Hépatoblastome

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Hépatoblastome (HB)
Maladie
Hepatoblastoma - high mag.jpg
Coupe histologique d'un hépatoblastome (à droite sur l'image) et du tissu hépatique sain (à gauche sur l'image). Coloration à l'hématoxyline et à l'éosine.
Caractéristiques
Signes Fièvre , Distension abdominale , Masse hépatique, Puberté précoce (approche clinique), Augmentation prématurée du volume testiculaire, Pubarche prématurée, Changement de la voix
Symptômes
Hypoglycémie, Confusion, Frissons, Convulsions, Anorexie , Retard staturo-pondéral, Altération de l'état de conscience , Fatigue , Perte de poids
Diagnostic différentiel
Lymphome, Carcinome hépatocellulaire, Métastases hépatiques, Hyperplasie nodulaire focale, Adénome hépatique
Informations
Terme anglais Hepatoblastoma
Wikidata ID Q1607658
Spécialités Pédiatrie, Gastro-entérologie, Oncologie, Chirurgie générale, Chirurgie pédiatrique

OOjs UI icon check-constructive.svg

L'hépatoblastome est une tumeur hépatique maligne[1].

1 Épidémiologie[modifier | w]

L'hépatoblastome est la tumeur hépatique maligne primitive la plus courante chez les patients pédiatriques, survenant principalement au cours des deux premières années de vie[2]. Globalement, l'hépatoblastome demeure une tumeur rare, ne comprenant qu'environ 1% de toutes les tumeurs pédiatriques[3]. Le taux d'incidence aux États-Unis était d'environ 9 cas par million d'enfants âgés de moins d'un an entre 2006 et 2010[4]. Ce taux est en augmentation en Amérique du Nord et en Europe et il y a une légère prédominance masculine[5][6].

2 Étiologies[modifier | w]

La plupart des tumeurs sont sporadiques et d'étiologie incertaine[4][7]. Néanmoins, le tiers des cas peut être associé à certains syndromes héréditaires (voir la section Facteurs de risque)[7].

3 Physiopathologie[modifier | w]

Certaines mutations génétiques ont été associées à l'hépatoblastome. La mutation la plus courante implique la voie de signalisation Wnt qui se traduit par l'accumulation de bêta-caténine; ces mutations sont présentes dans une proportion plus élevée de cas sporadiques[8]. Par immunohistochimie, la bêta-caténine présente généralement un motif de coloration membranaire dans les types fœtaux les plus différenciés et un schéma de coloration nucléaire dans les types histologiques moins différenciés[9]. Dans les cas agressifs, l'activation de la signalisation TERT (transcriptase inverse de la télomérase humaine) et MYC a été démontrée[6][10].

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

Le tiers des cas d'hépatoblastome peut être associé aux syndromes héréditaires et anomalies congénitales suivants [4][7]:

Par ailleurs, la période prénatale comporte des facteurs de risques suivants[4][7][11]:

La période néonatale est associée aux facteurs de risque suivants :

4.2 Questionnaire[modifier | w]

Les symptômes à rechercher sont non spécifiques et incluent[3][6][12] :

Certaines manifestations paranéoplasiques de l'hépatoblastome incluent des épisodes récurrents d'hypoglycémie avec perte de conscience, convulsions et confusion[13].

4.3 Examen clinique[modifier | w]

Les signes à rechercher à l'examen demeurent non spécifiques et incluent :

Dans certains cas, la tumeur sécrète des gonadotrophines, ce qui peut entrainer une puberté précoce isosexuelle. Ces manifestations affectant principalement les garçons, il convient alors de rechercher [15]:

5 Examens paracliniques[modifier | w]

5.1 Imagerie[modifier | w]

Hépatoblastome au TDM chez un adulte avec caractéristiques rhabdoïdes

L'échographie abdominale (imagerie initiale) révèle classiquement une lésion hépatique solide, souvent au lobe droit[16].

Pour préciser le diagnostic, déterminer l'étendue de la masse hépatique et planifier l'intervention chirurgicale, les examens d'imagerie suivants peuvent s'avérer utiles[Niveau insuffisant] [3][16]:

À noter, la tomodensitométrie thoracique peut aider à détecter les métastases pulmonaires puisque le poumon est la localisation la plus fréquente des métastases. Jusqu'à 20% des cas présentent des métastases[3].

5.2 Laboratoires[modifier | w]

L'alpha-foetoprotéine sérique est typiquement augmentée[Se: 0.90%] et peut servir à suivre la réponse au traitement.

D'autres examens de laboratoires s'avèrent utiles[6][12][16][17][Niveau insuffisant]:

5.3 Histopathologie[modifier | w]

La biopsie hépatique s'avère nécessaire afin de confirmer le diagnostic[6][16].

Les hépatoblastomes proviennent de cellules souches hépatiques primitives qui donnent naissance aux composantes épithéliales du foie. Classiquement, ces tumeurs sont divisées en deux grandes catégories[17]:

  • le type épithélial
  • le type mixte épithélial et mésenchymateux.

Plus précisément, le type épithélial comprend les sous-types suivants :

  • fœtal, comprenant les catégories suivantes :
    • bien différencié, caractérisé par :
      • une alternance de zones claires et sombres en raison de la teneur variable en glycogène cytoplasmique (observation à faible puissance)
      • une population uniforme d'hépatocytes disposés en trabécules de 2 à 3 cellules d'épaisseur (observation à puissance élevée)
      • l'hématopoïèse extramédullaire
      • un faible taux mitotique
    • encombré ou actif sur le plan mitotique
    • pléomorphe, peu différencié
    • anaplasique
  • pléomorphe
  • embryonnaire, le sous-type le plus souvent rencontré et caractérisé par des cellules basophiles avec un cytoplasme peu abondant et une vitesse mitotique accrue qui sont disposées en nids, trabécules, acini, pseudorosettes ou feuille
  • macrotrabéculaire, organisé en trabécules de plus de dix cellules d'épaisseur
  • à petites cellules indifférenciées, se composant de cellules rondes uniformes et dyscohésives disposées en feuilles avec une activité mitotique accrue et dont certains cas présentent une perte de INI1, suggérant une association possible avec des tumeurs rhabdoïdes primaires du foie
  • cholangioblastique, avec des canaux biliaires, généralement situés à la périphérie des feuillets épithéliaux
  • mixte[6].

Le type mixte épithélial et mésenchymateux comprend 20-30% des tumeurs et contient une combinaison variable de composants épithéliaux et mésenchymateux. Le plus souvent, le composant épithélial est fœtal ou embryonnaire et le composant mésenchymateux est ostéoïde. Les dérivés stromaux comprennent les cellules fusiformes, les ostéoïdes, les muscles squelettiques et le cartilage. Le type mixte épithélial et mésenchymateux est subdivisé en tumeurs avec des caractéristiques tératoïdes et des tumeurs sans caractéristiques tératoïdes. Les caractéristiques tératoïdes comprennent l'endoderme primitif, les dérivés neuronaux, la mélanine, les éléments squameux et glandulaires[10][6][17].

6 Approche clinique[modifier | w]

La Collaboration internationale sur les tumeurs hépatiques des enfants a construit un système de classification et de stratification des risques destiné à normaliser l’évaluation de l'hépatoblastome à travers le monde. Ce système de classification incorpore des facteurs pronostiques confirmés issus de systèmes de stratification des risques antérieurs avec de nouveaux facteurs supplémentaires pour stratifier les patients en quatre groupes de risque[6].

Les taux d'alpha-foetoprotéine, l'âge du patient, la classe « Pretreatment Extent of Disease (PRETEXT) » allant de I à IV, la présence de métastases et le facteur d'annotation PRETEXT sont les facteurs pronostiques les plus prédictifs. La classe PRETEXT est basée sur l'étendue de la tumeur dans le foie. Le facteur d'annotation PRETEXT est déterminé comme positif si au moins un des cinq facteurs suivants est présent :

  • une atteinte de la veine cave, des trois veines hépatiques ou les deux
  • une atteinte de la bifurcation porte ou des deux veines portes droite et gauche ou les deux
  • une extension tumorale contiguë extrahépatique
  • une tumeur multifocale du foie
  • une rupture tumorale au diagnostic.

Le sexe, le faible poids de naissance, la prématurité et le syndrome de Beckwith-Wiedemann n'ont pas été jugés significatifs. Il convient de noter que le type histologique n'a pas été inclus dans ce système de stratification des risques, mais pourrait être incorporé ultérieurement. La validation de ces groupes de risques est en cours[6][10][18].

7 Diagnostic[modifier | w]

Le diagnostic est suspecté par la clinique et les imageries, puis confirmé à la biopsie.

8 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Le diagnostic différentiel de l'hépatoblastome comprend [6]:

  • le carcinome hépatocellulaire, pouvant ressembler au sous-type macrotrabéculaire de l'hépatoblastome, mais qui affecte généralement une population adulte avec les facteurs de risque suivants :
  • l'hyperplasie nodulaire focale, retrouvée généralement chez les enfants plus âgés et les adultes
  • l'adénome hépatique, pouvant ressembler à des hépatoblastomes fœtaux purs; cependant, ceux-ci surviennent rarement chez les personnes de moins de 5 ans, à moins qu'elles ne présentent un trouble métabolique sous-jacent
  • le lymphome
  • les métastases hépatiques d'un primaire extra-hépatique.

9 Traitement[modifier | w]

Le traitement de l'hépatoblastome comprend les mesures suivantes [Niveau insuffisant]:

  • la résection chirurgicale (pilier du traitement)
  • la chimiothérapie néo-adjuvante ou adjuvante (selon la résécabilité de la tumeur)[19]
  • la transplantation hépatique, offrant un bon taux de survie à long terme lorsque la tumeur est non résécable (environ 60% des cas) et que la chimiothérapie ne parvient pas à réduire la tumeur à une taille résécable[19][20]
  • la radiothérapie, dont les bénéfices demeurent incertains malgré quelques cas non résécables répondant bien[14].

La résection chirurgicale associée à la chimiothérapie néo-adjuvante permet un taux de guérison supérieur à 70%, une amélioration considérable depuis les années 1970, où le taux de guérison n'était que de 30%[10].

10 Suivi[modifier | w]

Les niveaux d'alpha-foetoprotéine sont utiles pour suivre le succès chirurgical et déterminer si la tumeur s'est disséminée[14].

11 Complications[modifier | w]

Les complications possibles incluent [12][16]:

12 Évolution[modifier | w]

Le taux de survie à cinq ans de l'hépatoblastome est supérieur à 75% aux États-Unis[4]. Le pronostic est basé sur de nombreux facteurs, dont l'âge au diagnostic, la classe PRETEXT, la présence de métastases, les taux d'alpha-foetoprotéine, le sous-type histologique, l'exhaustivité de la résection et le stade clinique de la maladie. Le sous-type fœtal bien différencié est associé à un meilleur pronostic par rapport aux sous-types à petites cellules indifférenciées et macrotrabéculaire, associées à un pronostic défavorable[18]. À noter, le sous-type histologique n'a de valeur pronostique qu'avant un traitement par chimiothérapie. L'alfa-foetoprotéine est généralement élevée au moment du diagnostic, mais une baisse significative après une chimiothérapie néo-adjuvante suggère une meilleure réponse au traitement. Le jeune âge au diagnostic a toujours été un facteur de mauvais pronostic. Cependant, cela est remis en question dans de récentes études, où les patients plus jeunes s'en sortent aussi bien que les enfants plus âgés[10]. La présence de tumeurs à la marge de résection, la multifocalité et les métastases se sont révélées être des facteurs de mauvais pronostic. Il a été démontré que l'expression de la bêta-caténine est associée à une plus courte période de survie sans événement, tandis que l'expression d'EpCAM a été associée à une viabilité tumorale plus élevée et à une réponse plus faible à la chimiothérapie néo-adjuvante[21][22].

13 Références[modifier | w]

  1. INSERM US14-- TOUS DROITS RESERVES, « Orphanet: Hépatoblastome », sur www.orpha.net (consulté le 18 avril 2021)
  2. Divya Sharma, Girish Subbarao et Romil Saxena, « Hepatoblastoma », Seminars in Diagnostic Pathology, vol. 34, no 2,‎ , p. 192–200 (ISSN 0740-2570, PMID 28126357, DOI 10.1053/j.semdp.2016.12.015, lire en ligne)
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 et 3,5 Shanshan Zhong, Yang Zhao et Chuifeng Fan, « Hepatoblastoma with pure fetal epithelial differentiation in a 10-year-old boy: A rare case report and review of the literature », Medicine, vol. 97, no 2,‎ , e9647 (ISSN 1536-5964, PMID 29480877, Central PMCID 5943836, DOI 10.1097/MD.0000000000009647, lire en ligne)
  4. 4,0 4,1 4,2 4,3 4,4 et 4,5 Lucie M Turcotte et Logan G Spector, « What do we know about the etiology of hepatoblastoma? », Hepatic Oncology, vol. 1, no 1,‎ , p. 7–10 (ISSN 2045-0923, PMID 30190935, Central PMCID PMC6114002, DOI 10.2217/hep.13.2, lire en ligne)
  5. Irina B. Pateva, Rachel A. Egler et Duncan S. Stearns, « Hepatoblastoma in an 11-year-old: Case report and a review of the literature », Medicine, vol. 96, no 2,‎ , e5858 (ISSN 1536-5964, PMID 28079820, Central PMCID 5266182, DOI 10.1097/MD.0000000000005858, lire en ligne)
  6. 6,00 6,01 6,02 6,03 6,04 6,05 6,06 6,07 6,08 6,09 et 6,10 Sierra R. Musick, Melinda Smith, Audra S. Rouster et Hani M. Babiker, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 30521216, lire en ligne)
  7. 7,0 7,1 7,2 7,3 et 7,4 Milton J. Finegold, Dolores H. Lopez-Terrada, Jay Bowen et Mary Kay Washington, « Protocol for the examination of specimens from pediatric patients with hepatoblastoma », Archives of Pathology & Laboratory Medicine, vol. 131, no 4,‎ , p. 520–529 (ISSN 1543-2165, PMID 17425379, DOI 10.1043/1543-2165(2007)131[520:PFTEOS]2.0.CO;2, lire en ligne)
  8. Maria C. Curia, Michele Zuckermann, Laura De Lellis et Teresa Catalano, « Sporadic childhood hepatoblastomas show activation of beta-catenin, mismatch repair defects and p53 mutations », Modern Pathology: An Official Journal of the United States and Canadian Academy of Pathology, Inc, vol. 21, no 1,‎ , p. 7–14 (ISSN 0893-3952, PMID 17962810, DOI 10.1038/modpathol.3800977, lire en ligne)
  9. Kenneth Ng, Abbas Rana, Prakash Masand et Kalyani Patel, « Fatal Central Nervous System Post-Transplant Lymphoproliferative Disease in a Patient Who Underwent Liver Transplantation for Hepatoblastoma », Journal of Pediatric Gastroenterology and Nutrition, vol. 66, no 1,‎ , e21–e23 (ISSN 1536-4801, PMID 28837514, DOI 10.1097/MPG.0000000000001725, lire en ligne)
  10. 10,0 10,1 10,2 10,3 10,4 et 10,5 Piotr Czauderna, Dolores Lopez-Terrada, Eiso Hiyama et Beate Häberle, « Hepatoblastoma state of the art: pathology, genetics, risk stratification, and chemotherapy », Current Opinion in Pediatrics, vol. 26, no 1,‎ , p. 19–28 (ISSN 1531-698X, PMID 24322718, DOI 10.1097/MOP.0000000000000046, lire en ligne)
  11. 11,0 et 11,1 Julia E. Heck, Travis J. Meyers, Christina Lombardi et Andrew S. Park, « Case-control study of birth characteristics and the risk of hepatoblastoma », Cancer Epidemiology, vol. 37, no 4,‎ , p. 390–395 (ISSN 1877-783X, PMID 23558166, Central PMCID 3679264, DOI 10.1016/j.canep.2013.03.004, lire en ligne)
  12. 12,0 12,1 12,2 et 12,3 (en) Ronald J. Sokol, Michael R. Narkewicz, Jacob A. Mark, Cara L. Mack, Amy G. Feldman et Shikha S. Sundaram, "Liver & Pancreas." Current Diagnosis & Treatment: Pediatrics, 25e, p. LIVER TUMORS
  13. 13,0 et 13,1 (en) Irappa Madabhavi, Apurva Patel, Mukesh Choudhary et Suhas Aagre, « Paraneoplastic Recurrent Hypoglycaemic Seizures: An Initial Presentation of Hepatoblastoma in an Adolescent Male—A Rare Entity », Case Reports in Pediatrics, vol. 2014,‎ , p. 1–5 (ISSN 2090-6803 et 2090-6811, PMID 25525545, Central PMCID PMC4267168, DOI 10.1155/2014/104543, lire en ligne)
  14. 14,0 14,1 et 14,2 Eiso Hiyama, « Pediatric hepatoblastoma: diagnosis and treatment », Translational Pediatrics, vol. 3, no 4,‎ , p. 293–299 (ISSN 2224-4344, PMID 26835349, Central PMCID 4728840, DOI 10.3978/j.issn.2224-4336.2014.09.01, lire en ligne)
  15. 15,0 et 15,1 (en) Usama Al-Jumaily, Ibrahim Sammour, Fadi Al-Muhaisen et Fatenah Ajlouni, « Precocious puberty in an infant with hepatoblastoma: a case report », Journal of Medical Case Reports, vol. 5, no 1,‎ , p. 422 (ISSN 1752-1947, PMID 21878089, Central PMCID PMC3171382, DOI 10.1186/1752-1947-5-422, lire en ligne)
  16. 16,0 16,1 16,2 16,3 et 16,4 (en) Jonathan L. Hills-Dunlap et Shawn J. Rangel, Pediatric surgery. Doherty G.M.(Ed.), Current Diagnosis & Treatment: Surgery, 15e., New York
  17. 17,0 17,1 et 17,2 Dolores López-Terrada, Rita Alaggio, Maria T. de Dávila et Piotr Czauderna, « Towards an international pediatric liver tumor consensus classification: proceedings of the Los Angeles COG liver tumors symposium », Modern Pathology: An Official Journal of the United States and Canadian Academy of Pathology, Inc, vol. 27, no 3,‎ , p. 472–491 (ISSN 1530-0285, PMID 24008558, DOI 10.1038/modpathol.2013.80, lire en ligne)
  18. 18,0 et 18,1 Rebecka L. Meyers, Rudolf Maibach, Eiso Hiyama et Beate Häberle, « Risk-stratified staging in paediatric hepatoblastoma: a unified analysis from the Children's Hepatic tumors International Collaboration », The Lancet. Oncology, vol. 18, no 1,‎ , p. 122–131 (ISSN 1474-5488, PMID 27884679, Central PMCID 5650231, DOI 10.1016/S1470-2045(16)30598-8, lire en ligne)
  19. 19,0 et 19,1 Rebecka L. Meyers, Greg Tiao, Jean de Ville de Goyet et Riccardo Superina, « Hepatoblastoma state of the art: pre-treatment extent of disease, surgical resection guidelines and the role of liver transplantation », Current Opinion in Pediatrics, vol. 26, no 1,‎ , p. 29–36 (ISSN 1531-698X, PMID 24362406, DOI 10.1097/MOP.0000000000000042, lire en ligne)
  20. Hajime Uchida, Seisuke Sakamoto, Kengo Sasaki et Masahiro Takeda, « Surgical treatment strategy for advanced hepatoblastoma: Resection versus transplantation », Pediatric Blood & Cancer, vol. 65, no 12,‎ , e27383 (ISSN 1545-5017, PMID 30084209, DOI 10.1002/pbc.27383, lire en ligne)
  21. Kala Gnanasekaran Kiruthiga, Banumathi Ramakrishna, Soumitra Saha et Sudipta Sen, « Histological and immunohistochemical study of hepatoblastoma: correlation with tumour behaviour and survival », Journal of Gastrointestinal Oncology, vol. 9, no 2,‎ , p. 326–337 (PMID 29755772, Central PMCID PMC5934143, DOI 10.21037/jgo.2018.01.08, lire en ligne)
  22. Jia-Feng Wu, Hsiu-Hao Chang, Meng-Yao Lu et Shiann-Tarng Jou, « Prognostic roles of pathology markers immunoexpression and clinical parameters in Hepatoblastoma », Journal of Biomedical Science, vol. 24, no 1,‎ , p. 62 (ISSN 1423-0127, PMID 28851352, Central PMCID PMC5574230, DOI 10.1186/s12929-017-0369-1, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.