Dysfonction gustative

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dysfonction gustative
Approche clinique
Caractéristiques
Informations
Terme anglais Gustative dysfunction
Wikidata ID Q6402731
Spécialités ORL, neurologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]

Objectif du CMC
Dysfonction olfactive / gustative (100-1)

La dysfonction gustative est une distorsion du sens du goût.[1] Elle inclut entre autre les symptômes de la dysgueusie, agueusie et hypogueusie. Une altération du goût ou de l'odorat peut être un processus secondaire dans diverses maladies états, ou il peut être le principal symptôme.

1 Épidémiologie[modifier | w]

Chaque année, plus de 200 000 personnes aux États-Unis consultent leur médecin pour des problèmes chimiosensoriels, et de nombreuses autres perturbations gustatives ne sont jamais signalées.[2]

2 Étiologies[modifier | w]

  • Médicaments (environ 250 affectent le goût)[3]: lithium, tétracyclines, métronidazone, IECA, ARA, amiloride, zopiclone, antihistaminiques;
  • post-opératoire: chirurgie de l'oreille moyenne, amygdalectomies, procédures dentaires
  • tabagisme;
  • démences: Alzheimer, démence vasculaire, maladie de Parkinson
  • atteintes endocriniennes: diabète, hypothyroïdie
  • insuffisance hépatique, insuffisance cardiaque, hépatite C, insuffisance rénale chronique
  • déficit en zinc, déficit en vitamine B12
  • maladies dentaires / orales: caries, maladie péridontique, prothèses dentaires, candidase oropharyngée;
  • chimiothérapie, radiothérapie
  • grossesse[4]
  • xérostomie: syndrome de Sjögren
  • sinusite et rhinite
  • atteinte du nerf glossopharyngé, facial ou vague, AVC
  • reflux gastro-oesophagien
  • schizophrénie, trouble schizoaffectif, trouble dépressif caractérisé
  • épilepsie partielle (pariétale, temporal ou temporopariétale)

3 Physiopathologie[modifier | w]

Le sens du goût est basé sur la détection de produits chimiques par des cellules gustatives spécialisées dans la bouche. La bouche, la gorge, le larynx et l'œsophage ont tous des papilles gustatives, qui sont remplacés tous les dix jours. Chaque papille gustative contient des cellules réceptrices. [5] Les nerfs afférents entrent en contact avec les cellules réceptrices à la base de la papille gustative.[6] Une seule papille gustative est innervée par plusieurs nerfs afférents, tandis qu'une seule fibre efférente héberge plusieurs papilles gustatives.? Les papilles fongiformes sont présentes sur la partie antérieure de la langue tandis que papilles circonvallées et papilles foliées se trouvent sur la partie postérieure de la langue. Les glandes salivaires sont chargées de maintenir les papilles gustatives humides.[7]

Une seule papille gustative est composée de quatre types de cellules et chaque papille gustative comprend entre 30 et 80 cellules. Les cellules de type I ont une forme mince, généralement à la périphérie d'autres cellules. Ils contiennent également de grandes quantités de chromatine. Les cellules de type II ont des noyaux et des nucléoles proéminents avec beaucoup moins de chromatine que les cellules de type I. Les cellules de type III ont de multiples mitochondries et de grandes vésicules. Les cellules de type I, II et III contiennent également des synapses. Les cellules de type IV sont normalement enracinées à l'extrémité postérieure de la papille gustative. Chaque cellule de la papille gustative se forme à la fin microvillosités .[8]

Le sens du goût est transporté au cerveau par 3 nerfs crâniens:

  1. nerf 7: tiers antérieur de la langue et palais;
  2. nerf 9: deux tiers postérieurs;
  3. nerf 10: oropharynx et épiglotte

Le nerf 5 serait également responsable de la sensation de température, de la texture et de l'assaisonnement épicé. [9] Au niveau cérébral, le tronc, le thalamus et l'insula antérieure sont en charge du traitement du sens du goût.

En ce qui concerne l'olfaction, aussi importante dans la perception des saveurs, sa transmission est seulement faite par le nerf olfactif dont les axones passent au travers la lame criblée de l'os ethmoïde et rejoignent le bulbe olfactif.

Vu que le sens du goût est média par 3 nerfs différents, une perte complète du sens du goût (agueusie) est très rare et ne touchera que 3% des patient se plaignant de dysgueusie. Vu que le sens du goût est relié à l'odorat, 70% des patients rapporteront une dysfonction olfactive isolée ou concomitante.[9]

4 Histoire[modifier | w]

Le patient rapportera souvent de lui même une dysfonction gustative. Cependant, il est important de la questionner dans un contexte de diminution de l'appétit ou de perte de poids. Les aspects suivants devront également être explorés:

  • antécédents médicaux et dentaires;[10]
  • histoire médicamenteuse (22 - 28% de tous les cas de dysgueusie on été associés à des médicaments[11]);
  • histoire de la dysfonction gustative, spécialement la quantité de salive, l'odorat, l'hygiène dentaire, la douleur buccale et les infections respiratoires et ORL[9].

5 Examen clinique[modifier | w]

Les examen suivants devrait être faits:[9][10]

  • toutes les paires crâniennes devraient être évaluées, mais spécialement 1, 5, 7, 9, 10,
  • un examen de la gustation à l'aide des goûts sucrés, acides, salés ou aigres sont disponibles, la gustation peut être objectivée d'un côté et de l'autre;
  • un examen de la cavité buccale afin de rechercher des problèmes dentaires;
  • un examen ciblé sur les signes et symptômes des maladies endocriniennes comme le diabète et l'hypothyroïdie.

6 Drapeaux rouges[modifier | w]

La dysfonction gustative sera très rarement la seule présentation d'une atteinte grave.

7 Investigation[modifier | w]

L'IRM permet une visualisation directe des nerfs crâniens. [12]

L'analyse de la salive peut être effectuée, car elle constitue l'environnement des récepteurs du goût, y compris le transport des goûts vers le récepteur et la protection du récepteur du goût. [13] Les investigations cliniques typiques impliquent la sialométrie et sialochimie.[13] .

8 Prise en charge[modifier | w]

La prise en charge se fait selon l'étiologie:

  • xérostomie: pastille, gomme, salive artificielle, pilocarpine;[11]
  • supplémentation en zinc lors de carences;
  • ajustement médicamenteux;
  • mesures non pharmacologies:
    • utilisation d'argenterie non métallique;[14]
    • aromatisation des aliments avec des épices et des assaisonnements;
    • servir des aliments froids afin de réduire tout goût ou odeur désagréables;
    • se brosser fréquemment les dents et utiliser rince-bouche ou utiliser la gomme à mâcher sans sucre ou des gouttes au goût aigre qui stimulent la productivité de la salive;
    • lorsque le goût est entravé, l'expérience alimentaire peut être améliorée par des moyens autres que le goût, tels que la texture, arôme, température et couleur.[15]

9 Particularités[modifier | w]

9.1 Gériatrie[modifier | w]

De par la diminution de la densité des papilles fongiformes, la médication et les maladies chroniques, la dysfonction gustative est très prévalente dans la population gériatrique et particulièrement celle qui est institutionnalisée. De plus, elle peut être la cause de carences nutritionnelles et de perte de poids dans ce groupe d'âge.[9]


10 Références[modifier | w]

  1. Samuel K. Feske and Martin A. Samuels, Office Practice of Neurology 2nd ed. (Philadelphia: Elsevier Science, 2003) 114.
  2. National Institute on Deafness and Other Communication Disorders, "Taste Disorders," 25 June 2008, 23 Oct. 2009 <http://www.nidcd.nih.gov/health/smelltaste/taste.asp Modèle:Webarchive>
  3. Samuel K. Feske and Martin A. Samuels, Office Practice of Neurology 2nd ed. (Philadelphia: Elsevier Science, 2003) 119.
  4. « Metallic Taste During Pregnancy (Dysgeusia) », sur What to Expect
  5. Norman M. Mann, MD, “Management of Smell and Taste Problems,” Cleveland Clinic Journal of Medicine Apr. 2002: 334.
  6. Joseph G Brand, « Within reach of an end to unnecessary bitterness? », The Lancet, vol. 356, no 9239,‎ , p. 1371–1372 (PMID 11052575, DOI 10.1016/S0140-6736(00)02836-1)
  7. SM Bromley, « Smell and taste disorders: a primary care approach », American Family Physician, vol. 61, no 2,‎ , p. 427–36, 438 (PMID 10670508, lire en ligne)
  8. Masahide Yasuda et Hitoshi Tomita, « Electron Microscopic Observations of Glossal Circumvallate Papillae in Dysgeusic Patients », Acta Oto-Laryngologica, vol. 122, no 4,‎ , p. 122–128 (PMID 12132609, DOI 10.1080/00016480260046508)
  9. 9,0 9,1 9,2 9,3 et 9,4 (en) Quratulain Syed, Kevin T. Hendler et Kenneth Koncilja, « The Impact of Aging and Medical Status on Dysgeusia », The American Journal of Medicine, vol. 129, no 7,‎ , p. 753.e1–753.e6 (DOI 10.1016/j.amjmed.2016.02.003, lire en ligne)
  10. 10,0 et 10,1 Franklin H. Epstein et Susan S. Schiffman, « Taste and Smell in Disease », New England Journal of Medicine, vol. 308, no 21,‎ , p. 1275–1279 (PMID 6341841, DOI 10.1056/NEJM198305263082107)
  11. 11,0 et 11,1 M. Giudice, « Taste Disturbances Linked to Drug Use: Change in Drug Therapy May Resolve Symptoms », Canadian Pharmacists Journal, vol. 139, no 2,‎ , p. 70–73 (DOI 10.1177/171516350613900208)
  12. M Lell, A Schmid, B Stemper, C Maihöfner, JG Heckmann et BF Tomandl, « Simultaneous involvement of third and sixth cranial nerve in a patient with Lyme disease », Neuroradiology, vol. 45, no 2,‎ , p. 85–7 (PMID 12592489, DOI 10.1007/s00234-002-0904-x)
  13. 13,0 et 13,1 R Matsuo, « Role of Saliva in the Maintenance of Taste Sensitivity », Critical Reviews in Oral Biology & Medicine, vol. 11, no 2,‎ , p. 216–229 (PMID 12002816, DOI 10.1177/10454411000110020501)
  14. Hong, Jae Hee, et al., "Taste and Odor Abnormalities in Cancer Patients," The Journal of Supportive Oncology, Mar./Apr. 2009: 59-64.
  15. Bromley, Steven M., "Smell and Taste Disorders: A Primary Care Approach," American Family Physician 15 Jan. 2000, 23 Oct. 2009 <http://www.aafp.org/afp/20000115/427.html>