Déficit pupillaire afférent relatif (signe clinique)

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Déficit pupillaire afférent relatif (DPAR)
Signe clinique
Données
Système Visuel
Modalité
Examen ophtalmologiqueexamen des paires crâniennes
Informations
Autres noms Pupille de Marcus-Gunn, swinging flashlight test
Wikidata ID Q6758201
Spécialité Ophtalmologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

Le déficit pupillaire afférent relatif (DPAR) ne diminution de la réponse pupillaire à la lumière dans l'œil affecté.[1]

1 Examen[modifier | w]

Pour un test adéquat, la vision ne doit pas être entièrement perdue. Dans la pénombre de la pièce, l'examinateur note la taille des pupilles. Le patient est invité à regarder au loin, et l'examinateur balance le faisceau d'une lampe-stylo d'une pupille à l'autre (swinging flashlight test) et observe la taille des pupilles et la réaction de l'œil éclairé.

1.1 Interprétation[modifier | w]

  • Normalement, chaque pupille éclairée se rétrécit rapidement. La pupille opposé se contracte également de manière consensuelle.
  • Lorsqu'une maladie oculaire, telle que la cataracte, altère la vision, les pupilles répondent normalement.
  • Lorsque le nerf optique est endommagé, le stimulus sensoriel (afférent) envoyé au mésencéphale est réduit, la lumière dirigée dans l'œil affecté ne provoquera qu'une légère constriction des deux pupilles (en raison d'une diminution de la réponse à la lumière du défaut afférent), tandis que la lumière dans l'œil non affecté provoquera un constriction normale des deux pupilles (due à un chemin efférent intact et à un réflexe pupillaire consensuel intact).
    • Un DPAR léger se présentera initialement comme une faible constriction de la pupille, après quoi la dilatation continue de se produire.
    • Lorsque le DPAR est modéré, la taille de la pupille restera la même, après quoi elle se dilate.
    • Lorsque le DPAR est sévère, la pupille se dilate rapidement
  • Une lésion totale nerf optique, dans laquelle l'œil atteint ne perçoit pas de lumière, produit un effet similaire; pour les distinguer, dans une lésion totale, la lumière dans l'œil atteint ne produit ni dilatation ni constriction.

2 Signification clinique[modifier | w]

La cause la plus fréquente de DPAR est une lésion du nerf optique (entre la rétine et le chiasme optique) due à un glaucome, ou une maladie rétinienne sévère, ou en raison de la sclérose en plaques. Une deuxième cause fréquente de DPAR est une lésion controlatérale du tractus optique.[1]

3 Références[modifier | w]

  1. 1,0 et 1,1 Pearce J, « The Marcus Gunn pupil », J. Neurol. Neurosurg. Psychiatry, vol. 61, no 5,‎ , p. 520 (PMID 8937350, Central PMCID 1074053, DOI 10.1136/jnnp.61.5.520, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.

Maladies avec cette présentation