Galactorrhée

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Galactorrhée
Signe clinique
Lactation.jpg
Production de lait lors de la lactation
Signe clinique
Système Reproducteur fémininreproducteur masculin
Modalité Examen clinique des seins
Informations
Wikidata ID Q278515
Spécialités Gynécologie, endocrinologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v2) ]

Cette page concerne le signe clinique,
pour l'approche clinique, voir Écoulement mammaire (situation clinique)


La galactorrhée est l'écoulement spontané de lait en provenance du sein, non associé à accouchement ou à l'allaitement. Si l'écoulement est d'une autre forme, on parle d'écoulement mammaire.

1 Technique[modifier | w]

La galactorrhée peut être exprimée en comprimant fermement la base de l'aréole du sein.

2 Physiopathologie[modifier | w]

La galactorrhée peut survenir à la suite d'une dérégulation de certaines hormones. Les causes hormonales les plus fréquemment associées à la galactorrhée sont l'hyperprolactinémie et la thyroïde avec des taux élevés de TSH ou TRH. Aucune cause évidente n'est retrouvée dans environ 50% des cas.[1]

La lactation nécessite la présence de prolactine, et l'évaluation de la galactorrhée comprend l'obtention d'un historique pour divers médicaments ou aliments (méthyldopa, opioïde, antipsychotique, inhibiteur de recapture de la sérotonine, ainsi que la réglisse [2]) et pour les causes comportementales (stress et stimulation de la paroi mammaire et thoracique), ainsi que l'évaluation de la grossesse, l'adénome hypophysaire (avec surproduction de prolactine ou compression de la tige hypophyse), et l'hypothyroïdie. Les adénomes de l'hypophyse antérieure sont le plus souvent des prolactinomes. La surproduction de prolactine entraîne l'arrêt des menstruations et l'infertilité, ce qui peut être un indice diagnostique. La galactorrhée peut également être causée par des déséquilibres hormonaux dus aux contraceptifs oraux.

La galactorrhée est également un effet secondaire associé à l'utilisation des antagonistes des récepteurs H2 de deuxième génération (cimétidine). La galactorrhée peut également être causée par des antipsychotiques qui provoquent une hyperprolactinémie en bloquant les récepteurs de la dopamine responsables du contrôle de la libération de prolactine. Parmi ceux-ci, la rispéridone est la plus connue pour avoir causé cette complication.[3] Les rapports de cas suggèrent que l'inhibiteur de la pompe à protons peut provoquer de la galactorrhée.

3 Signification clinique[modifier | w]

Une galactorrhée chez un homme ou une femme qui n'est pas en train d'allaiter doit toujours être investiguée.

4 Maladies avec cette présentation

Aucune maladie ne correspond à la requête.

5 Références[modifier | w]

  1. R. Sakiyama et M. Quan, « Galactorrhea and hyperprolactinemia », Obstetrical & Gynecological Survey, vol. 38, no 12,‎ , p. 689–700 (PMID 6361641, DOI 10.1097/00006254-198312000-00001)
  2. H Karimi, S Nourizad, M Momeni, H Rahbar, M Momeni et K Farhadi, « Burns, hypertrophic scar and galactorrhea », Journal of Injury & Violence Research, vol. 5, no 2,‎ , p. 117–9 (PMID 23456048, PMCID 3683415, DOI 10.5249/jivr.v5i2.314)
  3. A Popli, « Risperidone-induced galactorrhea associated with a prolactin elevation. », Ann Clin Psychiatry, vol. 10, no 1,‎ , p. 31–3 (PMID 9622047, DOI 10.3109/10401239809148815)

Maladies avec cette présentation

Aucune maladie ne correspond à la requête.