Conjonctivite allergique

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Conjonctivite allergique
Maladie
Allergicconjunctivitis.jpg
Conjonctivite allergique avec chémosis
Caractéristiques
Signes Injection conjonctivale bulbaire, Injection conjonctivale tarsienne
Symptômes
Prurit cutané
Diagnostic différentiel
Kératocône, Kératoconjonctivite limbique supérieure, Conjonctivite bactérienne, Conjonctivite virale
Informations
Terme anglais Allergic conjunctivitis
Spécialité Ophtalmologie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

La conjonctivite allergique est un processus courant, sous-estimé et largement bénin. Il est rarement menaçant pour la vision, mais peut considérablement réduire la qualité de vie des patients. Il existe trois sous-types de conjonctivite allergique simple: aiguë, saisonnière et pérenne. Il existe un chevauchement considérable avec la conjonctivite atopique (kératoconjonctivite vernale et atopique) ainsi que la conjonctivite papillaire géante dans le traitement et certains aspects de la physiopathologie. En tant que tels, ils sont tous considérés comme des allergies oculaires. Les stratégies de traitement initiales peuvent être similaires, bien que les résultats et les taux de complications varient.[1][2][3][4]

1 Épidémiologie[modifier | w]

  • Très fréquemment et est observée le plus souvent dans les zones à forte concentration saisonnière d'allergènes et de pollen.
  • La kératoconjonctivite vernale se rencontre principalement dans les régions à climat tropical et tempéré, comme la Méditerranée, le Moyen-Orient et l'Afrique. La forme limbique se produit couramment chez les individus à peau foncée d'Afrique et d'Inde.

Différences d'incidence liées au sexe et à l'âge

  • La kératoconjonctivite vernale a une prépondérance masculine importante, affectant généralement les jeunes hommes.
    • Le début se produit généralement dans la première décennie et persiste tout au long des 2 premières décennies.
    • Les symptômes atteignent généralement leur apogée avant le début de la puberté, puis disparaissent.[5]

2 Étiologies[modifier | w]

conjonctivite allergique simple

  • La plupart des cas sont secondaires à une simple exposition à des allergènes sur la surface oculaire.

kératoconjonctivite vernale

  • L'étiologie exacte n'est pas bien comprise, mais une combinaison de climat et d'allergène serait responsable.

kératoconjonctivite atopique

  • L'étiologie n'est pas claire mais semble être une combinaison d'exposition aux allergènes, de dermatite atopique (plus de 90% des cas) et/ou de prédisposition génétique.

conjonctivite papillaire géante

  • Exposition aux allergènes et réponse subséquente secondaire au corps étranger oculaire hébergeant des allergènes à sa surface ou endommageant les structures oculaires qui facilitent l'infiltration des allergènes.
  • Il peut être observé avec de nombreux corps étrangers oculaires différents (par exemple, lentilles de contact, prothèses, colle cyanoacrylate, sutures).[4]

3 Physiopathologie[modifier | w]

La conjonctivite allergique simple (aiguë, saisonnière et pérenne) :

  • Réaction d'hypersensibilité médiée par les immunoglobulines E (IgE) (type I) et la dégranulation des mastocytes qui en résulte secondaire au contact direct avec un allergène à la surface oculaire.
  • En tant que tel, il existe une phase immédiate et retardée de la réaction médiée par différents modulateurs inflammatoires.

Le mécanisme exact impliqué dans la kératoconjonctivite vernale n'est pas bien compris, mais il est probable qu'il existe une hypersensibilité médiée par les IgE ainsi qu'une implication des lymphocytes T dans la réaction.

La kératoconjonctivite atopique semble être une combinaison d'hypersensibilité retardée (type IV) et immédiate (type I) à une exposition aux allergènes oculaires.

La conjonctivite papillaire géante est secondaire à une irritation / blessure mécanique directe et à une réponse immunitaire ultérieure (type I et type IV).

  • L'objet étranger peut devenir recouvert de différents allergènes ou endommager le tissu épithélial et permettre une exposition plus profonde aux allergènes et provoquer une réponse immunologique.[4][6][7]

4 Présentation clinique[modifier | w]

La conjonctivite allergique accompagne fréquemment les symptômes d'allergies saisonnières, en particulier les expositions aux allergies connues ou les antécédents d'atopie. En tant que tel, des épisodes récurrents sont fréquemment observés.

4.1 Facteurs de risque[modifier | w]

4.2 Questionnaire[modifier | w]

  • prurit (présent dans tous les sous-types de conjonctivite allergique)

4.3 Examen physique[modifier | w]

4.4 Présentations spécifiques[modifier | w]

Conjonctivite allergique simple

  • Image typique de conjonctivite allergique
    Écoulements clairs et aqueux (plus courants), généralement bilatéraux
  • Encroûtement minimal le matin
  • Absence typique de douleur et de diminution de l'acuité visuelle
  • Oedème et la chémosis des paupières (peuvent être marqués)

Kératoconjonctivite vernale

  • Symptômes plus graves au printemps :
    • Écoulement de mucus épais
    • Douleurs
    • Photophobie
    • Vision floue
    • Sensation de corps étranger
    • Présence parfois d'ulcères cornéens et d'infiltrats conjonctivaux
    • Présence de papilles géantes sur la conjonctive tarsienne

Kératoconjonctivite atopique

  • Symptômes pérennes
  • Douleur
  • Vision floue
  • Photophobie
  • Sensation de corps étranger
  • Changements inflammatoires chroniques à la surface oculaire :
    • Cicatrices cornéennes
    • Néovascularisation
  • Changements variés aux paupières (paupière inférieure plus fréquemment) et à la peau périorbitaire qui vont de l'atopie légère à la lichénification.

Conjonctivite papillaire géante

  • Symptômes compatibles avec une conjonctivite allergique simple entraînent souvent une aggravation des démangeaisons et des écoulements qui deviennent un mucus épais au lieu d'être clairs et aqueux.
  • Aggravation de la douleur et une vision floue avec une sensation accrue de corps étranger (lentilles de contact, sutures)
  • Présence de papilles géantes couvrant la conjonctive tarsienne[4]

5 Examens paracliniques[modifier | w]

Le diagnostic est posé cliniquement avec une histoire approfondie et des résultats d'examen physique classiques.

En cas de problème sur la base des antécédents et de l'examen physique, une coloration à la fluorescéine de la cornée peut être utilisée pour garantir l'absence d'abrasion cornéenne.

Les tests de laboratoire ne sont généralement pas nécessaires, bien que les piqûres cutanées ou les tests d'allergie sérique puissent être utiles pour atténuer le processus de la maladie en identifiant les allergènes incriminés afin qu'ils puissent être évités si possible.[4]

6 Diagnostic différentiel[modifier | w]

7 Traitement[modifier | w]

Conjonctivite allergique simple

  • Soins oculaires allergiques généraux
  • Décourager de se frotter les yeux (provoque une dégranulation des mastocytes et une aggravation des symptômes)
  • Appliquer fréquemment des larmes artificielles et des compresses fraîches
  • Éviter les expositions connues aux allergènes et retirer les lentilles de contact (le cas échéant)
  • Formes aiguës légères :
    • Antihistaminiques en vente libre ou des combinaisons d'antihistaminiques et de vasoconstricteurs pendant des périodes relativement courtes
      • Présence d'injection conjonctivale à rebond léger s'il utilise une goutte avec un vasoconstricteur
    • La conjonctivite allergique saisonnière et pérenne doit recevoir une combinaison d'antihistaminique et de gouttes stabilisatrices des mastocytes
    • Les gouttes anti-inflammatoires non stéroïdiennes topiques sont plus efficaces que le placebo mais beaucoup moins que les gouttes stabilisantes antihistaminiques/mastocytes
    • Pour les cas réfractaires, les gouttes de corticostéroïdes peuvent être utilisées en rafales courtes (moins de deux semaines) en conjonction avec une consultation et un suivi spécialisés.
    • Les antihistaminiques et les stéroïdes systémiques ont également un rôle limité dans les cas réfractaires et dans les cas où le patient présente des symptômes systémiques, par opposition aux symptômes oculaires isolés.[8][9][10]

Kératoconjonctivite vernale et atopique

  • Même éducation sur les soins oculaires allergiques généraux (éviter de se frotter les yeux, utiliser des larmes artificielles et des compresses froides, éviter l'exposition aux allergènes)
  • Pharmacothérapie initiale est similaire à la conjonctivite allergique saisonnière et pérenne
    • Combinaison topique de gouttes stabilisantes antihistaminiques/mastocytes
  • Les cas réfractaires doivent être référés à un spécialiste qui peut prescrire des corticostéroïdes topiques.
  • Si le patient continue à être réfractaire ou ne peut pas être sevré d'une corticothérapie topique, des inhibiteurs topiques ou systémiques de la calcineurine peuvent être utilisés.

Conjonctivite papillaire géante

  • Éliminer l'irritant mécanique qui est le plus souvent une lentille de contact
  • Éduqués et commencer les mêmes soins oculaires allergiques généraux utilisés dans d'autres sous-types d'allergie oculaire
  • Pharmacothérapie initiale est similaire
    • Antihistaminiques topiques ou les antihistaminiques combinés et les gouttes stabilisatrices des mastocytes
    • En association avec un spécialiste, des gouttes de corticostéroïdes topiques sont utilisées dans les cas réfractaires (similaires à la kératoconjonctivite vernale et atopique), mais les inhibiteurs de la calcineurine n'ont aucun rôle dans le traitement.[4]

8 Pronostic et complications[modifier | w]

Les résultats à long terme sont bons, mais un nombre important de personnes souffrent d'inconfort oculaire et d'une mauvaise apparence cosmétique.

Certaines personnes développent des récidives conduisant à une conjonctivochalase, qui est secondaire à une chimiose conjonctivale limbique en cours.

D'autres complications qui peuvent survenir incluant l'opacification cornéenne et la formation d'ulcère cornéen.

Certains patients peuvent développer une atteinte de la paupière entraînant des difficultés à porter des lentilles de contact. Dans l'ensemble, la gestion de la conjonctivite allergique entraîne également des arrêts de travail et une augmentation du coût des soins en raison des visites fréquentes chez l'ophtalmologiste et de la nécessité d'acheter des collyres sur ordonnance.

Enfin, les médicaments utilisés pour gérer les symptômes allergiques peuvent également entraîner des effets indésirables tels que des cataractes.[4][11][12]

9 Références[modifier | w]

  1. William Moote, Harold Kim et Anne K. Ellis, « Allergen-specific immunotherapy », Allergy, Asthma, and Clinical Immunology: Official Journal of the Canadian Society of Allergy and Clinical Immunology, vol. 14, no Suppl 2,‎ , p. 53 (ISSN 1710-1484, PMID 30275845, Central PMCID 6157282, DOI 10.1186/s13223-018-0282-5, lire en ligne)
  2. Peter Small, Paul K. Keith et Harold Kim, « Allergic rhinitis », Allergy, Asthma, and Clinical Immunology: Official Journal of the Canadian Society of Allergy and Clinical Immunology, vol. 14, no Suppl 2,‎ , p. 51 (ISSN 1710-1484, PMID 30263033, Central PMCID 6156899, DOI 10.1186/s13223-018-0280-7, lire en ligne)
  3. Ümit Doğan et Sümeyra Ağca, « Investigation of possible risk factors in the development of seasonal allergic conjunctivitis », International Journal of Ophthalmology, vol. 11, no 9,‎ , p. 1508–1513 (ISSN 2222-3959, PMID 30225226, Central PMCID 6133885, DOI 10.18240/ijo.2018.09.13, lire en ligne)
  4. 4,0 4,1 4,2 4,3 4,4 4,5 et 4,6 Shad Baab, Patrick H. Le et Eilene E. Kinzer, StatPearls, StatPearls Publishing, (PMID 28846256, lire en ligne)
  5. 5,0 et 5,1 (en) Mark Ventocilla, OD, FAAO, « Allergic Conjunctivitis », Medscape,‎ (lire en ligne)
  6. Galateja Jordakieva et Erika Jensen-Jarolim, « The impact of allergen exposure and specific immunotherapy on circulating blood cells in allergic rhinitis », The World Allergy Organization Journal, vol. 11, no 1,‎ , p. 19 (ISSN 1939-4551, PMID 30128065, Central PMCID 6092783, DOI 10.1186/s40413-018-0197-0, lire en ligne)
  7. Aipeng Li, Shang Li, Fang Ruan et Ying Jie, « Atopic keratoconjunctivitis: A diagnostic dilemma-a case report », Medicine, vol. 97, no 16,‎ , e0372 (ISSN 1536-5964, PMID 29668589, Central PMCID 5916708, DOI 10.1097/MD.0000000000010372, lire en ligne)
  8. Raj Mehta, « Allergy and Asthma: Allergic Rhinitis and Allergic Conjunctivitis », FP essentials, vol. 472,‎ , p. 11–15 (ISSN 2159-3000, PMID 30152668, lire en ligne)
  9. Etsuko Takamura, « [GUIDELINES FOR THE CLINICAL MANAGEMENT OF ALLERGIC CONJUNCTIVAL DISEASE THE POINT OF THE MANAGEMENT WITH USING CONVENTIONAL TOOL AND EYE DROPS] », Arerugi = [Allergy], vol. 67, no 2,‎ , p. 103–107 (ISSN 0021-4884, PMID 29553108, DOI 10.15036/arerugi.67.103, lire en ligne)
  10. G. Roberts, O. Pfaar, C. A. Akdis et I. J. Ansotegui, « EAACI Guidelines on Allergen Immunotherapy: Allergic rhinoconjunctivitis », Allergy, vol. 73, no 4,‎ , p. 765–798 (ISSN 1398-9995, PMID 28940458, DOI 10.1111/all.13317, lire en ligne)
  11. Desiderio Passali, Cemal Cingi, Paola Staffa et Francesco Passali, « The International Study of the Allergic Rhinitis Survey: outcomes from 4 geographical regions », Asia Pacific Allergy, vol. 8, no 1,‎ , e7 (ISSN 2233-8276, PMID 29423374, Central PMCID 5796967, DOI 10.5415/apallergy.2018.8.e7, lire en ligne)
  12. S. Dhami, U. Nurmatov, S. Arasi et T. Khan, « Allergen immunotherapy for allergic rhinoconjunctivitis: A systematic review and meta-analysis », Allergy, vol. 72, no 11,‎ , p. 1597–1631 (ISSN 1398-9995, PMID 28493631, DOI 10.1111/all.13201, lire en ligne)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.