Maladie d'Alzheimer

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Maladie d'Alzheimer (MA)
Classe de maladie
Alzheimer's disease brain comparison.jpg
Comparaison entre un cerveau normal et le cerveau d'une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer
Caractéristiques
Signes Perte de mémoire, Désorientation dans l'espace et le temps, Perte de jugement
Symptômes
Agitation, Apathie, Retrait social, Psychose (approche clinique), Trouble du langage, Désinhibition, Dyspraxie, Trouble olfactif, Manque de motivation
Informations
Terme anglais Alzheimer's disease
Wikidata ID Q11081
Spécialités Médecine familiale, Gériatrie, Psychiatrie, Médecine d'urgence, Médecine interne, Neurologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

La démence est un terme général qui fait référence à une diminution des capacités cognitives suffisamment grave pour interférer avec les activités de la vie quotidienne. La maladie d'Alzheimer (MA) est une maladie neurodégénérative avec un début insidieux et une altération progressive des fonctions comportementales et cognitives, y compris la mémoire, la compréhension, le langage, l'attention, le raisonnement et le jugement.[1]

1 Classification[modifier | w]

La MA présente des sous-types cliniques spécifiques. [1]

  • Le syndrome amnésique multidomaine affecte plusieurs domaines de la cognition, en particulier le langage et l'orientation spatiale avec une relative épargne de la mémoire aux premiers stades.
  • L'atrophie corticale postérieure se manifeste par une déficience visuelle corticale progressive avec des caractéristiques telles que simultagnosie, déficits de perception des objets et de l'espace, acalculie, alexie et apraxie oculomotrice, avec une relative épargne de la mémoire antérograde, de la fonction du langage non visuel, du comportement et de la personnalité. La neuroimagerie montre une atrophie occipitopariétale ou occipitotemporale.
  • L'aphasie progressive primaire est caractérisée par une difficulté progressive du langage avec une relative épargne de la mémoire et d'autres fonctions cognitives au début de la maladie.
  • Les patients ayant une variante exécutive ou frontale présentent une altération des fonctions exécutives par rapport à une perte de mémoire. [1]

2 Épidémiologie[modifier | w]

La MA est généralement une maladie de la vieillesse. La MA est le type de démence le plus courant, représentant au moins les deux tiers des cas de démence chez les personnes âgées de 65 ans et plus. L'apparition avant 65 ans (début précoce) est inhabituelle et observée chez moins de 10% des patients atteints de la MA.

La prévalence mondiale de la démence atteindrait 24 millions et devrait être multipliée par 4 d'ici 2050. Le coût estimé des soins de santé de la MA est de 172 milliards de dollars par an rien qu'aux États-Unis. En 2011, les États-Unis comptaient environ 4,5 millions de personnes âgées de 65 ans et plus, atteintes de la MA clinique. L'incidence de la MA double tous les 5 ans, après l'âge de 65 ans. L'incidence par âge augmente significativement de moins de 1% par an avant 65 ans à 6% par an après 85 ans. Les taux de prévalence augmentent de 10% après 65 ans à 40% après 85 ans. Les taux d'incidence de la MA sont légèrement plus élevés chez les femmes, surtout après 85 ans. C'est la sixième cause de décès aux États-Unis. [1]

3 Étiologies[modifier | w]

La MA est une maladie neurodégénérative progressive et progressive causée par la mort des cellules neuronales. Il commence généralement dans le cortex entorhinal de l'hippocampe. Il existe un rôle génétique identifié pour la MA précoce et tardive. Les causes ne sont pas bien comprises et identifiées.[2][1][3][4]

4 Physiopathologie[modifier | w]

La MA se caractérise par une accumulation de plaques neuritiques anormales et des enchevêtrements neurofibrillaires.[1]

Les plaques sont des lésions microscopiques sphériques qui ont un noyau de bêta-peptide amyloïde extracellulaire entouré de terminaisons axonales élargies. Le peptide bêta-amyloïde est dérivé d'une protéine transmembranaire connue sous le nom de protéine précurseur amyloïde (APP). Le peptide bêta-amyloïde est clivé de l'APP par l'action de protéases appelées alpha, bêta et gamma-sécrétase. Habituellement, l'APP est clivée par l'alpha ou la bêta-sécrétase et les minuscules fragments qu'ils forment ne sont pas toxiques pour les neurones. Cependant, le clivage séquentiel par la bêta puis la gamma-sécrétase conduit à 42 peptides d'acides aminés (bêta-amyloïde 42). L'élévation des niveaux de bêta-amyloïde 42 conduit à une agrégation de l'amyloïde qui provoque une toxicité neuronale. Le bêta-amyloïde 42 favorise la formation d'une protéine amyloïde fibrillaire agrégée par rapport à la dégradation normale de l'APP. Le gène APP est situé sur le chromosome 21, l'une des régions liées à la MA familiale. Les dépôts amyloïdes se produisent autour des vaisseaux méningés et cérébraux et de la matière grise dans la MA. Les dépôts de matière grise sont multifocaux et fusionnent pour former des structures milliaires appelées plaques. Cependant, des imageries cérébrales ont noté des plaques amyloïdes chez certaines personnes sans démence, puis d'autres personnes ont eu une démence, mais les imageries n'ont pas trouvé de plaques. [1]

Les enchevêtrements neurofibrillaires sont des structures intracytoplasmiques fibrillaires dans les neurones formés par une protéine appelée tau. La fonction principale de la protéine tau est de stabiliser les microtubules axonaux. Les microtubules longent les axones neuronaux et sont essentiels pour le transport intracellulaire. L'assemblage des microtubules est maintenu ensemble par la protéine tau. Dans la MA, en raison de l'agrégation de bêta-amyloïde extracellulaire, il y a une hyperphosphorylation de tau qui provoque alors la formation d'agrégats de tau. Les agrégats de Tau forment des filaments hélicoïdaux appariés torsadés appelés enchevêtrements neurofibrillaires. Ils surviennent d'abord dans l'hippocampe, puis peuvent être observés dans tout le cortex cérébral. Les agrégats Tau sont déposés dans les neurones. Il existe un système de mise en scène développé par Braak et Braak basé sur la mise en scène topographique des enchevêtrements neurofibrillaires en 6 étapes, et cette mise en scène de Braak fait partie intégrante des critères neuropathologiques de l'Institut national sur le vieillissement et de l'Institut Reagan pour le diagnostic de la MA. Les enchevêtrements sont plus fortement corrélés à la MA que les plaques. [1]

Une autre caractéristique de la MA est la dégénérescence granulovacuolaire des cellules pyramidales de l'hippocampe par angiopathie amyloïde. Certains rapports indiquent que le déclin cognitif est plus corrélé à une diminution de la densité des boutons présynaptiques des neurones pyramidaux dans les lames III et IV, plutôt qu'à une augmentation du nombre de plaques. [1]

Une perte neuronale dans le noyau basal de Myenert, conduisant à une faible acétylcholine, a également été notée. [1]

La contribution vasculaire au processus neurodégénératif de la MA n'est pas entièrement déterminée. Le risque de démence est multiplié par quatre avec les infarctus sous-corticaux. La maladie cérébrovasculaire amplifie également le degré de démence et son taux de progression. [5], [6], [7][1]

La MA peut être héritée comme une maladie autosomique dominante avec une pénétrance presque complète. La forme autosomique dominante de la maladie est liée à des mutations dans 3 gènes: gène AAP sur le chromosome 21, Presenilin1 (PSEN1) sur le chromosome 14 et Presenilin 2 (PSEN2) sur le chromosome 1. Les mutations APP peuvent conduire à une augmentation de la génération et de l'agrégation de bêta peptide -amyloïde. Les mutations PSEN1 et PSEN2 conduisent à l'agrégation de la bêta-amyloïde en interférant avec le traitement de la gamma-sécrétase. Les mutations dans ces 3 gènes représentent environ 5% à 10% de tous les cas et environ la majorité des cas de MA à début précoce.[1]

L'apolipoprotéine E est un régulateur du métabolisme lipidique qui a une affinité pour la protéine bêta-amyloïde et est un autre marqueur génétique qui augmente le risque de MA. L'isoforme e4 du gène APOE (situé sur le chromosome 19) a été associée à des formes plus sporadiques et familiales de la MA qui se présentent après 65 ans. La présence d'un allèle APOEe4 ne conduit pas toujours à la MA, mais chez les personnes porteuses d'une APOE- L'allèle e4 environ 50% ont la MA et ceux qui ont deux allèles, 90% développent la MA. Chaque allèle APOE e4 abaisse également l'âge d'apparition de la maladie. La présence de l'allèle APOE e4 est un facteur de risque important de la MA.[1]

Des variants du gène du récepteur de la sortiline, SORT1, qui est essentiel pour le transport de l'APP de la surface cellulaire vers le complexe Golgi-réticulum endoplasmique, ont été trouvés dans les formes familiales et sporadiques de la MA.[2][1]

5 Présentation clinique[modifier | w]

5.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Les principaux facteurs risque sont:[2][3][4][1]

L'enseignement supérieur, l'utilisation des œstrogènes par les femmes, l'utilisation d'agents anti-inflammatoires, les activités de loisirs comme la lecture ou le jeu d'instruments de musique, une alimentation saine et des exercices d'aérobie réguliers sont connus comme facteurs protecteurs contre la MA.[1]

5.2 Questionnaire[modifier | w]

Les symptômes de la MA dépendent du stade de la maladie. La MA est classée en stade préclinique ou présymptomatique, léger et démence selon le degré de déficience cognitive. Ces stades sont différents de la classification DSM-5 de la MA.[8][9][10][1]

Les symptômes initiaux sont [1]:

Par la suite, d'autres symptômes neuropsychiatriques apparaissent dans les stades plus avancés :[1]

Certains symptômes apparaissent tardivement dans la maladie:[1]

Finalement, certains symptômes apparaissent tardivement et créent une dépendance totale vis-à-vis des soignants, tel que l'incontinence urinaire. [1]

Il est essentiel de caractériser l'apparition et les premiers symptômes pour différencier entre les différents types de démence. Il est important d'obtenir une bonne évaluation des capacités fonctionnelles telles que les activités de base et individuelles de la vie quotidienne.

5.3 Examen clinique[modifier | w]

L'examen neurologique[note 3] est généralement normal, mais l'anosmie est possible[note 4]. Aux stades avancés de la MA, les patients ne présentent pas de signes latéralisés. Un examen neurologique détaillé est essentiel pour exclure d'autres conditions. À la fin de la maladie, on peut voir réapparaître les réflexes primitifs (réflexe de préhension, de la moue, palmomentonnier, nasopalpébral).[11][1]

À l'examen mental, les patient deviennent fréquemment muets, ne répondent pas aux demandes verbales, restent confinés au lit et glissent fréquemment dans un état végétatif persistant.[1]

  • Un examen de l'état mental doit évaluer la concentration, l'attention, la mémoire récente et éloignée, le langage, le fonctionnement visuospatial, la praxie et le fonctionnement exécutif.
  • Les brefs examens standard tels que le mini-examen de l'état mental sont moins sensibles et spécifiques, bien qu'ils puissent être utilisés pour le dépistage.[1]

6 Examens paracliniques[modifier | w]

6.1 Laboratoires[modifier | w]

Les tests de laboratoire sont normaux dans la MA. Les tests de laboratoire de routine servent essentiellement à éliminer des diagnostics différentiels :[13][14][15][1]

D'autres tests peuvent être fait si le contexte clinique s'y prête :[16]

D'autres tests peuvent également être faits: [1][17]

Les tests neuropsychologiques sont nécessaire pour la détection précoce de la MA. Les principaux tests sont le Mini-examen de l'état mental (MMSE), le test d'apprentissage verbal de Hopkins, le test du dessin d'horloge, l'évaluation cognitive de Montréal (MoCA) et l'examen cognitif de Cambridge. Une évaluation en neurologie comportementale peut aussi être fait.

6.2 Imagerie[modifier | w]

Il n'est pas toujours nécessaire de faire une imagerie cérébrale quand l'histoire et l'évolution de la maladie est typique. Par contre, en cas d'évolution rapide, de début avant l'âge de 65 ans ou de présentation atypique, il est normalement suggéré d'en obtenir une. Cela permet d'éliminer d'autres causes, telle une atteinte vasculaire. De plus, certains signes peuvent être présents à l'imagerie.

Modalités d'imagerie diagnostique[1]
Modalité Description
TDM cérébrale C-
IRM cérébrale
  • Il est possible de voir un rétrécissement du lobe temporal médial.
  • L'atrophie de l'hippocampe est également liée à un déclin normal de la mémoire lié à l'âge, de sorte que l'utilisation de l'IRM volumétrique pour la détection précoce de la MA est discutable. Le rôle précis de l'IRM volumétrique pour aider au diagnostic de la MA n'est pas encore totalement établi.
TEP, SPECT, IRM fonctionnelle
  • Plutôt utilisées en recherche.
  • Elles sont utilisées pour cartographier les modèles de dysfonctionnement dans les petites zones cérébrales du lobe temporal médial et pariétal.
  • Ces études peuvent être utiles pour la détection précoce et le suivi des cours cliniques; cependant, leur rôle dans le diagnostic de la MA n'est pas encore totalement établi.

Plus récemment, il y a eu des développements dans les techniques d'imagerie cérébrale pour détecter les principales caractéristiques histologiques de la MA, qui sont des plaques amyloïdes et des enchevêtrements neurofibrillaires. L'utilité de ces techniques est toujours en cours d'étude.[1]

7 Approche clinique[modifier | w]

7.1 Préclinique ou présymptomatique[modifier | w]

À ce stade, les individus sont asymptomatiques avec des preuves de laboratoire définitives. L'identification des biomarqueurs peut aider à diagnostiquer la MA à ce stade. Un faible taux d'amyloïde et une augmentation des protéines tau dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) servent de biomarqueur, mais ils ne sont pas spécifiques de la MA. Une combinaison de différentes variables (positivité ApoE4, scores au test de rappel immédiat des associés appariés et test de substitution de symboles de chiffres, augmentation de la protéine tau dans le LCR et de l'épaisseur du cortex entorhinal droit et du volume de l'hippocampe droit sur l'IRM) peut prédire la progression vers une déficience cognitive légère.[1]

7.2 Déficience cognitive légère[modifier | w]

À ce stade, les patients présentent des troubles de la mémoire ou des domaines non mémoriels, tels que la capacité exécutive ou la fonction langagière. Ces personnes continuent de travailler, de socialiser et de fonctionner de manière indépendante. Les patients atteints de MCI évoluent vers un taux de démence de 10% par an. Les facteurs de risque d'évolution vers la démence comprennent la gravité de la déficience au moment du diagnostic en plus des autres facteurs de risque de la MA. [1]

7.3 Démence[modifier | w]

À ce stade, les patients ont des troubles de la mémoire incapacitants. Les changements de langage incluent l'anomie, les erreurs paraphasiques, la diminution de la production verbale spontanée et une tendance à la circonlocution pour éviter les mots oubliés. La détérioration des capacités visuospatiales conduit à l'errance dans l'environnement familier et à l'apraxie constructive. [1]

20 à 40% des patients auront des délires. Les hallucinations visuelles sont plus fréquentes, bien que les patients puissent également avoir des hallucinations auditives et olfactives. Des comportements perturbateurs surviennent chez près de 50% des patients. Les patients perdent également leur rythme veille-sommeil circadien normal et leur sommeil se fragmente. Les accidents de la route sont plus importants chez ces patients. [1]

8 Diagnostic[modifier | w]

Il est important de comprendre que le diagnostic du type de démence avec toute certitude peut ne pas être entièrement possible malgré d'excellents antécédents cliniques, un examen physique et des tests pertinents. Certains patients se plaindront de troubles cognitifs qui peuvent être vérifiés objectivement, mais qui ne sont pas suffisamment graves pour nuire aux activités de la vie quotidienne et ne répondent donc pas aux critères de démence, et sont généralement classés comme des troubles cognitifs légers. Cependant, une proportion significative de personnes ayant une déficience cognitive légère développera une démence d'un certain type dans 5 à 7 ans. [1] Le diagnostic définitif peut être fait par une autopsie.

Les critères du DSM-V pour la MA, appelé trouble neurocognitif majeur, sont: [18]

  1. Évidence d'un déclin cognitif significatif par rapport au niveau de performance antérieur dans un domaine cognitif ou plus (attention complexe, fonctions exécutives, apprentissage et mémoire, langage, perception-motricité ou cognition sociale) sur la base :
    1. d'une préoccupation de l'individu, d'un informateur bien informé, ou du clinicien quant à un déclin significatif de la fonction cognitive ; et
    2. d'un déficit de la performance cognitive, de préférence documenté par des tests neuropsychologiques standardisés ou, en leur absence, une autre évaluation clinique quantifiée.
  2. Les déficits cognitifs interfèrent avec l'indépendance dans les activités quotidiennes (c.-à-d., au minimum, besoin d'aide pour les activités instrumentales complexes de la vie quotidienne telles que le paiement des factures ou la gestion des médicaments).
  3. Les déficits cognitifs ne se produisent pas exclusivement dans le cadre d'un délirium.
  4. Les déficits cognitifs ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental (par exemple, le trouble dépressif majeur, la schizophrénie).

9 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le diagnostic différentiel comprend entre autres:[1]

10 Traitement[modifier | w]

Il n'existe aucun traitement curatif contre la MA. Seul un traitement symptomatique est disponible: [19][20][21][1]

Classe de médicaments Informations générales[1] Molécule Dose[22] Précisions[1]
Inhibiteurs de la cholinestérase
  • Les inhibiteurs de la cholinestérase agissent en augmentant le niveau d'acétylcholine; un produit chimique utilisé par les cellules nerveuses pour communiquer entre elles et qui est important pour l'apprentissage, la mémoire et les fonctions cognitives.
  • Les effets secondaires les plus courants sont les nausées, les vomissements et la diarrhée de type gastro-intestinal. Les troubles du sommeil sont plus fréquents avec le donépézil. En raison de l'augmentation du tonus vagal, une bradycardie, des anomalies de la conduction cardiaque et une syncope peuvent survenir, et ces médicaments sont contre-indiqués chez les patients présentant des anomalies graves de la conduction cardiaque.
Donépézil
  • 5 mg DIE pendant 4 semaines, puis 10 mg DIE si toléré
  • Ce médicament peut être utilisé à tous les stades de la MA. C'est un inhibiteurs rapide et réversible de l'acétylcholinestérase.
Rivastigmine
  • Si prise orale: 1,5 mg BID pendant 2 à 4 semaines, 3 mg BID pendant 2 à 4 semaines, 4,5 mg BID pendant 2 à 4 semaines, puis 6 mg BID si tolérée
  • Si prise transdermique: 5 cm2 DIE pendant 4 semaines, puis 10 cm2 DIE si tolérée
  • Ce médicament est approuvé pour le traitement au stade MCI et démence. C'est un inhibiteur lent et réversible de l'acétylcholinestérase et de la butyrylcholinestérase. La rivastigmine est disponible sous forme orale et transdermique.
Galantamine
  • 8 mg DIE pendant 4 semaines, 16 mg DIE pendant 4 semaines, puis 24 mg DIE si tolérée
  • Ce médicament est approuvé pour le traitement au stade MCI et démence. C'est un inhibiteurs rapide et réversible de l'acétylcholinestérase. Il ne peut pas être utilisé en cas d'insuffisance rénale terminale ou de dysfonctionnement hépatique sévère.
Antagonistes partiels du NMDA
  • La mémantine antagoniste partielle du N-méthyl D-aspartate (NMDA) bloque les récepteurs NMDA et ralentit l'accumulation intracellulaire de calcium.
  • Les étourdissements, les courbatures, les maux de tête et la constipation sont des effets secondaires courants. Il peut être pris en association avec des inhibiteurs de la cholinestérase.[23]
Mémantine
  • 5 mg DIE AM pendant 1 semaine, 5 mg BID pendant 1 semaine, 10 mg DIE AM et 5 mg DIE en soirée pendant une semaine, puis 10 mg BID si tolérée
  • Il est approuvé par la FDA pour le traitement de la MA modérée à sévère.

Il est également important de traiter les autres problèmes associés aux stades intermédiaires et avancés de la MA.[1]

  • Anxiété
    • Les approches environnementales et comportementales sont particulièrement bénéfiques pour la gestion des problèmes de comportement. Des approches simples telles que maintenir un environnement familier, surveiller le confort personnel, fournir des objets de sécurité, rediriger l'attention, retirer les poignées de porte et éviter la confrontation peuvent être très utiles pour gérer les problèmes de comportement.
  • Dépression
    • Évitez les antidépresseurs tricycliques, en raison de leur activité anticholinergique.
  • Psychose
    • Les antipsychotiques sont utilisés en cas d'agitation aiguë, uniquement si le patient ou le soignant est épuisé. Cependant, leurs bénéfices limités doivent être mis en balance avec le faible risque d'accident vasculaire cérébral et de décès.
  • Trouble du sommeil
    • Pour minimiser le fardeau des soignants, les légers troubles du sommeil peuvent être réduits en s'exposant à la lumière du soleil et en faisant de l'exercice pendant la journée. Il a été démontré que des exercices d'aérobie réguliers ralentissent la progression de la MA.

Les bénéfices attendus du traitement sont modestes. Le traitement doit être arrêté ou modifié s'il n'y a pas de bénéfices significatifs ou en cas d'effets secondaires intolérables.[1]

11 Suivi[modifier | w]

Toutes les visites de suivi doivent inclure un examen complet de l'état mental pour évaluer la progression de la maladie et le développement de symptômes neuropsychiatriques. [1]

12 Complications[modifier | w]

La perte de mémoire et de langage peut nuire au traitement de d'autres conditions médicales, car le patient a de la misère à communiquer ses symptômes et bien suivre un plan thérapeutique.[24]

Dans les derniers stades de la maladie, les changements cérébraux peuvent affecter les fonctions physiques de base entrainant des problèmes de dysphagie, d'incontinence urinaire et autres. Ceci fait en sorte que le patient est plus vulnérable à d'autres problèmes de santé tel que:[24]

13 Évolution[modifier | w]

La MA est invariablement évolutive. L'espérance de vie moyenne d'une personne âgée de 65 ans ou plus diagnostiquée avec la MA est d'environ 4 à 8 ans. Certaines personnes atteintes de la MA peuvent vivre jusqu'à 20 ans après les premiers signes de la maladie. La cause la plus fréquente de décès dans la MA est la pneumonie.

14 Prévention[modifier | w]

La maladie de l'Alzheimer est dur à prévenir, mais certains facteurs de risques modifiables peuvent être modifié tels que l'activité physique régulière, une diète équilibrée, un bon contrôle du diabète, de l'hypertension artérielle et de la dyslipidémie ainsi que l'arrêt tabagique.[24]

15 Notes[modifier | w]

  1. Avoir un parent au premier degré atteint de la maladie d'Alzheimer augmente le risque de développer la maladie d'Alzheimer de 10% à 30%. Les personnes ayant 2 frères et sœurs ou plus atteints de la maladie d'Alzheimer tardive augmentent leur risque de contracter la maladie d'Alzheimer de 3 fois par rapport à la population générale.
  2. Dans les premiers stades, la déficience du fonctionnement exécutif varie de subtile à importante.
  3. Un examen neurologique détaillé est essentiel pour exclure d'autres conditions.
  4. L'anosmie est également trouvée chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, de la démence à corps de Lewy et du TBI avec ou sans démence, mais pas chez ceux atteints de VCI ou de dépression.
  5. L'analyse est utile au diagnostic au stade pré-clinique.
  6. Il est utile sur le plan diagnostique mais toujours non spécifique.

16 Références[modifier | w]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 1,11 1,12 1,13 1,14 1,15 1,16 1,17 1,18 1,19 1,20 1,21 1,22 1,23 1,24 1,25 1,26 1,27 1,28 1,29 1,30 1,31 1,32 1,33 1,34 1,35 1,36 1,37 1,38 et 1,39 Anil Kumar, Jaskirat Sidhu, Amandeep Goyal et Jack W. Tsao, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29763097, lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 et 2,2 Gaël Nicolas, Rocío Acuña-Hidalgo, Michael J. Keogh et Olivier Quenez, « Somatic variants in autosomal dominant genes are a rare cause of sporadic Alzheimer's disease », Alzheimer's & Dementia: The Journal of the Alzheimer's Association, vol. 14, no 12,‎ , p. 1632–1639 (ISSN 1552-5279, PMID 30114415, Central PMCID 6544509, DOI 10.1016/j.jalz.2018.06.3056, lire en ligne)
  3. 3,0 et 3,1 Madeleine Liljegren, Maria Landqvist Waldö, Robert Rydbeck et Elisabet Englund, « Police Interactions Among Neuropathologically Confirmed Dementia Patients: Prevalence and Cause », Alzheimer Disease and Associated Disorders, vol. 32, no 4,‎ , p. 346–350 (ISSN 1546-4156, PMID 30095442, DOI 10.1097/WAD.0000000000000267, lire en ligne)
  4. 4,0 et 4,1 Benjamin Chun-Kit Tong, Aston Jiaxi Wu, Min Li et King-Ho Cheung, « Calcium signaling in Alzheimer's disease & therapies », Biochimica Et Biophysica Acta. Molecular Cell Research, vol. 1865, no 11 Pt B,‎ , p. 1745–1760 (ISSN 1879-2596, PMID 30059692, DOI 10.1016/j.bbamcr.2018.07.018, lire en ligne)
  5. Manish Verma, Zachary Wills et Charleen T. Chu, « Excitatory Dendritic Mitochondrial Calcium Toxicity: Implications for Parkinson's and Other Neurodegenerative Diseases », Frontiers in Neuroscience, vol. 12,‎ , p. 523 (ISSN 1662-4548, PMID 30116173, Central PMCID 6083050, DOI 10.3389/fnins.2018.00523, lire en ligne)
  6. Lindsay Wallace, Olga Theou, Kenneth Rockwood et Melissa K. Andrew, « Relationship between frailty and Alzheimer's disease biomarkers: A scoping review », Alzheimer's & Dementia (Amsterdam, Netherlands), vol. 10,‎ , p. 394–401 (ISSN 2352-8729, PMID 30094326, Central PMCID 6072899, DOI 10.1016/j.dadm.2018.05.002, lire en ligne)
  7. Audun Osland Vik-Mo, János Bencze, Clive Ballard et Tibor Hortobágyi, « Advanced cerebral amyloid angiopathy and small vessel disease are associated with psychosis in Alzheimer's disease », Journal of Neurology, Neurosurgery, and Psychiatry, vol. 90, no 6,‎ , p. 728–730 (ISSN 1468-330X, PMID 30054314, DOI 10.1136/jnnp-2018-318445, lire en ligne)
  8. Yi Tang, Michael W. Lutz et Yi Xing, « A systems-based model of Alzheimer's disease », Alzheimer's & Dementia: The Journal of the Alzheimer's Association, vol. 15, no 1,‎ , p. 168–171 (ISSN 1552-5279, PMID 30102884, DOI 10.1016/j.jalz.2018.06.3058, lire en ligne)
  9. Shai Zilberzwige-Tal et Ehud Gazit, « Go with the Flow-Microfluidics Approaches for Amyloid Research », Chemistry, an Asian Journal, vol. 13, no 22,‎ , p. 3437–3447 (ISSN 1861-471X, PMID 30117682, DOI 10.1002/asia.201801007, lire en ligne)
  10. Ricardo B. Maccioni, Andrea González, Víctor Andrade et Nicole Cortés, « Alzheimer´s Disease in the Perspective of Neuroimmunology », The Open Neurology Journal, vol. 12,‎ , p. 50–56 (ISSN 1874-205X, PMID 30069256, Central PMCID 6040210, DOI 10.2174/1874205X01812010050, lire en ligne)
  11. « Démence frontotemporale - Troubles neurologiques », sur Édition professionnelle du Manuel MSD (consulté le 15 septembre 2021)
  12. Tonik Web Studio, « Perte de mémoire », sur Clinique de la mémoire (consulté le 15 septembre 2021)
  13. Annakaisa Haapasalo et Mikko Hiltunen, « A report from the 8th Kuopio Alzheimer Symposium », Neurodegenerative Disease Management, vol. 8, no 5,‎ , p. 289–299 (ISSN 1758-2032, PMID 30112972, DOI 10.2217/nmt-2018-0029, lire en ligne)
  14. Hyunjo Kim, « Detection of severity in Alzheimer's disease (AD) using computational modeling », Bioinformation, vol. 14, no 5,‎ , p. 259–264 (ISSN 0973-2063, PMID 30108425, Central PMCID 6077821, DOI 10.6026/97320630014259, lire en ligne)
  15. Ronald C. Petersen, « How early can we diagnose Alzheimer disease (and is it sufficient)? The 2017 Wartenberg lecture », Neurology, vol. 91, no 9,‎ 08 28, 2018, p. 395–402 (ISSN 1526-632X, PMID 30089620, Central PMCID 6133623, DOI 10.1212/WNL.0000000000006088, lire en ligne)
  16. Caroline Collette et Institut national d'excellence en santé et en services sociaux, Repérage et processus menant au diagnostic de la maladie d'Alzheimer et d'autres troubles neurocognitifs : rapport d'évaluation des technologies de la santé, (ISBN 978-2-550-74207-4 et 2-550-74207-9, OCLC 952214831, lire en ligne)
  17. « Le diagnostic et le dépistage », sur Société Alzheimer du Canada (consulté le 15 septembre 2021)
  18. M.-A. Crocq, J. D. Guelfi, American Psychiatric Association et American Psychiatric Association. DSM-5 Task Force, DSM-5 : manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, (ISBN 978-2-294-73929-3 et 2-294-73929-9, OCLC 911401787, lire en ligne)
  19. Weiam Hussein, Begüm Nurpelin Sağlık, Serkan Levent et Büşra Korkut, « Synthesis and Biological Evaluation of New Cholinesterase Inhibitors for Alzheimer's Disease », Molecules (Basel, Switzerland), vol. 23, no 8,‎ (ISSN 1420-3049, PMID 30110946, Central PMCID 6222329, DOI 10.3390/molecules23082033, lire en ligne)
  20. Friedrich Leblhuber, Kostja Steiner, Burkhard Schuetz et Dietmar Fuchs, « Probiotic Supplementation in Patients with Alzheimer's Dementia - An Explorative Intervention Study », Current Alzheimer Research, vol. 15, no 12,‎ , p. 1106–1113 (ISSN 1875-5828, PMID 30101706, Central PMCID 6340155, DOI 10.2174/1389200219666180813144834, lire en ligne)
  21. Aida Adlimoghaddam, Melanie Neuendorff, Banibrata Roy et Benedict C. Albensi, « A review of clinical treatment considerations of donepezil in severe Alzheimer's disease », CNS neuroscience & therapeutics, vol. 24, no 10,‎ , p. 876–888 (ISSN 1755-5949, PMID 30058285, Central PMCID 6489741, DOI 10.1111/cns.13035, lire en ligne)
  22. « INESSS », sur INESSS (consulté le 15 septembre 2021)
  23. Rita Khoury, Noam Grysman, Jake Gold et Kush Patel, « The role of 5 HT6-receptor antagonists in Alzheimer's disease: an update », Expert Opinion on Investigational Drugs, vol. 27, no 6,‎ , p. 523–533 (ISSN 1744-7658, PMID 29848076, DOI 10.1080/13543784.2018.1483334, lire en ligne)
  24. 24,0 24,1 et 24,2 (en) « Alzheimer's disease - Symptoms and causes », sur Mayo Clinic (consulté le 31 mars 2021)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.