Cryothérapie

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cryothérapie (CryoTx)
Procédure
Wart cryotherapy.jpg
Procédure
Système Cutané
Informations
Autres noms Cryochirurgie
Wikidata ID Q863803
Spécialité Dermatologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

La cryothérapie est réalisée à l'aide d'un cyrogène, généralement de l'azote liquide, pour refroidir le tissu ciblé à des températures inférieures à 0. Cet effet induit des lésions tissulaires selon 2 mécanismes:

  1. Le premier mécanisme est l'induction d'une ischémie tissulaire en endommageant les vaisseaux sanguins et les capillaires dans la zone cible, ce qui conduit à une nécrose ischémique du tissu.
  2. Le deuxième mécanisme endommage les cellules de manière plus complexe en formant des cristaux de glace et en induisant une lésion des cellules osmotiques et une perturbation de la membrane cellulaire. Au fur et à mesure que le tissu est refroidi, des cristaux de glace se forment entre les cellules, ce qui crée un gradient osmotique entraînant rapidement l'eau hors des cellules. Au fur et à mesure que le refroidissement se poursuit, des cristaux se forment dans la cellule, ce qui peut entraîner la rupture de la cellule. Le processus de décongélation endommage également les cellules. Au fur et à mesure que le tissu dégèle, les cristaux à l'extérieur des cellules fondent, ce qui crée un gradient qui ramène rapidement l'eau dans la cellule, ce qui peut faire gonfler et éclater les cellules.

1 Indications[modifier | w]

La cryothérapie a un certain nombre d'indications pour les lésions malignes et bénignes[1][2][3]:

2 Contre-indications[modifier | w]

Les contre-indications[1]:

Les contre-indications relatives[3]:

3 Évaluation[modifier | w]

Aucune évaluation spécifique n'est nécessaire avant la procédure autre que celle mandatée par les indications et contre-indications.

4 Préparation[modifier | w]

Une préparation cutanée minimale est nécessaire pour la cryothérapie[1]:

  • Les antiseptiques ne sont généralement pas indiqués dans la majorité des cryothérapies. Cependant, pour le traitement des lésions malignes, en particulier avec une sonde de contact, des antiseptiques topiques doivent être appliqués car il existe un risque de saignement.
  • Pour les lésions hyperkératosiques, un curetage doit être effectué pour permettre une administration meilleure et plus précise de l'azote liquide.
  • Pour les petites lésions, l'injection d'anesthésique local peut être plus douloureuse que la cryothérapie elle-même et n'est donc pas indiquée.

5 Technique[modifier | w]

La technique pour les lésions maculo-papulaires est la suivante[1]:

  1. refroidir la zone jusqu'à ce que le halo blanc s'étende de 1 à 2 mmm au-delà du rebord de la lésion
  2. avec des pulsations d'azote intermittentes (si un dispositif de type pistolet est utilisé), conserver la taille du halo un certain temps
    • 3 à 4 secondes pour le lentigo solaire
    • 5 à 10 secondes pour les lésions bénignes
    • 5 à 10 secondes pour la kératose actinique
    • les lésions malignes fonctionnent selon une température cible, un thermomètre est donc nécessaire et les marges plus importantes[note 3][4][5]
  3. 1 cycle[note 4] est généralement suffisant
    1. 2 cycles: lésions malignes, verrues[6]
    2. la décongélation n'est pas complète tant que la totalité de la lésion n'a pas retrouvé sa couleur d'origine et que le gel n'est plus observ
    3. en règle générale pour les lésions bénignes, il vaut mieux faire preuve de prudence et sous-traiter les lésions car toute persistance peut être traitée lors d'une visite ultérieure

Pour les lésions pédiculées, des pinces peuvent être plongés dans les unités cryochirurgicales et congelés pendant environ 20 à 30 secondes, puis utilisés pour saisir les lésions pédonculées[1].

Temps de congélation, cycles et marges[3]
Type Temps Marge Cycles[note 4]
Verrue plantaire 20 - 30 s 1 - 2mm 2
Verrue vulgaire 10 s 1
Condylome 10 s
Kératose actinique 5 - 10 s
Kératose séborrhéique mince 10 s
Kératose séborréique épaisse 20 - 30 s
Acrochordon 5 - 10 s
Lentigo solaire 5 s
Molluscum contagiosum 5 - 10 s
Hyperpigmentation 10 - 20 s 1 - 2[note 5]

6 Complications[modifier | w]

Les complications[1]:

  • hypopigmentation ou hyperpigmentation[note 6]
  • alopécie (au niveau des zones pileuses)
  • hyperplasie pseudoépithéliomateuse (se résoudra spontanément)
  • des cicatrices déprimées peuvent se former après une cryothérapie profonde
  • la cryothérapie peut également endommager les structures sous-jacentes telles que la matrice de l'ongle des doigts ou le cartilage des oreilles et du nez, ce qui peut produire une entaille ou une rétraction

7 Suivi[modifier | w]

Les lésions bénignes n'ont généralement pas besoin de suivi, mais elles peuvent récidiver et auront besoin d'un autre traitement (2-3 semaines plus tard)[3].

Les lésions malignes nécessitent un suivi constant pour surveiller les récidives.

7.1 Guérison[modifier | w]

La cryothérapie produit des lésions tissulaires qui guérissent par intention secondaire, ce qui peut prendre plus de temps à guérir qu'une excision, surtout si elle est pratiquée sur la jambe. Le temps de guérison est directement corrélé à la profondeur de la congélation, de sorte que les lésions qui ont subi un gel plus profond prendront plus de temps à guérir. La douleur est un résultat attendu de cette procédure. Le site traité passera par les étapes suivantes sur plusieurs jours:

  1. érythéme
  2. oedème
  3. Vésiculation secondaire à la cryothérapie
    vésiculation
  4. selon la profondeur du traitement, un exsudat peut être noté jusqu'à 2 semaines après; la momification ou la formation d'escarres peut suivre la phase exsudative et peut être délicatement débridée si nécessaire

8 Notes[modifier | w]

  1. Ne détruira pas la lésion mais pourra la faire blanchir.
  2. La cryothérapie pourrait détruire une lésion ayant besoin d'être biopsiée.
  3. La température cible pour les lésions malignes est de -50 degrés pour chacun des 2 cycles de gel-dégel. Il faut généralement environ 40 à 90 secondes pour atteindre ces températures. En général, les cancers cutanés non mélaniques doivent avoir une marge d'au moins 5 mm. . Les récidives sont difficiles à identifier et les taux de récidive varient de 6% à 34%. À la différence des lésions bénignes, la cryothérapie des lésions malignes doit se aller du côté du sur-traitement et être plus agressive car le contrôle des marges n'est pas possible avec la cryothérapie. Puisqu'il n'y a pas de tissu excisé à examiner à la suite de cette procédure, il n'y a pas d'option définitive pour s'assurer que les marges ont été dégagées, ce qui peut entraîner une possibilité de récidive. Pour cette raison, cette approche doit être prudente et un suivi régulier est recommandé pour surveiller la récidive.
  4. 4,0 et 4,1 Un cycle est complété lorsque la lésion est complètement dégelée, ceci peut prendre jusqu'à 40 secondes.
  5. Il reste fréquemment un halo hyperpigmenté après le premier traitement.
  6. L'hypopigmentation est le type de dyspigmentation le plus probable parce que la cryothérapie peut détruire les mélanocytes. Cependant, les personnes à la peau plus foncée peuvent développer une hyperpigmentation.

9 Références[modifier | w]

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 et 1,5 Joseph Prohaska et Abdul H. Jan, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 29493944, lire en ligne)
  2. « Cryotherapy | DermNet NZ », sur dermnetnz.org (consulté le 5 mai 2021)
  3. 3,0 3,1 3,2 et 3,3 Anne-Josée Flynn, « La cryothérapie », Le médecin du Québec,‎ (lire en ligne)
  4. Leonard H. Goldberg, Baruch Kaplan, Irene Vergilis-Kalner et Jennifer Landau, « Liquid nitrogen: temperature control in the treatment of actinic keratosis », Dermatologic Surgery: Official Publication for American Society for Dermatologic Surgery [et Al.], vol. 36, no 12,‎ , p. 1956–1961 (ISSN 1524-4725, PMID 21070460, DOI 10.1111/j.1524-4725.2010.01804.x, lire en ligne)
  5. Emanuel G. Kuflik, « Cryosurgery for skin cancer: 30-year experience and cure rates », Dermatologic Surgery: Official Publication for American Society for Dermatologic Surgery [et Al.], vol. 30, no 2 Pt 2,‎ , p. 297–300 (ISSN 1076-0512, PMID 14871224, DOI 10.1111/j.1524-4725.2004.30090.x, lire en ligne)
  6. M. Connolly, K. Bazmi, M. O'Connell et J. F. Lyons, « Cryotherapy of viral warts: a sustained 10-s freeze is more effective than the traditional method », The British Journal of Dermatology, vol. 145, no 4,‎ , p. 554–557 (ISSN 0007-0963, PMID 11703280, DOI 10.1046/j.1365-2133.2001.04449.x, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.