Instrumentation chirurgicale

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Instrumentation chirurgicale
Concept
Surgical instruments 08.JPG
Informations
Spécialité Chirurgie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial


Cet article se veut une présentation des instruments les plus communément utilisés au bloc opératoire.

1 Aiguilles et fils à suture[modifier | w]

1.1 Aiguilles[modifier | w]

Les aiguilles varient d'abord en forme. L'aiguille ronde est utilisée pour suturer de fins tissus (exemple : suturer des intestins). L'aiguille tranchante est à l'inverse très utile pour des tissus épais et robustes (exemple : fermeture de plaie cutanée). Sa forme est triangulaire et le tranchant peut être à l'intérieur ou à l'extérieur de la courbe de l'aiguille selon le modèle.

Par ailleurs, différentes courbures d'aiguille sont disponibles. Celles-ci sont représentées par une fraction, indiquant la portion de la circonférence d'un cercle que couvre l'aiguille. Les courbes les plus fréquemment utilisées sont les 3/8 et les 1/2.

Finalement, le calibre de l'aiguille et le diamètre de sa courbe varient généralement selon la taille du fil utilisé.

La majorité des aiguilles sont courbes mais d'autres formats sont disponibles, notamment l'aiguille droite qui permet de faire des sutures sans porte-aiguille. Elle est surtout utilisée lors d'intervention au chevet.[1]

1.2 Fils[modifier | w]

1.2.1 Calibre[modifier | w]

Le calibre des fils est indiqué à l'aide de chiffre. Plus le chiffre est élevé, plus le calibre est grand. Lorsque le calibre est plus petit que «0», des zéros supplémentaires sont ajoutés. Ainsi, un fil dit 3-0 est en fait un fil «000», où le chiffre précédent la valeur nulle représente le nombre de 0. Le plus petit calibre disponible est 11-0 tandis que le plus grand est 7. Essentiellement, pour la fermeture d'une plaie, le bon calibre de fil est le plus petit possible permettant une suture adéquate.

1.2.2 Matériel[modifier | w]

Plusieurs caractéristiques permettent d'orienter le choix du fil lors d'une chirurgie. Premièrement, les fils sont soit «résorbable» ou «non résorbable». Les fils résorbables sont surtout utilisés pour des plans profonds, comme dans les cas d'anastomoses ou de fermetures de parois. Son inconvénient est qu'ils produisent davantage de réactions inflammatoires, engendrant des plaies moins esthétiques. Ainsi, les fils non résorbables sont préférés lors de fermetures de plaies à la peau. Son inconvénient est qu'il doit être retiré manuellement par un professionnel de la santé lorsque la plaie est guérie (épithélialisation suffisante, force tensile atteinte).

Deuxièmement, les fils sont soit des «monofilaments» ou «tressés». Un monofilament est un fil continu. En étant lisse, il réduit le traumatisme des tissus, diminue la réaction inflammatoire et réduit les risques d'infections. Il est toutefois moins solide et glisse davantage que le fil tressé, nécessitant que l'opérateur fasse plus de noeuds (minimum 3 noeuds pour fils tressés, minimum 5 noeuds pour fil monofilament).

Troisièmement, les fils peuvent être formés de matières naturelles (collagène d'intestin porcin ou bovin) ou de matières synthétiques (polymères). Les fils synthétiques sont généralement préférées comme ils provoquent moins de réactions inflammatoires. Les fils de soie sont très lentement résorbables par protéolyse. Il existe aussi des fils de métal utilisé pour refermer des structures osseuses (exemple : fermeture de sternotomie).

Finalement, un fil peut être teinté ou non teinté. Le premier favorisera sa visualisation dans les espaces plus restreints et le second sera plus esthétique.

Des fils dit barbelés sont depuis peu disponibles. Ceux-ci comportent des encoches tout au long du fil, agissant ainsi comme un anti-retour. Dans ce contexte, il est possible de ne pas faire de noeud lorsque des points sont pratiqués avec ces fils.[1] Ils sont très utiles pour coudre dans des endroits restreints (exemples : anastomoses intracorporelles par laparoscopie, fermeture d'un déficit muqueux intra-rectal). Ces fils sont faits de matériels lentement résorbables.

Fils disponibles sur le marché et communément utilisés en salle d'opération selon le type de suture
Résorbable Non résorbable
Tressé Monofilament Tressé Monofilament
  • Vicryl®
  • Vicryl rapide®
  • Polysorb®
  • PDS®
  • Maxon®
  • Monocryl®
  • Chromic Gut®
  • Soie[2]
  • Ethibond®
  • Prolene®
  • Ethilon®
  • SurgiPro®
  • Novafil®
  • fil de métal


2 Bistouri[modifier | w]

Bistouri sans lame

Le bistouri ou scalpel se compose d'une poignée et d'une lame. La poignée peut être en plastique ou en métal. Dans le premier cas, le bistouri est à usage unique tandis que dans le second la lame est interchangeable et le manche est réutilisé. Il existe plusieurs types de lame, chacune nommée par numéro distinct. Les principales lames utilisées au bloc opératoire sont présentées plus bas. La longueur du manche dépend de la profondeur de la dissection.

Le bistouri est généralement utilisé pour les incisions initiales ou pour couper des tissus plus épais, comme la peau.

Lame Présentation Image
Lame #10 La lame #10 est le souvent vu comme la lame traditionnelle en chirurgie. Cette lame au bout recourbé est utilisé pour inciser la peau dans une laparotomie. Elle est aussi utilisée dans certainement situation spécifique comme dans le prélèvement d'une artère radiale pour un pontage cardiaque, l'incision d'une bronche en chirurgie thoracique ou l'incision de l'utérus lors d'une césarienne.[3]
Lame #11 La lame #11 est triangulaire et allongée avec un bout pointu. Elle est pratique pour les incisions punctiformes, notamment lors d'insertion d'accès laparoscopiques, l'installation de voie veineuse ou artérielle, l'incision de l'aorte, l'installation de drain thoracique ou le drainage d'abcès.[4]
Lame #12 La lame #12 a une courbe concave avec un bout pointu. Elle est le plus souvent utile pour couper des points de suture mais est aussi pratique en chirurgie dentaire, en chirurgie ORL pour les septoplasties et les chirurgies des parotides, et en chirurgie urologique pour le ureterolithotomie et pyélolithotomie.[5]
Lame #15 La lame #15 est une version plus fine de la lame #10. Elle sert lors de courtes incisions précises, comme dans l'excision de lésions de la peau et dans les chirurgies au visage.[6]

2.1 Bistouri électrique[modifier | w]

Bistouri électrique

Le bistouri électrique, communément appelé «Cutter», «Electric Knife», «Radio Knife» ou «Bovie», est un instrument utilisant un courant électrique alternatif. Au bout du dispositif se trouve une lame comparable à une large aiguille. À son extrémité, un arc électrique permet de disséquer les tissus ou de cautériser des vaisseaux sanguins. Cet instrument est utilisé dans pratiquement tous les types de chirurgie.[7] Il peut couper ou assurer l'hémostase (mode coag ou cut). Il existe différentes longueurs de lame, elles peuvent être aussi enduites de teflon pour diminuer l'adhérence des produits de coagulation carbonisés.

3 Ciseau[modifier | w]

Le ciseau chirurgical permet de couper et de disséquer des tissus lâches. Le ciseau est plus traumatique que le bistouri de par le cisaillement.

Certaines caractéristiques des types de ciseaux chirurgicaux peuvent varier. D'abord, un ciseau peut avoir un embout pointu-point, pointu-rond ou rond rond, ce dernier étant plus fréquent. Ensuite, la lame peut être droite ou courbe, le premier étant à favoriser pour couper de tissus épais et le second offrant une meilleure visibilité et manoeuvrabilité. De plus, la lame peut être standard ou crantée. Finalement, la plupart des ciseaux chirurgicaux existent en différentes tailles et longueurs selon l'utilisation nécessaire.[8]

Ciseau Image Présentation
Iris/ténotomie Le ciseau Iris est un petit ciseau fin au bout pointu. Il est utilisé dans les dissections fines et peut être utile pour couper des sutures. Initialement développé pour les procédures d'ophtalmologie, son usage est désormais plus varié.[1]
Mayo Le ciseau Mayo est un ciseau «lourd». Sa robustesse en fait le ciseau de choix pour couper les fils de sutures ainsi que pour la dissection de tissus épais, comme la peau, les fascias ou les muscles.[1][8]
Metzenbaum Communément appelés «Metz», le ciseau Metzenbaum est un ciseau plus léger que le Mayo. Il est l'outil de choix pour la dissection de tissus plus fins. Par son caractère plus délicat, le ciseau Metzenbaum ne devrait pas être utilisé pour couper des éléments comme les fils de suture, ce qui pourrait l'abimer.[1][8]
Pott's Le ciseau Pott's est caractérisé d'une courtes lame angulée. Il est principalement utilisé en chirurgie cardiaque et vasculaire pour l'incision des vaisseaux sanguins.[1]
Rongeur Zange (19).jpg Utilisée pour tailler des tissus très rigoureux, notamment des os ou des tissus très épais.
Stevens-Stille/ténotomie
Ciseau Stevens.jpg
Utilisé pour des coupes d'une extrême précision. Particulièrement utilisé dans les chirurgies plastiques, ORL, ophtalmiques et de neurochirurgie.[9]

4 Écarteur[modifier | w]

Les écarteurs varient en taille et en forme. Ils sont utilisés pour maintenir les incisions ouvertes et favoriser une exposition optimale. Les écarteurs standards doivent être tenus par un assistant tandis que les écarteurs autostatiques sont fixes et fonctionnent avec un système de cliquets.

Écarteurs standards
Écarteur Image Présentation
Army-Navy L'écarteur Army-Navy comporte deux embouts à angle droit. La première lame mesure classique 15mm et la seconde 25mm, permettant de s'ajuster à la profondeur de l'incision. La largeur des lames n'excède pas les 20mm. Il est utilisé pour écarter les tissus plus superficiels comme la peau et les tissus graisseux lors de l'incision initiale d'une laparatomie.[1]
Deaver L'écarteur Deaver peut être vu comme le plus imposant des écarteurs standards. Il est composé d'une poignée et d'un large embout recourbé. Il est à un certain point malléable afin d'ajuster la courbure à l'exposition désirée. Il est utilisé pour écarter les parois abdominales durant une laparotomie.[1]
Miller-Senn L'écarteur Miller-Senn est un des plus fins écarteurs. Le premier embout est une lame à angle droit tandis que le second est composé de dents pointues recourbées. Il peut ainsi être vu comme un hybride entre l'écarteur Army-Navy et Volkmann. Il est utilisé pour rétracter les tissus superficiels.
Richardson Aussi appelé «Rich», l'écarteur Richardson est une version plus robuste de son homologue Army-Navy. Il est composé d'une poignée et d'une lame à angle droit recourbé à son extrémité. Il permet un meilleur maintien des tissus profonds.[1]
Volkmann alt=|sans_cadre Aussi connu sous le nom «Rateau», «Rake» ou «Cat's paw», l'écarteur Volkmann est un écarteur formé d'une poignée portant en son bout des dents pointues recourbées. Il est utilisé pour rétracter les tissus superficiels.[1]
Écarteur malléable L'écarteur malléable est une pièce de métal qui se plie selon les besoins de la chirurgie. Il est aussi souvent interposé entre les intestins et les sutures afin de protéger le tractus digestif lors de la fermeture de l'abdomen.[1]
Harrington Écarteur avec la fin en forme de coeur permet une traction dirigée et profonde
Valve Mayo Écarteur parfait pour récliner toute la paroi abdominale
Écarteurs autostatiques
Écarteur Image Présentation
Bookwalter ou Omnitract L'écarteur Bookwalter est un ensemble d'instruments permettant une rétraction autostatique lors de laparotomies. Il est composé d'un support circulaire de diamètre variable où peut s'installer des fixateurs à écarteurs. Plusieurs types d'écarteurs peuvent ainsi être utilisés avec le Bookwalter. Le tout est encré à la table d'opération par une tige métallique.[1] L'Omnitract est un système articulé qui répond aux mêmes fonctions que l'écarteur Bookwalter.
Weitlaner Aussi appelé le «Wheaty», l'écarteur Weitlaner ressemble à une pince et fonctionne avec un système à cliquet. Ses embouts sont comparables à un rateau aux dents arrondies. Il permet l'exposition de courtes incisions relativement profondes.[1]
Écarteur Balfour Écarteur autostatique à trois palettes, souvent utilisé pour les chirurgies gynécologiques

5 Forceps/pinces[modifier | w]

Les forceps permettent de manipuler les tissus et les aiguilles. Une utilisation adéquate est moins traumatique pour les tissus que les doigts et confère une meilleure précision.

Les forceps à rainures communément appelés «mousse» sont idéaux pour manipuler de fins tissus. Toutefois, selon la force appliquée par l'opérateur, ils peuvent provoquer des dommages par écrasement.

Les forceps à dents communément appelés «griffe» ou «multi-griffes» permettent une meilleure traction sur les tissus épais, comme les dents pénètrent le tissu. Le nombre de dents varie selon le modèle de forceps. Ces forceps provoquent moins de dommages par écrasement que ceux à rainures et sont idéaux lors de la fermeture de plaies.

Chaque type de forceps vient en différentes tailles et certains sont disponibles en format mousse ou à griffe[10].

Forceps Image Présentation
Adson Le forceps Adson est formé d'une poignée large avec un embout fin. Il est disponible en format à dents et à rainures, ce dernier portant parfois le nom de forceps Brown-Adson. Pour le modèle à dents, il est composée de trois dents (deux dents d'un côté et une de l'autre). Sa délicatesse et son caractère peut traumatisant en font un forceps de choix lors de la fermeture de plaie. Le modèle à rainures est un autre choix à considérer dans cette même situation. La manipulation de l'aiguille est grandement facilitée avec le forceps Brown-Adson mais comme mentionné précédemment, il est plus traumatisant pour les tissus.[1][10]
Bonney Le forceps Bonney est l'un des forceps les plus robustes. Il est à la fois composé de rainures et de dents. Il est idéal pour les tissus épais et est surtout utilisé lors de la fermeture des fascias à la suite d'une laparotomie abdominale.[1]
DeBakey Le forceps DeBakey est composé de rainures à la fois transverses et longitudinales. Il est l'instrument de choix pour manipuler des tissus fins ou des vaisseaux de manière non traumatique. Il peut aussi être utile pour manipuler des aiguilles durant les sutures.[1][10]
Russe Le forceps Russe est composé de petites dents en circonférence de ses embouts arrondis. Il est utilisé pour maintenir des tissus épais et particulièrement glissant lorsque l'adhérence offerte par le forceps DeBakey est insuffisante. Tout comme ce dernier, le forceps Russe est conçu pour être peu traumatique pour les tissus.[1]

6 Pince[modifier | w]

Les pinces chirurgicales se composent, tel un ciseau, de deux oeillets. L'embout varie selon le modèle et plusieurs longueurs peuvent être disponibles pour un même type de pince. Toutes les pinces ont un système à cliquet permettant à l'opérateur de les bloquer à une certaine tension. Le système de cliquet comporte plusieurs dents, offrant la possibilité d'agripper des tissus de manière plus ou moins serrée.

Pince Image Présentation
Allis alt=|sans_cadre La pince Allis se caractérise par des embouts recourbés sur lesquels aux extrémités se trouvent des dents. Elle est utilisée pour agripper des tissus robustes et des fascias. Comme elle peut être traumatique pour les tissus, elle est à éviter pour maintenir des tissus plus délicat comme les intestins.[1][10]
Babcock La pince Babcock est conçue avec des embouts recourbés qui, contrairement à la Allis, sont exempt de dents. Elle est facilement reconnaissable par les trous dans ses embouts. Par sa nature non traumatique, elle est utilisée pour saisir des tissus fragiles, particulièrement les intestins.[11]
Crile La pince Crile, dite «Hemostat» ou parfois «Snap», est une pince droite ou recourbée qui comportent des rainures sur l'intégralité de la surface de pinçage. Elle est peu traumatique et est principalement utilisée pour pincer les vaisseaux ou structures qui seront par la suite suturés. Elle est de plus pratique pour la dissection de tissus à la pince.[1]
Kelly La pince Kelly est similaire à la pince Crile mais à des rainures que sur la moitié distale de sa surface de pinçage. Son utilisation est semblable.[1]
Kocher La pince Kocher comporte à son embout une dent. Elle sert à agripper d'épais tissus pour optimiser l'exposition ou les disséquer.[1]
Mosquito La pince Mosquito est une version plus petite de la pince Crile. Son utilisation est semblable.
Pince à angle droit Pince angle droit.jpg Son utilisation est similaire à la Crile. Son angle droit permet d'atteindre des structures plus profondes et dans des endroits plus étroits. Son utilisation est fréquente en chirurgie vasculaire où elle permet de saisir efficacement les lacets sous les vaisseaux à identifier et ce sans risquer d'endommager la structure.
Pince à badigeon Pince à badigeon.jpg Pince servant à manipuler des badigeons de chlorhexidine ou d'iode servant à la stérilisation des surfaces corporelles des patients visées par l'opération.
Pince à champ (mousse et piquante)

Towel_Clamps_01

Pince qui sert à tenir les champs opératoires ou les instruments sur le champ. La version piquante peut servir à tenir aussi les lambeaux cutanés.
Pince à clips Pince à clip.jpg Pince permettant de manipuler des clips simples. Ces clips sont utilisées pour clamper de petits vaisseaux sanguins ou lymphatiques. Plusieurs tailles sont disponibles. Une nouvelle clip doit être réinsérée manuellement après l'utilisation.
Porte-aiguille Il existe différentes formes, longueurs et tailles de porte-aiquilles qui sera adapté au besoin du moment selon la cavité chirurgicale et le type d'aiguille utilisé.

7 Succion[modifier | w]

Succion Image Présentation
Frazier La succion Frazier est une tige cylindrique avec une ouverture à son embout. Différents calibres de succion sont disponibles. Il est possible avec cet appareil de contrôler la force succionnelle à l'aide de l'orifice à la base de celle-ci. En effet, lorsque l'opérateur occlue l'orifice avec son pouce, la force de la succion augmente. Cette succion peut être plus traumatisante que les autres modèles disponibles et devrait donc être évitée en présence de tissus fragiles.[1]
Poole Succion Poole.jpg La succion Poole est utilisée pour aspiration de large volume de liquide durant les chirurgies. Elle est particulièrement utilisée lors des chirurgies intra-abdominales ou les césariennes. Elle se compose de deux parties. La première est une longue tige de métal cylindrique avec une large ouverture à son embout. La second est une autre tige dans laquelle s'insère la première pièce. Cette seconde pièce comporte de multiples petites ouvertures toute autour de sa circonférence et ce sur la moitié de la longueur de la pièce. De cette manière, la surface d'aspiration est beaucoup plus large et les traumatismes causés aux tissus sont moindres.[1]
Yankauer Yankauer Suction Tip.jpg La succion Yankauer est la succion la plus communément utilisée. Elle se compose d'une longue tige avec une tête bulbeuse et où se trouve l'unique orifice. Sa conformation diminue les dommages causés aux tissus. Il est utilisé pour aspirer sur des surfaces, notamment en intra-abdominal. La succion Yankauer se fait aussi en plastique et est la succion utilisée sur les étages ou à l'urgence pour les aspirations oropharyngées.[1]

8 Références[modifier | w]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 1,11 1,12 1,13 1,14 1,15 1,16 1,17 1,18 1,19 1,20 1,21 1,22 et 1,23 (en) « Commonly Used Surgical Instruments » (consulté le 6 avril 2022)
  2. La soie est très lentement résorbable par protéolyse.
  3. « Surgical Scalpel Blade No.10. Swann-Morton Ltd », sur www.swann-morton.com (consulté le 15 mars 2022)
  4. « Surgical Scalpel Blade No.11. Swann-Morton Ltd », sur www.swann-morton.com (consulté le 15 mars 2022)
  5. « Surgical Scalpel Blade No.12. Swann-Morton Ltd », sur www.swann-morton.com (consulté le 15 mars 2022)
  6. « Surgical Scalpel Blade No.15. Swann-Morton Ltd », sur www.swann-morton.com (consulté le 15 mars 2022)
  7. (en) « Surgical Instruments and Sutures | Concise Medical Knowledge », sur www.lecturio.com (consulté le 15 mars 2022)
  8. 8,0 8,1 et 8,2 « Lab 1 . Part 2 - Scissors - VSAC - WCVM - University of Saskatchewan », sur wcvm.usask.ca (consulté le 6 avril 2022)
  9. (en-US) « STEVENS-STILLE TENOTOMY SCISSORS - STILLE », sur Stille US (consulté le 23 juin 2022)
  10. 10,0 10,1 10,2 et 10,3 « Lab 1 . Part 3 - Tissue Forceps - VSAC - WCVM - University of Saskatchewan », sur wcvm.usask.ca (consulté le 6 avril 2022)
  11. (en) William S. Haubrich, « Babcock of the Babcock Clamp », Gastroenterology, vol. 121, no 2,‎ , p. 244 (ISSN 0016-5085 et 1528-0012, DOI 10.1016/S0016-5085(01)70126-6, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.