Glimépiride

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Glimépiride
Médicament
Glimepiride.svg
Caractéristiques
Classes Hypoglycémiants orauxantihyperglycémiantsulfonylurée
Noms commerciaux AmarylMD
Voies d'administration PO
Formes posologiques 1 mg2 mg4 mg
Catégorie en grossesse C
Informations
Terme anglais Glimépiride
Wikidata ID Q425027
Spécialité Endocrinologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v1) ]

Le glimépiride, vendu entre autres sous le nom commercial Amaryl, est un médicament utilisé pour traiter le diabète sucré de type 2 [1][2]. Il est en général utilisé si les cibles ne sont ppas atteintes après l'introduction de la metformine [1]. L'utilisation est recommandée avec le régime alimentaire et l'exercice.[1] Il est pris par la bouche.[1] Le glimépiride prend jusqu'à trois heures pour un effet maximal et dure environ une journée.[1]

Les effets secondaires courants incluent des maux de tête, des nausées et des étourdissements.[1] Les effets secondaires graves peuvent inclure hypoglycémie. [1] L'utilisation pendant grossesse et allaitement n'est pas recommandée.[3] Cela fonctionne principalement en augmentant quantité d'insuline libérée par le pancréas. [1] Elle est classée comme une sulfonylurée de deuxième génération. [4]

Le glimépiride a été breveté en 1979 et approuvé pour un usage médical en 1995.[5] Il est disponible en tant que médicament générique. [2] Un approvisionnement mensuel au Royaume-Uni coûte au NHS environ 7,00 £ par mois à partir de 2019. [2] Aux États-Unis, le coût de gros de ce montant est d'environ 2,15 USD.[6] En 2016, il était le 61e médicament le plus prescrit aux États-Unis avec plus de 12 millions d'ordonnances.[7]

1 Indications[modifier | w]

Deux comprimés oraux génériques de glimépiride, 2 mg chacun

Le glimépiride est indiqué pour traiter diabète sucré de type 2; son mode d'action est d'augmenter la sécrétion d'insuline par le pancréas. Cependant, elle nécessite une synthèse d'insuline adéquate comme condition préalable à un traitement approprié. Il n'est pas utilisé pour diabète de type 1 car dans le diabète de type 1, le pancréas n'est pas en mesure de produire de l'insuline.[8]

1.1 Posologie chez l'adulte[modifier | w]

  • prendre avec le déjeuner ou le premier repas de la journée [9]
  • dose de déparrt: 1 à 2 mg DIE
  • si risque hypoglycémique : 1 mg
  • augmentation de 1 à 2 mg aux 1 à 2 semaine en fonction de la réponse glycémique
  • dose maximale 8mg DIE
  • en cas de transfert depuis un autre sulfonylurée de longue demi-vie on peut faire une double couverture de 1 à 2 semaine avec contrôle pour les hypoglycémies

1.2 Considérations posologiques[modifier | w]

1.2.1 Femmes enceintes[modifier | w]

Catégorie de grossesse (FDA): C [9]

    Effets non tératogènes: une hypoglycémie sévère prolongée (4 à 10 jours) a été rapportée chez des nouveau-nés nés de mères recevant une sulfonylurée au moment de l'accouchement.

Catégorie de grossesse (AUS): [9]

1.2.2 Allaitement[modifier | w]

On ne sait pas si le glimépiride est excrété dans le lait maternel.[9]

1.2.3 Insuffisance rénale[modifier | w]

Pour minimiser le risque d'hypoglycémie, la dose initiale recommandée de glimépiride est de 1 mg par jour pour tous les patients atteints de diabète de type 2 et d'insuffisance rénale.[9]

1.2.4 Insuffisance hépatique[modifier | w]

Il n'y a aucune directive de la FDA sur l'utilisation du glimépiride chez les patients atteints d'insuffisance hépatique.[9]

2 Contre-indications[modifier | w]

Son utilisation est contre-indiquée chez les patients présentant une hypersensibilité au glimépiride ou à d'autres sulfonylurées.

Les réactions d'hypersensibilité signalées comprennent des éruptions cutanées avec ou sans prurit ainsi que des réactions plus graves (par exemple anaphylaxie, angio-œdème, syndrome de Stevens-Johnson, dyspnée).[9]

3 Mises en garde et précautions[modifier | w]

Hypoglycémie[9]

  • Toutes les sulfonylurées, y compris le glimépiride, peuvent provoquer une hypoglycémie sévère.
  • Les symptômes précurseurs d'hypoglycémie peuvent être différents ou moins prononcés chez les patients atteints de neuropathie autonome, les personnes âgées et les patients qui prennent des médicaments bloquants bêta-adrénergiques ou d'autres agents sympatholytiques. Ces situations peuvent entraîner une hypoglycémie grave avant que le patient ne soit au courant de l'hypoglycémie.

Réactions d'hypersensibilité[9]

  • Des cas d'hypersensibilité ont été signalés après la commercialisation chez des patients traités par glimépiride, y compris des réactions graves telles que anaphylaxie, angioedème et Syndrome de Stevens-Johnson. Si une réaction d'hypersensibilité est suspectée, arrêtez rapidement le glimépiride, évaluez les autres causes potentielles de la réaction et instituez un traitement alternatif pour le diabète.

L'anémie hémolytique[9]

  • Les sulfonylurées peuvent provoquer l'anémie hémolytique chez les patients présentant un déficit en glucose 6-phosphate déshydrogénase (G6PD). Le glimépiride étant une sulfonylurée, soyez prudent chez les patients présentant une carence en G6PD et envisagez l'utilisation d'une alternative non sulfonylurée. Il existe également des rapports post-commercialisation d'anémie hémolytique chez des patients recevant du glimépiride qui n'avaient pas connu déficit en G6PD.

Risque accru de mortalité cardiovasculaire avec les sulfonylurées[9]

  • L'administration de médicaments hypoglycémiants oraux serait associée à une augmentation de la mortalité cardiovasculaire par rapport au traitement avec un régime seul ou un régime avec de l'insuline. Cet avertissement est basé sur l'étude menée par le University Group Diabetes Program (UGDP).
  • Bien qu'un seul médicament de la classe sulfonylurée (tolbutamide) ait été inclus dans cette étude, il est prudent du point de vue de la sécurité de considérer que cet avertissement peut également s'appliquer à d'autres médicaments hypoglycémiants oraux de cette classe, compte tenu de leur similitudes étroites dans le mode d'action et la structure chimique.

Résultats macrovasculaires[9]

  • Il n'y a eu aucune étude clinique établissant des preuves concluantes de réduction du risque macrovasculaire avec le glimépiride ou tout autre médicament antidiabétique.

4 Effets indésirables[modifier | w]

Les effets secondaires de la prise de glimépiride comprennent l'Hypoglycémie, des troubles du tractus gastro-intestinal (GI), des réactions allergiques occasionnelles et rarement des troubles de la production sanguine, notamment thrombocytopénie, leucopénie et anémie hémolytique. Au cours des premières semaines de traitement, le risque d'hypoglycémie peut être augmenté. La consommation d'alcool et l'exposition au soleil doivent être limitées, car elles peuvent aggraver les effets secondaires.[8]

Dans les essais cliniques, les effets indésirables les plus courants avec le glimépiride étaient hypoglycémie, étourdissements, asthénie, maux de tête et nausées.[9]

Les effets indésirables suivants ont été identifiés lors de l'utilisation post-approbation du glimépiride. Étant donné que ces réactions sont signalées volontairement par une population de taille incertaine, il n'est pas toujours possible d'estimer de manière fiable leur fréquence ou d'établir une relation causale avec l'exposition au médicament:

5 Interactions[modifier | w]

Anti-inflammatoire non stéroïdien s (tels que salicylate s), sulfonamide s, chloramphénicol, coumadin et probénécide peut potentialiser l'action hypoglycémique du glimépiride. Thiazide s, autres diurétiques, phothiazides, produits thyroïdiens, contraceptifs oraux et phénytoïne ont tendance à produire hyperglycémie.

Médicaments affectant le métabolisme du glucose[9]

    Un certain nombre de médicaments affectent le métabolisme du glucose et peuvent nécessiter un ajustement de la dose de glimépiride et une surveillance particulièrement étroite de l'hypoglycémie ou de l'aggravation du contrôle glycémique.

    Voici des exemples de médicaments qui peuvent augmenter l'effet hypoglycémiant des sulfonylurées, y compris le glimépiride, augmentant la sensibilité et / ou l'intensité de l'hypoglycémie: médicaments antidiabétiques oraux, acétate de pramlintide, insuline, inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA), H2 antagonistes des récepteurs, fibrates, propoxyphène, pentoxifylline, analogues de la somatostatine, stéroïdes anabolisants et androgènes, cyclophosphamide, phényramidol, guanéthidine, fluconazole, sulfinpyrazone, tétracyclines, clarithromycine, disopyramide, quinolones, et ces médicaments qui sont hautement fluides anti-inflammatoires, salicylates, sulfonamides, chloramphénicol, coumarines, probénécide et inhibiteurs de la monoamine oxydase. Lorsque ces médicaments sont administrés à un patient recevant du glimépiride, surveillez attentivement le patient pour détecter une hypoglycémie. Lorsque ces médicaments sont retirés d'un patient recevant du glimépiride, surveillez attentivement le patient pour une aggravation du contrôle glycémique.

    Voici des exemples de médicaments qui peuvent réduire l'effet hypoglycémiant des sulfonylurées, y compris le glimépiride, entraînant une aggravation du contrôle glycémique: danazol, glucagon, somatropine, inhibiteurs de protéase, médicaments antipsychotiques atypiques (par exemple, olanzapine et clozapine), barbituriques, diazoxyde, laxatifs , rifampicine, thiazides et autres diurétiques, corticostéroïdes, phénothiazines, hormones thyroïdiennes, œstrogènes, contraceptifs oraux, phénytoïne, acide nicotinique, sympathomimétiques (p. ex. épinéphrine, albuterol, terbutaline) et isoniazide. Lorsque ces médicaments sont administrés à un patient recevant du glimépiride, surveillez attentivement le patient pour une aggravation du contrôle glycémique. Lorsque ces médicaments sont retirés d'un patient recevant du glimépiride, surveillez étroitement le patient pour détecter une hypoglycémie.

    Les bêta-bloquants, la clonidine et la réserpine peuvent entraîner une potentialisation ou un affaiblissement de l’effet hypoglycémiant du glimépiride.

    La consommation d'alcool aiguë et chronique peut potentialiser ou affaiblir l'action hypoglycémiante du glimépiride de manière imprévisible.

    Les signes d'hypoglycémie peuvent être réduits ou absents chez les patients prenant des médicaments sympatholytiques tels que les bêta-bloquants, la clonidine, la guanéthidine et la réserpine.

Miconazole[9]

    Une interaction potentielle entre le miconazole par voie orale et les sulfonylurées entraînant une hypoglycémie sévère a été rapportée. On ignore si cette interaction se produit également avec d'autres formes posologiques de miconazole.

Interactions avec le cytochrome P450 2C9[9]

    Il peut y avoir une interaction entre le glimépiride et les inhibiteurs (par exemple, le fluconazole) et les inducteurs (par exemple, la rifampicine) du cytochrome P450 2C9. Le fluconazole peut inhiber le métabolisme du glimépiride, entraînant une augmentation des concentrations plasmatiques de glimépiride pouvant entraîner une hypoglycémie. La rifampicine peut induire le métabolisme du glimépiride, entraînant une diminution des concentrations plasmatiques de glimépiride qui peut entraîner une détérioration du contrôle glycémique.

Administration concomitante de colesevelam[9]

    Le colesevelam peut réduire la concentration plasmatique maximale et l'exposition totale au glimépiride lorsque les deux sont co-administrés. Cependant, l'absorption n'est pas réduite lorsque le glimépiride est administré 4 heures avant le colésévélam. Par conséquent, AMARYL doit être administré au moins 4 heures avant le colesevelam.

6 Surdosage[modifier | w]

Un surdosage de glimépiride, comme avec d'autres sulfonylurées, peut provoquer une hypoglycémie sévère. De légers épisodes d'hypoglycémie peuvent être traités avec du glucose oral. Les réactions hypoglycémiques sévères constituent des urgences médicales nécessitant un traitement immédiat. Une hypoglycémie sévère avec coma, convulsions ou troubles neurologiques peut être traitée avec du glucagon ou du glucose intraveineux. Une observation continue et un apport supplémentaire en glucides peuvent être nécessaires car l'hypoglycémie peut réapparaître après une guérison clinique apparente.

7 Pharmacologie clinique[modifier | w]

7.1 Mode d'action[modifier | w]

Comme toutes les sulfonylurées, le glimépiride agit comme une insuline secretagogue [10] Il abaisse la glycémie en stimulant la libération d'insuline par les cellules bêta pancréatiques et en induisant une activité accrue des récepteurs intracellulaires de l'insuline.

Toutes les sulfonylurées secondaires n'ont pas le même risque d'hypoglycémie. Le glibenclamide (glyburide) est associé à une incidence d'hypoglycémie allant jusqu'à 20 à 30%, contre aussi peu que 2% à 4% avec le glimépiride. Le glibenclamide interfère également avec la suppression homéostatique normale de la sécrétion d'insuline en réaction à l'hypoglycémie, contrairement au glimépiride. De plus, le glibenclamide diminue la sécrétion de glucagon en réaction à l'hypoglycémie, contrairement au glimépiride.[11]


Le glimépiride abaisse principalement la glycémie en stimulant la libération d'insuline par les cellules bêta pancréatiques. Les sulfonylurées se lient au récepteur des sulfonylurées dans la membrane plasmique pancréatique bêta-cellulaire, ce qui entraîne la fermeture du canal potassique sensible à l'ATP, stimulant ainsi la libération d'insuline.

7.2 Pharmacodynamique[modifier | w]

Chez les sujets sains, le délai pour atteindre l'effet maximal (concentrations minimales de glucose dans le sang) était d'environ 2 à 3 heures après l'administration de doses orales uniques de glimépiride. Les effets du glimépiride sur l'HbA1c, la glycémie à jeun et la glycémie post-prandiale ont été évalués au cours des essais cliniques.

7.3 Pharmacocinétique[modifier | w]

L'absorption gastro-intestinale est complète, sans interférence avec les repas. Une absorption significative peut se produire en une heure, et la distribution est dans tout le corps, liée à 99,5% aux protéines plasmatiques. Le métabolisme se fait par biotransformation oxydative, il est hépatique et complet. Premièrement, le médicament est métabolisé en métabolite M1 par CYP2C9. M1 possède une activité pharmacologique du glimépiride, mais on ignore si cela se traduit par un effet cliniquement significatif sur la glycémie. Le M1 est ensuite métabolisé en métabolite M2 par les enzymes cytosoliques. M2 est pharmacologiquement inactif. L'excrétion dans l'urine est d'environ 65% et le reste est excrété dans les fèces.

7.3.1 Populations particulières (pharmacologie)[modifier | w]

7.3.1.1 chez l'enfant[modifier | w]

La pharmacocinétique, l'efficacité et l'innocuité du glimépiride ont été évaluées chez les patients pédiatriques atteints de diabète de type 2, comme décrit ci-dessous. Le glimépiride n'est pas recommandé chez les patients pédiatriques en raison de ses effets indésirables sur le poids corporel et l'hypoglycémie.[9] La pharmacocinétique d'une dose unique de 1 mg de glimépiride a été évaluée chez 30 patients atteints de diabète de type 2 (homme = 7; femme = 23) entre 10 et 17 ans. L'innocuité et l'efficacité du glimépiride chez les patients pédiatriques ont été évaluées dans un essai en simple aveugle de 24 semaines qui a randomisé. Après 24 semaines, la différence moyenne globale de traitement de l'HbA1c entre le glimépiride et la metformine était de 0,2%, favorisant la metformine (intervalle de confiance à 95% de -0,3% à + 0,6%). Sur la base de ces résultats, l'essai n'a pas atteint son objectif principal de montrer une réduction similaire de l'HbA1c avec le glimépiride par rapport à la metformine. Le profil des effets indésirables chez les patients pédiatriques traités par glimépiride était similaire à celui observé chez les adultes.

Des événements hypoglycémiques documentés par des valeurs de glycémie <36 mg / dL ont été observés chez 4% des patients pédiatriques traités par glimépiride et chez 1% des patients pédiatriques traités par metformine. Un patient dans chaque groupe de traitement a connu un épisode d'hypoglycémie sévère (la gravité a été déterminée par l'investigateur en fonction des signes et symptômes observés).

7.3.1.2 Femmes enceintes[modifier | w]

Il n'y a pas d'études adéquates et bien contrôlées sur le glimépiride chez la femme enceinte. Dans les études animales, il n'y a pas eu d'augmentation des anomalies congénitales, mais une augmentation des décès fœtaux s'est produite chez les rats et les lapins à des doses de glimépiride 50 fois (rats) et 0,1 fois (lapins) la dose humaine maximale recommandée (basée sur la surface corporelle). Cette fœtotoxicité, observée uniquement à des doses induisant une hypoglycémie maternelle, serait directement liée à l'action pharmacologique (hypoglycémique) du glimépiride et a été notée de manière similaire avec d'autres sulfonylurées. Le glimépiride ne doit être utilisé pendant la grossesse que si le bénéfice potentiel justifie le risque potentiel pour le fœtus. Étant donné que les données suggèrent qu'une glycémie anormale pendant la grossesse est associée à une incidence plus élevée d'anomalies congénitales, le traitement du diabète pendant la grossesse devrait maintenir la glycémie aussi près que possible de la normale.[9]

Effets non tératogènes: une hypoglycémie sévère prolongée (4 à 10 jours) a été rapportée chez des nouveau-nés nés de mères recevant une sulfonylurée au moment de l'accouchement. [9]

7.3.1.3 Allaitement[modifier | w]

Au cours des études prénatales et postnatales chez le rat, des concentrations importantes de glimépiride étaient présentes dans le lait maternel et le sérum des chiots. La progéniture de rats exposés à des niveaux élevés de glimépiride pendant la grossesse et l'allaitement a développé des déformations squelettiques consistant en un raccourcissement, un épaississement et une flexion de l'humérus pendant la période postnatale. Ces déformations squelettiques ont été déterminées comme résultant de l'allaitement de mères exposées au glimépiride. Sur la base de ces données animales et du risque d'hypoglycémie chez un nourrisson allaité, il convient de décider d'interrompre l'allaitement ou d'interrompre le glimépiride, en tenant compte de l'importance du glimépiride pour la mère.[9]

7.3.1.4 Insuffisance rénale[modifier | w]

Pour minimiser le risque d'hypoglycémie, la dose initiale recommandée de glimépiride est de 1 mg par jour pour tous les patients atteints de diabète de type 2 et d'insuffisance rénale.[9]

Une étude de titration à doses multiples a été menée chez 16 patients atteints de diabète de type 2 et d'insuffisance rénale en utilisant des doses allant de 1 mg à 8 mg par jour pendant 3 mois. La clairance initiale de la créatinine variait de 10 à 60 ml / min. La pharmacocinétique du glimépiride a été évaluée dans l'étude de titration à doses multiples et les résultats étaient conformes à ceux observés chez les patients inclus dans une étude à dose unique. Dans les deux études, la clairance totale relative du glimépiride a augmenté lorsque la fonction rénale était altérée. Les deux études ont également démontré que l'élimination des deux principaux métabolites était réduite chez les patients atteints d'insuffisance rénale.[9]

7.3.1.5 Gériatrie[modifier | w]

Dans les essais cliniques sur le glimépiride, 1053 des 3491 patients (30%) avaient> 65 ans. Aucune différence globale de sécurité ou d'efficacité n'a été observée entre ces patients et les patients plus jeunes, mais une plus grande sensibilité de certaines personnes âgées ne peut être exclue.[9]

Il n'y avait aucune différence significative dans la pharmacocinétique du glimépiride entre les patients atteints de diabète de type 2 ≤ 65 ans (n = 49) et ceux> 65 ans (n = 42).

Le glimépiride est largement excrété par les reins. Les patients âgés sont plus susceptibles d'avoir une insuffisance rénale. De plus, l'hypoglycémie peut être difficile à reconnaître chez les personnes âgées. Soyez prudent lorsque vous commencez le glimépiride et augmentez la dose de glimépiride dans cette population de patients.

8 Administration[modifier | w]

Les comprimés de glimépiride doivent être administrés au petit-déjeuner ou au premier repas principal de la journée.[9]

Les patients transférés au glimépiride à partir de sulfonylurées à demi-vie plus longue (par exemple, le chlorpropamide) peuvent avoir un effet médicamenteux qui se chevauchent pendant 1 à 2 semaines et doivent être surveillés de manière appropriée pour détecter une hypoglycémie.

Lorsque le colesevelam est co-administré avec du glimépiride, la concentration plasmatique maximale et l'exposition totale au glimépiride sont réduites. Par conséquent, le glimépiride doit être administré au moins 4 heures avant le colesevelam.

8.1 Formes posologiques et forces[modifier | w]

    Le comprimé de glimépiride est formulé sous forme de comprimés de :

  • Comprimés à 1 mg (comprimés roses, ovales, biconvexes, non enrobés portant l'inscription «AHI 1» gravée sur une face et une ligne de cassure sur l'autre)
  • Comprimés à 2 mg (comprimés de couleur verte, de forme ovale, biconvexes, non enrobés portant l'inscription «AHI 2» gravée d'un côté et une ligne de cassure de l'autre)
  • Comprimés à 4 mg (comprimés bleus, ovales, biconvexes, non enrobés, portant l'inscription «AHI 4» gravée d'un côté et une ligne de cassure de l'autre).


9 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 et 1,7 (en) « Glimepiride Monograph for Professionals », sur Drugs.com, American Society of Health-System Pharmacists (consulté le 3 mars 2019)
  2. 2,0 2,1 et 2,2 British national formulary : BNF 76, 76, , 693 p. (ISBN 9780857113382)
  3. (en) « Glimepiride Pregnancy and Breastfeeding Warnings », sur Drugs.com (consulté le 3 mars 2019)
  4. Davis SN, « The role of glimepiride in the effective management of Type 2 diabetes », J. Diabetes Complicat., vol. 18, no 6,‎ , p. 367–76 (PMID 15531188, DOI 10.1016/j.jdiacomp.2004.07.001)
  5. (en) Jnos Fischer et C. Robin Ganellin, Analogue-based Drug Discovery, John Wiley & Sons, (ISBN 9783527607495, lire en ligne), p. 449
  6. (en) « NADAC as of 2019-02-27 », sur Centers for Medicare and Medicaid Services (consulté le 3 mars 2019)
  7. « The Top 300 of 2019 », sur clincalc.com (consulté le 22 décembre 2018)
  8. 8,0 et 8,1 « Glimepiride: MedlinePlus Drug Information », nih.gov
  9. 9,00 9,01 9,02 9,03 9,04 9,05 9,06 9,07 9,08 9,09 9,10 9,11 9,12 9,13 9,14 9,15 9,16 9,17 9,18 9,19 9,20 9,21 9,22 9,23 et 9,24 « Glimepiride - wikidoc », sur www.wikidoc.org (consulté le 30 mars 2020)
  10. Nissen SE, Nicholls SJ, Wolski K, etal, « Comparison of pioglitazone vs glimepiride on progression of coronary atherosclerosis in patients with type 2 diabetes: the PERISCOPE randomized controlled trial », JAMA, vol. 299, no 13,‎ , p. 1561–73 (PMID 18378631, DOI 10.1001/jama.299.13.1561)
  11. Davis, Stephen N., Goodman & Gilman's The Pharmacological Basis of Therapeutics, New York, McGraw-Hill, (ISBN 0-07-142280-3), « 60. Insulin, oral hypoglycemic agents, and the pharmacology of the endocrine pancreas », p. 1636