Luxation du genou

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Luxation du genou
Maladie
PosteriorKneeDIsclocation.jpg
Luxation postérieure du genou
Vidéo
Caractéristiques
Signes Épanchement articulaire, Ecchymose, Déformation de l'articulation fémoro-tibiale, Stress en valgus, Stress en varus, Tiroir postérieur, Manoeuvre de Lachmann, Hyperextension asymétrique ipsilatérale du genou, Tiroir antérieur du genou
Symptômes
Épanchement articulaire, Accidents de véhicules à moteur, Chute chez la personne âgée, Bruit audible lors du traumatisme, Mise en charge impossible, Blessures sportives, Déformation du genou, Réduction spontanée d'une déformation du genou, Gonalgie importante
Diagnostic différentiel
Fracture du plateau tibial, Fracture du fémur distal, Samuel Charland Larivière/Brouillons/Lésion méniscale dégénérative, Fracture du tibia proximal, Luxation patellaire, Rupture du ligament croisé antérieur, Rupture du ligament croisé postérieur, Rupture du ligament collatéral médial, Rupture du ligament collatéral latéral, Entorse du genou
Informations
Terme anglais Knee dislocation
Autres noms Dislocation du genou, Luxation fémoro-tibiale
Wikidata ID Q54875151
Spécialités Orthopédie, Traumatologie, Médecine d'urgence

OOjs UI icon check-constructive.svg

Une luxation du genou est une perte totale de contact des surfaces articulaires du genou. Il s'agit d'une blessure potentiellement dévastatrice et constitue une urgence chirurgicale. Cette blessure nécessite une identification rapide, une évaluation avec une imagerie appropriée et une consultation chirurgicale rapide pour un traitement définitif. [1][2][3][4]

1 Épidémiologie[modifier | w]

Les luxations du genou sont peu fréquentes, mais sont des blessures potentiellement menaçantes pour les membres.

2 Étiologies[modifier | w]

Un traumatisme à haute énergie est généralement nécessaire pour provoquer une luxation fémoro-tibiale. Les luxations postérieures et antérieures sont les plus fréquentes, mais les luxations médiales, latérales et rotatoires sont également possibles. [3]

3 Physiopathologie[modifier | w]

Quatre ligaments principaux stabilisent l'articulation du genou :

  • le ligament croisé antérieur
  • le ligament croisé postérieur
  • le ligament collatéral médial
  • le ligament collatéral latéral.

Une luxation du genou perturbent plusieurs ou toutes ces structures.

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

L'obésité est un facteur de risque indépendant pour subir cette blessure.

4.2 Questionnaire[modifier | w]

Les trois principaux mécanismes identifiés sont les accidents de véhicules à moteur, les blessures sportives et les chutes.

À l'histoire, on retrouvera les éléments suivants :

Si on suspecte ce diagnostic, il faut systématiquement rechercher à l'histoire des symptômes d'ischémie aiguë du membre inférieur, de syndrome du compartiment et de lésion du nerf fibulaire : ce sont des symptômes des complications de la luxation, et non de la luxation elle-même.

4.3 Examen clinique[modifier | w]

L'examen complet incluant l'examen neurovasculaire doit être effectuée AVANT et APRÈS la réduction de la luxation.

À l'examen physique, on pourra retrouver les éléments suivants [3]:

Des pouls normaux ou un ITB normal n'excluent pas une blessure vasculaire. Des cas de contusion de l'artère poplitée, de rupture de la couche intimale et de retard de la formation de thrombus ont été signalés chez des patients avec un examen vasculaire normal à l'arrivée. Ainsi, même si l'examen physique est normal à l'arrivée, il est recommandé de procéder à des examens sériés du statut vasculaire pour une période de 24 à 48 heures.

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Luxation latérale du genou à la radiographie du genou

La radiographie du genou permet :

Attention ! Si la luxation du genou s'est auto-réduite, la radiographie peut être normale.

Il y a deux approches par rapport à la prescription de l'angio-tomodensitométrie du membre inférieur lors d'une luxation présumée ou confirmée :

  • procéder à l'angio-TDM chez tous les patients sans exception OU
  • procéder à l'angio-TDM chez les patients qui ont des signes ou symptômes neurovasculaires (paresthésie, anesthésie, diminution des pouls, pied froid, indice tibio-brachial < 0.9, pouls asymétriques, etc.).

Le choix de la stratégie d'investigation est à discuter avec l'orthopédiste traitant.

La résonance magnétique du genou demeure essentielle dans tous les cas de luxations du genou afin de caractériser les blessures ligamentaires concomitantes. Avant de procéder à cet examen, une discussion avec le chirurgien orthopédiste traitant s'avère nécessaire. Cet examen sera fait plus tard dans le processus, après la réduction de l'articulation, la stabilisation du traumatisme initial du patient et après avoir éliminé une lésion vasculaire.

6 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le diagnostic différentiel de la luxation du genou inclut :

7 Traitement[modifier | w]

La luxation du genou non réduite à l'arrivée du patient à l'urgence doit être réduite sous sédation procédurale. La réduction elle-même nécessitera souvent deux personnes, une pour stabiliser le fémur tandis qu'une autre effectue la traction et la manipulation du tibia. La direction du mouvement tibial nécessaire dépendra du type et de la direction de la luxation. La luxation postéro-latérale peut être difficile ou impossible à réduire et nécessitera une consultation en orthopédie. Les cliniciens effectuant la réduction doivent éviter une pression excessive au niveau du creux poplité en cas de lésion de l'artère poplitée. [5][1][3] Si la réduction fermée est impossible, une réduction ouverte peut s'avérer nécessaire.

Une fois l'articulation réduite, le clinicien doit réévaluer les pouls distaux, la perfusion périphérique ainsi qu'un examen neurologique approfondi. Le choix d'imagerie nécessaire est effectué tel que décrit ci-haut. La présence de signes d'ischémie tels que des pouls absents/faibles, une extrémité pâle ou froide, des paresthésies ou encore une paralysie du membre nécessitent une consultation urgente en chirurgie vasculaire.

La membre atteint doit être immobilisé à l'aide d'une attelle plâtrée ou encore d'une attelle d'immobilisation en position d'extension.

Une consultation en orthopédie est nécessaire dans tous les cas.[3]

L'analgésie du patient en aigu consistera à de la glace, de l'acétaminophène, des opioïdes et des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Les AINS sont à prescrire avec précaution, particulièrement s'il y a une lésion vasculaire.

8 Complications[modifier | w]

Les lésions vasculaires et le syndrome du compartiment sont des complications redoutables que le clinicien ne doit pas manquer lors de l'évaluation d'une luxation du genou.
Une lésion vasculaire non diagnostiquée peut entraîner une ischémie prolongée des membres et mener à une amputation.

Les complications de la luxation du genou sont [6][3]:

9 Notes[modifier | w]

  1. La mesure de l'ITB est un rapport de perfusion des membres inférieurs (artère tibiale) et de perfusion des membres supérieurs (artère brachiale). Un ITB de 0,9 ou plus est considéré comme normal tandis qu'un ITB inférieur à 0,9 peut indiquer un compromis vasculaire.
  2. En ce qui concerne les structures vasculaires, l'artère poplitée est la plus à risque d'être lésée à la suite d'une luxation fémoro-tibiale. L'artère s'étend à travers l'espace poplité et dégage plusieurs branches dans un système collatéral autour du genou.

10 Références[modifier | w]

  1. 1,0 et 1,1 Gregory C. Fanelli, « Knee Dislocation and Multiple Ligament Injuries of the Knee », Sports Medicine and Arthroscopy Review, vol. 26, no 4,‎ , p. 150–152 (ISSN 1538-1951, PMID 30395055, DOI 10.1097/JSA.0000000000000220, lire en ligne)
  2. Sanjiv Fitz-Morris Gray et Beatrice Esther Dieudonne, « Pucker sign in irreducible posterolateral knee dislocation », The Pan African Medical Journal, vol. 30,‎ , p. 153 (ISSN 1937-8688, PMID 30374399, Central PMCID 6201608, DOI 10.11604/pamj.2018.30.153.15365, lire en ligne)
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 et 3,5 (en) Mohseni M et Simon Lv, « Knee Dislocation », sur PubMed, 2020 jan (PMID 29262122, consulté le 14 juillet 2020)
  4. « Luxation », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  5. Ankit Goyal, Milind Tanwar, Deepak Joshi et Deepak Chaudhary, « Practice Guidelines for the Management of Multiligamentous Injuries of the Knee », Indian Journal of Orthopaedics, vol. 51, no 5,‎ , p. 537–544 (ISSN 0019-5413, PMID 28966377, Central PMCID 5609375, DOI 10.4103/ortho.IJOrtho_228_17, lire en ligne)
  6. « UpToDate », sur www.uptodate.com (consulté le 20 mai 2022)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.