Hypokaliémie

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hypokaliémie
Maladie
ECG Pattern Of Hypokalemia.png
Changements à l'ECG chez un patient avec une hypokaliémie
Caractéristiques
Signes Bradycardie, Fasciculations, Tachycardie , Diminution des forces segmenaires, Signe d'arythmie
Symptômes Fasciculations, Ballonnement, Dyspnée , Crampes, Oumkaltoum Harati/Brouillons/Nausées et vomissements
Informations
Wikidata ID Q794086
Spécialité Néphrologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]
Objectif du CMC
Hypokaliémie (79-2)

L'hypokaliémie est définie comme un potassium sérique < 3.5 mmol/L. La gravité est classée comme légère lorsque le taux de potassium sérique est de 3 à 3,4 mmol/L, modérée lorsque le taux de potassium sérique est de 2,5 à 3 mmol/L et sévère lorsque le taux de potassium sérique est inférieur à 2,5 mmol/L

1 Épidémiologie[modifier | w]

En général, l'hypokaliémie est associée aux diagnostics de maladie cardiaque, d'insuffisance rénale, de malnutrition et de choc. L'hypothermie et l'augmentation de la production de cellules sanguines (par exemple, la leucémie) sont des facteurs de risque supplémentaires de développer une hypokaliémie. Il existe des sous-groupes de patients susceptibles de développer une hypokaliémie. Par exemple, les patients psychiatriques sont à risque d'hypokaliémie en raison de leur traitement médicamenteux. [1]

L'hypokaliémie est également répandue chez les patients hospitalisés, en particulier les patients pédiatriques, ceux qui ont de la fièvre et ceux qui sont gravement malades. De plus, dans les pays en développement, un risque accru de mortalité est observé chez les enfants lorsqu'une hypokaliémie sévère est associée à la diarrhée et à la malnutrition sévère.[1]

2 Étiologies[modifier | w]

Une variété d'étiologies peut entraîner une hypokaliémie. Ces étiologies peuvent être classées dans les catégories suivantes[1][2]:

  • Diminution de l'apport en potassium
  • Changements trans cellulaires (absorption intracellulaire accrue)
  • Augmentation de la perte de potassium (pertes cutanées, gastro-intestinales et rénales)
Étiologies de l'hypokaliémie [1][3][2]
Mécanisme Causes
Apport diminué
Diète Pauvre en potassium (cause rare)
Redistribution intracellulaire
  • Alcalose métabolique primaire
  • Augmentation de l'insuline
  • Augmentation des catécholamines
  • Stress (ex. Ischémie coronarienne)
    • Entraîne la sécrétion de catécholamines et cortisol
  • Délirium tremens (sevrage alcoolique)
  • Agoniste adrénergique pour l'Asthme
  • Anabolisme galopant
    • Lors d'administration de vit B12 dans le cas d'anémie mégaloblastique ou GM-CSF dans le cas de neutropénie
  • Thyrotoxicose
  • Hypothermie
  • Paralysie périodique familiale
Élimination corporelle augmentée
Digestives
Rénale
Cutané

3 Physiopathologie[modifier | w]

Le potassium est principalement intracellulaire où il est le cation le plus abondant et impliqué dans la régulation cellulaire et plusieurs processus cellulaires. La fraction de potassium dans le liquide extracellulaire est faible. Par conséquent, les taux plasmatiques ou sériques ne sont pas un indicateur fiable des réserves de potassium corporelles totales.

L'homéostasie du potassium est maintenue grâce à une combinaison d'ajustements des déplacements cellulaires aigus entre les compartiments de liquide extracellulaire et intracellulaire, l'excrétion rénale et, dans une moindre mesure, les pertes gastro-intestinales.

Une hypokaliémie peut survenir à la suite d'une diminution de l'apport en potassium, de changements transcellulaires (augmentation de l'absorption intracellulaire) ou d'une augmentation de la perte de potassium (pertes cutanées, gastro-intestinales et rénales). La diminution de l'apport en potassium, isolée, entraîne rarement une hypokaliémie en raison de la capacité des reins à minimiser efficacement l'excrétion de potassium. Cependant, une consommation réduite peut contribuer à l'hypokaliémie en présence d'autres causes, telles que la malnutrition ou un traitement diurétique.

L'absorption cellulaire du potassium est favorisée par l'alcalémie, l'insuline, la stimulation bêta-adrénergique, l'aldostérone et les xanthines, comme la caféine. La plupart des cas d'hypokaliémie résultent de pertes gastro-intestinales (GI) ou rénales. Les pertes rénales de potassium sont associées à une stimulation accrue des récepteurs minéralocorticoïdes, comme cela se produit avec l'hyperréninisme primaire et l'aldostéronisme primaire.

Une administration accrue de sodium et / ou d'ions non absorbables (diurétique, carence en magnésium, syndromes génétiques) au néphron distal peut également entraîner une perte rénale de potassium. Les pertes gastro-intestinales sont une cause fréquente d'hypokaliémie, la diarrhée sévère ou chronique étant la cause extrarénale la plus fréquente d'hypokaliémie.

4 Présentation clinique[modifier | w]

Les symptômes cliniques de l'hypokaliémie n'apparaissent que lorsque le taux de potassium sérique est inférieur à 3 mmol / L, sauf en cas de chute précipitée ou si le patient présente un processus potentialisé par l'hypokaliémie. La sévérité des symptômes a également tendance à être proportionnelle au degré et à la durée de l'hypokaliémie. Les symptômes disparaissent avec la correction de l'hypokaliémie.[1][3][4]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

4.2 Questionnaire[modifier | w]

Dysfonction musculaire incluant:

Dysfonction cardiaque:

  • Arythmies cardiaques incluant:
    • Bradycardie sinusale, Tachycardie ou fibrillation ventriculaire, blocs AV
    • Risque d'arythmie est le plus élevé chez les patients âgés, ceux qui souffrent d'une maladie cardiaque et ceux qui reçoivent de la digoxine ou des antiarythmiques

La cause de l’hypokaliémie est évidente à partir des antécédents du patient. Par conséquent, le questionnement doit porter sur la présence de pertes gastro-intestinales (vomissements, diarrhée) et sur les comorbidités cardiaques sous-jacentes, ainsi que sur un examen approfondi des médicaments.

Evaluation des pertes gastro-intestinales:

Evaluation de pertes au niveau de la peau:

Evaluation des médicaments:

Habitudes de vie:

  • Consommation d'Alcool
  • Consommation de réglisse noire

Manifestations de certaines pathologies associées à l'hypokaliémie, incluant:

Les manifestations cliniques concernent principalement les systèmes musculo-squelettique et cardiovasculaire.

4.3 Examen clinique[modifier | w]

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Examens paracliniques sont : [3]

  • Électrocardiogramme (ECG):
    • Changements caractéristiques à l'ECG:
      • Aplatissement de l'onde T
      • Dépression du segment ST
      • Apparition d'onde U
        • Se voit le plus souvent dans les dérivations précordiales latérales de V4 à V4
      • Prolongation du segment QT, entrainant torsades de pointe
  • Analyses sanguines:
  • Analyses urinaires (pour différencier les causes rénales de non-rénales si la cause n'est pas apparente)
    • K, Créatinine (afin de calculer le ratio K/Créatinine sur échantillon d'urine aléatoire)
    • Collecte urinaire de potassium pendant 24hrs si cause non identifiable.
Démarche devant une hypokaliémie
Commencer par
Éliminer causes de redistribution et diminution des apports
Vérifier le K+ urinaire et le statut acido-basique
Si K+ urinaire<20 mEq/jour ou ratio K/Creatinine <1.5 mEq/mmol: pertes extra-rénales Si K+ urinaire >20 mEq/jour ou ratio K/Creatinine > 1.5mEq/mmol: pertes rénales et vérifier la TA du patient
Si hypertension, doser aldostérone et rénine, souvent associée à alcalose métabolique Si hypertension, doser aldostérone et rénine, souvent associée à alcalose métabolique Si normotension ou hypotension
Aldostérone élevée
  • Si renine basse
    • Hyperaldostéronisme primaire
  • Si rénine élevée
    • Hyperaldostéronisme secondaire: hypertension rénale, tumeur sécrétant rénine, phéochromocytome...
Si rénine et aldostérone normale:
  • Syndrome de Cushing
  • Aldostérone elevée
    • Si renine basse
      • Hyperaldostéronisme primaire
    • Si rénine élevée
      • Hyperaldostéronisme secondaire: hypertension rénale, tumeur sécrétant rénine, phéochromocytome...
  • Si rénine et aldostérone normale:
    • Syndrome de Cushing
  • Si alcalose métabolique : diurétiques, vomissements (kaliurèse provoquée par l'élimination de bicarbonates au niveau rénal), Syndrome de Barter ou Gittelman
  • Si pH normal : hypomagnésémie, aminoglycoside
  • Si acidose métabolique : acidose tubulaire rénale, acidocétose diabétique

6 Traitement[modifier | w]

Les objectifs primordiaux du traitement de l'hypokaliémie sont de prévenir ou de traiter les complications potentiellement mortelles, de remplacer le déficit potassique et de diagnostiquer et corriger la cause sous-jacente.

La présence d'une hypomagnésémie concomitante doit également être recherchée et corrigée le cas échéant. En présence d'hypomagnésémie, l'hypokaliémie peut être réfractaire au remplacement potassique seul.

Prise en charge de l'hypokaliémie[1]
Sévérité
Indication Hypokaliémie légère à modérée Hypokaliémie sévère ou symptômes cliniques
Médicament Chlorure de potassium oral Chlorure de potassium IV
Dosage 60 à 80 mmol / jour en doses fractionnées sur des jours ou des semaines

Doit être pris avec nourriture et liquides

40 mmol administré toutes les 3 à 4 heures pour 3 doses
Complications
  • Irritation de muqueuse gastro-intestinale entraînant des saignements et / ou une ulcération
  • Associée à un risque plus faible d'hyperkaliémie de rebond
  • La douleur et la phlébite surviennent généralement avec les perfusions IV périphériques lorsque les taux de perfusion dépassent 10 mmol par heure.
  • Risque d'hyperkaliémie de rebond lorsque les taux dépassent une dose de 20 mmol par heure

Un diurétique épargneur de potassium doit également être envisagé lorsque l'étiologie de l'hypokaliémie implique une perte rénale de potassium, car la thérapie de substitution potassique seule peut ne pas suffire.

7 Suivi[modifier | w]

Une surveillance attentive est nécessaire pour éviter l'hyperkaliémie due à une supplémentation excessive[1][2].

  • Le déficit potassique varie directement avec la gravité de l'hypokaliémie. Chaque diminution de la concentration sérique de 0,3 mmol / L représente une réduction d'environ 100 mmol des réserves totales de potassium corporel. Une quantification précise est difficile, en particulier dans les cas où les changements transcellulaires sont la cause de l'hypokaliémie.

8 Complications[modifier | w]

Risque de complications plus élevé chez certaines populations [2]:

  • Dysfonction du ventricule gauche
  • Prise de digoxine
  • Diabète de type II
  • Asthmatiques prenant des béta-2-agonistes

9 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Danny Castro et Sandeep Sharma, Hypokalemia, StatPearls Publishing, (PMID 29494072, lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 2,2 et 2,3 (en) « Hypokalemia - Endocrine and Metabolic Disorders », sur MSD Manual Professional Edition (consulté le 28 décembre 2020)
  3. 3,0 3,1 et 3,2 « Log in | BMJ Best Practice », sur bestpractice.bmj.com (consulté le 28 décembre 2020)
  4. (en) Robert J. Unwin, Friedrich C. Luft et David G. Shirley, « Pathophysiology and management of hypokalemia: a clinical perspective », Nature Reviews Nephrology, vol. 7, no 2,‎ , p. 75–84 (ISSN 1759-507X, DOI 10.1038/nrneph.2010.175, lire en ligne)