Hypophosphatémie

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Hypophosphatémie (HypoP)
Maladie
Caractéristiques
Signes Insuffisance cardiaque, Insuffisance respiratoire, Troubles de la coagulation, Hypotension
Symptômes
Faiblesse musculaire, Paresthésies, Anorexie , Asymptomatique
Diagnostic différentiel
Diagnostic différentiel
Informations
Terme anglais Hypophosphatemia
Spécialité Néphrologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

L'hypophosphatémie se définit comme une phosphatémie à < 0,8 mmol/L. Ses étiologies se classent en apports diminués (rare, car le phosphore est présent dans presque tous les types de nourriture et son absorption est facile), une excrétion élevée, un shift cellulaire et finalement une minéralisation excessive du squelette. Bien que la plupart du temps asymptomatique, elle pourra se présenter par des paresthésies, faiblesse, anorexie et insuffisance cardiaque entre autres et pouvant aller jusqu'aux convulsions et au coma. Les examens permettant le diagnostic de la cause impliqueront le dosage de tous les ions, de créatinine, de la PTH et la vitamine D. Une fois la cause établie et son traitement entamé, le phosphore pourra si besoin être corrigé avec du PO43- IV ou po.

1 Étiologies[modifier | w]

Étiologies de l'hyperphosphatémie
Apports diminués Excrétion élevée Shift cellulaire Minéralisation excessive du squelette[1]

2 Physiopathologie[modifier | w]

2.1 Homéostasie du phosphore[modifier | w]

Régulation :

  • Dépend de l’action de la PTH et du calcitriol (vitamine D) → via leur action au niveau osseux, intestinal et rénal
  • Excrétion rénale → principal mécanisme régulateur

Excrétion :

  • Excrétion rénale :
    • Majorité du phosphore → réabsorbé au tubule proximal
      • Dépend de la PTH et de l’apport en phosphore
Homéostasie phosphocalcique
PTH Os - En présence de vit. D, stimule la résorption osseuse via les ostéoclastes pour augmenter le calcium et le phosphore sanguin
Intestin - Action indirecte via la stimulation de la formation de calcitriol

- Augmente l’absorption du calcium et du phosphore

Rein - Stimule l’activité de la 1-alpha-hydroxylase qui convertit la 25(OH)vitD3 en 1,25(OH)2vitD3 - Augmente la réabsorption rénale de calcium au niveau du tubule distal et connecteur - Diminue la réabsorption rénale du phosphore au tubule proximal
Vitamine D Os - Potentialise l’effet de la PTH

- Augmente la disponibilité du calcium et du phosphore osseux

Intestin - Augmente l’absorption digestive du calcium
Para-thyroïdes - Diminue l’expression de la PTH

3 Présentation Clinique[modifier | w]

En général commence par être asymptomatique. Les manifestations cliniques secondaires à l’hypophosphatémie sont présentes seulement lors d’hypophosphatémie sévère.

3.1 Questionnaire[modifier | w]

Souvent asymptomatique

3.2 Examen clinique[modifier | w]

4 Approche clinique[modifier | w]

  • D’abord évaluer le contexte clinique → indiquera souvent la cause.
  • Examens de laboratoire supplémentaires souvent nécessaires dans les cas plus complexes.

5 Examens paracliniques[modifier | w]

  • Ions sériques: Potassium bas → acidocétose ou alcoolisme
  • Magnésium sérique: Magnésium bas → suggère dénutrition
  • Créatinine
  • Calcium sérique + Phosphore sérique
    • Calcium élevé + Phosphore bas → hyperparathyroïdie primaire
    • Calcium bas + Phosphore bas → malabsorption ou déficience en vitamine D
    • Calcium N → ne peut pas être utilisé pour un diagnostic définitif (beaucoup de mécanismes régulent le calcium de façon indépendante au phosphore)
  • PTH
    • PTH élevée + calcium élevé + phosphore bas → suggère hyperparathyroïdie primaire
    • PTH élevée + calcium bas + phosphore bas → suggère hyperparathyroïdie secondaire (peut être du à des problèmes de malabsorption intestinale → déficience en vitamine D OU problèmes gastro-intestinaux quelconques)
  • Vitamine D: Vitamine D basse → déficience en vitamine D
  • Autre:

6 Diagnostic différentiel[modifier | w]

La section obligatoire Diagnostic différentiel ne contient pour le moment aucune information.
Toute contribution serait appréciée.

Description: Cette section traite du diagnostic différentiel de la maladie, c'est-à-dire aux autres diagnostics à évoquer lorsque confronté à ce diagnostic.
Formats:Liste à puces
Balises sémantiques: Diagnostic différentiel
Commentaires:
 
  • Chaque diagnostic doit être spécifié à l'aide d'une propriété sémantique de type Diagnostic différentiel.
  • La liste à puce est le format à utiliser, toujours précédée d'une courte phrase introductive avec un deux-points. Évitez les tableaux dans cette section. Gardons-les pour d'autres sections pour garder l'efficacité de l'article.
  • Vous pouvez ajouter quelques éléments discriminants après chaque diagnostic différentiel. Si c'est un ou deux éléments, vous pouvez mettre ces éléments discriminants entre parenthèse après le modèle Diagnostic différentiel. S'il s'agit de quelques phrases, insérez une note de bas de page après le modèle Diagnostic différentiel. Pour élaborer plus longuement sur la manière de distinguer la maladie et ses diagnostics différentiels, servez-vous de la section Approche clinique.
  • Si vous désirez écrire un paragraphe sur les différentes manières de distinguer le diagnostic A du diagnostic B, vous pouvez écrire un paragraphe dans la section Approche clinique qui mentionnent tous les éléments qui permettent de distinguer ces diagnostics entre eux au questionnaire, à l'examen clinique et aux examens paracliniques.
  • Attention de ne pas confondre le diagnostic différentiel avec les étiologies et les complications. Le diagnostic différentiel, ce sont les autres maladies qui peuvent avoir une présentation clinique similaire. Les étiologies sont les entités qui causent la maladie. Les complications sont les entités qui découlent directement de la maladie.
Exemple:
 
Le diagnostic différentiel de l'appendicite comprend :
  • l'abcès tubo-ovarien [diagnostic différentiel]
  • l'atteinte inflammatoire pelvienne [diagnostic différentiel]
  • la grossesse ectopique [diagnostic différentiel] Pour différencier la grossesse ectopique de l'appendicite, il faut d'abord questionner les facteurs de risques XYZ du patient... (voir la section Commentaires de la présente bannière pour des instructions plus détaillées si vous désirez souligner des éléments discriminants.)
  • la cystite [diagnostic différentiel].

7 Traitement[modifier | w]

La pierre angulaire du traitement est causal.

  • Suppléments par voie orale: PO43- po 2-4g bid - qid (débuter à 1g die pour minimiser la diarrhée)
  • Pour les cas sévères ou ceux ne pouvant tolérer la thérapie orale: PO43- po IV

Être prudent avec les patients en insuffisance rénale ou si présence concomitante d’hypocalcémie.

8 Complications[modifier | w]

9 Références[modifier | w]

  1. (en) Tina Binesh Marvasti et Sydney McQueen, Toronto Notes 2018, 34e éd., NP14

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.