Enfant qui pleure ou qui geint (approche clinique)

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Enfant qui pleure ou qui geint
Approche clinique
Caractéristiques
Étiologies Douleur abdominale chez l'enfant, Maltraitance physique envers un enfant, Reflux gastro-œsophagien, Pleurs pathologiques, Intolérance aux protéines de lait bovines, Pleurs fonctionnels, Fièvre chez l'enfant, Colique du nourrisson, Détresse respiratoire en pédiatrie (approche clinique), Trauma
Drapeaux rouges Altération de l'état de conscience, Diarrhée, Signes de maltraitance physique d'un enfant, Rectorragies, Dyspnée, Stridor, Retard staturo-pondéral
Complications Mauvais traitement envers un enfant (approche clinique)
Informations
Spécialité Pédiatrie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]
Objectif du CMC
Enfant qui pleure ou qui geint (71-1)

Il est normal qu'un enfant pleure ou geigne, mais il est important de faire la distinction entre les causes bénignes ou organiques. Dans les 3 premiers mois, de vie un enfant pleure davantage qu’à aucun autre moment. En fait, selon certaines données, les enfants pourraient pleurer (au total) jusqu’à 2 heures par jour à cet âge.[1]

1 Étiologies[modifier | w]

2 Histoire[modifier | w]

Caractériser:[1]

  • La durée des pleurs, la fréquence
  • Depuis quand l’enfant pleure-t-il de cette manière ?
  • Le moment de survenue
  • Le lien avec les boires (avant, après, pendant)
  • Le type d’alimentation (ex : intolérance aux protéines bovines)
  • Présence de régurgitation ? (RGO)
  • La présence de symptômes d’alarmes (diarrhée, fièvre, rectorragie, dyspnée, stridor, etc)
  • La gestion des pleurs par les parents, le réseau de support
  • Signes de dépression parental? Pourrait mettre l'enfant à risque de maltraitance

3 Examen clinique[modifier | w]

À l’examen on recherche:[1]

  • Des signes neurologiques, une altération de l’état de conscience (méningite, syndrome du bébé secoué)
  • Une mauvaise hydratation, de la tachycardie (cardiopathies)
  • Des signes respiratoires (pneumonie, etc.)
  • Une masse abdominale
  • Un œdème scrotal
  • Des ecchymoses ou pétéchies, un signe de fracture, un membre immobile

4 Drapeaux rouges[modifier | w]

Les drapeaux rouges orientent vers une cause organique grave ou de la maltraitance:

5 Investigation[modifier | w]

  • Les pathologies pouvant être à l'origine de pleurs sont très nombreuses et ont leur investigation propre.
  • Fréquemment, les pleurs sont causés par du RGO ou de l'intolérance au protéines de lait bovines, des investigations peuvent être tenter en ce sens:[1]

6 Prise en charge[modifier | w]

  • Les pathologies pouvant être à l'origine de pleurs sont très nombreuses et ont leur propre prise en charge
  • Colique du nourrisson: la prise en charge tourne autour de réassurance et le support aux parents[1]
    • Réassurance
    • Se donner du temps, la plupart des cas rentrent dans l’ordre après 3 mois.
    • Vérifier que les besoins de base de l’enfant sont comblés (couche propre, offrir à boire)
    • Bercer l’enfant, mettre de la musique
    • Recommander aux parents de se relayer pour s’occuper de l’enfant la nuit.
    • Parfois laisser l’enfant dans sa couchette et appeler une autre personne pour la relayer
    • Ne jamais secouer l’enfant
  • Pleurs pathologiques[1]
    • Selon le diagnostic final
    • Si amélioré par le changement de type de lait, poursuivre avec ce régime.

7 Complications[modifier | w]


8 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 et 1,7 Maxime Ouellet, Préparation à l’examen du Conseil Médical Canadien (CMC) : Résumé des objectifs et situations cliniques essentielles du CMC, , 325 p. (lire en ligne)