotation interne du bras. Le trapèze élève, abaisse et rétracte l'omoplate. Les fibres musculaires descendantes du muscle trapèze font tourner les bras en interne. Les fibres musculaires transversales rétractent les omoplates et les fibres musculaires ascendantes font tourner médialement les omoplates. [3]

2 Exploration 3D[modifier | w]

3 Fonction[modifier | w]

La fonction du trapèze est de stabiliser et de déplacer l'omoplate. Les fibres supérieures peuvent élever et faire pivoter vers le haut l'omoplate et étendre le cou. Les fibres moyennes effectue une adduction à l'omoplate. Les fibres inférieures abaissent et aident les fibres supérieures à faire tourner l'omoplate vers le haut. Ces mouvements permettent à l'omoplate d'effectuer une rotation contre l'élévateur de la scapula et les muscles rhomboïdes. Cette rotation est importante, car ensemble avec le muscle deltoïde, cela permet a l'individu de lancer des objets.[3]

4 Informations cliniques[modifier | w]

L'hypertonie et les spasmes du trapèze sont une cause fréquente de céphalées de tension dans la population générale. En raison du trajet du nerf accessoire et du nerf occipital, ils peuvent se coincer, provoquant ainsi la distribution classique d'une céphalée de tension. Ce mal de tête en corne de bélier est bilatéral, lancinant, partant de la région occipitale et s'enroulant jusqu'au sommet de la tête et de la région du front. Le stress, la posture et des étirements inadéquats avant l'activité peuvent exacerber ces symptômes. Il n'y a pas d'exacerbations prodromiques ou neurosensorielles liées à la lumière ou au son. Les céphalées de tension sont souvent traitées par une libération sous-occipitale, des étirements, un soulagement du stress/de l'anxiété et des AINS. [7][3]

Le développement inégal des trois fibres du trapèze provoque des déséquilibres musculaires. Ainsi, des troubles de la posture peuvent survenir. Une lésion du nerf crânien XI peut entraîner une dénervation et une perte ultérieure de la fonction motrice du trapèze, entraînant une atrophie musculaire. Le nerf crânien XI peut être examiné lors d'un examen clinique en demandant au patient de hausser les épaules passivement, puis activement contre la résistance de l'examinateur.[3]

4.1 Considérations chirurgicales[modifier | w]

Le trapèze est l'un des muscles les plus larges et les plus superficiels (les plus proches de la peau) du haut du dos et du tronc : lors de la dissection chirurgicale, il est souvent utilisé comme point de repère car il est rencontré en premier.

Les options chirurgicales sont limitées en raison de la qualité de vie si le trapèze est blessé. En cas de dissection du nerf accessoire, des tentatives de réparation ont été effectuées, mais les taux de réussite est restreint au groupe d'âge situé au milieu de l'adolescence en percentile. En raison de mauvais résultats, cette procédure est souvent abandonnée. L'une des interventions chirurgicales les plus courantes impliquant la région du trapèze comprend un lambeau du trapèze pour les patients qui ont subi ou ont des défauts craniofacials latéraux ou basilaires latéraux du crâne. Les lambeaux du trapèze sont également utilisés pour les défauts buccaux ou pharyngés. [8][3]

4.2 Pathologies liées[modifier | w]

  • Paralysie du XIe nerf crânien

5 Entités anatomiques liées[modifier | w]

5.1 Articulations liées[modifier | w]

Le trapèze sert à mobiliser l'articulation scapulo-thoracique ainsi que la tête.[9]

5.2 Muscles liés[modifier | w]

Les muscles supplémentaires qui assistent ou sont assistés par le trapèze comprennent le latissimus dorsi, les rhomboïdes et l'élévateur de la scapula. Les muscles trapèze et semi-épineux de la tête (semispinalis capitis) créent la masse musculaire principale dans la région occipitale à la base du crâne.[3]

5.3 Aponévroses liées[modifier | w]

Le faisceau moyen du trapèze est lié au triangle aponévrotique des épineuses.[10]

6 Variantes anatomiques[modifier | w]

Les variantes anatomiques du muscle trapèze, bien que statistiquement rares, sont remarquables et diverses. Beaucoup de ces variantes sont développementales et liées à une agénésie du trapèze, qu'elle soit unilatérale ou bilatérale, entraînant une hypoplasie ou des lobes accessoires du muscle. [11] Un cas d'absence héréditaire du trapèze a été signalé chez une fille dont les deux parents avaient également l'absence du muscle. Un autre phénomène serait un dysfonctionnement ou une absence du nerf accessoire (CN XI), provoquant une hypoplasie et non une absence réelle du muscle trapèze.?

7 Embryologie[modifier | w]

Toute la musculature du corps humain, à la fois les muscles striés et lisses, provient du mésoderme. Il y en a que quelques exceptions qui proviennent de l'ectoderme. Le muscle trapèze et sternocléidomastoideus prennent naissance dans la région occipitale latérale et se forment initialement comme une masse singulière. À cette période très précoce, cette masse musculaire est innervée par le nerf accessorius (CN XI sous la forme adulte), et lorsque la masse musculaire se déplace vers sa position adulte, il s'étend et se déplace vers la partie caudale, entraînant le nerf avec lui. Le trapèze et le sternocleidomastoideus naissent d'une même masse puis se séparent vers la 20e semaine de développement. Il n'est pas rare que le muscle trapèze reçoive de nouveaux nerfs secondaires tout en conservant son nerf d'origine CN XI et en recevant plus tard des branches du plexus cervical. [12][3]

8 Références[modifier | w]

  1. (en) « Trapezius », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  2. « Muscle trapèze (anatomie humaine) », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  3. 3,00 3,01 3,02 3,03 3,04 3,05 3,06 3,07 3,08 3,09 et 3,10 Jared Ourieff, Brent Scheckel et Amit Agarwal, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 30085536, lire en ligne)
  4. Jung-Hee Bae, Ji-Soo Lee, Da-Yae Choi et JeongHoon Suhk, « Accessory nerve distribution for aesthetic botulinum toxin injections into the upper trapezius muscle: anatomical study and clinical trial : Reproducible BoNT injection sites for upper trapezius », Surgical and radiologic anatomy: SRA, vol. 40, no 11,‎ , p. 1253–1259 (ISSN 1279-8517, PMID 29946827, DOI 10.1007/s00276-018-2059-4, lire en ligne)
  5. J. L. Netterville et D. E. Wood, « The lower trapezius flap. Vascular anatomy and surgical technique », Archives of Otolaryngology--Head & Neck Surgery, vol. 117, no 1,‎ , p. 73–76 (ISSN 0886-4470, PMID 1986765, DOI 10.1001/archotol.1991.01870130079020, lire en ligne)
  6. (en) Gray's Anatomy (ISBN 978-0-8089-2371-8)
  7. Manuel Rodríguez-Huguet, José Luis Gil-Salú, Pablo Rodríguez-Huguet et Juan Rafael Cabrera-Afonso, « Effects of Myofascial Release on Pressure Pain Thresholds in Patients With Neck Pain: A Single-Blind Randomized Controlled Trial », American Journal of Physical Medicine & Rehabilitation, vol. 97, no 1,‎ , p. 16–22 (ISSN 1537-7385, PMID 28678033, DOI 10.1097/PHM.0000000000000790, lire en ligne)
  8. P. Frobert, F. Bekara, N. Bertheuil et E. Delay, « The trapezius perforator flap: Versatility for locoregional reconstruction », Annales De Chirurgie Plastique Et Esthetique, vol. 64, no 1,‎ , p. 61–67 (ISSN 1768-319X, PMID 29937362, DOI 10.1016/j.anplas.2018.06.001, lire en ligne)
  9. Yann Ollivier, « Anatomie du muscle trapèze », sur Structure Fonction, (consulté le 17 octobre 2021)
  10. « Muscle trapèze (anatomie humaine) », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  11. Anu V. Ranade, Rajalakshmi Rai, Ashwin R. Rai et Prameela M. Dass, « Variants of latissimus dorsi with a perspective on tendon transfer surgery: an anatomic study », Journal of Shoulder and Elbow Surgery, vol. 27, no 1,‎ , p. 167–171 (ISSN 1532-6500, PMID 28939333, DOI 10.1016/j.jse.2017.06.046, lire en ligne)
  12. Mateusz Badura, Magdalena Grzonkowska, Mariusz Baumgart et Michał Szpinda, « Quantitative Anatomy of the Trapezius Muscle in the Human Fetus », Advances in Clinical and Experimental Medicine: Official Organ Wroclaw Medical University, vol. 25, no 4,‎ , p. 605–609 (ISSN 1899-5276, PMID 27629832, DOI 10.17219/acem/61899, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.