Chirurgie bariatrique

De Wikimedica
Aller à la navigation Aller à la recherche
Chirurgie bariatrique
Procédure
Gastrectomie - dernier regard (photo).jpg
Procédure
Système Gastrointestinal
Informations
Terme anglais Bariatric surgery
Autres noms Chirurgie de l'obésité, chirurgie de perte de poids
Wikidata ID Q357503
Spécialité chirurgie générale

OOjs UI icon help-ltr.svgPage non révisée par un comité éditorial


La chirurgie bariatrique comprend une variété d'interventions pratiquées dans le but de traiter l'obésité. Les principales procédures sont :

1 Indications[modifier | w]

Les indications d'une chirurgie bariatrique comprennent[1]:

  1. Un IMC > 40 ou IMC ≥ 35 avec au moins un état comorbide lié à l'obésité:
  2. des tentatives infructueuses à perdre du poids de manière non chirurgicale
  3. une autorisation en termes de santé mentale.

Les lignes directrices canadiennes incluent aussi des critères pour les adolescents :

  1. IMC ≥ 35 avec au moins un état comorbide lié à l'obésité de l'adolescence et réfractaire au traitement médical et aux changements d'habitude de vie : apnée du sommeil (index d'apnée >15 épisodes), pseudotumor cerebri, NASH, diabète de type 2.
  2. IMC ≥ 40 avec de l'hypertension, une résistance à l'insuline ou intolérance au glucose, qualité de vie diminuée, diminution de l'autonomie (AVQ, AVD), apnée du sommeil avec index de 5 à 15

Des mises à jour récentes ont inclus des patients ayant un IMC de 30-35 avec un diabète de type 2 incontrôlable ou un syndrome métabolique comme indication pour une gastrectomie pariétale.

2 Contre-indications[modifier | w]

2.1 Absolues[modifier | w]

Les contre-indications absolues comprennent[2] :

D'un point de vue cognitif, le patient doit être apte à comprendre les risques et bénéfices de la chirurgie, et il doit avoir les capacités pour instaurer les changements d'habitude de vie requis pour la chirurgie. Le patient doit également être compliant avec sa médication.

2.2 Relatives[modifier | w]

Les contre-indications relatives sont[2] :

3 Évaluation[modifier | w]

L'évaluation bariatrique est multidisciplinaire. La sélection des patients a été établie pour minimiser les complications chirurgicales et maximiser les bénéfices d'une ressource limitée. L'évaluation devra donc statuer sur la santé mentale, médicale et nutritionnelle, ainsi qu'optimiser les comorbidités pour diminuer les complications chirurgicales.

3.1 Évaluation psychologique[modifier | w]

Il est reconnu qu'il existe une association entre l'obésité et les problèmes de santé mentale[note 1]. On recommande une évaluation minimale pour établir la santé psychologique du patient. Ce que l'on recherche chez les candidats[3]:

  • Une stabilité au niveau de la santé mentale et de la médication nécessaire pour stabiliser celle-ci (idéalement 6 mois précédant la chirurgie)[note 2].
  • L'absence de psychose active ou d'utilisation de drogue dure.
  • Un bon contrôle des stresseurs externes, considérant que le changement corporel et neurohormonal causé par une chirurgie bariatrique occasionne un stress important pour l'individu et peut l'amener à décompenser au niveau psychiatrique. De plus, d'anciens troubles alimentaires peuvent resurgir.
  • Dans la mesure où un transfert de dépendance est possible (ex. : vers l'alcool (7%), drogues, comportements sexuels dangereux), les mécanismes de défense doivent être gérés avant l'intervention.
  • L'absence d'un diagnostic de déficience intellectuelle afin de pouvoir bien comprendre les recommandations alimentaires, de favoriser les changements d'habitude de vie et de suivre tous les enseignements.
  • Chez un candidat ayant une histoire de multiples tentatives de suicide, on ne recommande pas la chirurgie[4][note 3].

3.2 Évaluation nutritionnelle[modifier | w]

L'élément clef pour la réussite d'une chirurgie bariatrique est d'implanter les changements nutritionnels avant l'intervention[5], dans le but de:

  • augmenter le succès de la perte de poids
  • diminuer les complications péri-opératoires
  • identifier les troubles alimentaires
  • favoriser un maintien à long terme des bonnes habitudes.

3.3 Contrôle glycémique[modifier | w]

Comme dans toute procédure chirurgicale, la guérison est altérée par une HbA1c trop élevée. En pré-opératoire, les cibles visées sont[6]:

  • HbA1c ≤ 7%
  • Glucose à jeun et post-prandial ≤ 8 mmol/L

À défaut d'atteindre ces objectifs, le risque des complications suivantes augmente[7]:

  • déhiscence
  • infections
  • perte de poids sous-optimale
  • moins bonne éradication du diabète de type 2 en post-opératoire.

3.4 Habitudes de vie[modifier | w]

Les habitudes de vies doivent être optimisées:

  • Cessation tabagique[8]: minimum 2 mois avant l'intervention et doit se poursuivre au long terme.
    • But: diminuer les complications tardives telles que les sténoses, la gastrite, l'ulcère, etc.
    • Pour confirmer, on peut doser la nicotinémie urinaire ou la carboxyhémoglobine (selon les disponibilités du laboratoire local).
  • Alcool[9]: ne doit pas être consommé sur une base régulière
    • Buts: pauvre apport nutritionnel; éviter un transfert de dépendance en post-opératoire.
  • Activité physique[10]: instaurer un changement avant la procédure
    • But: consolider le changement de comportement à long terme; favoriser une meilleure convalescence.
  • Stabilité du poids: une perte de poids pré-opératoire n'est pas nécessaire, mais démontre toutefois la motivation du patient[note 4].

3.5 Investigation médicale[modifier | w]

L'obésité apporte son lot de comorbidités. Celles-ci doivent être évaluées en pré-opératoire et ensuite être stabilisée pour minimiser les complications post-opératoires.

3.5.1 Évaluation digestive[modifier | w]

Une endoscopie digestive haute n'est pas obligatoire. Elle est toutefois recommandée dans les situations suivantes :

  • dyspepsie réfractaire aux IPP
  • dysphagie
  • utilisation chronique d'anti-acides ou IPP
  • facteurs de risque familiaux de cancer de l'estomac ou de l'oesophage
  • douleur épigastrique.

L'endoscopie permettra d'évaluer la présence d'une hernie hiatale, d'une oesophagite, d'un oesophage de Barrett, d'une maladie peptique ou d'une néoplasie. Il est recommandé de faire le déspitage d'H. pylori au moment de l'endoscopie. Le taux de positivité serait de 15 à 85%[14].

3.5.2 Dépistage néoplasique[modifier | w]

Il est recommandé de dépister les patients selon leurs facteurs de risque et leur groupe d'âge[15]. Par exemple, le patient de 50 ans et plus devra avoir une recherche de sang dans les selles. La mammographie de dépistage de la femme de 50 ans et plus est également suggérée.

3.5.3 Évaluation cardiovasculaire[modifier | w]

Un des devis principaux de la chirurgie bariatrique est l'amélioration de la santé cardio-vasculaire des patients obèses. Or, en pré-opératoire, celle-ci est difficilement à évaluer vu la possibilité d'une présence concomitante des conditions suivantes:

  • limitation physique
  • gonarthrose sévère
  • dyspnée multifactorielle
  • échographie techniquement difficile par l'épaisseur des tissus sous-cutanés
  • scintigraphie myocardique limitée par le poids du patient lors de l'utilisation de l'appareil.

On recommande toutefois[16]:

Les résultats de ces différents tests ne changeront que peu la conduite anesthésique. Le patient sera toutefois davantage suivi en post-opératoire pour déceler rapidement une complication cardiaque.

3.5.4 Apnée du sommeil[modifier | w]

Tout patient doit avoir une évaluation en inhalothérapie pour éliminer un syndrome d'apnée du sommeil (SAS)[note 8]. Le cas échéant, celle-ci doit être traitée par CPAP et un rapport de compliance doit être fourni. Une bonne stabilisation de cette maladie est nécessaire pour diminuer les risques d'incidents respiratoires en post-opératoire et pour diminuer l'hypertension.

Les lignes directrices canadiennes et européennes de chirurgie bariatrique suggèrent un dépistage chez tous les candidats opératoires[17]. Le questionnaire (Stop-Bang) est peu sensible et spécifique. Des études rétrospectives démontrent qu'on augmente la durée de séjour si le patient n'est pas traité et il y a un risque indépendant augmenté de fuites anastomotiques.

Sommairement, les avantages du port du CPAP en péri-opératoire sont les suivants:

  • augmentation de la qualité du sommeil
  • aide au contrôle de la tension artérielle
  • amélioration des contrôle de glycémie
  • diminution de désaturation en oxygène
  • diminution des arythmies
  • diminution de l'atélectasie.

4 Techniques[modifier | w]

Dérivation biliopancréatique

Les procédures bariatriques peuvent être regroupées en trois mécanismes principaux : par malabsorption, par restriction ou par mécanisme mixte.[18]

4.1 Procédures de malabsorption[modifier | w]

Les procédures malabsorptives diminuent l'efficacité de l'absorption des nutriments en réduisant la surface d'absorption au niveau de l'intestin. Les techniques utilisées vont soit contourner une partie de l'intestin et/ou limiter les sécrétions biliopancréatiques qui facilitent l'absorption. Certaines procédures réduisent également la taille de l'estomac.

Une perte de poids importante peut être observée dans les procédures malabsorptives, selon la surface d'absorption intestinale qui en résulte. Cependant, le bénéfice de la perte de poids vient accompagné de complications métaboliques significatives, telles que la malnutrition et multiples déficiences en micronutriments.

Les procédures de malabsorption comprennent les suivantes:

  • Dérivation biliopancréatique, prédécesseur du BPD-DS (qui rajoute une composante de switch duodénal). Une partie de l'estomac est réséquée, puis la partie distale de l'intestin grêle est reliée à la poche résiduelle de l'estomac, contournant ainsi le duodénum et le jéjunum. Cette procédure est aujourd'hui rarement utilisée pour les complications qu'elle engendre. Environ 2 % des patients vont avoir une malabsorption sévère et une carence nutritionnelle nécessitant une réplétion en vitamines et en minéraux, sans quoi il existe un risque d'anémie et d'ostéoporose. Beaucoup moins de chirurgiens pratiquent le BPD par rapport aux autres chirurgies de perte de poids, en partie à cause de la nécessité d'un suivi nutritionnel à long terme.
  • Pontage jéjuno-iléal, où tout sauf 30-45 cm (12-18 po) de l'intestin grêle était réséqué. Cette procédure, pratiquée durant les années 1950 à 1970, n'est plus utilisée aujourd'hui.
  • Manchon endoluminal, c'est-à-dire l'insertion d'un tube flexible dans la partie supérieure de l'intestin grêle via la bouche et l'estomac. Le but est de bloquer l'absorption de certains aliments/calories. Il n'implique pas de coupure réelle et est donc conçu pour réduire les risques d'infection. Cependant, les résultats n'étaient pas concluants et l'appareil avait des problèmes de migration et de glissement. Une étude récemment réalisée aux Pays-Bas a révélé une diminution de 5,5 points d'IMC en 3 mois avec un manchon endoluminal.
    Gastroplastie verticale calibrée, bandée par agrafage
    Schéma d'un anneau gastrique ajustable

4.2 Procédures restrictives[modifier | w]

Les procédures restrictives visent à diminuer l'apport calorique, en réduisant la taille utile de l'estomac, et/ou à réduire la vitesse de vidange de l'estomac. Les bénéficiaires de ces procédures ressentiront donc une satiété plus précoce.[19]

Les procédures de restriction incluent les suivantes:

  • Gastroplastie verticale calibrée, bandée par agrafage, également appelée procédure de Mason ou agrafage de l'estomac. Une partie de l'estomac est agrafée de manière permanente pour créer une poche pré-estomac plus petite, qui sert de nouvel estomac.
  • Anneau gastrique ajustable, opération qui peut être réalisée par laparoscopie et qui est communément appelée bande abdominale. La restriction de l'estomac est créée à l'aide d'un anneau en silicone, ajustable en ajoutant ou en retirant une solution saline à travers un orifice en sous-cutané. La petite poche gastrique et la sortie étroite à l'anneau restreignent l'apport en nutriments, ce qui permet la perte de poids. Cette procédure n'est plus recommandée dans les lignes directrices canadiennes.
  • Gastrectomie pariétale (sleeve), ou manchon gastrique, est une intervention dans laquelle l'estomac est réduit à environ 15 % de sa taille d'origine par ablation, suivant la courbe majeure de l'estomac. Les bords ouverts sont ensuite attachés ensemble, réduisant de façon permanente la taille de l'estomac. L'intervention est réalisée en laparoscopie et n'est pas réversible.
  • Ballon intragastrique, qui consiste à placer un ballon dégonflé dans l'estomac, puis à le remplir pour réduire la quantité d'espace gastrique. Le ballon peut être laissé dans l'estomac pendant un maximum de 6 mois et entraîne une perte de poids moyenne de 5 à 9 IMC sur 6 mois. Le ballon intra-gastrique peut être utilisé avant une autre chirurgie bariatrique afin d'aider le patient à atteindre un poids adapté à la chirurgie. Il peut également être utilisé à plusieurs reprises si nécessaire.
Gastrectomie pariétale (sleeve)
  • Pliage de l'estomac, semblable à la gastrectomie pariétale, est une procédure où un manchon est créé en suturant plutôt qu'en enlevant le tissu de l'estomac, préservant ainsi les capacités naturelles à absorber des nutriments. La repliement gastrique réduit considérablement le volume de l'estomac, de sorte que le sentiment de satiété est atteint avec une plus petite quantité de nourriture. Cette technique élimine également les complications associées à l'anneau gastrique ajustable et à la gastrectomie en manchon, puisqu'il n'y a pas d'utilisation d'implants, de résection gastrique ou d'agrafes.

4.3 Procédures mixtes[modifier | w]

Les procédures mixtes associent à la fois les principes de malabsorption et de restriction, modifiant les niveaux d'hormones intestinales responsables de la faim et de la satiété

Roux-en-Y gastric bypass
  • Pontage gastrique Y-de-roux, où l'on crée une poche gastrique de 30 mL au niveau de l'estomac proximal. Le petit intestin est réséqué à environ 45 cm sous le pylore, puis configuré en forme de Y, anastomosant la poche gastrique à la dérivation biliopancréatique. Après la chirurgie, l'estomac sera plus petit et il y aura une augmentation des hormones de satiété de base. Les mécanismes hormonaux complets contrôlant la faim et expliquant la satiété précoce sont encore incompris, mais il s'agit tout de même d'une des chirurgies bariatriques les plus pratiquées.
    Sleeve gastrectomy duodenal switch.png
    Précédemment considérée comme une procédure irréversible, il existe des cas où la procédure de pontage gastrique peut être partiellement inversée.
  • Dérivation biliopancréatique avec switch duodénal, une partie de l'estomac est réséquée le long de sa plus grande courbure, similaire à la gastrectomie pariétale. Cette réduction de volume fournit le volet de restriction de l'apport alimentaire de cette opération. L'estomac est ensuite déconnecté du duodénum et relié à la partie distale de l'intestin grêle. Le duodénum et la partie supérieure de l'intestin grêle sont ensuite anastomosés en Y, préservant la dérivation biliopancréatique. Comme dans la procédure de Y-de-roux, il est existe un principe métabolique de satiété précoce au niveau des hormones intestinales. Ce type de résection est irréversible.
  • Stimulation gastrique implantable, où un dispositif similaire à un stimulateur cardiaque est implanté par un chirurgien. Lors de l'alimentation, des stimulations électriques au niveau du système nerveux entérique de l'estomac favoriseraient une sensation de satiété chez l'opéré. Cette procédure est à l'étude aux États-Unis, mais les premières preuves suggèrent qu'elle est moins efficace que d'autres formes de chirurgie bariatrique.[20]

5 Complications[modifier | w]

Les complications:

6 Bénéfices[modifier | w]

Les chirurgies bariatriques demeurent une des options les plus durables en termes de perte de poids chez les patients obèses classes 2 et 3, permettant également d'améliorer ou de guérir certaines comorbidités liées à l'obésité, telles que le diabète de type 2. La performance des procédures s'améliore considérablement au cours des 10 dernières années[27][28][note 10].

6.1 Perte de poids[modifier | w]

Les chirurgies bariatriques apportent de meilleurs résultats en termes de perte de poids comparativement aux interventions non chirurgicales, et ce, quelle que ce soit la procédure subie.

Perte de poids à court terme (3 ans) et à long terme (20 ans) suivant une chirurgie bariatrique chez l'adulte
Intervention Perte de poids en excès[note 11] à 3 ans (%)[29] Perte de poids totale à 20 ans (%)[30]
Pontage gastrique Y-de-Roux 60 à 85 26
Gastrectomie pariétale 55 à 80 18
Anneau gastrique ajustable 45 à 55 13
Non chirurgical - 1

6.2 Effets métaboliques[modifier | w]

Amélioration du syndrome métabolique dans ses t3 composantes par la perte de poids suivant une chirurgie bariatrique
Composante Résultat post-chirurgical
Diabète de type 2
  • Rémission à long terme chez 23 à 60% des patients[31]
  • Diminution dans l'incidence des complications micro et macrovasculaires
Hypertension artérielle
  • Rémission chez ≥30% des patients[32]
  • Diminution de la variabilité systolique et de la résistance hypertensive[33]
Dyslipidémie
  • Plus faible incidence chez les patients opérés[34]

6.3 Impacts fonctionnels et psychosociaux[modifier | w]

Impacts fonctionnels et psychosociaux suivant une chirurgie bariatrique
Composante Résultat post-chirurgical
Espérance de vie
  • Diminution du taux de décès par événement cardiovasculaire[35]
  • Allongée de 3 ans par rapport aux patients obèses non opérés[35]
  • Moins longue de 5,5 ans par rapport à la population générale[35]
Apnée du sommeil
  • Réduction du nombre d'épisodes d'apnées et d'hypopnées par heure de sommeil[36]
Fertilité et grossesse
Psychiatrique et psychologique
  • Amélioration de la santé mentale[39]
  • Augmentation de recherches en services en santé mentale[note 12][40]
Dépression
Troubles alimentaires
  • Diminution de la prévalence et de la sévérité des troubles alimentaires[42]
  • Diminution de la prévalence en grignotage (picking/nibbling)[43]
  • Réduction initiale des troubles d'hyperphagie (binge) à 2 ans, puis recrudescence à 3 ans post-chirurgie[note 14][44]

7 Suivi[modifier | w]

7.1 Alimentation et habitudes de vie[modifier | w]

Le suivi du patient bariatrique est la pierre angulaire du succès à long terme. Les lignes directrices canadiennes[1] suggèrent :

  • Alimentation post-opératoire :
    • transition liquide à molle pendant 2 semaines, puis si bien tolérée introduire les solides
    • recommandé de manger 3 à 5 petits repas par jour en débutant toujours avec les sources de protéines[note 15]
    • manger lentement et bien mastiquer, éviter la suralimentation[note 16]
    • non recommandé de boire et de manger simultanément
    • éviter les liquides 30 minutes après le repas
    • bien s'hydrater, éviter les boissons gazeuses[note 17].
  • Changement des habitudes de vie :
    • éviter l'alcool[note 18]
    • activité physique : il est recommandé de faire 150 à 300 minutes d'activité physique par semaine[note 19]
    • cessation tabagique[note 20]
    • marijuana : comme il y a très peu d'études sur le sujet, la modération est recommandée[note 21].
  • Fertilité :
    • la grossesse est recommandée après 18 mois post-opératoires[note 22]
    • une contraception doit être proposée pendant la période charnière.
  • Vitamines et minéraux: à moins d'un déficit documenté en pré-opératoire, une multi-vitamine extra-forte 1 ou 2 comprimés par jour ainsi qu'un supplément de fer et/ou de vitamine D couvrent les besoins du patient opéré.
Prises vitaminiques suggérées après la chirurgie bariatrique selon les lignes directrices canadiennes[45][note 23]
Supplément Prise suggérée
Vitamine B1
  • Minimum 12 mg/jr
  • Préférablement 50 mg/jr via une multivitamine ou complexe B
Vitamine B12
  • 350 à 500 mcg PO/jr ou 1000 mcg IM/mois
Acide folique
  • 400 à 800 mcg PO/jr via une multivitamine
  • Si en âge de procréer : 800 à 1000 mcg PO/jr
Fer
  • Minimum 45 à 60 mg/jr
Vitamine E
  • 15 mg/jr
Citrate de calcium
  • 1 200 à 1 500 mg/jr
Vitamine D3
  • 3 000 UI/jr et titrer jusqu'à des niveaux sériques > 75 nmol/L
Vitamine A
  • 5 000 à 10 000 UI/jr
Vitamine K
  • 90 à 120 μg/jr
Zinc
Cuivre
  • 100% RDA (1 mg/jr)

7.2 Évaluation et analyses de laboratoires[modifier | w]

L'évaluation clinique et les analyses de laboratoire recommandées en post-opératoire selon les comorbidités associées à l'obésité
Comorbidité Recommendation
Tension artérielle
  • Chaque rendez-vous postopératoire (prise de routine)
  • Révision des médicaments antihypertensifs au besoin
Diabète
  • Chaque 3 mois : Suivi de l'HbA1c;
  • Ajustement au besoin des hypoglycémiants oraux et/ou de l'insuline à chaque visite postopératoire
Carences nutritionnelles
  • Chaque 6 mois durant les 2 premières années post-opératoires, puis annuellement :
    • Dosage du calcium sérique, fer, vitamine B12, vitamine D, folate et thiamine
Hyperlipidémie
  • Chaque année: Dosage du bilan lipidique et du cholestérol
  • Ajustement des médicaments au besoin
Apnée du sommeil
  • Pour les patients ayant recours à la ventilation en pression positive continue (CPAP)
  • Évaluation du sommeil 6 à 12 mois après la chirurgie

7.3 Procédures ultérieures[modifier | w]

L'excès de peau peut être traité en chirurgie plastique par remodelage du corps, durant lequel des lambeaux cutanés sont enlevés.[46][note 25]

8 Notes[modifier | w]

  1. Par exemple, 25 à 60% des patients bipolaires sont obèses et les schizophrènes le sont dans une proportion de 30-70%. Quant aux troubles de l'humeur, 20 à 50% des patients sont obèses. Il y a aussi des liens entre le TDAH, l'hyperphagie boulimique et le PTSD.
  2. Certaines médications psychiatriques favorisent le gain de poids. Il serait donc idéal de les changer plusieurs mois avant la procédure afin d'en optimiser le résultat.
  3. Le risque de récidive chez les patients avec un antécédent de multiples tentatives de suicide augmente significativement après une procédure bariatrique.
  4. Les patients qui perdent ≥ 5% de leur excès de poids en pré-opératoire voyait une perte de poids en un an plus marquée que les patients ayant perdu moins que 5% de leur excès de poids en pré-opératoire. Cependant, la perte de poids à 4 ans n'est pas plus marquée chez ni l'un ni l'autre des deux groupes.
  5. Les diètes fortes en teneur protéique produisent des pertes de poids rapides, apportent une satiété adéquate, réduisent la perte de masse musculaire, et limitent le ralentissement du métabolisme basal au repos.
  6. L'ECG sera souvent anormal puisque l'obésité change la morphologie cardiaque. On pourrait donc remarquer:
    • Hypertrophie ventriculaire gauche;
    • Dysfonction diastolique, ou;
    • Dysfonction ventriculaire gauche.
  7. L'ETT pourrait être tentée si on croit faire face à une:
    • Dysfonction cardiaque gauche;
    • Valvulopathie, ou;
    • Hypertension pulmonaire.
  8. Dans le cadre d'un dépistage universel de toute la clientèle bariatrique, la prévalence des conditions va comme suit :
    • Syndrome d'apnée connu pré-opératoire : 15-20%
    • Syndrome d'apnée léger à sévère (IAH ≥ 5/h): 80-85%
    • SAS Modéré + sévère (IAH ≥15/h): 50 %
    • SAS Sévère (IAH >30/h): 25-30%
  9. Par augmentation de la lithogénicité de la bile.
  10. Le American Society for Metabolic and Bariatric Surgery (ASMBS) estime que, juste en 2017, 228 000 personnes aux États-Unis ont subi une chirurgie visant à perdre du poids. Mondialement, on estime que 580 000 personnes subissent une procédure bariatrique chaque année.
  11. Classiquement en chirurgie, la perte de poids du patient est calculée selon la masse en excès. Désormais, le calcul de perte de poids se base sur la masse totale, puisque la définition du poids idéal s'avère inconstante et controversée.
  12. La recherche de services en santé mentale augmente chez les patients ayant des maladies psychiatriques préalablement à la chirurgie, ou chez ceux qui développaient des complications de leur chirurgie bariatrique nécessitant des procédures supplémentaires.
  13. Une revue systématique de 27 études incluant 50 000 patients a démontré que la prévalence et la sévérité des dépressions chez les individus ont diminuées, respectivement, de 8 à 74% (dans 7 études) et de 40 à 70% (dans 6 études) après la chirurgie.
  14. Il s'agit d'une réduction initiale des troubles d'hyperphagie (binge) à 2 ans (de 6,1% en pré-opératoire à 1,3%), mais une recrudescence (à 3,1%) à 3 ans post-chirurgie. Le trouble d'hyperphagie en post-opératoire est associé à une perte de poids sous-optimale.
  15. Les recommandations d'apport en protéines sont de 1.2 à 1.5 g/kg/jr.
  16. Le dépassement de la capacité de l'estomac provoque des nausées et des vomissements.
  17. Les boissons gazeuses sont fortement déconseillées pour leur piètre aspect nutritionnel et pour l'inconfort causé par le gaz carbonique.
  18. Il n'est pas recommandé de consommer de l'alcool puisqu'il s'agit d'un ulcérogène et d'une source de calories vides. L'effet peut être plus rapide car la vidange gastrique est accélérée. Malheureusement, 7% des patients opérés développeront une dépendance à l'alcool.
  19. L'activité physique permet de stabiliser la perte de poids, d'augmenter la masse maigre et d'améliorer la santé mentale.
  20. Le tabac est ulcérogène, tout comme l'alcool.
  21. Cependant, la marijuana est orexigène (stimulant à l'appétit) et contrevient donc aux vertus de la chirurgie bariatrique
  22. Les femmes opérées en-deçà d'un an de la procédure bariatrique avaient un taux de perte foetale plus élevée contrairement à celles qui étaient opérées il y a plus d'un an (35.5% vs 16.3%).
  23. L'observance aux suppléments diminue avec le temps et des rappels doivent souvent être faits. De plus, les suppléments peuvent occasionner une constipation, effet secondaire de certaines chirurgies bariatriques également, dont la gastrectomie pariétale.
  24. Recommended Dietary Allowance
  25. Les zones ciblées comprennent les bras, les fesses et les cuisses, l'abdomen et les seins. Ces procédures sont effectuées lentement, étape par étape, et prennent souvent jusqu'à trois ans.

9 Références[modifier | w]

  1. 1,0 et 1,1 Nicole Pearce, « Chirurgie bariatrique : Options chirurgicales et résultats », sur Obésité Canada (consulté le 17 avril 2022)
  2. 2,0 et 2,1 Jeffrey I. Mechanick, Adrienne Youdim, Daniel B. Jones et W. Timothy Garvey, « Clinical practice guidelines for the perioperative nutritional, metabolic, and nonsurgical support of the bariatric surgery patient--2013 update: cosponsored by American Association of Clinical Endocrinologists, The Obesity Society, and American Society for Metabolic & Bariatric Surgery », Obesity (Silver Spring, Md.), vol. 21 Suppl 1,‎ , S1–27 (ISSN 1930-739X, PMID 23529939, Central PMCID 4142593, DOI 10.1002/oby.20461, lire en ligne)
  3. Dean Spirou, Jayanthi Raman et Evelyn Smith, « Psychological outcomes following surgical and endoscopic bariatric procedures: A systematic review », Obesity Reviews: An Official Journal of the International Association for the Study of Obesity, vol. 21, no 6,‎ , e12998 (ISSN 1467-789X, PMID 31994311, DOI 10.1111/obr.12998, lire en ligne)
  4. Ted D. Adams, Richard E. Gress, Sherman C. Smith et R. Chad Halverson, « Long-term mortality after gastric bypass surgery », The New England Journal of Medicine, vol. 357, no 8,‎ , p. 753–761 (ISSN 1533-4406, PMID 17715409, DOI 10.1056/NEJMoa066603, lire en ligne)
  5. Jeffrey I. Mechanick, Adrienne Youdim, Daniel B. Jones et W. Timothy Garvey, « Clinical practice guidelines for the perioperative nutritional, metabolic, and nonsurgical support of the bariatric surgery patient--2013 update: cosponsored by American Association of Clinical Endocrinologists, the Obesity Society, and American Society for Metabolic & Bariatric Surgery », Surgery for Obesity and Related Diseases: Official Journal of the American Society for Bariatric Surgery, vol. 9, no 2,‎ , p. 159–191 (ISSN 1878-7533, PMID 23537696, DOI 10.1016/j.soard.2012.12.010, lire en ligne)
  6. Jonathan Carter, Julietta Chang, T. Javier Birriel et Fady Moustarah, « ASMBS position statement on preoperative patient optimization before metabolic and bariatric surgery », Surgery for Obesity and Related Diseases: Official Journal of the American Society for Bariatric Surgery, vol. 17, no 12,‎ , p. 1956–1976 (ISSN 1878-7533, PMID 34629296, DOI 10.1016/j.soard.2021.08.024, lire en ligne)
  7. Katherine M. Meister, Theadore Hufford, Chao Tu et Zhamak Khorgami, « Clinical significance of perioperative hyperglycemia in bariatric surgery: evidence for better perioperative glucose management », Surgery for Obesity and Related Diseases: Official Journal of the American Society for Bariatric Surgery, vol. 14, no 11,‎ , p. 1725–1731 (ISSN 1878-7533, PMID 30245036, DOI 10.1016/j.soard.2018.07.028, lire en ligne)
  8. Alexandra Chow, Amy Neville et Nicole Kolozsvari, « Smoking in bariatric surgery: a systematic review », Surgical Endoscopy, vol. 35, no 6,‎ , p. 3047–3066 (ISSN 1432-2218, PMID 32524412, DOI 10.1007/s00464-020-07669-3, lire en ligne)
  9. Erik Stenberg, Luiz Fernando Dos Reis Falcão, Mary O'Kane et Ronald Liem, « Guidelines for Perioperative Care in Bariatric Surgery: Enhanced Recovery After Surgery (ERAS) Society Recommendations: A 2021 Update », World Journal of Surgery, vol. 46, no 4,‎ , p. 729–751 (ISSN 1432-2323, PMID 34984504, Central PMCID 8885505, DOI 10.1007/s00268-021-06394-9, lire en ligne)
  10. Daniel B. Jones, Mohamad Rassoul A. Abu-Nuwar, Cindy M. Ku et Leigh-Ann S. Berk, « Less pain and earlier discharge after implementation of a multidisciplinary enhanced recovery after surgery (ERAS) protocol for laparoscopic sleeve gastrectomy », Surgical Endoscopy, vol. 34, no 12,‎ , p. 5574–5582 (ISSN 1432-2218, PMID 31938928, DOI 10.1007/s00464-019-07358-w, lire en ligne)
  11. Jonathan Carter, Julietta Chang, T. Javier Birriel et Fady Moustarah, « ASMBS position statement on preoperative patient optimization before metabolic and bariatric surgery », Surgery for Obesity and Related Diseases: Official Journal of the American Society for Bariatric Surgery, vol. 17, no 12,‎ , p. 1956–1976 (ISSN 1878-7533, PMID 34629296, DOI 10.1016/j.soard.2021.08.024, lire en ligne)
  12. Paul S. Jellinger, Yehuda Handelsman, Paul D. Rosenblit et Zachary T. Bloomgarden, « AMERICAN ASSOCIATION OF CLINICAL ENDOCRINOLOGISTS AND AMERICAN COLLEGE OF ENDOCRINOLOGY GUIDELINES FOR MANAGEMENT OF DYSLIPIDEMIA AND PREVENTION OF CARDIOVASCULAR DISEASE - EXECUTIVE SUMMARYComplete Appendix to Guidelines available at http://journals.aace.com », Endocrine Practice: Official Journal of the American College of Endocrinology and the American Association of Clinical Endocrinologists, vol. 23, no 4,‎ , p. 479–497 (ISSN 1530-891X, PMID 28156151, DOI 10.4158/EP171764.GL, lire en ligne)
  13. Guilherme S. Mazzini, Toms Augustin, Sabrena Noria et Carlos Romero-Marrero, « ASMBS Position Statement on the Impact of Metabolic and Bariatric Surgery on Nonalcoholic Steatohepatitis », Surgery for Obesity and Related Diseases: Official Journal of the American Society for Bariatric Surgery, vol. 18, no 3,‎ , p. 314–325 (ISSN 1878-7533, PMID 34953742, DOI 10.1016/j.soard.2021.11.015, lire en ligne)
  14. Valentin Mocanu, Jerry T. Dang, Noah Switzer et Daniel Skubleny, « The Effect of Helicobacter pylori on Postoperative Outcomes in Patients Undergoing Bariatric Surgery: a Systematic Review and Meta-analysis », Obesity Surgery, vol. 28, no 2,‎ , p. 567–573 (ISSN 1708-0428, PMID 29159552, DOI 10.1007/s11695-017-3024-8, lire en ligne)
  15. Saber Ghiassi, Maher El Chaar, Essa M. Aleassa et Fady Moustarah, « ASMBS position statement on the relationship between obesity and cancer, and the role of bariatric surgery: risk, timing of treatment, effects on disease biology, and qualification for surgery », Surgery for Obesity and Related Diseases: Official Journal of the American Society for Bariatric Surgery, vol. 16, no 6,‎ , p. 713–724 (ISSN 1878-7533, PMID 32359998, DOI 10.1016/j.soard.2020.03.019, lire en ligne)
  16. Jonathan Carter, Julietta Chang, T. Javier Birriel et Fady Moustarah, « ASMBS position statement on preoperative patient optimization before metabolic and bariatric surgery », Surgery for Obesity and Related Diseases: Official Journal of the American Society for Bariatric Surgery, vol. 17, no 12,‎ , p. 1956–1976 (ISSN 1878-7533, PMID 34629296, DOI 10.1016/j.soard.2021.08.024, lire en ligne)
  17. Christel A. L. de Raaff, Marguerite A. W. Gorter-Stam, Nico de Vries et Ashish C. Sinha, « Perioperative management of obstructive sleep apnea in bariatric surgery: a consensus guideline », Surgery for Obesity and Related Diseases: Official Journal of the American Society for Bariatric Surgery, vol. 13, no 7,‎ , p. 1095–1109 (ISSN 1878-7533, PMID 28666588, DOI 10.1016/j.soard.2017.03.022, lire en ligne)
  18. « Gastrointestinal complications of bariatric surgery: diagnosis and therapy », The American Journal of the Medical Sciences, vol. 331, no 4,‎ , p. 214–8 (PMID 16617237, DOI 10.1097/00000441-200604000-00008)
  19. Handbook of Nutrition and Food, Boca Raton, FL, CRC Press, , 915–926 p., « 53 Bariatric Surgery Overview »
  20. « Weight loss during chronic, cervical vagus nerve stimulation in depressed patients with obesity: an observation », International Journal of Obesity, vol. 31, no 11,‎ , p. 1756–9 (PMID 17563762, Central PMCID 2365729, DOI 10.1038/sj.ijo.0803666)
  21. Reza Fazl Alizadeh, Shiri Li, Colette Inaba et Patrick Penalosa, « Risk Factors for Gastrointestinal Leak after Bariatric Surgery: MBASQIP Analysis », Journal of the American College of Surgeons, vol. 227, no 1,‎ , p. 135–141 (ISSN 1879-1190, PMID 29605723, DOI 10.1016/j.jamcollsurg.2018.03.030, lire en ligne)
  22. Anita Courcoulas, R. Yates Coley, Jeanne M. Clark et Corrigan L. McBride, « Interventions and Operations 5 Years After Bariatric Surgery in a Cohort From the US National Patient-Centered Clinical Research Network Bariatric Study », JAMA surgery, vol. 155, no 3,‎ , p. 194–204 (ISSN 2168-6262, PMID 31940024, Central PMCID 6990709, DOI 10.1001/jamasurg.2019.5470, lire en ligne)
  23. Gordana Bosnic, « Nutritional requirements after bariatric surgery », Critical Care Nursing Clinics of North America, vol. 26, no 2,‎ , p. 255–262 (ISSN 1558-3481, PMID 24878210, DOI 10.1016/j.ccell.2014.02.002, lire en ligne)
  24. John Cawley, Matthew J. Sweeney, Marina Kurian et Susan Beane, « Predicting complications after bariatric surgery using obesity-related co-morbidities », Obesity Surgery, vol. 17, no 11,‎ , p. 1451–1456 (ISSN 0960-8923, PMID 18219771, DOI 10.1007/s11695-008-9422-1, lire en ligne)
  25. M. L. Shiffman, H. J. Sugerman, J. M. Kellum et W. H. Brewer, « Gallstone formation after rapid weight loss: a prospective study in patients undergoing gastric bypass surgery for treatment of morbid obesity », The American Journal of Gastroenterology, vol. 86, no 8,‎ , p. 1000–1005 (ISSN 0002-9270, PMID 1858735, lire en ligne)
  26. Ted D. Adams, Richard E. Gress, Sherman C. Smith et R. Chad Halverson, « Long-term mortality after gastric bypass surgery », The New England Journal of Medicine, vol. 357, no 8,‎ , p. 753–761 (ISSN 1533-4406, PMID 17715409, DOI 10.1056/NEJMoa066603, lire en ligne)
  27. (en-US) « Estimate of Bariatric Surgery Numbers, 2011-2019 », sur American Society for Metabolic and Bariatric Surgery, (consulté le 18 avril 2022)
  28. L. Angrisani, A. Santonicola, P. Iovino et A. Vitiello, « Bariatric Surgery and Endoluminal Procedures: IFSO Worldwide Survey 2014 », Obesity Surgery, vol. 27, no 9,‎ , p. 2279–2289 (ISSN 1708-0428, PMID 28405878, Central PMCID 5562777, DOI 10.1007/s11695-017-2666-x, lire en ligne)
  29. Henry Buchwald, Yoav Avidor, Eugene Braunwald et Michael D. Jensen, « Bariatric surgery: a systematic review and meta-analysis », JAMA, vol. 292, no 14,‎ , p. 1724–1737 (ISSN 1538-3598, PMID 15479938, DOI 10.1001/jama.292.14.1724, lire en ligne)
  30. Paul E. O'Brien, Annemarie Hindle, Leah Brennan et Stewart Skinner, « Long-Term Outcomes After Bariatric Surgery: a Systematic Review and Meta-analysis of Weight Loss at 10 or More Years for All Bariatric Procedures and a Single-Centre Review of 20-Year Outcomes After Adjustable Gastric Banding », Obesity Surgery, vol. 29, no 1,‎ , p. 3–14 (ISSN 1708-0428, PMID 30293134, Central PMCID 6320354, DOI 10.1007/s11695-018-3525-0, lire en ligne)
  31. Philip R. Schauer, Zubaidah Nor Hanipah et Francesco Rubino, « Metabolic surgery for treating type 2 diabetes mellitus: Now supported by the world's leading diabetes organizations », Cleveland Clinic Journal of Medicine, vol. 84, no 7 Suppl 1,‎ , S47–S56 (ISSN 1939-2869, PMID 28708482, DOI 10.3949/ccjm.84.s1.06, lire en ligne)
  32. Carlos Aurelio Schiavon, Angela Cristine Bersch-Ferreira, Eliana Vieira Santucci et Juliana Dantas Oliveira, « Effects of Bariatric Surgery in Obese Patients With Hypertension: The GATEWAY Randomized Trial (Gastric Bypass to Treat Obese Patients With Steady Hypertension) », Circulation, vol. 137, no 11,‎ , p. 1132–1142 (ISSN 1524-4539, PMID 29133606, Central PMCID 5865494, DOI 10.1161/CIRCULATIONAHA.117.032130, lire en ligne)
  33. Carlos A. Schiavon, Dimas Ikeoka, Eliana V. Santucci et Renato Nakagawa Santos, « Effects of Bariatric Surgery Versus Medical Therapy on the 24-Hour Ambulatory Blood Pressure and the Prevalence of Resistant Hypertension », Hypertension (Dallas, Tex.: 1979), vol. 73, no 3,‎ , p. 571–577 (ISSN 1524-4563, PMID 30661477, DOI 10.1161/HYPERTENSIONAHA.118.12290, lire en ligne)
  34. Anita P. Courcoulas, Wendy C. King, Steven H. Belle et Paul Berk, « Seven-Year Weight Trajectories and Health Outcomes in the Longitudinal Assessment of Bariatric Surgery (LABS) Study », JAMA surgery, vol. 153, no 5,‎ , p. 427–434 (ISSN 2168-6262, PMID 29214306, Central PMCID 6584318, DOI 10.1001/jamasurg.2017.5025, lire en ligne)
  35. 35,0 35,1 et 35,2 Lena M. S. Carlsson, Kajsa Sjöholm, Peter Jacobson et Johanna C. Andersson-Assarsson, « Life Expectancy after Bariatric Surgery in the Swedish Obese Subjects Study », The New England Journal of Medicine, vol. 383, no 16,‎ , p. 1535–1543 (ISSN 1533-4406, PMID 33053284, Central PMCID 7580786, DOI 10.1056/NEJMoa2002449, lire en ligne)
  36. Sofia F. Furlan, Luciano F. Drager, Renato Nakagawa Santos et Lucas P. Damiani, « Three-year effects of bariatric surgery on obstructive sleep apnea in patients with obesity grade 1 and 2: a sub-analysis of the GATEWAY trial », International Journal of Obesity (2005), vol. 45, no 4,‎ , p. 914–917 (ISSN 1476-5497, PMID 33589771, DOI 10.1038/s41366-021-00752-2, lire en ligne)
  37. « American Society for Metabolic and Bariatric Surgery position statement on the impact of obesity and obesity treatment on fertility and fertility therapy Endorsed by the American College of Obstetricians and Gynecologists and the Obesity Society », Surgery for Obesity and Related Diseases, vol. 13, no 5,‎ , p. 750–757 (PMID 28416185, DOI 10.1016/j.soard.2017.02.006)
  38. 38,0 et 38,1 « Maternal and neonatal outcomes after bariatric surgery; a systematic review and meta-analysis: do the benefits outweigh the risks? », American Journal of Obstetrics and Gynecology, vol. 218, no 6,‎ , p. 573–580 (PMID 29454871, DOI 10.1016/j.ajog.2018.02.003)
  39. « The impact of bariatric surgery on psychological health », Journal of Obesity, vol. 2013,‎ , p. 1–5 (PMID 23606952, Central PMCID 3625597, DOI 10.1155/2013/837989)
  40. David J. R. Morgan, Kwok M. Ho et Cameron Platell, « Incidence and Determinants of Mental Health Service Use After Bariatric Surgery », JAMA psychiatry, vol. 77, no 1,‎ , p. 60–67 (ISSN 2168-6238, PMID 31553420, Central PMCID 6763981, DOI 10.1001/jamapsychiatry.2019.2741, lire en ligne)
  41. Aaron J. Dawes, Melinda Maggard-Gibbons, Alicia R. Maher et Marika J. Booth, « Mental Health Conditions Among Patients Seeking and Undergoing Bariatric Surgery: A Meta-analysis », JAMA, vol. 315, no 2,‎ , p. 150–163 (ISSN 1538-3598, PMID 26757464, DOI 10.1001/jama.2015.18118, lire en ligne)
  42. M. S. Morseth, S. E. Hanvold, Ø et H. Risstad, « Self-Reported Eating Disorder Symptoms Before and After Gastric Bypass and Duodenal Switch for Super Obesity--a 5-Year Follow-Up Study », Obesity Surgery, vol. 26, no 3,‎ , p. 588–594 (ISSN 1708-0428, PMID 26173850, DOI 10.1007/s11695-015-1790-8, lire en ligne)
  43. Michael J. Devlin, Wendy C. King, Melissa A. Kalarchian et Amanda Hinerman, « Eating pathology and associations with long-term changes in weight and quality of life in the longitudinal assessment of bariatric surgery study », The International Journal of Eating Disorders, vol. 51, no 12,‎ , p. 1322–1330 (ISSN 1098-108X, PMID 30520527, Central PMCID 6876117, DOI 10.1002/eat.22979, lire en ligne)
  44. Melissa A. Kalarchian, Wendy C. King, Michael J. Devlin et Marsha D. Marcus, « Psychiatric Disorders and Weight Change in a Prospective Study of Bariatric Surgery Patients: A 3-Year Follow-Up », Psychosomatic Medicine, vol. 78, no 3,‎ , p. 373–381 (ISSN 1534-7796, PMID 26569540, Central PMCID 5041300, DOI 10.1097/PSY.0000000000000277, lire en ligne)
  45. (en) « Canadian Guidelines for Vitamin Supplementation »
  46. « Body contouring following massive weight loss resulting from bariatric surgery », Advances in Psychosomatic Medicine, vol. 27,‎ , p. 61–72 (ISBN 3-8055-8028-2, PMID 16418543, DOI 10.1159/000090964)

Les sections suivantes sont remplies automatiquement et se peupleront d'éléments à mesure que des pages sont crées sur la plateforme. Pour participer à l'effort, allez sur la page Gestion:Contribuer. Pour comprendre comment fonctionne cette section, voir Aide:Fonctions sémantiques.