Mastite aiguë

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Mastite aiguë
Classe de maladie
Mastitis in breast.jpg
Mastite lactationnelle
Caractéristiques
Signes Mastalgie, Masse mammaire, Érythème cutané, Fièvre , Écoulement mammaire , Adénopathie axillaire, Fermeté cutanée, Oedème mammaire
Symptômes
Mastalgie, Fièvre , Érythème mammaire, Tuméfaction mammaire, Induration mammaire
Informations
Terme anglais Acute mastitis
Wikidata ID Q835061
Spécialités Chirurgie générale, Pédiatrie, Médecine familiale, Médecine d'urgence, Obstétrique

OOjs UI icon check-constructive.svg

La mastite est une infection et une inflammation du tissu mammaire.

1 Classification[modifier | w]

La mastite peut être divisée en mastite lactationnelle et non lactationnelle.[1]

  • La mastite lactationnelle, également connue sous le nom de mastite puerpérale, est généralement due à un engorgement prolongé des canaux galactophores, avec des composantes infectieuses provenant de l'entrée de bactéries par des fissures cutanées. Les patientes peuvent développer une zone focale d'érythème, de douleur et d'enflure, et peuvent présenter des symptômes systémiques associés, notamment de la fièvre. Cela se produit le plus souvent au cours des six premières semaines d'allaitement, mais peut survenir à tout moment pendant l'allaitement, la plupart des cas diminuant après 3 mois.[2][1] La mastite lactationnelle est la forme la plus courante de mastite.
  • Les mastites non lactationnelles
    • La mastite péricanalaire est une affection inflammatoire bénigne affectant les canaux sous-aréolaires (créant un abcès sous-aréolaire) et survient le plus souvent chez les femmes en âge de procréer. L'abcès formé est un abcès sous-cutané du tissu mammaire sous l'aréole du mamelon. Il s'agit d'une inflammation généralement aseptique, associée à une métaplasie squameuse des canaux galactophores. Cette affection englobe généralement les abcès du sein situés dans la région rétro-aréolaire ou péri-aréolaire mais pas ceux situés en périphérie du sein.[3][4]
    • La mastite granulomateuse idiopathique est une maladie inflammatoire rare et bénigne qui peut imiter cliniquement le cancer du sein.[2] La maladie survient principalement chez les femmes pares, le plus souvent dans les 5 ans suivant l'accouchement.[2][1]
    • La mastite tuberculeuse est plutôt rare au Canada, et même dans les pays à forte incidence de tuberculose pulmonaire. Elle affecte le plus souvent les femmes en âge de procréer, y compris celles qui allaitent; les cas chez les hommes sont extrêmement rares.[5][6] La constatation clinique la plus fréquente de la mastite tuberculeuse est une masse mammaire solitaire. [5][6] La masse est généralement douloureuse, ferme, mal définie et irrégulière. L'atteinte du mamelon et de l'aréole est très rare.

2 Présentation clinique[modifier | w]

vignette|A) Abcès de lactation, rougeur flamboyante et zone hémorragique, oedème et desquamation de la peau. B) Image échographique montrant la masse importante

2.1 Questionnaire[modifier | w]

Les symptômes des différentes mastites sont relativement similaires entre elles et incluent généralement :

2.2 Examen clinique[modifier | w]

La mastite est caractérisée par les signes suivants[1]:

3 Examens paracliniques[modifier | w]

Les examens paracliniques varient en fonction du sous-type de mastite, mais incluent les éléments suivants[1] :

4 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le diagnostic différentiel des 4 formes de mastite inclut les maladies suivantes [1]:

5 Traitement[modifier | w]

La prise en charge des différentes causes de mastite varient selon le sous-type de mastite, mais inclut :

Pour connaître les modalités de traitement indiquées pour chacune des maladies, référez-vous aux pages qui concernent les sous-types de mastite.

6 Complications[modifier | w]

Les complications de la mastite varient en fonction de l'étiologie, mais inclut généralement [1][7][8]:

7 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Melodie M. Blackmon, Hao Nguyen et Pinaki Mukherji, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 32491714, lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Fatih Altintoprak, Taner Kivilcim et Orhan Veli Ozkan, « Aetiology of idiopathic granulomatous mastitis », World Journal of Clinical Cases, vol. 2, no 12,‎ , p. 852–858 (ISSN 2307-8960, PMID 25516860, Central PMCID 4266833, DOI 10.12998/wjcc.v2.i12.852, lire en ligne)
  3. Michael S. Sabel, Essentials of Breast Surgery, Elsevier Health Sciences., (ISBN 978-0-323-03758-7), p. 85
  4. (en) F N L Versluijs, R M H Roumen et R J A Goris, « Chronic recurrent subareolar breast abscess: incidence and treatment », British Journal of Surgery, vol. 87, no 7,‎ , p. 952–952 (ISSN 0007-1323 et 1365-2168, DOI 10.1046/j.1365-2168.2000.01544-49.x, lire en ligne)
  5. 5,0 et 5,1 Spyridon Marinopoulos, Dionysia Lourantou, Thomas Gatzionis et Constantine Dimitrakakis, « Breast tuberculosis: Diagnosis, management and treatment », International Journal of Surgery Case Reports, vol. 3, no 11,‎ , p. 548–550 (ISSN 2210-2612, PMID 22918083, Central PMCID 3437393, DOI 10.1016/j.ijscr.2012.07.003, lire en ligne)
  6. 6,0 et 6,1 Donya Farrokh, Ali Alamdaran, Ali Feyzi Laeen et Yalda Fallah Rastegar, « Tuberculous mastitis: A review of 32 cases », International journal of infectious diseases: IJID: official publication of the International Society for Infectious Diseases, vol. 87,‎ , p. 135–142 (ISSN 1878-3511, PMID 31442629, DOI 10.1016/j.ijid.2019.08.013, lire en ligne)
  7. JEANNE P. SPENCER, MD, « Management of mastitis in breastfeeding women », Am Fam Physician, 78(6),‎ 2008 sep 15, p. 727-731 (lire en ligne)
  8. Catherine E. Pesce et Katharine Yao, « Abscess/infections/periareolar mastitis », Annals of Breast Surgery, vol. 5,‎ , p. 25–25 (DOI 10.21037/abs-21-49, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.