Chorioamnionite

De Wikimedica
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chorioamnionite
Maladie
Caractéristiques
Signes Sensibilité utérine, Pertes vaginales malodorantes, Tachycardie foetale, Tachycardie , Fièvre
Symptômes Frissons, Joanie Osborne Séguin/Brouillons/Douleur abdominale aiguë
Diagnostic différentiel Déshydratation, Appendicite, Pyélonéphrite, Péridurale
Informations
Wikidata ID Q473739
Spécialités Obstétrique, pédiatrie

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial

[ Classe (v3) ]

La chorioamnionite est une infection du chorion et de l'amnion qui peut survenir avant le travail, pendant le travail ou après l'accouchement. Elle peut être aiguë, subaiguë ou chronique.[1]

1 Épidémiologie[modifier | w]

  • La chorioamnionite survient dans environ 4% des accouchements à terme, mais survient plus fréquemment dans les accouchements prématurés et la rupture prématurée des membranes.[1]
  • Dans les accouchements entre 21 et 24 semaines de gestation, la chorioamnionite peut être trouvée dans plus de 94% des placentas lors de l'évaluation.[2]
  • Les études montrent que l'inflammation du placenta ou de la chorioamnionite peut être trouvée dans environ 8% à 50% des accouchements prématurés.[1]

2 Étiologies[modifier | w]

La chorioamnionite est définie comme un processus inflammatoire et infectieux. L'infection peut être due à un agent bactérien, fongique ou viral. Les agents bactériens dans la chorioamnionite peuvent varier selon l'emplacement géographique et la population. Les agents infectieux communs trouvés dans la chorioamnionite comprennent:

3 Physiopathologie[modifier | w]

  • La chorioamnionite est une infection ascendante, originaire des voies génito-urinaires inférieures et migrant vers la cavité amniotique.
  • L'infection provient généralement de la région cervicale et vaginale.
  • La transmission verticale a été documentée dans les infections bactériennes et virales transmises au fœtus.[3][1]

4 Présentation clinique[modifier | w]

4.1 Facteurs de risques[modifier | w]

4.2 Questionnaire[modifier | w]

L'historique initial doit inclure:[1]

  • l'âge maternel
  • l'âge gestationnel,
  • la parité
  • les faits saillants de la grossesse, y compris les complications, que les membranes soient rompues ou intactes,
  • la présence de méconium,
  • la présence ou les antécédents d'infections sexuellement transmissibles, d'infections des voies urinaires et de maladies récentes.

La majorité des femmes présentant une chorioamnionite sont en travail ou ont des membranes rompues lorsqu'elle se présentent.[1]

Les symptômes sont:

4.3 Examen clinique[modifier | w]

5 Examens paracliniques[modifier | w]

  • FSC: leucocytose
    • des études récentes montrent que le nombre de globules blancs n'identifie pas la présence d'invasion microbienne ou d'inflammation dans la cavité amniotique chez les femmes présentant une rupture prématurée des membranes lors de leur admission.[5]
    • Le nombre de globules blancs a également une faible sensibilité et spécificité.[6]
  • Les cultures bactériennes prélevées sur le col de l'utérus ne sont pas indiquées et ne sont pas en corrélation avec une infection secondaire à une chorioamnionite. [6][1]

6 Diagnostic[modifier | w]

Le diagnostic de la chorioamnionite clinique comprend:[1]

  • une fièvre d'au moins 38 C ou entre 38 C et 39 C en 30 minutes
  • l'un des symptômes cliniques.

7 Diagnostic différentiel[modifier | w]

Les douleurs abdominales et la sensibilité utérine associées à la fièvre sont des signes non spécifiques:[1][7]

8 Traitement[modifier | w]

  • Débuter rapidement l'antibiothérapie[7]
  • Ampiciline 2g IV q 6h et Gentamicine 1,5mg/kg IV q 8h[7] ad accouchment si accouchement imminent
  • Pas d'urgence à précipiter la naissance après l'initiation du traitement[7]

9 Suivi[modifier | w]

  • La mère et son nouveau-né auront besoin d'un suivi d'au moins 48h.[8]
  • Un nouveau-né à terme sans signes de sepsis peut être libéré sans traitement.[8]

10 Complications[modifier | w]

Chez le nouveau-né:[7]

Chez la mère:[7]

11 Évolution[modifier | w]

  • La majorité des femmes atteintes de chorioamnionite se rétablissent et n'ont plus besoin d'antibiotiques après l'accouchement.[1]
  • Les accouchements à terme des mères atteintes de chorioamnionite sont associés à un échec de progression. [1]
  • La chorioamnionite pendant le travail prématuré se terminera probablement par l'accouchement prématuré.[1]

12 Prévention[modifier | w]

  • L'éducation devrait inclure le signalement de la rupture des membranes, des pertes vaginales, de la fièvre et des douleurs abdominales à leur équipe d'obstétrique.[1]
  • Chaque femme devrait recevoir des informations sur les facteurs de risque ainsi que sur les signes et symptômes d'infection pendant la période prénatale.[1]

13 Références[modifier | w]

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 1,11 1,12 et 1,13 (en) Fowler Jr et Simon Lv, « Chorioamnionitis », sur PubMed, 2020 jan (PMID 30335284, consulté le 12 juillet 2020)
  2. Chong Jai Kim, Roberto Romero, Piya Chaemsaithong et Noppadol Chaiyasit, « Acute chorioamnionitis and funisitis: definition, pathologic features, and clinical significance », American Journal of Obstetrics and Gynecology, vol. 213, no 4 Suppl,‎ , S29–52 (ISSN 1097-6868, PMID 26428501, PMCID 4774647, DOI 10.1016/j.ajog.2015.08.040, lire en ligne)
  3. 3,0 et 3,1 Benedikt M. Huber, Patrick M. Meyer Sauteur, Wendy W. J. Unger et Paul Hasters, « Vertical Transmission of Mycoplasma pneumoniae Infection », Neonatology, vol. 114, no 4,‎ , p. 332–336 (ISSN 1661-7819, PMID 30089291, DOI 10.1159/000490610, lire en ligne)
  4. 4,0 et 4,1 Tondra Newman, John M. Cafardi et Carri R. Warshak, « Human immunodeficiency virus-associated pulmonary arterial hypertension diagnosed postpartum », Obstetrics and Gynecology, vol. 125, no 1,‎ , p. 193–195 (ISSN 1873-233X, PMID 25560124, DOI 10.1097/AOG.0000000000000504, lire en ligne)
  5. Ivana Musilova, Lenka Pliskova, Romana Gerychova et Petr Janku, « Maternal white blood cell count cannot identify the presence of microbial invasion of the amniotic cavity or intra-amniotic inflammation in women with preterm prelabor rupture of membranes », PloS One, vol. 12, no 12,‎ , e0189394 (ISSN 1932-6203, PMID 29232399, PMCID 5726631, DOI 10.1371/journal.pone.0189394, lire en ligne)
  6. 6,0 et 6,1 Nafiseh Saghafi, Leila Pourali, Kiarash Ghazvini et Asieh Maleki, « Cervical bacterial colonization in women with preterm premature rupture of membrane and pregnancy outcomes: A cohort study », International Journal of Reproductive Biomedicine (Yazd, Iran), vol. 16, no 5,‎ , p. 341–348 (ISSN 2476-4108, PMID 30027150, PMCID 6046208, lire en ligne)
  7. 7,0 7,1 7,2 7,3 7,4 et 7,5 Leclerc, Céline, 1958-, Rheault, Christian, 1958- et Université Laval. Département de médecine familiale et de médecine d'urgence,, Mémo-périnatalité : guide pratique : période prénatale, travail et accouchement, période post-partum, nouveau-né (ISBN 978-2-9810350-1-1 et 2-9810350-1-0, OCLC 859405634, lire en ligne)
  8. 8,0 et 8,1 (en) « Chorioamnionitis Treatment & Management: Approach Considerations, Medical Care, Consultations », Medscape,‎ (lire en ligne)