Endoscopie

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Endoscopie
Concept
Flexibles Endoskop.jpg
Endoscope flexible
Informations
Spécialités Pneumologie, gastroentérologie, ORL, urologie, gynécologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial


L'endoscopie est une procédure médicale de diagnostic peu invasive utilisée pour évaluer les surfaces intérieures d'un organe en insérant un tube dans le corps. L'instrument peut avoir un tube rigide ou flexible et non seulement fournir une image pour l'inspection visuelle et la photographie, mais aussi permettre la prise de biopsies et la récupération d'objets étrangers. L'endoscopie est le véhicule de la chirurgie mini-invasive.[1]

1 L'instrument[modifier | w]

Un endoscope peut consister en:

  • un tube rigide ou flexible
  • un système de distribution de lumière pour éclairer l'organe ou l'objet inspecté. La source de lumière est normalement à l'extérieur du corps et la lumière est généralement dirigée via un système à fibres optiques
  • un système de lentilles transmettant l'image au spectateur depuis le fibroscope
  • un canal supplémentaire pour permettre l'entrée d'instruments médicaux ou de manipulateurs[1]

2 Utilisations[modifier | w]

Un médecin utilisant un endoscope

L'endoscopie peut être utilisée pour visualiser:

  • le tractus gastro-intestinal: œsophage, estomac et duodénum (œsophagogastroduodénoscopie), intestin grêle, côlon (coloscopie, proctosigmoïdoscopie), rectum et sigmoïdes (rectosigmoïdoscopie ou coloscopie courte), rectum (rectoscopie), anus (anuscopie)
  • les voies biliaires: cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (ERCP), cholangiopancréatoscopie assistée par duodénoscope, cholangioscopie peropératoire
  • les voies respiratoires (oto-rhino-laryngologie et pneumologie): nez (rhinoscopie), larynx et cordes vocales (laryngoscopie), sinus (suniuscopie), voies respiratoires inférieures (trachée, bronches) (bronchoscopie)
  • les voies urinaires: vessie (cystoscopie), uretère (urétéroscopie), bassinet (néphroscopie)
  • le système reproducteur féminin: col (colposcopie), utérus (hystéroscopie), trompes de Fallope (Falloscopie)
  • les cavités corporelles normalement fermées (par une petite incision): cavité abdominale ou pelvienne (laparoscopie), intérieur d'une articulation (arthroscopie), organes de la poitrine (thoracoscopie et médiastinoscopie)
  • pendant la grossesse: l'amnios (amnioscopie), le fœtus (fœtoscopie)
  • chirurgie plastique
  • Panendoscopie (ou triple endoscopie): combine la laryngoscopie, l'œsophagoscopie et la bronchoscopie
  • Chirurgie orthopédique: chirurgie de la main, chirurgie du genou, espace péridural (épiduroscopie), bursae (bursectomie)
  • Chirurgie endodontique: chirurgie du sinus maxillaire, apicoectomie
  • Chirurgie endonasale endoscopique
  • Chirurgie rachidienne endoscopique[1][2]

3 Indications[modifier | w]

Indications selon le type d'endoscopie et son but
Endoscopie But diagnostique But thérapeutique
Oesophagogastroduodénoscopie
  • Douleur abdominale supérieure persistante ou douleur associée à des symptômes alarmants tels qu'une perte de poids ou une anorexie
  • Dysphagie, odynophagie ou problèmes d'alimentation
  • Symptômes intraitables ou chroniques du RGO
  • Irritabilité inexpliquée chez un enfant
  • Vomissements persistants d'étiologie ou d'hématémèse inconnue
  • Anémie ferriprive avec perte de sang chronique présumée lorsqu'une source gastro-intestinale supérieure (IG) est suspectée ou lorsque la coloscopie est normale
  • Diarrhée chronique ou malabsorption
  • Évaluation des lésions aiguës après ingestion caustique
  • Surveillance de la malignité chez les patients souffrant de conditions précancéreuses telles que les syndromes de polypose, une ingestion caustique antérieure ou l'œsophage de Barrett[3]
  • Retirer un ou des corps étrangers
  • Dilatation ou stenting des rétrécissements
  • Ligature variqueuse œsophagienne
  • Contrôle des saignements gastro-intestinaux supérieurs
  • Emplacement des tubes d'alimentation ou de drainage
  • Prise en charge de l'achalasie (toxine botulique ou dilatation par ballon)[3]
Coloscopie
  • Recherche de polypes ou cancers dans le cadre du dépistage du cancer du colon
  • Recherche des causes d'un saignement intestinal
  • Recherche des causes de douleurs abdominales inexpliquées
  • Recherche des causes d'une diarrhée chronique
  • Suivi de patients ayant des maladies intestinales bien identifiées ou des facteurs de risque connus (cancer, maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI), antécédents de polypes)[4]
ERCP
  • ictère obstructif
  • traitement des maladies du système canalaire biliaire ou pancréatique ou prélèvement de tissus
  • suspicion de cancer du pancréas
  • pancréatite de cause inconnue
  • manométrie pour le sphincter d'Oddi
  • drainage nasobiliaire
  • stenting biliaire pour les sténoses et les fuites
  • drainage des pseudokystes pancréatiques
  • dilatation par ballonnet de la papille duodénale et rétrécissements canalaires[5]
  • La sphinctérotomie est indiquée en cas de dysfonctionnement ou de sténose du sphincter d'Oddi, de difficulté à endoprothèse biliaire ou d'accès au canal pancréatique, de rétrécissements biliaires, de calculs des voies biliaires, de syndrome du puisard biliaire suite à une cholédochoduodénostomie, de cholédochocèle et chez les candidats chirurgicaux pauvres atteints d'un carcinome ampullaire[5]
Bronchoscopie
  • Hémoptysie
  • toux chronique inexpliquée
  • stridor
  • lymphadénopathie médiastinale ou hilaire
  • stadification nodale du cancer du poumon
  • infiltrats pulmonaires
  • pneumonie
  • atélectasie
  • trachéomalacie suspectée
  • fistule trachéo-œsophagienne
  • surveillance post-transplantation pulmonaire[6]
  • Prise en charge de l'hémoptysie
  • récupération de corps étrangers
  • mise en place d'un stent trachéal et bronchique
  • dilatation par ballonnet de la sténose des voies respiratoires
  • ablation ou élimination des tumeurs endobronchiques
  • gestion des fuites d'air persistantes ou fistule bronchopleurale
  • intubations difficiles
  • chirurgie bronchoscopique de réduction du volume pulmonaire
  • thermoplastie bronchique pour l'asthme
  • lavage des poumons
  • lors d'une trachéotomie percutanée[6]
Laryngoscopie direct
  • patients nécessitant une intubation endotrachéale (Les patients nécessitant une intubation urgente comprennent ceux qui souffrent d'une insuffisance respiratoire aiguë, d'un état mental altéré nécessitant une protection des voies respiratoires et d'une oxygénation et d'une ventilation inadéquates. L'intubation non urgente se produit dans le cadre périopératoire car les patients peuvent nécessiter une anesthésie générale)[7]
Nasopharyngoscopie flexible
  • évaluations aiguës des voies respiratoires
  • enrouement persistant
  • sensation de globule
  • épistaxis récurrente
  • investigation et surveillance des tumeurs / cancers
  • Évaluation de l'apnée obstructive du sommeilI
  • insuffisance vélopharyngée
  • Examiner les voies respiratoires en aiguë et déterminer si les patients nécessitent des soins intensifs (UIT) ou une gestion des voies aériennes
  • Évaluation endoscopique par fibre de la déglutition (FEES) réalisée en association avec les orthophonistes chez les patients ayant des problèmes de déglutition
  • Trachéoscopie[8]
  • Enlèvement d'un corps étranger facilement accessible
  • Injections au niveau des cordes vocales pour les paralysies des cordes vocales[8]
Cysto-urétéroscopie
  • Hématurie (macroscopique ou microscopique)
  • Histoire ou suspicion de tumeur maligne (vessie, urètre, urtère)
  • Symptômes des voies urinaires basses (inférieures) : miction obstructive, miction irritative, incontinence urinaire, syndrome de douleur pelvienne chronique, infections urinaires récurrentes
  • Traumatisme avec risque de lésion des voies urinaires basses
  • Anomalie de la vessie découverte par imagerie
  • Ablation de corps étrangers (ex. endoprothèse à demeure)
  • Hématospermie
  • Azoospermie
  • Suspicion de trouble vésical
  • Suspicion d'une fistule des voies urinaires basses[9]
(cystoscopie rigide plus souvent effectuée en salle d'opération) Exemple d'interventions:
  • Pyélopgraphie rétrograde avec fluoroscopie
  • Résection transurétrale de tumeur de la vessie (RTUTV)
  • Résection transurétrale des tumeurs de la prostate
  • Urétrotomie interne à vision directe
  • Injection de Botox dans le muscle détrusor

Autres indications:

  • indications à but diagnostique[9]
Hystéroscopie (+/- falloscopie)
  • Saignement utérin anormal
  • Adénomyose
  • Malformations utérines congénitales (mullériennes)[10]
  • Syndrome d'Asherman (adhésiolyse hystéroscopique)
  • Polype endométrial (polypectomie)
  • Ablation de l'endomètre
  • Myomectomie (pour les fibromes utérins)
  • Évacuation des produits de conception retenus
  • Retrait de dispositif intra-utérin
  • Procédures d'occlusion tubaire
  • Stérilisation
  • Infertilité tubaire[10]
Colposcopie
  • Pap test anormal
  • Évaluation de l'exposition au diéthylstilbestrol (DES) in utero
  • Immunosuppression (telle qu'une infection par le VIH ou transplantation d'organe
  • Apparence anormale du col de l'utérus [11]
Laparoscopie (coelioscopie)
  • Suspicion d'endométriose
Chirurgie générale:
  • Appendicectomie
  • Cholécystectomie
  • Lyse d'adhérences/brides péritonéales (occlusions intestinales)
  • Cure d'hernie hiatale (reflux gastro-oesophagien)
  • Cure de hernie de la paroi abdominale (inguanles, crurale, ligne blanche médianes, ombilicales, obturatrices)
  • Gastroplastie
  • Gastrectomie
  • Colectomie
  • Sigmoïdectomie
  • Splénectomie

Gynécologie:

  • Traitement de la grossesse ectopique (+/- salpingectomie)
  • Traitement des salpingites et des péritonites pelviennes
  • Traitement chirurgical de la stérilité tubaire (néosalpingostomie, fimbrioplastie, adhésiolyse tubaire)
  • Stérilisation tubaire (pose d'anneaux ou clips)
  • Traitement des kystes bénins de l'ovaires et autres pathologies bénignes de l'ovaire
  • Traitement de l'endométriose
  • Myomectomie (fibromes utérins)
  • Prélèvements de ganglions plymphatiques pelviens (ex. cancer de l'endomètre)[12]
  • Hytérectomie[13]

Urologie

  • Prostatectomie radicale
  • Néphrectomie
  • Traitement de maladie de la jonction pyélo-urétérale
  • Traitement des varicocèles du testicule

Chirurgie vasculaire

  • Cure d'anévrisme de l'aorte
  • Pontages aorto-iliaques ou aorto-fémoraux [12]
Médiastinoscopie
  • Évaluation de l'implication des ganglions lymphatiques chez les patients atteints de carcinome pulmonaire
  • Biopsie tissulaire de tumeurs suspectées
  • Procédure de stadification (dans le diagnostic du carcinome pulmonaire non à petites cellules, indication la plus courante)
  • Diagnostic et l'ablation des masses médiastinales et des ganglions lymphatiques élargis
  • Diagnostic de sarcoïdose
  • Diagnostiquer des processus infectieux à partir d'échantillonage de ganglions lymphatiques (tuberculose, infections fongiques)
  • Diagnostic et le traitement du mésothéliome[14]

(Les conditions qui peuvent se présenter avec des masses médiastinales comprennent:

tumeurs, tumeurs thyroïdiennes et parathyroïdiennes, lymphome, cancer de l'oesophage, tumeurs neurogènes;

Conditions bénignes: kystes développementaux, adénopathie granulomateuse, tuberculose, sarcoïdose, anévrismes, vaisseaux aberrants (par exemple, veine cave supérieure gauche persistante), artère pulmonaire gauche anormale)[14]

  • Élimination des masses médiastinales et des ganglions lymphatiques hypertrophiés
  • Excision d'un thymome
  • Excision de kyste médiastinaux bénins[14]
Thoracoscopie (vidéo-assistée)
  • Biopsie ganglionnaire médiastinale
  • Pleuroscopie / biopsie pleurale
  • Biopsie tissulaire / ganglion lymphatique pour le cancer du poumon
  • Biopsie de la paroi thoracique
  • Stadification du cancer[15]
  • Résection pulmonaire (le plus souvent pour le cancer du poumon)
  • Résection de bulles / bulles pulmonaires
  • Drainage pleural (pneumothorax, hémothorax, empyème)
  • Drainage d'épanchement péricardique
  • Pleurodèse mécanique / chimique
  • Excision / biopsie des masses médiastinales et des nodules
  • Excision du diverticule œsophagien / œsophagectomie
  • Ligature des canaux thoraciques
  • Sympathectomie
  • Résection de tumeur de la paroi thoracique
  • Laminectomie thoracoscopique
  • Drainage des abcès vertébraux[15]
Arthroscopie
  • Exploration diagnostique
  • Biopsie synoviale[16]
  • Réparation ou résection méniscale
  • Enlèvement des corps étrangers
  • Reconstruction ligamentaire
  • Synovectomie
  • Réparation d'un défaut chondral (y compris la microfracture)
  • Traitement de l'ostéochondrite disséquante
  • Débridement (exemple: ostéoarthrite)[16]

4 Contre-indications[modifier | w]

Contre-indications relatives et absolues selon le type d'endoscopie
Endoscopie Contre-indications relatives Contre-indications absolues
Oesophagogastroduodénoscopie
  • Neutropénie sévère
  • Coagulopathie
  • Thrombocytopénie sévère ou altération de la fonction plaquettaire
  • Risque accru de perforation, y compris troubles du tissu conjonctif, chirurgie intestinale récente ou occlusion intestinale
  • Anévrisme de l'aorte abdominale et iliaque[3]
  • Intestin perforé
  • Péritonite
  • Mégacôlon toxique chez un patient instable[3]
Coloscopie
  • Sigmoïdite diverticulaire aiguë/diverticulite (complication d'une diverticulose) avec fièvre
  • Dans les suites immédiates d'un infarctus du myocarde[4]
ERCP
  • manque de preuves de maladie biliaire ou pancréatique
  • lorsque des outils de diagnostic plus sûrs sont disponibles
  • en cas de douleur abdominale de cause inconnue
  • lorsque l'ERCP ne changerait pas le plan d'action[5]
Bronchoscopie
  • une hypoxie sévère
  • une instabilité hémodynamique
  • un infarctus du myocarde récent
  • une hypoxie sévère
  • un patient non coopératif
  • un trouble hémorragique grave
  • un opérateur inexpérimenté[6]
Laryngoscopie directe
  • difficultés à effectuer la procédure (comme les patients présentant une anatomie qui ne permet pas une utilisation réussie de la laryngoscopie, des lésions de la région ou un état physiologique qui ne favorise pas la procédure)[7]
  • patients qui ont une pathologie supraglottique ou glottique
  • patients présentant un traumatisme contondant au niveau du larynx [7]
Nasopharyngoscopie flexible
  • Épiglottite aiguë
  • croupe
  • coagulopathies
  • traumatisme craniofacial[8]
Cysto-urétéroscopie
  • Signes d'infection urinaire aigue
  • Intolérance à la douleur ou à l'inconfort de la procédure
  • Sténose urétrale[9]
Hystéroscopie
  • Grossesse intra-utérine évolutive
  • Grossesse extra-utérine
  • Suspicion de grossesse
  • Infection des trompes (salpingite)
  • Hydrosalpinx[17]
  • Cancer de l'endomètre[10]
Colposcopie
Laparoscopie
  • Jeune âge ( < 3 ans)
  • Insffisance respiratoire
  • Insuffisance cardiaque
  • Obésité morbide (IMC > 40)
  • Maladie contre-indiquant l'anesthésie générale[12]
Médiastinoscopie
  • Obstruction de l'entrée thoracique
  • Syndrome de la veine cave (supérieure)
  • Déviation trachéale sévère
  • Histoire de radiothérapie à la poitrine[14]
  • Masse médiastinale antérieure
  • Tumeur inopérable
  • Précédente lésion récurrente du nerf laryngé
  • Patients extrêmement affaiblis
  • Anévrisme aortique ascendant
  • Médiastinoscopie précédente (cicatrice)[14]
Thoracoscopie (vidéo-assistée)
  • Patient incapable de tolérer l'isolement pulmonaire / dépendance à la ventilation bilatérale
  • Masse des voies respiratoires intraluminales (rendant le placement du tube à double lumière (DLT) difficile)
  • Adhérences sévères dans la cavité pleurale / symphyse pleurale
  • Coagulopathie
  • Instabilité hémodynamique
  • Hypoxie sévère
  • MPOC sévère
  • Hypertension pulmonaire sévère[15]
Arthroscopie

5 Risques associés (complications possibles)[modifier | w]

La complication la plus banale est une sensation de ballonnement ou de légères douleurs dans les heures qui suivent.[2]

Parmi les autres risques que comporte une endoscopie, il y a les infections, une sédation excessive, les réactions médicamenteuses ainsi que les complications associées à une maladie que le patient peut avoir.[18]

Les complications graves de la fibroscopie sont exceptionnelles. Les plus sévères sont notamment la perforation par le fibroscope de l'organe examiné. Ils sont également ceux de l'anesthésie générale si cette dernière est réalisée. La perforation peut rendre une opération nécessaire ainsi que des transfusions de sang ou de dérivés. Ces complications peuvent être immédiates, mais également survenir quelques jours après l'examen.[2]

6 Préparation[modifier | w]

Certains types d'endoscopie peuvent nécessiter une préparation particulière réalisée par le patient. Par exemple, certains médicaments peuvent être suspendus (comme les anticoagulants); une vidange intestinale la plus complète possible en prenant une préparation liquide et une diète appropriée; le patient peut devoir être à jeun depuis quelques heures, etc. [19]

7 Après l'intervention endoscopique[modifier | w]

Après la procédure, le patient sera observé et surveillé par une personne qualifiée dans la salle d'endoscopie ou une zone de récupération, jusqu'à ce qu'une partie importante du médicament se soit dissipée. Le patient peut avoir une sensation de distension de l'air insufflé qui a été utilisé pendant la procédure. Il s'agit d'un phénomène léger et passager. Une fois complètement rétabli, le patient sera informé du moment de reprendre son régime alimentaire habituel (probablement dans quelques heures) et pourra être ramené à la maison. Lorsque de la sédation a été utilisée, la plupart des établissements exigent que le patient soit ramené à la maison par une autre personne et qu'il ne conduise pas ou ne manipule pas de machines pour le reste de la journée. Les patients qui ont subi une endoscopie sans sédation peuvent partir sans assistance.[18]

8 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Michael V. Sivak, Jr., « Polypectomy: Looking Back », Gastrointestinal Endoscopy, vol. 60, no 6, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant, p. 977–982 (lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 et 2,2 « Endoscopie », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 Rajni Ahlawat, Alyssa Pastorino et Albert Ross, « Esophagogastroduodenoscopy », StatPearls,‎ (lire en ligne)
  4. 4,0 et 4,1 « Coloscopie », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  5. 5,0 5,1 et 5,2 Marcelle Meseeha et Maximos Attia, « Endoscopic Retrograde Cholangiopancreatography (ERCP) », StatPearls,‎ (lire en ligne)
  6. 6,0 6,1 et 6,2 Naser Mahmoud et Satish Kalanjeri, « Bronchoscopy », StatPearls,‎ (lire en ligne)
  7. 7,0 7,1 et 7,2 Katherine Peterson, Jacob Ginglen, Francisca Valenzuela et Joshua Kolikof, « Direct Laryngoscopy », StatPearls,‎ (lire en ligne)
  8. 8,0 8,1 et 8,2 Sirhan Alvi et Pooja Harsha, « Flexible Nasopharyngoscopy », StatPearls,‎ (lire en ligne)
  9. 9,0 9,1 et 9,2 Joshua Engelsgjerd et Christopher Deibert, « Cystoscopy », StatPearls,‎ (lire en ligne)
  10. 10,0 10,1 et 10,2 (en) « Hysteroscopy », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  11. (en) « Colposcopy », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  12. 12,0 12,1 et 12,2 « Cœlioscopie », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  13. « Hystérectomie », Wikipédia,‎ (lire en ligne)
  14. 14,0 14,1 14,2 14,3 et 14,4 Peter McNally et Mary Arthur, « Mediastinoscopy », StatPearls,‎ (lire en ligne)
  15. 15,0 15,1 et 15,2 Mayank Mehrotra et Mary Arthur, « Video-Assisted Thoracoscopy (VATS) », StatPearls,‎ (lire en ligne)
  16. 16,0 et 16,1 « Knee Arthroscopy - Approaches - Orthobullets », sur www.orthobullets.com (consulté le 24 avril 2020)
  17. 17,0 et 17,1 « Hysteroscopie, Les Contre-indications | Hysteroscopie diagnostique Paris », sur www.hysteroscopie.org (consulté le 23 avril 2020)
  18. 18,0 et 18,1 (en) « Endoscopy », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « Colonoscopy - wikidoc », sur www.wikidoc.org (consulté le 24 avril 2020)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.